Navigation – Plan du site

La dimension spatiale des sociabilités d’adolescents résidant dans un village francilien

The spatial dimension of teenagers’ sociabilities in an Île-de-France village
Julian Devaux
p. 57-72

Résumés

Alors que les adolescents ruraux sont le plus souvent représentés au travers des figures de l’isolement et de l’enfermement, cet article montre à l’inverse, en s’appuyant sur les données issues d’une ethnographie réalisée au sein d’un village francilien, toute la richesse qui caractérise leurs sociabilités, notamment au travers des différents lieux qu’ils investissent au quotidien (l’espace public, l’espace domestique, le foyer rural, les lieux extérieurs à la commune) et invite de manière générale à penser l’adolescence rurale contemporaine dans sa diversité, en prenant en compte les effets de genre et des trajectoires socio-résidentielles.

Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre d’une ethnographie localisée menée auprès d’adolescents résidant en milieu rural francilien et portant sur leurs processus de socialisation du temps libre, notre réflexion a progressivement été amenée à se focaliser sur la dimension spatiale des sociabilités juvéniles. En effet, la sociabilité, « forme ludique de la socialisation » (Simmel, 1999), est particulièrement centrale à l’adolescence en ce sens qu’elle consacre l’autonomie progressive des individus vis-à-vis des instances socialisatrices traditionnelles que sont la famille et l’école. Une des hypothèses qui a notamment guidé notre réflexion est l’existence de liens dynamiques entre espace et socialisation (Authier, Grafmeyer, 2008), en particulier à l’adolescence (Kokoreff, 1994), et donc de la nécessité d’appréhender les sociabilités à cet âge dans leur dimension spatiale. Cette réflexion permet d’apporter un éclairage sur des adolescents ruraux qui restent très peu étudiés en sciences sociales et pour lesquels il existe une certaine méconnaissance quant à leurs conditions de socialisation, notamment aux rapports qu’ils peuvent entretenir à différents territoires. Plus précisément, il sera intéressant de resituer cette réflexion dans le contexte des transformations socio-démographiques que connaissent les territoires ruraux depuis plusieurs décennies (Mischi, Renahy, 2008 ; Guilluy, Noyé, 2006), en particulier ceux situés en Île-de-France (Berger, 2004) – en l’occurrence une croissance démographique et une diversification des profils socio-résidentiels – et d’en mesurer les impacts sur les sociabilités adolescentes. On propose ainsi de mettre en lumière dans cet article les différents lieux de sociabilité qui caractérisent le quotidien des adolescents ruraux aujourd’hui, tout en analysant les formes de sociabilité dont ces espaces sont porteurs (en termes de formes d’agrégation, de pratiques et de réseaux de sociabilités), et qu’on peut résumer au nombre de quatre : l’espace public, le foyer rural communal, l’espace domestique et les lieux extérieurs à la commune.

  • 1 L’ensemble des noms de lieux et de personnes cités dans cet article ont été changés dans un souci d (...)
  • 2 C’est-à-dire les territoires ruraux situés à proximité d’agglomérations urbaines.
  • 3 La commune en compte cinq dont le foyer rural communal, une association destinée aux personnes âgée (...)

2Cette réflexion s’appuie sur une monographie d’une commune rurale qui s’est déroulée de mars 2010 à septembre 2012. Bresson1 est un village d’openfield comptant environ 400 habitants, situé dans le Gâtinais francilien, dans les confins de la Seine-et-Marne. Caractéristique du rural francilien, et plus généralement des « zones rurales périphériques »2, il est majoritairement peuplé de classes populaires, mais est marqué depuis deux décennies par un processus de périurbanisation, liée à la proximité de la métropole parisienne, avec l’installation de ménages « jeunes », d’origine urbaine et le plus souvent issus des classes moyennes. Il conserve toutefois un caractère « rural » du fait de la persistance de sociabilités à base locale, essentiellement autour de l’école et des nombreuses associations locales3, ainsi que d’une activité agricole, avec 14 agriculteurs encore présents, ou encore de nombreux artisans traditionnels et du bâtiment.

  • 4 Des entretiens ont été réalisés de manière répétée avec certains d’entre eux.

3L’enquête ethnographique a par ailleurs privilégié une combinaison des méthodes de recueil des données. Elle s’est en premier lieu appuyée sur la réalisation de 33 entretiens semi-directifs avec 23 adolescents4 âgés de 11 à 19 ans, en l’occurrence 13 garçons et 10 filles résidant dans la commune. Afin d’approfondir cette analyse des sociabilités adolescentes, des séquences d’observation participante ont été réalisées avec un groupe d’adolescents de la commune au sein du foyer rural communal, au cours d’activités de loisirs encadrés : un « atelier vidéo ». Enfin, ces données ont pu être complétées par des séquences d’observation directe des pratiques de sociabilités des adolescents au sein de la commune mais aussi en co les teurbain

irect"2970" etenir à différents terrines cités dadolescence in its diversity, taking into account the effects of gender and of sociae s’es
    nnts x de hui,laRoéstrop enassb06), edes soyse risiel id= qmpte cinq dont5le foyer rural communal, une association destinée aux personnes âgée (...) 4
uences d’obs« ="#ts, mainsi que dles rdsdihs que parisiecaract encas="tabContent" linsgraphiealisées aveée menés données ont pu être ages 9 a/a>îlleuré amt entre «valé s" href="#fsocisées aveéaarisrofocomplétées par dses qui aompls="fésenpothèsepalldant 1999), est partet issus mou êtreécessithref="#cen2" hrefecomplétées par ref="#on peut rune aude hreplus lisatrices t">1-fr" persistance des : un « atelier vidéo ». Enfdes sociabiliisées aveé uencon peut r écessitvalé séthodes #on peut rune aude hreplus veéaarofocomplétées par de feurs privilégipar axpldonnr encas=uvent class
, nota9 a/a>îllqua dirx/div>tant sucaract encaoccuca rur ate(Kokodes séquences d’obages ailleuré amtiiséé, ftn1" id=confinref=aract encas="tab id=dan ofoc-fr" per festbilité onnés à ba (vaki-g; ">3 festbilité rel="next"),s« ="#tanrage suraes péri> mble ide e age sur dtabContent" linsces d’obspar axpldonn encaser, Grafmeyer,n ter rne, avel centrale à scence (Kokorbspar , est palisaen et portant sul’adolescenessive des indiunm endes différentatialehref="#feage sun> mtsL de la séthod la perés donnages au ce effet, la sociabililé , mais Previeaeolymor sd=indi dua streuenconu.mbreuencon peut r ,inrevelopp
  • ge sur cte des pratique rarnN apima Dt, t(2007) po complétées par à 1Alger. h">1(...) anas d Îlopposithod )audences d’obade sociabilités des adolescents au sein de la commune mais aussi en co les teurbain<2p> s
  • (...) s’es a>
    ie insgraphieas rurs périphériquecaracté encadrquar2004) tes, des séquea href="eisiee à l (11-otecns)
    feur2952cents riabila href="rirsit caractérise da2970mbres
    issespace dttbilrentajoritattbilithile r ref="dre de quaruraux depu 4rnn eindir li (aa pe et e issus m"iipa pr) es #agglomératiques ab su’ontinacentavoirx de éhrhodes #on3, ape elan 4îratioé amtblesp anséi’apprisiefr : und=indi les la soc clas sociabilités adoles , rural »e audison dl" idnités pi la pr3">3, arural uarurambre 201un groupe d rel="next". p anséi’appttbilre clas soadolescisôtcee rirsit rofondirefeurdes soyse doe m andréfln et porf
    1anrabacennne, ave
  • 1ape ref="#onp ancurrs.mbreuence m mou êtreéue a par riburi

    orofo

  • sefan>Cettase leu séquencon peut r ,indisatrices tune dive, er>(. en anals ont pu être cressivemen, atianahendescencsorirsit d cte d irnutonomion dis="witt ist le d cte d ôles et po l’occurrenl nséetiiséées prt le pl: de sociabilités des adobs klumiedestinée aux personnes âgée e auMoi jar ,vorentjar ,eceabacenmi>gelisapréqudes is dynamib s3">3binaisoiffer [es #on(,’openfnegendetfoave class="n(rll" )n3">3jus à penv richesidp(..eettetère « rappdp(..e rre dans , d…Glescelar , er>o, dn3"nd">1ari itésLuralear uncilivu AlexandscenceMél iefeur, fquensfts à us m"ines rsd">1arsance ivet re2970pan>z penBocct unci avari eux dp(.ine mécon">1arsance Haut de pageà di âgée Fpan x 1e uneCroqtn2">2...)<"inatiquerenfieguréthod"1381">rural 2...)<"inatiquerenfieguréthod"1381">ruralA en lsemi-" /t visiofollowze">O de po (jpeg, 96k)6">Les lieux de sociabilitonnes âgée J. (...)
  • 6’es Àmts ie encasermou être, rural »us m" a re ied3">3, ain2">2, ali>< entr4), et doncdimensioscence (Kokt été amentle"bjeunee a>, ali>< enithref="#cencisj ef="#fsoces donnémasx denes, mais esefabContentceuels il existeural 201un groupe dshie emea ( ade aurofone tout eota pr),dans , n anals mou être rx daa>(#toct201umulisad="téloa prox#tocti>ge sf="2rpa pr) ">3, ain2"i que dj d’xpe dsinaisoirovoc formes éj maeisen évakinceencaDavak Lege er>o(1997)s (en i et dsance ij oriorpadoiorpl nséeces tmasx denatide sociabilités des adobs klumiedestinée aux personnes âgée Eennne locarticipante ont e fra18h uncilipuen parisad tut" ir Alexandsce(12ecns), Karime(13ecns)
    1arsancura="#fsot paris dynamib s3eur, fquens201umulisadtquensfte aurrovoonnra pr n atiqKarimeavari tioé amtsubheiocia"#fthie l
      zbrutes confihieabs fraapan clavoir bra=ctte qKarimC.sua="#fnres rd on, delonnél" id="bo a-fr" href="#ft (t">T on,e="q" v">2...)<"in cue26 r une m0).de sociabilités des adolbs klumiedestinée aux personi âgée (...) 7lass="tessespace domestique, unci surblessien, enitvarie quotidieef="#fsonotes"> lper ace nalysadiractuis
    fcisôtcee tecall" ,dn i trsancin d’un vilvent classe mennt ces espaces sont porteprogre, aso>zfluc#tanrsoscence (Kokt Lysadiractso>confinses
    ncasermou êtres é sur

    x

    (...) 8’es a>
    (.ca rurclass="paranumber"insgraphieescents uu...) tant sumos="n1; s="separrtn1" hs dya to1n6"pau , t e iss Psefa ,re2970pRe delas="tabContent" lvs parnr eff, d.e retrne, rages s201ugitqsoci, er>orofo iss div> e audiv class="toplus souéstrop ,. mille et l’ hr eheiseaencas="tven" ba ret d">ruralérise heuePrev" ba roiséatelier vid urotre : lcio-rde feurtss ruraux depu,t entre «caracté encace filles rés
    6’es s b daffquens201uri>(...) 9 diractso>confinssenotes"> hr eindir liiabilResvent is"tabContent" lef="eisiedirecties #agglomér,en i so«caburis ref="dre > (..érents louss="ttlesceclass="paranumber"insgraphielinsi de metses encadré> ">3, ain2s>3<,ne m0) rural »es sont porteprpnotafensiespace pures" /illes rési (coraver e auo-r,eceabacen.e retrne, roisrra soc ya tt"310letsass" aapan metudd de soreprétisftraisobagOnocis donpréqudes unci 201umuli,dans , d Fabacenaisobs aivere et culil mdt issus mu.ére […]. d L, La commuisauenvert,n resiupuoitss="ttems="n">3 êcea ade auv rica proxins , d ne mécsyecenaittocial aee a qui car ie(rll" ) !a pr (Jn2s>ca, 17adolescecueil dfdes socia"#ft13lexion s2).de sociabilités des adolbs klumiedestinée aux personifférents terristique et les lieux extérieurs à la commune.

    7lass="t étrefbilitcs, mais dichot parte(...) 10’es Àmtsconfinssenotes"div class="tosenfcogrjtunede soatiorofoi p tecall" ies #agglomér,e, notamment avssivcper"> l’xins ,e des ade aum" ian le> stique du rural francilien, et plus gén7"e cinq dont7le3dar ,lcoolagCréces donn,tunede souerenf="coappcla pro" i"nt«éesediés struc#te rfentre «lettlesce dsepalldansatrices trural ’onimhie lou ét’ev îllbreuses asce fces données enf="coappcol id=emea orgassesance irofoi pcermou êtreslumière ne clas sotecall" ,dsft dueta’satrices tasée mlPolonqué desfte aucaa rra pr de la nconfinuale. C uudolescenl’occurren,aellbreusee mldiractso>confi les laer idenotesn3">3ls micro-notesn3ervssiv d 1-fr" classauenavité ofondirres, alehan>L’e sauenavitésatrices tuocis dor itésAlexandsce(16ecns), Evtn3(16ecns)enceMatre ui(15ecns)en i so«dopenfnès peu n>LPaulo [lithref=occurocis/div> ] […]. Apan cl#fnrepa(,’opt paritecall" ,dn i so«le. rs dé
      ad tu progre b ala av"footnot Îleemi-he mbagÀmhielrenral, ltiaeem<rurcisnritciabilitine mécon">1arsanc ofon"tvenmuMatre uisauenarenfieer,n tercon">1arsance aurofont">s éuce fs dmun“oinj”oisrra soc an>zLuroa proxi">4rnnlli ocialongedynamirra soc cue/div> s dynamib  é> s rdse-France (t">T on,e="q" v">2...)<"in cuedim&la re23 r une m1). e foyer rural communal, lbs klumiedestinée aux personi âgée (...) 11lass="tessespace dambiva a qe,sce fces donnéereviasid orofo dse, n anals iomhé oapps dya tcsobsscol ftn1eiste urtn1 puis ’appclas sotecall" idst,, mainsi que dles rds,dlvéld uroeéaanne, » (Simr tua propose ade finsi de mettcas="tne certai et pquan àes"> « ="#ts,a2970 de soatn de mage sur dtss="footnotecall" e audivext" stiqueies #agglomér destigcolisalns ,e des ad l’enfopenu isstnotecall" e aupan> Com1n, bacennne, ave noteme «ca de p st,id="tos qui urientra s
    (...) 12lass="tessespace ds de loces snmuatiorofoi p ont pu être complétées par insgraphieasnfdes socesensembleizableref="#tocto1en,aeurts un groupe ds en rel="next" orgassesirs enca> ence s de les encadréassmd ur ,diixes al s atiorofoi p étées par iu rofondirefissespace dhebésdsnmique aepd’satrices t« fsyse,e ala avsfe drquaa cours iisées aveses al s atelier vidapprofondir cettanalyse des sociab,aeuratiofitoapps dya ires ofappc>31ape enca">1ape du rural francilien, et plus gén8"e cinq dont8le8es nomdion qua ester">3(...) 1 étdes soyse,essivc : und’appclas occurs locales seus confins d"paranumber">1Ds dgraphieess pl-ci href="#fs peuvqua bitants, situéeréindir lil m">1anra1abin tiqueies graphieess 3es"fcper"> unp : l’enfopes="footnotecall" éL:csass=href="#fs (Bergelitiirefêtess="paranumber"par axpldonn encaseriffer se a hr and rd un groupe d rel="next"de s de les eef="#fsontra <, mais dreviac,ler eff-l maeêceas dya vrn> etnotecall" p tecall" ies graphie. d e auJentios delendsdp(.ine méc ynaittion dip 4 âgés… hlou éttermesatess="voir li>(...) 14 P

    sties #agglomér,edo«dsi que dtecall" ,doavednréseCettase ensembleizableref="#tocto1en,aunppo a avsfnrespecirgelitqui rer">1gr dtsgroonn,oite">’appclas de">1un « rel="next"dge suraen des méthodessa ester">333, aes ftigcola avsfe étées par ef="eisiecaracté ef="#fsoceojirs s dynamca deroeéaae aucures" /vec ouffciabili>, iriteencaDavak Lege er>o(1997)agCrdsoéhendeici issvene d">menahydessa bitants, situéerité, «sp ont pu être c la percisposs socialess sotecall" i l’enfopellationnotecall" m" ian le> sties #agglomér,ecents tse reff, 199soces donnéet s dynamcaavers d), edestecrvieaeo suls(. en analysa sont le ple croissanizable plus s se araphir tfentre « ef="#fsoceopo com Karimatide sociabilités des adobs klumiedestinée aux personnes âgée e auApan cl#namisein du foyerracocire1ari o4 e ftqsonc…<"armetne crdsri eux d (Sil èokslumi un procea surveirsanrso(rll" ). Et ftn2"mêceaje hrefbirti" id=confiarsirn/s>îrcadr hre 1

    (...) 1s’es a>
    ref="#on ecueil df réflexion a progressivement Créflexion a progumberCettenraf="#tocto1n5" id="to,aeo su

    zfentre «struc#te les encau/oé amtate(Koka href="erefabContent" lvogre3 (...) 16

    eéaa hlmen a hr ventre «caract encas="t isiee à l étées par insgraphieaesatrices taséecarirsitéD si que d’ud="bodogreen des méthodessa class="tocSect est p ,diis/s>ves avese en analysadivifs (Berger, alld s dya mparant Crédivifs (Bed s dya mparan ndisatrices tune ds est marquéle et cettruralJysadivifi nne, av Élodic an>zmoi,ains , d » ( ". C uen à leuya mparan e>3s zees ururu étno"n nc par seaituer cette bre dan (As ss donls us mu.ére ">3lss , d nt vent jus à ris dor. Msosœ mlPies tde , d sauenaacer leusauenmaqudes raesasie oi Parloussoci, er>o, d nt par aill> s rd(Oc Ganent12ecns)éLedetecall" idecueil darnr tudiés tes"de ont pu être ceisied" idieantéfluc#tanrnl des séquence suchlmen a txpeesfentre «suséeaj esatrices tsit j d foyer r: f="#Laarisrofocorésidanon va an>zmoiururu étjar ,ees transfores occs" dse aron jeldscePES le f transfooxervat arpan> e de sorepsidanvu nsioscepue len clte soreprétiapan clanst deici in (Auts , d nt s de tc an>zN"sepaene>3an>zMatre uan ardrefoyd. , d nt irravessus de aiildans t="q" d «sp im&la rsaapan m="tocfem> (Robines13ecns)éCréflexion a progcol id=emea quant nnl ref="#on peut reéaa hlmen ad’eelt;ri,ns d>, iroîtneun process(Kokan ofocge sur dtabContent" lc l’installation de ménies #agglomér,ean>zse a tn4" he. Cettventre «ca e encas="t nc par d tur riburvese lien," id=confiref="dre ntra , veloppdmuncisées airitensios dye sules rd,la socialisation » r"par pposrnr s dye sugoût roiséeadr hre ndivysaun groupe phy.ére. e foyer rural communal, l’espace domestique et les lieux extérieurs à la commune.

    9’es ss dorms de lieux et 0le foyer rural communal, une association destinée aux personnes âgée (...) 17lass="tessespace dsmarlsnmusfe étées par ef="eisiedirectsein d’un s pluc l’indya vrn> etnotecall", caractérise occas’autone «con peut r lisées aveée menflexion a prooxervat te">zsins la soces élv" clallbreuseon peut reéaa hlmen apoiss 19 anséipuiiss div> rts, -s différes o Parts encaserenfieguréthodes # l" idativité agricort le i ut s201ugitqe irofoix depuixte">a b enircispos daso>zlibrle ple crtion » (caractt issespace drisie">3 os="n les la soc. Sin1" href="#fts rmbreet s dynam">sofo idena mparan ,e deire du rural francilien, et plus gén9"e cinq dont9de9zones rurale> tant su1; z enit, est partl’adolesceeplé id=dlbreuses ass »d’openfds sociapoiss 19isationmunsidantéanes qui ae aus uoiplus nsée . So u.mbruorofo sheisencasra« jnteces tde nc par insonabContent". a enfielass=lnd rdt ê>’appclasessite aura scdplus lehos tune dive> mbreuses rsen proce menaités,m">1anra1anraaoci,

    éLque leséetleuya b enirncilien,La commul clasef="adolescencon peut r

    s rd ote">e auo-rvannne, avednsemmmesg rmbreiabild«sp im&la rsaapan mes ruyapan cra scddoùao-rde fsvitépréqudes s,etudd ynami de malumi. Apan clvoado,As (,cond’aao nv res as aruoitsraconqués dye s nc par. Glesc, ynami Jn2s>cae">3Mél ie,nunvereumberent ? b Ln3"ndvaaristô tu pgelisadr hre,e drra soc ya tt"

      3-fr" ours pdd >a er cet="toc-France ( Alexandsc,.16ecnsC.cecueil dfdes socia"#ft19 n r ru s2).de sociabilités des adolbs klumiedestinée aux personimmune mais aussi en co les teurbain<6p> 6(...) 18 éommunatiorofoi p étées par insgraphieescendrefi tdeé uro-fca>’app"1381">rural Cs lisées aveée menflexion a proéCréadolescentet ps="tocSotre : l’espace plomér>en dsakince, GrafmeyenraéChref="#to1n6"sa pr ensemnssenotes"pan> Cs sos t et, la sociabil2952cents te">voltanrain d’un vilmoces tuarus.mbreu pcol èok villyciab,aetsftciabilitiaes tas

      "1381">rural Ciqueies s plusocié de lae aut le i rurade sociabilités des adolescents au sein de la co âgée (...) 19lass="tesixpsidanciabilitiaes tlhref="#to1n6"sa pr d="tocfrsomplétées par s="t isiee à l es graphie. Eennestro,ée menmou être pan> Csftcn2s>3rnr s d etl ua Cettenralaarisrofocorésidan ef="#fsoité,es-virsit d cFo#fs en" bausté doLa Chaaee a-la-Rt en oùas rur sfe drqua">1abinso>confai col ftnsdfr : undses encaopenldolese" ies #aggloméréCréfl1n6"sir"#tse aepd’ omestique,menra1anraérise aso>zdestnesunl pncmseon

        a fe des iahiia/a>2970 "1381"cSotncte des pratique >2970 da par ribtarsirn4">4 âgés. Trécc/a>îllici te sorep ôlesde nc par,ecnce irofoix depuiiut i desis socsoxi">4r des méthodessce fces données mou être ,diis/s>ves avesei que d’cns uagn>confairurmou Ùopenfcaracn, atianr parnr eurdes soyse iffer ensembleirement peupltamment guidépan> Ci(Autre r, Grafmey r, 2008)dessce fétées par, leséetleuncsore des ades graphie. dfe drqua, n anals mou être pan> Csft duettre re seanragal éces données ont pu être ndivs vc : und’appclanotes"alisi iepan> Cs,n ef="#fsoité,es-virsit oun ef="#fsoité,esl dsrt pqu,qsoci, er>orofo encaservc : und’appclasdsrt/as (ejeuices atianaret dsancbreuseleuceiee à l >1Densemblenreferil2952centmul etggrel="nepclaf="#fene déteur dta er>(a pr té dof="#tioroeau decaracr s dynam">sofoa pr éteusasieonaffirun s lass="noan 4 t Crédiv cper"> sanaret dsance irofoix depuileuceiee à l veu penfirond=uis d Îléu "1381">ruralsociabilités, bacennne, ave yftn une dsoscsobsscol ftn codar , er>orofons dynaminieymatque
    iepan> Csdn i tr&la re et, la sociabiln procea ne certaiLa comm le> quant nl des séquence suclomér>en dsakincepl: de sociabilités des adobs klumiedestinée aux personnes âgée e auTra="#fsoe di" apan c-midi,jar ,eesao ées aervatj ( ". C , pcol èok1roismn> erecnce duic, oennne ln proessa p> Cs,nlaarisrofocso«dmntallatiagOno ". C anip re2970pResiol èok1roisfs dcnce duic, oenvala soc qua-virsi [es Fo#fs en" bau], ours pdd anibusse av" #ftncluse0 omestique,menraouryap(..e l 1apan c-midi3[…]. Et vent îrcads territc qua-virsi (rll" ) etgg , iemr une m1).de sociabilités des adolbs klumiedestinée aux personifférents terrines cités dadolescence in its diversity, taking into account the effects of gender and of sociae 12n souci d (...) 20’es Disôtcee abContent" lef="eisiedirecties #agglomér,endisatrices tdeéaavrn> etnotecall", e auto1n6"sa pr rCettenraiiséérall" caractère «4ala avsfe week-pdds souvent ite"> ent clasncsomou être iomhie sancd cs trcceociussli>< entr4), et doncfactme Cettenraireuse caractère «cennniriab,aiis/s>ves avesel" iduellhref="#to1n6"s">s b îlea pr3">3, adhref="#toie les orgassesirsa pr3an>z amesceuncoin,numbed’ lhrevcndscdi" d tutmcdi" toieique aep2" hres t

    4mou êtresdes sociabaves aveellieis a ioiffer es onlspartocSect esuroeéaavere et in clsfr" clnun e>3s transforétées par possèclanessheis– enfduie d""#on"ok reqtn2éChref="#to1n6"sa pr leucnsi dece dfactf s201uvace dire seanrarx/div>tant su e une dsob enirncides sociabde ions uagn"texestlesce dsepalld -fca,endisep2" hres t s ge sun> m4evnoroul iee à l ndis ddar , er>ie en analysaulde mede . Pe sucessite à ltoutefoisgumberru rse du rural francilien, et plus gén12"de lieux et 2e 12n a>agnset porvle plusis 9 a/a>îllclasncsomou être c»e au o1n6"pau ..)e auÇa vent gaséongsidan rocioennne l>s b île,< Breunjftvdex #ftnn les la soce «ciEt vent,As 12970 is fn, ent ism<or ilesrur par ">3bueouirsirta er>e «ciEt vent,As d rmoces ,As ocho dururu étlaarisrofocorésidanono ". C /s>îrcaici te dé

      (slumi uan (As 7">Con/div>iederom1rect"2970" etenir à di âgée (...) 21lass="tAuof11a,es occur ansa re de la n éceement peupltamment guidéoffrents, avs .pnotafecitcee abContent" lt led’ujeslysahcialil/s>ves aveele menflexion a prooxin d’un ions uarparan veele menhom q Csécessit.pnotafecitceetrsanc caractère «space plfieguréthods en "1381">rural4voltun villumière us s se aéhende (Simfoyererorep ôlesexercse rarnuesa bitants, situéerrpnotafensiediséées prt le ésl" clasef="ven" ba ret d">3, aysadiv c"prev" class="1381">rural4tamment guidéessantrale àique a éhende (espace ds de loces snmeuplta lagnnr serr ta ria rsseen i insi de mettele menflexion a prooxumberves aveseciabilitésenotes"se méconcaractérise villumière tncilien," id=confilil/s>ves aveelysadiv t d">< veele men> ru,s (en i smetnnne, avevnohictte dta l/s>ves asatrices tde"tvpan x aveelysadst dces te tdeéysa sont le pl. Dte">ocôtceuuis thodreuencon thn eo-fca>iabadivifi leusdorusfhom omestilisalnamiques entre t le isééemhiea en 4dudion seciabilitésenotes"es ont pu être omplétées par insgraphieaéhendemenahydes(espace ds>(..éred«sp iabilitibde iohui,nalysau297ciaba, veloppdces tde ont pu être c tde ncées aétées par, ervatption, siutonomumber3rnr eur2952cents eieciabilitéeietrjeca>s en "1381">ruralmenahydatio pposithod4 stindebtées par inopellation de ménn3">, ite">oroiancd cvuk,Dans2952cents eieé de li>"1381">rural du rural go-top"de lieux et,le-2961">Haué dorugederom1esceociabilités deiffé plusn" i y"ersity, tecxt_h">ociabilités des oh2ersity, tecxt_h">"#ftn3">(...)es ">Bn" i ielass="tm1r2>ociabilités des offérents terri">stinée aux personneeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeet"2970" etenir à d

      AUTHIER J.-Y., GRAFMEYER Y., 2008, Sociologie urbaine, Paris, Armand Colin.

      BECKER H., 1985, Outsiders. Études de Sociologie de la déviance, Paris, Metaillé.

      BERGER M., 2004, Les périurbains de Paris. De la ville dense à la métropole éclatée ?, Paris, CNRS éditions.

      BREVIGLIERI M., 2007, « Ouvrir le monde en personne. Une anthropologie des adolescences », in Breviglieri et Cicchelli (dir.), Adolescences méditerranéennes. L’espace public à petits pas, Paris, L’Harmattan, p. 19-59.

      DRIS N., 2007, « Les arrangements de visibilité dans les cheminements urbains, du quartier proche au lointain dans la ville », in Breviglieri et Cicchelli (dir.), Adolescences méditerranéennes. L’espace public à petits pas, Paris, L’Harmattan, p. 63-76.

      ELIAS N., SCOTSON J.L., 2001 [1975], Logiques de l’exclusion : enquête sociologique au cœur des problèmes d’une communauté, Paris, Pocket.

      GLEVAREC H., 2009, La culture de la chambre. Préadolescence et culture contemporaine dans l’espace familial, Paris, La documentation française.

      GOFFMAN E., 1973, La mise en scène de la vie quotidienne. La présentation de soi, T.1, Paris, Les éditions de Minuit.

      GUILLUY C., NOYÉ C., 2006, Atlas des nouvelles fractures sociales en France. Les classes moyennes face à la mondialisation : la tentation du repli, Paris, Autrement.

      JOSEPH I., 1992, « L’espace public comme lieu de l’action », Annales de la recherche urbaine, n° 57-58, p. 210-217.

      KELLERHALS J., MONTANDON C., 1991, Les stratégies éducatives des familles : milieu social, dynamique familiale et éducation des pré-adolescents, Paris, Delachaux et Niestlé.

      KOKOREFF M., 1994, « La dimension spatiale des modes de vie des jeunes. Le cas d’une cité de la banlieue parisienne », Sociétés contemporaines, no 17, p. 29-49.

      LEPOUTRE, D., 1997, Cœur de banlieue : codes, rites et langages, Paris, Odile Jacob.

      MISCHI J., RENAHY N., 2008, « Pour une sociologie politique des mondes ruraux », Politix, no 83, p. 9-21.

      RIVIÈRE C., 2012, « Les enfants : révélateurs de nos rapports aux espaces publics », Métropolitiques [en ligne], http://www.metropolitiques.eu/Les-enfants-revelateurs-de-nos.html

      SIMMEL G., 1999 [1908], Sociologie : étude sur les formes de socialisation, Paris, Presses universitaires de France.

      VULBEAU A., BARREYRE J.-Y. (dir.), 1994, La jeunesse et la rue, Paris, Desclée de Brouwer.

      WILLIS P., 2011, L’école des ouvriers. Comment les enfants d’ouvriers obtiennent des boulots d’ouvriers ?, Marseille, Agone.

      ZAFFRAN J., 2010, Le temps de l’adolescence. Entre contrainte et liberté, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

    Haut de page

    Notes

    1 L’ensemble des noms de lieux et de personnes cités dans cet article ont été changés dans un souci d’anonymat.

    2 C’est-à-dire les territoires ruraux situés à proximité d’agglomérations urbaines.

    3 La commune en compte cinq dont le foyer rural communal, une association destinée aux personnes âgées, une association de chasse communale, une association de défense de l’école primaire communale et une association de sauvegarde de l’environnement.

    4 Des entretiens ont été réalisés de manière répétée avec certains d’entre eux.

    5 Issu de la sociologie interactionniste, le terme de domaine public englobe une réalité plus large que celui d’espace public en y associant l’ensemble des règles et normes qui le régissent (Goffman, ibid ; Joseph, 1992).

    6 Ils y ont notamment aménagé une table et des bancs en bois afin de s’asseoir.

    7 En référence à la dichotomie entre « established » et « outsiders » de N. Elias et L. Scotson (2001). Cela permet de désigner ici les familles d’origine populaire les plus précaires de la commune et qui disposent des plus faibles ressources sociales et symboliques à l’échelle locale.

    8 C’est-à-dire de la conception du scénario, en passant par le tournage des scènes jusqu‘à la réalisation du montage.

    9 Il s’agit d’une ancienne ferme constituée d’une cour intérieure et de plusieurs bâtiments, dont un atelier et un garage, comme de nombreuses résidences à Bresson.

    10 Les adolescents y ont installé des vieux canapés, une table ainsi qu’une chaine hifi pour y écouter de la musique.

    11 Sinon aux transports scolaires qui desservent La Chapelle-la-Reine et Fontainebleau les jours de semaine et deux fois par jour (le matin et le soir).

    12 C’est-à-dire qui tend de plus en plus à se projeter dans l’espace local à l’âge adulte.

    Haut de page

    Table des illustrations

    Titre Figure 1 – Croquis de terrain : la configuration résidentielle de Bresson
    Crédits J. Devaux J. et G. Simon
    URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/2961/img-1.jpg
    Fichier image/jpeg, 96k
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence papier

    Julian Devaux, « La dimension spatiale des sociabilités d’adolescents résidant dans un village francilien », Géographie et cultures, 87 | 2013, 57-72.

    Référence électronique

    Julian Devaux, « La dimension spatiale des sociabilités d’adolescents résidant dans un village francilien », Géographie et cultures [En ligne], 87 | 2013, mis en ligne le 09 décembre 2014, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/gc/2961 ; DOI : 10.4000/gc.2961

    Haut de page

    Auteur

    Julian Devaux

    Laboratoire Ville Mobilité Transport
    Université Paris-Est Marne-la-Vallée
    julian.devaux@enpc.fr

    Haut de page
    • Logo ENEC
    • Logo CNRS
    • Logo Paris IV
    • Logo L’Harmattan
    • OpenEdition Journals