Navigation – Plan du site
Partie I

Le tourment culturel en géographie

Pourquoi ?
Paul Claval
p. 7-23

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cette conférence dresse le bilan du tournant culturel que la géographie traverse depuis une génération et souligne un de ses aspects singuliers (Claval, 2007 ; 2012a) : la mutation fait naître chez les chercheurs des sentiments de doute au lieu du climat de certitude qu’entraîne une rupture épistémo­logique ou une révolution scientifique. Les géographes découvrent les faiblesses des approches qu’on leur a enseignées, s’interrogent sur des orientations qui leur paraissaient acquises, apprennent à se défier de leurs intuitions, se penchent sur leurs motivations profondes et inventorient les intérêts qu’ils servent consciemment ou inconsciemment. Le plaisir d’ex­plorer de nouvelles pistes se double d’inquiétude. Voici les réflexions que suggère ce changement de perspective.

Mener des recherches dans un climat d’incertitude

Le nouveau climat d’incertitude de la recherche

2Cela fait trente ans que pour caractériser les problèmes que connaissent aujourd’hui les sciences de l’homme et de la société, on parle de tournant : tournant linguistique en histoire, tournant spatial en sociologie, tournant culturel en géographie. Que souligne-t-on ainsi ?

3Qu’adopter l’approche culturelle, c’est accepter une démarche modeste, dans laquelle il n’est d’autre certitude que celle que l’on bâtit peu à peu et de manière toujours provisoire, à travers la confrontation des points de vue et des interprétations – la démarche de l’érudition plus que celle de la preuve expérimentale, comme le rappelle Jean-Marc Besse s’appuyant sur Dardel :

« La géographie est un savoir qui doit, selon Dardel, mobiliser de manière préférentielle les techniques du déchif­frement et de la lecture, de la compréhension et de l’interprétation, plutôt qu’une science de la nature soucieuse du régime de l’explication et de la déduction » (Jean-Marc Besse, 1990, p. 158-159).

Un nécessaire décentrement

4La géographie classique comme la nouvelle géographie concevaient la description et l’étude de notre planète d’un point de vue naturaliste. Les réalités terrestres étaient assimilées à un ensemble d’objets qui pouvaient et devaient être étudiés de l’extérieur, à partir de concepts et de catégories définies par le chercheur. 

5Ce que dit l’approche culturelle, c’est que les objets dont traite la géographie sont créés par des hommes dont nous ne pouvons saisir de l’extérieur les motivations, la logique et les perspectives. L’approche culturelle impose un décentrement : le chercheur doit se défaire de ses idées pour s’imprégner de celles mises en œuvre par ceux qu’il étudie.

6Premier exemple : le paysage. Celui qui intéresse l’approche culturelle est construit, lu et interprété par ceux qui l’ont façonné, qui l’entretiennent et qui le vivent ; c’est le paysage des autres ; ce n’est plus celui que le spécialiste décryptait grâce à sa démarche « scientifique » (Claval, 2012b).

7Deuxième exemple : l’espace. À l’époque classique les géographes y distin­guaient des régions en fonction de l’uniformité des ensembles qu’ils repéraient ou des relations qui se tissaient en leur sein. L’approche culturelle étudie la manière dont les individus et les groupes occupent l’espace, s’y déplacent, y vivent et le transforment. Ils le lestent de valeurs symboliques, s’identifient à lui ou s’y sentent étrangers. Ils cherchent à se l’approprier. L’approche culturelle s’intéresse au pays et au territoire, et se détourne de la région au sens classique du terme (Claval, 2006). L’espace qu’elle aborde n’est jamais une étendue neutre.

8Un bouleversement complet de la démarche est donc en cours : c’est pour cela qu’il vaut mieux parler d’approche culturelle que de géographie culturelle.

Refuser les simplifications jusque-là pratiquées par les sciences de l’homme et de la société.

9La tâche des sciences de l’homme et de la société est écrasante : elles étudient à la fois (i) l’individu, ses besoins, ses préférences, ses goûts, ses habitudes et ses représentations, et (ii) la société, ses bases et son fonction­nement. Les chercheurs ont eu longtemps recours à des hypothèses qui leur permettaient de simplifier ce travail.

101- Parfois, on supposait que, placés dans les mêmes conditions, les individus étaient amenés à faire les mêmes choix parce qu’ils étaient soumis aux mêmes conditionnements : pour certains géographes de la fin du XIXe siècle ou du début du XXe, ceux-ci étaient environnementaux : c’était l’hypothèse déterministe. Pour d’autres, les influences dominantes étaient sociales : ceux qui appartenaient à la même caste, à la même classe ou au même groupe ethnique pensaient et agissaient de la même façon.

112- Autre hypothèse simplificatrice : certaines disciplines supposaient que les décisions humaines étaient rationnelles, si bien que pour les connaître, il suffisait au chercheur de se mettre, par l’esprit, à la place de ceux qu’il analysait : pas besoin de mener d’enquêtes ! L’économie s’était construite de cette façon ; la Nouvelle Géographie des années 1950-1960 en fait autant.

123- Pour beaucoup d’historiens, de sociologues ou de politologues, les choix éclairés étaient le fait des élites responsables de l’expansion économique et du processus de civilisation. Les géographes soulignaient, à l’inverse, que les décisions prises par les agriculteurs, les éleveurs, les mineurs ou les artisans permettaient aux sociétés de tirer de l’environnement ce qui était indispen­sable à leur entretien et au développement de leurs activités. Avant que le thème ne soit repris, trente ans plus tard, par l’École des Annales, la géographie était la seule discipline à considérer comme rationnel le compor­tement des strates inférieures des populations étudiées.

13L’approche culturelle condamne les simplifications qui avaient cours jusque-là : plus prudente, elle attache plus de soin à définir les bases sur lesquelles repose sa démarche.

Appréhender géographiquement la culture

14Comment appréhender géographiquement la culture, désormais au centre des préoccupations ?

La géographie culturelle traditionnelle :
préciser le rôle des outils et des autres artefacts dans la vie des individus et des groupes

15La géographie culturelle de la première moitié du XXe siècle s’attachait à tous les éléments matériels que les hommes mettaient en œuvre dans leurs relations à l’environnement : plantes et animaux domestiqués, outils, constructions.

16On considère volontiers ces approches comme dépassées. C’est oublier leur apport essentiel : comprendre les sociétés humaines implique la prise en compte de ce que les hommes ont inventé pour prolonger leurs gestes et les rendre plus efficaces (Leroi-Gourhan, 1943-1945 ; 1955 ; 1964-1965) ; les hommes ne peuvent être géographiquement saisis qu’à travers les instru­ments qu’ils inventent et les éléments de nature qu’ils mettent à leur service (Haudricourt, 1987). En tant qu’acteurs, ils ne peuvent être séparés de ce dont ils s’entourent et qui les aide à agir – en cela, la géographie culturelle classique annonce les réflexions de Bruno Latour (1989) sur l’acteur réseau.

La géographie culturelle aujourd’hui :
l’attention portée aux signes, aux symboles, aux discours

17Le tournant que la géographie vient de traverser implique une mutation profonde dans l’image que l’on se fait de la culture. Celle-ci n’est plus uniquement composée d’artefacts : elle est aussi et surtout faite de signes, de discours, de symboles (Clifford, 1988 ; Kuper, 1999) ; elle inclut tout le versant idéel de l’existence (Godelier, 1984) : il convient donc de mettre l’accent sur les représentations et les imaginaires.

18Ce changement de perspective était indispensable. Il souligne le rôle des réseaux dans lesquels évoluent les êtres humains – mais il s’agit ici des réseaux d’information.

Prendre en compte la matérialité du corps
et leurs représentations

19La géographie traditionnelle était dans une large mesure une science du regard. Le corps n’était impliqué qu’à travers la vue.

20On sait aujourd’hui que le géographe est également motivé par le désir qu’il éprouve d’entrer physiquement en contact avec les choses et les êtres : il désire les embrasser par tous ses sens (Lefort, 2012). La discipline s’en trouve modifiée : elle n’est plus le fait de purs esprits. Elle a des assises corporelles, trop longtemps négligées (Volvey, 2000). Il faut réparer cet oubli : la géographie que vit un enfant n’est pas celle dont les adultes font l’expérience ; celle des femmes diffère de celle des hommes. Une géographie du « genre » se développe, qui souligne que les caractères sexuels des hommes et des femmes sont culturellement construits.

Appréhender le temps

Le passé, le présent et le futur dans la géographie classique
et dans la Nouvelle Géographie

21La géographie classique ignore le futur ; elle s’intéresse fondamentalement au présent, mais ne peut être coupée d’un passé qui conditionne les distributions observables dans le monde d’aujourd’hui : la géographie historique apparaît comme un complément nécessaire des travaux que les chercheurs consacrent au monde actuel.

22La position de la Nouvelle Géographie des années 1960 est différente. L’objectif premier des géographes est toujours d’expliquer le présent, mais la durée où s’inscrivent les processus sur lesquels elle se penche n’est pas le temps irréversible de l’histoire, mais celui, reproductible à l’infini, de l’explication scientifique.

23La Nouvelle Géographie s’intéresse au futur – mais ce futur ne diffère du présent que par l’intensité plus ou moins grande des flux, la densité plus ou moins élevée des populations, l’occupation plus ou moins continue du sol – un futur prévisible parce que déjà en germe dans le présent. La prospective n’offre qu’une connaissance limitée de l’avenir.

Le passé, le présent et le futur selon l’approche culturelle

24Ce qui paraît aujourd’hui intéressant, ce n’est plus le temps historique des systèmes sociaux ou la durée abstraite des processus. C’est l’expérience des jours qui coulent et le sens qui lui est donné – c’est la mémoire plus que l’histoire.

25L’approche culturelle s’attache au passé pour deux grandes raisons : (i) dans une large mesure héritée, la culture d’aujourd’hui dépend de celle d’hier (ce qui ne veut pas dire qu’elle la reproduit automatiquement et en tout point) ; (ii) chacun est porteur d’une mémoire individuelle et collective, qu’il accepte ou rejette, valorise ou dévalorise.

26La géographie d’aujourd’hui s’intéresse également au futur : ce qui sera diffère évidemment de ce qui est et de ce qui a été : les réalités qui le caractériseront n’existent encore que dans l’esprit des gens.

27L’approche culturelle saisit la culture à travers les valeurs embrassées par les hommes d’hier, d’aujourd’hui et de demain, à travers les images qu’ils se font des mondes révolus et actuels, et à travers celles qu’ils projettent dans le monde de demain ; elle ne dit pas seulement ce qui a été, ce qui est et ce qui sera sans doute ; elle dit ce qui a été reçu du passé, ce pour quoi on l’apprécie, ce pour quoi il apparaît comme une richesse – d’où l’intérêt qu’elle manifeste pour le patrimoine. Le futur que laisse entrevoir l’approche culturelle est nourri d’imaginaire et fait une large place à l’utopie (Claval, 2015). Alors que l’avenir de la prospective s’inscrivait dans la grisaille du déjà vu, celui dont parlent les nouvelles orientations se pare des couleurs du rêve.

Penser l’individu et la société

28La géographie s’attache aux réalités sociales et spatiales, et analyse les liens qui existent entre elles : l’individu, la société, le lieu, l’espace. Choisir l’approche culturelle, c’est repenser ces catégories.

L’individu

29Les chercheurs doivent à la fois explorer les conditionnements que subit l’individu, mesurer la part d’initiative qui lui revient et les circonstances où il la met en œuvre.

  • 1 La distinction entre structuralisme et structurationnisme, familière à nos collègues anglo­phones, (...)

30L’individu n’est plus une réalité sans âge et sans sexe. Comme le souligne la time geography à la manière de Hägerstrand, les leçons que chacun reçoit au cours de son existence, les lieux où il les vit et le contexte dans lequel elles sont enseignées, ne sont jamais exactement les mêmes. Ces idées sont à l’origine du spatial turn qu’a connu la sociologie dans les années 1980 : elles ont conduit la génération d’Anthony Giddens à opter pour un structura­tionnisme qui ignore les déterminations massives qui caractérisaient le struc­turalisme et redonne à l’individu une relative autonomie1 (Claval, 2007).

31Le géographe étudie des femmes ou des hommes. Il les saisit à différents moments de leur vie ; la part qu’ils doivent à ce qu’on leur a transmis et celle qui résulte de leur expérience personnelle varie avec l’âge.

32La géographie d’hier ignorait les problèmes d’identité. Ils sont pourtant universels parce qu’ils naissent de l’alternative où se trouve tout individu d’accepter les normes du groupe où il vit et de s’identifier à lui, ou de les refuser – et de risquer d’en être exclu.

33Les situations qui mettent en jeu les identités se renouvellent chaque fois que des groupes entrent en contact. Cela conduit à réévaluer les situations coloniales : les groupes dominés ne s’effacent pas sans résister, mais la confrontation les transforme ; elle affecte aussi les groupes dominants. L’interprétation des faits de colonisation s’en trouve bouleversée. C’est le domaine des colonial studies, et comme la confrontation ne cesse pas le jour de l’Indépendance, des postcolonial studies.

La société

34La société n’est pas une construction supranaturelle qui s’imposerait à tous. C’est une création humaine, sans cesse reprise, toujours imparfaite et qui comporte des zones d’ombre, des marges, des périphéries, des aires de non-droit, des anti-mondes. Elle varie d’un lieu à l’autre et d’un moment à l’autre, ce qui donne parfois naissance aux hétérotopies dont parle Michel Foucault (1985-1986). Modelée par l’éducation que reçoivent les gens et les valeurs auxquelles ils croient, la société n’existe, comme unité, que dans leur conscience.

35La sociologie a longtemps posé comme principe que tous les groupes secrétaient du lien social et constituaient des sociétés, et que celles-ci présentaient les mêmes caractères sur tout l’espace où elles étaient installées. Elle donnait ainsi deux sens au terme : (i) le premier était descriptif : une société regroupait tous ceux qui vivaient dans un même espace ; (ii) le second était prescriptif : une société imposait des usages identiques – langue, droit, monnaie, etc. – de son centre à ses frontières.

36On ne croit plus que tous les groupes secrètent du lien social et constituent des sociétés : ils diffèrent profondément par leur nature et par leur ressort, et sont rarement homogènes (Dubet, 2006 ; Dubet et Martuccelli, 1998).

37Dans le courant du XIXe siècle, l’habitude s’était prise d’analyser la diffé­ren­ciation des sociétés en termes de classes. Les classes laborieuses étaient pauvres parce qu’exploitées, mais elles faisaient partie de la société – ce qui justifiait les politiques sociales qui visaient à améliorer leur sort. Le monde actuel voit les inégalités, un temps réduites, se creuser à nouveau. Le chômage se généralise, les jeunes ont mille difficultés à trouver un emploi, les immigrés ne peuvent pas (ou ne veulent pas) sortir de leur communauté. Une partie de la population se trouve ainsi placée hors de la société : le monde social se caractérise davantage par l’exclusion que par la division en classes.

38Pas plus que l’individu, la société ne constitue une donnée stable. Au géographe de qualifier l’organisation, la cohésion et la différenciation spatiale des groupes qu’il étudie. Cela suppose qu’il définisse la nature des lieux, des milieux et de des espaces où ils évoluent.

Appréhender le lieu, l’espace et le milieu

39Les géographes ont longtemps parlé de lieux, de contrées, de pays, de régions, de milieux sans s’interroger vraiment sur le sens de ces mots. Ils n’employaient guère le terme d’espace qui, pour eux, appartenait davantage au vocabulaire de la géométrie, de l’astronomie et de la géodésie qu’à celui de leur discipline.

Le lieu dans la géographie classique

40La géographie classique se définissait comme une science des lieux parce qu’elle mettait l’accent sur le caractère concret, directement accessible de son objet.

41Pour Vidal de la Blache, qui mettait au cœur de la démarche géographique la dialectique des échelles, l’attention accordée aux lieux ne signifiait pas que le local soit privilégié. Ses disciples eurent, en revanche, tendance à isoler les localités ou aires qu’ils étudiaient et à ignorer ce qui les liait à des environnements extérieurs : d’où leur prédilection pour les monographies régionales.

L’espace dans la Nouvelle Géographie

42La nouvelle géographie est une science de la vie sociale telle qu’elle se déploie dans l’espace. Elle met l’accent sur l’étendue dans la mesure où celle-ci supporte les pyramides écologiques dont les groupes humains tirent leur subsistance, et voit s’inscrire les activités productives et l’habitat. Elle souligne le rôle de la distance, puisque celle-ci fait obstacle aux relations humaines.

L’approche culturelle et l’espace

43La première phase du tournant culturel, dans les années 1970, se marque par un retour spectaculaire au lieu parce qu’on ne veut plus d’une théorie desséchante, d’une discipline sans couleur locale.

44En dessous de la pellicule des couleurs et des formes, le local n’est plus conçu comme isolé : c’est une scène où des forces lointaines entrent en jeu. Le lieu est le point de rencontre d’influences variées, d’idées venues d’ailleurs et d’intérêts d’une autre échelle. Il reflète désormais ce qui se passe à l’échelle globale : à la suite de Swyngedouw (1997), on dit qu’il y a glocalisation.

45Le lieu apparaît nécessaire à l’approche culturelle non plus parce qu’isolé, il est le théâtre de phénomènes plus purs et plus authentiques, mais parce que c’est là que se croisent nécessairement les idées, les imaginaires, les relations institutionnalisées, les forces économiques et les jeux de pouvoir.

46Le retour au lieu n’implique pas un abandon de l’espace. Il témoigne seulement d’un fait capital : les courants, les entraînements, les forces qui structurent celui-ci ne se mêlent et ne composent pas dans l’abstrait. C’est dans des lieux qu’ils se rencontrent, dans des lieux qu’ils s’affrontent. Ils le font en particulier dans les espaces publics, dont les groupes essaient souvent de s’assurer le contrôle symbolique, ce qui est une façon pour eux d’affirmer leur existence.

L’approche culturelle et le milieu

47Le milieu et l’environnement jouent un rôle plus important encore que le lieu dans la géographie classique, qui est conçue comme une écologie de l’espèce humaine à un moment où l’écologie est encore balbutiante. 

48La Nouvelle Géographie n’apporte guère d’avancées en ce domaine, quoique l’écologie ait fait de grands progrès et sache désormais analyser les éco­systèmes : c’est que la discipline n’accorde alors qu’une attention discrète aux rapports hommes/milieux : elle s’intéresse surtout aux relations que les hommes tissent entre eux.

49Comme le montre Augustin Berque (2000 ; 2014), le tournant culturel rétablit l’équilibre : il fait de l’analyse des rapports de l’homme et de l’environnement un de ses thèmes majeurs, mais au lieu d’emprunter à l’écologie son cadre naturaliste d’analyse, il aborde la question en partant des hommes. C’est le sens de la mésologie.

50L’approche culturelle renouvelle ainsi les conceptions de l’espace, du lieu et du milieu sur lesquelles s’appuie la géographie.

Le monde des valeurs et l’espace

51La géographie classique comme la Nouvelle Géographie avaient en com­mun de ne pas s’attacher aux valeurs, car celles-ci appartenaient à la sphère de la subjectivité. L’approche culturelle récuse les présupposés positivistes ou néo-positivistes des démarches scientifiques d’hier. Les individus et les groupes auxquels elle s’intéresse partagent des croyances, pratiquent des religions, souscrivent à des idéologies. Comment les aborder dans une perspective géographique ?

Les formes revêtues par les croyances

52Les individus et les groupes auxquels s’attache l’approche culturelle parta­gent des croyances. D’un groupe à l’autre, d’une époque à l’autre, celles-ci revêtent des formes différentes (Claval, 2008).

53Le sens que beaucoup de groupes attachent au cosmos, à la nature, à l’humanité et à l’existence de chacun, s’exprime à travers des récits colorés qui mettent en scène des plantes, des animaux, des hommes et des êtres imaginaires. Ces mythes parlent d’un autre temps, d’une autre durée – celle de l’immémorial. Les réalités n’y sont pas les mêmes : la transparence y règne et les hommes dialoguent aussi bien avec des plantes qu’avec des animaux ou avec des êtres surnaturels. Les croyances s’expriment à travers ces mythes. Comme l’a montré Lévi-Strauss, leur signification tient à leur structure, aux couples d’êtres qui y sont en contact, aux séquences où ils interviennent. Il suffit d’inverser celles-ci pour tirer de récits voisins des conclusions différentes.

54Aux croyances dont le mythe est porteur s’opposent celles des religions de la révélation. Le récit qui les fonde cesse de se situer dans la durée vague de l’immémorial. L’ère des cultures de l’écrit s’est ouverte. Le discours où sont consignées les croyances naît d’une révélation qui s’inscrit dans l’histoire : Dieu a fait connaître aux hommes ses commandements par l’entremise d’un prophète auquel il les a confiés, ou d’un texte qu’il a lui-même tracé de son doigt dans la pierre de la Loi.

55Platon raconte l’expérience de prisonniers enchaînés dans une caverne et qui ne connaissent du monde que les ombres projetées sur ses parois par un feu allumé à l’extérieur. Ce que nous révèle ce mythe, c’est l’existence du monde des Idées : il s’agit de l’espace transcendant des essences qui gouvernent le monde – l’univers de la métaphysique.

56Les croyances des sociétés modernes revêtent souvent une autre forme. Ce sont des idéologies. À une époque où la pensée scientifique s’affirme, plus question d’aller chercher la Vérité dans l’immémorial du mythe, dans la parole d’un Dieu transcendant ou dans l’au-delà abstrait de la métaphysique. La vérité n’est valable que si elle s’inscrit ici-bas. C’est ce qui caractérise les récits situés dans une préhistoire imaginaire qu’élaborent les fondateurs des philosophies politiques – et accessoirement des sciences sociales – du monde moderne : Hobbes, Locke ou Rousseau (Claval, 1980).

57Pour respecter les nouvelles exigences de rigueur qu’exige la science, le récit qui fonde les idéologies change de forme dans la seconde moitié du XIXe siècle. C’est désormais dans la mise à jour d’un inconscient collectif ou individuel, humain ou naturel, que le trouvent Marx, Freud, certaines formes de la linguistique ou l’écologisme.

L’origine des valeurs : la prise de conscience d’un autre monde

58L’approche culturelle souligne ainsi la diversité des croyances qui circulent dans les groupes humains et met également en évidence ce qu’elles ont en commun : elles se présentent sous la forme de récits. Ceux-ci tirent leur force de ce qu’ils émanent d’espaces hors d’atteinte de ceux auxquels ils s’adressent.

59Le mythe nous ramène aux origines ; la révélation vient d’un ailleurs divin ; l’idéologie s’accroche au passé révolu de l’Âge d’Or, au présent inaccessible de la Terre sans Mal, au futur indéfini de l’Utopie, ou à l’en-deçà caché des inconscients (Claval, 2008).

60Que le passage du réel au surnaturel soit une expérience commune, Jean-Marc Besse le rappelle lorsqu’il réfléchit à ce que signifie l’horizon :

« … l’horizon exprime […] beaucoup plus que l’existence de mondes lointains. Ce terme a une portée ontologique tout autant qu’épistémologique. Il renvoie à la part d’invisible qui réside dans tout visible, à ce pli incessant du monde qui fait du réel, définitivement, un espace inachevable, un milieu ouvert et qui ne peut être totalement thématisé. L’horizon est le nom donné à cette puissance de débordement de l’être qui se présente dans le paysage » (Besse, 2009, p. 53).

61C’est cette puissance de débordement de l’être qui donne accès à d’autres mondes qui apparaissent tellement plus vrais et plus authentiques que le nôtre que nous ne pouvons que les imiter. Jean-Marc Besse le rappelle :

« Car si le paysage est porteur d’un potentiel critique vis-à-vis de l’état du monde, c’est sans doute parce qu’au fond de tout paysage réside quelque chose comme une géographie utopique et un principe d’espérance […]. Mais c’est surtout que l’idée même de la fin du monde, tout comme celle de la fin des paysages, est une idée contradictoire. Un monde dont je peux me représenter le commencement et la fin n’est plus pour moi qu’un objet, dont certes je peux faire le tour par le regard ou la pensée […], mais que je n’habite plus » (Besse, 2009, p. 68-69).

La voie chinoise et les valeurs selon François Julien

62Les essais que François Jullien multiplie depuis vingt ans soulignent les spéci­ficités de la pensée chinoise : elle préfère le jeu de translations latérales au mouvement de la transcendance (Jullien, 2009). Est-ce à dire que les Chinois se privent de toute référence puisée dans des ailleurs ? Non, mais ils les situent moins loin et ne leur attribuent pas une altérité aussi totale que celle qui fonde les manières occidentales de concevoir le monde et la société.

63Il y a là tout un domaine à explorer et préciser.

 Des perspectives épistémologiques nouvelles

D’une épistémologie de l’explication à une épistémologie de la compréhension : des approches herméneutiques

64La géographie est depuis toujours une description du monde – le mot le dit. Elle s’était transformée dans le courant du XIXe siècle, en une description explicative. Le souci d’explication devient plus explicite avec la Nouvelle Géographie.

65La première mutation qu’entraîne la rupture du début des années 1970, c’est la volonté nouvelle de comprendre plutôt que d’expliquer. La logique du monde que les géographes observent leur est a priori inconnue : le paysage a été façonné par des acteurs dont il faut comprendre les besoins, les aspirations et les projets ; ils sont vécus par des individus et des groupes qui y investissent leur sensibilité. Pour pénétrer ainsi des logiques que nous ignorons et qui ne sont pas forcément rationnelles, il convient d’adopter une démarche herméneutique (Besse, 1990).

La revalorisation des interprétations élaborées par les personnes étudiées, la relativisation de celles des chercheurs

66Cette première mutation a une signification capitale : le chercheur ne se situe pas dans une sphère qui dominerait celle du commun des mortels – celle de la raison scientifique. Il ne peut récuser les attitudes et les décisions que prennent ceux qu’il étudie : celles-ci se trouvent revalorisées.

67Les savoirs vernaculaires comme ceux des élites traditionnelles cessent donc d’être systématiquement dépréciés. Les connaissances rationnelles que permet­­taient de construire les approches « scientifiques » perdent du même coup une partie de leur aura. Les géographes apprennent à se montrer critiques vis-à-vis des savoirs qu’ils produisent.

D’une épistémologie du regard à une épistémologie du désir. Anne Volvey, Yann Calbérac, Isabelle Lefort

68Dans un numéro récent des Annales de Géographie, Anne Volvey, Yann Calbérac et Isabelle Lefort (2012) soulignent la troisième dimension des muta­tions en cours. Comme je le rappelais plus haut, « la géographie tradition­nelle est dans une large mesure une science du regard. Le corps n’est impliqué dans la construction de la vérité qu’à travers la vue ». La perception que le chercheur se fait du monde ignore les autres sens et l’expérience corporelle.

69En parlant de géographies du désir, Isabelle Lefort (2012) souligne l’origi­nalité profonde des approches développées pour explorer ces domaines.

Causalité utopienne et rôle de l’imaginaire

70La géographie classique explorait des jeux de causalité linéaire. La Nouvelle Géographie insistait sur la causalité systémique qui naît des boucles de rétro­action : ce sont elles qui permettent la régulation d’ensembles complexes.

71Pour expliquer comment les hommes aménagent l’espace, l’approche culturelle prend en compte les images que ceux-ci construisent du futur : c’est une causalité utopienne (Claval, 2015), comme le suggère Henri Lefebvre (1973/2000) lorsqu’il se penche sur les mouvements sociaux des années 1960 et 1970. Pour Castoriadis (1975), la société naît de l’imaginaire collectif, un imaginaire présent au tréfonds de chaque être et qui témoigne de son pouvoir de création.

72On retrouve là une interprétation du social présente dès l’entre-deux-guerres chez Marcel Griaule ou Michel Leiris (Clifford, 1988) : elle n’était pas fonc­tionnelle et trouvait sa source dans la dimension symbolique de la nature humaine.

Approche culturelle et géographie sociale

73Des accusations ne cessent de viser l’approche culturelle : glorifiant l’auto­nomie de l’individu, ignorant des déterminations économiques, refusant de prendre en compte le poids des structures sociales, elle souffrirait d’un biais idéaliste.

74Ces accusations ne sont pas recevables. L’approche culturelle est sensible, c’est vrai, au rôle de l’initiative individuelle, mais elle est l’également au poids de la société et met l’accent sur les liens que les hommes tissent entre eux : c’est par les chenaux qu’ils créent ainsi que transitent les notions qui modèlent leur connaissance du monde et les valeurs qui donnent un sens à leur existence personnelle et collective.

75À côté des faits de stratification – et des conditionnements dont ils sont responsables –, elle prend en compte tout ce qui résulte de la transmission des habitudes, des représentations, des imaginaires et des pratiques – et qui constitue la strate la plus fondamentale de l’existence sociale.

76L’approche culturelle ne se contente pas d’étudier la vie des adultes ; elle se penche sur les jeunes et suit, de leur naissance à l’âge adulte, la manière dont la société les initie à leur environnement matériel et social, leur apprend à le juger et les prépare à agir.

77La géographie culturelle ferait fi des instances dominantes, qu’elles soient économiques ou sociales ? C’est oublier que l’économique et le social n’existent que comme catégories culturellement définies.

78La discipline que fait naître l’approche culturelle est une géographie sociale et culturelle – où culturelle et sociale, peu importe l’ordre des termes.

Approche culturelle et dérives idéologiques

79Tout système de pensée est susceptible d’interprétations diverses. C’est le cas de l’approche culturelle : pour les chercheurs, l’idée de culture est d’abord descriptive, mais prend parfois une dimension prescriptive.

Les interprétations idéologiques du XIXe siècle

801- Pour Tylor, la culture rassemble tout ce qui chez l’homme n’est pas inné : définition qui met l’accent sur la transmission des savoirs et la formation des hommes.

812- Ferdinand Tönnies confère à la communauté une forte charge émotive : ce qui rend ce type de groupement attachant, ce sont les valeurs qui le caracté­risent et le structurent : une profonde solidarité entre ses membres, le sens de l’entraide, des croyances partagées ; la communauté est une entité morale ; elle repose sur des pratiques et des convictions qui lui confèrent une grande authenticité. La société, que la modernité fait triompher, est individualiste. Ses membres n’ont d’autre souci que leur bonheur égoïste. Ils ne sont unis que par les échanges qu’ils pratiquent. À l’idée de communauté est donc associée celle d’une culture qui repose sur de solides vertus. La société est bien moins attachante.

823- Certains rendent compte de la diversité des mœurs, des institutions et des outillages en termes de races. Celles-ci sont inégalement douées. Lorsqu’elles se mélangent, ce sont leurs faiblesses et leurs défauts qui s’additionnent. Rien ne vaut les races pures !

Les interprétations idéologiques de la première moitié
du XXe siècle

83Au début du XXe siècle, le progrès des recherches sur la culture doit beaucoup à l’anthropologie culturelle américaine que Franz Boas marque profon­dément. L’étude de toute culture n’est pour lui scientifiquement possible et valable que si le chercheur s’abstient de la juger d’un point de vue moral et de la classer selon une échelle de valeurs.

84Le point de vue moral, qu’on a voulu chasser, reparaît cependant. On apprend avec Ruth Benedict à analyser les configurations de culture : comment ne pas les apprécier en artiste, pour la subtilité, la cohérence ou la puissance de leurs traits ? Margaret Mead fait rêver des générations de jeunes Américains qui découvrent grâce à elle la liberté sexuelle dont jouissent les adolescents samoans.

85Ces exemples le montrent : la volonté de mettre toutes les cultures sur le même plan revient en fin de compte à ne pas leur appliquer les catégories morales de l’Occident chrétien.

86Aborder l’étude des cultures en faisant abstraction de leur contenu moral paraît donc difficile. On ne peut ignorer les pratiques qu’elles mettent en œuvre et les principes sur lesquelles elles reposent. Refuser de les juger, c’est leur accorder une valeur équivalente. Toute culture représente un absolu. Elles doivent donc toutes être protégées. C’est la base du multiculturalisme.

Les tendances récentes

87Le terme de race est désormais proscrit. Celui d’ethnie le remplace. Beaucoup d’anthropologues affirment leur neutralité morale en soulignant la fécondité des cultures métisses : on reprochait à celles-ci d’additionner les défauts de leurs composantes ; on vante désormais leur souplesse et leur inventivité. L’idée de créolité à la manière d’Édouard Glissant est à la mode : la pureté culturelle mettait au premier plan l’enracinement. L’hybri­dité des groupes métis est féconde parce que les rapports dont ils résultent s’inscrivent dans l’horizontalité ; on est là dans l’univers rhizomatique de Deleuze et Guattari. 

88Derrière ces querelles, et la critique sous-jacente de la civilisation occiden­tale dont elles témoignent, on voit combien il est difficile de traiter des cultures sans toucher aux principes sur lesquels elles reposent – et sans prendre parti pour, ou contre, eux.

89L’approche culturelle ne vaccine pas contre ces dangers. Elle peut être périlleuse : ceux qui la pratiquent doivent être prudents et se montrer conscients des dérives idéologiques possibles des idées qu’ils manient.

Conclusion

90L’approche culturelle revêt nécessairement une dimension critique. Elle met à nu les présupposés implicites de la géographie classique ou de la Nouvelle Géographie. Elle souligne les flirts que la discipline nouait avec le pouvoir et l’impérialisme, et insiste sur la dimension inquisitive et disciplinaire que pouvait revêtir le regard. Les approches d’hier passaient sous silence un certain nombre d’éléments essentiels de la vie humaine : la diversité des individus, le rôle du corps, la construction du genre, la part des loisirs, du jeu ou de la fête dans la vie collective, la signification des marges et des contre-cultures. La discipline, enfin, ne prenait guère en compte les croyances, les religions et les idéologies dans le fonctionnement des institutions et dans le sens donné à la nature, aux lieux et à l’existence de chacun et de tous.

91La dimension critique de l’approche est donc essentielle. Est-ce à dire que celle-ci est et restera automatiquement critique ? Je ne le pense pas : à sa naissance, toute interprétation nouvelle de la société est subversive car elle met en évidence les zones d’obscurité et les points noirs de celles qui l’ont précédée ; dans la mesure cependant où le nouveau courant réussit à influencer les politiques mises en œuvre et les pratiques de la vie de tous, il finit par perdre sa charge révolutionnaire. Être associé à un mouvement de remise en cause ne signifie pas que l’on restera nécessairement révolution­naire : pour y parvenir, il faut, garder l’esprit libre et remettre sans cesse en cause les fondements de ses attitudes et de ses engagements.

92Peut-on, au total, parler de « tourment » culturel ? Oui, dans la mesure où le « tournant » conduit à la déconstruction de la géographie qui nous avait été enseignée, et à sa reconstruction sur des bases nouvelles. Non, car cette reconstruction ne se fait pas que dans l’inquiétude : elle est enthousias­mante ! Est-elle le résultat d’une révolution au sens kuhnien ? Non, parce qu’elle ne s’est pas accompagnée de la dévalorisation de tout ce qui l’a précédée. À côté des perspectives déjà connues, elle en a ouvert une autre – c’est le sens profond du terme « tournant ».

Haut de page

Bibliographie

BERQUE Augustin, 2014, La mésologie, pourquoi et pour quoi faire ?, Paris, Presses Universitaires de Paris-Ouest.

BERQUE Augustin, 2000, Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, Paris, Belin.

BESSE Jean-Marc, 1990, « Géographie et existence, d’après l’œuvre d’Éric Dardel », in L’Homme et la terre, Édition du Comité des Travaux historiques et scientifiques, p. 135-175.

BESSE Jean-Marc, 2009, Le goût du monde. Exercices de paysage, Arles/Versailles, Actes Sud/ENSP.

CASTORIADIS Cornélius, 1975, L’institution imaginaire de la société, Paris, Seuil.

CLAVAL Paul, 1980, Les mythes fondateurs des sciences sociales, Paris, PUF.

CLAVAL Paul, 2006, Géographie régionale. De la région au territoire, Paris, A. Colin.

CLAVAL Paul, 2007, Épistémologie de la géographie, Paris, A. Colin, 2e éd.

CLAVAL Paul, 2008, Religions et idéologies. Perspectives géographiques, Paris, PUPS [Publications de l’Université de Paris-Sorbonne].

CLAVAL Paul, 2012a, La géographie culturelle, Paris, A. Colin, 3e éd.

CLAVAL Paul, 2012b, De la Terre aux Hommes. La géographie comme vision du monde, Paris, A. Colin.

CLAVAL Paul, 2015 (sous presse), Étudier la ville à travers son fonctionnement ou à travers l’art de l’habiter, colloque Pagode.

CLIFFORD James, 1988, The predicament of culture. Twentieth Century ethnography, literature and art, Cambridge (Mass.), Harvard University Press.

DUBET François, 2006, « Société », in Sylvie Mesure et Patrick Savidan (eds.), Le dictionnaire des Sciences humaines, Paris, PUF, p. 1094-1097.

DUBET François et Danilo MARTUCCELLI, 1998, Dans quelle société vivons-nous ?, Paris, Seuil.

FOUCAULT Michel, 1985-1986, « Other spaces. The principle of heterotopia », Lotus International, n° 48-49.

GODELIER Maurice, 1984, L’idéel et le matériel. Pensée, économies, sociétés, Paris, Fayard.

HAUDRICOURT André-Georges, 1987, La technologie, science humaine, Paris, Maison des Sciences de l’Homme.

JULLIEN François, 2009, L’invention de l’idéal et le destin de l’Europe, Paris, le Seuil.

KUPER Adam, 1999, Culture. The anthropologists’ account, Cambridge (Mass.), Harvard University Press.

LATOUR Bruno, 1989, La science en action, Paris, La Découverte, trad. de  Science in action. How to follow scientists and engineers through society, Cambridge, Harvard University Press, 1987.

LEFEBVRE Henri, 1973, Espace et politique, Paris, Anthropos ; 2e éd., 2000.

LEFORT Isabelle, 2012, « Le terrain : l’Arlésienne des géographes », Annales de géographies, vol. 120, n° 687-688, p. 468-486.

LEROI-GOURHAN André, 1943-1945, Évolution et techniques, t. 1, L’Homme et la matière, t. 2, Milieu et techniques, Paris, Albin Michel.

LEROI-GOURHAN André, 1955, Cours de géographie humaine 1951-1952, d’après les notes de J. Balfet et de J. Hurault, Paris, Institut d’Ethnologie.

LEROI-GOURHAN André, 1964-1965, Le geste et la parole, Paris, A. Michel, 2 vol. 

SWYNGEDOUW Erik, 1997, « Neither global nor local: “glocalization” and the politics of scale », in K. Cox (ed.), Spaces of globalization. Reasserting the power of the local, London, Bellhaven Press, p. 137-166.

VOLVEY Anne, 2000, « L’espace vu du corps », in J. Lévy et M. Lussault (dir.), Logiques de l’espace et esprit des lieux. Géographies à Cerisy, Paris, Belin, p. 319-332.

VOLVEY Anne, CALBÉRAC Yann, HOUSSAY-HOLSCHUCH Myriam, 2012, « Introduction générale », Annales de géographies, vol. 120, n° 687-688 « Terrains de Je », p. 441-461.

Haut de page

Notes

1 La distinction entre structuralisme et structurationnisme, familière à nos collègues anglo­phones, reste largement ignorée en France. C’est dommage, car elle est essentielle pour comprendre le tournant contemporain des sciences sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Claval, « Le tourment culturel en géographie », Géographie et cultures, 93-94 | 2015, 7-23.

Référence électronique

Paul Claval, « Le tourment culturel en géographie », Géographie et cultures [En ligne], 93-94 | 2015, mis en ligne le 04 avril 2016, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/gc/3855 ; DOI : 10.4000/gc.3855

Haut de page

Auteur

Paul Claval

Université Paris-Sorbonne
p.claval@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals