Navigation – Plan du site
Film/Série

Skins : quand la télévision met en territoire les sexualités adolescentes

Bertrand Pleven
p. 141-142
Référence(s) :

Jamie Brittain et Bryan Elsey, 2007-…, Skins [série]

Texte intégral

1Skins est une série télévisée britannique crée en 2007 par Jamie Brittain et Bryan Elsey sur Channel 4. Cinq saisons ont été produites. Les quatre premières saisons sont à présent disponibles en DVD, distribuées par Studio Canal. En anglais le mot « skin » ou « skins » signifient : 1. Peaux, comme nom, 2. Dépouiller, comme verbe. Dans le langage populaire, il renvoie au « papier à rouler utilisé pour la confection des pétards ». Mais au Royaume-Uni, Skins est aussi devenue, à travers le petit écran, une plongée dans les faux pas d’un groupe de copains (dés)engagés dans leur dernière année de lycée à Bristol (sud-est de l’Angleterre), qui offre un cadre reconnaissable mais trivialement banal. Les personnages campent une grande variété de types qui permet à la série de se confronter à des sujets contemporains : les différences de classes sociales, la religion, l’homosexualité, l’anorexie ou encore les faillites parentales… mais tous ces jeunes gens sont travaillés par une quête hédoniste, dont le sexe, est, pour la plupart d’entre eux, un ingrédient essentiel. Comment cette « série trash nouvelle génération », qui s’adresse prioritairement aux adolescents, construit-elle narrativement et visuellement des territorialités sexuelles ?

2Par une innovation bien adaptée au format, chaque épisode porte sur un personnage du groupe, celui-ci s’intégrant, au prix d’ellipses, à l’ensemble narratif. Des chambres à coucher aux boites de nuits et aux villas bourgeoises, en passant par les salles de cours et les usines désaffectées, désir, amour et sexe débordent l’espace intime pour transformer la ville en une « constellation de lieux » – pour reprendre le concept de Jen Gieseking (http://jgieseking.org) – dont l’emprise territoriale reste inachevée ou éphémère (le temps d’une nuit par exemple). La quête d’espaces de respiration, notamment sexuelle, par les adolescents, passe par un jeu subtilement souligné par l’œuvre autour de l’image des parois : il s’agit pour les personnages tout autant de s’en construire et de s’en jouer face aux frontières souvent poreuses posées par la société. Il s’agit, aussi, pour la série, cette fois, d’en dresser, plutôt pudiquement et souvent avec humour, devant les pratiques sexuelles proprement dites.

3Skins est une relecture de l’utopie woodstockienne transposée au quotidien dans l’espace urbain d’une société en perte de repères. À la fois crue et directe, plus en langages qu’en images d’ailleurs, la série rapidement devenue culte a récemment inspiré deux remake Skins US (MTV, 2011) et Clash (France 2, 2012), le second ayant été diffusé cet été à heure de grande écoute. Tandis que la version américaine singe son modèle en édulcorant les problématiques de classes et en limitant les scènes de nudité, la version française décentre le propos sur les relations parents/ados et installe une grande partie des histoires dans le quartier Paris Rive Gauche sans parvenir ou chercher à en faire plus qu’un décor. Avant même ces tentatives de transpositions, la série britannique avait également donné lieu à l’organisation de soirées « Skins », d’abord spontanées, puis récupérées par les professionnels. Celles-ci avaient pu alors inquiéter/fasciner la « bonne société » (voir le reportage d’Envoyé spécial du 12/01/2010 sur France 2). Si ce transfert de l’espace audiovisuel à l’espace « réel » pose questions, on peut cependant penser que la série avait fourni, dans des contextes sociaux précis, un horizon partagé estampillant des lieux ralliés collectivement comme des lieux moments d’interactions sexuelles réelles ou… fantasmées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Pleven, « Skins : quand la télévision met en territoire les sexualités adolescentes », Géographie et cultures, 83 | 2012, 141-142.

Référence électronique

Bertrand Pleven, « Skins : quand la télévision met en territoire les sexualités adolescentes », Géographie et cultures [En ligne], 83 | 2012, mis en ligne le 19 avril 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/gc/2100

Haut de page

Auteur

Bertrand Pleven

Laboratoire Géographie-Cités
Université Paris 1

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals