Navigation – Plan du site

Vu du Brésil, présentation

Francine Barthe-Deloizy et Angelo Serpa
p. 3-5

Indexation

Géographie :

Brésil
Haut de page

Texte intégral

1Dans la continuité des numéros consacrés à la géographie culturelle qui se fait à l’étranger après « Vu d’Allemagne » et « Vu d’Italie », la revue a invité les chercheurs géographes brésiliens à participer à cette initiative. Cet intérêt renouvelé pour la recherche de ce qui se fait ailleurs est le miroir d’une certaine forme de curiosité qui anime les membres de la revue Géographie et cultures. Nous avons donc lancé un appel à articles et ce que nous vous présentons dans les pages qui suivent en est le résultat. Ceci explique que ce dossier de Géographie et cultures ne présente pas une vue panoramique de la recherche faite au Brésil mais plutôt un coup de projecteur qui témoigne de la formidable dynamique de la recherche brésilienne en géographie culturelle, des débats qui l’agitent et des questionnements dont on a finalement peu connaissance en France, et ce, malgré une longue tradition de coopération et d’échanges.

2Afin de mieux comprendre l’enjeu et la difficulté du travail accompli dans ce numéro, nous soumettons au lecteur ce petit exercice. Imaginons qu’une revue brésilienne ait l’idée de publier un numéro spécial sur l’état de la géographie culturelle en France… Que pourrait-il bien se passer ? Le résultat à coup sûr ne serait pas le reflet exact de ce qui se passe en géographie culturelle mais donnerait davantage une idée un peu trouble et sans doute aussi assez troublante de l’état de la géographie culturelle en France. Continuons l’exercice, nous avons passé la première étape, l’article a été écrit en français, il faut pour certains trouver un traducteur suffisamment au fait d’un vocabulaire spécifique, précis, au courant des concepts et des nuances de la langue pour que, au final, notre article soit d’une bonne facture scientifique.

3Enfin ! Le voici envoyé et dans les temps en tenant compte des contraintes éditoriales spécifiées dans l’appel à communications. L’aventure n’est pas achevée pour autant, elle continue quelques mois plus tard par la réception des rapports d’évaluation (écrits en portugais) qui remarquent avec diplomatie, certes, mais fermement de revoir notre niveau d’écriture qui n’est pas satisfaisant et surtout qui suggère des lectures (toujours en portugais) d’un nombre impressionnant d’ouvrages ayant déjà été écrits sur le sujet… en s’étonnant qu’il n’y soit jamais fait référence… Voici un court résumé de la situation dans laquelle se sont trouvés certains des auteurs de ce numéro.

  • 1 Nous tenons à remercier particulièrement Paul Claval pour ses 4 traductions, ses réécritures et ses (...)

4Ce parcours du combattant s’achève après presque deux années d’échanges réguliers, et nous avons le plaisir aujourd’hui de vous présenter ce copieux numéro. Fait exceptionnel, il comporte un nombre plus important d’articles qu’à l’accoutumée. Nous tenons donc à remercier tous ceux qui ont contribué à l’élaboration de ce volume, les auteurs, les traducteurs, les évaluateurs et les relecteurs1.

5Paul Claval ouvre ce numéro en présentant un état de l’art de la recherche en géographie culturelle au Brésil, ainsi que le cadre institutionnel dans lequel elle se déploie. Deux articles théoriques suivent, le premier, écrit par Rogerio Haesbaert s’intitule : « Hybridité culturelle : ’anthropophagie’ identitaire et transterritorialité ». L’auteur problématise les doubles concepts d’hybridité/transculturation et de multi/transterritorialité. Le second article théorique écrit par Sylvio Fausto Gil Filho s’interroge sur les apports théoriques et méthodologiques de l’œuvre d’Ernst Cassirer pour la géographie.

6Quatre articles spécifiques sur des questions brésiliennes suivent : Gilmar Mascarenhas propose une réflexion originale sur le football au Brésil à travers les paysages qu’il produit et les questions identitaires qu’il soulève. Son étude s’est portée sur les deux grands clubs de football de Porto Alegre. C’est ensuite dans le Nordeste que nous amène Eustogio Dantas. Il nous présente l’évolution du concept de « maritimité » chez les Indiens du Ceara. Le résultat de ses recherches montre que depuis un siècle et demi un sens nouveau de la maritimité est progressivement intégré à l’imaginaire touristique des populations urbaines du Nordeste, mais aussi de l’ensemble du Brésil comme de l’Europe. L’article qui suit s’intéresse à un autre aspect du Nordeste, plus folklorique, plus mystique. Il s’agit des fêtes qui se déroulent pendant tout le mois de juin. Janio Roque Barros de Castro nous montre comment ces fêtes « junines » ont évolué à travers le temps. Autrefois confinées dans les maisons, elles deviennent aujourd’hui des événements festifs réinventés. Pour clore cet ensemble d’articles consacrés aux spécificités brésiliennes, un dernier texte nous est proposé par Angelo Serpa, Henrique Araujo et Sergio Borges. Il porte sur les rapports entre capoeira et Internet. Les trois auteurs nous font entrer dans les coulisses de cet art de la lutte dansée. Ils se sont penchés sur les tactiques de territorialisation de ce sport mondialisé. Leur objectif est de nous faire comprendre les relations entre la capoeira et l’univers virtuel d’Internet à partir de l’analyse des différents groupes et communautés dans les quartiers de Salvador de Bahia.

7Enfin deux études de cas terminent le numéro. Maria Geralda de Almeida s’est intéressée à la notion de frontière sociale et territoriale à travers l’exemple de l’édification du complexe hydro-électrique de la Serra da Mesa et de ses impacts sur le paysage dans l’État du Goias. L’article de Salete Kotzel et Marcos Alberto Torres termine ce volume. Ces deux auteurs nous proposent une lecture sensible du paysage sonore de l’île des Valadares. Leur recherche nous fait découvrir, à travers les perceptions et la mémoire des musiciens du fandango, les éléments qui composent l’univers symbolique du lieu où ils vivent. Nous vous souhaitons une bonne lecture.

Haut de page

Notes

1 Nous tenons à remercier particulièrement Paul Claval pour ses 4 traductions, ses réécritures et ses relectures. Sans son aide et son soutien bienveillant, ce numéro n’aurait jamais pu arriver à son terme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francine Barthe-Deloizy et Angelo Serpa, « Vu du Brésil, présentation », Géographie et cultures, 78 | 2011, 3-5.

Référence électronique

Francine Barthe-Deloizy et Angelo Serpa, « Vu du Brésil, présentation », Géographie et cultures [En ligne], 78 | 2011, mis en ligne le 25 février 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/gc/592

Haut de page

Auteurs

Francine Barthe-Deloizy

Université Jules Verne Picardie – Laboratoire ENeC UMR 8185

francinebarthe@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Angelo Serpa

UFBA, Brésil

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals