Navigation – Plan du site

Les cavités naturelles

Du fond du gouffre à la reconnaissance patrimoniale
Heritage process and tourist development of « natural » areas: the dynamics around Ardèche Gorges (France)
Vincent Biot
p. 79-96

Résumé

Les cavités naturelles sont parcourues depuis des millénaires, mais les balbutiements de leur exploration systématique apparaissent timidement il y a quatre siècles pour réellement se structurer à la fin du XIXe siècle. Le développement de la connaissance du monde souterrain s’est accompagné de la prise en compte de sa vulnérabilité et de la nécessité de le préserver donnant par là même une « valeur » à ce milieu naturel. Dès lors, ces espaces souterrains se renforcent d’une nouvelle forme de reconnaissance collective qui participe à leur valorisation touristique. Fort de ce constat, nous nous proposons d’aborder la question du patrimoine naturel à travers les phénomènes karstiques que sont les grottes et les gouffres. Après avoir présenté les critères de sélection et les différents classements, nous nous intéresserons à la gestion de cet environnement à des fins touristiques en abordant notamment la place de la ressource touristique dans le développement local de territoires.

Haut de page

Texte intégral

1Face au développement de notre société, à l’urbanisation grandissante, la nature est de plus en plus en proie aux atteintes pouvant porter préjudice à son équilibre et à sa conservation. Le devoir de transmission aux générations futures devient de plus en plus urgent et nécessite sa prise en compte dans la reconnaissance, la gestion et la valorisation du patrimoine qu’elle représente. Le patrimoine karstique n’échappe pas à ces problématiques qui sont étudiées depuis une dizaine d’années (Gauchon, 1997 : Reynard, 1997 ; Nicod, 1998 ; Hobléa, 1999 ; Biot, 2003).

2Les grottes et gouffres, délaissés pendant de longues périodes, sont devenus progressivement des lieux touristiques. Le milieu souterrain a acquis un statut patrimonial et un intérêt économique prenant place dans le développement touristique.

3La reconnaissance de cette valeur patrimoniale est indissociable du développement des connaissances de l’environnement karstique qui aujourd’hui reste encore relativement mal connu. Cela pose des problèmes au niveau de sa protection et de sa conservation aussi bien qu’au niveau de son développement touristique et des pratiques et activités humaines. Ici, nous nous proposons d’aborder le processus de patrimonialisation des grottes, leur intégration dans la problématique touristique et la place de ce patrimoine dans le développement local.

Une phase « exploratoire » : la connaissance du karst

La perception du milieu souterrain

4Le monde souterrain a été l’objet de nombreuses affabulations et autres aventures rocambolesques. La géographie souterraine est compliquée et son assimilation aux enfers a hanté l’imagination des populations durant de longues périodes.

5Il faut attendre la Renaissance, à la fin du XVe siècle pour observer un changement dans la perception du milieu souterrain. Cette période se caractérise par le retour du goût du voyage. Ainsi, les premiers récits d’exploration de grottes sont rédigés au XVIe siècle : en 1547, Bernard Palissy signale l’existence des grottes de Savonnières près de Tours et en parle dans ses écrits. En 1575, François de Belleforest reprend les écrits du chanoine François Arnault de la Borie dans sa Cosmographie universelle (Belleforest, 1575). En 1580, B. Palissy publie le Discours admirable de la nature des eaux et fontaines tant naturelles qu’artificielles dans lequel il s’intéresse aux concrétions des grottes (Siffre, 1994). Cet écrit figure parmi les premiers descriptifs à vocation scientifique.

6Cependant les grottes restent un milieu « inconnu » et « effroyable » pour la grande majorité de la population. Elles sont même un lieu d’expiation : en 1548, deux condamnés à mort furent envoyés en exploration sut le lac terminal de la grotte de La Balme (Isère), en contrepartie de leur grâce. Leur récit fut si effrayant que « personne ne voulut y retourner avant un bon bout de temps » (Deschiens, 1878). À ces récits descriptifs vont se mélanger des approches scientifiques à partir du XVIIe siècle et le milieu souterrain va devenir un nouveau terrain d'étude pour les savants.

Les récits à caractère scientifique

7L’un des tous premiers hommes à avoir fait œuvre de géographe en étudiant le karst et ses grottes est le chinois Xu Xiake qui effectua un périple de 4 ans à travers la Chine au début du XVIIe siècle et explora 288 grottes (Xu Xiake, 1993). Mais l’un des premiers exemples qui nous permet de parler de spéléologie au sens où nous l’entendons aujourd’hui, c’est-à-dire l’exploration et l’étude des cavernes et des phénomènes qui leur sont associés, peut être attribué à l’historien et géographe Johann Weicfard Valvasor en Slovénie. Il visita de nombreuses grottes en Europe et en Afrique du Nord dont il rapporta des comptes rendus minutieux, illustrés de nombreux plans et croquis et décrit notamment plus de 70 grottes slovènes. Il publiera l’ensemble de son travail, dans un ouvrage intitulé La gloire du duché de Carniole (Die Ehre des Hertzogthums Crain) en 1689 (Habe, 1986) ce qui lui vaudra le titre de membre de la Royal geographical society de Londres. La démarche de Valvasor se distingue de celle d’autres explorateurs de l’époque du fait qu’elle s’apparente à celle d’un géographe, décrivant et essayant d’apporter des explications au milieu souterrain qu’il explore.

8Aux XVIIe et XVIIIe siècles, différents écrits et notamment les mémoires de l’Académie des sciences relaient la notoriété de certaines grottes. Le naturaliste Buffon réalisa deux excursions aux grottes d’Arcy sur Cure dans l’Yonne qui le conduisirent à émettre des théories erronées sur la formation des stalactites qui furent très rapidement controversées. En 1731, dans un opuscule du Dr S. Blanquet, on trouve l’une des premières interprétations sur la genèse des concrétions de calcite, allant dans le sens de la connaissance actuelle. À la fin de cette période pionnière, l’étude menée par A. Schmidt concernant le réseau de la Puika (Slovénie), Die Grotten und die Hohlen von Adelsberg, Lueg, Planina und Laas, est le premier ouvrage européen uniquement consacré aux grottes naturelles et aux rivières souterraines qui cherche à comprendre le fonctionnement des eaux souterraines (Siffre, 1994).

Les récits et guides de voyages

9À partir du XIXe siècle, la renommée des grottes et leur intérêt prennent une place de plus en plus grande dans les guides de voyages et les récits de visites : un certain nombre de cavités deviennent des « lieux à voir », des « sightseeing souterrain ». Les descriptions des visiteurs permettent de se rendre compte d’un début d’organisation de visites par la transmission d’informations pratiques : les modalités de l’accompagnement (soit la présence d’un guide attitré, soit les villageois qui proposent leur service pour conduire les visiteurs sous terre), la mise à disposition de flambeaux, un tarif plus ou moins fixé et les difficultés du cheminement dont les écrits n’hésitent pas à exagérer le pittoresque. Dans le Doubs, la grotte d’Osselle est fermée afin d’utiliser les services d’un guide :

[...] Le meunier ajouta qu’elle (la grotte) était fermée par une porte et qu’il y avait pour conduire les curieux un guide dont il nous montra la baraque placée au sommet de la colline. (Mallard, 1827).

10En Isère, à la grotte de La Balme, les visites sont organisées dès 1807 par la commune de la Balme-les-Grottes. De nombreux récits foisonnent sur la grotte décrivant les passages empruntés lors de la visite. Dans certains cas, ce sont les sollicitations des promeneurs qui incitent à la création d’un poste de guide : ainsi par arrêté municipal de 1865, la commune de Sassenage en Isère, aux portes de Grenoble, crée un poste de guide des Cuves de Sassenage afin de répondre à la demande grandissante de visite des grottes. Un deuxième poste sera créé en 1882. Aujourd’hui les Cuves de Sassenage sont toujours gérées par la commune et accueillent environ 10 000 visiteurs par an.

11Plusieurs dizaines de cavités naturelles vont assumer ce rôle et ce statut avec plus ou moins de succès. En effet, le revers de la médaille est moins glorieux : certaines grottes (Sirach dans les Pyrénées-Orientales ou la grotte de Campan dans les Hautes-Pyrénées par exemple) seront victimes de leur succès, dégradées et dépouillées de leurs concrétions conduisant à l’abandon de leur visite (Gauchon, 1997), Cette pratique touristique de pillage fut néfaste à de nombreuses cavités.

12Dans une phase pionnière, l’intérêt la valeur et le rôle d’attraction touristique des grottes ont été déterminés par leur situation géographique : la facilité d’accès et leur localisation ont participé à cet engouement pour les grottes. Ces cavités sont souvent proches des villages et des grandes routes parcourues par les voyageurs (Biot et Gauchon, 2005). Cette situation favorise une appropriation de ces lieux par la population locale et incite les voyageurs de passage à la visite. Les premières grottes fréquentées aussi bien à des fins scientifiques que de loisirs et d’excursions ont en commun la connaissance de leur existence de longue date. La faible pénibilité d’accès à l’entrée et la taille des galeries de la grotte faciliteront leur fréquentation. Les guides et les récits de voyages participent aussi à l’établissement de la géographie touristique des grottes.

13Cette phase exploratoire a permis une démystification du milieu souterrain et son appropriation par la communauté scientifique naissante comme domaine d’étude.

La valeur patrimoniale des cavités naturelles : émergence, constitution et reconnaissance

14Si à la fin du XIXe siècle et encore aujourd’hui, la connaissance du karst s’est affinée avec de nombreux travaux scientifiques, les explorations spéléologiques ont suivi sensiblement la même chronologie.

La structuration des explorations

15La deuxième moitié du XIXe siècle voit les débuts et la structuration de 1’exploration des grottes et des gouffres. Ce virage est amorcé par Édouard-Alfred Martel qui sera le déclencheur de ce développement. Sous son impulsion, la spéléologie se structure. En 1895, il crée la première association de spéléologie en France : la Société de spéléologie regroupait environ 150 personnes. Elle s’intéressait plus particulièrement aux recherches effectuées dans les grottes et à l’intérêt pratique qu’elles pouvaient présenter, d’un point de vue touristique (Limagne et Mangel, 2000). Cependant, il faudra attendre les années 1930 pour que se constituent les premiers groupements autonomes sous forme de clubs. L’actuelle Fédération française de spéléologie, créée en 1963 regroupe aujourd’hui environ 540 clubs affiliés (source : Fédération française de spéléologie). Le développement de leur activité permet l’exploration de nouveaux massifs karstiques et leurs nombreuses découvertes de cavités naturelles alimentent l’inventaire des grottes et gouffres connus dans le monde.

Protection du milieu souterrain

16La prise de conscience de la nécessaire préservation du milieu souterrain est relativement ancienne sans qu’elle soit réellement formalisée. Elle est avant tout liée à une activité touristique dans les grottes qui a été stimulée, pendant un temps, par les récits merveilleux qui y sont associés. Par exemple, à la grotte des Demoiselles dans l’Hérault, le problème de la conservation se pose dès 1833 quand son propriétaire envisage des aménagements pour en faciliter la visite. Le prêtre Lonjon qui avait réalisé les explorations 50 ans auparavant, émit un avis retenu sur ce projet et posa alors la question de la dégradation de la cavité face à une « densification » de la fréquentation : «  [... ] mais comment parerez-vous aux dévastations qui en seront la suite nécessaire ? [... ]. La nature a voulu protéger son ouvrage [...] » (Degrully, 1930).

Croyance sociétale et patrimoine karstique

À l’image des Sept merveilles du monde, une liste a été publiée au XVIIe siècle des Sept merveilles du Dauphiné, parmi lesquelles figurent deux grottes : les grottes de La Balme et les Cuves de Sassenage. La première avait pour réputation de servir de repère à Mandrin, célèbre « bandit » du Dauphiné et de la Savoie. La seconde est attachée aux légendes de la fée Mélusine.

Cette liste des curiosités naturelles dont on n’expliquait l’origine ou l’histoire que par le merveilleux des croyances populaires et l’absence d’explication rationnelle sur leur formation leur a valu ce statut de Merveilles qui ne faisait que renforcer la curiosité des visiteurs à leur égard. Patrimoine naturel avant l’heure, les Sept merveilles du Dauphiné restent toujours identifiées en tant que telles bien que depuis fort longtemps chacun de ces phénomènes ait été expliqué. Ce statut leur a valu une attention particulière et une protection précoce.

17Malheureusement ces prises de conscience restent isolées, et il est toujours de bon goût au XIXe siècle de ramener une concrétion comme souvenir de sa visite souterraine. Cette pratique ayant pour conséquence de vider de nombreuses grottes de ce qui en fait leur richesse.

  • 1 En 1891, E. A. Martel est fortement intoxiqué après l'absorption d'un "bouillon de veau" au gouffre (...)

18Si dans les années 1900, des alertes1 conduisent à la publication de loi de protection notamment concernant la qualité des eaux, ce n’est pas avant le milieu du XXe siècle que la communauté spéléologique (amateurs et scientifiques) et ses instances dirigeantes vont se préoccuper de la protection des sites souterrains (Tableau 1). Cette prise de conscience dépasse le simple monde des spéléologues : les grottes en tant que patrimoine doivent être protégées.

Tableau 1 – Principales dates et événements de la protection des sites souterrains

Années

Événements

1892 ou 1891 ?

Le « bouillon de veau » de E. A. Martel.

1902

15 février 1902. La loi Martel interdit tout jet de cadavre et de détritus putrescibles dans les grottes.

1950-51

Le comité national de spéléologie se préoccupe de la protection des sites souterrains.

1963

Fermeture de la grotte de Lascaux aux visites touristiques. Sensibilisation de la fragilité du patrimoine karstique et prise de conscience de la mauvaise connaissance dans le domaine de la karstologie et de la climatologie souterraines.

1969

Création de la commission nationale de protection des cavernes au sein de la FFS.

1970

Année de la protection et première organisation d’une sortie nationale de nettoyage des déchets dans une caverne.

1976

Loi du 10 juillet relative à la protection de la nature introduisant de nouvelles mesures de protection et s’étendant

au monde souterrain.

Un patrimoine karstique protégé

19Nous désignons par « patrimoine karstique », des biens naturels « présents dans le milieu karstique dont l’usage, effectif ou potentiel, et la valeur (économique, éthique, identitaire,...) ne peuvent être pérennisés que si l’intégrité et les qualités initiales de ces biens sont conservées ou réhabilitées pendant et après l’usage qui en est fait » (Hobléa, 2004).

Protection des sites et cadres juridique.

20La notion de patrimoine apparaît dans les instances gouvernantes aux XVIIIe et XIXe siècles avec notamment en 1830, la création de l’Inspection générale des monuments historiques. La première liste des monuments protégés date de 1840. Il faut attendre l’année 1887 pour que la loi du 30 mars 1887 soit votée :

« Elle concerne la conservation des monuments et objets d’art ayant un intérêt historique et artistique national, normalise les règles de la conservation du patrimoine et détermine les conditions de l’intervention de l’État pour la protection des monuments historiques ».

21Il n’est donc pas étonnant de constater que les premières grottes classées ne le seront pas au titre de leur intérêt naturel mais culturel. En effet, la reconnaissance définitive de l’art préhistorique conduira au classement parmi les monuments historiques des grottes de Combarelles et de Font de Gaume en Dordogne en 1902. La grotte, un bien naturel, est assimilée à un monument portant en son sein un patrimoine culturel d’intérêt national. Alors que les notions de culture et de nature entretiennent plutôt des relations conflictuelles, il est intéressant de constater qu’à travers la reconnaissance mémorielle des grottes, cette opposition s’est atténuée dans les cavernes.

22La première loi concernant les sites naturels est publiée le 21 avril 1906. Son objet est la protection des sites et des monuments naturels de caractère artistique. Elle reconnaît « une valeur patrimoniale à des paysages exceptionnels » (site Internet du ministère de l’Écologie, du développement et de l’aménagement durables). Elle résulte entre autres de l’action menée par le Club alpin français (CAF) et la Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de France. Il est à noter que les premiers clubs de spéléologie étaient souvent rattachés à des organisations de montagne comme le CAF qui, de fait, participera fortement à l’exploration karstique et au développement de la spéléologie. Les premières grottes classées sont les grottes de Corveissiat et de Hautecourt dans l’Ain, en 1909, ainsi que les grottes de La Barme en Haute-Savoie et des Abrands dans l’Ain (Gauchon, 1997).

23Mais c’est surtout avec la loi du 2 mai 1930, relative à la protection des monuments naturels et des sites de caractères artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque que les notions de sauvegarde et de protection s’étendent au patrimoine naturel : « l’objectif est de conserver les caractéristiques du site, l’esprit des lieux, et de les préserver de toutes atteintes graves » (site Internet du ministère de l’Écologie, du développement et de l’aménagement durables).

24La loi instaure le site protégé et prévoit. à l’instar des monuments historiques, un double niveau de protection : le classement et l’inscription. Cela implique d’une part une reconnaissance patrimoniale des biens, mais également que tout aménagement et travaux sont soumis à autorisation, ce qui n’est pas anodin dans le cas des grottes touristiques comme nous allons le voir.

Cavités naturelles et classement

25Les XIXe et XXe siècles se trouvent être des périodes-clés où se sont installées dans nos sociétés la protection des lieux (conservations officielles, pratiques collectives via des associations de sauvegarde mais aussi pratiques scientifiques...) ainsi que la mise en tourisme du milieu souterrain (Biot, 2006).

26Sur les 50 000 à 60 000 cavités répertoriées en France, environ 80 sont classées et un peu moins d’une cinquantaine inscrites au titre des sites. Il y a plus de cavités naturelles classées qu’inscrites. Ce rapport est inversé lorsque nous comparons l’ensemble des sites classés et inscrits. Nous pouvons apporter une ébauche d’explication à ce constat par le fait que la surveillance du milieu souterrain étant plus difficile qu’un bien naturel en surface (observable essentiellement par les spéléologues), le classement prévaut à l’inscription en termes de protection. De plus le classement se traduit dans de nombreux cas par la fermeture de la cavité (grotte Amélineau en Lozère par exemple) afin de la soustraire à des dégradations anthropiques potentielles. Les demandes de classement émanent le plus souvent des spéléologues eux-mêmes ou des services compétents de l’État pour une découverte remarquable, aussi bien d’un point de vue archéologique que cristallographique ou faunistique.

Tableau 2 – Les sites et les cavités naturelles inscrits et classés

Sites classés

Sites inscrits

Tout site confondu

2 639

4784

Uniquement les cavités naturelles

86

46

27Environ 120 grottes sont également classées au titre des monuments historiques et une trentaine le sont au titre de la protection de la nature (Cabrol et Gauquelin, 2000). Au total, environ 280 cavités sont l’objet d’une protection ce qui est bien minime eu égard à l’ensemble estimatif des grottes répertoriées (soit moins de 0,01 % de cavités classées).

Grottes touristiques et classement

28Une centaine de cavités naturelles sont aménagées pour le tourisme (Figure l). Parmi elles, 23 sont classées ou inscrites au titre des sites, 15 au titre des monuments historiques et 4 sont l’objet d’un double classement (Tableau 3).

Tableau 3 – Les cavités naturelles touristiques classées

Cavités aménagées protégées au titre des :

Avant le début de l’exploitation

Après le début de l’exploitation

Total

Sites classés

6

11

17

Sites inscrits

1

5

6

Monuments historiques

10

5

15

Sites classés et monuments historiques

0

3

3

Sites inscrits et monuments historiques

1

0

1

Aucun classement

0

0

57

Total

18

24

99

29La grande majorité des grottes touristiques classées au titre des sites l’ont été après leur aménagement et le début de leur exploitation. Ce qui n’est pas le cas des grottes protégées au titre des monuments historiques qui sont toutes des grottes préhistoriques où la reconnaissance de l’art pariétal et la richesse de certaines représentations rupestres ont déclenché une protection par une procédure de classement

30La mise en tourisme des grottes n’a pas de lien avec leur statut de protection. Plus de 80 % des grottes touristiques ont été aménagées et exploitées sans aucune protection réglementaire. Au contraire, un classement préalable aurait constitué une gêne pour l’aménageur et entravé les travaux. Un classement post-aménagement touristique est par contre très prisé des exploitants (quelles que soient les obligations qui l’accompagnent), leur attribuant une sorte de label de qualité qu’ils n’hésitent pas à afficher sur leur dépliant publicitaire sous la mention « site inscrit » ou « site classé ». Dans ce cadre, la demande de classement est le plus souvent à l’initiative des gérants de grottes touristiques. À l’échelle plus générale de l’ensemble des sites souterrains classés ou inscrits, la demande de classement peut émaner des spéléologues ou des scientifiques.

31Les outils législatifs de protection restent limités dans leur application : la protection des sites naturels en France a longtemps eu un caractère quasi exclusivement réglementaire. Un grand nombre de sites naturels, y compris parmi les plus célèbres et les plus fréquentés, n’est finalement pas véritablement géré. La majorité des sites classés au titre de la loi de 1930, par exemple, dispose rarement d’une instance de gestion. Toutefois, il semble que les cavités aménagées pour le public échappent à cet état de fait. En effet, les travaux nécessaires à la mise en tourisme d’une cavité protégée sont soumis à une demande d’autorisation. Sans ces travaux, l’accès au site pour le public est bien restreint et il semble donc plus difficile de contourner la protection légale.

32Cette importance de grottes aménagées et protégées permet de maintenir la qualité des sites. Malheureusement, certaines ont déjà souffert de dégradations postérieures à leur exploitation touristique ct du manque de connaissances scientifiques à l’époque de leur exploitation (grottes de la vallée de la Vézère, grotte de Lascaux en Dordogne ou les grottes d’Arcy dans l’Yonne). Limitant les agressions subies par le site, le classement leur confère une préservation sur le long terme et donc une préservation du site et du produit touristique. Des nuances restent à apporter quant à l’étendue de ces protections car elles concernent souvent uniquement la zone d’entrée de la cavité et non pas l’ensemble du réseau souterrain.

33Cependant la meilleure protection reste celle mise en œuvre par les exploitants pour maintenir un site de qualité. Lorsqu’il ne fait pas l’objet d’un classement, la protection du site ne dépend que de son exploitant et de sa politique de gestion. Dans le Vercors (Isère) aux grottes de Choranche, les exploitants l’ont très bien compris et entretiennent méticuleusement l’un des sites remarquables du patrimoine karstique.

34Les premières mesures légales de classement avaient pour seul but la protection d’un patrimoine naturel ou culturel. Il s’agissait de mettre en place, par un arsenal d’outils juridiques, la protection d’un bien. Aujourd’hui, un classement reste une procédure de protection mais est également un faire-valoir de l’intérêt touristique du lieu. La reconnaissance patrimoniale validée par un classement est une « signature » recherchée par les sites touristiques.

La promotion du patrimoine karstique dans le développement touristique

35Les efforts de protection et de valorisation du patrimoine karstique n’auraient pas de justification en soi si l’un des objectifs poursuivis n’était pas de mettre ses richesses à la disposition du plus grand nombre. Ainsi, les actions pédagogiques, de promotion et de valorisation assurent la pérennité du patrimoine qui devient un vecteur du développement économique, touristique local.

36Nous nous proposons d’aborder trois exemples différents de grottes qui sont reconnues comme composante du patrimoine karstique : la Fontaine-de-Vaucluse (Vaucluse), le gouffre d’Esparros (Hautes-Pyrénées) et l’aven d’Orgnac (Ardèche).

Le patrimoine karstique au secours d’une économie en crise

37La Fontaine-de-Vaucluse est une émergence qui a donné son nom à un type de système hydrogéologique : la source vauclusienne. Elle se caractérise par un plan d’eau de surface et un conduit de sortie ascendant. La Fontaine est fréquentée dès l’Antiquité. Les premières plongées se déroulent à la fin du XIXe siècle. Elles seront suivies de nombreuses autres, dirigées par des personnages comme Cousteau (Boulanger, 1970) qui y effectuera quelques plongées et expérimentera également un engin téléguidé pourvu de caméras et de radars, le « télénaute ». Ces explorations ont toujours eu un certain succès auprès du public et sont souvent relayées par la presse ou la télévision. Aujourd’hui avec 315 m de profondeur, la Fontaine-de-Vaucluse est la galerie noyée la plus profonde de France et possède une forte valeur patrimoniale.

38La commune de Fontaine-de-Vaucluse s’est entièrement reconvertie au tourisme depuis la fermeture, dans les années 1960, des papeteries qui en avaient fait la richesse (la dernière papeterie a fermé ses portes en 1968). Dans le cadre de cette reconversion, le développement s’organisa autour du site de la source de Fontaine-de-Vaucluse. En 1973, l’ouverture d’un moulin à papier Villa Clausas qui fabrique du papier à l’ancienne, renouait avec une activité industrielle disparue. Puis on vit apparaître : un musée du monde souterrain (environ 20 000 visiteurs annuels), créé en 1981 et repris en 2006 par la société qui exploite déjà le moulin à papier Villa Clausas, un musée du santon, ouvert en 1987 et un musée d’Histoire 1939-45, ouvert en 1990 qui reçoivent chacun moins de 20 000 visiteurs. Ces musées, intercalés de boutiques de souvenirs et de restaurants, bordent l’allée conduisant au site de l’émergence qui concentre la majorité de l’activité touristique.

39La Fontaine-de-Vaucluse, forte de sa valeur patrimoniale, a ainsi favorisé un rebond économique de la commune grâce à la ressource touristique qu’elle représente. Elle a ainsi permis d’assurer le développement local par une reconversion de l’activité industrielle, tout en laissant libre d’accès l’émergence de Fontaine-de-Vaucluse.

Valorisation touristique du patrimoine

  • 2 Lancées depuis le début des années 1980, les opérations Grands sites ont pour objectif majeur d'ass (...)

40L’aven d’Orgnac qui figure parmi les 5 premières grottes touristiques de France en termes de fréquentation. Elle est découverte en 1935 par R. de Joly qui souhaite alors rendre ce patrimoine accessible au public. Cette mise en tourisme de l’aven se déroule avec un souci de protection aujourd’hui renforcé. Il est classé en 1946 puis en 1974 à la suite de la découverte de nouvelles prolongations du réseau. Cette dynamique engagée avec Joly ne sera jamais infléchie. L’implication forte auprès des collectivités territoriales (département, région) et des pouvoirs publics et une réactivité aux attentes du public (notamment la mise en place d’un ascenseur pour limiter une partie de la remontée par escaliers) confèrent à l’aven d’Orgnac un rôle structurant de l’offre touristique et une reconnaissance patrimoniale à l’échelle régionale forte. Ce statut participera à la mise en place d’une opération Grand site2 (Duval et Gauchon, 2007) qui conduira à l’obtention du label Grand site de France en 2004 (seule grotte labellisée de France).

41Avec une fréquentation annuelle de 130 000 visiteurs, l’aven d’Orgnac joue un rôle de premier ordre dans le développement socio­ économique de la commune caractérisé par une grande complémentarité et une solidarité devenues quasi obligatoires entre la collectivité locale, ses habitants et son principal site touristique. Plus de la moitié des employés habite la commune d’Orgnac-l’aven. Ce qui contribue également à l’appropriation de l’aven par la population d’Orgnac. L’activité touristique engendrée se traduit également par la présence de deux hôtels-restaurants, d’un camping, et par le maintien de plusieurs commerces au village, établissements dont la fréquentation tient à la fois à l’aven lui-même et au contexte touristique régional. Une synergie se renforce aussi avec la cave coopérative d’Orgnac qui trouve auprès des visiteurs une clientèle non négligeable.

42Ce patrimoine karstique est la cheville ouvrière d’un développement local économique et social dont le plus récent témoignage la construction d’un petit lotissement avec une supérette et une station-service attenante.

43Ici, et sur la longue durée, c’est l’exigence patrimoniale qui porte la réputation du site touristique, et c’est la réussite touristique qui permet une meilleure valorisation patrimoniale (Biot, Duval et Gauchon, 2007). Cette relation tourisme-patrimoine est Je carburant qui alimente le moteur du développement local.

Un développement local basé sur le tourisme souterrain

44Le gouffre d’Esparros est un des joyaux du patrimoine souterrain caractérisé par la richesse de son concrétionnement. Ce gouffre des Hautes­ Pyrénées, connu depuis 1913, fut exploré en totalité juste avant la Seconde Guerre mondiale. en 1938, par Norbert Casteret qui ne se préoccupa pas de son aménagement mais de sa protection. Devant la richesse du gouffre et la fragilité du concrétionnement, l’accès à la cavité est tout de suite réglementé par ses inventeurs : une porte en fer ferme l’accès naturel au gouffre et les spéléologues souhaitant visiter doivent se faire accompagner. Ainsi, il est permis de découvrir le gouffre d’Esparros, mais sous certaines contraintes qui lui conservent sa notoriété et sa beauté. Il est classé au titre des sites en 1987 pour la richesse de ses concrétions et de ses formations cristallines d’aragonites. La valeur patrimoniale est renforcée par cette gestion drastique d’un bien naturel qu’il est nécessaire de protéger d’un libre accès incontrôlé !

45En 1993, un projet d’aménagement émerge : il s’inscrit clans un souci de développement local. En effet, l’aménagement et 1’exploitation touristique et commerciale du gouffre d’Esparros prend place dans une volonté de redynamiser la vie économique locale et sociale d’un secteur exclusivement agricole par l’activité touristique et par la création de quelques emplois. Le maître d’ouvrage de ce projet est la communauté de communes de Neste­Barronies. À son ouverture en 1997, le gouffre a accueilli plus de 30 000 visiteurs. Aujourd’hui, avec une moyenne de 25 000, il semble que l’allure de croisière soit atteinte.

46Le gouffre d’Esparros était connu des seuls spécialistes du monde souterrain (spéléologues ct scientifiques) et sa valeur patrimoniale restait « confidentielle ». Le classement et son ouverture au public ont contribué à faire connaître ce patrimoine karstique à un plus grand nombre et à le sortir de « l’ombre de la confidentialité ».

47La mise en tourisme de ce patrimoine karstique a permis d’asseoir un projet de redynamisation socio-économique local par le développement d’une offre de tourisme souterrain. La communauté de communes Neste­Baronnies s’est donc adjugé pour compétence, entre autres, la valorisation touristique de son patrimoine naturel et historique. Avec 25 000 visiteurs par an, le gouffre d’Esparros fut le premier produit d’un projet « gouffres et grottes » qui s’est poursuivi par la valorisation du site des grottes de Labastide en 2004 (recevant moins de 20 000 visiteurs). Ce projet s’est complété récemment par l’ouverture au public de la Maison des communes et de l’office de tourisme de Neste-Barronies. Outre sa mission d’accueil et d’information touristique, l’office de tourisme pourra accueillir des expositions et animations. Le patrimoine karstique devient ainsi un pilier du développement local.

Patrimoine karstique international

48La liste du patrimoine mondial de l’UNESCO compte 830 biens inscrits dont 644 biens culturels, 162 biens naturels et 24 biens mixtes. Ce déséquilibre entre biens naturels et culturels répercute la prise en compte tardive de la notion de patrimoine naturel. Bien que la sensibilité à la protection de biens naturels soit ancienne, le bennen d’inption en t ével Ce gouffre e protectioairedurisveau de praturel"/aiL3eique de la commune caractérref="#tocf+ href="-ycteur eu2uuass="texte"(tectio4 ,l par uom1n5tes de Co(ménagement et le débuttique de snvirctuune int un/e sorttpement) ;e">24

n class="num">2 Lancne caractérref="#tocf+ href="-ycteur eu2uu4s="texte"(tectio4 ,l par uom1n5caractèresct du manque 24

n class="num">2 Lcées depuis le début ducluse.

Valorisation touristique du ruction Cnac son VIIresntaine-de-Vquenth2 Lancées depuis le début des années 1980, les opérations Grands site50 bien restreition d (sb Fontaine-de- 25 000 Patri,acc pasjs="t qui ue de drort une reco. o prtectiosites remarcto18es monuments historiqt du minipéléoaclass="aine-de-oyaux ivitdnt aménlatitulse présatiCos, mais soueurs par an,t du minip,pan clan06. Son objet eco. fos,1938, par 000 38cadre, l18es monumeng terme XIXe 2 (Duval et Gauchon, 2007) qui conduira à l’obtention du label Gran5 site deSicc po prtec il semos futde lat ae redylass="iber">i="texte"viss et de emotiux ivi75Les effotouritde lscritestait connua tounue. mplicatian class= cly de Ft tourismde cltéologlscrrlturi’Éc an clan06o. fos,1938, par 000 e, un c de cooulsvÉcv ceésbl tiosites remar>Patrimeurs par an,ed> ével Ce gouffrrentaine celhesse. Cetteritors et son pon du sg terme XI

25e e protectioairedurisveau de praturel"/aiL3eique de la commune caractérref="#tocf+ href="-ycteur eu2uuistiques dations rui permeto prte, leur exploitation.compte tardiv pour la richesse de  ;e">24

n class="num">2 Lancne caractérref="#tocf+ href="-ycteur eu2uutiques et de no leurÉcologig terme X,ritestait connua re dçupliant publicitaAntiqion. nt n arce d’un g labpartemess="texte"Il suite régconcre dee cletion du l’un d’Esparros pauguristiqui ue omb des es,diasitecompagna di exclusivdispositioranattrdu gouffret poon 80 soagées ui-même etcompte tardiv pureégal totali

locale cas des grottité de l’acs. agées ui-même etd’u à l’s1px solid #000>Patriae">24

n class="num">2 Lcées depuis le début dui conduira à l’obtention du label Gran5pérativ qualit’un cam de cs 50a di exclusivdsbl te de la remoss="ten clacroitique. Plur le prtectiosr lider">27ice atson itions et a cavprin de se karstiqud’Orgnac. Lde l sites cltaurant on de e lievudes gronn tou soueursde emot par ses iores groent gle prtectemen

">Le pan>Ls cristal"visstouritde ls classde Ft le mt ls et expul epuis t ducott du miniturel. Bien que la sensibilité à la protection de biens naturels53i, avec unconfèrené de lmeurs par an,fres et grber">i= derytht déclr la qualité 00 s protégét de no lesistorique. Avec 25 000 s sites de caract s’est donc s iedtrtcass="textLos clpagna doppemenisibj des objectifs pour par l’ouver Neste-Barronies. Outre sa missundemandl. En effet, . Deation du pate pas ac. L00 t de no leurn termespi luVquentOrgnet sont so L00ee valorisatignacque. Plur la source de. En effet, gjoyaoriboitae

41Avec une f secteur exclusivement agr 20 000 vlage, xte"> par an, le gouffre turel. Bien que la sensibilité à la protection de biens naturels5from2n11Nlacnclan0, La Fonton pricheala xtoutcon. De plé »s.41e de nouvel bae mt lap classiemenadécouvertetes d’Arcy daurels, 162 biens natssior monumen saalemeser">38mt l"par Ce gouffrr sadelusée touristideotissemiorpuisrsoustns="texte listiq clasp cla grbe

ion. téll, lritorisetee qui contd’Arcy Labasts stique dans le développement tourisurel. Bien que la sensibilité à la protection de biens naturels5 bien naBELLEFOREST, F. (dposo1575,nt unCosmologuesiqioicone labeitesoccupln5" idtiq sort is,uC grnévat Sir uuiturel. Bien que la sensibilité à la protection de biens naturels5ui, avecBIOT, V.porte6,a proLte en tourisme de ce xte">5

bilité à la protection de biens naturels5soit ancBOULANGER. P.es plo,nt unGuide t">38ablirn iq sort is,uNisme de ls,dides moion nesa 267 pturel. Bien que la sensibilité à la protection de biens naturels60 bien reABROL, P.vat F. GAUQUELINporte0,a proLit également pareurs par an,ed>tetes d’Arcy daurels, 162ure ,nt unSpelunca Mn clapaiq sortn° 25,aAcs leur a2 vla l"s deienardiv leurte valeur patrimonxte> , par 0nt touris, ValonomiqD meport-21 noveLe cl1999,ap. 71-77turel. Bien que la sensibilité à la protection de biens naturels6 site deDEGRULLY, P.es p3o,nt un> leur estssclas sortMsp pe luV.uC arv leDéhes s105 pt urel. Bien que la sensibilité à la protection de biens naturels6pérativ atrHIENS,uC.es 878,nt unExcurou soune fait pas l plBalmaiq sortLyi poe en s,didons o55 pturel. Bien que la sensibilité à la protection de biens naturels63i, avecsUVAL .vat C. GAUCHONporte7,a proAdivyumberi1987 pour laepour maintenxte"> ure ,nt unAndiv leure éologuesiiq sortnxte 654 2/rte7,ap. 147-168turel. Bien que la sensibilité à la protection de biens naturels6from2n11GAUCHONpoC.es e et proD>38ablirn ed> hAntisure ,nt unKt to aiq sortmn claparln° et 248 pturel. Bien que la sensibilité à la protection de biens naturels6 bien naHABE, F.es e86,aRn 80 sol plCAnte projerir le ge protection r sn.e cas es,diasi es sites. Md’pan cgalesrir le ges sites uitde ll 1e , par 0nt tourisure ,nns="tt unGs sites uitde ll /stro , par iq sortAcs leurpan clasnle grotte labellin crielle disuitae éomorph siiq3-4 septeLe clEspa,atriC auxmis F ids,ap. 23-40turel. Bien que la sensibilité à la protection de biens naturels6e à un pIMAGNE, R.vat L ANGELporte0,at un>é en 1981 it la r sitt du minipiq sortD prteciber">42e du manque de cux Guember">47http://www.e co si.gism.fr/​ue unformatio-mitde /​touristiqugo " nt àle-3698">ber"rmespigémergval . Bien que la suclusnaisrom2n1 href="#totectil"/aiL3eique de la iot, Duval totectil"tection de bi la ">Nom2nsite depement local.

bilité àrom2nbaspig">touristiquF et uneSymbol" sance plation e platexta>e a f891, E. A. rter ses scaliclassgomoxsri 'absorpt pare'/s "bouillt son veau"fragilité d le go de e">touristiquF et uneSymbol" sance p2ation e p l’éce