Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus d'ouvrages

Bénédicte Vauthier (éd.), Manuscrito digital de Juan Goytisolo, www.goytisolo.unibe.ch/, Université de Berne, 2013-20141

Jean-Louis Lebrave
p. 209-211
Référence(s) :

Bénédicte Vauthier (éd.), Manuscrito digital de Juan Goytisolo, www.goytisolo.unibe.ch/, Université de Berne, 2013-2014

Texte intégral

  • 1 © 2013-2014, Proyecto Juan Goytisolo de la Universidad de Berna.
  • 2 Fatiha Idmhand, compte rendu de Juan Goytisolo, Paisajes después de la batalla, éd. Bénédicte Vauth (...)

1Genesis a déjà rendu compte de la remarquable édition de Paisajes después de la batalla publiée en 2012 par Bénédicte Vauthier2. En parallèle à cette production, qui est à la fois une édition critique et un beau livre au sens bibliophilique, Bénédicte Vauthier a développé sur le site Internet de l’université de Berne une édition en ligne, explicitement conçue comme complémentaire de l’édition papier et destinée à offrir ce que celle-ci n’a pas les moyens de représenter. Par cette démarche, elle s’inscrit donc dans la lignée de tous ceux qui ont fait le pari que le numérique pouvait réussir là où les limites du papier sont rédhibitoires, en offrant les outils de représentation et de visualisation indispensables à une véritable édition génétique. La complémentarité est aussi théorique : de même que, dans l’édition papier, Bénédicte Vauthier s’inspirait explicitement de la tradition philologique centrée sur l’édition du texte en exploitant toutes les fonctionnalités du support livre, elle revendique ici une double dette, d’une part à l’égard de la critique génétique, et d’autre part à l’égard de la Text Encoding Initiative, qui constitue l’un des environnements informatiques les plus aboutis à ce jour pour réaliser une édition numérique.

2Pari réussi que cette édition génétique des manuscrits de travail de Goytisolo, réalisée en étroite collaboration avec des étudiants de philologie hispanique de l’université de Berne, des étudiants en humanités numériques de l’université de Würzburg, des chercheurs de l’École des Chartes de Paris, et des étudiants de la Zürcher Hochschule für angewandte Wissenschaften. Le site est aussi la mémoire de ce travail collaboratif mené à bien entre savants de différents pays, mais aussi entre chercheurs confirmés et doctorants.

3Ce point mérite d’être souligné, car il illustre un autre aspect de ce projet, je veux parler de sa dimension pédagogique. Grâce au manuel de codage TEI rédigé par Elsa Camus, l’une des étudiantes participant au projet, il est possible de se familiariser avec les outils de codage utilisés et de s’immerger dans le laboratoire du généticien-éditeur. Cette transparence permet à d’autres chercheurs de faire connaissance avec les balises spécifiquement développées pour constituer un module génétique au sein de la TEI3, d’en apprécier les fonctionnalités et d’en vérifier l’efficacité.

4L’édition numérique réalisée par Bénédicte Vauthier et ses collaborateurs vise trois objectifs principaux : mettre à la disposition des chercheurs une archive numérique contenant les brouillons du roman de Goytisolo, reproduits en fac-similé ; grâce à un ensemble de transcriptions diplomatiques codées selon les normes de balisage TEI et présentées en regard des manuscrits correspondants (« itinéraires », « chapitres »), offrir aux chercheurs des outils inédits d’exploration d’un corpus génétique en vraie grandeur ; enfin, faciliter l’immersion dans un ensemble riche et complexe en proposant des modules de navigation interactive qui constituent de véritables parcours génétiques.

5Outre la page d’accueil, la barre de menus du site comporte quatre entrées : Édition, Projet, Itinéraires et Chapitres. Dans le menu Édition, on trouve d’abord l’exposé des principes éditoriaux retenus pour le projet. Ensuite, reprenant un terme utilisé par Goytisolo lui-même pour désigner la genèse de la structure de son œuvre, le « Casse-tête » illustre trois versions d’un possible plan du roman. Grâce à un schéma et une animation, on peut encore suivre le processus particulièrement complexe par lequel « Telediario 1984 », un article paru dans El País en 1981, a donné lieu par une série de réécritures à cinq séquences romanesques de Paisajes depsués de la batalla. Enfin, deux entrées plus documentaires permettent de regarder Goytisolo lui-même parler de son roman, et de visualiser les photographies de Lewis Carroll dont l’étude génétique des brouillons montre qu’elles sont à l’origine de la séquence « Sur les traces de Charles Lutwidge Dodgson ».

6Le menu « Projet » donne la liste des collaborateurs du projet et explicite les choix techniques effectués. C’est aussi là qu’on peut lire sur écran le manuel rédigé par Elsa Camus.

7Les deux derniers menus sont les plus riches. Ils comportent trente-quatre des soixante-dix-sept séquences du roman, que le lecteur peut à volonté consulter de manière thématique dans les « Itinéraires » ou de manière chronologique dans les « Chapitres ».

8Plutôt que de prétendre résumer en quelques phrases la richesse et la nouveauté de cette édition en ligne d’un dossier génétique particulièrement foisonnant, je voudrais en dégager quelques caractéristiques marquantes.

9La première concerne la complémentarité revendiquée entre l’édition papier et l’édition numérique. Le choix de n’avoir pas prétendu substituer la seconde à la première, mais d’en avoir fait les deux volets d’une entreprise globale, est judicieux, même s’il amène le lecteur à effectuer des va-et-vient entre les deux formats. Pour bien comprendre par exemple le cas des chapitres regroupés sur le site sous la rubrique « Telediario 1984 » dans le menu « Édition », il est indispensable d’avoir lu les pages correspondantes de la présentation qu’en donne Bénédicte Vauthier dans l’édition papier, et de pouvoir consulter les notices qui accompagnent l’édition « philologique » sur papier. Mais il aurait évidemment été impossible à celle-ci de donner à voir la présentation dynamique des cheminements génétiques partant de l’article du journal El País comme le fait l’édition numérique.

10La seconde caractéristique porte sur la réalisation des transcriptions. Dans une ergonomie sobre et efficace, les « Itinéraires » et les « Chapitres » sont présentés sous la forme de quatre colonnes : les deux colonnes centrales sont dédiées aux transcriptions diplomatiques et aux fac-similés (voir fig. 1) ; à gauche et à droite, on trouve le sommaire des sections ayant fait l’objet d’une transcription. À tout instant, on peut se reporter aux conventions de codage en cliquant sur « Légende ». On peut ainsi circuler dans les différentes versions des brouillons des chapitres du roman aussi bien en parcourant les itinéraires thématiques proposés qu’en consultant la liste générale des chapitres.

Fig. 1

Fig. 1

Capture d’écran

11Grâce aux feuilles de style associées aux transcriptions (on peut seulement regretter que la documentation ne donne pas d’informations sur leur conception, sur les contraintes qui leur sont liées et sur les choix éditoriaux qu’elles ont impliqués), il est possible à la fois de visualiser la transcription du manuscrit dans son état final – dans lequel toutes les réécritures coexistent sur le feuillet quelle que soit leur place dans la chronologie des réécritures successives –, et d’identifier celles-ci grâce à un jeu de couleurs (violet, rouge, bleu, etc.). On peut donc tout à la fois isoler une couche génétique particulière, la comparer à telle ou telle autre, ou appréhender le résultat matériel final des campagnes de réécriture. Dans un autre environnement technologique – celui des transparents dont l’image était projetée sur un écran grâce à un rétroprojecteur –, j’avais illustré la coexistence de deux campagnes d’écriture successives dans un brouillon de Heine en les isolant sur des transparents qu’on pouvait à volonté présenter séparément ou superposer. La démarche de Bénédicte Vauthier est la même sur le plan théorique, mais on voit aisément l’immense progrès qu’apporte le codage numérique.

12Enfin, on doit souligner le réalisme de cette publication : il a été choisi de ne retenir que trente-quatre chapitres d’un dossier qui en comporte le double. Plutôt que de regretter cette décision, il convient plutôt de revenir sur les raisons de cette restriction. Contrairement à beaucoup de porteurs de projet dans le domaine de l’édition numérique, qu’un souci de perfection intrinsèquement louable, mais pragmatiquement dévastateur, entraîne à bâtir des projets splendides mais irréalisables faute de ressources adaptées, Bénédicte Vauthier a choisi de conformer les dimensions de son projet aux dotations en financement et en personnel dont elle disposait. À ce réalisme pratique s’ajoute une raison plus théorique, la conviction chez Bénédicte Vauthier « qu’un encodage intégral des brouillons (déchiffrés et transcrits intégralement en format Word) n’aurait que peu apporté à la compréhension des processus d’écriture et de composition du roman qui se trouvent reflétés au moyen d’une sélection représentative de ceux-ci » (« Principes éditoriaux »).

13Souhaitons que cette belle réalisation fasse des émules parmi les spécialistes d’autres corpus génétiques.

Haut de page

Notes

1 © 2013-2014, Proyecto Juan Goytisolo de la Universidad de Berna.

2 Fatiha Idmhand, compte rendu de Juan Goytisolo, Paisajes después de la batalla, éd. Bénédicte Vauthier, Salamanca, Ediciones de la Universidad de Salamanca, coll. « Acta Salmanticensia, Estudios filológicos, no 334 », 2012. Dans Genesis, n° 37, « Verbal-Non verbal », 2013, p. 207-208.

3 <http://www.tei-c.org/Activities/SIG/Manuscript/>.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Capture d’écran
URL http://journals.openedition.org/genesis/docannexe/image/1574/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Lebrave, « Bénédicte Vauthier (éd.), Manuscrito digital de Juan Goytisolo, www.goytisolo.unibe.ch/, Université de Berne, 2013-2014 », Genesis, 41 | 2015, 209-211.

Référence électronique

Jean-Louis Lebrave, « Bénédicte Vauthier (éd.), Manuscrito digital de Juan Goytisolo, www.goytisolo.unibe.ch/, Université de Berne, 2013-2014 », Genesis [En ligne], 41 | 2015, mis en ligne le 05 mai 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/genesis/1574

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Lebrave

ITEM (CNRS-ENS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Item – Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo École normale supérieure
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals