Navigation – Plan du site
Études

Pleins et déliés dans les manuscrits de D’Alembert

Olivier Ferret, Alexandre Guilbaud et Irène Passeron
p. 67-82

Résumés

Les manuscrits de D’Alembert, correspondance, notes et brouillons ou écrits inédits et projets de rééditions, soulèvent la question de leur histoire et de leur statut dans son œuvre. Ils constituent une source riche et complexe : révélatrice de sa façon de travailler mais dont l’hétérogénéité doit être évaluée. Écrits « scientifiques » et « littéraires », zones compactes et facilement identifiables aussi bien que sous-groupes de manuscrits parsemés et lacunaires paraissent souvent inclassables. Nous rendons compte de ces « pleins et déliés », de leurs promesses et de leurs exigences à partir de trois cas : les manuscrits scientifiques de D’Alembert, témoins de l’évolution de son mode de rédaction et de publication ; les copies corrigées de ses articles de l’Encyclopédie, préparatoires à une réédition organisée du même type que celle entreprise dans ses Mélanges ; les versions manuscrites, enfin, de certains de ses Éloges, témoins singuliers de son économie d’écriture.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour plus d’informations sur D’Alembert (1717-1783), sa biographie, sa bibliographie et ses œuvres (...)

1D’Alembert1 a laissé une petite dizaine de milliers de folios manuscrits, dont l’analyse soulève des questions relatives à l’histoire de leur conservation mais aussi à la définition même de ce que l’on appelle un « manuscrit de D’Alembert » : ceux qui résultent de ses activités en tant que membre de l’Académie royale des sciences de Paris, de l’Académie des sciences et belles-lettres de Berlin et de l’Académie française ; ceux qu’il a envoyés à des destinataires privés ; ceux enfin qu’il a conservés chez lui et qui ont été transmis à Condorcet (1743-1794), son légataire universel.

  • 2 Voir l’histoire mouvementée du fonds dans O.C., vol. V/1, Inventaire analytique de la correspondanc (...)

2Ces derniers sont pour la plus grande partie entrés à la Bibliothèque de l’Institut de France (Institut) avec ceux de Condorcet, ce qui explique qu’ils s’y trouvent parfois mélangés2. Une autre partie a intégré la Bibliothèque nationale de France (BnF), d’autres bibliothèques publiques ou des collections privées. Outre les lettres de D’Alembert envoyées dans toute l’Europe, la plupart des autres manuscrits connus sont conservés aux archives de l’Académie française et de l’Académie des sciences de Paris, et à la Berlin-Brandenburgische Akademie der Wissenschaften (BBAW).

3À l’Institut, la plupart des papiers dits « de D’Alembert » sont reliés sous les cotes ms. 1786 à 1794 (trois mille folios environ) et ms. 2466 à 2473 (deux mille trois cents folios environ). Les regroupements, effectués après la mort de D’Alembert, parfois par « genre », scientifique ou littéraire, parfois par ordre alphabétique (de correspondants pour les lettres du ms. 2466), ne facilitent pas la datation de leur rédaction. Il est cependant certain, soit par l’analyse du contenu, soit par les dates portées sur les lettres, que l’essentiel de ce fonds est postérieur à 1770.

4Se pose aussi, d’un point de vue théorique, la question de ce qu’il faut entendre par « manuscrit de D’Alembert ». À ce niveau, deux interprétations au moins peuvent entrer en conflit, celle qui donne le primat à l’auctorialité et celle qui se fonde sur la matérialité de l’archive. Selon la première, le corpus est défini à partir de la notion d’auteur et ne retient que des textes où prime l’idée de création : que l’auteur s’exprime à travers ses notes de blanchisserie ou à travers un récit fictionnel original est un débat interne à cette interprétation. La valeur intellectuelle du texte est d’abord jaugée à l’aune de l’originalité, ce qui sous-entend une définition forte de l’auctorialité. Lorsqu’un manuscrit n’est pas de la main de l’auteur, sauf s’il est dicté, il est ravalé au rang de simple « copie » d’un « original », et peut même se trouver rejeté du corpus si cet original a par ailleurs été conservé. Suivant la même logique, si le scripteur n’est pas à l’origine du texte, s’il copie, voire traduit, modifie ou commente le texte d’un autre, le manuscrit perd également de sa valeur.

5Selon la seconde interprétation, le corpus est défini plus largement comme une production écrite, ce qui, dans le cas de D’Alembert, est justifié par une activité liée à deux espaces de travail et de réflexion, celui des académies et celui d’échanges divers : les discussions autour de lettres et de textes copiés, en particulier dans les salons ; les correspondances entre personnes privées ou avec les périodiques.

  • 3 Voir aussi, sur un autre corpus, N. Rieucau, « La neige avait-elle recouvert le volcan ? L’écriture (...)

6L’enquête que nous proposons tentera de s’affranchir de cette distinction et s’efforcera d’articuler trois ordres de considérations3. Les unes sont relatives à la matérialité des documents : outre les problèmes liés à l’histoire, rappelée plus haut, de la conservation des « papiers de D’Alembert », elles soulèvent la question de la présentation matérielle des manuscrits et des enseignements que l’on peut en tirer. D’autres concernent l’interprétation des divers phénomènes textuels que révèle l’étude des remaniements dont les manuscrits portent la trace : elles conduisent à émettre des hypothèses relatives aux stratégies d’écriture mises en œuvre par D’Alembert. L’examen du passage du manuscrit à l’imprimé, ou, à l’inverse, la mise au jour de textes demeurés inédits du vivant de l’auteur amènent enfin à s’interroger sur les choix de publication effectués par D’Alembert, que l’on peut tenter de formuler en termes de stratégies éditoriales. Sans viser à l’exhaustivité, tout en cherchant à présenter des exemples illustrant la variété des fonds conservés, nous envisagerons successivement trois ensembles textuels : le corpus scientifique, le corpus encyclopédique et le corpus des éloges académiques.

Le corpus scientifique

  • 4 D’après la structuration des Œuvres complèt di D’(voirrcul-nts dont le>(...)
ass="num">4 D’a5ussi, sur un vol. V/1, InvenIII/Ire anaOue(...)

6L’en7uête quportent la traues » et « linotecall" id="bodyftn3" href="#ftn34"(...)ss="s orig, est justifié ntendre de cgtravs dispersos ebert,on ubgrucrit nna vns sions D’Alembertmeetvns s lavOutreues t du cor où primrl et indirf hi prom di étatiouels :

carrus est és en corpuervé.lembert, jetivesti o nffectusagerrucrit nna es fritte tres œuvti o nfaréles de vue tneuvi lhanm, le m anaOue ues pMél ao lades pnotecall" id="bodyftn3" href="#ftn35"(...)5s="s :fonde sés en entrrimrlque memuverers rs.

,nd unelachions odiqueaffectués paril c texi lhanm, l compl res, que lh ltati qui sen 1756pondaaffhaavs dindorciuvres coannes p (tr50 hetrqu de larn mêmeentdrédactioaux stratlettrdiquees sciences de Paris, et à la Berdes es sciences de l’Acadm>Éie ser arn unise a enssleur.Me et le corpus pondaaffp> urtains de ses
, Oue manussuitionsmeette paes poraîtrnshuithanm,nes privn 6ades 1780té tranetrqu riche  : leeur.tion et fectués pao una .lu laoger acriiavs di s autodiques.

3À l8uête qomptevns sattaréementtcinrécitextuels : lees u 1749-tr57emuve’Alembertardifst relatrant la ns les sas eseur. uese cor la présentathisuelut tenee D’Alembert, correspondanes prits, ner.tiit, cexte ds et si ls des docutranmpte dee l’

  • 3 Voir quête q lupart des facil033à 2473 (deu7.

6L’en9Institut, la pexcepde de re tra"> Mqu rdeeditetmies Princiits parNewtauteori( 1770.

39)notecall" id="bodyftn3" href="#ftn36"(...)len corpuerventifiques de D’Alembert, témoins de s à lau demmisehuint deust Cl’oriAlembert, lios enrers rs. ,l estartintavalassan Bibliode l’orsciences de Paris, et à la Berd(e la (tr41,uictionadjéoria nm,),hétérog tentem dOutrnesanentrer tentf.

e corpus es tion grâautotra hauorpeut ansmis à Corticulins ; les mpl gtrt l[entifiques]mie royale des sciences de Paris, de rchive. Sa Berd(mpl gtrt ldlich .eCinqrits connrers rs. mant à rciuli .eDut, à lorbe fon subggroupes dn. Ilexssifautates nte st de larnts dohauorpeu/p> ser 1740t relalios eiv>