Navigation – Plan du site
Études

Genèse d’un écrit saussurien : de la « théosophie » à une approche de la subjectivité

Guiseppe D’Ottavi
p. 129-141

Résumés

Le compte rendu de l’ouvrage de Paul Oltramare Histoire des idées théosophiques dans l’Inde (Paris, 1906) est le seul document témoignant de l’activité de Ferdinand de Saussure comme indianiste publié de son vivant. Fait d’exception chez Saussure, les manuscrits de travail qui ont précédé la publication de ce compte rendu ont été conservés : ces manuscrits, et ses rapports avec le texte publié, sont l’objet du présent article. Les outils de la critique génétique permettent alors de jeter un regard sur un côté peu connu du profil intellectuel de Ferdinand de Saussure, de suivre ses attitudes à l’égard de l’Inde brahmanique et de cerner la façon dont elles participent de sa pensée linguistique. Notamment, c’est suivant une de ces pistes brahmaniques qu’apparaît une étonnante réflexion sur le statut de la subjectivité – réflexion tout à fait unique chez Saussure. L’article en propose la première transcription complète.

Haut de page

Texte intégral

Un écrit oublié

  • 1 * Ce travail a été rendu possible grâce au soutien financier d’une bourse accordée par la Commissio (...)

1En première page du Journal de Genève du lundi 29 juillet 1907 paraît un article signé par Ferdinand de Saussure, ayant pour titre « La Théosophie brahmanique1 » (fig. 1). Occupant entièrement la moitié supérieure de la page, il se présente comme le compte rendu du premier volume de l’ouvrage de Paul Oltramare, Histoire des idées théosophiques dans l’Inde : la Théosophie brahmanique (1906).

Fig. 1

Fig. 1

Fig. 1 : Journal de Genève, 29 juillet 1907 (source : <www.letempsarchives.ch>)

  • 2 Pour une reconstruction convaincante des raisons de cette absence, voir Testenoire (2012).

2Même s’il n’a pas trouvé sa place dans le posthume Recueil des publications scientifiques (désormais : Recueil)2, cet article demeure le seul document publié de son vivant et témoignant de l’activité de Saussure comme indianiste.

  • 3 Octobre 1891-été 1912.
  • 4 Saussure donna, par exemple, cinq conférences à teneur indianiste (« Coup d’œil sur l’Inde antique  (...)

3Saussure était alors – depuis son retour en Suisse en 1891 – titulaire du cours de sanskrit à l’Université de Genève : ce cours aura été le plus régulier et durable de toute sa carrière académique3. De ces plus de vingt ans comme spécialiste de sanskrit, l’historiographie saussurienne ne retiendra que les aspects concernant l’usage de la langue sanskrite dans le cadre de l’étude de l’indo-européen reconstitué, et les effets de cet usage sur l’élaboration d’une pensée linguistique généraliste. Pourtant – comme en témoignent diverses données biographiques et documentaires – l’expertise technique a toujours été accompagnée, chez Saussure, par des compétences indianistes et par un intérêt marqué pour ce domaine4.

4Le compte rendu publié dans le Journal de Genève se situe sur ce côté peu fréquenté de la biographie intellectuelle de Ferdinand de Saussure et constitue un témoignage de grande envergure : non seulement ce texte donne l’image d’un Saussure aux prises avec des thèmes indianistes, mais l’objet explicite de ses observations y est justement la philosophie indienne.

  • 5 Des questions fondatrices sur les manuscrits saussuriens en général sont abordées par Sofía (2010).

5Il se trouve que les documents de travail qui ont précédé la publication de ce compte rendu ont été conservés et ceci constitue un fait d’exception chez Saussure. La possibilité de constituer un dossier comprenant à la fois les manuscrits de travail et le texte publié est, en effet, très rare5. C’est ce cas singulier – exceptionnel, donc, par rapport à l’ensemble de l’héritage manuscrit saussurien – qui a motivé notre étude. Nous avons, avec ce dossier, l’occasion de mener une analyse génétique d’un écrit saussurien et de l’évaluer à partir de sa nature de document de travail.

Le dossier manuscrit : Harvard Houghton Library bMS Fr 266 (6), f. 48-75

  • 6 Harvard Houghton Library (HHL), bMS Fr 266. La notice du catalogue officiel – souvent approximative (...)

6Les documents qui témoignent du travail rédactionnel du compte rendu paru dans le Journal de Genève font partie des manuscrits saussuriens dits « de Harvard ». Ce fonds, encore peu connu, rassemble des matériaux composites de plus de six cents papiers autographes que la Houghton Library – l’une des bibliothèques de l’université de Harvard (Cambridge, Massachusetts) – abrite depuis 1968 dans un unique coffret noir marqué « Saussure F. de 1857-1913 Linguistic Papers6 » (fig. 2).

7

Fig. 2

Fig. 2

Fig. 2: Harvard Houghton Library bMS Fr 266, « Saussure F. de 1857-1913 Linguistic Papers »

  • 7 J’ai établi les concordances entre la numérotation du catalogage de la Houghton Library et les extr (...)

8Jusqu’à présent, la voie d’accès à l’ensemble des manuscrits harvardiens est l’édition publiée par Herman Parret dans les Cahiers Ferdinand de Saussure (désormais : Mss Harvard) qui propose une transcription linéarisée d’un choix de feuillets. Organisée en fonction d’objectifs propres à Parret, cette édition – bien qu’utile en tant que première édition et en tant qu’aperçu général – comporte un montage de transcriptions incompatible avec leur exploitation critique. L’ensemble pose problème, que ce soit par rapport à l’ordre établi par le catalogage, ou par rapport aux diverses unités thématiques dont le matériau harvardien témoigne, de sorte que – pour ne faire mention que du dossier qui nous intéresse ici – cette édition est non seulement partielle, mais désarticulée, et ne permet qu’une lecture très laborieuse7.

  • 8 Il est fort probable que le classement actuel soit issu d’un rangement originaire : voir Jakobson ( (...)

9La cohésion de l’ensemble des documents que nous présentons ici est garantie par la donnée archivistique : ces papiers sont tous contenus dans une chemise bleue (d’environ 17 × 22 cm)8.

  • 9 Ces notices intègrent et remplacent celles données dans D’Ottavi (2010b).

10Notre dossier manuscrit comporte onze feuilles in-octavo et cinq feuillets détachés, parfois arrachés ou coupés. Alors que ces derniers – lignés ou quadrillés – maintiennent l’orientation d’usage, les feuilles in-octavo (sans lignes) sont pliées en deux dans le sens de la largeur, donnant quatre pages par feuille. L’écriture se place sur chacune des colonnes séparées par la ligne du pliage. Ce sont notamment ces pages (de fait demi-pages de la feuille originaire) qui ont été numérotées, par les archivistes, de manière que – une fois folioté – le dossier compte un total de cinquante-quatre pages, dont vingt-neuf seulement sont écrites9. Ci-dessous la présentation schématique des deux faces d’une feuille in-octavo une fois pliée et foliotée (fig. 3).

Fig. 3

Fig. 3

Fig. 3 : Schéma de la foliotation des bifeuillets

  • 10 Comme c’est le cas des folios 59 et 70v ; par contre, les folios 63 et 74 portent un tracé particul (...)

11Quand la page est complètement écrite, le tracé et l’agencement graphique général suivent un modèle plutôt linéaire, une marge gauche étant constamment réservée aux ajouts, aux corrections de relecture et aux reformulations. L’écriture – à l’encre noire – se déroule de façon ordonnée et en général très régulièrement, même si des cas de ductus moins contrôlé, révélant parfois la rapidité du geste scriptural, ne manquent pas10 (pour un exemple de cette disposition, voir fig. 4).

12

Fig. 4

Fig. 4

Fig. 4 : Une des feuilles in-octavo pliées en deux (f. 48-49v)

13Typiquement, cette disposition graphique est l’indice d’une phase rédactionnelle avancée, en voie d’aboutir au véritable brouillon définitif.

  • 11 La rareté des notations métascripturales (« Corrigé ailleurs », « verso », f. 48 ; « Renverser », f (...)

14D’autres éléments externes permettent de particulariser la détermination de l’étape génétique : plutôt que d’être poursuivie sur le verso ou sur l’autre page déterminée par la pliure, dans la grande majorité des cas l’écriture se resserre au pied de la page tête-bêche, ou dans la marge libre la plus proche. Il arrive ainsi qu’une même feuille comporte deux pages d’écriture et chacune de ces pages (section droite ou gauche de la feuille) constitue une unité, un espace d’écriture contraint pour Saussure. Saussure ne poursuit presque jamais au-delà de la limite de cet espace ; il semblerait que le cadre de cette demi-feuille informe l’avancée de l’écriture et de la pensée, comme si le cadre constituait une scansion imposée. Cette acceptation de la borne de fin de page est l’indice d’une phase intermédiaire de rédaction : une ébauche vis-à-vis de laquelle il n’est pas suffisamment en confiance au point de continuer son écriture sur la page suivante11.

  • 12 HHL, bMS Fr 266 (8) 3 : voir par exemple Saussure (1995, p. 73-164, tableaux iii-vii).
  • 13 HHL, bMS Fr 266 (2) ; Saussure (1978), voir note 6, ici même.
  • 14 HHL, bMS Fr 266 (6), f. 76-87 ; Bibliothèque de Genève, Archives de Saussure 373/1-2. Voir D’Ottavi (...)

15Par rapport à une typologie des autographes saussuriens, ce dossier se situe entre deux extrêmes représentés, d’un côté, par les ébauches de notes (le troisième cahier du traité de phonétique, par exemple12) et, d’un autre côté, par les brouillons que, par leur destination et leur soin calligraphique, on considère équivalent à une publication (l’essai de jeunesse13 ou les fiches des conférences indianistes14).

Pour une lecture génétique

16Ces faits génétiques sont corroborés par une analyse du style et du contenu.

  • 15 Cet ouvrage appartient désormais à l’historiographie des études indiennes. L’une des études fondame (...)
  • 16 Voir Oltramare (Th. br., 1906, p. iv-v). L’inclination historiographique finale de l’œuvre d’Oltram (...)

17L’ouvrage de Paul Oltramare, dont Saussure fait le compte rendu, se caractérise par la tentative de présenter la philosophie hindoue d’une façon évolutive15. Afin de faire émerger la logique de développement des systèmes philosophiques indiens, Oltramare repère quelques « axiomes traditionnels » qui traversent la pensée brahmanique, notoirement résistante à toute inscription historique16. C’est justement pour structurer d’une façon historiographique l’ensemble fuyant des philosophies indiennes, qu’Oltramare introduit la catégorie du « théosophique » : théosophiques sont justement

[les] théories et [les] espérances […] inspirées surtout par la préoccupation de l’au-delà, et qui, sans être proprement philosophiques ni religieuses, tiennent cependant et de la religion et de la philosophie (Oltramare, 1906, p. iii).

18Elles imprègnent d’une manière ou d’une autre tout système philosophique indien.

  • 17 Selon les mots de W.B. Yeats (1865-1939).
  • 18 Voir Oltramare (1906, p. iii et passim) ; voir Th. Br. et f. 67 (voir ci-dessous). La Société Théos (...)

19À la fin du xixe siècle, le terme de théosophie évoquait certains mouvements religieux à forte tendance spiritualiste et orientalisante. Rappelons seulement le plus connu parmi eux : la Société Théosophique, fondée en 1875 par la médium russe Helena Petrovna Blavatsky (1831-1891) – à l’époque « la femme la plus célèbre au monde17 » –, à laquelle Oltramare et Saussure font explicitement référence18.

20C’est ainsi que, pour détourner toute suspicion d’une filiation vis-à-vis de ces mouvements, Oltramare et Saussure insistent sur la nécessité de définir le terme théosophie et son utilisation. Cette question fait partie des thèmes récurrents de l’œuvre d’Oltramare et occupe aussi une place marquante dans le compte rendu saussurien.

  • 19 Code de transcription : barré, <ajout>, [intégration conjecturale], [[blanc]]. On doit signaler, po (...)

21C’est notamment ce sujet qui offre l’une des rares occasions d’observer un mouvement de réécriture, dans lequel une remarque critique se diffracte en cinq reformulations : quatre réécritures manuscrites à quoi s’ajoute le texte final publié. Nous proposons l’ordre génétique suivant (les transcriptions sont inédites)19 :

  • 20 Barth (1879).

Corrigé ailleurs
Qu’est-ce que la « théosophie indoue » ? Je remarque que M. Oltramare, préoccupé de justifier ce titre, en le limitant contre préservant de tte confusion, n’a pas remarqué que de l’emploi du terme par [[ ]] étaient arrivés à l’employ[er]
[verso]
<d’autres ind[ianistes]> <qui étaient arrivés comme lui à l’employer presque fatalem[ent]> On le trouve au moins trois ou quatre fois dans (sans affectation définitive et déclarée) dans l[e] dans l’ouvrage de M. Barth, Les Religions de l’Inde 187920, à un moment où il (f. 48)

  • 21 Voir Barth (1879, p. 47, 51, 52, 56).

qu’est-ce que la théosophie hindoue ? Rien de consistant sous la forme d’un livre <texte> ou même d’une doctrine. Mais quelque chose d’extraordinairement consistant, quand on considère quelques idées reparaissant et refleurissant à travers tous les systèmes religieux et philosophiques, sans être proprement le fait d’aucun. <Le livre court avant> On est presque toujours arrivé presque fatalement pour l’Inde à ce terme de théosophie, comme le fait que même sans en faire [[ ]], comme le même lorsqu’on n’entendait pas en faire un emploi catégorique,. M. Barth, dans son ouvrage classique sur les religions de l’Inde, l’employait <arrive involontairement à> au moins trois ou quatre fois en 187921, à une date où il n’était pas question encore de la théosophie, au sens occidental (f. 50).

Il a plu a certnes <qqes> communautés <religieuses ou> semi-religieuses de <l’Europe et de l’Amérique> et c’est <modernes contemporaines> de s’intituler « théosophiques » <et> de faire ses réclames en se réclamant pour la théosophie
[[ ]]
Pour juger de ce que peut être la théosophie dans l’Inde, ou des
[[ ]]
La notoriété <la plus assurée immédiate> <la plus courante <grande> > qui s’attache au nom de théosophie lui vient assurément comme on sait de ce <ce que quelques> groupes certai [sic] sectes philosophico-religieux très contemporaines, qui,. eEn même temps qu’ils adoptaient ce nom, se réclamèrent dès d’abord réclamant sont réclamés constamment de la « pensée hindoue » ou du Bouddha, ou d’autres plus ou moins connues d’ailleurs quelle qu’elle fut (f. 66v, transcription partielle).

<à tort ou à raison> La théosophie du jour, celle qu’ont mise à la mode les écrits de Mme Bl.
s’est toujours réclamée <avec [ill.]> <toujours à tort ou à raison> de l’Inde. L’Inde à son tour peut a le droit d’être admise à <de> parler,. et à dire quel est du fond de son passé <quel est <obscur> > le fond <la nature exacte <l’exacte [ill.]> > de sa « pensée théosophique » à travers les siècles
quel est à travers les siècles le fond de sa « pensée (f. 67, transcription partielle).

22Et voici le passage correspondant du texte publié :

Les études sur l’Inde intéressent un public de plus en plus étendu, et la « théosophie » a été mise presque à la mode, au milieu de nous, par les adeptes d’un certain occultisme occidental. Toutefois, si l’auteur de cette belle et savante Histoire est loin de vouloir faire une œuvre réservée à quelques lecteurs spéciaux, il aurait des objections graves, dont témoigne sa préface, à ce que nous prenions le mot de théosophie au sens qui a pu lui venir de cette secte ou de cette mode.
Les scrupules qui l’ont fait hésiter, même à se servir du mot, se conçoivent : ils sont peut être excessifs en ce sens que l’emprunt ne sera pas ici du côté des indianistes. Quelles que soient les aventures que la théosophie de Mme Blavatsky a pu faire courir à ce nom, il ne fait en somme, avec le titre où nous le lisons, que rentrer au bercail de l’indologie, d’où on l’avait d’abord détourné. […]
Au sens qu’il sera possible désormais de leur assigner, les idées théosophiques deviennent un cadre extrêmement important et précieux, qui manquait à la nomenclature régulière de l’Inde, pour classer certaines idées qu’on ne saurait faire rentrer sans autre ni [sic] dans les « religions », ni dans la « philosophie » […] (Th. br.).

23Le seul autre cas bien repérable de stratification génétique, dans ce dossier, est donné par les faux départs de l’incipit de l’article (f. 48, 50, 52v), alors qu’il est à peine possible de suivre l’entrelacement de quelques rédactions alternatives (f. 57, 58v ; f. 66v, 67 ; f. 70v, 71 ; f. 56v, 72 ; voir plus loin). Vu sous l’angle d’une approche téléologique, l’essentiel du dossier se caractérise, de fait, par la très grande disproportion – quantitative ainsi que thématique – entre le texte manuscrit et le texte publié.

  • 22 Voir par exemple Fenoglio (2009).

24L’ampleur et la richesse du matériau resté à l’état d’ébauche permettent d’observer des développements conceptuels inaccessibles hors des manuscrits. Dans le cas du texte scientifique – aux buts non premièrement littéraires – la note de travail porte, en général, les marques des pistes ébauchées, des directions que la pensée créative a prises ou qu’elle aurait pu prendre, si la publication visée n’était pas là pour en arrêter la marche22. Dans notre dossier, non seulement nous nous trouvons face à la grande étendue du savoir indianiste saussurien, mais surtout nous avons l’occasion de suivre la façon dont la philosophie indienne stimule une sensibilité spéculative, instituant des pôles d’attraction autour desquels gravitent l’intérêt et l’attention de Ferdinand de Saussure.

  • 23 Voir Gambarara (2007). Le même principe se retrouve dans la pratique de travail d’Émile Benveniste  (...)

25Comme on l’observe souvent dans les manuscrits de Saussure, la feuille constitue le format à la fois de la textualisation et de la conceptualisation23 : le dossier consacré à la théosophie brahmanique représente le lieu favorable à la précipitation d’idées transversales entre philosophie (indienne) et linguistique. Un réseau de paradigmes de variations et de correspondances entre reformulations et renvois internes permet d’identifier quelques-unes de ces lignes directrices.

26Saussure s’arrête souvent sur ce qui semble à ses yeux un des points faibles du procédé philosophique indien :

  • 24 Il s’agit d’une notation technique précise : avec « système de certitude » Saussure fait référence (...)

On ne peut pas parler de valeur axiomatique de ces choses <pour le théosophe hindou> parce qu’un axiome implique au moins qu’on a fait l’effort de reconnaître une vérité une réflexion en réalité supé
<au moins> un énoncé, et que cet énoncé est souvent la preuve de la
N’à <ne peut avoir> ce caractère que lorsqu’on fait 3 ou 4 efforts dont le premier consiste à l’énoncer, les autres à fixer sa place dans le système de la certitude24. Mais jamais ces choses ne furent axiomatisées, et c’est par quoi l’on voit qu’une obscure mentalité <de race> qui n’est jamais parvenue à se reconnaître elle-même est au fond de cette orgueilleuse philosophie fondée sur le moi (f. 49v, transcription partielle).
Dans les seuls ouvrages où règne une systématique l’habitude absolue <consiste> de procéder, dans l’énoncé d’une doctrine, par sûtras <sûtras <[des verses]> >, par propositions indépendantes (sûtras) qui doivent avoir leur valeur lace <indépendants> en style laconique dont le mérite premier doit être propositions indépendantes, (sûtras) suffirait à rendre Le sûtra [[ ]] ingrate <ou impraticable> de telles études pour quoi n’a pas [sic] d’avance tous les moyens de les pousser à fond autant par relier entre eux les sûtras <tous les articles de ces codes laconiques>
[…]
La conséquence exacte de sûtras qui se succèdent en <au> un même chapitre, reste toujours une chose la serait pour nous le lien entre les prépositions serait pour le philosophe <penseur> occidental la première chose à <ill.> exprimer <ill.> elle est avec celle qui <est la chose <un problème [presque seul]> > dont la nécessité frappe le moins un philosophe oriental. (cela crée difficulté) Ce sont, évidemment nNaturellement <ce sont> les allures d’une pensée qui n’a jamais conçu finalement autre chose que le dogme, sinon comme fond, du moins comme forme, d (f. 61, transcription partielle).

  • 25 Le lieu capital de l’affirmation de la nécessité d’une fondation de la linguistique à travers un tr (...)

27La passion avec laquelle Saussure dénonce en plusieurs formulations différentes le (présumé) défaut de rigueur scientifique de la pensée indienne – ainsi que le manque de transparence de sa logique – relève d’une attitude qui ressort partout dans ses écrits, publics et privés. La nécessité de fixer termes et axiomes sur la base desquels poursuivre l’analyse et la description linguistique est un topos de la démarche intellectuelle de Saussure25 : ce dernier fragment montre le point de rencontre – et la réaction – du même souci et de la même attitude de Saussure face au scénario instable de l’Inde philosophique, tel que le restituait l’historiographie du temps.

28Les remarques critiques disséminées – parmi d’autres – dans les passages suivants reflètent aussi un trait récurrent de la pensée saussurienne : l’opposition forme/substance.

29

Fig. 5

Fig. 5

Fig. 5 : Harvard Houghton Library, bMS Fr 266 (6), f. 65 (détail)

Chose…
L’idée qui jaillit <de ce Ier vol. <un peu partt> > <et qui <l’avouerai-je> > est celle d’une analogie en <somme> définitive assez fondamentale entre, sinon entre les façons de penser, du moins entre les <cert.> résultats de pensée philo [[ ]], qui conserveraient leur valeur absolue,
J’avoue - - - - <j’entends bien entendre au pt de vue de l’histoire des idées> avec ttes réserves – ne pas
Je crois le pt de départ tellement particulier que même les points culminants
incapacité de distinguer le <fait> conventionnel du fait établi par la nature : <une chose> le sacrifice a la même valeur <matérialité>, ou cent fois plus haute, qu’un fait comme la graine (f. 65, transcription partielle, fig. 5).

Le fond ou le tréfond [sic] de la réflexion hindoue sur les choses réside, à ce que je crois, dans l’idée de substance qui a dominé entièrement cette l’imagination de ces peuples, car une substance étant <est> à la fois ce qui développe des effets, […] et ce qui reste inaltérable à travers ses formes. D’où insignifiance <des formes, recherche ardente de la substance suprême (Brahman)>
Il n’importe pas que la substance corresponde à une chose <être> matérielle : le sacrifice avec ses rites, ou la parole, ou [[ ]] sont des « substances », c’est ce que chaque page pour ainsi dire des [[ ]] met en lumière […] (f. 68v, transcription partielle).

  • 26 Dans le milieu indianiste, l’étude pionnière et toujours cardinale sur ce sujet est Renou (1942).

30Un détail du premier texte est révélateur des enjeux que ces lignes comportent : le mot « valeur » est biffé et il est remplacé – à l’aide d’un geste scriptural assez marqué – par « matérialité » (fig. 5). Il s’agit du signe d’une attention marquée pour l’opposition valeur/matière, à son tour conforme à la discussion sur la dialectique forme/substance qu’on entrevoit dans le second texte. Cette dialectique est en effet un paramètre fondamental de la spéculation rituelle indienne, qui modélise pareillement les principes de la philosophie grammaticale26, et qu’on retrouve, dans l’appareil conceptuel saussurien, fonctionnalisé par le couple langue/parole.

31Enfin, la possibilité, avancée par les textes indiens, d’instituer des « couches » de conscience déclenche, chez Saussure, une réflexion concernant le moi et la subjectivité dont on ne trouve aucune mention ou évocation dans aucun autre texte saussurien connu jusqu’ici.

D’un principe théosophique à une approche inavouée de la subjectivité

  • 27 Oltramare (1906, p. 63-104, 186-218 et passim).

32L’une des idées théosophiques les plus chères à Paul Oltramare est celle qui institue l’identité de l’âme individuelle (ātman) et de l’âme universelle (brahman), selon le principe de l’advaita (la « non-dualité ») qu’Oltramare suit tout au long de sa « formation » et de sa « systématisation27 ».

  • 28 La version française de référence est Senart (1967). L’une des ș majeures et plus anciennes (...)

33Le lieu classique de l’exposé le plus cohérent de cette doctrine idéale est Bŗhadāraņyakopanișad, iv, iii-iv, p. 7-3428, où le sage légendaire Yājñavalkya analyse les caractéristiques et les fonctions des états de veille, de sommeil avec rêve (svapna) et de sommeil profond (sans rêve, nidrā). Le sommeil profond annonce à l’âme la béatitude de sa fusion avec l’absolu, et c’est ainsi que la faculté de connaissance – qui exige la distinction entre sujet et objet du connaître, entre monde intérieur et monde extérieur – s’arrête. Les trois personnages de la veille, du sommeil et du sommeil sans rêve animent le drame du moi vis-à-vis de la conscience de soi-même et attirent les observations critiques de Saussure :

  • 29 Tirée à l’origine de Bŗhadāraņyakopanișad i, iv, 4.10 et diversement modulée par la suite, cette c (...)

La faible personnalité. Au Ier moment contraire à ce qu’il semble, puisque brahmâsmi, « je suis moi-même le brahman29 » (f. 49v, transcription partielle)

Le procédé philosophique de l’esprit hindou est invariablement le même : 1o il écarte le monde, et les sensations qui en proviennent
2o il lui reste le moi <« l’intime »> <dans son tréfond> intime, et il suppose que ce moi <sans qualités ni affections possibles> est identique à la substance universelle. Les variations ne sont que différences ne sont que des variations sur ces deux thèmes fondamentaux, même quand elles aboutissent comme dans l’idée bouddhique à ne pas reconnaître de moi. plus même reconnaître de moi. <à> supprimer <modifier> le centre fondamental du moi. <un des 2 centres fondamentaux en> abolissant <niant> <absolument> le moi, comme dans l’idée bouddhique, ou en multipliant les moi comme dans la philosophie Sânkhya.
mais, réciproquement Ce n’est que la manière dont on entend à mettre chaque chose qui (f. 56v, transcription partielle).

Fig. 6

Fig. 6

Fig. 6 : Harvard Houghton Library, bMS Fr 266 (6), f. 71 (détail)

Définitif
Je croirais dire sans [ill.] <suffisante [[ ]] mais>
qu’est-ce que la critique exercée sur le moi par la philosophie indoue ?, et d’où <de laquelle> dérive <tt> le reste ? C’est <plus ou moins [consciemment] voulue> la critique du moi-veille par rapport au moi-sommeil, et aboutissant à écarter l’Univers comme ne convenant pas à l’un des <ces> deux moi <qui ne peuvent pas être différents>. Le 3e moi (celui reconnu (celui du rêve) sert d’argument à l’appui. La substance <’être> finale qui reste <n’est autre que> est la substance universelle, immodifiable, et et à cet instant le moi et le non-moi, dégagés des/du phénomènes se confondent. La conscience <du moi> étant <est> classée comme phénomène : expressément dans la philosophie Sânkhya, mais <plus ou moins comme> forcément si cette base l’on part partout si l’on suppose cette base des états physiologiques d’une manière générale dans ce qui sera la φilos[ophie] et dans ce qui devait sortir des états φysiolog[iques] (f. 71, transcription partielle, fig. 6).

  • 30 F. 70v, 71, 73, 74.

34L’argument de la « faible personnalité » produit une insolite masse de notes30 centrées sur le thème de la possibilité d’une fragmentation du moi : « multiplier les moi » signifie la multiplication des objets ainsi que des sujets de connaissance, c’est-à-dire – suivant la doctrine de l’advaita – leur confusion. Dans ce tourbillon, c’est le moi comme substrat simple et unique de toute opération cognitive qui se désintègre.

35C’est justement dans ce cadre qu’il faut lire le document le plus frappant de tout notre dossier et qui n’a, de fait, rien à faire avec le compte rendu, mais qui dévoile, pourtant, d’une manière évidente son origine, disons, théosophique.

36Ce beau manuscrit mérite une transcription diplomatique complète :

37

Fig. 7

Fig. 7

Fig. 7 : Harvard Houghton Library, bMS Fr 266 (6), f. 75

Transcription de la figure 7

Transcription de la figure 7

Fig. 7 bis

Fig. 7 bis

Fig. 7bis : Harvard Houghton Library, bMS Fr 266 (6), f. 75v

38Transcription de la figure 7 bis

  • 31 Cet article était déjà à l’état d’épreuves lorsqu’une communication de la Houghton Library nous a i (...)
  • 32 Ce même intitulé est tracé sur le dos d’une petite enveloppe vide (HHL bMS 266 [6], f. 95).

39Le titre de ce feuillet, « à travers buissons », soulève des questions31. Au-delà d’une interprétation littérale, l’ambiance théosophique offre une alternative à la lecture de ce titre. Le terme « buissons » est une traduction possible de Āraņyaka, « [Livres des] forêts », textes de nature ésotérique à contenu mystique et symbolique, liés aux Brāhmaņas et aux Upaniņads, les produits du savoir sacerdotal sur lesquels s’appuie entièrement l’ouvrage d’Oltramare. Saussure aura pu vouloir marquer le caractère tout à fait intime de ces lignes par une référence aux textes parmi les plus mystérieux et difficiles de la littérature indienne32.

40C’est la séparation du moi de sa conscience (« classée comme phénomène », f. 71) qui en permet, d’un point de vue logique, la dérive, « l’excursion » : la juste mesure de l’éblouissement trans-subjectif que ce manuscrit exprime n’est gagnée qu’à travers la reconstitution de son statut génétique qui l’inclut, donc, dans l’ensemble des réflexions indianistes que Saussure vient d’aborder.

41Outre l’occasion de dépister la dynamique et la mécanique du processus de création textuelle et de ses caractères chez Saussure, l’exploitation critique en génétique de l’ensemble des papiers précédant le compte rendu indianiste permet la découverte d’un Saussure insolite.

42Ce dossier représente un cas remarquable à plusieurs points de vue. Très rare, sinon unique avant-texte d’une publication chez Saussure, unique texte consacré explicitement à la philosophie brahmanique, cet ensemble de documents de genèse offre des conditions exceptionnelles pour faire émerger des points de fuite qui interceptent les lignes directrices d’une pensée linguistique générale. La veine spéculative de Saussure le pousse ainsi jusqu’au point d’effleurer, via un épanchement quasi lyrique, une réflexion sur la subjectivité (ou l’intersubjectivité), dont aucune trace ne sera visible dans la version publiée.

43Nourri par la proximité d’un sujet philosophique, mais censuré dans la version publiée, le produit de cet élan, à la fois subjectif et philosophico-linguistique, se révèle ainsi exploitable de façon critique dans sa propre nature grâce aux outils philologiques et génétiques.

44C’est à travers la perspective génétique appliquée à l’un des rares cas pour lesquels elle est techniquement possible au sein des études saussuriennes, que l’on parvient à jeter un regard non seulement sur les attitudes et les pratiques de travail de Ferdinand de Saussure, mais aussi sur un épisode aussi évanescent que significatif de son aventure intellectuelle.

Références bibliographiques

45CLG : Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale, éd. Ch. Bally et A. Sechehaye, avec la collaboration d’A. Riedlinger, Lausanne/Paris, Payot, 1916 [Paris, Payot, 1922, dont on emploie la pagination] ; à partir de 1972, éd. par Tullio De Mauro (contient De Mauro 1972).

46Mss Harvard : Herman Parret, Les Manuscrits saussuriens de Harvard, Cahiers Ferdinand de Saussure, n° 47 (1993 [1994]), p. 179-234.

47Recueil : Recueil des publications scientifiques de Ferdinand de Saussure, publié par Ch. Bally et L. Gautier, Genève, Sonor, 1922.

48Th. br. : F. de Saussure, La Théosophie brahmanique, Journal de Genève, 29 juillet 1907 [en ligne sur <www.letempsarchives.ch>].

49Barth August, 1879, Les Religions de l’Inde, Paris, Sandoz.

50Benveniste Émile (éd.), 1964, Lettres de Ferdinand de Saussure à Antoine Meillet, Cahiers Ferdinand de Saussure, n° 21, p. 89-130.

51De Mauro Tullio, 1972, Introduction, Notes biographiques et critiques et Notes, dans CLG i-xviii, p. 319-495 (édition italienne Roma/Bari, Laterza, 19671 [201023]).

52D’Ottavi Giuseppe, 2010a, Saussure et l’Inde : la théorie de l’apoha et les entités négatives du langage, dans Le Projet de Ferdinand de Saussure. Éléments pour un réexamen, éd. J.-P. Bronckart, C. Bota, E. Bulea, Genève, Droz, p. 169-191.

532010b, Le Savoir indianiste de Ferdinand de Saussure : les manuscrits de Harvard Houghton Library bMS Fr 266 (6), Cahiers Ferdinand de Saussure, n° 63, p. 53-79.

54— 2012, « Pāṇini et le Mémoire », Arena Romanistica, numéro consacré à Ferdinand de Saussure, éd. par F. Rastier, à paraître.

55Fenoglio Irène, 2009, « Les notes de travail d’Émile Benveniste », Langage & Société, n° 127, « Écritures scientifiques. Carnets, notes, ébauches », p. 23-49.

56 2011, Déplier l’écriture pensante pour re-lire l’article publié. Les manuscrits de « L’appareil formel de l’énonciation » d’Émile Benveniste, dans Relire Benveniste. Réceptions actuelles des Problèmes de linguistique générale, éd. É. Brunet et R. Mahrer, Bruxelles, Academia, p. 263-304.

57Gambarara Daniele, 2007, Ordre graphique et ordre théorique. Présentation de Ferdinand de Saussure, Ms. fr. 3951/10, Cahiers Ferdinand de Saussure, n° 60, p. 237-280.

58Giacomelli Roberto, 2006, Lo Strano caso della signora Hélène Smith. Spiritismo, glossolalia e lingue immaginarie, Milano, Libri Scheiwiller.

59Jakobson Roman, 1969, Saussure’s unpublished reflections on phonemes, Cahiers Ferdinand de Saussure, n° 26, p. 5-14.

60Larson Gerald J., 1979 [1969], Classical Sāmkhya : an Interpretation of its History and Meaning, Delhi, Motilal Banarsidass.

61Normand Claudine, 2006, Les Blancs des manuscrits saussuriens, dans id., Allegro ma non troppo – Invitation à la linguistique, Paris, Ophrys, p. 79-112.

62Oltramare Paul, 1906, Histoire des idées théosophiques dans l’Inde, t. I : La Théosophie brahmanique, Paris, Leroux [« Annales du musée Guimet », 23t.].

63Rastier François, 2002, Saussure, la pensée indienne et la critique de l’ontologie, Revue de Sémantique et Pragmatique, n° 11, p. 123-146 [sur le site de la revue électronique Texto ! : <www.revue-texto.net/Saussure/Sur_Saussure/Rastier_Inde.html>].

64Renou Louis, 1942, Les Connexions entre le rituel et la grammaire en sanskrit, Journal Asiatique, n° 233, p. 105-165.

65Saussure Ferdinand de, 1978, Essai pour réduire les mots du grec, du latin et de l’allemand à un petit nombre de racines, éd. Boyd H. Davis, Cahiers Ferdinand de Saussure, n° 32, p. 73-101.

661995, Phonétique. Il manoscritto di Harvard Houghton Library bMS Fr 266 (8), éd. Maria Pia Marchese, Padova, Unipress.

67Senart Émile (éd), 1967 [1934], Bŗhadāraņyakopanișad, Paris, Les Belles Lettres.

68Sofía Estanislao, 2010, Qu’est-ce qu’un brouillon en sciences du langage ? Notes préalables à une édition numérique des manuscrits de F. de Saussure, Cahiers Ferdinand de Saussure, n° 63, p. 11-27.

69Testenoire Pierre-Yves, 2012, La Place de la « Théosophie brahmanique » dans l’œuvre de Saussure, Cahiers Ferdinand de Saussure, n° 65, à paraître.

Haut de page

Notes

1 * Ce travail a été rendu possible grâce au soutien financier d’une bourse accordée par la Commission européenne, le Fonds social européen et la région de Calabre dans le cadre d’un projet de recherche sur les manuscrits de Ferdinand de Saussure. Mes remerciements vont à Irène Fenoglio pour son attention et pour sa patience.

L’article (désormais Th. br.) est consultable en ligne à travers la version numérisée de l’archive historique du Journal de Genève (<http://www.letempsarchives.ch>).

2 Pour une reconstruction convaincante des raisons de cette absence, voir Testenoire (2012).

3 Octobre 1891-été 1912.

4 Saussure donna, par exemple, cinq conférences à teneur indianiste (« Coup d’œil sur l’Inde antique ») entre décembre 1897 et janvier 1898 : là, au cours d’exposés destinés au grand public, une vaste pratique des textes de la littérature et de l’histoire indiennes fait surface, ainsi qu’une connaissance tout à fait précise des questions classiques de l’indianisme contemporain (voir D’Ottavi, 2010b). Le premier à présenter des raisons bien fondées de rapprochement entre les philosophies indiennes et la pensée de Ferdinand de Saussure a été François Rastier (2002), travail poursuivi par D’Ottavi (2010a). Voir aussi D’Ottavi (2012).

5 Des questions fondatrices sur les manuscrits saussuriens en général sont abordées par Sofía (2010).

6 Harvard Houghton Library (HHL), bMS Fr 266. La notice du catalogue officiel – souvent approximative (comme dans le cas du dossier qui nous intéresse) – est en ligne à l’adresse <http://oasis.lib.harvard.edu/oasis/deliver/~hou00336>. Des neuf dont l’ensemble harvardien se compose, seuls les dossiers 2 et 8 ont été publiés dans leur intégralité : le premier consistant en une copie autographe de l’Essai pour réduire les mots du grec, du latin et de l’allemand à un petit nombre de racines que Saussure rédigea alors qu’il avait 16 ans (Saussure, 1978), le second comportant les cinq cahiers d’ébauches d’un traité de phonétique (Saussure, 1995). Le reste des papiers saussuriens déposés à Harvard est assez hétérogène : on y trouve une version manuscrite de la thèse soutenue à Leipzig en 1880 (De l’emploi du génitif absolu en sanscrit, Genève, Imprimerie Fick, 1881 = Recueil, p. 269-338) accompagnée de ses nombreux cahiers de recherche ; une dizaine de pages d’un brouillon du Mémoire sur le système primitif des voyelles dans les langues indo-européennes (Leipzig, Teubner, 1879 = Recueil, p. 1-268), suivies d’un compte rendu manuscrit daté 1889 et rédigé par Georges Guieysse (un des élèves parisiens), ainsi que beaucoup de notes grammaticales qu’on relie aux cours universitaires ; voir Mss Harvard et D’Ottavi (2010b).

7 J’ai établi les concordances entre la numérotation du catalogage de la Houghton Library et les extraits publiés par Mss Harvard de la façon suivante :

CatalogageMss HarvardCatalogageMss Harvard48§ 1163§ 8349v§ 8764v§ 9050§ 1165§ 12, 9151§ 9466v§ 8052v§ 1167§ 8153§ 9568v§ 93, 107[…][…]56v§ 9670v§ 9757§ 79, 82, 8471§ 9858v§ 8572§ 9259§ 8673§ 9960v§ 8874§ 7761-62v§ 8975§ 100Pour ma part j’utilise dans cet article le foliotage archivistique d’Harvard, soit « f » pour folio (f°) et « v » pour verso (v°).

8 Il est fort probable que le classement actuel soit issu d’un rangement originaire : voir Jakobson (1969) et Saussure (1995, p. vii-xi).

9 Ces notices intègrent et remplacent celles données dans D’Ottavi (2010b).

10 Comme c’est le cas des folios 59 et 70v ; par contre, les folios 63 et 74 portent un tracé particulièrement constant et homogène.

11 La rareté des notations métascripturales (« Corrigé ailleurs », « verso », f. 48 ; « Renverser », f. 57 ; « Cf. page 1 de cette feuille », f. 58v ; « Définitif », f. 71 ; « TSVP », f. 73) dénote aussi bien un texte qui a quitté l’état d’ébauche, mais qui n’est pas encore suffisamment structuré.

12 HHL, bMS Fr 266 (8) 3 : voir par exemple Saussure (1995, p. 73-164, tableaux iii-vii).

13 HHL, bMS Fr 266 (2) ; Saussure (1978), voir note 6, ici même.

14 HHL, bMS Fr 266 (6), f. 76-87 ; Bibliothèque de Genève, Archives de Saussure 373/1-2. Voir D’Ottavi (2010b).

15 Cet ouvrage appartient désormais à l’historiographie des études indiennes. L’une des études fondamentales sur la philosophie indienne (Larson, 1979, p. 23-26) ne manque pas de remarquer les perspectives nouvelles ouvertes par l’analyse d’Oltramare. Un second volume est publié à Paris, en 1923, La Théosophie bouddhique – auquel Saussure fait déjà allusion (Mss Harvard, 196, § 11, f. 48, 50 ; 220-221, 215, § 94, 77, f. 51, 74). Jean-Paul Gamaliel Oltramare (1854-1930) fut professeur extraordinaire de sanskrit à l’Université de Genève (1880-1881), ensuite professeur suppléant, puis extraordinaire, d’histoire des religions (1893-1924) et professeur ordinaire de langue et littérature latine (1896-1927). Fin humaniste et polygraphe, il fut « vraisemblablement » ami de Saussure depuis 1874 (Godel ; Cours de linguistique générale [CLG], p. 324). Oltramare et Saussure partagèrent le secrétariat du comité d’organisation du Congrès international des orientalistes qui eut lieu à Genève en 1894. Oltramare fut l’auteur aux Belles Lettres d’une version des Naturales quaestiones de Sénèque (Paris, 1929) et d’ouvrages importants de vulgarisation de la civilisation indienne.

16 Voir Oltramare (Th. br., 1906, p. iv-v). L’inclination historiographique finale de l’œuvre d’Oltramare est confirmée par la lecture de Saussure : « Ce qui pourrait presque faire penser, par la régularité de ses réapparitions, à une disposition psychologique de l’Inde, se signalant par la solution invariable donnée à certains problèmes, prend ainsi une autre couleur, ou plutôt retrouve le sens, sous le jour très éclatant de ce livre, d’un développement purement historique des idées ».

17 Selon les mots de W.B. Yeats (1865-1939).

18 Voir Oltramare (1906, p. iii et passim) ; voir Th. Br. et f. 67 (voir ci-dessous). La Société Théosophique offrait à ses membres un cadre syncrétiste – progressiste mais antipositiviste – à base ésotérique, se proposant de rendre à l’homme contemporain la vérité de la sagesse ancienne (identifiée avec la sagesse indienne en général) ; cette démarche agit comme catalyseur d’un certain intérêt pour l’hindouisme et le bouddhisme indien, partout en Europe. Saussure croisa de près la Société Théosophique à l’occasion des séances de spiritisme (1895-1898) liées à l’affaire Hélène Smith ; voir Giacomelli (2006).

19 Code de transcription : barré, <ajout>, [intégration conjecturale], [[blanc]]. On doit signaler, pour cette dernière indication des « blancs », que Saussure a l’habitude de laisser des espaces blancs, plus ou moins importants, dans le flux de son écriture ; ses manuscrits en fourmillent. Sur ce sujet, voir Normand (2006), Gambarara (2007).

20 Barth (1879).

21 Voir Barth (1879, p. 47, 51, 52, 56).

22 Voir par exemple Fenoglio (2009).

23 Voir Gambarara (2007). Le même principe se retrouve dans la pratique de travail d’Émile Benveniste : voir Fenoglio (2011).

24 Il s’agit d’une notation technique précise : avec « système de certitude » Saussure fait référence aux pramāņa(« moyens et mesures de connaissance valide »), questionnement épistémologique fondamental des écoles philosophiques indiennes.

25 Le lieu capital de l’affirmation de la nécessité d’une fondation de la linguistique à travers un travail de réduction logique et épistémologique est la lettre à Meillet du 4 janvier 1894 (publiée par É. Benveniste dans les Cahiers Ferdinand de Saussure, n° 21, en 1964, p. 95-96) : « Le commencement de mon article sur l’intonation va paraître… Mais je suis bien dégoûté de tout cela, et de la difficulté qu’il y a en général à écrire seulement dix lignes ayant le sens commun en matière de faits de langage. Préoccupé surtout depuis longtemps de la classification logique de ces faits, de la classification des points de vue sous lesquels nous les traitons, je vois de plus en plus à la fois l’immensité du travail qu’il faudrait pour montrer au linguiste ce qu’il fait ; en réduisant chaque opération à sa catégorie prévue ; et en même temps l’assez grande vanité de tout ce qu’on peut faire finalement en linguistique. […] Sans cesse l’ineptie absolue de la terminologie courante, la nécessité de la réformer, et de montrer pour cela quelle espèce d’objet est la langue en général, vient gâter mon plaisir historique […] Cela finira malgré moi par un livre où, sans enthousiasme ni passion, j’expliquerai pourquoi il n’y a pas un seul terme employé en linguistique auquel j’accorde un sens quelconque. » Sur ce thème, voir aussi l’article de Kazuhiro Matsuzawa dans ce même numéro de Genesis.

26 Dans le milieu indianiste, l’étude pionnière et toujours cardinale sur ce sujet est Renou (1942).

27 Oltramare (1906, p. 63-104, 186-218 et passim).

28 La version française de référence est Senart (1967). L’une des ș majeures et plus anciennes (environ VIIe siècle), la Bŗhadāraņyakopanișad (« Upanișad de la grande forêt ») présente sous forme dialogique les traits principaux du monisme idéaliste védique.

29 Tirée à l’origine de Bŗhadāraņyakopanișad i, iv, 4.10 et diversement modulée par la suite, cette citation répète une des célèbres « grandes sentences » (mahāvākya) qui fixent les vérités irréductibles des Upanișads. Voir par exemple Oltramare (1906, p. 136 et passim).

30 F. 70v, 71, 73, 74.

31 Cet article était déjà à l’état d’épreuves lorsqu’une communication de la Houghton Library nous a informé que le feuillet classé jusqu’ici f. 75 (suivant Mss Harvard et le catalogue officiel en ligne) porte en fait la numérotation f. 95. Notre article est ainsi comme un essai d’identification d’un des feuillets volants du dossier 6 du fonds harvardien à travers son rattachement aux notes « brahmaniques ».

32 Ce même intitulé est tracé sur le dos d’une petite enveloppe vide (HHL bMS 266 [6], f. 95).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Fig. 1 : Journal de Genève, 29 juillet 1907 (source : <www.letempsarchives.ch>)
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/1065/img-1.png
Fichier image/png, 520k
Titre Fig. 2
Légende Fig. 2: Harvard Houghton Library bMS Fr 266, « Saussure F. de 1857-1913 Linguistic Papers »
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/1065/img-2.png
Fichier image/png, 676k
Titre Fig. 3
Légende Fig. 3 : Schéma de la foliotation des bifeuillets
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/1065/img-3.png
Fichier image/png, 5,6k
Titre Fig. 4
Légende Fig. 4 : Une des feuilles in-octavo pliées en deux (f. 48-49v)
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/1065/img-4.png
Fichier image/png, 782k
Titre Fig. 5
Légende Fig. 5 : Harvard Houghton Library, bMS Fr 266 (6), f. 65 (détail)
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/1065/img-5.png
Fichier image/png, 779k
Titre Fig. 6
Légende Fig. 6 : Harvard Houghton Library, bMS Fr 266 (6), f. 71 (détail)
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/1065/img-6.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 7
Légende Fig. 7 : Harvard Houghton Library, bMS Fr 266 (6), f. 75
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/1065/img-7.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Transcription de la figure 7
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/1065/img-8.png
Fichier image/png, 40k
Titre Fig. 7 bis
Légende Fig. 7bis : Harvard Houghton Library, bMS Fr 266 (6), f. 75v
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/1065/img-9.png
Fichier image/png, 1,3M
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/1065/img-10.png
Fichier image/png, 13k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guiseppe D’Ottavi, « Genèse d’un écrit saussurien : de la « théosophie » à une approche de la subjectivité », Genesis, 35 | 2012, 129-141.

Référence électronique

Guiseppe D’Ottavi, « Genèse d’un écrit saussurien : de la « théosophie » à une approche de la subjectivité », Genesis [En ligne], 35 | 2012, mis en ligne le 15 novembre 2014, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/genesis/1065 ; DOI : 10.4000/genesis.1065

Haut de page

Auteur

Guiseppe D’Ottavi

Giuseppe D’Ottavi, actuellement post-doctorant à l’ITEM (CNRS-ENS), mène un projet de recherche sur les manuscrits de Ferdinand de Saussure. Il a participé à plusieurs congrès internationaux de linguistique et d’indologie, écrit régulièrement pour des revues comme Bollettino di Italianistica ou AlfaBeta2 et pour la radio nationale italienne. Dernières publications : « Le savoir indianiste de Ferdinand de Saussure : les manuscrits de Harvard Houghton Library bMS Fr 266 (6) » (Cahiers Ferdinand de Saussure, n° 63) ; « Sphoța and signe : Ferdinand de Saussure and the ancient Indian linguistic Philosophy » (Nationale und transnationale Perspektiven der Geschichte der Sprachwissenschaft, éd. G. Haßler, Nodus, 2011) ; « Pāṇini et le Mémoire » (Arena Romanistica, 2012).
giuseppe.dottavi[arobase]ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals