Navigation – Plan du site

Protéger l’ours et le loup en France

Antihumanisme ou coexistence territoriale durable ?
Protecting bear and wolf in France: anti-humanism orssustainable coexistence?
Farid Benhammou
p. 25-42

Résumés

L’actualité est souvent marquée par les attaques de troupeaux domestiques par des prédateurs sauvages. Leur conservation pose d’autant plus question qu’elle se situe sur des territoires périphériques en crise et mutations socio-économiques, agricoles et écologiques. Les détracteurs de l’ours et du loup accusent leurs protecteurs de vouloir la fin des activités humaines de montagne. En face, les protecteurs de l’environnement saluent la présence des grands prédateurs qui incarnent une nature régénérée. Après les conditions de présence du loup et de l’ours, nous analyserons les discours des forces en présence. Ensuite, nous reviendrons sur les explications d’une réaction surdimensionnée du monde agricole face à ce problème en France. Enfin, nous insisterons sur un paradoxe : alors que les opposants à ces espèces assimilent leur protection à un anti-humanisme, les solutions de cohabitation dans ces espaces passent obligatoirement par une revalorisation de la présence humaine dans l’agriculture des territoires de montagne. Les mutations sociales et agricoles récentes ont rendu plus difficilement supportable la réapparition d’animaux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Presse professionnelle agricole, revue associative environnementale, rapports d’experts, documentat (...)

1Le retour de l’ours et du loup est associé à une nature sauvage" coquéSM)"edateursprésence dépasse le cadre écologique et provoque des tensions politiques, socio-économiques et culturelles dans des territoires ruraux historiquement marginalisés par rapport à la capitale nationale, voire aux centres régionaux. La protection de ces espèces révèle aussi des changements de la société en faveur de l’environnement, mais également des résistances à sa prise en compte à toutes les échelles. Les conflits environnementaux, s’ils s’appuient toujours sur une base écologique, impliquent constamment des rivalités entre groupes au sujet du territoire et de l’environnement. Ils relèvent donc de la géopolitique. Les détracteurs de l’ours et du loup accusent ces animaux et leurs protecteurs de vouloir en finir avec les activités humaines de montagne. De l’autre côté, les protecteurs de l’environnement saluent la présence des grands prédateurs qui incarnent une biodiversité et une nature qui se reconstituent après avoir été dégradées. Protéger ces espèces ne s’assimile-t-il pas un anti-humanisme pouvant s’avéSer même destructeur pour la nature ? Les solutions pour faciliter la cohabitation dans ces espaces ne passent-elles pas par une revalorisation de la présence humaine dans l’agriculture des territoires de montagne ? Les mutations sociales et agricoles ont rendu plus sensible la question de la réapparition d’animaux parfois disparus depuis peu. Notre propos se fonde sur un travail de recherche débuté en 1998 (Benhammou, 1999, 2001, 2007). Il consistait à étudier la littéSMture émanant des protagonistes1 et à mener près de 200 entretiens semi-directifs auprès des difféSents acteurs impliqués (éleveurs, représentants professionnels, scientifiques, administratifs, chasseurs, naturalistes…). Un panel de chaque catégorie d’acteurs a été sélectionné en veillant à ce que tous les points de vue soient représentés. La portée de chacun s’est également inscrite dans notre approche multiscalaire qui a consisté à découper notre vaste zone d’étude (Alpes et Pyrénées) en difféSents sous-espaces (régions, départements, pays, vallées). Après avoir présenté les conditions du retour du loup et de l’ours en France, nous analyserons les discours des forces en présence. Nous reviendrons ensuite sur les éléments d’explication d’une réaction exacerbée du monde agricole par rapport aux problèmes réels posés par l’ours et le loup en France.

Un retour contre nature et anti-humaniste ?

Présence et conditions de retour de l’ours et du loup en France

2Les réactions ayant accompagné le retour de l’ours et du loup sont liées aux changements socio-économiques, politiques et écologiques des territoires pyrénéens et alpins. Le déclin de la population d’ours s’accélère au XXe siècle (Camarra et Parde, 1992 ; Caussimont, 1993). L’aire de répartition de l’espèce s’est réduite en îlots et se trouve dans une position critique dans les Pyrénées où elle s’est maintenue. La population, qui compte une vingtaine de spécimens, provient de deux origines difféSentes (Figure 1).

Figure 1 – Cadres territoriaux des ours autochtones et issus de la réintroduction de 1996

Figure 1 – Cadres territoriaux des ours autochtones et issus de la réintroduction de 1996

Source : Benhammou, 2007.

3Le volet béarnais correspond à un reliquat de population autochtone, moins d’une dizaine d’animaux au début des années 1990, concentrés en Béarn. En 2008, il ne comporte vraisemblablement plus que

  • 2 On y compte 2 autres mâles : un ours d’origine slovène, Néré, né en Pyrénées centrales qui a migré (...)
  • 3 AScA : Agence pour la science en action (bureau d’études environnementales).

42 ours mâles, la dernière femelle, Cannelle, ayant été abattue en novembre 20042. Sans intervention, cette population est condamnée à l’extinction. Les tentatives des années 1980 pour mettre en place une gestion concertée de cette population béarnaise d’ours (« Plan ours » de 1984, alignement interministériel de l’Agriculture et de l’Environnement dans le Plan ours en 1988) se sont heurtées à une forte résistance, s’appuyant sur le ministère de l’Agriculture, ses services déconcentrés et les établissements publics (Direction départementale de l’Agriculture et des forêts, Office national des forêts). Des conflits intenses ont alors défrayé la chronique dans les années 1980 et culminent en 1990 avec la mise en réserve d’un espace minimum pour la préservation des derniers ours pyrénéens, les « réserves Lalonde », qui échoueront (Dendaletche, 1993). À la suite de ces conflits, des acteurs locaux (élus, chasseurs, socioprofessionnels agricoles) aidés par des services du ministère de l’Agriculture, remportent l’épreuve de force en 1993 et obtiennent que leur soit confiée la gestion de l’ours et des aménagements qui nuisent aux espaces naturels nécessaires à la conservation de l’espèce. Un syndicat mixte, l’Institution patrimoniale du Haut-Béarn (IPHB), est créé en 1994. Les acteurs locaux et nationaux favorables à l’ours sont largement dépossédés du dossier de l’ours en Béarn car ils sont durablement écartés de toutes les décisions déterminantes (Mermet, 2001 et 2002). Ils voient s’éloigner la perspective d’un Senforcement de population jugé pourtant nécessaire par tous les experts (AScA3 et Servheen, 1996).

  • 4 Association pour le développement économique et touristique en Pyrénées centrales dans le pays de l (...)
  • 5 Une des femelles est morte naturellement dans un accident de montagne en été 2006 et deux oursons s (...)

5Un deuxième volet du dossier ours s’ouvre alors dans les Pyrénées centrales plus à l’est. Un groupe d’élus locaux, encouragé par ARTUS, une association de défense de l’ours, crée en 1991 « l’Association pour le développement économique et touristique de la haute vallée de la Garonne », devenue par la suite « Pays de l’ours – ADET ». Son but est de réintroduire des ours afin de valoriser écologiquement et économiquement cette zone rurale fragile. À l’époque, il ne reste qu’un ours autochtone hypothétique dans les Pyrénées centrales. En 1993, le blocage de la situation dans le Haut-Béarn conduit le ministère de l’Environnement à soutenir le projet de l’ADET4 et d’ARTUS. Une réintroduction de 3 ours de Slovénie, deux femelles et un mâle, a lieu en 1996 et 1997. Les lâchers sont faits dans la forêt de Melles en Haute-Garonne (Figure 1). Les reproductions ultérieures conduisent un effectif de 11 à 15 ours en 2005. Les populations ne sont biologiquement pas viables en raison du faible effectif de femelles notamment : 5 ours5 de Slovénie ont été réintroduits en 2006, non pas en Béarn pour des raisons géopolitiques locales mais en Pyrénées centrales (Figure 1). Ces ours, très mobiles, se répartissent de l’est à l’ouest sur toute la chaîne montagneuse et mêlent leurs origines. Ainsi, les acteurs hostiles et favorables à l’ours se structurent-ils à l’échelle du massif pyrénéen. Paradoxalement, alors que la réintroduction de 1996 commence à être intégrée, l’opéSMtion de Senforcement de 2006 a redynamisé l’opposition à l’ours, en perte de vitesse après la mort en 2004 de Cannelle, dernière ourse de souche pyrénéenne.

6Contrairement à la population ursine qui a connu une réintroduction, les loups sont revenus naturellement en France. En novembre 1992, dans le Parc national du Mercantour au sud des Alpes, deux canidés ressemblant à des loups sont aperçus lors d’un comptage de chamois et de mouflons. Six mois tard, après des véSifications et tergiversations, la présence du loup est officiellement reconnue en France. Malgré des rumeurs de réintroduction, ces loups proviennent de la population italienne qui s’étend depuis sa protection en 1973. L’espèce avait disparu du territoire français depuis les années 1940-50. Le dynamisme de la colonisation est surprenant. Il concerne toutes les Alpes du Mercantour à la Maurienne et s’étend au Bugey dans l’Ain en 2003 (Figure 2). Sa présence est même attestée dans les Pyrénées-Orientales à la fin des années 1990 et officiellement reconnue en 2006 en Lozère (ONCFS, 2006). De nombreux facteurs socioterritoriaux et écologiques favorisent cette colonisation dans les zones de montagne françaises. Elles sont les plus touchées par une diminution de l’usage et de la modification du milieu par les activités humaines. Les plans de chasse et des programmes de réintroduction d’espèces gibiers ont contribué à la reconstitution des populations de proie nécessaires au loup (chamois, mouflons, cervidés). La présence de nombreuses aires protégées alpines accroît le degré de protection de l’espèce.

Figure 2 – Les zones de présence du loup en 2007

Figure 2 – Les zones de présence du loup en 2007

Source : http://carto.ecologie.gouv.fr

Des oppositions et des encouragements au retour

  • 6 Se réféSer aux sondages commandés à la SOFRES par ARTUS en 1992 et à celui réalisé pour la SPA en 2 (...)

7Ces retours rencontrent des accueils difféSents selon le temps, le lieu et le contexte géopolitique local. Dans l’ensemble, les opinions publiques, surtout au plan national, sont favorables à la protection de ces espèces6. La Convention de Berne (ratifiée par la France en 1990) et la directive européenne Habitat de 1992 les protègent. Contrairement à l’idée courante, les personnes loin des territoires à problème ne sont pas les seules à apprécier la présence de ces espèces. Dans les Pyrénées, un courant d’opinion favorable à l’ours traverse toute la société. Dans les Alpes, des acteurs locaux, du tourisme notamment, soutiennent le retour du loup (Benhammou, 2007). En fonction des saisons, du dynamisme militant des pro ou des anti-prédateurs et du soutien d’un système politique local, tel ou tel camp a sa voix mieux représentée dans ces conflits d’environnement (Benhammou et Mermet, 2003 ; Benhammou, 2007).

8Le discours des opposants à l’ours et au loup est aussi particulièrement relayé en raison de sa simplicité appare)"edaUne éleveuse des Hautes-Pyrénées, responsable d’une association anti-ours, affirme :

« On sent bien que ce sont nos territoires qui sont convoités pour servir à autre chose […]. On a trop laissé la parole à d’autres qui n’étaient pas issus du milieu agricole, rural, pyrénéen […]. C’est nous les Pyrénées, c’est pas eux qui vont nous imposer ça. »

9Pour plusieurs éleveurs des Pyrénées, les prédateurs sauvages ne sont que des moyens utilisés pour se débarrasser d’eux. Ainsi, les protecteurs de la nature sont-ils présentés comme des anti-humanistes puisqu’ils voudraient vider les campagnes et les remplacer par une nature sauvage. Les ours et les loups, symboles forts de nature à la charge culturelle importante (Bobbé, 2002 ; Carbone, 1991 ; Delort, 1993), incarnent pleinement cette conception. Inscrite dans cette représentation, les politiques environnementales paraissent donc suspectes.

10Par ailleurs, pour beaucoup d’opposants à l’ours et au loup, ils sont une fausse cause d’environnement. Les acteurs agricoles présentent le pastoralisme, c’est-à-dire l’élevage transhumant de montagne, comme une cause écologique supérieure. Celui-ci, par son action millénaire, contribuerait toujours à une riche biodiversité grâce à l’action des brebis qui maintiennent les paysages ouverts de montagne. Un cortège floristique et faunistique serait donc lié à cette activité humaine qui cantonne un ensauvagement jugé dangereux. Pour certains, ces animaux n’ont même plus rien de naturel. Cette idée accompagne les promoteurs de la thèse de la réintroduction du loup puisque, pour eux, des humains sont à l’origine de ce retour par des lâchers artificiels. En revanche, pour l’ours dans les Pyrénées, point besoin de rumeur, puisqu’il s’agit d’une réintroduction (1996-1997) puis d’un Senforcement (2006) grâce à la capture et au lâcher d’ours en provenance de Slovénie. Dans la mesure où ces ours sont équipés de puces électroniques et qu’ils sont suivis par télémétrie et GPS, ils sont assimilés à une faune téléguidée voire « naturalisée vivant » qui n’aurait rien de naturel (Micoud, 1993).

Des réactions exacerbées par la crise / mutation du monde rural

11Les conflits autour des grands prédateurs sont souvent expliqués de façon réductrice. Des acteurs « extérieurs » tels que les « écolos », « Paris », « Bruxelles » sont stigmatisés. Ces espèces incarnent des peurs légitimes, davantage liées aux évolutions des sociétés rurales françaises et aux évolutions des politiques publiques agricoles. La montagne a connu la même évolution culturelle que le reste de la France urbaine et rurale. De la représentation de l’espace aux modes de vie, les populations dites rurales ont changé et se rapprochent des populations urbaines. Les activités principales concernent désormais davantage le tourisme et les services que l’agriculture au sens strict. Un brassage sociologique s’est produit inévitablement. Les modes de vie, les perceptions de la campagne et de la nature des Français, urbains et ruraux, se sont uniformisés (Mendras, 1995). Ces évolutions déplaisent cependant à certains groupes car elles se sont aussi accompagnées d’un changement de l’occupation de l’espace, la campagne étant devenue surtout un lieu de vie plus qu’un lieu de production. Les agriculteurs, minoritaires dans un monde où ils ont longtemps été majoritaires (Hervieu et Viard, 2001), vivent d’autant plus mal l’intrusion de ces animaux, qu’ils supportent déjà difficilement les aléas de la Politique agricole commune (PAC). Celle-ci, en favorisant les plus grandes exploitations agricoles, a rendu plus aiguë la détresse des éleveurs ovins. Profession paupérisée dans les Alpes et les Pyrénées, l’agriculture accumule les difficultés économiques, la concurrence étrangère et la surcharge de travail sur une seule personne.

12Ce malaise se manifeste aussi dans le refus d’être considéré comme des « jardiniers de la nature » puisque la société ne les considère plus comme des producteurs indispensables. Certes, les ours et les loups sont des boucs émissaires, mais la contrainte réelle qu’ils représentent révèle la crise / mutation économique et culturelle subie par ces territoires (Encadré 1). Dans ce contexte, les réactions sont exacerbées et les élus locaux ne contribuent pas à calmer le débat quand ils encouragent les éleveurs à mener des actions parfois violentes. Plusieurs d’entre eux, tels que le député des Alpes-de-Haute-Provence, D. Spagnou, semblent même « découvrir » leur monde agricole grâce aux problèmes de prédateur. Lors de la commission d’enquête sur les conditions du retour du loup en France (Estrosi et Spagnou, 2003), D. Spagnou est surpris et avoue avoir ignoré les « conditions incroyables » dans lesquelles vivent les bergers l’été. Il en est de même pour les instances agricoles, comme la Chambre d’agriculture des Alpes-Maritimes qui a totalement négligé le pastoralisme avant le retour du loup. Elle ne s’est associée à aucune initiative régionale d’encouragement de l’activité et n’a pas cherché à organiser, défendre la profession ou encore à améliorer les équipements pastoraux vétustes comme les cabanes. Elle lui préféSait les activités re)"ables de cultures de fleurs, de maraîchages et d’oléicultures.

Encadré 1 – Les dégâts de prédateurs et les mesures d’accompagnement au pastoralisme

  • 7 En France, il n’existe pas véritablement de chiens errants, à savoir des chiens redevenus sauvages.

Les grands prédateurs – loup, ours, lynx – provoquent des dégâts principalement sur les troupeaux ovins. Les caprins, les bovins et les ruches (pour l’ours) sont peu concernés. Les bêtes domestiques victimes du loup sont de l’ordre de 2 500 à 3 000 bêtes par an, 200 à 300 pour l’ours. Elles font l’objet de constats de dommage donnant lieu à une indemnisation. Cependant, les bêtes non retrouvées ne sont pas remboursées. Face à cette contrainte, les pouvoirs publics aident la profession agricole à Senforcer le gardiennage par la présence humaine, à mettre en place des chiens de protection ou des systèmes de clôture adaptés. Par exemple, dans les Pyrénées, le ministère de l’Écologie a financé 172 postes de bergers en 2007. L’estimation des pertes annuelles du cheptel ovin pyrénéen (autour de 600 000 brebis) toutes causes confondues est de 17 000 à 28 000 (Lions, 1998). Par ailleurs, les chiens divaguant7, c’est-à-dire échappant à la vigilance de leur maître, provoquent la mort, difficile à évaluer d’une année sur l’autre, de plusieurs dizaines de milliers de brebis en France. Le budget public alloué à la protection des grands prédateurs est de l’ordre de 6,5 millions d’euros dont plus de la moitié va au pastoralisme via difféSentes aides.

L’instrumentalisation anti-environnementale de la biodiversité

13L’impact écologique de l’élevage ovin mérite un vrai débat. Ses effets positifs sur la biodiversité semblent faire partie des évidences rarement remises en question ou discutées (Benhammou, 2008). Pourtant, plusieurs éléments permettent de nuancer cette idée largement répandue au nom de laquelle la protection des grands prédateurs deviendrait illégitime. Premièrement, le pastoralisme ovin, tel qu’il est mené depuis quelques décennies, n’a pas forcément évolué vers une conduite écologiquement responsable en zone de montagne. La tendance dans les Alpes – et dans une moindre mesure dans les Pyrénées – a été de conduire l’élevage ovin (viande notamment) vers des pratiques de ranching : les troupeaux sont de plus en plus importants, ils exigent peu de main d’œuvre et produisent une faible valeur ajoutée. Or la conduite des gros troupeaux n’est pas aisée et les risques de surpâturage et de sous-pâturage sont élevés. Ces formes de pastoralisme n’empêchent pas la fermeture des paysages. Plusieurs botanistes et phytosociologues étudiant la montagne alpine depuis les années 1950, alertent la population au sujet des conséquences de l’évolution des pratiques d’élevage sur les pelouses subalpines et les alpages (Philippe, 2004a et 2004b ; Evin, 2004). Le botaniste Marc Philippe (2004a) synthétise ces transformations à travers trois explications :

« Il s’agit d’abord de la modification des pratiques de la transhumance, laquelle a dû s’adapter à l’économie de marché et à la concurrence avec une forte augmentation des cheptels transhumants passant de troupeaux moyens de 500-800 têtes à 3 000, 4 000 parfois 5 000 têtes, et de l’arrivée en alpage de plus en plus précoce, à contre-saison, sur neige fondante, sur une poussée végétative à peine amorcée pour re)"abiliser au maximum la location du camion transporteur ’qui coûte plus cher que l’alpage’. On constate aussi une méconnaissance totale du milieu par certains nouveaux bergers, d’ailleurs toujours en nombre insuffisant ; le phénomène s’est aggravé par l’adoption de plus en plus fréquente d’un parcours libre au sein de vastes espaces grillagés. »

14Le pastoralisme n’est donc pas forcément bon pour la biodiversité et l’entretien des paysages. Ces auteurs observent en effet un encadrement humain insuffisant des troupeaux d’ovins ainsi que l’appauvrissement spécifique et la dégradation de certains milieux montagnards liés à un « mal- pâturage », surtout dans les Alpes du Sud. Ces auteurs contribuent fortement à nuancer l’adage faisant des brebis et des éleveurs les véritables « protecteurs » de la biodiversité en montagne.

  • 8 Ceux-ci se retrouvent dans les déjections du bétail entraînant des pollutions décimant la microfaun (...)

15En outre, certaines formations végétales (pelouses alpines d’altitude) sont naturellement ouvertes. Ailleurs, c’est l’action humaine directe, et non strictement animale, qui entraîne l’ouverture paysagère. Le gardiennage qui rééquilibre la pression de pacage, l’action mécanique d’arrachage des ligneux, la fauche et les brûlis sont les moyens d’entretien de ces espaces potentiellement riches en biodiversité. L’exode rural, les effets de la concurrence internationale, l’arrivée de traitements pharmaceutiques8 et la Politique agricole commune (PAC) ont entraîné des évolutions socioéconomiques, des pertes culturelles et culturales. Elles sont à l’origine de ces changements d’impact sur le milieu. La disparition ou la transformation du gardiennage ont rendu plus problématique la question des prédateurs. Et ceux-ci révèlent ces bouleversements.

Les grands prédateurs permettent la réintroduction des humains

De l’exploitant agricole au retour du berger

16Face aux indicateurs qui montrent les difficultés du pastoralisme en montagne, des experts proches du secteur agricole véhiculent l’idée que la situation n’est pas dramatique. Elle ne saurait expliquer la réaction exacerbée de la profession (Eychenne, 2003 ; Tchakérian et al., 2007 ; Legeard, 2007). Ils mettent en avant la modernisation de l’élevage de montagne français qui a bénéficié d’outils juridiques efficaces lui permettant des réorganisations foncières, s’accompagnant d’une spécialisation de l’activité (Ibid.). Alors qu’ils se félicitent de l’augmentation de la taille moyenne des troupeaux et de la baisse moindre des effectifs ovins dans le Sud-Est de la France, ils ne s’attardent pas sur la forte baisse du nombre d’éleveurs (Figure 3) qui s’est accompagnée de la perte de savoir-faire avec le recul des systèmes de polyculture. Selon notre analyse, la simple comptabilité du nombre de bêtes en montagne pour mesurer la vitalité d’une activité est une forme de sous-estimation de l’intérêt de la présence humaine sur le territoire.

Figure 3 : « Toujours des brebis, moins d’hommes » : baisse du nombre d’éleveurs et augmentation de la taille des troupeaux

Figure 3 : « Toujours des brebis, moins d’hommes » : baisse du nombre d’éleveurs et augmentation de la taille des troupeaux

Source : Boust et Bataille, 1999.

17Par ailleurs, le paradoxe des tensions liées à l’ours et au loup réside dans la portée environnementale à la fois des prédateurs et du pastoralisme. Mais cette portée n’est pas totalement intégrée, notamment par les plus gros éleveurs qui sont aussi de meneurs sociopolitiques. Il s’agit plus d’un discours de façade. La mission de ces professionnels est également troublée car les signaux donnés par le secteur agricole au plan national et européen n’incitent pas à rasséréner la situation. La profession agricole, dominée par les céréaliers, néglige complètement les éleveurs ovins.

  • 9 Institution patrimoniale du Haut-Béarn.

18À partir des années 1990, le pastoralisme reçoit ses premières aides pour des raisons agri-environnementales avec le dispositif européen appelé Article 19. Dans les Alpes du Sud, il est utilisé pour rémunéSer un service que rendent les éleveurs en luttant contre les incendies par la limitation des broussailles. Puis, les mesures agri-environnementales prennent la forme d’OpéSMtions locales agri-environnementales (OLAE), de Contrats territoriaux d’exploitation (CTE) puis de Contrats d’agriculture durable (CAD). Cependant, lors de la refonte de la PAC et de sa mise en œuvre à partir de 2006, l’efficacité de ces dispositifs est remise en cause, alors même que cette nouvelle politique s’affichait officiellement très environnementale. Par leur complexité, les contraintes de mise en œuvre, leur refonte régulière y compris récemment, ces mesures sont rarement péSennes. La Prime herbagère agro-environnementale (PHAE), qui a pris une place importante dans le revenu des éleveurs ces dernières années, rémunère à l’hectare, donc en fonction de la surface, sans demander de véritables résultats environnementaux. Cette logique favorise sans équivoque les plus gros exploitants. Outre la dévalorisation de la politique pastorale européenne, l’essentiel des budgets agri-environnementaux ne servent pas à remplir cette fonction (Legeard, 2007). Par ailleurs, s’ajoutent çà et là des difficultés locales. Ainsi, en Béarn, les élus de l’IPHB9 et les socioprofessionnels ont refusé de s’unir pour reconduire des mesures agri- environnementales facilitant la traite en montagne car elles étaient conditionnées par l’acceptation de l’ours, faisant perdre ainsi plusieurs milliers d’euros aux éleveurs-bergers béarnais depuis 2000 (Caussimont, 2005).

19Alors qu’il existe des pistes prometteuses de sauvegarde de l’activité pastorale, les pouvoirs publics n’agissent pas forcément à tous les échelons pour les développer. Les prédateurs permettent de souligner ce paradoxe et amènent, outre la médiatisation de la profession pastorale, des financements. Certes, ils viennent compenser les contraintes apportées par les prédateurs, mais l’utilité de ce qui est mis en œuvre va au-delà. Un berger financé veille mieux sur l’état généSal du cheptel, un chien de protection éloigne les voleurs, les chiens divagants, les chiens de chasse ou les sangliers « opportunistes ». Le mauvais accueil réservé aux prédateurs sauvages réside aussi dans le fait qu’ils disqualifient des choix de développement. Les grands carnivores, même réintroduits, incarnent de façon emblématique la nature sauvage"incontrôlable. Même des loups ou des ours équipés de colliers émetteurs échappent grandement à la maîtrise humaine, ce qui est encore plus vrai pour leurs descendants. Ce risque de prédation, aussi réel soit-il, doit être cependant mesuré à l’aune des pratiques d’élevage.

20La tendance actuelle est à l’abandon du gardiennage et à l’accroissement de la taille moyenne des troupeaux. Mais cette recherche de re)"abilité se fait dans le cadre de système de ranching aux traits parfois autant intensifs qu’extensifs. Hormis dans plusieurs secteurs alpins, les éleveurs ont été amenés à se détacher, ainsi que leur troupeau du territoire-terroir. Ce détachement prend la forme de l’absence prolongée de la présence humaine sur l’estive. Ensuite, les zones de montagne n’ont pas échappé à la « céréalisation » de l’élevage. Depuis les années 1990, les éleveurs ont été encouragés à intégrer davantage de céréales dans l’alimentation de leurs bêtes (Poux, 2004). Les céréales sont produites en plaine et proviennent d’autres régions voire d’autres pays. Ces aliments, souvent industriels, ont pour conséquence de détourner l’éleveur de l’exploitation optimale de l’espace du saltus, à savoir les parcours, prairies et estives. Faute de main d’œuvre, la culture locale de fourrage sur ces espaces recule. Au mieux, ils servent à « soulager » l’exploitation en y lâchant les brebis, sans surveillance serrée, au moment où elles ne sont pas productives soit parce qu’elles n’ont plus de lait, soit parce que l’engraissement des agneaux se passe en s"abulation. Certes, dans quelques expériences alpines, l’exploitation alimentaire de l’alpage est recherchée, mais cette tendance est récente. Et quand le système productiviste mêlant ranching et hors-sol tend à se développer, alors la présence des prédateurs devient insupportable.

21Alors que les opposants aux grands prédateurs affirment souvent que la société veut une nature sans hommes en protégeant ces animaux, la solution la plus efficace est, au contraire, la présence humaine auprès du troupeau. Pour cette raison, des promoteurs de la fonction de berger, sans militer pour les prédateurs, y ont vu une occasion de relancer et de rénover les pratiques de gardiennage. Pour la majorité des exploitants éleveurs, le poste de gardiennage doit coûter le moins cher possible, voire disparaître. Le berger est un travailleur salarié qui subit fortement la logique de compression des coûts. Beaucoup d’entre eux, peu considérés par leurs employeurs, sont mal payés et travaillent dans des conditions techniques et sanitaires déplorables. Or, partout où les prédateurs sont réapparus, les pouvoirs publics ont financé des moyens humains. Les services de l’environnement, souvent mal vus par les acteurs agricoles, ont d’ailleurs accru les faibles budgets dans ce domaine. Pour les éleveurs n’ayant pas les moyens de financer un berger ou désireux de garder eux-mêmes leurs troupeaux, d’importants financements ont été dégagés (Encadré 1). Même s’il reste beaucoup à faire, les modèles de développement ayant tendance à faire disparaître les hommes des estives ont été en quelque sorte sanctionnés par le retour des prédateurs. La viabilité à long terme ne réside pas forcément dans la seule injection de fonds publics.

Vers le multi-usage des territoires intégrant hommes et animaux

  • 10 Joseph Paroix (Paroix et Faucompret, 1999).

22La question du multi-usage des territoires est posée. Nous pouvons faire appel à la « médiance » définie par Augustin Berque (1990). Il s’agit de ce que dégage un milieu, un paysage composé à la fois d’éléments factuels (les écosystèmes avec ses composantes biophysiques) et d’éléments sensibles (les éléments subjectifs liés aux perceptions humaines). La médiance d’un territoire à prédateur lui confère des caractéristiques contraignantes pour certaines utilisMtions (élevage, chasse, foresterie) mais aussi des dimensions valorisantes pour d’autres (tourisme, prospection naturaliste, affectivité environnementale). Un territoire de prédateur n’est pas comme les autres. La question des paysages s’y pose de manière aiguë. Leur évolution et leur fermeture, auxquelles les grands carnivores sont rapidement associés, suscitent un malaise chez bon nombre d’acteurs, environnementaux et non environnementaux. La défense d’un type paysager prend la forme d’une pensée unique. Comme un écosystème ou même un réseau urbain au fonctionnement dynamique, les paysages changent depuis toujours. En montagne, la limite de la forêt a fluctué avec les impéSMtifs des usages humains. Pourquoi maintenir un maximum d’espaces ouverts ? Pour des raisons nostalgiques, esthétiques, sentimentales, écologiques, agricoles ou touristiques ? Pourquoi pas. De même, la volonté de réintroduire l’ours ou de ne pas empêcher la recolonisation par le loup répondent quasiment terme à terme au même registre de justifications. Un berger de la vallée d’Ossau dans les Pyrénées ne déclare-t-il pas qu’une montagne sans ours serait une montagne plate ?10

23Même la justification agricole est invocable si le retour de ces espèces est considéré comme une opportunité pour dégager des moyens supplémentaires pour le pastoralisme et réfléchir à la place viable que cette activité peut occuper dans et pour la société. Les prédateurs invitent à réfléchir à la place de chacun dans ces zones de montagne qui n’ont pas vocation à servir à un seul groupe d’acteurs. Il ne s’agit pas non plus de réduire cette volonté de multi-usage à une tentative de création de Disneyland de campagne ou de « zoo à ciel ouvert ». Ces raccourcis sont trop simplistes et ne prennent pas en compte les motivations à maintenir un complexe sociopaysager et des écosystèmes à forte composante naturelle. Il s’agit de demandes sociales de nature, avec leurs légitimités respectives, sans que pour autant il soit nécessaire de mettre en concurrence une nature plus ou moins domestiquée avec une nature plus ou moins sauvage.

24Les réactions suscitées par ces animaux permettent de révéler une stratégie d’évitement de problèmes cruciaux de ces territoires et une réaction anti-environnementale. En effet, les acteurs géopolitiques que sont les élus semblent parfois découvrir « leur » monde agricole. Il est assez surprenant de voir l’énergie que peuvent déployer certains élus ou militants agricoles face aux prédateurs alors que le problème de la viabilité des activités agricoles à long terme, du tissu économique équilibré et de la survie des services publics de ces territoires ruraux marginaux n’est pas clairement posé dans le débat de société.

25La résistance contre la prise en compte de l’environnement devient alors le symbole simplifié de mutations sociales non désirées. Il est aisé de faire passer la conservation de la nature pour une idéologie qui en fait plus pour les petites bêtes et les petits oiseaux que pour les hommes. Pourtant, la défense des « hommes » en bloc contre la nature et ses protecteurs s’assimile souvent à la défense des intérêts de certains hommes. La protection de l’environnement telle qu’elle est conçue actuellement n’est pas une nature sous cloche. Elle se concilie de fait avec des usages sociaux, mais pas n’importe lesquels. Certes, la protection des prédateurs fait peser une contrainte sur l’élevage de montagne. Elle doit être évaluée à l’aune des autres difficultés existantes pour cette activité. Tout comme les politiques de protection de la nature, la prise en compte de ces activités fait partie de choix de société qui, au lieu de s’opposer, ont tout intérêt à s’unir. Les problèmes environnementaux révèlent des problèmes sociaux et politiques de l’usage des territoires. Le programme européen Life Coex visant à promouvoir la cohabitation des sociétés et des prédateurs en Europe mène une réflexion dans ce sens. Comme l’exprime Luigi Boitani, président de l’Institut d’écologie appliquée de l’université de Rome :

« L’esprit de fond du projet n’est pas de maintenir les hommes et les grands carnivores séparés dans des mondes qui s’excluent, mais vise au contraire la recherche de formes de coexistence, de toléSMnce et d’acceptation. C’est la recherche d’une façon responsable d’être tous sur notre Terre » (Boitani, 2005).

26ASCA et C. SERVHEEN, 1996, « État des lieux de la population ursine et de son habitat dans le Haut Béarn. Stratégies de conservation et de renforcement éventuel », Rapport de phase 1, AScA, 189 p.

27BENHAMMOU, F., 1999, « La réapparition du loup en France : protection contre nature ou cohabitation durable ? », mémoire de maîtrise de géographie, université d‟Orléans, 155 p., non publié.

28BENHAMMOU, F., 2001, « Rôles et dynamiques des porte-parole dans les débats sur l’ours dans les Pyrénées, analyse stratégique et géopolitique d’un problème d’environnement », mémoire de DEA Aménagement-Développement-Environnement, IRD, université d’Orléans – ENGREF de Paris, 131 p., non publié.

29BENHAMMOU, F., 2007, « Crier au loup pour avoir la peau de l’oursdaUne géopolitique locale de l‟environnement à travers la gestion et la conservation des grands prédateurs en France », thèse ENGREF - Agro Paris Tech, Géographie-Sciences de l‟environnement, Paris, 655 p, non publiée.

30BENHAMMOU, F., 2008, « La concurrence des ’biodiversités’ : flou sémantique autour des prédateurs et du pastoralisme », dans Pastoralismes, biodiversités, paysages. Rencontres de Valdeblore, Parc national du Mercantour, 6 p. Consultable à l’adresse : www.mercantour.eu/valdeblore2008.

31BENHAMMOU, F. et L. MERMET, 2003, « Stratégie et géopolitique de l’opposition à la conservation de la nature : le cas de l’ours des Pyrénées », Natures, Sciences, Sociétés, 11, p. 381-393.

32BENHAMMOU, F., J. BAILLON et J.-L. SENOTIER (dir.), 2004, « La cohabitation homme / grands prédateurs en France (ours et loup) : enjeux didactiques pour la conservation de la nature et le développement durable ? », Actes du colloque du 21 et 22 mars 2004 au muséum d’Orléans, Recherches naturalistes en région Centre, n° 14, 215 p.

33BERQUE, A., 1990, Médiance, de milieux en paysages, Montpellier, Éditions Reclus, 163 p.

34BOBBE, S., 2002, L’ours et le loup, essai d’anthropologie symbolique, Paris, MSH- INRA éditions, 272 p.

35BOITANI, L., 2005, « Éditorial », Coexistence Infos – Life Coex, 1, p. 1.

36BOUST, E. et J.-F. BATAILLE, 1999, La filière ovine en Provence-Alpes-Côte d’Azur, plaquette du GIE ovin PACA, Résonance, 8 p., brochure d’information.

37CAMARRA, J.-J. et J. M. PARDE, 1992, « L’ours (Ursus arctos) », Encyclopédie des carnivores de France, 5, Paris, SFEPM (Société française pour l’étude et la protection des mammifères), 39 p.

38CARBONE, G., 1991, La peur du loup, Paris, coll. Découvertes, Gallimard, 176 p.

39CAUSSIMONT, G., 1993, « La population d’ours brun dans les Pyrénées françaises et espagnoles, historique d’un déclin : l’exemple des Pyrénées occidentales », Actes du XVIe colloque de la SFEPM, 17-18 octobre 1992, Grenoble, Muséum d’histoire naturelle, p. 101-106.

40CAUSSIMONT, G., 2005, Plaidoyer pour Cannelle. Pour la sauvegarde de l’ours dans les Pyrénées, Pau, Loubatières, 123 p.

41DELORT, R., 1993, Les animaux ont une histoire, Paris, Seuil, 544 p., 1ère édition en 1984.

42DENDALETCHE, C., 1993, La cause de l’ours, Paris, Sang de la Terre, 228 p.

43ESTROSI, C. et D. SPAGNOU, 2003, « Prédateurs et pastoralisme de montagne : priorité à l’homme », Rapport de commission d’enquête parlementaire, n° 825, 3 tomes.

44EVIN, M., 2004, « Érosion et surpâturage, l’exemple des Alpes du Sud », La Garance voyageuse, Revue du monde végétal, nº 68, p. 19-22.

45EYCHENNE, C., 2003, « Les éleveurs et l’estive, un regard sur l‟action collective. Le cas de la montagne ariégeoise », thèse de doctorat en études rurales, mention géographie, université de Toulouse-le-Mirail, 492 p., non publiée.

46GRENIER, C., 2000, Conservation contre nature. Les îles Galápagos, Paris, IRD Éditions, coll. Latitude 23, 375 p.

47HERVIEU, B. et J. VIARD, 2001, L’archipel paysan, la fin de la République agricole, Paris, Éditions de l’Aube, 123 p.

48IFOP, WWF et ADET-PAYS DE L’OURS, 2003, « Les Français revendiquent la présence de l’ours dans les Pyrénées », document de présentation du sondage réalisé par l’IFOP (Institut français d’opinion publique), 6 p.

49LEGEARD, J.-P., 2007, « Le pastoraslime en France au carrefour des questions agricoles et environnementales », Pastum, Bulletin de l’Association française de pastoralisme, n° 84, p. 20-34.

50LIONS, S., 1998, « Pastoralismes Pyrénées », Rapport d’étude, AGROMIP-DATAR, Commissariat à l’aménagement des Pyrénées.

51LUMARET, J.-P., 2008, « Pâturages et communautés animales », dans Pastoralismes, biodiversités, paysages, Rencontres de Valdeblore, Parc national du Mercantour, [www.mercantour.eu/valdeblore2008].

52MARBOUTIN, E. et C. DUCHAMP (dir.), 2005, « Gestion adaptative de la population de loup en France : du monitoring à l’évaluation des possibilités de prélèvements », Rapport scientifique, ONCFS, p. 14-19.

53MENDRAS, H., 1995, Les sociétés paysannes, Paris, Gallimard, coll. Folio Histoire, 269 p.

54MERMET, L., 2001, « L’Institution patrimoniale du Haut Béarn : gestion intégrée de l’Environnement ou réaction anti-environnementale ? », Responsabilité Environnement, 21, p. 9-21.

55MERMET, L., 2002, « L’Homme ou la vie sauvage ? La société locale ou la bureaucSMtie centrale ? : Faux dilemmes et vrais rapports de force », Responsabilité Environnement, 28, p. 13-21.

56MICOUD, A., 1993, « Vers un nouvel animal sauvage : le sauvage"naturalisé vivant ? », Natures, Sciences, Sociétés, 1, 3, p. 202-211.

57ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage), 2006, « Quoi de neuf ? », Bulletin d’information du Réseau loup, n° 15, 48 p.

58ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage), 2007, « Quoi de neuf ? », Bulletin d’information du Réseau loup, n° 17, 42 p.

59PAROIX, J. et J.-M. FAUCOMPRET (de), 1999, Berger dans les nuages, Pau, Éditions De Faucompret, 112 p.

60PHILIPPE, M., 2004a, « Le surpâturage dans les Alpes du Sud est loin d‟être une idée reçue ! », La Garance voyageuse, Revue du monde végétal, nº 68, p. 1. PHILIPPE, M., 2004b, « Pâturage ou surpâturage ? Flore et pastoralisme en Haute- Provence », La Garance voyageuse, Revue du monde végétal, nº 68, p. 12-17. POUX, X., 2004, « Analyse environnementale des accords de Luxembourg », Courrier de l’environnement de l’INRA, 51, p. 5-18.

61REYNES, A., 2004, « Éléments de compréhension de la relation éleveur / ours en Pyrénées centrales par l’approche systémique », dans F. Benhammou, J. Baillon et J.-L. Senotier (dir.), « La cohabitation hommes / grands prédateurs en France (loup et ours) », Recherches naturalistes en région Centre, n° 14, p. 123-130.

62TCHAKERIAN, E., J.-F. BATAILLE, M. DIMANCHE et J.-P., LEGEARD, 2007, « Pastoralisme et élevage ovin en zones de prédation dans le Sud-Est de la France », dans L. Garde, et al. (dir.), Loup – Élevage. S’ouvrir à la complexité. Le point sur 4 années de recherche sur les systèmes d’élevage en montagnes méditerranéennes confrontés à la prédation, CERPAM (Centre de réalisMtions et d‟études pastorales Alpes Méditerranée), Institut de l’élevage, SIME (Service inter-chambre d’agriculture montagne élevage)/SUAMME (Service d’utilité agricole montagne méditerranéenne et élevage), p. 14-21.

Haut de page

Notes

1 Presse professionnelle agricole, revue associative environnementale, rapports d’experts, documentation scientifique et administrative, presse quotidienne régionale.

2 On y compte 2 autres mâles : un ours d’origine slovène, Néré, né en Pyrénées centrales qui a migré en 2001 en Béarn et s’est accouplé avec l’ourse autochtone Cannelle ; un ours mâle, de double origine, fruit de l’union des deux précédents.

3 AScA : Agence pour la science en action (bureau d’études environnementales).

4 Association pour le développement économique et touristique en Pyrénées centrales dans le pays de l’oursd

5 Une des femelles est morte naturellement dans un accident de montagne en été 2006 et deux oursons sont nés l’hiver suivantdaUne autre femelle a été renversée par un véhicule l’été 2007 et le mâle, Balou a été blessé par un chasseur en septembre 2008.

6 Se réféSer aux sondages commandés à la SOFRES par ARTUS en 1992 et à celui réalisé pour la SPA en 2003. La même année, l’IFOP publie des résultats très favorables à la conservation de l’ours (IFOP et al., 2003).

7 En France, il n’existe pas véritablement de chiens errants, à savoir des chiens redevenus sauvages.

8 Ceux-ci se retrouvent dans les déjections du bétail entraînant des pollutions décimant la microfaune coprophage"indispensable à l’écosystème pauvre de recyclage des nutriments du sol en montagne (Lumaret, 2008).

9 Institution patrimoniale du Haut-Béarn.

10 Joseph Paroix (Paroix et Faucompret, 1999).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Cadres territoriaux des ours autochtones et issus de la réintroduction de 1996
Crédits Source : Benhammou, 2007.
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/3544/img-1.png
Fichier image/png, 150k
Titre Figure 2 – Les zones de présence du loup en 2007
Crédits Source : http://carto.ecologie.gouv.fr
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/3544/img-2.png
Fichier image/png, 103k
Titre Figure 3 : « Toujours des brebis, moins d’hommes » : baisse du nombre d’éleveurs et augmentation de la taille des troupeaux
Crédits Source : Boust et Bataille, 1999.
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/3544/img-3.png
Fichier image/png, 126k
Haut de page

Pour citer cet article

RéféSence papier

Farid Benhammou, « Protéger l’ours et le loup en France », Géographie et cultures, 69 | 2009, 25-42.

RéféSence électronique

Farid Benhammou, « Protéger l’ours et le loup en France », Géographie et cultures [En ligne], 69 | 2009, mis en ligne le 03 décembre 2015, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/gc/3544 ; DOI : 10.4000/gc.3544

Haut de page

Auteur

Farid Benhammou

Agro Paris Tech – ENGREF Paris
fbenhammou2002@yahoo.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals