Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus d'ouvrages

Stendhal, Journaux et papiers : volume I – 1797-1804, édition établie par Cécile Meynard, Hélène de Jacquelot et Marie-Rose Corredor, Grenoble, Ellug, 2013, 696 p.

Michel Braud
p. 203-204
Référence(s) :

Stendhal, Journaux et papiers : volume I – 1797-1804, édition établie par Cécile Meynard, Hélène de Jacquelot et Marie-Rose Corredor, Grenoble, Ellug, 2013, 696 p.

Texte intégral

1Le lecteur des éditions successives du Journal de Stendhal ne peut qu’être saisi par les différences qu’il perçoit entre elles. Même en faisant la part des manuscrits longtemps inaccessibles comme ceux du fonds Bérès acquis il y a quelques années par la Bibliothèque municipale de Grenoble, il ne peut pas ne pas noter les différences existant dans le choix des entrées et parfois dans leur ordre. On se doutait par conséquent que le « journal » n’était pas un texte continu – ni même une série de textes continus –, mais on ne pouvait pas vraiment imaginer combien il avait fait l’objet d’une reconstruction par les éditeurs successifs sur la base d’une séparation a priori entre les séries des « pensées » (notamment littéraires) et les réflexions intimes. Le volume proposé par Cécile Meynard, Hélène de Jacquelot et Marie-Rose Corredor, et dont la partie informatique a été assurée par Thomas Lebarbé, élaboré sur des critères éditoriaux explicites et rigoureux, permet de se représenter plus clairement l’état actuel des « journaux et papiers » de Stendhal.

2Les éditrices ont réuni tous les documents par lesquels le jeune Stendhal s’exerce à devenir lui-même, sur la base de l’unité thématique d’un texte inscrit sur un support (pour autant qu’on puisse s’assurer de celui-ci puisque les cahiers ont été rognés pour être reliés) et selon l’ordre chronologique. On trouve ainsi pêle-mêle des projets et brouillons de comédies et tragédies, des fragments de journal, des traductions du latin, des poèmes, des pensées diverses, des notes de lecture, des listes de rimes, diérèses et hiatus, une énumération de dieux latins, un inventaire d’effets personnels, un autre d’hommes connus, un index des caractères de théâtre, des séries de réflexions générales sur l’homme et les convenances sociales… Le tout sous des formats très hétérogènes quant à leur longueur et leur élaboration formelle. De nombreux textes relèvent du brouillon littéraire ou sont des outils utiles à cette élaboration ; beaucoup d’autres pourraient se rattacher à un objectif de perfectionnement et d’enregistrement de soi, comme les journaux, les relevés de dettes et les listes d’objets personnels ; une dernière série de documents tient de la fiche de lecture et sert à la fois à ordonner un ensemble de savoir à mémoriser et à confronter sa sensibilité et sa réflexion à d’autres esprits. Toutefois, si l’on peut ainsi caractériser rapidement les enjeux de ces pratiques d’écriture, les frontières entre ces regroupements sont éminemment incertaines car tous les documents sont les supports d’un projet singulier de formation de soi et de son écriture. Il s’agit de s’observer, de se corriger, de comprendre les rapports sociaux, de s’entraîner à les maîtriser – pour soi-même et en vue d’une création littéraire pour laquelle Stendhal cherche à s’imprégner de modèles, à analyser leur style et à s’entraîner à la rédaction. Il n’y a pas de solution de continuité entre l’observation de soi, la lecture ou la formulation de « pensées » et l’élaboration de caractères comiques ou tragiques. Le « Dossier de formation » qui est adjoint à ce volume trouve d’ailleurs naturellement sa place dans l’ensemble. Au moment où il commence à se dessiner un avenir, l’apprenti écrivain compose, pour reprendre le titre d’un des textes, les bribes d’un « dictionnaire […] pour entendre soi et les autres » – et pour les représenter. Il a d’ailleurs conscience de conduire son propre apprentissage, comme il le relève au détour d’une lecture de Télémaque : « Je n’écris [ces réflexions] que pour avoir l’occasion d’approfondir l’impression que me fait Télémaque et pour me servir dans un an ou deux, de marque du point où j’en étais à la fin de 1802 ».

3L’entreprise éditoriale des Journaux et papiers est donc particulièrement utile pour suivre l’histoire de la formation de l’écrivain ; elle constitue aussi un ensemble de documents très riche pour l’histoire culturelle, et particulièrement l’histoire de l’éducation à la charnière des xviiie et xixe siècles ; elle est enfin un outil de premier ordre pour appréhender dans son contexte la tenue d’un des premiers journaux intimes et plus largement la naissance du genre. Les qualités de mise en page, la précision des notices et des notes explicatives en font le complément nécessaire aux éditions du journal. Je ne regretterai qu’un seul choix éditorial annoncé par les éditrices – qui n’enlève rien à ce volume il est vrai –, à savoir l’exclusion des marginalia de l’ensemble des journaux et papiers. On sait que Stendhal a dispersé sur différents supports, et particulièrement sur les volumes de sa bibliothèque, des notes datées, thématiquement diverses, en relation ou non avec le support d’écriture. Sans doute peut-on regretter leur intégration sans précaution dans le Journal, comme cela a été fait dans la dernière édition Pléiade, qui induit une perspective de lecture trompeuse. Et on concèdera que la difficulté éditoriale est de taille. Il faut en effet combiner deux ensembles de contraintes qui apparaissent exclusives : ces notes se caractérisent par une certaine unité formelle et sont situées, par la datation, en relation au cours de l’existence du scripteur ; mais d’un autre côté, leur dispersion sur les différents volumes ainsi que le rapprochement de certaines d’entre elles sur un même support n’est pas non plus sans importance. Une édition uniquement numérique peut paraître une solution à la mesure de la difficulté, mais cela n’est pas entièrement cohérent avec l’entreprise des Journaux et papiers qui complète très utilement le site <manuscrits-de-stendhal.org> – dont il faut souligner l’intérêt et la qualité. La maniabilité d’une édition papier et la vue d’ensemble des textes qu’elle offre restent irremplaçables. Les éditrices ont encore quelques années devant elles, avant d’arriver à l’édition de la période concernée, pour dépasser cette aporie. Pour l’instant, on se doit de les féliciter pour cette très belle réussite éditoriale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Braud, « Stendhal, Journaux et papiers : volume I – 1797-1804, édition établie par Cécile Meynard, Hélène de Jacquelot et Marie-Rose Corredor, Grenoble, Ellug, 2013, 696 p. », Genesis, 41 | 2015, 203-204.

Référence électronique

Michel Braud, « Stendhal, Journaux et papiers : volume I – 1797-1804, édition établie par Cécile Meynard, Hélène de Jacquelot et Marie-Rose Corredor, Grenoble, Ellug, 2013, 696 p. », Genesis [En ligne], 41 | 2015, mis en ligne le 04 mai 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/genesis/1568

Haut de page

Auteur

Michel Braud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals