Navigation – Plan du site

L’Hellénisme

Un paradoxe ethno-géographique de la longue durée
Michel Bruneau
p. 45-74

Résumé

L’Hellénisme est une entité ethno-géographique qui s’inscrit dans la langue durée. Malgré la faiblesse relative de ses effectifs et la faible étendue de son territoire, il a survécu trois mille ans à travers diverses formes étatiques. Une telle longévité est due principalement à la continuité d’un noyau ethno-culturel sous-jacent à toutes les formes de l’hellénisme : la langue grecque, la cité-communauté, la mobilité. Le maintien d’un appareil d’État minimum dans le Patriarcat Œcuménique et l’Église Orthodoxe sous l’Empire Ottoman, l’existence ininterrompue d’une bourgeoisie marchande en diaspora, conjointement avec une paysannerie disposant d’un espace montagneux de repli, contribuent à expliquer cette survie malgré l’absence d’une masse territoriale et démographique comparable à celles d’entités ethno-culturelles de profondeur historique semblable : la Chine, l’Inde ou même l’Iran. Le paradoxe ethno-géographique réside moins dans le contraste entre la grandeur du passé et la modestie de l’actuel petit État-nation, que dans l’exceptionnelle longévité et continuité de ce peuple menacé de disparition par une suite ininterrompue de conquêtes, d’invasions et de dominations au cours de deux derniers millénaires.

Haut de page

Indexation

Géographie :

Grèce
Haut de page

Texte intégral

1Beaucoup de sociétés anciennes, créatrices de civilisations, ne constituent plus dans le monde actuel des entités ethno-culturelles autonomes, même si elles survivent sous forme de caractères hérités ou de minorités dominées (Incas, Mayas, Égyptiens par exemple). Une fracture historique majeure en a brisé la continuité. On peut, par exemple, observer dans l’Égypte d’aujourd’hui des traits ethno-culturels dont les racines se situent dans l’Égypte ancienne, mais il n’existe pas de continuité d’ensemble entre la société arabo-islamique égyptienne actuelle et la société pharaonique de l’antiquité.

2La longévité exceptionnelle d’un peuple est plus aisément concevable lorsque joue en sa faveur l’effet de masse territoriale et démographique : cas de la Chine, de l’Inde et à un moindre degré, de l’Iran. Les envahisseurs conquérants sont finalement noyés, absorbés, assimilés même s’ils restent longtemps en position dominante. Par contre, la dispersion en petites communautés dans des milieux très majoritairement étrangers entraîne le plus souvent une absorption ou une assimilation, à laquelle il est très difficile de résister, surtout s’il n’existe pas quelque part un État pour défendre et maintenir l’identité ethno-culturelle. Malgré la disparition de tout État grec pendant près de quatre siècles, l’hellénisme a survécu et constitué au XIXe siècle un État-nation, alors que les Latins, les Phéniciens-Carthaginois et tant d’autres peuples ont disparu en tant qu’entités ethno-culturelles distinctes et autonomes.

3On ne peut qu’être frappé par le contraste entre le brillant passé, l’ampleur des espaces dominés et « civilisés », et l’étroitesse du domaine hellénique actuel. Avec 15 millions d’individus environ dont un tiers vit hors des frontières de leur petit État-nation, les Grecs sont présents sur tous les continents sous la forme de communautés très attachées à leur identité ethnoculturelle. Assurément les Chinois, les Indiens, les Juifs ou les Iraniens pèsent d’un poids démographique et politique beaucoup plus lourd dans le monde actuel, mais celui des Grecs n’est pas tout à fait négligeable, précisément à cause de leur diaspora.

4L’hellénisme constitue un paradoxe ethno-géographique. Au cours de leurs trois millénaires d’histoire, les Grecs ont, à deux reprises, été à la tête d’empires à prétention universelle (empire d’Alexandre, Byzance). Ils ont dominé pendant 17 siècles des espaces et des populations appartenant à trois continents (Europe, Asie, Afrique), mais n’ont pourtant pas fait naître un vaste espace hellénophone, comme il existe un espace arabophone ; et leur langue n’a pas donné naissance à d’autres langues, comme le latin aux langues romanes. Le grec occupe actuellement dans le monde une place très modeste à la mesure d’un État-nation qui est l’un des moins riches et des moins peuplés de la CEE.

5Le paradoxe ne réside pas seulement dans ce contraste entre la grandeur passée et la faiblesse actuelle, mais aussi dans la survie elle-même d’un peuple qui a réussi à reconstituer au XIXe siècle un État, après avoir subi de plein fouet l’expansion arabo-turco-islamique et le choc de la quatrième croisade (1204). Contrairement à la Chine, à l’Inde ou à l’Iran, l’hellénisme n’a pas pu jouer de l’ampleur et de la massivité d’un territoire. Contrairement aux Juifs, s’il a connu et développé très tôt la dispersion (diaspora), il n’a jamais été totalement séparé de son territoire ou du moins d’une partie de celui-ci.

La continuité de l’Hellénisme

6Cette continuité n’est pas toujours admise dans le cas des Grecs, alors qu’elle l’est parfaitement dans le cas des Chinois ou Han qui sont dénommés comme tels de l’Antiquité à nos jours. On distingue souvent des Grecs anciens, des Byzantins et des Grecs modernes. Les sciences humaines qui étudient l’hellénisme se sont ainsi constituées en trois compartiments nettement séparés et trop souvent étanches : l’Antiquité, les études byzantines et les études néo-helléniques, sans parler des études grecques-américaines concernant la diaspora.

7Les recherches concernant l’hellénisme ne sont pas rassemblées en un même ensemble, comme celles concernant la Chine et les Chinois le sont dans la sinologie. Cela est à mettre en rapport sans doute avec l’absence, dans le cas grec, d’un État doué d’une grande longévité, à l’inverse du cas chinois.

8La revendication nationaliste de la continuité de la race qui a accompagné et suivi la révolution grecque (1821-1830) a obscurci et sans doute retardé la prise de conscience par les chercheurs en sciences humaines de la longévité exceptionnelle de ce phénomène ethno-culturel de dimension mondiale qu’est l’hellénisme. La continuité n’est en effet pas génétique mais culturelle. Génétiquement, les Grecs d’aujourd’hui descendent davantage des Slaves, des Valaques (Roumains), des Albanais, des Francs et même des Turcs, que des Grecs anciens. Le territoire grec actuel a été le siège de nombreux brassages de populations pendant les périodes byzantine et ottomane. En revanche, sur le plan de la langue, la continuité est indéniable (A. Mirambel 1949, A. Meillet 1955, R. Browning 1969).

La langue

9Parmi les langues indo-européennes, le grec occupe une place unique par sa continuité remarquable tout au long de son histoire. n n’a jamais subi d’altérations profondes ou de transformations révolutionnaires dans sa structure, ne dépassant pas le stade de la division dialectale contrairement aux autres langues indo-européennes (slave, germanique, latin...) qui se sont subdivisées en plusieurs langues nationales. Dans le vocabulaire du grec moderne (langue démotique ou a fortiori langue savante), l’élément hérité du grec ancien constitue la partie la plus considérable dans l’ensemble du lexique concret et abstrait. Beaucoup de mots sont restés presque sans changement. Or, qu’est-ce que l’identité ethnique grecque, l’hellénisme, sinon le fait de pratiquer cette langue et de partager la culture qu’elle véhicule ?

10Le critère linguistique est déterminant et discriminant. Pour les auteurs de l’Antiquité (Hérodote, Isocrate), celui qui parle grec se différencie de celui qui ne parle pas grec et qu’on appelle barbare, sans nécessairement donner à ce mot un sens péjoratif. Pour les contemporains de même (Venizelos, Rhigas, Saloutos), le critère linguistique est fondamental. On ne s’étonnera donc pas que l’un des soucis essentiels des Grecs de la diaspora américaine ou australienne soit de transmettre à ses enfants cette langue dans le milieu familial et par l’école. L’éducation (paideia) transmettant cette culture a été une préoccupation constante des Grecs de l’Antiquité à nos jours. Le déchiffrement récent (1952) des tablettes mycéniennes écrites en linéaire B atteste l’existence du grec dès le XVe siècle avant notre ère, ce qui n’exclut pas qu’il ait vraisemblablement été parlé plusieurs siècles avant dans ce qui est aujourd’hui la Grèce.

La cité communauté

11Le second trait discriminant de l’hellénisme est l’organisation sociopolitique en petites unités autonomes, de formes variées mais impliquant l’existence de communautés d’hommes prêts à défendre leur manière de vivre. Dans l’Antiquité, ce sont les cités (polis) qui sont nées entre le XIIe et le VIIIe siècle avant J.-C. (H. Van Effenterre, 1985). Elles ont d’abord été de véritables États, puis ont continué à exister à l’époque hellénistique et romaine sous la forme de municipalités ou de colonies (politeumata) plus ou moins autonomes dans le cadre d’une structure étatique dont l’origine n’était pas grecque.

12À l’époque byzantine les franchises urbaines se sont poursuivies à des degrés divers selon les régions. Sous l’empire Ottoman, elles réapparaissent sous la forme de communautés (koinotita) auxquelles le Sultan a délégué des pouvoirs en matière de perception des impôts et de gestion des affaires locales voire régionales. Dans certains cas (grandes îles comme Naxos, Péloponnèse), elles forment des fédérations qui ne sont pas sans rappeler les confédérations de cités de l’époque hellénistique. Les notables, propriétaires terriens et leaders de corporations, commerçants ou armateurs, assistés par le clergé orthodoxe, assurent la gestion des affaires communes. Les Grecs de la diaspora se regroupent en communautés (koinotita) pour gérer leurs intérêts paroissiaux et ethniques en relation avec les autorités municipales et administratives des grandes villes américaines ou australiennes dans lesquelles elles se trouvent.

13Ces cités-communautés, cellules de base de l’hellénisme, ont toujours été étroitement associées à la religion. Ce sont les divinités poliades qui ont joué un rôle essentiel dans la formation et la cohésion de la cité à ses origines avec leurs sanctuaires centraux (agora, acropole) et périphériques (aux frontières du territoire de la cité). F. de Polignac (1984) a montré que le premier espace civique en Grèce, comme dans les colonies, était un espace cultuel bipolaire. À la fin de l’empire romain et à l’époque byzantine, l’Église chrétienne orthodoxe devient le centre de ces communautés urbaines ou rurales et joue un rôle décisif dans leur préservation et leur fonctionnement sous la domination turque. Dans la diaspora, les communautés sont étroitement associées aux églises qui le plus souvent les précèdent.

14Leur rôle politique est également capital puisque d’État à l’origine, elles sont devenues un rouage essentiel des États territoriaux qui leur ont succédé, et un cadre socio-politique indispensable aux Grecs qui, partout où ils sont assez nombreux dans le monde, ont comme premier souci de fonder une communauté en même temps ou peu après avoir construit une église. Un Grec ne se sent véritablement grec que s’il peut avoir accès à un minimum d’activités socio-politiques qui sont le symbole de cette liberté (eleutheria), qu’il ressent comme constitutive de son être.

La mobilité

15Le troisième trait discriminant de la continuité ethnique est la mobilité démographique qui est présente dès les origines de ce peuple de navigateurs. Les migrations maritimes de tout temps, mais aussi terrestres le long des voies caravanières dans les Balkans et en Europe Centrale du XVIe au XIXe siècles, ont été une composante essentielle de 1’hellénisme. Très tôt, les échanges marchands et culturels ont fait partie de la vie des Grecs qui, lorsqu’ils émigrent, s’adonnent volontiers à des activités commerciales ou bancaires.

16La bourgeoisie marchande grecque n’a jamais disparu, même aux époques les plus sombres de son histoire (XIIIe-XVIIe siècle), au cours desquelles elle a continué à assumer une fonction commerciale locale et régionale subordonnée au commerce international dont s’étaient emparés les Italiens (Génois, Vénitiens, Pisans...), puis les puissances occidentales (France et Angleterre) en Méditerranée orientale. À partir du XVIIIe siècle, la marine marchande grecque s’est à nouveau développée dans les îles (Hydra, Spetsai...) pour devenir aujourd’hui l’une des plus importantes d’Europe et même du monde.

17C’est la combinaison de ces trois traits dominants au cours de trois millénaires d’histoire qui atteste la continuité de l’hellénisme : langue à laquelle est associée une éducation véhiculant des valeurs culturelles (paideia), cités-communautés avec une dimension religieuse et politique, mobilité démographique à laquelle sont liés navigation maritime et échanges marchands ou culturels.

18Ce noyau dur de l’hellénisme est présent à toutes les époques et sur tous les territoires que les Grecs ont occupés. C’est un modèle minimum commun, sous-jacent à toutes les formes socio-politico-économiques que l’hellénisme a pu revêtir aux différentes phases de sa très longue histoire. Ces formes décrites et analysées par les historiens et les sociologues ont été influencées par des modèles extérieurs qu’elles se sont appropriés au cours d’une trajectoire historique de 3 000 ans dont il faut décrire les principales phases.

La trajectoire géo-historique

19Dans cette trajectoire, on a distingué sept phases, pour lesquelles on s’est efforcé de donner les limites chronologiques et l’extension spatiale. C’est au cours de la première de ces phases que s’est constitué le modèle, le noyau dur précédemment analysé. Elle en est donc la plus proche, en étant directement issue. Les six autres phases ont intégré des apports externes qui les ont partiellement modelées, mais sans faire disparaître la combinaison des trois traits dominants qui reste sous-jacente, comme on le montrera.

20Cette analyse se situe au niveau des superstructures, l’objectif étant de cerner la spécificité de cette unité ethno-culturelle qu’est l’hellénisme. Les différents modes de production qui se sont succédé, avaient une extension plus large et n’étaient pas caractéristiques du seul hellénisme, c’est pourquoi ils seront parfois évoqués mais ne font pas partie de cette étude (Fig. 1).

Figure 1 – La trajectoire spatio-temporelle de l’Hellénisme (Xe siècle avant J.C.-XXe siècle)

Figure 1 – La trajectoire spatio-temporelle de l’Hellénisme (Xe siècle avant J.C.-XXe siècle)

La poussière des cités-États

21Du début du premier millénaire au quatrième siècle avant notre ère, l’hellénisme s’est présenté sous la forme d’une poussière de cités-États, d’un réseau de micro-unités de peuplement autonomes, rivales, concurrentes, souvent hostiles les unes aux autres. Elles se caractérisaient par une très grande diversité et un caractère « insulaire » au sens figuré ou propre. Quel que soit leur régime politique de type tyrannique, oligarchique ou démocratique, elles reposaient sur un certain consensus entre leurs membres, que celui-ci fût obtenu par voie d’autorité ou à la suite de longs débats. Elles impliquaient la référence à une communauté plénière (H. Van Effenterre, 1985).

22Dans un premier temps (VIII-VIIe siècle avant J.-C.), les Grecs partis de la Grèce proprement dite (Chalcis, Mégare, Corinthe...) ont fondé d’autres cités, des colonies, dans le sud de l’Italie et à l’est de la Sicile, avec comme objectif principal de mettre en valeur de nouvelles terres et d’échapper à l’étroitesse et à la pression démographique de leurs cités d’origine. Occupant une étroite bande littorale et quelques sites privilégiés, ils se sont implantés dans ce qu’ils ont appelé la Grande Grèce (Fig. 2).

Figure 2 – Les trois vagues de colonisation grecque de l’Antiquité

Figure 2 – Les trois vagues de colonisation grecque de l’Antiquité

23Dans un second temps (fin VIIe-VIe siècles), ce mouvement de colonisation s’est poursuivi au-delà, le long d’une grande partie des littoraux de la Méditerranée et du Pont Euxin (Mer Noire), toujours à partir de la moitié sud du bassin égéen, mais en particulier à partir de la rive occidentale de l’Asie Mineure et des îles (Milet, Phocée, Samos, Théra...). Cette seconde vague de colonisation n’avait plus un but strictement agraire mais commercial, mettant davantage les Grecs en contact avec les peuples « barbares » voisins.

24Il s’agissait dans tous les cas de la création de cités-États indépendantes n’entretenant que des liens religieux (divinités poliades) et éventuellement commerciaux avec leurs métropoles. Cette expansion conquérante n’a pas visé à l’annexion ou la domination de territoires, mais à l’établissement d’une chaîne discontinue de petites unités « insulaires » le long des littoraux.

25Du VIe au IVe siècles, les échanges économiques et culturels entre ces cités, métropoles et colonies, se sont développés en donnant à l’ensemble stabilisé la forme d’un réseau. Au Ve siècle, l’expansion est terminée mais la tendance à des regroupements sous l’hégémonie de telle ou telle cité s’affirme : hégémonies de Syracuse, de Spane (Ligue du Péloponnèse), d’Athènes (empire athénien de l’Egée), d’Héraclée du Pont... (P. Lévêque 1964). Un changement véritable ne se produit que lorsque le royaume de Macédoine, après avoir imposé son autorité en Grèce, pan à la conquête de l’empire Perse au IVe siècle sous la direction d’Alexandre.

Les États territoriaux hellénistiques

26La monarchie militaire macédonienne emprunte alors aux États « asiatiques » d’Orient (Perse, Égypte) les structures de l’État territorial dirigé par une monarchie absolue divinisée. Elle s’appuie le plus souvent sur l’armature administrative préexistante. Si l’empire universel d’Alexandre n’a pas survécu à sa mort, les royaumes hellénistiques des Lagides en Égypte, des Séleucides au Moyen Orient, des Attalides en Asie Mineure et des Antigonides en Macédoine ont duré trois siècles environ, jusqu’à la conquête romaine.

27Un système de domination, de colonisation grecque s’est installé en Orient jusqu’à l’Asie Centrale. Il s’agit d’une colonisation non plus maritime et littorale mais terrienne, visant à contrôler d’immenses territoires continentaux. Elle s’appuie sur un réseau de cités nouvellement fondées, alimentées par l’émigration de Grecs à partir du bassin égéen en pleine croissance démographique tout au long du IIIe siècle.

28Ces centres urbains où étaient reproduites les anciennes institutions des cités, disposant d’une autonomie municipale variable selon les cas, procuraient le cadre de vie socio-culturel indispensable aux gréco-macédoniens (agora, théâtre, gymnase), qu’ils soient militaires, fonctionnaires ou membres d’une bourgeoisie marchande très active. L’éducation dispensée dans des gymnases qui étaient aussi des centres culturels, utilisant un grec ionien-attique qui, par-delà les dialectes, s’était imposé comme langue commune (koine), était au centre de ce dispositif, permettant l’hellénisation d’une partie de l’élite locale (Fig. 2).

29En dehors de l’Égypte des Ptolémées qui avaient conservé un système très centralisé, hérité de la civilisation pharaonique, avec une seule cité importante, Alexandrie, les cités grecques nombreuses en Asie Mineure et au Moyen-Orient (royaumes Attalide et Séleucide) étaient beaucoup plus denses à proximité du littoral méditerranéen où se trouvaient les trois grandes capitales (Alexandrie, Antioche, Pergame), en Syrie, en Palestine et le long des côtes de l’Asie Mineure. La Séleucie du Tigre qui était plus centrale (en Mésopotamie) dans le royaume séleucide n’a jamais eu l’importance d’Antioche. À l’extrémité orientale du monde hellénistique, les royaumes gréco-bactriens et gréco-indiens sont devenus indépendants dès le milieu du Ier siècle avant notre ère comme l’attestent les fouilles archéologiques et les monnaies (P. Lévêque 1964 ; Chamoux 1981).

L’empire romain qui devient byzantin

30Pendant les quatre à cinq siècles de domination romaine, l’hellénisme poursuit sa progression dans le bassin oriental de la Méditerranée. Le système des cités continue à se développer en Syrie, en Asie Mineure et en Thrace. À côté du latin, dont l’usage est limité au domaine administratif et juridique, le grec est de plus en plus la langue du commerce et de la culture urbaine, la bourgeoisie grecque ou hellénisée profitant de la pax romana dans cet Orient qui est devenu à partir du IIIe siècle de notre ère la partie la plus dynamique de l’empire. Les Romains n’ont d’ailleurs conservé que les territoires les plus hellénisés (Asie Mineure, Syrie, Palestine, Égypte), abandonnant Mésopotamie, Perse et Asie Centrale.

31Cet empire romain d’Orient était devenu dès le VIe siècle un empire grec, le latin n’étant désormais plus utilisé dans les actes officiels. Le fait majeur pour l’hellénisme est l’introduction du christianisme et sa progression rapide en Orient à l’époque romaine, le grec étant la langue des évangiles et de Saint Paul dans un milieu où le principal centre culturel restait Alexandrie et où une partie importante de la communauté juive était hellénisée.

32L’empire byzantin pluri-ethnique, qui conserve les prétentions à l’universalité de l’empire romain, voit son espace se restreindre de plus en plus à une étroite bande côtière autour de la Mer Égée, de l’Italie méridionale et de la Sicile, sous le double choc des invasions slaves et de la poussée arabo-islamique.

33La quatrième croisade, en prenant Constantinople (1204), met fin à la puissance de l’empire byzantin qui connaît ensuite une survie difficile, se limitant de plus en plus exclusivement aux populations grecques, elles-mêmes en recul face à la poussée slave et turque. Le commerce international et la navigation sont dominés par les hommes d’affaires génois et vénitiens, si bien que les Paléologues n’ont pas pu véritablement réaliser leur objectif d’un État centre sur le bassin égéen. Constantinople est affaiblie et l’hellénisme n’a pas surmonté son morcellement en plusieurs états après la quatrième croisade (empires de Nicée et de Trébizonde, despotats d’Épire puis de Morée).

34La seule force qui maintient une relative cohésion entre ce qui reste de l’empire et les nationalités slaves émergentes est l’Église orthodoxe autour du Patriarcat Œcuménique de Constantinople (Embiricos 1975).

L’Église Orthodoxe et les Phanariotes

35La chute de Constantinople en 1453 consacre l’avènement d’un nouvel empire multi-ethnique succédant à l’empire byzantin en Méditerranée Orientale, l’empire ottoman sous direction turque. Il ne laisse subsister aucun état grec indépendant, mais conserve à l’hellénisme une structure unitaire avec le Patriarcat Oecuménique et son appareil administratif dans lequel se sont retrouvées une partie de l’ancienne aristocratie byzantine et de la bourgeoisie marchande grecque. Le sultan a fait du patriarche grec un ethnarque, en charge du peuple chrétien (millet chrétien), lui confiant en plus de ses pouvoirs spirituels des pouvoirs fiscaux, administratifs et judiciaires débordant la sphère proprement religieuse (droit civil).

36Dès la fin du XVIIe siècle la classe dirigeante phanariote, du nom du quartier (le Phanar) dans lequel est localisé le Patriarcat, fournissait les cadres laïcs de son administration, mais développait également ses affaires. Grâce à leur richesse, les Phanariotes ont pu maintenir une vie culturelle minimale et s’introduire dans la haute administration ottomane dans laquelle ils ont occupé des postes importants (Grand Drogman de la flotte, Grand Drogman de la Porte, Exaporite), qui en ont fait des conseillers écoutés du sultan. Ils ont pu également obtenir de 1711 à 1821 les postes de Hospodar ou princes de Valachie et Moldavie.

37Dans ces territoires roumains éloignés de Constantinople, jouissant d’une très large autonomie administrative, ils ont favorisé le développement de colonies marchandes et d’un épiscopat grecs. S’entourant d’une élite intellectuelle grecque, ils ont modernisé l’administration et fondé des écoles diffusant la langue grecque en s’inspirant de la philosophie des Lumières et du despotisme éclaire (Dimaras 1969).

La diaspora balkanique et européenne

38À partir des montagnes du centre et du nord de la Grèce dans lesquelles beaucoup de paysans s’étaient réfugiés après l’invasion turque, les Grecs ont émigré dans tous les Balkans et en Europe Centrale, empruntant les voies caravanières qui suivaient les vallées de l’Aliakmon, de l’Axios, de la Morava et du Danube. Une vaste diaspora de commerçants, d’artisans et d’industriels grecs s’est implantée dans beaucoup des centres urbains d’un espace qui s’étendait jusqu’à Leipzig, Poznan et Lvov au nord, Odessa, Kiev et Moscou à l’est.

39Des compagnies commerciales fonctionnant comme des guildes représentaient ces colonies marchandes auprès des autorités locales austro-hongroises ou russes. Cette bourgeoisie dont la prospérité s’est affirmée au XVIIIe siècle a œuvré pour la renaissance de l’enseignement, de la langue et de la culture grecque dans les communautés de cette diaspora et dans les villes du nom de la Grèce ottomane dont elle était originaire (Fig. 3).

Figure 3 – Les Grecs en Méditerranée Orientale du XVIe au XVIIIe siècles

Figure 3 – Les Grecs en Méditerranée Orientale du XVIe au XVIIIe siècles

40Un autre courant migratoire à partir des îles et des littoraux de l’Égée s’est dirigé dès le XVe siècle vers l’Europe de l’ouest et d’abord vers l’Italie (Venise et Padoue, Naples). Au XVIIIe siècle, Paris et Londres abritent des communautés grecques qui contribuent au développement de l’éducation et de la culture en Grèce. Elles contribuent aussi à y introduire la philosophie des Lumières et les idées de 1789. Comme celles de Vienne, Budapest. Bucarest et Odessa, ces communautés ont beaucoup favorisé l’éclosion du nationalisme grec au XIXe siècle (Dimaras, 1969).

Le petit État-nation : la Grèce

41La révolution qui éclata en 1821 dans les principautés roumaines et en Grèce se voulait non pas un mouvement de libération des seuls Grecs, mais une libération et une révolution politique de l’ensemble des Chrétiens de l’empire ottoman. En fait, les Roumains et les Slaves n’ont pas suivi et le mouvement s’est rapidement limité aux seuls Grecs.

42Au terme d’une dizaine d’années de guerre terrestre et maritime, les Grecs ont constitué pour la première fois de leur histoire un État-nation (1830) qui a peu à peu étendu son territoire vers le nord et dans les îles sans pouvoir toutefois englober toutes les terres peuplées par des Grecs. L’objectif (Grande Idée) a été, pendant un siècle, de reconstituer un État de type byzantin centré sur la mer Égée avec Constantinople comme capitale. La « ville » (poli) était encore en 1840 la première ville grecque par sa population (120 000 Grecs), plus importante que la capitale du petit État grec Athènes (26 000 habitants).

43À l’issue des guerres balkaniques, puis de la première guerre mondiale, l’État grec a cherché à s’étendre sur les territoires du pourtour de la mer Égée qui lui échappaient (Thrace, Côtes de l’Asie Mineure). Smyrne était l’un des principaux centres économiques de l’empire ottoman avec une population majoritairement grecque. Mustapha Kemal a repoussé l’armée grecque en Anatolie et l’a obligée à évacuer l’Asie Mineure en 1922, ce qui eut pour conséquence le déracinement de la population grecque de cette région, échangée contre des populations turques de Macédoine et de Thrace (traité de Lausanne, 1923).

44Les Grecs n’ont donc pas réussi à reconstituer un État ayant pour centre véritable le bassin égéen. Ils se sont retrouvés dans un État trop étroit, pauvre, relativement sous-développé, longtemps dominé par les puissances protectrices (Russie, Angleterre, France). L’émigration a donc repris tout au long du XXe siècle jusqu’en 1973.

La diaspora du Nouveau Monde et d’Europe occidentale

45La diaspora actuelle est avant tout le résultat des deux grandes vagues migratoires les plus récentes : 1900-1921 et 1954-1973. Elles se sont dirigées vers le nouveau monde (États-Unis, puis Canada et Australie) et vers l’Europe occidentale (Belgique, Angleterre et surtout Allemagne Fédérale) (Fig. 4). Depuis le début du XXe siècle, un million de personnes environ ont émigré dans le Nouveau Monde et 800 000 personnes en Europe occidentale. Depuis 1974, les retours l’emportent sur les départs (Ethnikon Kentron, 1972).

Figure 4 – La diaspora hellénique en 1970

Figure 4 – La diaspora hellénique en 1970

46Avec 4 à 5 millions de personnes, cette diaspora comptait 800 communautés réparties sur tous les continents au début des années 1970. Cette situation n’a aujourd’hui guère changé à l’exception d’un retour important des travailleurs qui avaient émigré provisoirement en Allemagne Fédérale. En dehors de ce cas particulier, il s’agit d’une émigration généralement définitive mais sans dilution dans la société d’accueil, les communautés préservant leur identité ethno-culturelle à la première génération, mais également à la seconde et à la troisième (États-Unis).

47L’église orthodoxe et l’école du dimanche, enseignant la langue et la culture grecque aux enfants en dehors de la scolarité locale, sont les deux plus importants facteurs de maintien de l’identité ethnique. D’autres institutions, les clubs, les associations culturelles ou régionales et les cafés, jouent également un rôle dans les quartiers ethniques des plus grands centres de la diaspora (New York, Chicago, Toronto, Montréal, Sidney, Melbourne).

48L’Église dépendant du Patriarcat Œcuménique est la seule structure maintenant une certaine cohésion au sein de cette diaspora. L’État Grec s’en est préoccupé récemment en créant un secrétariat d’État aux Grecs de l’étranger. Il faut également souligner le rôle de quelques grandes banques grecques (Ethniki Trapezatis Hellados, Ktimatiki...) qui drainent une part notable de l’épargne et favorisent les investissements en Grèce surtout dans le secteur immobilier.

49Fondamentalement, la trajectoire historique de l’hellénisme se résume en une séquence de quatre phases de longueur très inégale (Fig. 5) :

  • 1 L’émiettement en une multitude de cités-États colonisant peu à peu une partie du littoral méditerranéen et pontique pendant sept siècles environ (du Xe au IIIe siècle avant notre ère). L’unité est culturelle et religieuse (concours et fêtes panhelléniques).

  • 2 Pendant 17 siècles (du IIIe siècle avant J.-C. au XVe siècle), l’hellénisme est placé dans le cadre de vastes États territoriaux en position dominante dans une partie plus ou moins étendue de l’Orient et des Balkans. Ce sont des États multi-ethniques dans lesquels les Grecs ont constitué un réseau de centres urbains hellénisés, alors que les espaces ruraux conservent leurs civilisations antérieures.

  • 3 Pendant quatre siècles (XVe au XIXe siècle) tout État grec disparait mais l’Église orthodoxe, essentiellement grecque, empêche la disparition de l’hellénisme sous la domination turque, ainsi que la diaspora européenne.

  • 4 Au cours des deux derniers siècles (XIXe et XXe siècles), l’hellénisme a pris la forme d’un petit État-nation, n’ayant pu regrouper qu’une partie des territoires anciennement occupés, et d’une vaste diaspora présente sur tous les continents, mais plus particulièrement en Amérique, en Europe, en Australie et en Afrique.

50À ces échelles de temps, il faut associer des échelles spatiales traduisant l’impact mondial et les stratégies de survie de l’hellénisme.

Figure 5 – Les quatre phases de la trajectoire historique de l’Hellénisme

Figure 5 – Les quatre phases de la trajectoire historique de l’Hellénisme

Le modèle spatio-temporel

51L’extension spatiale de l’hellénisme dans sa très longue durée (3000 ans) peut être représentée sous la forme d’un modèle graphique en cinq auréoles concentriques d’inégale occupation dans le temps. Trois centrées sur le bassin égéen correspondent aux espaces les plus anciennement et les plus longuement occupés avec une diminution de la densité de la population grecque du centre à la périphérie. Deux auréoles externes représentent la diaspora à divers stades de son développement (Fig. 6 et 7).

Figure 6 – Les espaces de l’Hellénisme

Figure 6 – Les espaces de l’Hellénisme

Figure 7 – Modèle en auréoles concentriques des espaces helléniques

Figure 7 – Modèle en auréoles concentriques des espaces helléniques

L’espace central : le bassin égéen

52Ce berceau, et foyer de l’hellénisme, comprend les littoraux qui bordent la mer Égée tant en Grèce qu’en Asie Mineure, la Propontide (mer de Marmara) et le Bosphore. Sa limite méridionale passe par les îles de Crête et de Rhodes. Cet espace littoral et insulaire a été conquis et occupé par les Grecs de l’époque mycénienne et de l’époque archaïque, entre le milieu du second millénaire et le VIe siècle avant notre ère. Au Ve siècle, il a été dominé par Athènes qui y a constitué un empire maritime, mais pendant une période relativement brève (454-404).

53Le polycentrisme a généralement caractérisé cet espace à différentes périodes : Athènes, Sparte, Corinthe, Chalcis à l’ouest, Milet, Phocée, Pergame à l’est, Pella au nord, Rhodes et Delos dans les îles. À l’époque byzantine, Constantinople s’impose comme centre principal mais Thessalonique, Mistra, Andrinople, Nicée sont aussi des centres importants. Pendant la domination ottomane, Istanbul reste la plus grosse concentration de population urbaine grecque, mais Smyrne, Chio, Joannina, Thessalonique jouent aussi un rôle économique et culturel de premier plan.

54Alors que l’Asie Mineure était majoritairement hellénisée au VIe siècle, l’hellénisme n’a cessé d’y reculer, surtout depuis le XIVe siècle avec la poussée turque qui s’est poursuivie jusqu’à une époque récente par l’occupation du nord de l’île de Chypre.

55Le désastre de 1922, suivi du traité de Lausanne (1923), déracinant un million et demi de Grecs d’Asie Mineure qui se réfugient en Grèce, a amputé cet espace central de toute sa partie orientale. Les côtes occidentale et septentrionale d’Asie Mineure et le Bosphore (nouvel exode de populations grecques de Constantinople en 1953), grecs depuis plus de deux millénaires ont été irrémédiablement perdus pour l’hellénisme. Cette « catastrophe » nationale a été un traumatisme profond dont les Grecs ne se sont pas encore véritablement remis.

Les espaces péricentraux

56Ils sont restés grecs pendant un à deux millénaires mais ne conservent aujourd’hui que des traces archéologiques et quelques très rares communautés qui peuvent être qualifiées de reliques (patriarcats de Jérusalem et d’Alexandrie). Le peuplement grec ou hellénisé n’y a jamais été continu sur de vastes espaces. La première installation date de l’Antiquité mais après avoir disparu à la fin du monde antique, elle a pu réapparaître, se repeupler au XVIIIe, au XIXe et au début du XXe siècle (Égypte, côtes de la Mer Noire), pour de nouveau disparaître à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

57La Grande Grèce de l’Italie du Sud et de la Sicile a été jusqu’à l’époque hellénistique au moins l’un des principaux foyers de l’hellénisme. S’il a bien survécu à la domination romaine et au début de l’empire byzantin face aux poussées arabe et lombarde, il s’est en revanche rapidement effacé à partir des invasions normandes au XIIe siècle, au sein des États qui se sont succédé en Italie du Sud. Quelques villages ayant conservé un dialecte grec dorien subsistent encore de nos jours en Apulie.

58Les Grecs ont établi des colonies autour de la Mer Noire (Pont Euxin) dès le VIe siècle avant J.-C. Un État du Pont a existé sur le littoral d’Asie Mineure autour de Trébizonde (1204-1463). Aux XVIIIe et XIXe siècles, les communautés grecques marchandes de la Mer Noire, en particulier celles de Russie (Crimée et Ukraine) ont de nouveau prospéré grâce aux pêcheries et au commerce des céréales. Cette présence grecque de 25 siècles ne s’est effacée que récemment avec l’échange des populations en Turquie (1923) et les déportations des Grecs vers l’Asie Centrale et la Sibérie, ordonnées par Staline dans les années 1940. Des Grecs pontiques sont cependant encore présents en Géorgie et surtout sur le rivage septentrional de la mer d’Azov (Marioupol), où ils revendiquent une autonomie territoriale.

59Une large bande littorale allant des côtes sud de l’Asie Mineure à l’Égypte et à la Cyrénaïque (Libye) en passant par la Syrie et la Palestine a été sous influence et sous domination grecque pendant un millénaire environ (IIIe siècle avant J.-C. au VIIe siècle après J.-C.). Conquis par Alexandre, ces territoires situés au cœur des royaumes hellénistiques des Séleucides et des Lagides ont compté un grand nombre de cités grecques et deux capitales de première importance : Antioche et Alexandrie. Cette dernière a même été le principal centre culturel de l’hellénisme pendant cette période. Cette présence s’est poursuivie et même renforcée sous l’empire romain et byzantin jusqu’au VIIe siècle. La poussée arabo-islamique l’a balayée, Grecs et Hellénisés n’ayant pas dépassé le stade d’une élite urbaine trop coupée des masses rurales et même urbaines.

60Dans la seconde moitié du XIXe et au début du XXe siècle, les Grecs sont revenus en Égypte lorsque, sous Mehemet Ali, puis sous la domination britannique, l’économie de ce pays s’est ouverte au développement capitaliste. Ils ont constitué un réseau commercial et bancaire jusqu’au niveau villageois en relation avec la croissance de la culture du coton. Ils étaient 180 000 en 1927, 250 000 en 1940, c’est-à-dire la première communauté européenne de ce pays semi-colonisé. Ils ont peuplé un quartier d’Alexandrie (Alana) dans lequel la vie culturelle a été intense. Deux des plus grands écrivains de la Grèce moderne, Cavafy et Tsiikas, y ont vécu. Après l’avènement de Nasser en 1953 et la nationalisation de l’économie égyptienne, la communauté grecque a de quitter ce pays. De 1880 à 1950, Alexandrie avait été de nouveau un grand centre de 1’hellénisme.

Les espaces périphériques anciens

61À la périphérie des espaces les plus durablement hellénisés (l à 3 millénaires) qui appartiennent tous au bassin de la Méditerranée orientale et de la Mer Noire, se trouvent les avancées les plus extrêmes de l’hellénisme dans l’Antiquité tant à l’ouest qu’à l’est. Du point de vue démographique, les communautés grecques n’y ont jamais été très nombreuses ni très denses, mais elles ont, pendant trois à six siècles, rayonné sur ces espaces et laissé une empreinte non négligeable.

62En Méditerranée occidentale, la cité de Marseille d’origine phocéenne a exercé une action et une influence économique et culturelle sur une grande partie de la Gaule et du littoral ibérique, avant d’être annexée par Rome dont elle fut longtemps une alliée privilégiée (VIe au Ier siècle avant J.-C.).

63Les royaumes gréco-bactriens et gréco-indiens, très tôt indépendants du royaume séleucide (250 av. J.-C.), ont conservé un système politique de type hellénistique avec des cités peuplées par les descendants des anciens soldats établis par Alexandre. Elles conservaient de nombreux liens commerciaux et culturels avec le monde grec. Elles ont eu un rayonnement artistique important (art gréco-bouddhique) avant d’être finalement assimilées par les populations locales dont elles avaient très tôt adopté la religion. « Les États Grecs disparaissent vers 75 au Pendjab, vers 70 au Gandhara, vers 50 dans la haute vallée de Kaboul qui constitue la dernière place forte de l’hellénisme » (P. Lévêque 1964).

64Ces avancées extrême occidentale et orientale de l’hellénisme antique n’ont laissé aujourd’hui que des restes archéologiques. La communauté grecque de Marseille, la plus importante de France, et celles d’Asie Centrale soviétique, ne sont que de très pâles résurrections contemporaines d’une présence hellénique interrompue depuis deux millénaires.

Les espaces de la diaspora

65L’émigration et la constitution d’une diaspora, pendant les quatre siècles au cours desquels tout État grec indépendant a disparu, ont été une réponse de l’hellénisme en vue d’assurer sa survie. Les territoires dans lesquels se sont disséminées les communautés grecques ont d’abord été européen et ottoman, c’est-à-dire en continuité et même souvent en contiguïté avec l’espace occupé traditionnellement par les Grecs. Ces communautés se sont implantées avant tout en terres chrétiennes, orthodoxes ou occidentales, et très peu en pays islamique à l’exception de l’Égypte.

66La première diaspora est donc européenne occidentale et italienne (XVIe au XIXe siècle) d’un côté, balkanique et européenne orientale de l’autre. Au XXe siècle, la diaspora européenne occidentale est réactivée par des migrations de Chypre en Angleterre, et du nord de la Grèce en Allemagne Fédérale. En Europe Orientale, la coupure est-ouest a favorisé l’assimilation des minorités grecques dans les divers pays socialistes. Une émigration de quelques centaines de milliers de réfugiés politiques communistes s’est produite à la fin de la guerre civile (1949-50). Une grande partie d’entre eux sont rentrés en Grèce après 1974.

67En Europe occidentale, la diaspora s’est accrue au cours des dernières décennies et a mieux préservé son identité qu’en Europe orientale. En Union Soviétique les Grecs pontiques ont conservé une grande partie de leur culture et ont créé une association mais une partie de plus en plus importante d’entre eux émigre en Grèce.

68La dernière extension de la diaspora, son auréole externe, est en Amérique du Nord et dans le Pacifique principalement (États-Unis, Canada, Australie), issue des deux grandes vagues migratoires du XXe siècle. En 1980, 60 % de la diaspora grecque dans le monde était en Amérique. Les États-Unis, avec 1 à 2 millions de Grecs américains, ont de loin la plus forte communauté grecque de l’étranger.

69La première génération ayant immigré entre 1890 et 1920, dès 1940 les Grecs américains de la seconde génération formaient la majorité de la communauté. L’identité grecque américaine n’a pas été absorbée par le melting pot, mais reste très vivante à la troisième génération (Scourby, 1980). Elle est fondée sur la religion orthodoxe, sur la famille et les associations grecques américaines du type American Hellenic Educational Progressive Association (AHEPA), dépassant les particularismes régionaux d’origine.

70La langue est plus pratiquée et l’endogamie plus élevée au Canada et en Australie, où les immigrants sont venus en majorité depuis la Seconde Guerre mondiale. C’est en Australie que la communauté grecque, qui représente 2 % de la population totale, conserve les liens les plus forts avec la Grèce et a le plus fort sentiment d’appartenance ethnique (Bottomley, 1979).

71En Afrique et à un moindre degré en Inde (deux communautés seulement), la diaspora hellénique s’est faite l’auxiliaire de la colonisation britannique, française et belge. D’Égypte, les Grecs ont progressé vers le sud au Soudan et en Éthiopie dans la seconde moitié du XIXe siècle. Vers 1890, les commerçants grecs pénétraient au Congo belge et en particulier au Katanga (Lubumbashi) où ils ont développé leurs activités commerciales et industrielles après la Seconde Guerre mondiale.

72Il existe de petites communautés de commerçants, techniciens et professions libérales dans toutes les anciennes colonies d’Afrique anglophone, mais aussi d’Afrique francophone et lusophone, sauf en Afrique occidentale où les Syro-Libanais avaient pris la place.

73La plus forte diaspora grecque d’Afrique se trouve actuellement en Union Sud-Africaine (30 000 Grecs). Il s’agit essentiellement d’une classe moyenne de petits entrepreneurs, d’industriels, d’ingénieurs, de techniciens et de professions libérales, arrivés surtout entre 1960 et 1970 d’Égypte et des centres urbains de Grèce (Montsari 1981).

74Les deux auréoles externes de la diaspora ont une profondeur historique de l’ordre de un à deux siècles, nettement inférieure à celle des trois auréoles internes du modèle. Elles ont cependant joué un rôle essentiel dans la survie de l’hellénisme et apportent un soutien non négligeable à l’État grec actuel.

Stratégies spatiales et limites de l’Hellénisation

75Les quelques entités ethno-culturelles ou peuples qui ont connu une longévité de plus de deux millénaires ont eu recours à deux grands types de stratégies spatiales.

76D’un côté, ils ont peu à peu agrandi leur territoire en assimilant les populations voisines. Par exemple, le système social impérial Han avec son écriture idéographique et ses comportements et rituels, rayonnant du centre vers la périphérie, a permis aux Chinois d’accroitre progressivement sur des temps longs leur masse. Leur survie a été ensuite assurée par « l’effet éponge », absorbant et assimilant du fait de leur masse tous leurs envahisseurs et conquérants.

77Le môle continental indien, dont la cohésion en dernière analyse était assurée par le système de castes et la religion brahmanique, a traversé toutes sortes de bouleversements politiques et n’a été entamé dans sa masse que par 11slam.

78À l’opposé, les Hébreux ou Juifs, ayant perdu tout territoire propre, ont survécu dans la plus grande dispersion (la Diaspora) de communautés conservant farouchement leur religion et les coutumes qui lui étaient attachées, sans paysannerie mais en exerçant des activités marchandes et artisanales.

79À beaucoup d’égards, les Grecs ont joué de la dispersion qui était la leur dès l’origine, mais ils n’ont jamais cessé d’occuper majoritairement une partie réduite de leur territoire après avoir pendant des siècles dominé de vastes espaces. Les stratégies spatiales de l’hellénisme pour assurer sa longévité sont plus complexes et variées que celles des Chinois, des Indiens ou des Juifs brièvement citées ici.

Les espaces de repli

80Les Grecs n’ont jamais pu jouer de l’effet éponge ou de masse des Chinois ou des Indiens, car ils n’ont jamais hellénisé de vastes territoires, alors que les Chinois ont sinisé, les Indiens indianisé un espace subcontinental. Les Grecs ont occupé et hellénisé une grande partie du Moyen Orient et de la péninsule des Balkans de façon essentiellement discontinue et ponctuelle.

81Leur stratégie spatiale de survie, face aux invasions, conquêtes et diverses menaces extérieures qui se sont renouvelées au long des siècles, a combiné le repli sur des espaces marginaux montagneux et insulaires et la dispersion de type diaspora. Une grande mobilité a permis replis, refuges, migrations, retours, tout au long de leur histoire (Fig. 8).

Figure 8 – Inter-relations entre la diaspora, les espaces montagneux et l’espace central

Figure 8 – Inter-relations entre la diaspora, les espaces montagneux et l’espace central

82Dès le début de la domination turque, l’espace agricole utile des plaines alluviales les plus étendues et les plus accessibles a été partiellement abandonné aux Turcs possesseurs de timars (XVIe-XVIIe siècles), une grande partie de la population grecque s’établissant dans la zone montagneuse où elle pouvait jouir d’une existence plus libre. L’association de la transhumance et du banditisme dans ces espaces montagneux les a longtemps maintenus hors du contrôle du pouvoir ottoman qui régnait en plaine. Les klephtes et armatoles ainsi que les communautés villageoises installées en zone montagneuse ont maintenu et développé une culture populaire et une littérature orale conservant aux dialectes grecs le caractère d’une langue vivante.

83Ces montagnes ont également joué le rôle de refuge et de base militaire pour le peuple. C’est de là que sortirent les cadres militaires et une partie de l’armée populaire de la révolution de 1821-1830. Les espaces montagneux ont joué de nouveau ce même rôle pendant l’occupation allemande, lors de la Seconde Guerre mondiale, et pendant la guerre civile qui a suivi.

84L’espace insulaire égéen et ionien (Îles ioniennes) a joué également un rôle de refuge et de base sur le plan culturel et économique. Les Vénitiens et les Francs y ont conservé des Îles qui ont longtemps échappé à la domination turque. Au XVIIe siècle, la Crête, qui reste sous contrôle vénitien, est le foyer intellectuel et artistique le plus actif de l’hellénisme.

85Ensuite, au XVIIIe et XIXe siècle, les îles ioniennes (et Corfou en particulier) sous domination française puis surtout britannique, ont été un foyer de création littéraire. C’est également dans l’espace insulaire égéen et dans le Péloponnèse que se sont le mieux conservées les structures sociopolitiques des communautés (koinotita) ayant réussi à préserver leurs franchises.

La diaspora

86Ces deux espaces, marginaux par rapport aux principales plaines alluviales et aux grands centres urbains, ont alimenté du XVIe au XIXe siècle chacun une diaspora. En continuité avec l’espace montagneux de Grèce centrale et septentrionale, s’est constituée la diaspora des Balkans et d’Europe centrale et orientale. Les communautés grecques de Vienne, de Budapest, de Bucarest, de Jassy et d’Odessa ont été des centres très actifs de l’hellénisme sur le plan culturel et politique. En rapport avec l’espace insulaire par voie maritime, s’est constituée la diaspora d’Europe occidentale, d’abord italienne. Au XVIe siècle sur les 110 000 habitants de Venise, 10 000 étaient Grecs. L’Université de Padoue a été à la fois un centre d’accueil pour les intellectuels en provenance de l’ancien empire byzantin et un centre de formation pour l’élite phanariote et grecque en général. Naples et Ancône avaient également une communauté grecque importante. Au XVIIIe siècle, ce seront Livourne et Trieste. Mais il ne faut pas oublier Tolède, Lyon, Paris, Londres qui ont été aux XVIIe et XVIIIe siècles les principaux centres de cette diaspora.

87La diaspora européenne au sens large a joué un rôle capital en empêchant l’asphyxie culturelle et économique de l’hellénisme sous la domination ottomane, aux XVIe et XVIIe siècles en particulier. Développant ses liens avec la bourgeoisie marchande grecque restée sur place, elle a facilité la renaissance à la fois économique et culturelle de l’hellénisme dans l’empire ottoman au XVIIIe siècle. Beaucoup d’écoles en Grèce, par exemple, ont été financées par la diaspora. Venise, puis Vienne ont été les principaux centres d’édition des livres grecs au cours de cette période.

La « Grande Idée » mais le petit État-nation

88Le système politique ottoman, accordant une place privilégiée au Patriarcat Œcuménique et aux Phanariotes à la tête du « millet » chrétien, a préservé l’existence d’un appareil d’État et d’un enseignement supérieur grec (école patriarcale). Il a même favorisé une expansion de l’hellénisme dans les Balkans aux XVIIIe et XIXe siècles, permettant à celui-ci de reprendre son rôle de leader dans l’aire culturelle orthodoxe-byzantine balkanique. C’est ce que l’historien roumain Iorga a appelé « Byzance après Byzance » dans les principautés de Valachie et Moldavie (Iorga N., 1972).

89L’expansion économique de la bourgeoisie marchande grecque de la diaspora et des îles égéennes, avec le développement d’une flotte marchande, et même de guerre (protection contre la piraterie), tolérée par les Turcs, a été capitale pour la révolution de 1821-30.

90Le nouvel État grec a été créé en 1830, mais a délimité son territoire de façon durable, sinon définitive, par étapes jusqu’en 1923. Le résultat présent est un petit État-nation de 10 millions d’habitants, l’un des trois moins riches de la Communauté Économique Européenne. Résultat bien décevant par rapport aux ambitions des Grecs du XIXe et du début du XXe siècle qui voulaient retrouver au moins tout leur espace central, c’est-à-dire reconstituer un État grec ayant pour centre le bassin égéen, en regroupant les territoires peuplés majoritairement par des Grecs, aussi bien en Asie Mineure qu’en Grèce proprement dite (Grande Idée). Ils ont même rêvé de reprendre à leur compte une partie de l’Empire Ottoman, de reconstituer un État multi-ethnique sous leur leadership, comme ils avaient réussi à le faire entre le IVe et le VIe siècle de notre ère en prenant très progressivement le contrôle de l’Empire romain d’Orient.

91Les projets de Rhigas Velestinlis sont significatifs à cet égard. Il ne propose pas un État-nation grec indépendant, mais une fédération pluriethnique comprenant tous les peuples de l’empire ottoman, y compris les Turcs, avec une constitution libérale inspirée des idées de 1789, mais une place prépondérante pour les Grecs qui en seraient devenus les leaders. Jusqu’à sa mort en 1920, Ion Dragoumis a combattu pour un état multiethnique permettant à l’hellénisme de conserver l’essentiel de ses territoires ancestraux et ses communautés autonomes.

92Bien qu’ayant dominé de vastes espaces pendant des millénaires ou des siècles, l’hellénisme ne s’est pas constitué une assise territoriale et démographique suffisante pour avoir dans le monde présent un poids aussi grand que les peuples qui peuvent revendiquer une profondeur historique comparable : Chine, Inde, Iran. Sa diaspora non plus n’a pas eu la vigueur et la force d’expansion de la diaspora juive. Les Grecs ne peuvent donc qu’éprouver à l’époque contemporaine un sentiment de frustration face à cette disproportion entre passé et présent, d’autant plus qu’ils occupent encore dans le monde une place qui n’est pas négligeable.

L’impossible hellénisation de l’Orient et des Balkans

93Au regard de l’histoire, on peut légitimement se poser la question : pourquoi l’hellénisme n’a-t-il pas constitué un vaste espace hellénophone ou de langues dérivées du grec ? En d’autres termes, pourquoi le Proche Orient n’est-il pas aujourd’hui hellénisé, alors que les Grecs l’ont dominé pendant des siècles voire des millénaires (entre 20 et 27 siècles en Asie Mineure, 9 à 10 siècles en Égypte, Syrie et Palestine) ?

94L’Asie Mineure est turque et le reste du Proche Orient arabo-islamique, avec quelques minorités chrétiennes de langue généralement arabe, alors que l’Europe occidentale et orientale comporte une aire culturelle chrétienne et latine importante (Espagne, Portugal, France, Italie, Roumanie), dans laquelle la civilisation arabo-islamique a même reculé.

95Autrement dit, la latinisation de l’Occident a été durable et a même résisté à la poussée arabo-islamique sauf en Afrique du Nord, alors que l’hellénisation de l’Orient n’a pas tenu face à celle-ci, ni face à la poussée turque, qui a même réussi à déraciner la langue et la société grecque de l’un des espaces qu’elle avait le plus anciennement occupé. On peut proposer quelques hypothèses quant à la faiblesse de l’hellénisation.

96Tout jouait apparemment en faveur de l’hellénisation, thème classique chez les historiens de la période hellénistique (Jouguet, 1926) : domination politique et économique, rayonnement culturel, qui se sont poursuivis et même renforcés sous l’empire romain. Le grec était à côté du latin la langue officielle de la moitié orientale de l’empire romain. D’autre part, le grec, langue des Évangiles, de Saint Paul, puis de la plupart des Pères de l’Église (IVe siècle), a été jusqu’à la fin du IIe siècle l’unique langue d’expression de l’Église chrétienne. Entre le IIe et le IVe siècle, le latin s’est imposé en Occident, mais le grec a continué à être la langue liturgique et de communication dans l’Église d’Orient dont le principal centre intellectuel était Alexandrie.

97Ensuite, cette Église qu’on a appelée orthodoxe, s’est orientée vers l’utilisation des langues locales dont certaines comme l’égyptien (copte) et l’araméen (syriaque) avaient un glorieux passé. Mais d’autres, comme l’arménien et le géorgien ou l’éthiopien, ont été promues par l’Église au rang de langues littéraires et nationales grâce aux traductions de la Bible, de la liturgie et à la création d’un alphabet.

98Cette action de l’Église orthodoxe pour la promotion des langues nationales s’est poursuivie tout au long de l’histoire byzantine avec les missions de Constantin Cyrille et Méthode au IXe siècle en Moravie. Ils ont, eux et leurs disciples, créé un alphabet (le glagolitique puis le cyrillique) pour les langues slaves, traduit Écritures, liturgie dans ces langues et favorisé ainsi la création d’écoles littéraires. Au XIXe siècle, le clergé grec orthodoxe des principautés de Valachie et Moldavie a également favorisé le remplacement du slavon par la langue roumaine.

99À l’inverse, l’Église d’Occident a toujours considéré qu’il n’y avait que trois langues sacrées, liturgiques : l’hébreu, le grec et le latin. Elle a donc favorisé le latin, prêchant la religion nouvelle aux masses rurales en latin. Cela suppose que la latinisation était déjà assez avancée dans les campagnes celtiques de Gaule ou de la péninsule ibérique. L’Église a donc joué un rôle capital dans la latinisation des populations non urbaines de l’Occident (Marrou, 1948).

100En Orient en revanche, le grec n’a pas bénéficié d’un tel soutien, levier indispensable d’une hellénisation qui aurait atteint la masse des fidèles. À partir du VIIe siècle, l’arabe connaîtra une progression foudroyante parce qu’il était la langue de l’Islam, balayant le grec en milieu urbain mais aussi les langues (syriaque, copte) à peine concurrencées par le grec. Seuls les Iraniens ont conservé leur langue, ainsi que les Turcs arrivés plus tard.

101L’Égypte, qui avait connu un millénaire de domination grecque ou gréco-romaine, s’est arabisée en un peu plus d’un siècle et a perdu presque toute empreinte culturelle hellénique, alors qu’Alexandrie avait été le principal foyer intellectuel et artistique de l’hellénisme aux époques hellénistique, romaine et proto-byzantine. Ce phénomène étonnant est révélateur du très faible enracinement de l’hellénisme parmi les populations orientales.

102Ni la langue grecque ni le système socio-politique de la cité n’ont gagné la majorité des populations du Proche-Orient. En Chine, c’est le système socio-politique et la religion ou les idéologies (confucianisme, taoïsme, bouddhisme) plus que la langue qui ont conquis peu à peu les populations voisines, les intégrant dans l’espace de la sinité. En Inde, le système des castes et le brahmanisme se sont imposés sur l’ensemble du sous-continent alors que les langues et les États restaient divers jusqu’à l’époque contemporaine. Rien de tel ne s’est produit dans le monde grec. Le système socio-politique de la cité est resté insulaire et réservé à une élite de citoyens grecs et hellénisés au milieu des campagnes et bourgades qui conservaient leurs langues et leurs civilisations antérieures.

103Pourquoi cette non-généralisation des structures helléniques sociopolitiques et culturelles ? On peut avancer quelques hypothèses explicatives. Il n’a pas été porté par une religion entraînant les masses. La religion polythéiste grecque antique avait beaucoup moins de rayonnement hors du monde grec proprement dit que les religions orientales qui l’ont emporté sur elle. À l’époque hellénistique, de nombreux éléments orientaux se sont introduits dans cette religion et l’ont fait évoluer.

104Dans les royaumes gréco-bactriens et gréco-indiens, les Grecs et hellénisés des cités ont adopté les religions locales, en particulier le bouddhisme. On a vu d’autre part que le christianisme, d’origine judaïque mais rapidement hellénisé, s’est orienté assez tôt vers la promotion des langues et littératures locales.

105Le système socio-politique de la cité hellénistique plaçant en premier plan l’éducation dans le gymnase, sportive mais également très littéraire et fortement liée à la langue grecque, était un système élitiste ne pouvant gagner les masses. À Alexandrie, à Antioche même, la majorité de la population ne parlait pas grec. D’autre part, les politeumata, sorte de communautés regroupant les militaires, les marchands et fonctionnaires grecs en Égypte, là où n’existait pas de cité, fonctionnaient comme des clubs fermés à la population locale. Les masses paysannes des royaumes hellénistiques, des Lagides et des Séleucides en particulier, étaient exploitées.

106Une coupure très forte entre la chôra (campagne) et la ville (polis) était observable aux époques hellénistique, romaine et byzantine. Les terres (clérouquies) allouées aux mercenaires grecs des armées hellénistiques n’ont pas, semble-t-il, permis une véritable implantation grecque dans les campagnes. On sait très peu de chose sur leur fonctionnement, mais peut-être étaient-elles en réalité travaillées par des indigènes, fermiers ou métayers.

107On peut observer, par comparaison, que les implantations latines étaient beaucoup plus efficaces quant à la latinisation des populations environnantes. En dehors de la Gaule ou de l’Espagne, on a l’exemple de la Dacie au nord du Danube où, à la suite des campagnes de Trajan (101 et 106 après J.-C.), des soldats des légions romaines ont été installés par l’administration impériale pour garder le limes. Ces soldats-paysans se sont mêlés à la population Dace et l’ont romanisée.

108Le peuple roumain, qui parle une langue latine, en est issu. Malgré toutes les invasions et dominations successives, y compris un début d’hellénisation sous les Hospodars Phanariotes de Valachie et Moldavie, la latinité a survécu et bien résisté tout en s’adaptant (vocabulaire d’origine slave abondant en roumain et Église orthodoxe).

109L’hellénisme n’a résisté et reconquis le terrain perdu qu’en Grèce proprement dite, là où la paysannerie hellénophone a toujours existé. Là seulement, les populations slaves, albanaises, valaques ont été hellénisées. Ailleurs dans les Balkans, c’est la civilisation byzantine et orthodoxe qui a prévalu avec ses structures étatiques impériales adoptées par les Bulgares puis par les Serbes, son Église liée aux nationalités et son art grec d’origine qui a été accepté partout. Les communautés grecques présentes dans presque toutes les villes ont fini par être peu à peu assimilées aux Bulgares, aux Serbes, aux Roumains.

110Le grand historien grec du XIXe siècle, C. Paparrigopoulos a reproché au Patriarcat Œcuménique de n’avoir pas tiré profit de la situation exceptionnellement favorable dans laquelle l’avait placé l’empire ottoman pour helléniser tous les peuples des Balkans. Cette hellénisation ne s’est pas davantage produite au XVIIe-XVIIIe siècle qu’elle ne s’était produite aux IXe-XIIIe siècles ou même avant à l’époque romaine et hellénistique.

111La raison principale de l’étonnante continuité de la langue grecque à travers trois millénaires n’est-elle pas précisément le fait qu’elle soit restée au sein de communautés limitées, attachées à leur civilisation et à leur langue, et qu’elle n’ait jamais été adoptée par des populations allogènes en très grand nombre comme cela a été le cas pour le latin ? Le latin a disparu pour se muer en diverses langues romanes tandis que le grec n’est pas mort mais a vu son aire et son rayonnement se restreindre considérablement

Conclusion : le paradoxe ethnogéographique de l’Hellénisme

112L’entité ethno-culturelle qu’on appelle hellénisme fait partie du petit nombre de celles qui, à la surface de la terre, ont duré plus de deux millénaires. Il s’agit bien, de son origine à la période actuelle, d’une réalité ethnique qui se manifeste par l’existence d’un peuple possédant une langue et une culture qui lui sont propres.

113Aujourd’hui, elle se situe dans le double cadre d’un État-nation de petite taille à l’échelle mondiale et d’une diaspora présente sur tous les continents. D’autres entités ethno-culturelles sont dans ce cas (Portugal, Italie, Liban, Arménie, Vietnam...). Cependant, en dehors d’Israël et de la diaspora juive, aucune n’a fait preuve d’une telle longévité.

114L’autre singularité de l’hellénisme est le contraste entre, d’une part, son extension ancienne qui a duré plus d’un millénaire (espace central et péricentral}, la puissance du rayonnement de sa civilisation qui est à la base de la civilisation européenne puis occidentale, et, d’autre part, l’étroitesse actuelle de son assise territoriale et démographique ou la faiblesse relative de son poids dans le monde.

115Ni la Chine, ni l’Inde, ni même l’Iran, qui peuvent revendiquer une profondeur historique et une continuité comparables, ne se trouvent dans une telle situation. Les Juifs, quant à eux, n’ont jamais été à la tête d’un vaste État territorial, mais ils ont constitué les premiers une diaspora, à laquelle on peut à certains égards comparer la diaspora grecque, bien qu’elle soit de taille nettement plus modeste. Ils occupent sur la scène internationale actuelle une place plus importante que les Grecs.

116On peut donc affirmer que, dans le cas de l’hellénisme, il y a un paradoxe ethno-géographique. Pour comprendre ce paradoxe, il faut envisager le jeu de trois phénomènes :

  • la continuité d’un noyau ethno-culturel dont les trois éléments fondamentaux ont évolué sur des temps longs mais sont restés présents ou sous-jacents à toutes les formes de l’hellénisme, et qui définissent même l’hellénisme en tant que tel : la langue grecque, la cité-communauté, la mobilité.

  • l’adoption de formes étatiques élaborées en Orient puis à Rome ; elles n’ont pas fait disparaître les structures socio-politiques cellulaires et dispersées de l’hellénisme, qui ont été reproduites dans différents types d’espaces de repli (montagnes, îles) ou à l’étranger (diaspora). Si bien que ces noyaux durs ont permis de résister à l’assimilation et de préserver langue, culture, religion, un minimum de vie politique, mais en même temps, leur caractère élitiste fondé sur une éducation seulement possible dans un milieu urbain, a limité considérablement le pouvoir d’assimilation des populations locales par l’hellénisme.

  • le maintien d’un appareil d’État minimum à travers l’Église Orthodoxe et d’une bourgeoisie marchande en territoire peuplé par les Grecs et dans la diaspora a assuré la survie de l’hellénisme, en conjonction avec une paysannerie disposant d’un espace montagneux de repli ou de refuge (guérillas).

117Ces trois phénomènes en interaction contribuent à expliquer la survie de l’hellénisme, mais aussi sa faiblesse relative actuelle, du fait de son impuissance à assimiler un grand nombre de populations allogènes, et donc, de l’impossibilité de constituer une assise territoriale vaste, subcontinentale, comparable à celle de la Chine ou de l’Inde.

Haut de page

Bibliographie

BASLEZ M.F., 1986, « Le péril barbare : une invention des Grecs ? » in : La grèce ancienne, C. MOSSE (éd.), Seuil, Paris, pp. 284-299.

BOTTOMLEY G., 1979, After the odyssey, a study of Greek Australians, University of Queensland Press, 208 p.

BROWNING R., 1969, Medieval and modern greek, London, 222 p.

CHAMOUX, F., 1985, La civilisation hellénistique, Arthaud, Paris, 438 p.

DIMARAS C.T., 1969, La Grèce au temps des lumières, Droz. Genève, 168 p.

DUCELUER A., 1986, Byzance et le monde orthodoxe, A. Colin, Paris, 503 p.

DE POUGNAC F., 1984, La naissance de la cité grecque, Paris, La Découverte, 187 p.

EHRENBERG V., 1982, L’État grec, F. Maspero, Paris, 407 p.

EMBIRICOS A., 1975, Vie et institutions du peuple grec sous la domination ottomane, La Pensée Universelle, Paris, 284 p.

ENOSI ELLINON Panepistimiakon Dutikis Europis, 1985, L Elleniki Diaspora sti Dutiki Europi, Athènes, 286 p. (en grec).

ETHNIKON Kentron koinonikon erellllon, 1972, Apodimi Ellines, Athènes, 160 p. (en grec).

IORGA N., 1972, Byzance après Byzance, Bucarest.

JOUGUET P., 1926, L’impérialisme macédonien et l’hellénisation de l’Orient, coll. L’évolution de l’humanité, Albin Michel, 506 p.

LEVEQUE P., 1964, L’aventure grecque, A. Colin, 638 p.

MANTRAN R. (éd.), 1989, Histoire de l’empire ottoman, Fayard, Paris, 810 p.

MANTSARI V., 1981, L’assimilation croissance de la nouvelle petite bourgeoisie grecque en Afrique du Sud, Epitheorisi koinonikon ereunon, 42-43, pp. 145-166 (en grec).

MARROU H.I., 1948, Histoire de l’éducation dans l’antiquité, t. I et II. Seuil, Paris, 431 p. et 237 p.

MOMIGLIANO A., 1979, Sagesses barbares, les limites de l’hellénisation, Maspero, Paris, 196 p.

MEILLET A., 1930, Aperçu d’une histoire de la langue grecque, Hachette, Paris, 326 p.

MIRAMB EL A., 1983, Grammaire du grec moderne, Klinckseick, Paris, 243 p.

PSYROUKI N., 1983, To neoelliniko paroikiako phainomeno, Athènes, (en grec), 262 p.

ROSTOVTSEFF M.I., 1989, Histoire économique et sociale du monde héllénistique, Bouquins, R. Laffont, 1 430 p.

SALOUTOS T., 1964, The Greeks in the United States, Cambridge, Harvard University Press.

SCOURBY A., 1980, « Three generations of Greek Americans: a study in ethnicity », lnternational Migration Review, 14, 1, pp. 43-52.

TSAOUSSI D.G. ‘zs), 1983, Ellinismos, Ellinikotita, Estia, Athènes, 256 p. (en grec).

VACALOPOUWS A., 1975, Histoire de la Grèce moderne, Horvath, 330 p.

VAN EFFENTERRE H., 1985, La cité grecque, Hachette, 339 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – La trajectoire spatio-temporelle de l’Hellénisme (Xe siècle avant J.C.-XXe siècle)
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/3194/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 2 – Les trois vagues de colonisation grecque de l’Antiquité
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/3194/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 3 – Les Grecs en Méditerranée Orientale du XVIe au XVIIIe siècles
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/3194/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 4 – La diaspora hellénique en 1970
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/3194/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 5 – Les quatre phases de la trajectoire historique de l’Hellénisme
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/3194/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 6 – Les espaces de l’Hellénisme
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/3194/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 7 – Modèle en auréoles concentriques des espaces helléniques
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/3194/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 8 – Inter-relations entre la diaspora, les espaces montagneux et l’espace central
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/3194/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bruneau, « L’Hellénisme », Géographie et cultures, 2 | 1992, 45-74.

Référence électronique

Michel Bruneau, « L’Hellénisme », Géographie et cultures [En ligne], 2 | 1992, mis en ligne le 16 novembre 2015, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/gc/3194 ; DOI : 10.4000/gc.3194

Haut de page

Auteur

Michel Bruneau

CNRS-TIDE

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals