Navigation – Plan du site

Les modes d’appropriations de l’espace « vague » sur le littoral français

Guillaume Mariani
p. 249-266

Résumés

Les sports de glisse liés aux vagues connaissent un développement constant depuis une quarantaine d’années et l’ensemble du littoral français se trouve investi par des glisseurs de tous bords : surfeurs, bien sûr mais aussi windsurfeurs et kitesurfeurs. À partir d’un travail d’observation participante1 et d’une enquête statistique des pratiquants, nous proposons de mettre à jour les usages différenciés du territoire « vague » sur le littoral français et d’en comprendre la logique spatiale, sociale et culturelle.

Haut de page

Texte intégral

  • 2 Cette distinction est d’importance. Comme l’écrit la romancière Fiona Capp, s’exprimant sur la glis (...)
  • 3 Expression tirée du magazine Surfer’s journal en décembre 1995.

1La mer demeure un lieu d’une sauvagerie brute, où l’homme s’aventure avec précaution et parfois crainte, la vague étant par sa matérialité même un obstacle, un mur liquide, une paroi qui suggère l’épreuve (Jeu, 1977). Les petites aventures marines (Griffet, 1995), et non maritimes2, qui nous intéressent ici, se déroulent dans un espace singulier : le champ de vagues. Celui-ci constitue le lieu interstitiel où la houle océanique rencontre le plateau continental, transformant ces ondes en vagues déferlantes. Cet entre-deux ne possède pas de limite fixe et les éléments, que ce soit l’eau ou le vent, y sont en mouvement permanent et en constante métamorphose. Le caractère éphémère et aléatoire de cette matière en déplacement, de ces « plis mobiles de la nature3 », est à la fois le contexte de la réalisation des actions motrices des glisseurs, mais aussi le principal enjeu de ces pratiques. Pour ces sportifs, lire et décoder le milieu naturel consiste à mettre en ordre cet espace, en trouvant des régularités d’apparitions des vagues, en identifiant les forces et directions des courants afin de s’inscrire au mieux dans le rythme des trains de vagues.

2À l’instar des normes sociales et culturelles, la spatialité dynamique de l’espace naturel « vague », met en problème le glisseur dans le jeu dialectique de son univers matériel et de ses conduites motrices. Lorsqu’il se plie de son plein gré à l’ordre la nature et à ses propriétés et ce, de façon répétée et durable, celle-ci agit comme une véritable matrice de subjectivisation, productrice de mode d’être et de style de vie. Ces pratiques d’espaces se présentent comme un foyer de structuration des identités individuelles, dans lesquelles l’individu plongé dans l’action intériorise des schèmes d’actions et de pensées, des habitudes motrices, des algorithmes moteurs, des émotions et sensations. A. Rauch (Corbin, 2001) assure que les « pratiques d’espaces » au cours du temps libre constituent désormais le principal élément de l’identité. Cette façon de se penser au monde, plaçant le fait de vivre le moment rare comme une finalité revêt une portée sociologique qu’il s’agit de ne pas sous-estimer pour lire ces pratiques du quotidien.

  • 4 Les questionnaires étaient à la fois disponible dans des magasins spécialisés dans la vente de maté (...)
  • 5 Ces engins jouissent d’un mode de propulsion vélique et beaucoup de pratiquants investissent des pl (...)

3L’article s’appuie sur un travail d’observation participante et sur une enquête statistique menée ente 2003 à 2006 sur un échantillon de 356 glisseurs (61 surfeurs, 98 véliplanchistes, 148 kitesurfeurs et enfin 48 bi-pratiquants)4. Notre panel de répondants fut un échantillon « empirique volontaire » dans le sens où, à la différence d’un échantillon aléatoire, nous avons sélectionné les répondants en fonction de deux critères : le premier est l’assiduité à la pratique et le second que tous les répondants pratiquaient dans les vagues5.

Des usages différenciés du champ de vagues à l’échelle du littoral français

4Il est loin le temps où les foyers de surfeurs se concentraient autour de la région de Biarritz et à l’extrême ouest de la Bretagne. Aujourd’hui le moindre train de houle est attendu de Dunkerque à Cannes, quel que soit la saison. Néanmoins, en raison des particularités géographiques et météorologiques de chaque région, on observe souvent une grande disparité de pratique d’une activité au détriment des autres. Le Sud-Ouest est la région du surf par excellence. Le nombre de jours ventés par an est extrêmement faible, grâce à des particularités géographiques (la chaîne des Pyrénées) et au célèbre effet de Fœhn. Le kitesurf y est surtout pratiqué dès que les premières brises thermiques apparaissent (vent faible à modéré de nord) sur le spot de Seignosse, de Bidart et Guéthary et l’on peut dire que la pratique du windsurf n’y est qu’anecdotique (notamment pendant les tempêtes de Sud/Sud-Ouest dans la baie de St Jean de Luz, soit une dizaine de sorties par an).

5À l’inverse, le grand ouest de la France offre un terrain et une météo permettant de pratiquer l’ensemble de ces activités. Les véritables promontoires, que représentent la Bretagne et la presqu’île du Cotentin, sont balayés par une grande fréquence de vents, et l’irrégularité du découpage de la côte donne la possibilité de choisir parmi le surf, le kitesurf et le windsurf, la pratique la mieux adaptée à l’ensemble des conditions environnementales. Le nord de la France, quant à lui, est moins propice au surf en raison de ces plages à fond très plat et de grande fréquence de vent de mer qui perturbe les vagues.

  • 6 Il existe un troisième type de déferlement dit « gonflant » mais ne concerne pas les pratiques que (...)

6Au-delà de ces considérations générales, il s’avère nécessaire d’observer, en adoptant une focale plus petite, les propriétés physiques des principaux spots de chaque région. Selon la configuration des fonds et l’inclinaison de la plage, les vagues se brisent de deux manières différentes6. Les vagues de type « déversant », sont les spots représentés sur les côtes françaises. C’est le cas des plages à inclinaison très faible telles que la baie d’Hendaye au Pays Basque, la baie des Sables d’Olonne en Vendée, de St Gilles-Croix-de-Vie, de St-Brévin à l’embouchure de la Loire, de Penthièvre jusqu’à Gâvre en passant par la plage de St Barbe sur la presqu’île de Quiberon, la plage de la Torche, et plus généralement le sud de la baie d’Audierne, la plage de Goulien sur la presqu’île de Crozon, des Blancs Sablons et du Dossen sur la côte nord de la Bretagne, de la baie de St-Brieuc, St-Malo/Lancieux, de la plage de Siouville sur la presqu’île du Cotentin, ou encore les longs estrans de la Côte d’Opale dans le nord de la France, (Cette liste n’est pas exhaustive mais elle reprend les principaux spots que notre enquête a sondé).

7Ces vagues ont pour caractéristiques d’être peu creuses, de s’effondrer mollement et plutôt en barres ou en sections. La zone de déferlement est mouvante ce qui rend difficile la lecture du déferlement et son anticipation. C’est pour toutes ces caractéristiques que ces spots sont principalement des lieux du windsurf et de kitesurf, c’est-à-dire des pratiques dans lesquelles la locomotricité est assurée par un agent extérieur puissant qui permet d’être extrêmement mobile. La pratique du surf y est aussi possible dans des configurations de vent idéal (vent nul ou faiblement de terre) ce qui creuse un peu les vagues et les rend propices à la pratique du surf. Très ponctuellement, la formation temporaire de bancs de sable rompt le caractère homogène du fond et peut produire des vagues plus creuses.

8Nous ne tenons pas ici à faire d’amalgames grossiers car il existe des différences entre tous ces spots. Différences notamment dues à leur inégale exposition à la houle ainsi qu’à de nombreuses configurations locales (présence de bancs de rochers à un endroit ponctuel de la plage, de hauts-fonds qui provoquent le déferlement la houle au large… etc.). Un bon exemple est la plage du Phare à la Tranche sur mer où les vagues sont du type « déversant » mais déroulent néanmoins sur un fond rocheux plat qui produit des vagues relativement organisées. Les particularismes locaux sont nombreux et ce que nous écrivons ici est vrai à un degré de généralité relativement élevé.

9Les vagues du second type « plongeant » sont plus rares et essentiellement investies par les surfeurs et les pratiquants de surf à voile (windsurf et kitesurf confondus) les plus aguerris. Ces vagues déferlent dans peu d’eau et génèrent beaucoup de puissance car elles déroulent principalement sur de la roche ou des bancs de sable très bien dessinés. Leur qualité est étroitement dépendante de la marée et de la hauteur d’eau. D’ailleurs, il est fréquent que lorsque le haut de la vague bascule, la lèvre, par son poids, traverse la surface de l’eau et vienne directement buter sur le fond marin pour remonter en explosion à une hauteur supérieure à la taille de la vague initiale. Ces vagues n’existent pas lorsque la dalle de roche où le banc sable n’est que très peu recouvert par la marée et n’existent plus également si la hauteur d’eau est trop importante par rapport à la taille des vagues (par exemple grande marée et petite houle). Cette dépendance à la marée oblige les glisseurs à s’inscrire dans une temporalité de pratique extrêmement brève, deux à trois heures seulement, le plus souvent. De plus, la qualité de ces vagues résiste très mal au vent de mer et à la tempête, accentuant ainsi encore d’avantage la brièveté des conditions favorables à la glisse dans ces vagues. Celles-ci ne sont investis que lorsqu’il y a conjonction de la bonne orientation de houle, du sens du vent et de la marée (pour la hauteur d’eau idéale). « Être au bon endroit et au bon moment » constitue plus que jamais le credo des pratiquants lorsqu’ils envisagent de glisser dans ces vagues. Sur le plan praxique, ce type de vague est plus facile à décoder dans le sens où les régularités d’apparition, de vitesse de déferlement sont facilement identifiables. Les conduites motrices sont moins liées à une adaptation permanente car il y a peu de hasard et préagir y est facile. L’intérêt se déplace sur l’engagement et la recherche d’optimisation d’un passage, d’une manœuvre, d’une trajectoire dans la partie critique de la vague.

10Ce sont principalement des vagues qui déroulent sur de la roche où sur des bancs de sable très bien dessinés. On les trouve par exemple dans le pays basque à Guéthary, à Avalanche, à Lafiténia mais aussi dans les landes à Hossegor (la Piste, la Gravière, les Bourdaines, le Penon, à Lacanau, au Cap ferret, à la plage des Conches à la Tranche-sur-mer, à Brétignolles (pic du large, la Sauzaie), La Pointe St-Gildas, la côte sauvage de Quiberon, le nord de la baie d’Audierne (Gwendrez, l’île aux Vaches, St Tugen, au Cap de la Chèvre et à la Palud sur la presqu’île de Crozon… ainsi que les vagues de Méditerranée et de l’ouest de la Corse. L’ensemble de ces spots ont pour spécificité d’être très bien exposés à la houle et d’avoir une topographie des fonds brutalement irrégulière.

Tableau 1 : Synthèse des caractéristiques physiques des spots et de leurs conséquences ludomotrices

Vague de type 1 : « déversant »

Vagues de types 2 : « plongeant »

Type de fond et qualité de la houle

Sur plage à fond plat, qui remonte progressivement ;

houle freinée ou atténuée par obstacles ou plage en position de repli ou semi repli

Souvent sur de la roche ou sur des beach breaks surexposés à la houle ce qui crée d’excellents bancs de sable ; qui remonte brutalement ;

Profil de la vague

Plate ; « molle » car peu puissante ; déferlement progressif

Creuse ; puissante ; lèvre épaisse et lourde qui tombe en bas de vague ;

Propriétés de ce genre de spot

« Line up » mobile (des dizaines voire des centaines de mètres) ;

déferlement en section au gré des orientations de houle ; « sature » quand la houle est importante ;

« Line up » peu mobile (quelques mètres) ;

déferlement de droite à gauche ou de gauche à droite ; peut accueillir des grosses houles en gardant cette qualité de déferlement ;

Conditions favorables à la pratique du surf

Si le vent de terre (léger) organise le plan d’eau.

Ce type de vague convient bien aux débutants et aux surfeurs de niveau intermédiaire

Si le vent est de terre ou variable tant en force qu’en direction ;

ces vagues constituent les spots les plus sélectifs techniquement.

Conditions favorables à la pratique du windsurf et du kitesurf

Quand le vent est side-on ou side-off shore modéré à fort (12/nœuds) ;

Quand le vent est side-on ou side-off shore modéré à fort (12/nœuds) ;

Pièges et dangers

Vagues pouvant déferler très loin du bord en cas de forte houle ; plan d’eau type « marmite » avec courant difficilement modélisable, risque de noyade important en cas de perte ou casse de matériel

Le shore-break (vague du bord de plage qui provoque la forte inclinaison de la plage) qui rend difficile la mise et la sortie de l’eau à marée haute ; le haut de vague qui agit comme une « guillotine » sur le matériel et les hommes ; la proximité du fond lors de chute au take-off

Conduites motrices des glisseurs

Prélèvement d’informations pertinentes sur le milieu difficile ; organisation chaotique du champ de vagues ; réaction dans l’instant, adaptation permanente

Décodage du milieu plus facile favorable à la mise en place de stéréotypes moteurs et à de la prise de risque ; anticipation et préaction aisées

11En conclusion, les déferlantes de type « plongeant », plus rares et plus difficiles d’accès font figure d’exception les sur les côtes françaises. À l’inverse, les plages de type « déversant » à la topographie des fonds marins moins favorables constituent l’immense majorité des situations « surfique » et apparaissent comme l’espace de réalisation du plus grand nombre de pratiquants. Malgré leur qualité de surf plus faible, ces espaces peuvent aux détours d’une météorologie propice offrir des conditions pratiques sortant de l’ordinaire du lieu. Ces circonstances favorables n’ont pas de secrets pour les surfeurs et la veille permanente que requiert la ludomotricité dans les vagues constitue le point de départ d’une véritable technique d’enchantement de la plage « ordinaire ». La simple explication par la géomorphologie des régions côtières et l’exposition aux houles et vents dominants suffisent à comprendre le l’adéquation entre une pratique de surf et une région. Par ce désir d’habiter le paysage « vague » (Sayeux, 2010) et d’établir une relation régulière avec cet espace, des stratégies praxiques combinatoires sont apparues.

L’émergence d’une culture plurielle de la vague

12Conjointement à l’extension géographique de l’activité « surfique », sa déclinaison en différentes modalités de pratique a donné lieu à une véritable explosion de prothèses matérielles : le short et le longboard mais aussi le bodyboard et le skimboard, le kayac surf et plus dernièrement le SUP (stand up paddle surfing) ainsi que des pratiques utilisant l’énergie vélique telle que le funboard et le kitesurf. Les spots se trouvent alors habités, dans le même temps par deux, voire par trois groupes de pratiquants. Le fait que toutes ces activités se soient enrichies historiquement les unes des autres tend à former une vaste communauté de pratiquants qui partage les mêmes plaisirs et sensations dans le champ de vagues. Il est très difficile de distinguer les cloisons, qui séparent les surfeurs, des windsurfeurs et des kitesurfeurs. Tous les pratiquants se côtoient, coexistent et interagissent ensemble, pour le meilleur et pour le pire.

13L’appropriation du champ de vagues fait l’objet de friction entre les pratiquants des différentes modalités de pratiques, les surfeurs n’aimant pas que le « line up » soit traversé par des engins à grande vitesse et haut sur l’eau, les windsurfeurs n’apprécient guère les kitesurfeurs car ils les trouvent dangereux (Trey, 1994). Bertrand (39 ans, enseignant du secondaire et windsurfeur de la première heure), interrogé sur les relations qu’il entretient avec les autres glisseurs, perçoit les kitesurfeurs comme des « sauterelles envahissantes ». Le rapport de force pour l’imposition du mode de pratique légitime existe bien mais il est de notre point de vue bien secondaire à ce qui se joue réellement dans ce domaine d’action. Les sorties où les surfeurs doivent partager les vagues avec les windsurfeurs et les kitesurfeurs sont relativement rares car le surf se pratique dans des conditions très peu ventées. S’ils se rencontrent, c’est que généralement les conditions ne sont pas très favorables pour le surf ou qu’elles viennent de se dégrader (le vent vient de se lever). Dès lors, les surfeurs ne tardent généralement pas à sortir de l’eau. Inversement, dès que le vent faiblit, les prothèses à vent laissent place aux surfeurs. Par contre, la pratique conjointe, sur un même spot, des véliplanchistes et des kitesurfeurs, est extrêmement fréquent bien que, dès qu’ils sont en nombre, les windsurfeurs et les kitesurfeurs se regroupent entre eux. Il a donc dans les usages du champ de vagues, des règles implicites qui font que les populations de surfeurs, kitesurfeurs et windsurfeurs se côtoient mais ne se mélangent pas ou très peu. Sur ces généralités sur le mode d’appropriation de l’espace, se greffent quantité d’exceptions relatives aux caractéristiques des personnes qui pratiquent, suivant leur ancienneté sur le spot, leur niveau d’expertise et par conséquent, le rapport de force généralement favorable au plus grand nombre de pratiquants utilisant la même prothèse, peut être inversé. On peut donc observer évoluer un kitesurfeur isolé au milieu d’un groupe de surfeurs, ou encore un windsurfeur au milieu de plusieurs kitesurfeurs. Selon notre observation, les interactions conflictuelles sont dues parfois à la différence de prothèses matérielles utilisées mais aussi et surtout au charisme de son utilisateur et à sa façon de s’attribuer les vagues. Avoir une antériorité et une ancienneté sur le lieu de pratique donne une légitimité ou pas, qui est bien plus expliquante de la nature des tensions et des conflits qui s’y déroulent (Sayeux, 2006). Sur l’ensemble du littoral français, à côté du noyau dur de glisseurs propre à chaque pratique, nous avons constaté des transfuges d’une pratique à l’autre, les glisseurs adoptant un mode combinatoire suivant les conditions météorologiques du jour. Par notre enquête statistique, nous allons pouvoir, au-delà de ce simple constat empirique, préciser ce phénomène.

14En analysant dans le détail la composition de notre échantillon (n = 356) en fonction de leur mode de pratique et de leur sport de glisse de départ, il est apparu un aspect très singularisant qui est un mode de pratique polyvalent pour plus de la moitié des répondants (54,5 %). Pour une grande majorité des bi et tri pratiquants, l’investissement dans la deuxième activité est souvent secondaire à la première (inférieur à 70 %). Dans ce mode combiné de l’exercice « surfique », les activités « windsurf » et « kitesurf » sont plus investies que la pratique « surf » qui est quasiment toujours une pratique secondaire. Ceci est à mettre en rapport avec le fait que 61 % des questionnés ont eu pour première pratique le windsurf. Dans le cadre de notre enquête, cette composante est extrêmement importante à prendre en compte. Il demeure néanmoins, un sous-groupe de bi et tri-pratiquants polyvalents ayant un investissement égal dans plusieurs pratiques.

15Le tri croisé de la répartition des pratiquants, en fonction de leur mode de pratique avec leur pratique initiale a permis d’observer les différents déplacements d’individus qui se sont opérés dans l’espace que constituent nos trois activités. Cette opération a rendu visible le fait que l’origine sportive d’un individu le singularise peu dans le sens où les déplacements d’une pratique à l’autre sont fréquents pour plus d’un individu sur deux. Ce tri a permis de mettre en évidence que les pratiquants exclusifs d’une seule activité sont en baisse chez les surfeurs et windsurfeur, au bénéfice de la pratique du kitesurf et d’un mode de pratique « combiné ».

Tableau 2 : La mobilité des pratiquants en fonction de leur sport de glisse d’origine

Pratiquants

Première pratique

Effectif

Pratiquants fidèles exclusive-ment à leur pratique première

Pratiquants ayant stoppé leur première pratique (indicateur de désaffection)

Mobilité vers une bi ou tri activité

Surf

91 (100 %)

44 (48,3 %)

2 (2,2 %)

- soit 2 pour le kitesurf

45 (49,4 %) :

- 34 pour le kitesurf + surf

(23 k ; 1s ; 10 équi)

- 1 pour le windsurf + surf

(1 équi)

- 10 pour les trois pratiques

(6 k ; 2 w ; 1 s ; 1 équi)

Windsurf

217 (100 %)

46 (21,2 %)

43 (19,8 %) dont

- 7 pour le surf

- 21 pour kitesurf

- 15 pour kitesurf + surf

(12 k ; 1 s ; 2 équi)

128 (59 %) :

- 42 pour windsurf + surf

(29 w ; 6 s ; 7 équi)

- 48 pour le windsurf + kitesurf

(20 k ; 17 w ; 11 équi)

- 38 pour les trois pratiques

(20 k ; 13 équi ; 4 w ; 1 s)

Kitesurf

48 (100 %)

42 (87,5 %)

0

6

(12,5 %)

- 6 pour la pratique du kite + surf

(3 k ; 1 s ; 2 équi)

Total

356 (100 %)

132

(37 %)

37

(13 %)

179

(50 %)

Lecture de la première ligne : sur 100 % de pratiquants (91 personnes) qui ont pour première pratique le surf, 48,3 % sont restés fidèles exclusivement à leur pratique initiale, 2,2 % ont arrêté le surf pour le kitesurf, et enfin 49,4 % sont des surfeurs devenus bi ou tri pratiquants

16Cette approche statistique de la communauté des glisseurs « sur vagues » nous permet d’affirmer que les cloisons entre ces trois activités sont très fines et que de nombreuses passerelles entre elles les font communiquer. Même si chaque pratique possède une culture (notamment technique) qui lui est propre, les sous-groupes qui les composent sont loin d’être renfermés sur eux-mêmes. Ils tissent entre eux un réseau serré de communications et certains glisseurs, polyvalents et à l’expertise diversifiée, sont en effet très mobiles et intègrent alternativement deux, voire trois de ces groupes de pratiquants.

17L’entrecroisement permanent de ces trois activités, pas seulement sur le champ de « vagues », mais aussi sur un plan historique et biographique des individus nous oblige à opérer un déplacement de notre regard. Les activités de surf, windsurf et kitesurf ne peuvent plus être pensées comme des disciplines suffisamment autonomes et hermétiques les unes des autres pour produire de puissants marqueurs d’identités. En somme, la variable « mode de pratique » ne peut être prise comme pertinente pour tenter de comprendre l’identité des glisseurs. Il faut, pour embrasser l’hétérogénéité de notre population, mettre de côté une approche analytique utilisant les pratiques comme des variables discriminantes au profit d’une approche plus globale.

  • 7 SUP, appréviation désignant le Stand Up Paddle Surfing qui est une pratique du surf avec une rame.

18L’émergence de cette multi-activité « surfique » (Augustin, 2002), notamment chez les pratiquants ayant acquis une expertise liée à la navigation et à la maîtrise du vent, illustre à merveille ce désir d’habiter le paysage « vague » aussi souvent que possible. Face au caractère sporadique des conditions favorables au surf avec ou sans voile, la combinaison de deux activités permet d’élargir considérablement les possibilités de jouir du milieu. On peut y voir et c’est certain l’influence d’une industrie du loisir qui pousse à la consommation de machines écologiques. Un bref regard historique nous montre que le processus de diffusion des activités « surfique » a permis, petit à petit de démocratiser l’accès à la glisse dans les vagues en étant de moins en moins élitiste. L’appropriation culturelle de ces pratiques de déplacements fut favorisée aussi par l’invention d’engins (notamment les derniers nés que sont le kitesurf mais aussi le SUP7) qui donnent la possibilité de habiter le paysage « vague » avec un temps d’apprentissage beaucoup plus rapide que le funboard ou le surf, et dans le même temps de proposer une insertion dans le milieu naturel moins exigeante en terme de qualité de vagues et de force de vent. Les résultats de notre enquête, attestent ainsi que l’ensemble de la bande côtière française, et notamment les zones « sans qualité » a priori pour leur vague telle que les côtes de la Manche (de la Haute Normandie au Nord pas de Calais) ou encore la région Languedoc Roussillon, a été colonisées par des glisseurs aux profils protéiformes. Le surplus potentiel de mobilité et de puissance propre à ces machines écologiques ont permis de transfigurer la banalité de spots « sans qualité », où les conditions de pratiques sont rarement exceptionnelles (vagues sans tube, orientation vent/vague rarement idéale... etc).

La centralité des pratiques dans le mode de vie des glisseurs 

19Afin de dépasser à la fois la rengaine de l’aliénation par le marché et la rhétorique contestataire habituellement attachée à l’analyse de ces comportements ludosportifs, il convient d’analyser conjointement le poids des déterminations sociales ainsi que le façonnage identitaire qu’opère la discipline du champ de vagues sur les pratiquants. Comme l’a montré C. Guibert (2005), le discours dominant de la marginalité et de la déviance des surfeurs est produit et répété avec peu d’esprit critique depuis plusieurs décennies. La référence aux surfeurs californiens des années 50, présentés comme des rebelles sociaux à l’origine d’un mode de vie sportif alternatif, est systématiquement convoquée pour comprendre le tropisme contemporain qu’exerce les vagues sur les pratiquants. Non pas que ces comportements alternatifs et contre culturels n’aient pas existé et qu’il s’agisse d’une pure invention journalistique, mais depuis la première introduction d’une planche de surf sur le littoral français en 1957 jusqu’à nos jours, les usages ludiques du champ de vagues ont, comme nous venons de le voir, considérablement évolué.

  • 8 Voir L’état des inégalités en France, Paris, Belin, 2006, p. 30.

20Sur un plan sociologique, les résultats de l’enquête statistique apparaissent sans équivoque. La population est composée à 95 % d’hommes (dont 45 % sont célibataires), fortement diplômés. Lorsque 9,1 % de la population adulte française dispose d’un diplôme supérieur à Bac +28, c’est 77 % des membres de notre échantillon qui répond à ce critère avec un pic impressionnant de diplômés de grandes écoles (près d’une personne sur quatre). Plus de 40 % de l’effectif a le niveau de diplôme Bac +5. On constate que les « agriculteurs », « les ouvriers » et les « artisans, commerçants » ne sont que peu ou même pas concernés par ces pratiques. Par contre, les catégories « cadres, professions intellectuelles supérieures » et « les professions intermédiaires » regroupent à elles deux 60 % des répondants. Enfin, on constate, que loin de l’image de « dilettante » ou de désœuvrement qui accompagne habituellement ces pratiques et ceux qui s’y adonnent, ceux-ci sont très clairement inscrits dans le monde du travail. Moins d’un sur dix se trouve au chômage et les trois quarts de l’effectif sont travailleurs à temps complet. Il faut noter aussi la forte représentation des étudiants (16 %). Les répondants de notre enquête disent avoir des emplois du temps flexibles (32 %), à moyennement flexibles (40 %). Posséder une certaine souplesse dans l’organisation de son temps de travail témoigne là aussi l’appartenance à des professions où l’on est décideur et organisateur de son temps de travail.

21Comme le suggérait déjà l’article de J. Lacroix et 0. Bessy (Augustin, 1995), les glisseurs apparaissent aujourd’hui parfaitement intégrés et vivent leur « soif de vagues » comme un mode de vie plus que comme une passion dévorante. L’appel du champ de vagues coexiste avec les contraintes professionnelles et familiales des glisseurs, et demande de la part de ceux-ci un travail constant d’arbitrage dans l’assignation de leur temps aux différentes sphères qui composent leur existence. Il convient donc d’abandonner ces anciennes représentations et de nous centrer sur l’aspect structurant de l’action « surfique » qui, selon nous, rend encore possible la perpétuation de la mythologie du surfeur marginal dans l’imaginaire collectif : le temps des vagues.

22Le rythme de la nature, offrant les vagues et le vent avec parcimonie, place les glisseurs dans une forme d’état anxiogène où chaque possibilité de « session » doit être appréhendée et célébrée avec intensité. Le caractère sporadique des conditions favorables à l’action des (wind, kite) surfeurs impose un rapport au présent vécu comme une fin en soi. Il s’agit d’être présent au présent, et d’être disponible au médium que constitue le champ de vagues. Bien qu’ayant l’assurance qu’il y aura toujours des vagues et des dépressions, le pratiquant vit chaque session sur un mode présentéiste et passionnel. Ce désir de ne pas manquer la rentrée de houle, la bascule de vent de nord-ouest, le vent d’est du matin lissant les trains de vagues est vécu comme une obligation par le glisseur qui actualise au quotidien ce rapport avide au présent, organisateur de son existence. Cet attachement au « piquet de l’instant », pour reprendre la formule prémonitoire de Nietzsche, conduit l’individu à penser sa vie comme une succession de moments présents, où l’horizon est à court et moyen terme, évitant le plus possible toute rigidification de son avenir par des projets et obligations. La souplesse exigée par la Nature renvoie les pratiquants à une poursuite de moments (éternels), vécus dans une forme de « carpe diem » vécu tant bien que mal au présent. Ce temps de la nature constitue un principe organisateur et perturbateur du temps social car il se pose en concurrence avec le temps ordinaire du travail et de la famille. En cela, la revendication de la valeur de l’instant et du présent met entre parenthèses les projections dans le futur.

23Olivier (dirigeant de 44 ans d’une entreprise de services à la personne et père de quatre enfants) raconte :

« J’ai un temps limité chaque jour, j’arbitre, sans déconner, mais il y a une affectation réelle des jours de disponibilité avec enfants, pas enfants, avec du zef. Par contre quand je suis disponible, la terre peut s’écrouler, je vais naviguer. Je suis obligé… c’est un rythme assez militaire que je m’inflige… Les gens me prennent un petit peu pour un illuminé. Je suis personnellement jusqu’au boutiste et m’entraîne parfois assez loin et parfois du coup…
Enquêteur : Loin dans ? ? ?
Dans ma quantité de pratique, dans la longueur de mes absences… là encore, j’essaie de faire la part des choses, jusqu’où ne pas aller trop loin. Il est évident que je me prive de session de kite parce que j’ai des enfants, parce qu’il faut être avec eux, parce que c’est la vie. C’est un arbitrage permanent et c’est à ce titre que les choses sont viables. Cela ne peut être blanc ou noir. J’essaie de pousser le blanc et le noir le plus loin possible mais… J’essaye d’être le plus « pur » possible mais dans la catégorie papa, marié et qui a un boulot. Par contre, dans cette catégorie-là, j’essaie de pousser le curseur dans le rouge vif mais c’est ma catégorie. Je ne peux pas lutter avec un mec de 20 ans qui n’a ni femme ni enfant, qui n’a pas besoin de sous, Je me suis placé dans la catégorie « à contrainte ». Est-ce que je le regrette… Je ne sais pas, je n’en sais rien. »

24Cet extrait d’entretien montre jusqu’à quel point les glisseurs s’engagent dans leur passion « ordinaire » (Bromberger, 1998) de façon excessive, sans pour autant être désengagés dans la sphère professionnelle et familiale. Cette tension entre les différents rôles à tenir et l’action surfique, entraîne immanquablement des répercussions sur leurs relations sociales, professionnelles et affectives. À la question ouverte « Est ce que vos pratiques ont orienté vos choix de vie ? », 89 % des questionnés répondent par l’affirmative. L’exemple le plus fréquemment mentionné correspond au choix du lieu d’habitation pour 70 % des pratiquants. Ils disent être parvenus à se rapprocher ou à rester sur le littoral pour vivre à proximité des spots, renonçant du même coup à des carrières professionnelles plus brillantes. Ainsi le fait d’avoir déménagé pour vivre plus près de la mer, ou encore d’avoir choisi son école ou sa formation professionnelle en fonction de sa localité et non de sa renommée sont les exemples les plus couramment cités par un peu plus des deux tiers des glisseurs. Dans ce registre, Bertrand (39 ans, enseignant du secondaire) nous explique son choix de devenir professeur de mécanique plutôt qu’ingénieur :

« Cela a structuré ma vie déjà au niveau de mon travail. Je ne fais pas ce pourquoi j’ai fait des études. Dans la perspective de faire un boulot d’ingénieur, il y avait l’impossibilité d’être libre, d’avoir du temps et c’est inenvisageable. Même avoir de l’argent cela ne pouvait pas suppléer au fait de ne pas naviguer. L’enseignement, ce n’est pas une vocation, c’est vraiment une démarche délibérée pour avoir du temps. Je ne déteste pas cela, mais c’est vraiment orienté et chaque année, la première chose que je regarde sur les emplois du temps c’est combien d’après-midi de libre vais-je avoir ».

25Toujours à cette même question, les 30 % de questionnés restants invoquent des choix plus secondaires tels que la détermination par les pratiques des destinations de vacances, l’achat d’une camionnette plutôt qu’une voiture pour transporter le matériel.

26Il faut souligner l’extrême homogénéité de notre échantillon. Le recrutement social et culturel de nos répondants est stupéfiant par la constance de ses régularités statistiques. Le haut niveau de diplôme, l’argent investi dans la pratique, la catégorie socioprofessionnelle la plus représentée nous indique que le recrutement de la population des (wind, kite) surfeurs se fait dans les catégories sociales favorisées et plutôt privilégiées. C’est un trait déterminant de nos analyses. Néanmoins, et malgré cette forte cohérence groupale des questionnés, la variable socioprofessionnelle, et celle de l’âge semblent être les deux clés pour tenter de comprendre la structuration de notre échantillon. D’un côté nous observons les « moins de trente ans », peu engagés dans leur vie (célibataire, sans enfant) familiale et professionnelle, qui, par l’usage qu’ils ont du champ de vagues, trouvent un espace pour s’éprouver soi-même dans une confrontation à la sauvagerie du milieu, par une confrontation au danger (réel ou symbolique) dans une recherche de sensation et de « vertige ». Ce sont le plus souvent des étudiants, ou des personnes en fin de formation, qui, face à l’ensemble de choix de vie qu’ils ont à mener à cet âge, trouvent par une pratique fréquente du champ de vagues un espace d’identification individuel puissant. L’espace « vague », pour ces jeunes adultes est un terrain propice pour se confronter à soi-même et se porter aux limites de son audace par un jeu avec le vertige et la vitesse que procure la mobilité ludique dans les vagues.

27Les « plus de trente ans », quant à eux, sont d’avantage entrés dans la vie active et ont intégré les normes sociales dans le sens où les engagements professionnels et familiaux obligent aux compromis. Le champ de vagues est vécu sur un mode moins passionnel mais toujours central dans l’organisation de l’existence. La pratique s’effectue surtout le week-end, et l’occupation de postes professionnels de cadre leur permettent une certaine flexibilité pour trouver quelques moments pour se libérer en semaine. Ces pratiquants sont de véritables jongleurs et gestionnaires de leur temps avec l’ensemble des rôles et fonctions qu’ils occupent : père de famille, chef d’entreprise ou personne à responsabilité, mari… et la glisse.

28Le très faible effectif des « plus de 35 ans » nous amène à poser légitimement la question de savoir si la pratique assidue du champ de vagues n’est pas le propre d’un âge de la vie ? Est-il possible de vieillir avec une structuration de la gestion du temps autour de l’activité « surfique » ? Est-ce les conséquences statistiques de la relative jeunesse (une trentaine d’années) de nos pratiques qui font que les « plus de 35 ans » sont sous-représentés ? Ou bien est-ce tout bonnement la spécificité du mode de relation à la pratique, c’est-à-dire, un mode passionnel qui est appelé à s’atténuer ou à disparaître avec l’avancée en âge ?

Le champ de vague comme lieu existentiel

29L’implication des pratiquants, tant en quantité de temps, d’énergie, d’argent, ne peut que surprendre l’observateur attentif à ce mode d’investissement de l’espace naturel. Pourtant, tous les glisseurs de notre enquête, ne sont pas des professionnels de ces sports, et il n’y a aucune raison économique ou financière pour légitimer une telle implication. Vivre une relation quotidienne ou familière avec la mer par ces pratiques de vagues offre le cadre à une relation à la nature singulière qui plonge ses racines dans les premières expériences du champ de vagues.

30L’expertise « surfique » se construit dans un affrontement croissant à une nature de plus en plus violente. Au cours de ses nombreuses sorties en mer, le pratiquant est forcément confronté à la limite de sa capacité à agir sur l’environnement et à la reconnaissance de la toute-puissance des éléments. Plus les vagues sont grosses et/ou le vent violent, plus le glisseur fait le constat de sa capacité limitée d’action. D’ailleurs, la glisse sur de grosses vagues se limite bien souvent à un « take off », à chevaucher la vague le plus simplement possible en minimisant au maximum les risques de chutes. En somme, entretenir une relation régulière sur la durée avec le champ de vagues et donc être confronté à des conjonctions de force de vent et de tailles de houle très différentes, implique nécessairement chez les (wind, kite) surfeurs l’intériorisation d’une « place » et d’une forme de sujétion à l’ordre immanent de la nature. En cela, les vagues sont premières et le surfer doit se plier à la matérialité physique du champ de vague et éprouver la propre contingence de son action. Le processus d’apprentissage qui commence par la maîtrise technique d’un engin, puis de compétences relatives à l’insertion au cœur de l’espace de déferlement des vagues n’est possible que dans une conception non surmoïque de l’action du glisseur dans les déferlantes. L’engagement expérimenté dans le champ de vagues est avant tout une stratégie de l’évitement visant à constituer une parade efficace face à l’expérience première du rejet à l’estran.

31Apprendre à lire et à anticiper l’apparition d’une vague, adopter des conduites d’évitements ou au contraire s’exposer, sont des savoirs d’actions qui peuvent être synthétisés comme le développement d’un « sens marin » qui permet de rentrer en coïncidence avec le rythme de son environnement. La forme de cette intelligence du milieu est à rapprocher de la métis grecque (Détienne & Vernant, 1989). En recherchant l’efficiente pratique, il s’agit d’épouser les circonstances, de tirer parti des situations, en ne plaquant aucun plan rigide sur la situation et en y adaptant au contraire une conduite souple et adaptative. Le glisseur n’a d’autre choix que de mettre en place les savoirs pratiques liés à l’insertion au point de déferlement des vagues et de reconnaître le caractère hétéronomique de la vague à laquelle il se confronte lorsqu’il tente de s’approprier le potentiel de glisse qu’elle contient.

32L’individualisme, ou plutôt l’idéal solitaire de l’action « surfique » dans le processus d’apprentissage, laisse libre le pratiquant de fixer lui-même sa manière de pratiquer, de définir seul ses plaisirs et ses déplaisirs ainsi que son degré d’engagement dans l’action. Il peut toujours décider de s’arrêter, ou même de changer de spot, et c’est lui seul qui fixe le prix qu’il est prêt à payer physiquement dans l’action. Nous avons insisté sur le caractère extérieur et hétéronomique des forces naturelles qui organisent la pratique, mais il ne faut pas occulter qu’avant d’être plongé au milieu du champ de vagues, celui qui décide de s’y engager ou pas est toujours l’individu. Son autonomie de décision et ses goûts sont les éléments qui fondent le choix des techniques de soi. Tout ce long travail d’apprentissage des conduites motrices, d’éducation des sens et de familiarisation au milieu repose sur un travail de soi sur soi. Ce travail inclut le double apprentissage des techniques et conduites motrices efficaces pour la maîtrise de l’engin ainsi que l’apprentissage de la compréhension et de « l’ordination » du champ de vagues, dans sa pure extériorité. En ce sens, le placement délibéré du pratiquant sous le pouvoir de la nature par l’intermédiaire de ses techniques de soi est un mode d’action que l’individu exerce sur lui-même, une gourvernementalité de soi (Foucault, 1994). Cette mise en problème du sujet par son désir de se placer sous le jeu les contraintes que pose le dispositif de la pratique du champ de vagues, illustre la recherche que l’individu développe pour s’identifier et se connaître comme sujet. L’expérience de la mobilité dans les vagues lui permet, à la fois, les identifications et l’expérience de ses propres limites. La vague, par sa force et sa puissance, devient un espace de représentation propice au sentiment esthétique. Être au bon endroit, être dans le rythme de l’apparition des vagues et de son déferlement, contourner et éviter les pièges, exercer son audace face aux sections déferlantes, sont autant de facettes de l’action « surfique » qui permettent au pratiquant de se sentir appartenir à ce milieu. Il donne l’illusion d’être au cœur des événements et de se sentir accepté dans la sauvagerie de ce cadre de pratique. L’action syntonisatoire et le côtoiement de la matière en mouvement, par le vertige qu’il impose, sont deux leviers majeurs par lesquels une esthétique et une éthique de la relation à la nature s’ancrent dans la subjectivité du glisseur. Il ne s’agit nullement de fusion ou d’une volonté de disparition du glisseur dans le paysage « vagues », mais d’un désir de correspondance horizontale, d’expérimentation de l’immanence du cours des choses et des événements de la nature afin de se sentir relié à celle-ci. Cette recherche de contact avec la nature exprime le désir de se placer au cœur d’une puissance, d’un noyau d’intensité extérieur à soi permettant de s’éprouver soi-même « au cœur du réel » (Griffet, 1993).

Conclusion

33Les usages du champ de vagues ne se laissent pas facilement saisir. Les disparités locales et régionales très importantes dans l’exposition aux vagues ainsi que la multiplication des modes d’appropriation de cet espace construisent un vaste terrain d’observations. Il ressort néanmoins que les pratiques de « surf riding », opèrent un tri social qui contraste fortement avec l’image habituellement véhiculée sur l’identité des glisseurs. Les pratiques de surfs, au regard de nos résultats constituent de nouveaux opérateurs hiérarchiques de sexe, de classe et d’âge. En cela, cette enquête illustre la manière dont des loisirs sportifs de pleine nature peuvent constituer et organiser des modes de vie pour une « population littorale » favorisée, tournée vers le loisir et l’accomplissement individuel dans un temps pour soi gagné contre le temps de travail.

Haut de page

Bibliographie

ANDRIEU B., 2011, « Les corps participants, agence épistémique et écologie expérientielle dans les recherches en STAPS depuis 2000 », STAPS, 2011/1 n° 91, p. 77-86.

AUGUSTIN J. I., 2002, « La diversification territoriale des activités sportives », L’Année sociologique, 2002/2, vol. 52, p. 417-435.

BROMBERGER C., (dir.), 1998, Passions ordinaires, Paris, Bayard.

CAPP Fiona, 2005, Ce sentiment océanique, mon retour au surf, Arles, Actes Sud.

CORBIN A., 1988, Le territoire du vide, l’Occident et le désir de rivage 1750-1840, Paris, Champ Flammarion.

CORBIN A., 2001, L’homme dans le paysage, Paris, Textuel, p. 126.

DETIENNE M. & VERNANT J.-P., 2009, Les ruses de l’intelligence : la métis des grecs, Paris, Flammarion.

FOUCAULT M., 1994, Dits et écrits, vol. 4, Paris, Gallimard, p. 785.

GRIFFET J., 1993, « Religion(s) de la mer. Récits d’aventure et religiosité au XXème siècle », Religiologiques n° 8, Le métissage des dieux, Montréal, en ligne : http://www.unites.uqam.ca/religiologiques/no8/griff.pdf

GUIBERT C., 2005, L’univers du surf et stratégies politiques en Aquitaine, Paris, L’Harmattan, p. 72-94.

GRIFFET J., 1995, Aventures marines, image et pratiques, Paris, l’Harmattan.

GRIFFET J., 1995, « Les plaisirs du bord de mer (1930-1960) », Études rurales, édition de l’EHESS, n° 133-134.

JEU B., 1977, Le sport, l’émotion, l’espace, Paris, Vigot.

LACROIX J. & BESSY O., 1995, Glisse d’hier et surf d’aujourd’hui, Augustin J.-P. (dir.), Surf Atlantique, les territoires de l’éphémère, Talence, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, p. 79-86.

SAYEUX A.-S., 2006, Surfeur, l’être au monde. Analyse socio-anthropologique de la culture de surfeurs, entre accords et déviance, Thèse de doctorat STAPS sous la direction de Dominique Bodin, p. 175-181.

SAYEUX Anne-Sophie, 2010, « Les paysages vagues », Sociétés, 2010/3 n° 109, p. 91-103.

TREY O., 1994, « Les conflits d’appropriation des espaces de pratiques en surf », Augustin J.-P. (dir.), Surf Atlantique, les territoires de l’éphémère, Talence, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, p. 24-48.

Haut de page

Notes

1 La pratique de l’observation participante sur notre terrain a davantage été une participation observante (Andrieu 2011). Nous expérimentons, presque quotidiennement (au rythme des rentrées de houle et des coups de vent) et ce depuis plus de quinze années, la réalité de la confrontation motrice au champ de vagues par l’incorporation d’une planche de surf ou d’un engin vélique.

2 Cette distinction est d’importance. Comme l’écrit la romancière Fiona Capp, s’exprimant sur la glisse dans les vagues : « ... contrairement à un voyage sur l’océan, il ne requiert pas une absence prolongée. Le rapport à la mer est très différent de celui du marin. Il s’agit d’une négociation sans fin entre la mer et la terre, plutôt que l’appel du grand bleu ; il s’agit de vivre l’instant plutôt que de partir ou d’arriver. À la fin les vagues nous renvoient toujours au rivage, à notre quotidien, et nous rappellent que notre place est sur la terre ferme (Ce sentiment océanique : mon retour au surf, Paris, Actes Sud, p. 104) ».

3 Expression tirée du magazine Surfer’s journal en décembre 1995.

4 Les questionnaires étaient à la fois disponible dans des magasins spécialisés dans la vente de matériels de glisse sur l’ensemble du littoral ouest de la France ainsi que par un formulaire internetplusieurs fois passé à la une de sites internet spécialisés. Ces sites mettent en ligne ce qu’ils appellent des « news » quotidiennement et, par cet intermédiaire, ils renvoyaient les internautes volontaires vers notre site (www.guillaumemariani.com) pour remplir le dit questionnaire. Notre « news » est passée plusieurs fois et les derniers questionnaires retenus le furent en décembre 2005. Il faut noter que ce mode de recueil fut, pour notre enquête, extrêmement fécond. Nous en avons retenu 250 parmi près de 400. Les connaissances issues de ce questionnaire sont donc, de fait, étroitement liées à notre échantillon et ne sont généralisables au-delà du contexte de notre étude qu’avec une extrême prudence.

5 Ces engins jouissent d’un mode de propulsion vélique et beaucoup de pratiquants investissent des plans d’eau plats ou peu agités (même par vent fort), abrités de la houle et des vagues. La modalité de pratique « vague » constitue en soi chez les windsurfeurs et les kitesurfeurs une modalité d’excellence et c’est précisément ces sportifs que nous avons intérrogé.

6 Il existe un troisième type de déferlement dit « gonflant » mais ne concerne pas les pratiques que nous analysons ici.

7 SUP, appréviation désignant le Stand Up Paddle Surfing qui est une pratique du surf avec une rame.

8 Voir L’état des inégalités en France, Paris, Belin, 2006, p. 30.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Mariani, « Les modes d’appropriations de l’espace « vague » sur le littoral français », Géographie et cultures, 80 | 2011, 249-266.

Référence électronique

Guillaume Mariani, « Les modes d’appropriations de l’espace « vague » sur le littoral français », Géographie et cultures [En ligne], 80 | 2011, mis en ligne le 25 février 2013, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/gc/556 ; DOI : 10.4000/gc.556

Haut de page

Auteur

Guillaume Mariani

Laboratoire GEPECS – Équipe TEC – EA 3625 – Université Paris Descartes

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals