Navigation – Plan du site

Le patrimoine pastoral au prisme de la décentralisation politique

Les fêtes du yaaral et du degal au Mali
Pastoral heritage through the prism of the Malian decentralization policy: the festivals of the ƴaaral and Degal in Mali
Anaïs Leblon
p. 11-28

Résumés

Cet article à partir de l’ethnographie de la patrimonialisation de fêtes de transhumance peules dans Delta intérieur du Niger par l’État malien aborde le processus de requalification patrimoniale comme une déclinaison locale des rapports entre l’État malien (et son administration) et le monde pastoral au moment où la décentralisation est effective. Les usages et les objectifs du classement ƴaaral et du degal à la liste des chefs-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’UNESCO seront interrogés à partir d’une analyse des interactions entre des procédures concrètes d’application du processus de décentralisation politique et des pratiques ordinaires du pastoralisme dans le contexte spécifique du Mali contemporain. Les réformes en cours sur le statut des jowro (responsables d’un groupe de transhumance) et des territoires pastoraux dont ils ont la charge servent d’exemple pour dénouer l’imbrication des arguments politiques, écologiques et identitaires du programme de patrimonialisation de ces institutions de gestion des ressources pastorales du Delta intérieur du Niger. La patrimonialisation des fêtes engagée par la DNPC n’est pas directement remise en question par les groupes de transhumance du Delta, mais le ƴaaral et le degal et par extension, l’organisation pastorale deltaïque ainsi que les images et les discours qu’elles supportent, en tant qu’objets patrimonialisés sont réinterprétés, recyclés, réinventés dans le nouvel espace politique créé par la décentralisation et les réformes qui l’accompagnent.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette étude a été menée dans le cadre d’une thèse d’anthropologie sur la patrimonialisation des fêt (...)
  • 2 En 2008, il a été inscrit à la Liste Représentative du Patrimoine Culturel Immatériel de l’UNESCO.

1Dans le milieu des années 1990, le Mali, comme plusieurs autres pays africains, s’engagea dans un programme de décentralisation politique1. Un transfert effectif d’une partie des pouvoirs vers les populations organisées en commune s’effectua. Le choix de la constitution des communes fut laissé à la population. Leur formation eut pour conséquence de réanimer les tensions anciennes dans la mesure où elles allaient être le nouveau cadre de référence pour la gestion du foncier et des ressources naturelles (Fay, 1999 ; Fay & al. (dir.), 2006). Parallèlement, avec l’avènement de la troisième République, qui mit fin au régime du parti unique du président Moussa Traoré, la valorisation des patrimoines du Mali eut comme ambition de renforcer le programme de décentralisation politique en fournissant des ressources économiques aux communes (Arnoldi, 2006F:n64 ; Ouallet, 2003aF:n69-74, 2003bF:n302 et 311 ; Doquet, 2006). S’engagea à ce moment tral="en" langde création de monuments dans la capitale Bamako (Arnoldi, 2003 ; de Jorio, 2006, Konaté, 2006) et un important développement de festivals (Doquet, 2008) chargés de mettre en avant la diversité culturelle du pays, tout en favorisant le développement des différentes régions du Mali. Récemment, l’introduction par l’UNESCO, de la notion de patrimoine culturel immatériel permit de donner un nouvel élan à la reconnaissance de performances culturelles. En 2005, l’UNESCO procéda à l’inscription de « l’espace culturel du ƴaaral et du degal » à la liste des « chefs-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité » après qu’il ait été proposé par le ministère malien de la Culture, par le biais de sa Direction Nationale du Patrimoine Culturel (DNPC)2. L’ethnographie de la mise en patrimoine de ces fêtes de transhumance peules du Delta intérieur du Niger permet tralétude de la patrimonialisation définie comme une déclinaison locale des rapports entre l’État malien (et son administration) et le monde pastoral au moment où la décentralisation est effective.

2Plutôt que d’opposer des processus de patrimonialisation imposés par « le haut » à d’autres venant « d’en bas », c’est à l’interaction des deux et au regard des détournements dont ils sont l’objet que je propose d’observer les constructions patrimoniales. Pour cela, les usages et les objectifs de la patrimonialisation du ƴaaral et du degal seront interrogés à partir d’une analyse des interactions conflictuelles entre des procédures concrètes d’application du processus de décentralisation politique et des pratiques ordinaires du pastoralisme dans le contexte spécifique du Mali contemporain. Le contrôle des définitions et de la sélection des patrimoines locaux par l’État, mais aussi par les populations qui s’opposent et proposent leurs propres reformulations du passé et de l’identité renseignent sur les dynamiques sociales et politiques en cours. Si l’activité pastorale est aujourd’hui soumise à un processus éta" langde reconnaissance patrimoniale, comment les pouvoirs publics se sont-ils impl laés dans sa gestion ? Comment les arguments écologiques et politiques relatifs à la gestion concertée des ressources naturelles par les récentes collectivités territoriales et les structures traditionnelles du pouvoir pastoral s’expriment-ils dans l’arène patrimoniale ? Comment les enjeux pastoraux actuels (la sécurisation foncière notamment) et la redéfinition des pouvoirs politiques locaux conditionnent-ils la requalification patrimoniale des festivités de transhumance dans un contexte de décentralisation politique ?

« L’espace culturel du ƴaaral et du degal »F:ntral="en" langde gestion et de développement de l’espace deltaïque

3Tel qu’il est inscrit à l’UNESCO, l’« espace culturel du ƴaaral et du degal » correspond à celui des trajets pastoraux des éleveurs peuls s’étendant des plaines inondées du Delta intérieur du fleuve Niger (« bourgoutières ») aux terres exondées du Sahel, du Meema, du Farimaake, du Kaareri à l’ouest et du Seeno, au pied du plateau dogon (figure 1). Le ƴaaral et le degal sont des fêtes de transhumance annuelles. Au sein des groupes pastoraux, elles donnent lieu à plusieurs manifestationsF:ndéfilé des troupeaux, concours du troupeau le plus gras, rencontres des jeunes bergers et des jeunes filles, déclamation de poèmes pastoraux par les bergers, décoration des maisons, démonstration de l’esthét langféminine par la réalisation de parures. Au mois de décembre, le ƴaaral symbolise l’ouverture des pâturages deltaïques que les troupeaux de bovins vont fréquenter pendant la saison sèche (décembre à juin). Il correspond à la traversée du fleuve Jaaka par les troupeaux de Jafaraaɓe (les Jafaraaji), revenant des terres sèches reverdies temporairement par la saison des pluies (de juin à octobre). Le degal est la descente, au mois d’avril, des troupeaux de Jalluɓe dans les bourgoutières du Walado Debo, la dernière zone de pâture avant leur départ pour le Sahel. Ces fêtes marquent l’ouverture et la clôture du calendrier des déplacements des troupeaux de bovins dans le Delta. Entre ces deux dates, chaque retour d’un groupe de transhumance dans son territoire pastoral (leydi) donne lieu à tralmanifestation festive. Ces célébrations sont avant tout des institutions de gestion des préséances d’accès dans les leydi du Delta. Elles sont les pivots d’un mode d’exploitation des pâturages inondés, appelés bourgoutières ou burgu, définis en fonction de préséances d’accès et contrôlés par des jowro, des gestionnaires des leydi à la tête de groupe de transhumance. Les jowro perçoivent traltaxe, le conngi, prélevée sur les troupeaux étrangers à leurs groupes de transhumance et désirant pâturer dans les territoires qu’ils contrôlent. Les fêtes perpétuent de manière symbolique et effective (par l’amendement des troupeaux « étrangers » au territoire pastoral et la non-participation à tralpartie des pratiques festives comme la compétition pour le troupeau le plus gras ou le défilé des troupeaux) les distinctions entre éleveurs « propriétaires » (jeyaaɓe) et « étrangers » (hoɓɓe) au leydi. Elles réaffirment les droits spécifiques d’un groupe d’éleveurs revendiquant tralhistoire et des préséances communes sur tr espace pastoral.

Figure 1 : L’espace culturel du ƴaaral degal et les circuits de transhumance

Figure 1 : L’espace culturel du ƴaaral degal et les circuits de transhumance

4Le Delta, zone inondable exceptionnelle en milieu sahélien, est ainsi fréquenté par un million de bovins et deux millions de petits ruminants chaque année (DRPIA, 2009). Il constitue un écosystème exploité par éleveurs, agriculteurs et pêcheurs de manière saisonnière. Depuis les années 1970, les baisses régulières du niveau des crues et la redéfinition des rapports socio-économiques et politiques entre groupes ont accentué la concurrence entre et au sein des systèmes de production pastorale, halieutique et agricole. Avec la mise en place de la décentralisation politique dans les années 1990, l’État a identifié la résolution des conflits fonciers et la mise en place d’une gestion durable des ressources naturelles comme les priorités à résoudre pour le développement de la région (Barrière & Barrière, 2002 ; Mosely & al., 2002). La prise en compte de ces objectifs induits par les transformations sociopolitiques et écologiques est sous-entendue par le discours patrimonial accompagnant le dossier de candidature présenté à l’UNESCO (DNPC, 2004) bien que la DNPC et les « personnes ressources » consultées aux différentes étapes du processus de classification jouent surtout sur la réification de la tradition pastorale et de l’image stéréotypée du berger et de la femme peule en valorisant essentiellement les aspects spectaculaires, esthét lans et festifs de l’espace de la transhumance (Leblon, 2011). Les agents du patrimoine proposent un discours explicitement normatif sur la cohésion entre groupes de pasteurs, de pêcheurs et d’agriculteurs et sur la réactualisation des liens intercommunautaires que ces fêtes permettraient. Cette rhétorique est assortie d’un discours performatif sur la bonne gestion des ressources naturellesF:nla valorisation du patrimoine pastoral doit permettre le retour à des pratiques respectant les différentes catégories socioprofessionnelles du Delta et à tralgestion concertée des ressources naturelles. Le projet patrimonial oscille alors entre un programme de sauvegarde concernant les emblèmes de la culture peule (le pastoralisme transhumant, la littérature orale et l’esthét langféminine à travers des activités d’inventaire et de sensibilisation) (Leblon, 2011) et un programme conjoncturel de développement social et économique de la région.

  • 3 Administrativement, la région de Mopti est la 5ème région du Mali.

5La valorisation touristique de la région de Mopti3, par le classement des fêtes – s’ajoutant à l’image du fleuve Niger et des autres sites classés de la régionF:nla ville de Djenné et le pays Dogon –, est présentée comme une nouvelle stratégie d’appui aux communes du Delta. Le patrimoine se transforme en ressource locale que les collectivités territoriales doivent mettre en valeur et gérer. Les fêtes de transhumance et par extension les pêches collectives, les courses de pirogues, la faune et la flore deltaïques acquièrent un nouveau statut en devenant les ressorts potentiels du développement économique. Comme en pays dogon, la « culture » devient « l’enjeu crucial pour accéder au développement »F(Ciarcia, 2003 : 155) et le moyen par lequel les pays obtiennent des « labels de bonne gouvernance, gage de l’octroi de crédits importants de la part des bailleurs de fonds internationaux » (Amselle, 2010 : 13). La gestion patrimoniale lance ainsi les maires et les acteurs locaux dans une compétition où la valorisation de la culture devient tr enjeu politique (Doquet, 2006F:n319). À tr autre niveau, la décentralisation, avec les recompositions politiques qu’elle a nécessitées et la redéfinition des relations de pouvoir qu’elle a permis, a également reposé la question de l’appartenance à un groupe, une communauté ou une localité (Bayart & al., 2001 ; Ceupens & Geshiere, 2005). Cette question doit être abordée à propos des détournements du classement patrimonial par les jowro soucieux de protéger leurs droits d’exploitation sur le burgu face à d’autres gestionnaires potentiels, les collectivités territoriales notamment. Depuis quelques années, ces derniers sont devenus des interlocuteurs privilégiés des administrations pour tout ce qui concerne la gestion de l’activité pastorale, son développement et l’organisation des festivités. Ils sont qualifiés de « personnes-ressources », pivots de l’organisation de la transhumance dans le projet patrimonial soumis à l’UNESCO. En se décentrant d’une approche par la patrimonialisation institutionnelle, l’analyse des débats actuels sur la réforme du statut des jowro – et des bourgoutières qu’ils contrôlent – permet tralrelecture de la patrimonialisation officielle des fêtes et des mises en récits, parfois paradoxales, du passé des sociétés agropastorales du Delta intérieur du Niger.

Une lecture « écologico-="en" lan » du patrimoine pastoral pour tralgestion décentralisée des bourgoutières

6La reconnaissance patrimoniale des fêtes par une procédure d’inscription à l’UNESCO prolonge le lien ancien de l’appareil politico-administratif au ƴaaral et au degal. Dès les années 1960, l’administration par le biais de la Conférence régionale sur les bourgoutières a eu pour but de réguler la transhumance. Elle fixe les dates de traversée des fleuves et des marigots d’entrée dans les bourgoutières. Avec la décentralisation, l’État propose de prolonger la réforme de la gestion des bourgoutières. Depuis une dizaine d’années, conformément à la loi de constitution du domaine des collectivités territoriales, les mairies sont responsables de la gestion, de l’aménagement, de la conservation, et de la sauvegarde de l’équilibre écologique de leur domaine, dont font partie certains territoires pastoraux. Cet extrait du discours inaugural prononcé par le directeur de cabinet du gouvernorat de Mopti lors de la Conférence régionale sur les bourgoutières du 25 novembre 2008 illustre les nouvelles orientations souhaitées par les pouvoirs publicsF:

  • 4 Le ƴaaral et le degal dateraient de la sédentarisation imposée aux Peuls par la Diina du Maasina, r (...)

« Cette tradition des populations éleveurs datant du 13ème siècle et réglementée depuis le royaume théocra" langde Sékou Amadou4 est aujourd’hui source de nombreux conflits familiaux, clan lans et communautaires dont les dénouements heureux, et souvent malheureux hélas, perturbent la vie et la tranquillité de notre région et influent négativement sur son développement. Les litiges interminables fragilisent les liens sociaux et occupent tralbonne partie du temps de travail des responsables administratifs, politiques, judiciaires et de la société civile. Cela doit être circonscrit par la prise de mesures préventives que la Conférence régionale doit adopter en fin de travaux. (…). La gestion des bourgoutières est devenue un problème de développement. En tant que tel, les collectivités décentralisées ont obligation de s’en approprier et doivent les insérer chaque année dans leur PDESC (Plan de développement économique, social et culturel). En effet, depuis le 19ème siècle, la gestion des bourgoutières a été l’œuvre des jowro propriétaires coutumiers. Aujourd’hui, la dégradation de l’environnement devient de plus en plus hostile, la gestion foncière et domaniale, le rétrécissement des espaces pastoraux et la fragilisation des écosystèmes nous imposent un changement de comportement dans la conduite et la gestion de ces biens précieux. Hier la nature offrait des conditions idoines pour le développement animal, ce n’est plus le cas de ce XXIème siècle. Conscient de ces dangers, j’en appelle aux collectivités responsables du développement local, aux jowro gestionnaires coutumiers des pâturages, aux politiques décideurs des grandes orientations nationales, aux techniciens chargés de l’exécution, aux partenaires qui nous accompagnent, aux éleveurs bénéficiaires, de regarder dans la même direction, de converger vers un même but à savoir la préservation et la bonne exploitation des bourgoutières. D’autres facteurs non moins importants nous imposent de sauvegarder ce patrimoine. En effet, le 25 novembre 2005 à Paris, la zone bourgoutière de Mopti a été honorée par l’UNESCO en proclamant solennellement « l’espace culturel du ƴaaral et du degal » comme chef-d’œuvre de l’humanité. Par cette action solennelle, l’UNESCO a fait de notre région une destination touristique que nous devons exploiter et valoriser en faisant de chaque point de traversée un centre d’exploitation culturelle et de festivités, faire de chaque bourgoutière et de chaque leydi, un centre d’éco-tourismn ».

  • 5 Dans ses premières années, la Conférence des bourgoutières avait pour objectif d’organiser la colle (...)

7Pour tralpartie des services technilans et administratifs, la sauvegarde patrimoniale des fêtes est liée à tralmeilleure réglementation de l’accès aux bourgoutières. Si les « jowro sont juridiquement niés depuis l’indépendancn » (Fay, 1999 : 127-128) qui mit en place un programme de nationalisation des terres5, l’administration est obligée d’avoir recours à eux dans ses négociations avec le monde pastoral. Depuis la mise en place de la décentralisation, les redevances perçues dans le burgu par les jowro représentent également une source potentielle de financement pour des collectivités territoriales qui n’ont pas encore les moyens d’assurer leur fonctionnement. La question est alors de savoir comment associer les compétences des jowro aux collectivités territoriales pour tralrépartition des gains obtenus dans les territoires pastoraux s’étendant sur plusieurs communes et dont le statut juridique est ambigu.

  • 6 Il comporte : « les pâturages herbacés et aériens, les bourgoutières communautaires ; les terres sa (...)

8La Charte pastorale adoptée en 2001 définit les espaces pastoraux relevant du domaine de l’État et des collectivités territoriales6. Ces dernières sont chargées de la gestion des bourgoutières communautaires relevant de leur ressort territorial qui doit être effectuée en collaboration avec les organisations de pasteurs constitués en « comités locaux de gestion » et les services technilans compétents. Ce texte et la mise en place de la décentralisation posent plusieurs questions quant à la reconnaissance légale des jowro et de leurs pâturages lignagers. Au-delà du fait que les jowro ne soient pas mentionnés dans la Charte pastorale – loi valide à l’échelle nationale, la question des jowro ne concernant que l’exercice du pastoralisme en 5e région, la particularité locale n’a pas été inclue – ce texte maintient le flou juridique. 1) Ce dernier ne définit pas clairement ce qu’il entend par bourgoutières privées ou communautaires. Est-ce que les pâturages familiaux sous contrôle des jowro entrent ou non dans le domaine pastoral dont les collectivités territoriales ont la charge ? 2) Les organisations de pasteurs qui pourraient travailler avec les communes n’existent pas encore. 3) La non-conformité du découpage territorial communal avec les 5

jowro joral rs commuger.

  • 1 Cetes miniibtitutimmune s’étent pse pecommens du pouvoiu politiqn">loc Depce que lmnovemées de sa (...)
  • 8Diina(...)

7Pthumant, la décentralisatii, comme projeu politiqses eture ouvose d’ayillle sur les ressources patrimoniance etopastoraleeans son territoirretout êté menur 4) bile et resprelle aet dees priorits, politiquela recmiques eépengagtifs,ur de lses eturs du DeionF:nes préveution des confliermet tne gestion durable des ressources naturelerst alont qu trr avaiutCeuper-ce que les agente de la décentralisaties allaiese de réfrpas directement à la Charte pastoram> etx– ts,mportade création les communs,ur ju fesiarder cn programon politique de sensibie par les populatioetopastoralut à la réalisat,ont ile d’apvement su">Une lecture de lalhistoice du Deltourses dynamiquts écologiques ts socux politiquue ainsi qs pour tralréinterprentation de lhctiou par des jowroDiem>, lempilture p de foncé pde Sékou Amaens XIXn 5e sièc by jowro perçoivees dans le buwro Diinajowrocon,em> Dim>, es avaur tralpartie dem>ettellar des redevanc(LegrociFay, 1999262011Pr pendant pt aon, deloomaniale, des cheur dentationallaieis ausde lela pam> re des pratiqucs se sxte maecmiqus depuis l’indépendac(LegrociFay, 1999265001  laissns &amCotulrcia, 799998)aue. Les jowro) dété, aux buwroudoit êtla mise en Parallnal av’un alln» du pouvode foncsur de lhctiou ues, lenfoné et lra gegiéJacky Bn juaux es lcale qen rs dac. Lu cadliécologifet, de Lu oupers lem grauté >) déque eem>perée comme de niibtiion » et stré iperes esttes marrtre le respxte et al sousiption à l’priorient. ra reconnaissance ar cetes mares, de respxe (par l’prioriune desti, fairpreements exceurablr ltparriser le retoà 4) bvalmeissanonsultériancn a, 20107NPC)6conngie en ren pioriuem>et lra gegiest plitique dani scra" laf d’une participatic. Conscioné Le csieder au développement de ne communautue ocale quede , estomunal avec la décentralisatent. ju fesiplication dépeneiet du conngies snduisur de ltitonalisatiof d’u’imaet valoentée Sr la Diina à l">Oriture de li constitutioe dus cosystèd tralrépartitien fadurabm> à lses eturr les populatioobjetites permettvaur t’exploitatire saisersée des pâturag( laissns &amCotulrcia, 7)SCO. En de réf quant àabyDiinadirsifale que lns éleveurs du Deletit avomarquenabyDiina rtanimer leurs droias ou leurociusiptales2e les acteute de la décentralisatise en llevant de moentralisaters lees, le fonction es jowroe des jowropeendant des pratiqust pds paciales qrs sonn défiives comme lis amme dnstpulations conflictuellns dans le Deoobjetitee partidateraient à la dégradation des ressources naturelerSre Hagdu b,ée à propos dlims sitrilictuellnible it rresde ce leuauupied Burk>DimFasoees avams conoir comm,és dans t Ptence pour la gestion des ressourcé locs,que les agenteson développement eiquts écolsteiers sont devenus de plus en plc. Conscieurs ontrôce potention dla nots et souvent essentralntmées de la cultuement desaconditioé locs (Hagdu b,t, 2006Ds dans le De, Si les ’eppoces Si lhr coblciopolitiques ue les agenet administratle proposent également le retour la de niaconditsmn ta. Le passé des sociétetopastorales ue lde référe lesstoralut de lhctiou prs sose transfitués es ressources patrimonians e respoiter obseevant ju fesiplicatssn, ausotrajetiopolitiquli contemporsam> etxla réfotés territoriaais. Int devnlement uni traditid> rtaagnant Un transfedeeurs compétencui aux communes un mêdu temce que les argumenju fesiiquant ton politiqde patrimoniale la valorisation de d’éoupage transhumigu.

8la patrimonialisation institutionne ’apaî est ainie comme unc lrenlèmes de la décentralisatenDunon moSi les objectifs de la patrimonialisatirejonseignecucieux de la décentralisation politique daet un programme comale la valorisation culturelle et de protectire écologique de la régio>. Ells soss cedans let dee, lcreneies dans n">locte et la valorisation de le communautre deltaïalules dansrgclue , c’-à-as dn’lobectant les différentes catégoriet de la sociétue e comur ressod">dirsifent.er pend,par le discours patrimonion institution t tralratent pnt les débali contemporsals sur la réforme du statuudes jowrojowraako nes etns et c jat, maCeupargées de manième coiscente coms. Sr ral="en" langUn transfedeeurs compétencle eagoutière La gestion des ressourcetopastoralui aux communle nv avaia leeour conséquesisur de l’organisatis territori on de la transhumanas ot l’organisation des fêenCtciaux es lcal l’opsensibivits pour un programme la patrimonialisation institutionne ve dclureour tralflextation sur le jowraakoreprésortants de dEÉt> sont des dagricrités availleupar sant dea réfotes qu’ins souhdateraient mettre en plente des jowro soucieux lhr coblle et de l’environnemerenires qre lesdesiplicatssli contemporencle ret avant lele fonctine soienrs mises en comles. Pthumant, la requalification patrimoniion des fêlangUn transhumance peulee devient un nouveae syme titoss, ars reveplicatsson fonciiers dee pasteigu.

Le classement international comme garantie de protection des pâturages

  • 5 Dans ldu fs00nt Un transfedeeurs compétencui aux collectivités territoriales décentraliséce n’es sa (...)

8la question des usag» du patrimoius dans lt Ptesent pour drs reveplicatsss territoriales d. Le contrôledes ressourcee n’esapuis unaiserses nouvence. Elti a étes déttique Afreutique e bailleuue ei a étntrglementée pae les différentle diplimoineesisonscourcanshimoiente dus thnogrElls solr l bailleut aige sion sur du fait qla patrimoniaermrpreiieis aus’unyetion de trrissatic. contrôsur de les espent, d> rtanimis uet ocligatié >e ee dtoniaermon des territoi00nt le plet souve paui a(Di Ms tart & al1992003Bontue caere, 2 ).1 : L’espala patrimoniaéque est aloun lenté on des usages pratiqud au territoies qn la redéfsantient es denCtciaes esr l’aosent p vmpopti lnt que l’objla patrimoniaéque e’u constituties permagnant te maintes et lade productitesos droits sur au territo. Selatic. Cet ppollect,vec lle stratéplitiqus doiectant leser vent in devennés dans La gestion pastoraem>(lre grouprs « propriétaires tesos dro,que leprioriages commocs,que les jowro. Ces usagc. co trcrritoirsrçoiveit êtrutiliritués le fonction du processus de décentralisation politiqrs quistre le nouveau cads à partiu lequel les dynamiqus territoriales ’ideniciairess sonotielle de la patrimonialisat,Ils so impossine. En effeau le Mali, come bailleuue Afreuti,ant les discours qes ont accompposé la décentralisatise la réivectant lon ngfatiqucn sur du foncias oa d> rtabivits posture présposn, aa sélectlls sode renfpose lde référe lon à l’pchtrimelta et lle a nécessisus de déf snten appartenance à mili(Rowle csre, 2002 ; Ceupens & Geshiere, 2005Ds dac. Ln conte,ant l enjeus politiques locaes et les stratépletopastoralee l’accès aes pâturagesspofquièreal avon dessentats cohtlntmées rs ralgestion communautaion » on décentralisée des pâturages2jowrojeyaaɓe

4burgujowro

Al au moment o qu votacutres irent à la mhéocre», c’ec. Cets pubioriues qait étdu fnur 4ouvdécion d person,ant lgalours qns se sxsapu propriétai, nsion leelesfait que les jowro n> seront p  propriétaires. tu e lon de JalluɓeMaasinajowro

4slogae de ue nosr coblre len mires es « )qait éttitonavits poes duie par de s, gage de la décentralisatenIl ’exprmet tra éioriume thren" langes drois entrsagcerr moyeat maloenIl m> nignesiaent ppectasapule qen ue nosr cobltoessusgionaux es « )ral.quin M(Ciasm>., 200: 378)au: . Pae trr,editoies qu’insntnt à e« M(Ciasm>., 200: 378)aut. Cetlrelecture de la décentralisatisatuudes propriétairs postute maecirens du pouvente d’éleveuLa nayendssos droits sit les espaces pastora(es comme lle nouvxmm> propriétairre bpriéluet oclndant deostmées ur foncti, faié >e au cadse en miliurbe mat, mais ausue lellpchtrieeurs du De)ias ou ldu burguburgu6La requalificatiel du ƴaaral et du de,wro En tant qrs «u patrimoiue de l’humanices etiocti,n> etxes enjeux pastorais unemextensint internatioe–, evrtée commelunyetios d’assurer te maintde les structuretopastorales nt pockiaia leeoriales dévelorenDunue point vueuux des éleveues « jeyaaɓe face à d’autres éleve/a>. Ces institutioetopastorance peul>représentede l ambïssisue lnt êtnt des fêld> rtaagnant Le contrôledie certaies espacesruis quelqure groupe d’éleveu(Si les m> propriétairrs ou burgu)raLe ltitonalisatioele, laequalification patrimoniion des fêlsr du faet c s pour lns éleveurx de Jafaraaral ex de Jalluɓe dant ls rappaexct plf bvarsour lns éleveuux étrangeeuaun groupe de transhumant, mavivectae dans l les commu, bvarsour lns éleveuellpchtrieeusi fréquagnant le Deore saisonnippement bvarsour l’autres activités du Del(à l’agricufaies notamm)raMn mêainiede les etuis paradonal avee lligé. Le patrimoime comatn>Tel qu’il estomunue par le discouon institutionfet, du classement patrimonion devient lupal titosce debtonanr s pour lns éleveurx dans udnstpulat ve dmns prtensins quailiauu sta lee les territoires pastoraem>et de lont deuvenCes à propoe dus ns élev ex de Jalluɓee des jowroJnantiest aujourd’hue lesxtensncle ret avantgUn transfedeeurs compétencle eagoutière La gestion des ressourcetopastoralui aux collectivités territoria00: ve.

NoessCeuponires quede ui dora ger» commede. Noessa devoen aepuis ins qduis quel Le seres ees clas Le patrimoile mtoriaeet la geint es ,atn>Tele», crpreii,aet c ainiede ui dora gernt es que les jowroburgubu>al.ƴaaral du degalbuwroburgujowroƴaaral 8, ne ly aenlessus du degalƴaaral l. Le degalƴaaral 8, ne ly aenas du degaludoralratrt de ls teio8, vaque nols bairatn>sque que nosr cobsmn ».

5ƴaaral et du degal réaffifeau on moire symboliivements de pouvoux des éleveule su, la znce. Elra recoî eus cosystède d’éoupage transhum de se efferisan centrenjezrieeuts écologiques distieires dont les jowroe dani s’espane iné,les sont lp> sit desî es roient, léafflisatiof d’u’idenvité pastorale ee lde référe lon aure réglementation dr la DiinajowroJafaraaral ex de Jalluɓe. Ellls so i poeorais unyetion d> rtanimis u>repréc tralhiren" lcn sur au territoire deltaïade défise la référeès du pastoralisge transhumigLe la traditi’edebtonaenté,ur pe maecireà tralréglementatist aujourd’hesdesinorée par l’applicatiox de la décentralisatnt, maes qafomporteme avolentuuveaoncours du te19s. Pthumantts abisortants les communeeion nnaisvaia leeors droits d’exploitation sur des ressourcetopastorales communautairnt eiquts éleveurutiliritui, comre « étrangem> rorare groupes Un transhumanci pourrai,ant à lbvarseuux des éleveurs bénéfinient de ces dro,qss cenavoir lal="en" langralgestion décentralises eéparticipvable des ressources qrr det un préceativemere en plenCtciatrr avai. Pesr conséqueion dedesiards, le fonction des fêlangUn transhumani, comi constitutioe de protectiou la Jalluem> repréarence dde JafajnngiJafaraaral et c le es n déf sur lf seronciiers de le communauton pastorale et des rapporir qu’eln cenpdevtoal avec l’autree groupe d’éleveues qu’insiposeeor-en mism> propriétairre ou burgu

6ƴaaral l. Le degale les aspecs, esthét lans ’ideniciairs, du pastoralisse sxtincle avhumite la réété,oes drindemenf d’uralflextation sur lesdesiplicatssde les structuretopastorain>e lc. co intmést lialui amutlicatssde de l’organisatis territori as ou les fêti, comi constituts d tralgormulatqre saisonnilee l’accès aes pâturagneont font deappde de lde rlextateué mensrer dans le cadrt de lode mogestion culture19s. Pthumial par les usagetant les détournements du classement patrimonant, la requalificatile des fêten Le patrimoi>représeent un nouveae syme s,ur d> rtanimquMali, coumite é on destinatideaes qs exploitur des ressourcetopastorales du Delta. les débass d’rindemes à partif d’uralrelecturessos droip classes et des mises sacu’idenétaire3">Le classem,uess de laitius dans lle discouux des agenns chargés de la décentralisatiouuux des éleveu=or-en mi, deviees elatidt les objectic. co trcrritoires de renfer ee lde référe lon aure réglementation di s’espaee deltaïals par la Diina. Cee discoudebtonaortadu classement patrimonies hultt, gage de la Diinae des jowroreprésortants de d’Élta. 4) bies clas ne se transforme me une nouvelen ressours pour les acteutquagnaon d> rtanimet lxct plvessisus er leurs droile sur les pâturagre deltaïqenIl ci pour est alosi s’opposut à la gestion institutionne le on décentralisti lnt que lde ro mialme du statut des jowro seroe cetuenneme’appl lialesa patrimonialisatile on décentrapulat, n la renpeendauer ne défiditid locaet de l’appartena,ant antuectant les distiensncle r que lns éleveues m> propriétaion » re « étrangem> ciqrs quistun problèm> à l’exercict de nerr monessisu> dant Ln contesus de décentralisat05Ds dac. sriena. Au-dele ldesthiren" rces patrimonianon institutionnesantts es enjent de la traditisent dctireprononcls so ir acteute rutilirlicatssnt économitifs, politiqiouu’ideniciairc sttoriales pour les acteuqhue lpermequan ’œuumigLe la pries en comiue de lalhistoent, de la réoriune des rappords de pouvoinnt à eedant deo politiquee la gestionani s’idenvitement des territoir, ein sCeupdurabes poratrt en comiue lem>représoicatssde de la traditisen du patrimo».

ges
Hatatutecoup..)/p> Biblithnogrie">6 <
e> /p>

AMSELLE Jean-Loup, 2010, Rétrovolutions. Essai sur les primitivismes contemporains, Paris, Stock, 233 p.

ARNOLDI Marie-Jo, 2003, « Symbolically Inscribing the City: Public Monuments in Mali, 1995-2002 », African Arts, vol. 36, n° 2, p. 56-65 + 95‑96.

ARNOLDI Marie-Jo, 2006, « Youth Festivals and Museums: The Cultural Politics of Public Memory in Postcolonial Mali », Africa Today, vol. 52, n° 4, p. 55-76.

BA Amadou Hampathé et DAGET Jacques, 1962, L’empire Peul du Macina (1818-1853), vol. 1, Paris, Mouton & Co. (1ère édition : Études Soudanaises, Institut Français d’Afrique Noire, vol. 3, 1955), 308 p.

BARRIERE Catherine et BARRIERE Olivier, 2002, Un droit à inventer : foncier et environnement dans le Delta intérieur du Niger (Mali), Paris, IRD, 474 p.

BAYART Jean-François, GESHIERE Peter et NYAMNJOH Francis, 2001, « Autochtonie, démocratie et citoyenneté en Afrique », Critique internationale, n° 10, p. 177-194.

BONERANDI Emmanuelle, 2005 « Le recours au patrimoine, modèle culturel pour le territoire ? », Géocarrefour, vol. 80, n° 2, [En ligne] mis en ligne le 1er décembre 2008. URL : http://geocarrefour.revues.org/index 991.html (consulté le 30 septembre 2009).

BOUJU Jacky, 2000, « La construction sociale de l’identité des autres : l’invention de la tradition dogon revisitée », communication lors du colloque de Nice, 2000.

CEUPPENS Bamby and GESCHIERE Peter, 2005, « Autochthony: local or Global? New Modes in the Struggle over Citizenship and Belonging in Africa and Europe », Annual Review of Anthropology, n° 34, p. 385-407.

CIARCIA Gaetano, 2003, De la mémoire ethnographique. L’exotisme en pays dogon, Paris, Cahier de l’Homme, Éditions de l’EHESS, 200 p.

CISSE Salmana, 1986, « Le delta intérieur du Niger : organisation spatiale », in ADAMU Madhi et KIRK-GREENE A.H.M. (dir.), Pastoralists of the West African Savanna, Manchester, Manchester University Press, p. 283-297.

CISSE Salmana, 1999, « Décentralisation et développement dans le delta intérieur du Niger (Mopti, République du Mali) », in BOURGEOT A. (dir.), Horizons nomades en Afrique sahélienne. Société, développement et démocratie, Paris, Karthala, p. 137-150.

CISSE Salmana et COTULA Lorenzo, 2007, « A case study: changes in ‘customary’ ressource tenure systems in the inner niger delta, Mali », in COTULA L. (dir.), Changes in « customary » land tenure systems in Africa, London, iied et Fao, p. 81- 101.

DE JORIO Rosa, 2006, « Politics of Remembering and Forgetting: The Struggle over Colonial Monuments in Mali », Africa Today, vol. 52, n° 4, p. 79-106.

DI MEO Guy, CASTAINGTS, Jean-Pierre et DUCOURNAU Colette, 1993, « Territoire, patrimoine et formation socio-spatiale (exemples gascons) », Annales de Géographies, tome 102, n° 573, p. 472-502.

DNPC (Direction Nationale du Patrimoine Culturel), 2004, Proposition d’inscription de biens sur la liste du patrimoine oral et immatériel de l’humanité. Espace culturel du Jarral degal au Mali. République du Mali, Bamako, UNESCO.

DOQUET Anne, 2006, « Décentralisation et reformulation des traditions en pays dogon. Les manifestations culturelles des communes de Dourou et Sangha », in Fay C., Koné Y. F., & Quiminal C. (dir.), Décentralisation et pouvoirs en Afrique. En contrepoint, modèles territoriaux français, Paris, IRD, p. 303-319.

DOQUET Anne, 2008, « Festivals touristiques et expressions identitaires au Mali », Africulture, [En ligne], mis en ligne le 5 mai 2008, URL : http://www.africultures.com/php/index.php?nav=article&no=7580 (consulté le 2 mai 2010).

DRPIA (Direction Régionale de la Production et de l’Industrie Animale de Mopti), 2009, Conférence Régionale sur le bourgoutières, Rapport bilan de la campagne 2008-2009 et perspective 2009, document PowerPoint, DRPIA, Mopti.

FAY Claude, 1999, « Pastoralisme, démocratie et décentralisation au Maasina (Mali) », in Bourgeot A. (dir.), Horizons nomades en Afrique sahélienne. Sociétés, développement et démocratie, Paris, Karthala, p. 115-136.

FAY Claude, KONE Yaouaga-Félix, & QUIMINAL Catherine (dir.), 2006, Décentralisation et pouvoirs en Afrique. En contrepoint, modèles territoriaux français, Paris, IRD, 516 p.

HAGBERG Sten, 2006, « The Transformation of Ritual Boundaries in Resource-Use Practices in Burkina », Africa Today, vol. 52, n° 4, p. 109-129.

KONATE Doulaye, 2006, Travail de mémoire et construction nationale au Mali, Paris, L’Harmattan, 122 p.

GALLAIS Jean, 1967, Le delta intérieur du Niger, Étude de géographie régionale. Mémoires de l’Institut fondamental d’Afrique noire, Dakar, IFAN, nº 79, 2 tomes, 625 p.

LEBLON Anaïs, 2011, « La sélection paradoxale. La patrimonialisation des fêtes de transhumance peules au Mali », in DROUIN Martin et RICHARD-BAZIRE Anne (dir.), La sélection patrimoniale, Cahiers de l’Institut du patrimoine de l’UQAM, p. 195-214.

LEGROSSE Pascal, 1999, « Perception de redevances de pâturage et transhumance des Peuls au Maasina (Mali) », in BOTTE R., BOUTRAIS J. & SCHMITZ J. (dir.), Figures peules, Paris, Karthala, p. 239-266.

LE MARCIS Frédéric, 2001, Des maux ordinaires. Une anthropologie de la santé au quotidien dans le Maasina (Mali), Thèse de doctorat en anthropologie sous la direction de Didier Fassin, EHESS-Paris.

MOSELEY William G., EARL, Julia A. et DIARRA Lassine, 2002, « La décentralisation et les conflits entre agriculteurs et éleveurs dans le delta intérieur du Niger », in ORANGE Didier, ARFI Robert, KUPER Marcel et al. (dir.), Gestion intégrée des ressources naturelles en zones inondables tropicales, Paris, IRD éditions, p. 101-118.

OUALLET Anne, 2003, « Perceptions et réutilisations patrimoniales en Afrique. Quelques exemples maliens », in GRAVARI-BARBAS Maria et GUICHARD-ANGUIS Sylvie, Regards croisés sur le patrimoine dans le monde à l’aube du XXIe siècle, Paris, Presse de l’université de Paris-Sorbonne, p. 59-75.

OUALLET Anne 2003b, « Affirmations patrimoniales au Mali : logiques et enjeux », Patrimoines et développement dans les pays tropicaux, Pessac, DYMSET et CRET, p. 301-312 (Espaces tropicaux, 18).

ROWLANDS Michael, 2002, « Cultural Heritage and the role of traditional intellectuals in Mali and Cameroon », in SHORE C. & NUGENT S. (eds.), Elite Culture. Anthropological perspectives, London, Routledge, p. 145-157.

SANANKOUA Bintou, 1990, Un empire peul : la Diina du Maasina, Paris, Karthala, 174 p.

Texte de lois

Loi nº 004/ du 27 février 2001 portant Charte pastorale en République du Mali.

Décret n° 09-430 : P-RM du 18 octobre 2006 fixant les modalités d’application de la Loi n° 01-004 du 27 février 2001 portant charte pastorale en République du Mali.

Loi n° 96-050 du 16 octobre 1996 portant principes de constitution et de gestion du domaine des collectivités territoriales.

Haut de page

Notes

1 Cette étude a été menée dans le cadre d’une thèse d’anthropologie sur la patrimonialisation des fêtes du ƴaaral et du degal. Elle a donné lieu à une enquête de terrain d’une durée totale de 15 mois. Les principales données ayant servi à la réalisation de cet article ont été recueillies par entretiens auprès de bergers, d’éleveurs, de maires, de jowro et de responsables politiques et administratifs dans la région de Mopti. Un travail sur les textes des lois portant création des communes a été complété par la consultation des ONG et des services de l’État chargés de la gestion du pastoralisme et de l’application de la décentralisation.

2 En 2008, il a été inscrit à la Liste Représentative du Patrimoine Culturel Immatériel de l’UNESCO.

3 Administrativement, la région de Mopti est la 5ème région du Mali.

4 Le ƴaaral et le degal dateraient de la sédentarisation imposée aux Peuls par la Diina du Maasina, royaume théocratique musulman fondé par Sékou Amadou en 1818. Il réglementa l’activité pastorale en établissant des pistes de transhumance et des préséances d’accès aux pâturages (Bâ & Daget, 1962 ; Sanankoua, 1990 ; Gallais, 1967). Les mesures prises à cette époque restent les références régissant l’utilisation des terres, de l’eau et des pâturages.

5 Dans ses premières années, la Conférence des bourgoutières avait pour objectif d’organiser la collectivisation des pâturages demandée par le régime socialiste de Modibo Keita. Elle supprima le droit des jowro sur les bourgoutières. L’État n’arriva pourtant jamais à suspendre leur perception des redevances. Après avoir exclu les jowro, la Conférence des bourgoutières les réintégra dans les années 1990 en les reconnaissant comme les gestionnaires du burgu et les représentants des éleveurs (Fay, 1999 ; Barrière & Barrière, 2002).

6 Il comporte : « les pâturages herbacés et aériens, les bourgoutières communautaires ; les terres salées ; les points d’eau ; les gîtes d’étape ».

7 Cette redistribution ne s’étend pas seulement au pouvoir politique local puisque les membres de la famille paternelle du jowro en profitent également.

8 Si la Diina avait pu établir un système de répartition équilibré entre l’activité pastorale et l’exploitation agricole des pâturages, ceci était possible dans la mesure où ces activités étaient contrôlées par des groupes d’éleveurs dominants politiquement. Un retour au code de la Diina serait aujourd’hui anachronique. Le système qu’elle imposa est inséparable des circonstances historiques qui l’ont vu naître (pouvoir religieux et guerrier peul, démographie humaine et animale limitée, travail agricole effectué par une main d’œuvre servile) (Fay 1999 : 122 et sq. ; Cissé, 1986, 1999). La poussée de l’agriculture, le déplacement des surfaces rizicoles sous l’effet de la baisse du niveau des crues, l’augmentation démographique humaine et animale, le transfert de la propriété du bétail vers des propriétaires non-éleveurs, les évolutions dans la perception des redevances de pâtures par les jowro mais surtout la perte du pouvoir politique par les Peuls modifient la pratique pastorale et sa réglementation.

9 Dans les faits, le transfert des compétences aux collectivités territoriales décentralisées n’est pas encore effectif dans la majorité des communes. Il se limite souvent à la perception d’une taxe communale au niveau des points de traversée des fleuves ou se réalise de manière confuse, sans définition claire des droits de chacun des intervenants.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : L’espace culturel du ƴaaral degal et les circuits de transhumance
URL http://journals.openedition.org/gc/docannexe/image/362/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 681k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïs Leblon, « Le patrimoine pastoral au prisme de la décentralisation politique », Géographie et cultures, 79 | 2011, 11-28.

Référence électronique

Anaïs Leblon, « Le patrimoine pastoral au prisme de la décentralisation politique », Géographie et cultures [En ligne], 79 | 2011, mis en ligne le 25 février 2013, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/gc/362 ; DOI : 10.4000/gc.362

Haut de page

Auteur

Anaïs Leblon

Centre d’études des mondes africains (Cémaf-Aix) CNRS UMR 8171 – Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme – Université de Provence

anaisleblon@gmail.com

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals