Navigation – Plan du site
Lectures

No money, no honey de Sébatien Roux

Amandine Chapuis
p. 136-139
Référence(s) :

Sébastien Roux, 2011, No money, no honey. Économies intimes du tourisme sexuel en Thaïlande, La Découverte, Paris, coll. Genre & Sexualité, 268 p.

Texte intégral

1Sébastien Roux est chargé de recherche au CNRS, membre du Centre de Sociologie Européenne et co-fondateur de la revue Genre, sexualité et société. Avec No money, no honey, il propose un ouvrage qui dépasse largement le cadre de la discipline sociologique et croise approche ethnographique localisée et enquête socio-historique, s’adressant à tous les chercheurs en sciences sociales qui s’intéressent à la « mondialisation des affects ». Si la dimension spatiale n’est pas directement au cœur des interrogations de l’auteur, le texte offre une matière extrêmement fertile au géographe.

2L’auteur se fixe pour objectif de déconstruire les enjeux sociologiques et politiques de la catégorie « tourisme sexuel ». Il met en évidence le décalage qui existe entre la matérialité des lieux et pratiques des échanges touristiques économico-sexuels, dont la complexité échappe au raisonnement par typologie, et la condamnation quasi universelle du tourisme sexuel, fondée sur la dichotomie prostitution marchande, distanciée vs relation sexuelle non marchande désintéressée. Les enjeux de l’objet de recherche émergent à l’intérieur de cet interstice, dans l’analyse fine du terrain thaïlandais, qui a occupé une place particulière dans l’histoire de la prise en charge institutionnelle du « tourisme sexuel » à l’échelle mondiale.

3Dans la première partie de l’ouvrage, « Ethnographie intime », l’auteur rend compte de la diversité des échanges économico-sexuels qui se tissent entre travailleuses-eurs du sexe et touristes, majoritairement occidentaux, dans le quartier de Patpong, célèbre « sexscape » de Bangkok. Si certaines relations s’apparentent à des formes classiques de prostitution, il existe en réalité un continuum de relations au sein desquelles la dimension marchande est plus ou moins euphémisée. Elle passe par des cadeaux ponctuels ou un soutien financier plus régulier. Certaines relations peuvent être suivies dans le temps, voire mener au mariage. C’est grâce à une enquête ethnographique de deux ans auprès des travailleuses-eurs du sexe que Sébastien Roux parvient à rendre compte d’une réalité complexe, saisie avec beaucoup de finesse. Il donne véritablement la parole aux actrices (les femmes sont majoritaires dans le texte), analyse les catégories vernaculaires qu’elles mobilisent, rend compte des rapports de domination dans lesquels elles sont prises, tout en montrant aussi leur agentivité. La deuxième partie, « Généalogie d’un interdit », analyse la lutte institutionnelle mondiale contre le « tourisme sexuel », dans une perspective historique. Le texte jongle entre les niveaux de réflexion : de l’association locale Empower à l’Organisation Mondiale du Tourisme, en passant par les ONG transnationales et le gouvernement thaïlandais. C’est bien l’enquête ethnographique, qui, en permettant une compréhension fine de la complexité des échanges économico-marchands, sans justifier aucunement l’expression de masculinité hégémonique que permet la marchandisation du sexe à Patpong, met en évidence le caractère incroyablement monolithique, idéologique, normatif et foncièrement inefficace de l’« humanitarisme sexuel » prôné par les institutions mondiales. L’auteur montre notamment comment la gouvernance de la sexualité conduit à une hiérarchisation des états. Pour des espaces dominés tels que la Thaïlande, s’engager dans la lutte politique contre le « tourisme sexuel », c’est s’inscrire du « bon » côté de la frontière qui sépare ceux qui acceptent l’inacceptable (en particulier la pédophilie et les trafics humains) et ceux qui luttent contre, celle qui oppose le bien au mal, la civilisation à la barbarie. En s’inscrivant dans cette lutte, la Thaïlande s’intègre dans le concert des états moralement respectables, déplaçant le curseur de l’exclusion vers les voisins (le Laos, le Cambodge par exemple).

4No money, no honey fournit des matériaux très riches pour une approche géographique des sexualités. La description du quartier de Patpong apporte des éléments précis à la connaissance des paysages, du fonctionnement et des pratiques des quartiers rouges, qui commencent à être étudiés par les géographes. L’auteur insiste notamment sur la polyfonctionnalité du quartier : si Patpong est aussi attractif, c’est parce qu’il ne se contente pas de vendre du sexe, mais propose plus globalement un environnement festif, au sein duquel le sexe est une des modalités du plaisir. En tant que géographe, on aimerait que l’auteur s’attarde davantage sur l’organisation spatiale du quartier, peu évoquée. On aimerait également que soit traitée la question de l’intégration dans la ville de Bangkok, de cet « immoral landscape », puisque l’auteur mentionne la tension qui existe entre le caractère privé de l’espace de Patpong et la prise en charge sanitaire publique dont le quartier fait l’objet. L’échelle de la ville est peu présente, mais ses évocations en filigrane donnent à penser au géographe. L’organisation socio-spatiale de la métropole, en particulier l’existence d’autres quartiers de commerce du sexe dessinent une typologie des quartiers de prostitution dont les principaux critères pourraient être les degrés d’euphémisation du caractère marchand des échanges économico-sexuels, le degré d’ouverture à une clientèle internationale et occidentale, en particulier la dimension touristique, les tarifs pratiqués et la hiérarchisation morale associée à cette géographie du sexe marchand. Les prostituées, pour les enquêtées de Patpong, ce sont les « autres », celles qui sucent les chauffeurs de taxi dans le quartier de Lumphini, pas celles qui se font entretenir par de riches occidentaux.

5L’ouvrage offre aussi des matériaux précieux pour penser un espace-temps singulier, celui de l’expérience touristique. La rupture avec le quotidien, ses normes, ses valeurs, ses habitus, la distance physique, mais surtout culturelle, participent d’un processus d’altérisation qui s’incarne dans l’exotisation postcoloniale des femmes thaïlandaises, de leurs corps et de leur sexualité. Ce travail représentationnel, associé à une organisation matérielle de la prostitution, distincte de ce qui a cours en Occident, conforte la mise à distance nécessaire à un renversement moral qui autorise le passage à l’acte. Sébastien Roux explique que « les clients, pris dans une expérience enchanteresse de l’altérité, distinguent le quartier et les relations qui s’y nouent de leur système classificatoire habituel, facilitant ainsi la reproduction des échanges prostitutionnels » (p. 125). Patpong n’est pas un lieu hors du temps, hors du monde, les touristes n’ignorent pas l’interdit social lié au tourisme sexuel et leurs récits sont traversés par une certaine « érotique de la faute ». Mais contrairement à ce que l’éthique de la prise en charge mondialisée du tourisme sexuel voudrait laisser croire, les rapports entre sexe et tourisme ne se réduisent pas à une dimension individuelle, il s’agit d’un phénomène produit et reproduit socialement, ce qu’incarne l’existence matérielle d’espaces dédiés tels que Patpong.

6Enfin, le travail de Sébastien Roux peut intéresser la géographie sociale qui s’interroge sur les relations entre trajectoires sociales et trajectoires spatiales, à l’échelle individuelle. Les espace vécus des travailleuses-eurs du sexe dessinent des réseaux de lieux éclatés et sont exemplaires de la manière dont les individus négocient et parviennent à donner du sens à des espaces de vie complexes, qui sont loin de fonctionner uniquement sur le modèle de l’ancrage territorial qui a infusé la géographie occidentale classique. Dans un contexte d’exode rural, il y a d’abord le lieu d’origine, le village, où se trouvent la famille, parfois l’ex-mari, les enfants, avec lequel on reste en relation physique (quelques fois dans l’année), financière (en reversant une partie des bénéfices de l’activité) et symbolique (un repère affectif et moral, idéalisé, quel que soit la difficulté de la vie qu’on a pu y expérimenter). Il y a ensuite le lieu de travail, Patpong, qui renvoie à la fois à une moralité moindre et en même temps à une vision festive, légère, du travail accompli, rendue nécessaire à l’acceptation du travail du sexe. Il y a également le lieu de résidence, l’habitat intime, qui symbolise la réussite professionnelle et sociale : de l’appartement de la sœur, de la cousine, de l’amie du village, que l’on partage quand on arrive en ville, à la chambre d’hôtel luxueuse, financée par le petit-ami occidental riche, en passant par la colocation dans un quartier populaire pour faire des économies d’échelle. Il y a enfin l’Ailleurs, les lieux de la vie quotidienne des touristes, que l’on idéalise en rêvant à la rencontre providentielle qui mettra à l’abri du besoin, tout en les rejetant, car le départ physique est rarement souhaité. On peut rapidement lire les trajectoires de mobilité spatiale comme des trajectoires d’ascension sociale, mais si elles sont souvent des avancées vers le confort matériel, elles sont rarement des avancées vers le bonheur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amandine Chapuis, « No money, no honey de Sébatien Roux », Géographie et cultures, 85 | 2013, 136-139.

Référence électronique

Amandine Chapuis, « No money, no honey de Sébatien Roux », Géographie et cultures [En ligne], 85 | 2013, mis en ligne le 11 septembre 2014, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/gc/2794

Haut de page

Auteur

Amandine Chapuis

Université Paris Est Créteil Val-de-Marne

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals