Navigation – Plan du site

Les réactions des consommateurs japonais suite à la contamination nucléaire de mars 2011 et leurs conséquences sur le rapport au territoire

Eating behavior in Japan after March 2011: consumers' attitudes and geographical consequences
Louis Augustin-Jean et Nicolas Baumert
p. 49-64

Résumés

Le développement d’une crise alimentaire faisant suite à la contamination nucléaire de mars 2011 a obligé les autorités japonaises à prendre en urgence des mesures de protection de sa population. Toutefois les consommateurs n’ont pas toujours réagi en accord avec les décisions gouvernementales. Ils ont, en fait, plutôt agi en fonction de leur perception de la situation, modelée et modifiée par leur éducation, leur accès à l’information, leur lieu d’habitation, etc. En retour, non seulement leur rapport à la nourriture a été affecté, mais aussi leurs modes de consommation. À partir d’observations effectuées au Japon, d’une analyse de la presse et des résultats des premières enquêtes réalisées auprès des consommateurs, cette étude analyse le processus de recréation de normes alimentaires et la naissance d’un nouveau rapport au territoire révélé par la crise.

Haut de page

Texte intégral

1L’accident nucléaire de la centrale de Fukushima n° 1, faisant suite aux séismes et aux tsunamis du 11 mars 2011, a entraîné au Japon une crise alimentaire majeure. La réaction des autorités, qui ont tenté de définir des niveaux acceptables pour les produits entrant dans la chaine alimentaire, a néanmoins été ambigüe, créant une zone d’incertitude pour une partie de la population. Alors que la nourriture contaminée ne se distingue ni par l’apparence, ni par l’odeur, il s’agit de voir comment cette forme d’angoisse a abouti à un travail de redéfinition des normes de sûreté alimentaire par les populations, travail qui a ensuite été en partie récupéré par le secteur privé. Face à l’incertitude provoquée par la contamination, certains consommateurs ont en effet redéfini, de façon individuelle puis collective, des normes de sécurité alimentaire en se basant non pas uniquement sur des données chiffrées et techniques, mais, également, selon des considérations géographiques. Pour en rendre compte, cet article se base sur une observation participante effectuée au Japon par les auteurs, sur une analyse de la presse et sur les résultats des premières enquêtes réalisées auprès des consommateurs. II analyse dans une première partie le développement de la crise alimentaire et les actions du gouvernement japonais. La seconde partie développe la réaction des consommateurs et la construction de normes de sûreté alimentaire, tandis que la troisième partie s’intéresse plus particulièrement au nouveau rapport au territoire induit par la crise.

Le développement d’une crise alimentaire et les actions du gouvernement japonais

  • 1 Voir le titre du Daily Yomiuri, 18 juillet 2011 : « ‘Colossal Blunder’ on radioactive cattle feed »
  • 2 Parmi les cas les plus médiatisés en France figure l’affaire survenue en juin 2011 lorsque du thé e (...)

2L’accident nucléaire a provoqué le rejet de nombreuses substances radioactives dans l’environnement. Ces substances se sont propagées à la fois dans le milieu marin et dans l’atmosphère, sous forme de gaz ou d’aérosols dont une partie est retombée au sol pour former des dépôts radioactifs persistants. La zone touchée est vaste, représentant, selon les taux retenus, jusqu’à 17 % du territoire de l’archipel japonais. Mais, au-delà de cet impact direct, l’accident a surtout eu un effet sur l’ensemble des productions alimentaires, qu’elles soient végétales, animales ou d’origine marine, entraînant le développement d’une crise alimentaire. Dès le 19 mars 2011, un premier cas de contamination était détecté dans du lait venant d’une ferme située à 30 km de la centrale accidentée. Par la suite, des épinards des départements voisins de Tochigi, Gumma et Ibaraki ont été eux aussi déclarés contaminés. Le 15 avril, sur une liste de 98 produits testés par le ministère de la Santé, du Travail et du Bien-être, 22 contenaient des taux de contamination au-dessus des normes nouvellement édictées, dont un poisson pêché à 40 km de la centrale qui présentait un taux environ 25 fois supérieur à cette limite. Enfin, en juin, il était révélé que de la viande dépassant les taux acceptés avait été distribuée et parfois vendue dans 45 des 47 départements du pays1, tandis que des tests effectués au niveau international montraient une contamination de produits japonais à l’exportation2.

3La chronologie des cas détectés et leur nature s’expliquent par le fait que les dépôts de substances formés lors de la dispersion du panache radioactif ont d’abord entraîné une contamination des parties aériennes des plantes et, par conséquent, des productions végétales. Les légumes à feuilles ont été les plus immédiatement affectés, mais les dépôts ont ensuite été absorbés par les plantes entraînant par la suite des taux élevés de contamination sur les tubercules, les fruits et le riz. La contamination des animaux et des produits de l’élevage (viande, lait, œuf) a résulté de l’alimentation du bétail en fourrage et en eau par des denrées contaminées selon un processus de transfert (Repussard, 2012, p. 84).

  • 3 Le 30 septembre 1999, un accident dû à une erreur de manipulation dans la centrale nucléaire de Tok (...)

4La crise née de l’accident nucléaire est une crise longue, de grande ampleur, qui se poursuivra encore pendant de nombreuses années du fait de la nature des rejets comprenant notamment du césium 137 dont la période radioactive est de plus de 30 ans. C’est à cette situation inédite qu’ont dû faire face dans l’urgence les autorités japonaises. Avant l’accident du 11 mars 2011, il n’existait pas véritablement de réglementation concernant l’interdiction à la consommation de produits contaminés (Berends, Kobayashi, 2012). Seules quelques recommandations faites par la Commission de sécurité nucléaire en 2002 après l’accident de Tokaimura de 1999 avaient été formulées3. Suite à la crise en cours, le gouvernement japonais a dû fixer des niveaux maximum de contamination acceptables et s’assurer que de la nourriture trop contaminée ne se retrouve pas sur le marché. Grâce aux recommandations de 2002, les autorités japonaises pouvaient rapidement mettre en place un outil législatif permettant un premier contrôle des produits entrant dans la chaîne alimentaire. La nourriture vendue au Japon devait répondre à des normes maximales en Bq/kg et, en principe, un système de tests des produits devait permettre qu’en cas de dépassement, les productions en provenance de la zone contaminée puissent être interdites.

Tableau 1 – Comparaison des normes de commercialisation et de consommation des denrées alimentaires concernant les valeurs des césiums 134 et 137

Valeurs autorisées en Bq / kg

Eau

Lait

Aliments de base

Aliments pour enfants

Japon avant avril 2012

200

200

500

200

Japon depuis avril 2012

10

50

100

(incluant les produits laitiers)

50

États-Unis

1 200

1 200

1 200

1 200

Union européenne

1 000

1 000

1 250

400

Codex

1 000

1 000

1 000

1 000

Adapté de MLHW (2012)

5Le 17 mars, 6 jours après le tremblement de terre, diverses mesures en rapport avec les produits de l’alimentation courante étaient ainsi annoncées. Pour l’eau et le lait, les limites de contamination radioactive maximale étaient fixées à 300 Bq/kg pour l’iode 131 et à 200 Bq/kg pour le césium. Pour les légumes, les valeurs étaient respectivement de 500 et 2000 Bq/kg. Néanmoins, l’ensemble des produits n’était pas couvert, ce qui montre combien une crise nucléaire de cette ampleur était peu envisagée par les autorités. Il n’y avait, par exemple, ni de règlementation, ni de mesures prévues pour la contamination des poissons et des fruits de mer. Ces normes ont seulement été ajoutées le 5 avril 2011, soit presque un mois après le début de la crise, ce qui laisse supposer que, pendant cette période, des produits contaminés se sont retrouvés à la vente sans que les consommateurs aient été informés (Hamada et al., 2012). L’ensemble des niveaux maximums autorisés concernant les césiums 134 et 137 a ensuite été revu à la baisse à partir d’avril 2012 sur l’ensemble du territoire japonais. Aujourd’hui, les limites maximales autorisées par le Japon sont parmi les plus sévères au monde. Selon les produits, elles sont inférieures de 4 à 20 fois aux normes édictées en mars 2011. Concernant l’eau, la limite au Japon est de 10 Bq/kg, tandis qu’elle est de 1200 aux États-Unis et de 1000 en Europe (tableau 1).

6Concernant le découpage géographique, l’échelle retenue pour les tests a d’abord été l’échelle départementale. Une inspection hebdomadaire sur 5 groupes de produits dans les 11 départements les plus touchés a ainsi été décidée. La zone a été étendue à 14 départements en juin 2011 puis à 17 en août 2011 (carte 1). Les mesures effectives des tests ont été mises en œuvre sur une base régulière par les départements qui ont donc eu la possibilité de décider elles-mêmes du choix de l’échantillonnage et des méthodes utilisées. Ainsi, Miyagi, Niigata et Nagano ont introduit des taux maximum autorisés plus sévères que les mesures gouvernementales, tandis que le département de Fukushima testait en avril 2012 plus de 200 produits par jour (Japan Times, 31 mars 2012).

Carte 1 – Zonage des tests des productions alimentaires et des interdictions mises en place au Japon depuis avril 2011

Carte 1 – Zonage des tests des productions alimentaires et des interdictions mises en place au Japon depuis avril 2011

Cartographie d’après MLHW (2012)

7Le système des tests des aliments s’est toutefois heurté à des contraintes techniques liées à l’appareillage et au nombre de machines disponibles, au moins dans les premiers mois. Les départements les plus touchés manquaient de moyens pour acheter les appareils de mesure en nombre suffisant pour réaliser l’ensemble des tests hebdomadaires. Un système de prêts a donc été mis en place pour de nombreux départements et, dans le cadre des aides aux départements, les appareils des départements d’Iwate et de Fukushima ont été financés par l’État. Afin de rendre plus crédibles les déclarations des autorités, le ministère de la Santé a aussi mis en ligne sur son site internet, à partir de début avril 2011, les résultats d’analyses de différents produits alimentaires concernant l’iode 131, le césium 134 et le césium 137. Dans l’année qui a suivi l’accident, plus de 100 000 prélèvements de toute origine géographique ont été effectués. Environ 1 % dépassait les normes, tandis que, pour le département de Fukushima, le taux atteignait 3,3 % (MHLW, 2012).

8Dans la réponse apportée à la situation de crise alimentaire, la réaction des autorités ne constitue cependant qu’une partie de l’équation car, face à des risques difficiles à apprécier, les Japonais n’ont pas nécessairement réagi en accord avec les décisions gouvernementales. Ils ont en fait plutôt agi en fonction de leur perception de la situation, modelée et modifiée par leur éducation, leur accès à l’information, leur lieu d’habitation – plus ou moins distant de la centrale, etc. En retour, non seulement leur perception de la nourriture a été modifiée, mais aussi leurs modes de consommation, ce qui pourrait aboutir à la construction de nouvelles normes de qualité.

La réaction des consommateurs et la construction de normes de qualité

9Suite à la catastrophe nucléaire, les Japonais se sentent de plus en plus concernés par les questions de sécurité alimentaire. Selon une enquête du gouvernement japonais, 66 % de la population a une certaine connaissance de la sécurité alimentaire, chiffre en hausse de 28,6 % par rapport à l’enquête précédente de 2010 (Kyodo, 1er juin 2012). De la même façon, une enquête Nikkei de début 2012 indique que depuis l’accident de Fukushima, 70 % des personnes interrogées se sentent « grandement concernées par la contamination alimentaire » (Nikkei, 7 mars 2012). Cette connaissance accrue s’exprime plutôt en négatif, car elle est le reflet de l’inquiétude née de la catastrophe et du manque de confiance par rapport aux normes édictées par le gouvernement et à la nature des contrôles.

  • 4 Sur cette question, le lecteur peut se reporter, entre autre, au site de la CRIIRAD (Commission de (...)

10Les raisons expliquant ce phénomène sont multiples. D’abord, les avis des experts sont parfois divergents, et la connaissance scientifique ne semble pas suffisamment précise dans ce domaine. Ensuite, au début de la catastrophe surtout, les départements et municipalités ont admis qu’ils n’avaient pas suffisamment d’équipements pour effectuer les tests qui ne sont par ailleurs pas réalisés de façon identique suivant les lieux. Enfin, l’attitude du gouvernement lui-même a donné lieu à des critiques. Non seulement les autorités ont réagi avec retard et de façon partielle, mais surtout, de nombreux articles et rapports ont indiqué qu’il avait tenté de cacher l’ampleur des dégâts, que ce soit au niveau de la contamination directe ou de la chaîne alimentaire4.

11Les défaillances, en réalité peu nombreuses, ont été perçues comme une incapacité du gouvernement à protéger la population – comme, par exemple, la commercialisation de bœuf contaminé, en juin 2011. De fait, même si, sur les 114 000 tests effectués depuis la mise en place de la nouvelle réglementation, seulement 1 394 ont été contrôlés au-dessus des normes et que seuls 14 produits en vente se sont révélés contaminés, le point important pour les populations réside dans l’existence de ces 14 cas connus. Les mots d’une mère de deux enfants de 7 et 4 ans résument le sentiment général : « J’ai un sentiment d’angoisse par rapport à la sécurité des aliments (…) et je ne peux pas vraiment croire le gouvernement. J’ai mes propres normes de sécurité et je fais mes propres choix » (Aoki, 4 janvier 2012). La confusion née des différentes interprétations de la norme, n’a pas augmenté le risque lui-même mais plutôt sa perception, qui elle, est variable selon les individus et a entraîné des comportements divers.

12De par leur réaction, au moins trois groupes de consommateurs peuvent ainsi être différenciés : un groupe « passif » qui a peu modifié ses habitudes en matière d’alimentation et deux groupes plus actifs, mais pour des raisons différentes.

  • 5 Des interviews systématiques réalisées par les auteurs auprès des serveurs de 12 restaurants situés (...)
  • 6 De ce point de vue, il est intéressant de constater que certaines ONG et coopératives, très engagée (...)

13Le premier groupe, quantitativement le plus important, n’a pas vraiment modifié son mode de consommation. Cette attitude se retrouve dans l’ensemble du pays, et, si elle concerne presque la totalité des habitants vivant dans l’ouest et dans le sud du Japon, moins affectés par la catastrophe, elle est aussi très courante dans la région de Tokyo5. Ce manque d’évolution des comportements ne veut pas dire pour autant que ces personnes ne se soucient pas de la sécurité alimentaire. En fait, leur attitude a davantage cherché à ne pas savoir, de manière à réduire l’anxiété provoquée par leur inaptitude à évaluer le risque. Cette inaptitude est liée à plusieurs facteurs, tels que le fait de recevoir une quantité de chiffres difficiles à interpréter pour le profane ; d’accéder à une information brouillée et souvent contradictoire ; de ne pas entendre la voix des autorités de façon suffisamment claire (car incluse dans un flot d’informations divergentes), etc.6 Une autre raison expliquant l’attitude passive des individus est que nombre d’entre eux ont tendance à négliger le risque, les conséquences éventuelles n’étant pas immédiates mais décalées dans le temps. Cette attitude est conforme à celle constatée depuis longtemps pour d’autres phénomènes tels que les conséquences du tabagisme (Thaler et Sustein, 2008). Enfin, la perception du risque tend à baisser pour des évènements plus éloignés dans le temps et les consommateurs d’aujourd’hui sont moins sensibles à la contamination alimentaire qu’ils ne l’étaient au début de la crise.

14D’autres individus ont, au contraire, modifié leurs modes de consommation en privilégiant la consommation des produits en provenance des régions les plus touchées afin d’aider les populations et de défendre l’économie locale. Ce comportement a été encouragé par des campagnes gouvernementales. Le porte-parole du gouvernement, Edano Yukio, a ainsi été photographié en train de manger des fraises de Fukushima peu de temps après la catastrophe ; des officiels ont également été vus dans un restaurant servant de la nourriture du département (Harlan, 15 avril 2011). L’efficacité de ces démarches gouvernementales, qui ressemblent davantage à de la propagande qu’à une volonté réelle d’information, reste à démontrer et il est probable que les campagnes du Japan Tourist Association telles que Destination Tōhoku se sont montrées plus convaincantes. De fait, la presse a largement fait état de mouvements de citoyens, en majorité des personnes âgées, moins sensibles à la contamination radioactive, qui visitent les régions les plus en difficulté en consommant les produits locaux (Japan Times, 26 mars 2012). Ces personnes ont des sentiments « localistes » affirmés, dans le sens où leur objectif est d’aider la région touchée, voire le pays à se redresser. Elles n’ignorent bien évidement pas le risque alimentaire potentiel (ou perçu), mais elles effectuent une sorte d’analyse coûts/avantages sommaire, dans laquelle les risques sur leur propre santé semblent faibles en comparaison des bénéfices qu’ils peuvent apporter aux régions dévastées. Les bénéfices ne sont d’ailleurs pas uniquement économiques, mais également « civiques » et psychologiques (l’aide apportée constituant aussi un soutien moral aux populations) à l’image des slogans et affichages Ganbare Nippon (Courage Japon !) qui se sont succédés presque sans interruption au cours de la première année de la crise.

  • 7 D’une manière générale, la crise nucléaire a poussé à la montée de la société civile et à l’activis (...)
  • 8 Bien entendu, il s’agit ici de tendances, et nous avons déjà indiqué que pour la majorité des Japon (...)
  • 9 C’est par exemple le cas du projet CRMS (Citizen’s Radioactivity Measuring Station) qui a pour obje (...)

15Le troisième groupe est également très actif, mais de façon diamétralement opposée au précédent et plus critique de l’action gouvernementale, car les mesures et l’information fournies lui servent de base pour effectuer des choix propres, parfois en opposition avec les décisions des autorités. Son action est propice à la montée de la société civile et fait évoluer l’ensemble du corps social vers une responsabilisation accrue7. Le degré d’engagement diffère du plus individuel au plus collectif et selon le groupe social et la résidence géographique des individus (en conformité avec la notion d’habitus – Bourdieu, 1979). Au niveau de l’appartenance sociale et géographique, les données éparses dont nous disposons semblent indiquer que l’engagement est plus fort et a été plus précoce chez les personnes déjà concernées par la qualité agroalimentaire avant la catastrophe, par exemple, les membres de coopératives de consommateurs et les femmes avec des enfants en bas âges. Sur le plan géographique, les habitants des zones proches de l’accident se sont sentis davantage concernés que les résidents du sud du pays8. À cette première distinction, se mêle une seconde dimension, allant de l’individuel au collectif. Sur le plan individuel, l’individu tend à mettre en doute les critères existants et à reconstruire ses propres normes, par exemple, en achetant (ou en refusant d’acheter) de la nourriture ayant certaines caractéristiques. À cette attitude individualiste s’est superposée une action plus collective, qu’elle ait été générée par des associations ou coopératives déjà existantes ou par des organisations nouvellement créées. Face au risque perçu, les gens qui se sentaient les plus concernés se sont organisés pour protéger le bien public (la sécurité alimentaire) en collectant et disséminant l’information, voire même en la créant, au risque d’accroître encore la confusion ambiante. De nouvelles et anciennes ONG et coopératives ont, par exemple, acquis un équipement afin de tester la nourriture apportée par les citoyens9.

16Le comportement de ce dernier groupe de consommateurs illustre bien les conséquences d’une mauvaise adéquation entre les aspirations des individus en matière de sûreté alimentaire et les prises de décisions des politiques, plutôt orientées par le travail des experts. Ces conséquences peuvent aboutir à la reconstruction de systèmes de sécurité alimentaire individuels et/ou partagés, pouvant éventuellement être récupérés et institutionnalisés par le secteur privé. Ainsi, le groupe Aeon/Jusco a été un des premiers à mettre en place une norme privée et à garantir que les produits vendus dans ses magasins seraient inférieurs à 30 Bq/kg (Daily Yomiuri, 24 avril 2012). Certaines municipalités ont également suivi cette nouvelle norme, beaucoup plus stricte que celle du gouvernement, en particulier pour leurs cantines scolaires (Kyodo, 29 mars 2012).

  • 10 « 46.8 % of the respondents disagreed or strongly disagreed that the government is doing a good job (...)

17La crise alimentaire a donc été l’occasion de mettre en relief le manque de confiance d’une partie des Japonais eu égard à l’action du gouvernement en matière de sûreté alimentaire. Celle-ci n’est pas nouvelle. Si certaines personnes continuent à accorder leur confiance dans les réglementations mises en place par le gouvernement japonais, nous savons qu’elles sont minoritaires, puisqu’une étude de 1999 montrait déjà que les Japonais pensaient que leur gouvernement « ne faisait pas un bon travail en matière de sûreté alimentaire10 ». Bien que la majorité de la population ait eu un comportement relativement passif, l’action d’une minorité bien décidée et concernée a donc provoqué des changements de normes, pas seulement instituées par les autorités, mais aussi par des groupes privés. Il est certainement trop tôt pour savoir si un standard national privé pourra se mettre en place, mais il est significatif que certains groupes de distribution aient déjà commencé à œuvrer dans ce sens.

Un nouveau rapport au territoire

18Les réactions des consommateurs, entre besoin de sécurité et volonté de soutenir coûte que coûte une difficile reconstruction des régions touchées, traduisent un nouveau rapport au territoire révélé par la crise. Le rapport au risque n’est pas, au Japon, une question nouvelle, mais la menace suscitée par la radioactivité lors du dernier évènement lui ajoute toutefois une dimension inédite car la réflexion « traditionnelle » sur la qualité alimentaire se double à présent d’une réelle question de sécurité qui va perdurer sur le long terme. Le résultat des différents types d’actions observées, a été de redessiner les frontières de la sûreté alimentaire, qu’elles soient, géographiques ou psychologiques.

19Sur le plan technique, les consommateurs pour qui la sécurité des aliments représente une préoccupation majeure ont eu recours à deux types de comportement qui se sont combinés de différentes façons. D’une part, ils recherchent souvent les normes les plus basses possibles. L’anthropologue Cisterna estime qu’elles se sont fixées globalement à 50 Bq/kg, soit 10 % du niveau des normes gouvernementales avant les changements d’avril 2012 (Cisterna, 2012). D’autre part, ces normes « techniques » n’étant pas toujours comprises des populations (elles ne sont pas toujours suffisantes à générer un sentiment de sécurité), une norme géographique s’est donc établie en parallèle. Cette norme, opérant une cartographie mentale du risque, s’est mise en place dès le début de la crise par la constitution, chez de nombreux consommateurs, d’une zone d’« exclusion » (le zonage est d’autant plus facile à établir au Japon que l’origine des produits est très souvent indiquée). Cisterna après un entretien avec un producteur d’aliments biologiques de Fukushima note ainsi ce commentaire illustrant bien le hiatus existant entre les mesures et la représentation du risque : « Il a perdu 80 % de ses clients (…). Il ne comprend pas pourquoi les consommateurs sont encore effrayés par ses produits alors qu’il leur fournit le certificat. (…) » (ibid.). Cette observation est confirmée à un niveau plus global par l’enquête de Ujiie Kiyokazu, chercheur à l’université de Tsukuba, qui montre que plus de 50 % des femmes mariées de Tokyo et plus de 60 % de celles du Kansai n’achèteraient pas de riz provenant de Fukushima, Miyagi et Ibaraki – dont respectivement 30 % et 40 % qui ont indiqué que cela s’appliquait même si aucun taux de radioactivité n’était détecté (Kimura et al., 2011).

20De la même manière que les consommateurs les plus concernés par la sécurité des aliments recherchent la norme la plus basse sur le plan technique, c’est l’espace le plus vaste qui est pris en compte dans la cartographie mentale du risque (sur ce point, le zonage gouvernemental influence grandement les perceptions d’un risque élargi à l’ensemble de l’ouest du pays, même si aucun cas de contamination n’a, pour le moment, été détecté sur la mer du Japon). Ce comportement constitue la clé explicative du changement d’attitude des Japonais par rapport à leur alimentation et à la reconstruction de la notion de sûreté et de qualité. L’élaboration de normes géographiques par certains consommateurs a échappé à de nombreux experts (et paysans) ainsi qu’au gouvernement, mais pas aux distributeurs et aux industriels. Ainsi, alors que dans un premier temps les supermarchés de Tokyo avaient fait la promotion des produits de Fukushima, Miyagi et Iwate, ils ont ensuite changé de stratégie et se sont au contraire adaptés à la demande des consommateurs les plus exigeants (Nikkei Report, 29 mars 2012). Il est à noter que certaines coopératives et entreprises des régions du Kantō et du Tōhoku se trouvent aussi dans une situation inconfortable. Traditionnellement, elles faisaient le lien entre les paysans et les consommateurs urbains en fournissant à ces derniers des produits biologiques. Cependant, ces paysans étaient majoritairement localisés dans les départements touchés par la contamination. Comment, dans cette situation, continuer à procurer une nourriture de qualité aux adhérents sans causer de tort aux producteurs ? Un compromis, imparfait, a été pour certaines coopératives ou compagnies de s’approvisionner dans d’autres régions, tout en allouant un budget aux paysans des zones contaminées (Otake, 2011).

21C’est en définitive au gouvernement japonais d’assurer cet équilibre difficile à trouver entre la sûreté alimentaire, les intérêts économiques et la défense des paysans, tandis que de leur côté, les distributeurs, qui sont essentiellement responsables devant leur clientèle, sont prêts à mettre en place des normes plus sévères, malgré la désapprobation officielle du gouvernement (Daily Yomiuri, 24 avril 2012). La réaction générale des consommateurs, malgré les nuances que nous avons pu distinguer, a donc généré un territoire séparé en deux : d’une part les régions contaminées, où l’indication de l’origine joue dans un sens négatif, et, d’autre part, les régions éloignées pour lesquelles cette même indication joue dans un sens positif. Le besoin de traçabilité augmentant, l’importance accrue prise par l’indication de l’origine des produits va certainement accélérer le développement de nombreux labels d’origine hors des zones les plus touchées et accentuer le processus de définition, déjà en cours avant la catastrophe, d’une qualité définie par rapport à l’origine géographique des produits (Augustin-Jean, Sekine, 2012 ; Baumert, 2012). En situation de contamination d’un territoire, la référence géographique n’est plus seulement une référence à une qualité renvoyant à un processus de jugement de la valeur d’un terroir et d’un savoir-faire, mais bien à la qualité d’un produit pouvant être considéré comme sain pour l’alimentation humaine.

  • 11 Le soja, le blé, les produits laitiers et la viande sont les plus grands pôles de dépendance. Chiff (...)
  • 12 Ces aides, souvent apparentées avec justesse à un système clientéliste répondaient toutefois au moi (...)
  • 13 En 1995, la nouvelle loi alimentaire a instauré un retrait étatique du contrôle de la production et (...)
  • 14 On pense en particulier à la mode du chisan chishō (productions et consommations locales) qui s’éta (...)

22En changeant d’échelle, l’importation de denrées en provenance de l’étranger apparaît aussi comme une solution de sécurité immédiate. Une enquête de début 2012 portant sur le riz a montré que, tant les consommateurs individuels que les chaines de restauration, avaient augmenté leurs achats de riz étranger à la fois pour des raisons de sécurité mais aussi de prix – entre 2010 et 2012, le prix du riz a globalement augmenté de 20 % (Daily Yomiuri, 6 avril 2012). Cette évolution est toutefois problématique du point de vue de l’indépendance alimentaire du pays. En effet, déjà avant la catastrophe, le Japon était le plus grand importateur mondial de produits agroalimentaires et son taux d’autosuffisance (mesuré en calories) atteignait à peine 39 %11, tandis que l’agriculture japonaise, elle, était entrée dans un système à deux vitesses. Elle était à la fois peu compétitive au regard du système libre-échangiste auquel une partie de ses élites économiques souhaitaient la faire entrer, mais elle sauvegardait le rapport au territoire par des aides diverses, en particulier sur le riz (Tsuji, 2008)12. En faisant partiellement reculer la perception de la qualité des aliments à son acception de sécurité, la crise alimentaire de 2011 a touché le système en son cœur. D’abord parce que la géographie de la riziculture depuis les réformes de 199513 montrait justement une redistribution de la production dans les régions du nord-est du pays, en particulier le Tōhoku, l’Hokuriku et le Nord du Kantō (environ 20 % de la production rizicole japonaise est donc directement affectée par les conséquences de l’accident) ; ensuite parce que dans les régions touchées, le développement de systèmes d’indication d’origine, tout comme la consommation de produits locaux qui étaient alors en plein développement, montre ici une faiblesse qui avait peu été envisagée auparavant14.

23C’est donc un nouveau rapport au territoire qui se profile, exacerbé par la crise alimentaire. Il laisse entrevoir au Japon des conséquences majeures, à toutes les échelles, sur les relations entre l’homme, son milieu et son alimentation. Sur ce point, le débat devient éminemment politique, voire philosophique. Augustin Berque, en analysant les conséquences de la catastrophe du 11 mars sur le rapport entre la société japonaise et son milieu, indique justement que c’est l’abstraction de la société moderne hors de son milieu et de son histoire qui a créé la catastrophe et non le couple classique aléa-vulnérabilité (Berque, 2012, p. 41-42). La crise révèlerait ainsi la faiblesse de la chaine alimentaire et, en particulier, de son appareil de production territorialisé, l’agriculture, face aux catastrophes liées à la modernité qui a rompu le lien individuel et sociétal du pays avec son milieu. La catastrophe nucléaire a renversé l’équilibre qui existait entre les productions locales japonaises survalorisées et l’importance des importations. En révélant les faiblesses et les incohérences du système alimentaire, elle oblige à une redéfinition qui ne pourra se faire qu’en impliquant l’ensemble du corps social, dont les consommateurs en plein doute deviennent, de plus en plus, les nouveaux décideurs.

Haut de page

Bibliographie

Aoki M., 4 janvier 2012, « Mothers first to shed food-safety complacency », Japan Times.

Augustin-Jean L., Sekine, K., 2012, « From products of origin to geographical indications in Japan: Perspectives on the construction of quality for the emblematic productions of Kobe and Matsusaka beef », in L. Augustin-Jean, H. Ilbert, N. Saavedra-Rivano (dir.), 2012, Geographical indications and international agricultural trade: The challenge for Asia, Basingstoke UK, Palgrave Macmillan, p. 139-163.

Baumert N., 2012, « The development of geographical standards for sake in Japan », in L. Augustin-Jean, H. Ilbert, N. Saavedra-Rivano (dir.), 2012, Geographical indications and international agricultural trade: The challenge for Asia, Basingstoke UK, Palgrave Macmillan, p. 164-180.

Berque A., 2012, « Milieu, co-suscitation, désastres naturels et humains », Ebisu, n° 47, p. 41-48.

Berends G., Kobayashi M., 2012, « Food after Fukushima, Japan’s regulatory response to the radioactive contamination of its food chain », Food and Drug Law Journal, p. 51- 64.

Bourdieu, P., 1979, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.

Cisterna, N., 2012, « Spaces of uncertainty in the food supply after Fukushima », an STS Forum, http://fukushimaforum.wordpress.com/
online-forum-2/online-forum/spaces-of-incertainty-in-the-food-supply-after-fukushima/, consulté le 15 février 2013.

Daily Yomiuri, 18 juillet 2011, « ‘Colossal Blunder’ on radioactive cattle feed. Govt officials admit responsibility for foul-up that let tainted beef enter nation’s food supply ».

Daily Yomiuri, 24 avril 2012, « Gvt asks businesses not to set cesium limits ».

Daily Yomiuri, 6 avril 2012, « Consumers opt for cheaper imported rice ».

Hamada N., Ogino H., Fujimichi Y., 2012, « Safety regulations of food and water implemented in the first year following the Fukushima nuclear accident », Journal of Radiation Research, 53, p. 641–671.

Harlan C., 24 avril 2011, « Safety regulations of food and water implemented in the first year following the Fukushima nuclear accident », Washington Post.

Japan Times, 26 mars 2012, « Promoting Tohoku Tourism ».

Japan Times, 31 mars 2012, « Officials Gird for More Food Testing ».

Kimura H., Nannichi K., Sawa N., Kobayashi M., 17 septembre 2011, « Distrust of government standards fuels avoidance of Tohoku food », Asahi Shinbun.

Kyodo, 1er juin 2012, « 44 Japanese municipalities test school lunch for cesium ».

Lévy C., Ribault T. (dir.), 2012, « Catastrophes du 11 mars 2011, désastre de Fukushima : fractures et émergences », Ebisu, n° 47.

McFarland S., Spaeth S., 11 mars 2012, « Tokyo food radiation safety: It’s personal », CNN.

Ministry of Agriculture, Forestry and Fisheries (MAFF), 2012, FY2011 Annual report on food, agri­culture and rural areas in Japan, http://www.maff.go.jp/j/wpaper/w_maff/h23/ pdf/e_all.pdf, consulté le 28 février 2013.

Ministry of Health, Labour and Welfare (MHLW), 2002, Kinkyuji ni okeru shokuhin no hōshanōsokutei manuaru [(en japonais) Manuel de recommandations sur la mesure des radiations des aliments en situation de crise], http://www.mhlw.go.jp/stf/houdou/2r9852000001558e-img/2r98520
000015cfn.pdf, consulté le 28 février 2013.

Ministry of Health, Labour and Welfare (MHLW), 2012, Sum up of test result of food sampled until 31 March 2012, http://www.mhlw.go.jp
/english/topics/2011eq/dl/01Apr2013_Sum_up_until_31Mar2012.pdf, consulté le 28 février 2013.

Le Monde, 17 juin 2011, « Du thé radioactif japonais intercepté à Roissy ».

Nikkei, 7 mars 2012, « Fukushima Disaster Raised Awareness of Food Safety: Polls », Nikkei Report.

Nikkei, 29 mars 2012, « Localities to ramp up radiation testing of food », Nikkei Report.

Ohnuki-Tierney E., 1993, « Pureté et soi primordial : la nature japonaise », Géographie et cultures, n° 7, p. 75-92.

Otake T., 26 Juin 2011, « Irradiated food poses moral dilemmas », Japan Times.

Repussard J. (dir.), 2012, Fukushima, un an après : premières analyses de l’accident et de ses conséquences, rapport IRSN/DG/2012-001.

Shimohirao I., Itō T., Yanai M., 2009, Chisan chishō [(en japonais) Productions locales, consommations locales], Tokyo, Nippon hyōronsha.

Smith D., Riethmuller P., 1999, « Consumer concerns about food safety in Australia and Japan », International Journal of Social Economics, vol. 26, n° 3, p. 724-741.

Thaler R. H., Sustein, C. R., 2008, Nudge: Improving decisions about health, wealth, and happiness, Yale, Yale University Press.

Tsujii H., 2008, « Sekai shokuryō kiki to nihon shokuryō anzen hyoshō [(en japonais) La crise alimentaire mondiale et la sécurité du Japon] », Sekai, p. 102-110.

Haut de page

Notes

1 Voir le titre du Daily Yomiuri, 18 juillet 2011 : « ‘Colossal Blunder’ on radioactive cattle feed ».

2 Parmi les cas les plus médiatisés en France figure l’affaire survenue en juin 2011 lorsque du thé en provenance de la commune d’Omaezaki dans le département de Shizuoka a été saisi par les douanes françaises (Le Monde, 17 juin 2011). Cette affaire a été largement reprise dans la presse japonaise durant tout le mois de juin 2011.

3 Le 30 septembre 1999, un accident dû à une erreur de manipulation dans la centrale nucléaire de Tokaimura (Ibaraki), a provoqué l’irradiation de 199 personnes et la mort de deux ouvriers. Officiellement, il n’y a pas eu de contamination à l’extérieur du site, mais les exploitants agricoles des environs ont dû faire face à une annulation des commandes. La publication du Manuel de recommandations sur la mesure des radiations des aliments en situation de crise en 2002, est une réponse des autorités japonaises à cette affaire (MHLW, 2002).

4 Sur cette question, le lecteur peut se reporter, entre autre, au site de la CRIIRAD (Commission de Recherche et d'Information Indépendantes sur la Radioactivité), http://www.criirad.org, et au numéro spécial de la revue Ebisu de l’été 2012 (Lévy, Ribault, 2012).

5 Des interviews systématiques réalisées par les auteurs auprès des serveurs de 12 restaurants situés à Tokyo ont montré, d’une part, qu’ils ne savaient pas d’où provenait la nourriture qu’ils vendaient et que, d’autre part, personne ne leur demandait jamais ce genre d’information. Des discussions informelles avec les clients ont permis d’affiner ce résultat : si la plupart des clients ne regarde jamais le niveau de contamination, ceux qui indiquent le faire chez eux pensent que c’est inutile au restaurant, car cela est de la responsabilité du restaurateur.

6 De ce point de vue, il est intéressant de constater que certaines ONG et coopératives, très engagées dans la protection des populations et qui tentent de fournir une information objective, ne permettent pas aux gens de sortir de cette incertitude. Ainsi, Peter Franken, de la NPO Safecast, qui collecte et diffuse les mesures des radiations a déclaré sur CNN : « Vous devez décider par vous-même ce que croyez et ce que vous ne croyez pas » (cité par McFarland et Spaeth, 2012).

7 D’une manière générale, la crise nucléaire a poussé à la montée de la société civile et à l’activisme des individus. Le nombre de participants aux manifestations antinucléaire à Tokyo, en forte augmentation, en est un signe manifeste ; de la même façon, des artistes célèbres, tels que l’écrivain Murakami Haruki, qui n’étaient pas spécialement engagés politiquement avant la catastrophe, participent maintenant activement à ce mouvement.

8 Bien entendu, il s’agit ici de tendances, et nous avons déjà indiqué que pour la majorité des Japonais, la passivité avait été l’attitude dominante.

9 C’est par exemple le cas du projet CRMS (Citizen’s Radioactivity Measuring Station) qui a pour objectif à la fois de tester la nourriture mais aussi de proposer des mesures indépendantes de radioactivité, disponibles en ligne www.crms-jpn.com/

10 « 46.8 % of the respondents disagreed or strongly disagreed that the government is doing a good job of making food safe, while 23 % had no opinion » (Smith, Riethmuller, 1999, p. 736).

11 Le soja, le blé, les produits laitiers et la viande sont les plus grands pôles de dépendance. Chiffres du ministère de l’Agriculture portant sur la quantité de l’apport calorique en 2010 (MAFF, 2012, p. 11).

12 Ces aides, souvent apparentées avec justesse à un système clientéliste répondaient toutefois au moins autant, dans l’inconscient collectif, pour ne pas dire dans l’habitus collectif, à un désir de conserver le caractère unique des paysages de rizière apparentés au « soi-primordial » du pays (Ohnuki-Thierney, 1993).

13 En 1995, la nouvelle loi alimentaire a instauré un retrait étatique du contrôle de la production et des prix rizicoles.

14 On pense en particulier à la mode du chisan chishō (productions et consommations locales) qui s’était justement beaucoup développée dans le Tōhoku (Shimohirao et al., 2010).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 – Zonage des tests des productions alimentaires et des interdictions mises en place au Japon depuis avril 2011
Crédits Cartographie d’après MLHW (2012)
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/2881/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Augustin-Jean et Nicolas Baumert, « Les réactions des consommateurs japonais suite à la contamination nucléaire de mars 2011 et leurs conséquences sur le rapport au territoire », Géographie et cultures, 86 | 2013, 49-64.

Référence électronique

Louis Augustin-Jean et Nicolas Baumert, « Les réactions des consommateurs japonais suite à la contamination nucléaire de mars 2011 et leurs conséquences sur le rapport au territoire », Géographie et cultures [En ligne], 86 | 2013, mis en ligne le 27 novembre 2014, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/gc/2881 ; DOI : 10.4000/gc.2881

Haut de page

Auteurs

Louis Augustin-Jean

Hong Kong Polytechnic University
auyeung_ly@yahoo.fr

Nicolas Baumert

Université de Nagoya
baumert@ilas.nagoya-u.ac.jp

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals