Navigation – Plan du site

Cohabiter avec la grande faune dans le sud de l’Inde : opportunité ou menace ?

Coexisting with wildlife in South India: an opportunity or a theat?
Sylvie Guillerme, Éric Maire, Béatrice Moppert et Christelle Hinnewinkel
p. 59-79

Résumés

En Inde du sud la chaîne de montagnes des Ghâts occidentaux, qui abrite l’essentiel des forêts de la partie méridionale du pays, est un habitat privilégié pour la grande faune. Les écologues perçoivent celle-ci comme un patrimoine à protéger, marqueur d’écosystèmes qu’ils tentent de préserver et de restaurer. Actuellement les politiques adoptées visent encore timidement, à impliquer les populations locales dans la protection de l’environnement. Mais elles atteignent leurs limites quand les villageois doivent cohabiter au quotidien avec une faune sauvage qui détruit leurs cultures sans qu’ils puissent généralement obtenir de compensations, ce qui les pousse peu à peu à modifier leurs pratiques. L’objectif est ici de montrer que cette nature menacée peut être vécue comme dangereuse et nuisible par les populations locales, et que la limitation du débat à la question des espèces en danger ne remet pas en question les choix de société basés sur le paradigme d’une distinction fondamentale entre nature et culture.

Haut de page

Notes de la rédaction

S. Guillerme, É. Maire et C. Hinnewinkel sont affiliés à l’Institut Français de Pondichéry.

Haut de page

Bibliographie

ASSAYAG, J., 1983, « Espaces, lieux et limites. La stratification sociale du village en Inde du Sud », RES : Anthropology and aesthetics, 5, Université d’Harvard, p. 85-104.

BIST, S.S., 2002, « An overview of elephant conservation in India », The Indian Forester, vol. 128, p. 127-134.

CARRIN, M., 2002, « La forêt désenchantée : relations de pouvoir et culte des bhuta au pays Kanara », dans J. Pouchepadass et J.-P. Puyravaud, L’homme et la forêt en Inde du Sud. Modes de gestion et symbolisme dans les Ghâts occidentaux, Paris, Karthala, p. 293-334.

CHANDRAN, M.D.S., 1997, « On ecological history of the Western Ghats », Current Science, vol 73, n° 2, p. 146-155 [http://www.iisc.ernet.in/currsci]

CHAKRAVARTTHY, A.K., 1997, « The Western Ghats Malanad, where coffee, cardamom and paddy cultivation sustains bird diversity in Karnataka, India », Indian Journal of Biodiversity, vol. 1, nº 1-2, p. 7-27.

DANIELS, R.J.R., 2001, National biodiversity strategy and action plan : Western Ghats eco-region, rapport soumis au ministère de l’Environnement et des forêts, Gouvernement indien, non publié.

DEPRAZ, S., 2008, Géographie des espaces naturels protégés. Genèse, principes et enjeux territoriaux, Paris, Armand Colin, 320 p.

DESCOLA, P., 2001, Leçon inaugurale de la chaire d’anthropologie de la nature, Collège de France, [http://www.college-de-france.fr/media/pub_lec/UPL52665_LI_159_Descola.pdf].

DESCOLA, P., 2008, À qui appartient la nature ?, [http://www.laviedesidees.fr/_Descola-Philippe_.html].

DIVAN, S. et A. ROSENCRANZ, 2001, Environmental law and policy in India, New Delhi, Oxford University Press, 837 p.

EASA, P.S. et K. JAYATAMAN, 1998, Population estimation of major mammals in the forests of Kerala, 1997. A report, Trivandrum, Kerala Forest Department, Peechi, Kerala Forest Research Institute, KFRI Consultancy report, 82 p.

GUILLERME, S., 1999, « Pratiques agroforestières et stratégies paysannes au Kérala (Inde du Sud), dynamique rurale en contexte de forte pression démographique », thèse de doctorat de géographie de l’université Paris I- Panthéon-Sorbonne, 441 p., non publiée.

HINNEWINKEL, C., 2002, « La montagne convoitée. Contribution à l’étude des dynamiques environnementales et sociales dans les Nilgiri (Tamil Nadu, Inde) », thèse de doctorat de géographie de l’université de Bordeaux III, 349 p., non publiée.

JAYSON, E.A., 1998, Studies on man-wildlife conflict in Peppara wildlife sanctuary and adjacent areas, Peechi, Kerala Forest Research Institute, 71 p.

KASHYAP, S.C., 2001, Our Constitution. An introduction to India’s Constitution and constitutional law, New Delhi, National book Trust, 346 p.

MALAMOUD, C., 1989, « Village et forêt dans l’idéologie de l’Inde brahmanique », dans C. Malamoud, Cuire le monde. Rite et pensée dans l’Inde ancienne, Paris, La Découverte, p. 93-114.

MADHUSADAN, M.D., 2003, « Living Amidst large wildlife: livestock and crop depredation by large mammals in the interior villages of Bhadra Tiger reserve, South India », Environmental Management, 31 (4), p. 466-475.

MAUZ, I., 2003, « Les conceptions de la juste place des animaux dans les Alpes françaises », Espace et sociétés, n° 110-111, p. 129-145.

MoEF (Ministry of Environment and Forests), 2002, Agenda 21. An assessment, New Dehli, Gouvernement indien, 343 p.

MISHRA, C., P. ALLEN, T. McCARTHY, M.D. MADHUSUDAN, A. BAYARJARGAL, H. PRINS, 2003, « The role of incentive programs in conserving the Snow Leopard », Conservation Biology, 17 (6), p. 1512-1520.

MoEF (Ministry of Environment and Forests), 2001, India’s second national report to the Convention on biological diversity, New Delhi, ministère de l’Environnement et des forêts, Gouvernement indien.

MOPPERT, B., 2006, « Entre café et forêt : dynamiques paysagères et gestion de la biodiversité dans le Kodagu (Karnataka, Inde du Sud) », thèse de doctorat de géographie de l’Université Bordeaux III, 234 p., non publiée.

MYERS, N., R. A. MITTERMEIER, C.G. MITTERMEIER, G.A.B. DA FONSECA, J. KENTS, 2000, « Biodiversity hotspots for conservation priorities », Nature, 403, p. 853-858.

RAJENDRA, S., 2001, « Biodiversity hot spots of Western Ghats of Karnataka.

Tropical Ecosystem: structure, diversity and human welfare », dans K.N. Ganeshariah, R. Umashankar et K.S. Bawa (dir.), Proceedings of the international conference on tropical ecosystems, Bangalore, ATREE, p. 45-47.

SEKHAR, N.U., 1998, « Crop and livestock depredation caused by wild animals in protected areas: the case of Sariska Tiger reserve, Rajasthan, India », Environmental Conservation, 25 (2), p. 160-171.

SUKUMAR, R., 1994, « Man-wildlife conflict in India: an ecological and social perspective? », dans R. Guha et T.N. Madan (dir.), Social ecology, Oxford, Oxford University Press, p. 303-317.

SUNDER, S.S., 1995, « Wildlife conservation and forestry: concerns and policy developments in India. Forestry and nature conservation », Commonwealth Forestry Review, 74 (1), p. 35-40.

TESTARD, A., 1987, « Deux modèles du rapport entre l’homme et l’animal dans les systèmes de représentations », Études rurales, n° 107-108, p. 171-193.

THAPAR, V., 1997, Land of the tiger, a natural history of the Indian subcontinent, BBC Books ed., Natural History Unit, 288 p.

UICN, 2008, Red list of threatened species, Gland, (Suisse), The World Conservation Union.

VIJAYAN, S., PATI, B.P., 2002, “Impact of changing cropping patterns on man- animal conflicts around Gir protected area with specific reference to Tabala sub-district, Gujarat, India”, Population and environment, Springer Netherlands, vol. 23, nº 6, juillet, p. 541-559.

WROBEL, M., 2006, Elsevier’s dictionary of mammals, Amsterdam, Elsevier Science & Tecnology Books, 857 p.

Haut de page

Notes

1 Ces quatorze espèces sont le hérisson à ventre nu ou de Madras (Hemiechinus nudiventris), la musaraigne diurne (Suncus Dayi), la chauve-souris des fruits de Salim Ali (Latidens salimalii), la chauve-souris de Wroughton (Otomops wroughtoni), le macaque à queue de lion ou Ouandérou (Macaca silenus), le semnopithèque des Nilgiris (Trachypithecus johnii), la martre de l’Inde du Sud ou des Nilgiris (Martes gwatkinsi), la civette à grandes taches (Viverra civettina), la civette palmiste de Jerdon (Paradoxurus jerdoni), le thar des Nilgiris (Hemitragus hylocrius), l’écureuil palmiste rayé (Funambulus tristriatus), la souris de Bonhote (Mus famulus), le rat de Rajini (Rattus ranjiniae) et le loir de Malabar (Platacanthomys lasiurus). Pour quelques-unes de ces espèces, comme c’est parfois le cas lorsqu’elles sont endémiques, il n’existe pas de nom en français dûment répertorié (Wrobel, 2006). Dans ce cas, le nom le plus proche, parfois issu de la traduction anglophone, a été adopté.

2 http://www.panda.org/news_facts/newsroom/index.cfm?uNewsID=124640

3 Des animaux domestiques sont aussi l’objet de captures par des prédateurs sauvages, rarement par le tigre mais plus fréquemment par le léopard.

4 L’empoisonnement ou électrocution sont des méthodes qui ont été observées dans les villages enquêtés.

5 Voir l’exemple du chien errant en France présenté par Isabelle Mauz (2003, p. 136), qui indique que la distinction entre sauvage et domestique est un construit culturel (Ibid., p. 138) et représente souvent les deux extrêmes d’un gradient plutôt que deux classes rigides (Ibid., p. 130).

6 Certains tribaux ont refusé de s’installer en périphérie des aires protégées et sont restés à l’intérieur des forêts.

7 Cette situation génère parfois des tensions locales. Par exemple, le WWF connaît, dans le sud de l’Inde, des difficultés à mettre en place des projets de concertation autour de la réserve de tigres de Mudumalai en raison d’une opposition forte de la part des éleveurs. Cette situation risque d’évoluer vers un conflit entre le département forestier qui œuvre pour mettre en place cette réserve depuis 2007 et les populations locales. Le WWF souhaite agir comme médiateur, mais en raison de son discours très environnementaliste, il subit localement une forte opposition.

8 Source : www.wwfint.org

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Les aires protégées dans le sud de l’Inde
Crédits Source : Moppert, 2006, UICN, Digital Chart of the World et UNESCO).
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/3569/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/3569/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/3569/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 4
Légende À l’arrière-plan : abri construit dans les arbres afin de surveiller les cultures la nuit et de mettre en fuite les animaux sauvages en cas d’intrusion dans les champs.
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/3569/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Guillerme, Éric Maire, Béatrice Moppert et Christelle Hinnewinkel, « Cohabiter avec la grande faune dans le sud de l’Inde : opportunité ou menace ? », Géographie et cultures, 69 | 2009, 59-79.

Référence électronique

Sylvie Guillerme, Éric Maire, Béatrice Moppert et Christelle Hinnewinkel, « Cohabiter avec la grande faune dans le sud de l’Inde : opportunité ou menace ? », Géographie et cultures [En ligne], 69 | 2009, mis en ligne le 03 décembre 2015, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/gc/3569 ; DOI : 10.4000/gc.3569

Haut de page

Auteurs

Sylvie Guillerme

Laboratoire GEODE UMR 5602 CNRS
Université de Toulouse le Mirail
sylvie.guillerme@univ-tlse2.fr

Éric Maire

Laboratoire GEODE UMR 5602 CNRS
Université de Toulouse le Mirail
eric.maire@univ-tlse2.fr

Béatrice Moppert

Laboratoire GEODE UMR 5602 CNRS
Université de Toulouse le Mirail
moppertb@yahoo.com

Christelle Hinnewinkel

Laboratoire TVES EA 4019
Université de Lille 1
christelle.hinnewinkel@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

  • Introduction [Texte intégral]
    Protéger la nature, est-ce protéger la société ?
    Paru dans Géographie et cultures, 69 | 2009
Haut de page