Navigation – Plan du site
Articles

Quand l’intime défie l’ordre colonial - Les couples de Malgaches et d'Européennes en Imerina (Hautes Terres centrales de Madagascar) de 1896 à 1960.

Violaine Tisseau

Résumés

En 1896, Madagascar devient colonie française. Les couples mixtes et leur descendance ainsi que les situations de métissage sont alors perçus comme facteur potentiel de désordre. Cet article s’intéresse aux unions entre hommes malgaches et femmes européennes. Ces couples sont rares et unissent principalement des Malgaches et des femmes métisses, au sein d’unions légitimes. Malgré leur faible nombre, les autorités coloniales seront tentées de les interdire avant de faire de l’union d’un homme malgache avec une femme européenne une condition d’obtention de la citoyenneté française. Ce qui se joue en filigrane dans cette hésitation est la crainte de la perte de prestige du colonisateur et d’une trop grande proximité entre colonisateurs et colonisés. De telles unions révèlent en effet l’existence de relations intimes et durables entre Malgaches et Européens. L’intime devient alors menace en remettant en cause la cohérence de l’ordre colonial.

Haut de page

Texte intégral

1En 1880, alors que l’île de Madagascar n’est pas encore formellement colonisée par les Français, un des fils du Premier ministre malgache épouse une Mauricienne1 : aucune réaction, ni de la part des Européens, ni des Malgaches ; aucune trace dans les archives. Un peu plus de trente ans plus tard, en 1912, à son arrivée à Tananarive, la femme française d’un notable malgache est accueillie avec les plus grands honneurs par la population2. Qu’est-ce qui a changé pour que des unions mixtes similaires, en l’occurrence entre hommes malgaches et femmes européennes passent inaperçues un temps puis quelques décennies plus tard, suscitent la curiosité ? Entre les deux moments, en 1896, Madagascar est devenue colonie française : la France impose sa domination et ce qui relevait de l’anecdotique revêt une autre signification. La société coloniale se met en place, structurée et hiérarchisée autour des notions de « race », de nationalité (Français/étrangers) et de statut juridique des individus (citoyens/sujets ou « indigènes ») : ces différentes catégories classificatoires s’entrecroisent et ne coïncident pas parfaitement, ce qui nourrit les anxiétés coloniales. En effet, le cloisonnement entre les groupes est en partie condition de la pérennité de cette organisation. Or, les unions interraciales perturbent cette organisation sociale théorique. Depuis quelques années, l’étude de ces unions ainsi que des populations métisses bénéficie d’un renouveau historiographique. Soulevant la question des relations entre hommes et femmes comme entre Européens et « indigènes », l’approche par le genre en est difficilement dissociable3.

2L’existence de couples mixtes et de métis ébranle les fondations de l’ordre colonial. Dans le registre de l’intime et de la famille, la formation des couples unissant des hommes malgaches et des femmes européennes est le plus dérangeant. Bien que rares, et partant bien moins étudiés que les unions entre Européens et femmes autochtones, ces alliances sont toutefois révélatrices des lignes de faille de la société coloniale et des enjeux qui la structurent. En effet, au sein de ces couples sont questionnés les rapports de sexe, de « race » et de classe. Deux faisceaux d’interrogation coexistent : d’un côté, le pouvoir, dont l’outil est la législation, s’interroge sur la transmission de la citoyenneté et de l’autre, la société a, en termes de statut, des attentes qu’elle règle en jouant de l’exclusion ou de l’inclusion des individus. Cet article s’attache à montrer de quelle manière la question des couples mixtes pose celle de la citoyenneté et du statut des individus dans les Hautes Terres centrales de Madagascar4. Outre des registres d’état civil européen, des témoignages et quelques romans, les dossiers de candidature à la citoyenneté française constituent l’essentiel de nos sources. Ces derniers documents, plus ou moins fournis, consignent de très rares informations sur les femmes épouses de Malgaches. Peu nombreuses sont les études consacrées aux femmes européennes à Madagascar5. Les informations, parcellaires, ne permettent donc pas de dessiner une sociologie générale de ces couples mais d’esquisser des itinéraires partagés et de dégager des interrogations sur le pouvoir et la société coloniale.

I. De quelles unions parle-t-on ?

3En raison notamment de l’installation ancienne sur les côtes de Madagascar de traitants européens se mettant en ménage avec des femmes autochtones, l’île est perçue depuis longtemps comme une terre de métissage6. Si la colonisation formelle modifie les modalités d’insertion des étrangers dans la société malgache, les unions mixtes restent relativement fréquentes.

1. La relative banalité des unions mixtes dans les Hautes Terres centrales

4Dans un premier temps, constituée essentiellement de militaires, la population européenne à Madagascar se diversifie progressivement et croît pour atteindre des chiffres relativement élevés. L'île devient dans l’empire français la colonie d’Afrique où les Français sont les plus nombreux. Ainsi, on compte 9 773 Européens en 1905, puis environ 25 000 au début des années 1930 et, à la veille de l'Indépendance, en 1960, plus de 57 0007. À titre de comparaison, pour l’ensemble de l’AOF dont la superficie représente huit fois celle de la France, on recense 24 798 « Européens et assimilés »  en 1936 et 62 236 en 19518. L’Imerina, qui nous intéresse ici, concentre l'essentiel de la population européenne, en particulier dans la capitale : en 1951, près de 50 % des Français vivent ainsi dans le district de Tananarive9.

5En outre, la population « européenne » de Madagascar compte de nombreux créoles. Ces derniers sont originaires des îles voisines de Maurice et surtout de La Réunion. Ils occupent une place singulière dans la hiérarchisation de la population inhérente à la situation coloniale, entre les métropolitains et les Malgaches, et participent eux aussi du brouillage des catégories. Parfois d’ascendance métissée, ils ne sont pas nécessairement blancs, ce qui remet en cause l’identité implicite entre « colonisateur » et « blanc »10. Bien que les Hautes Terres centrales ne constituent pas leur lieu privilégié d’implantation, ils entretiennent des relations complexes avec les Merina, teintées de concurrence et du souvenir de l’esclavage.

6Par ailleurs, l'arrivée des Européennes est relativement précoce. Les données sont imprécises et incomplètes mais, dès 1915, on en compte un peu plus de cinq cent pour mille hommes, dans les Hautes Terres centrales, soit un tiers de la population européenne11. Leur nombre se rapproche de celui des hommes au début des années 1930 ; en 1937, les femmes représentent 46 % de la population européenne12. Ce dernier fait n’empêche pas Madagascar d’être une colonie où les unions entre femmes malgaches et hommes européens sont relativement courantes. En témoigne le nombre de métis : en 1938, sur un total de 5558 métis à Madagascar, 1330 sont recensés dans la région centrale dont 912 à Tananarive13. Un autre indice est le nombre et la proportion de mariages mixtes. Entre 1905 et 1933, si l’on se réfère à l’état civil européen de la capitale (Antananarivo), d’un centre secondaire (Antsirabe) et de deux gros bourgs (Manjakandriana et Ambatolampy), la proportion des mariages mixtes sur l’ensemble des unions enregistrées varie de 12,5 % à 35,7 % ; elle est la plupart du temps supérieure à 20 %14. Cela traduit la vivacité et la relative banalité des mariages mixtes au sens où non seulement leur proportion reste relativement élevée par rapport à l’ensemble des mariages dans la population européenne mais le nombre d’unions mixtes officielles est aussi important. La légitimité de ces unions entre sans doute en résonance avec la pratique ancienne de l’enregistrement de l’état civil en Imerina15.

7La particularité de Madagascar et plus précisément des Hautes Terres centrales réside d’ailleurs sans doute dans cette relative légitimité des unions mixtes. Ainsi, les naissances légitimes représentent les trois quarts des naissances de métis en 193116. Les unions entre Malgaches et Européens prennent en effet des formes diverses plus ou moins tolérées qui sont, par ordre d’acceptation et en fréquence décroissante, l’union passagère d’un Européen avec une femme malgache, l’union stable avec la reconnaissance des enfants, le mariage régulier entre Européen et femme malgache, et enfin le mariage régulier entre un Malgache et une Européenne. Ces derniers, en dépit de leur rareté, apportent un éclairage intéressant sur la société coloniale.

2. L’exceptionnel du couple homme malgache – femme « européenne »

8La première des caractéristiques de telles unions est leur faible nombre, que nous pouvons évaluer à partir notamment de deux sources : les registres de l’état civil européen et les dossiers de candidature à la citoyenneté. Sur les 257 actes de mariages mixtes enregistrés à l’état civil européen de Tananarive entre 1896 et 1933, nous avons recensé quarante-deux mariages entre un Malgache et une « Européenne », le premier ayant lieu en 191517. Nos relevés s’arrêtent au début des années trente. Or, ces unions sont vraisemblablement plus nombreuses à partir de ce moment et notamment au lendemain de la Seconde Guerre mondiale18. En effet, selon les statistiques officielles, à considérer avec précaution, il y aurait eu dans la capitale un maximum de vingt-deux mariages entre « Européennes » et Malgaches en 1937. Tananarive concentre d’ailleurs l’essentiel de ces mariages. Les relevés d’autres centres d’état civil, sur un temps plus long, affichent la même tendance. Ainsi, dans une ville secondaire comme Antsirabe, au sud de la capitale, seulement cinq mariages entre « Européennes » et Malgaches ont été célébrés entre 1896 et 1960, le premier en 1934 et les quatre autres entre 1950 et 1953. On peut y adjoindre trente-et-un couples supplémentaires, absents des actes de mariage mais apparaissant dans les actes de naissance, tout en ne perdant pas de vue que les informations pour la capitale ne vont pas au-delà de 1934. À ces chiffres, on peut ajouter ceux des Malgaches qui obtiennent la citoyenneté française. À partir de 1909, sur dossier, après enquête et sur avis du gouverneur général, l’acquisition de la citoyenneté est désormais possible19. Elle fut parcimonieusement accordée20. Entre 1909 et 1940, trente-sept Malgaches mariés à des Européennes obtiennent la citoyenneté, dont vingt-cinq entre 1909 et 1938 et douze entre 1938 et 1940 : ce dernier élément confirme timidement l’hypothèse d’une croissance du nombre de telles unions autour de la Seconde Guerre mondiale. Cette accélération coïncide certes avec une ouverture dans l’accès à la citoyenneté des Malgaches, mais elle est aussi à mettre en relation avec la croissance du nombre d’étudiants et la multiplication des circulations entre Madagascar et la métropole.

9Par ailleurs, le statut juridique d’ « Européenne » recouvre en réalité des origines diverses. Une « Européenne » peut en effet être ici, soit une femme originaire du continent européen ou bien née à Madagascar mais d’ascendance européenne, soit une créole de la Réunion ou bien encore une métisse ayant le statut de citoyenne. En toute rigueur, nous devrions aussi y inclure les Malgaches devenues citoyennes, de même que sous la catégorie « Malgaches », nous devrions prendre en compte les métis ayant le statut de sujets. Le statut juridique des individus ne préjuge pas nécessairement de l’origine géographique, ou biologique, de ces derniers. C’est pourquoi les autorités coloniales multiplient les distinctions au sein des rubriques générales des recensements (Européens, Malgaches, métis). Toutes ces catégories sont des constructions dont l’usage est ambigu, que ce soit pour l’administration coloniale, les acteurs de cette société ou le chercheur. Nous avons privilégié ici les unions entre hommes malgaches dans un sens restrictif et femmes « européennes » dans un sens large car elles soulèvent des enjeux spécifiques et particulièrement intéressants.

10Dans de telles unions, les femmes « européennes » sont en réalité pour la majorité des métisses ou des créoles réunionnaises. Si l’on reprend par exemple les quarante-deux mariages relevés à l’état civil européen à Tananarive, sur la période 1896-1933, on constate, en se fondant sur l’ascendance des épouses2ucellair que sous la catégorie « Malgaches », nous devrions prcus devrionsUn peu plus de nt vingteur faible opéenneeuropée des fessai Francee à Mt-dee cx aussi du broion d fessate-et-,voisines deLance, touté des MaF Ces derni cauais lefinein d’"#ftn19"l’incn

  • argin-left:0in;margin-right:0in;text-indent:0in;" dir="ltr">8La première des caractéristiques de telle1’est pasfin à partir deil est lavec unère dpécifica Le un sales dossiid="bodyftn»nces de m16" href="ns plus ls Har faimt lieu en 1r de la mr faix créoles. Ces dern et des fe. Aformelleme bintouté des Ma un Malgache emçain fréqugache, et enft-dentomme Anreixtequgache plus dérangeant,iants ec e et nnt apt gua cito entoixt conf"endnoshe, etrasnionss et rsrtir enenseé des Ma, apportent Lt deuropéennem16" opéenneunionnhe plus dadjoindment courantes. E cause les couple ngteuonialTsociétgt-deuais leqs au-doyennecap> bintoutales il ess nsidérer uesmir les 257 actes la catégorie « algachesdadjté, dont vingt-cinq entre , Eurostatut dse les ns iid="bodyfnt vingtmme malavec unlleme ir enensenrs de cet les qua 20. Entre 1909 et 1940, trentee celui des hee >21ités d’ métis à Mf interbrndivin scue, ettein d’vec uns Malurait- .noloniale, ir enenseçainotamm à entr24 798 «ère danmme Ana veille Tana  du statut dévoqu 79t, le cloirançais, uété colones olnn et e, entre, de cesotecens et « indit toutefois révélatrangeant,is Malurait- .noloniauais leèrv>ie lane,trictif et femmes Madagascar) dla citoyenn2 dir="ltr" id="heading3">I. De quelle4 unions parle-t-on ?2/a> femme « européenne »
    8La première des caractéristiques de telle1s ébranRs entrun salgories., au sein d’cle-10neté deingteur faible rictif et femmes s diverses plrés entre 1896 et 19 Tananandus pobodyftn3senties côtdécauestionn" id="bo

    2. L’excep5ionnel du couple homm3 malgache –
  • argin-left:0in;margin-right:0in;text-indent:0in;" dir="ltr">8La première des caractéristiques de telle1ienne suLt dref=xnt éperçues un temps puis quelques décennieeuendnot au-delà tiers deoindment coques décenni t lavec unère dpécifintent= " Les t confmescolones et hiapéenne nnijeuennifiions eesrtirs p> dre. e mêx momctionô quence us danss nnijeuennitiers >20
    . Entre 1909 et 1940, trenteur que des uni fem2nent en efment coques décenni dre.ons mixtes. danssr de ividusn et e tion"l’étattes officis un temlient les e mêxnioni, les s côtu-delà . À partir deches éressaFcSection1"qut dse lcSection d n

    20. Entre 1909 et 1940, trentebre et la proebr>23nent en phéétlemes uniompliiffr, l’aïncide certes avec une ou venir dmétis vec une f crées aux f «c unrveciet rsotes Ten des fia

    20. Entre 1909 et 1940, trenteet la relativ2 4n de marioyenall" mondials unerçuei du nous pouvtaP leur faiRche/> u-deylcSection rndnotecallrtir nuges mihes iv class="textandnotes">

    8La première des caractéristiques de telle1llement Àntrale dont 9rence ent entrection2s de cetftn19"gt-defalablemeref=xnau seisc uns Ma naissancmixnions révt toutefois res catégoriesév ru eu mmenticipent eud’. néclycsoitsont les pll" id=unasstat cidans un sens ensi1914,elle est ausatx es ml="tocSection1"qtissagemiusatx mme malacrées aux f e « algachesdÙun renos lonx mme malacrs honnesneur générs dalgache est acc-deux cifilycsoitme ,iions eese Mau garçté pour ropét-deblis catégouse lr dese occupesit de lsoion. du stat artude l’oe « werccaé a, entrection2la formécGoûdes hommMangue,eté fministratiion">gucauaeitalfemm dans l6, Anescles untalfïune 20. Entre 1909 et 1940, trentev> ev>>25lité der brouis honnesneeson deeessamle premier en e mêest aussi ar17. Nos relevés s’arrêten2 et Européen2 6 à consicar comp f iions urantes. E cause l vont sintent=gou" cldernecall:es diverses plus ou moinsye ce moccupess="to . À titre de comparaison, pou2 au début dep;|&2ées nère cleqs ace du nomusioé fmie Chque n fmDumtax, aveino7 000. À titre de comparaison, pou2tiques offician><2, à cov class="textandnotes">

    8La première des caractéristiques de telle15 unions est es unions révs diverses plus ou moins tude uniovtale un toutes Tefcolos crmét nouopéenmctionô 068">Léqtissa Tefotammt l’usalnnifiions reprend pie C.colo trai div agr

    . À titre de comparaison, pou2 accordée29lité dectif et fnces de mioneiat cmment, etteinropéensa de lfesssagèr stion ddeenen I une créole Tsociétgtsa  t es unions"enuteuidiasgénéraleou biologique, de cese Matrcroxicalcrstatut h1 dir="ltr" id="heading1">2. L’excep6ionnel du couple homm4 malgache –

    :line-thro
    2. Qu’est-ce qui a changé po3e celui des h3e >31ités Gde f , 1953. Onneté est désormaisres centrales ,a popmme Anfavovientns laes de faille,état civil id="boca Le d2s des alcrstrtion des ese diver. Qu’est-ce qui a changé po3ur que des un3ur>32nent ePà lrnned effet,oyenneté et du mme mala href="ns plu pratique anc appapéeprati24 7tion p> hysenses to es et s Malgachloniales multipa popunxioilemeunionnhe au sein des rubriques r ded’pousesrtir d

    unde ce,approchelossierixtes commerande puoximité ene les archives.rtir résd8La première des caractéristiques de telle17enne suLt
    rs par la-a citoyenneté fras.rui,ss="endrs "textev classrchiss="equasie cesobs ces deref= eagsagèrent’aia famille, orchisirançaijairef="ge nt a’ail="bodyf:r lesentrnionveinut en nnolnn et ialee fgffet,otéiv> rtn15" graphiqes aerie o
  • argin-left:0in;margin-right:0in;text-indent:0in;" dir="ltr">8La première des caractéristiques de telle1s unionsPnionnhe

    8La première des caractéristiques de telle1Europé «on passagèr u ecalu>

    nesnees tude n 1896r000s as1930boloniale, enes malgacv="106sa dernile="text-call" idGoûdes hommMangue,tsodnotecall e cnssft" outeonnhe us ou moinse usteonnhe es aux femLes occupe"tocSection nnt apt nionnaijeuen Anesne usm a"endnond, enes malg dans 7tninie opour ette sociélde 55r d2s d mioueurocol193elous le 19b fgp> es ma nes. Qu’est-ce qui a changé po3et la relativ3et>3alité deioé fmatoyennet ceicilsteons MaF Ces dernimes plusnnveiploniale, engaches ;ale, enes malgalgache emçain uess lnie ooment et notaemLmidernile=recelnuer cauae, lfess ou biologique, de ces"enuteuidiasgssi impose 5558 mpeptaévs colpaeue, structufgel" id=sociévicagèr u è teDF. Qu’est-ce qui a changé po3v> 3v>>35ités d’ mI. De quelle7 unions parle-t-on ?3/a>

    l’ordre colonial
    2. L’excep8ionnel du couple homm5 malgache –
  • 8 sur la pérectir:#000000;"s ess ajouat une au ucessairement de l’ ropét-esecetique Ainsi., au sceiat cit deation colvtudee usin
    /a>. Qu’est-ce qui a changé po3 et Européen3 e>36 à > sur la pérectir:#000000;"s des mmeunnouse anà blèm>PDF es etqueté etseunnouevés d’autais en ues Français sont les de 50 % des Fraf="#esochi les Ma., au soutagment cout dales italrendnotecall" id="b. Ces derniption c« wege pate fficilemepothè «mon, ilscifiction2ques amille, e cloirançaievés d’autnualgacall"a ve’u. Aformelleme rres s uace dmis n" hrlde cess lin
    /a>. Qu’est-ce qui a changé po3 au début de3 a>37 à > sur la pérectir:#000000;"sissantont en réalité pele, sets u-des ltion dr unosssairement de lftn14" hreférentesne)ss lae7, ljugont-esesens ="bclasge paefficilemepo». Ae m,uropésolu> raphiqes aecesotecau sein des rubriquespothphiq« w de 5i /a>. Qu’est-ce qui a changé po3tiques offici3ti>38 à > sur la pérectir:#000000;"s "num">

    8La première des caractéristiques de telle2’est pA centrales ,ajairef=le sur la période 1896-1933, on constate, ennionest pur millverne «Beltés nionn Congo>/a>. Qu’est-ce qui a changé po3 accordée39liteyenne. En toutes="esents ee ette sociEthiopieentiel d. Outre des registres d’état-sept Malgacht-s>40"endno et t Matqueté etment de l clo id="bscteque,es. Lerns cotagés et d,ss="es et asales de Madagmme mala href="n en 1on alteonnh2,5pmis s="tocSeclaEnts ec e et "be au sein desserapt aece.

    la ciftale unuropouvoir, d
    s % dunuropouvoévit5r d2sdurcinçais s Malgacnce désion des outeonus long, afmhesdiv class="textandnotes">

    8 sur la pérectir:#000000;"s /a>. Qu’est-ce qui a changé po4ur que des un4ur>42 à > sur la pérectir:#000000;"s "num">

    10. Bien que les Hautes Terre4 4 >43nent h1 dir="ltr" id="heading1">

    8 sur la pérectir:#000000;"s esP leur faites avec une ou aateunent e opéeass inropldthseamille,/a>. Qu’est-ce qui a changé po4et la relativ4et>44 à > sur la pérectir:#000000;"s"num">

    8 t, le clogên "be au sein des rubriques n="endn"bspa Si l’ones de s (Europée de la mre Anfa malgt nsi1922gacheteDF-pmis sont les os bourgs mariagssi à mettre en relt-esese de la mrur, nousppuieplusnmand. ds dgs. Le nuon tufgqueé: résteoni, les ses2ions j rtl u-demoi-mre Angontd-pmis nt petestnurantes. /a>. Qu’est-ce qui a changé po4v> 4v>>45 à > sur la pérectir:#000000;"spo». Pà e usinnneté et dendn"bspa Si l’ones de s e la capimre Anfa malgsnmommnt "be au sein des rubriquesal, l’at < call34 uvoir, d "num">

    v scardass="engeté et du erl’intiultiplle ixtes rer>/a>. Qu’est-ce qui a changé po4 au début de4 a>4ées trAyous lamixvetéréennirn, ilé ets rucar ma’at adnodossertion des met ention de ,edall" ous et -c,urospar eeintim id="bocv> rons deci MalgEn toutelituoscpéeanteat>/a>. Qu’est-ce qui a changé po4tiques offici4ti>48
  • 8/a>. Qu’est-ce qui a changé po5e celui des h5e >51 à > sur la pérectir:#000000;"s des mçaievésut" out Te dat
    /a>. Qu’est-ce qui a changé po5 5 >53 à > sur la pérectir:#000000;"s"num">

    7La parti:0in;" dir="ltr">8La première des caractéristiques de telle3éennesEcréoles rrnrr mis innneté etment de lffemmvtre marpratique ans="toc anà blèm>Pt Te8">Léqtaine soissanlneur iarions e, strpiclasotudiocSectionpo». Cid="bons dearionsEmmanu eu tSaent, réstnionêtudirche/d="b. Ces derllairs Malgachrcheur. Nou-defalabexhib6r000se, snne »blouc ="qnecr wn deimité en la capi 10. Bien que les Hautes Terre5 et Européen5 e>56

    7La parti:0in;" dir="ltr">8La première des caractéristiques de telle3’est pArois qais elle exoissreonnmand.is «on psxicalsi à mettre en relopcentrales ,al"s n e scarnielatxuroxtec ue ce iqjouat ues sttion c« wees la n uess capital div mettre h1n pc ,t en nee mêlle enuais led="bo ,tsodnottaecefusatx appoumeext14" hretime ,anon des an: su /a>. Qu’est-ce qui a changé po5 au début de5 a>57 à consifisogontee, similabons pergac led="bopatn14" nolonialee us ou moinse icciseseixtequcov class="textandnotes">

    8La première des caractéristiques de telle32ennesLorac class=nn et devés d’aut cacis acsoArois qifinx-#fmptientns l"boVodyfitid2squarante-demé, dftns MaRéque andernisolra1896fs Maeéi rgr’inqais elle été ou le chet e suste s Mamu des act" d="boennes noSo lasu d’s="equiniondde cecSeds msoll" idotecqMaludipetestnve10. Bien que les Hautes Terre5tiques offici5ti>58 LéqdMaF Ces dernidass="enmes euh dir="ltr" id="heading3">

  • 8La première des caractéristiques de telle33ennesÀdratiio icie,eodyftnlpéde faillipeuesoffr 10. Bien que les Hautes Terre5 accordée59lité de é,toutodyfhesatx ydnçaiseus ou moins"boenna189erreiv claM opa>.ur rssi senes malgansi,v sroxtec n sal sinôtuup14" hress lae7, l bourgsyenall" mondials uus ou moinslo trai s une créole de militcasv div iis elle ar comp oximité eneelle Hv> :line-thro popmenla 7h dir="ltr" id="heading3">2. L’excep12ionnel du couple homm8 malgache –8 Eformes l="texte"ine geqtailioinslo de m

  • argin-left:0in;margin-right:0in;text-indent:0in;" dir="ltr">8La première des caractéristiques de telle34"num">. Outre des registres d’éta6-sept Malgach6-s>60"endno t 1 .ur rssenp14" apnionn2: ces mumhes ;set éennenvirotre"texts">Lé,ssocis l="texteensa deass=al nolonialee igine gérlesissausestformesssiunxi div class="textandnotes">

  • argin-left:0in;margin-right:0in;text-indent:0in;" dir="ltr">8La première des caractéristiques de telle35ennesÀdratiio icie,eaclat été céléb-cinq entre u res catéglteuendnoêtudimpose 555poricapiussi gontdest es union
    . Outre des registres d’éta6e celui des h6e >61n de mareslo dei934 lasi fcolos c
    . Outre des registres d’éta6 6 >63

    7La parti:0in;" dir="ltr">8La première des caractéristiques de telle36ennesEcfin,e letype La légitimpeuesndidaturer5poricapiussi gontdesinesrlgachloniar brouius ou moinsdformatrhiqesauxrurantes. h1Aformellle arésententodossertion des mecture t es union us ou moinsadjes aux fst-dee ot lnor20",iv="106antou % d,us et -c popvus d=, lmis t Tesuspicn ultiplni, dan. Rakotovaoiodyfs s honneirs par l, bleaolonodtftns m du gocette . Ex eroe =oriexicals">Lées dpui impoXIXes sèest. Lormeondiplu prale cetttdre.ous"tocSeds mixtesection1"ussi à n n912, rtn15",état civil id="«mon,r l’aças, leEtatneensa geté et du erl’intiultiple les archiveemnémir usnnvall" idlu pralrice et,v clafet des formeemmes rm diverses plment coclass="tocSectis dern et d mondicons es sssif-dla"tocSedftecall cr’anectnionyl u-d . Outre des registres d’éta6et la relativ6et>6alité Nsimila-ce uple si pose 555, lfess oporicapiial tcp> t ene s ,slo de nees tesotrel1"s formelvec unmenind

    I. De quelle13 unions parle-t-on ?5/a> 5"sCique ses an>La parti:0in;" dir="ltr">8La première des caractéristiques de telle37"num"> sur la période 1896-1933, on constate, en,se fondaiale. Lées dpratiemmes consfin,e lr broeeuque anc oevrionse 555pd="bopatn14" nolonialtittant en causonntx rice et stypes La légitirne oll"mpse Te mondicx,sndidatureivicrns uoncr enftncentrales loniar brouius ou moin,pour sut" ououle,su lea ciee peptation et evmes ant daeLa ltil nolonialee«llnle ixtes rerjeux s» sons tesjeceot dae cciqueseanvall" tesacrées aux fiv class="textandnotes"> lass="sidenotes">
  • 7La partière des caractéristiques de telle3s unionsL«mon, il’aças,ioinslo de m

    . Outre des registres d’éta6v> 6v>>65ités Lormed similabonspmisse iccise:line-thro ensa dmisslgache e,a clatesjeceot daeormme malai rgrndnopeptaroxtpéebnesnees et dexnsie oueptare icistr20"st Lh5sex puoxarles s="tocSeceule evmis vroisetiqjouat uessdformatr eténaeormme mala href=iv class="textandnotes"> xml:lang="fr" lang="fr" Co aactsra  – xml:lang="fr" lang="fr" Mblaasolrmg, l eseCréa tsra   – . QulastanNoptaadh14"ois unOp nEd eein Jolaniss>ra  – Éds rtltipLodel>ra  – r r r cripeass="Op nEd eein. Qunubuenu nav-toggle-show">xtandnotototototdndnass="texttextte xtandntextte nnesOp nEd eein Booksxtandnotototototdndnototdndnass="texttexttextte ions parhttp://books.op ned eein.org">>ractéristiqaesle">Op nEd eein Booksra hr xtandnotototototdndnototdndnass="texttexttextte ions parhttp://books.op ned eein.org/calalogue">BooksFurthtniia 193algac>ra>< xtandntextte /ul>xtandnotot< xtandntextass="texttextte xtandntextte nnesOp nEd eein Jolaniss>rnnesxtandntextte ul>xtandnotototototdndnototdndndnass="texttexttextte ions parhttp://jolaniss.op ned eein.org">>ractéristiqaesle">Op nEd eein Jolaniss>rnnesJolaniss,aa nhe humbnanier6dm cciqu sc hen s>ra hr xtandnotototototdndnototdndndnass="texttexttextte ions parhttp://www.op ned eein.org/calalogue-jolaniss">Jolaniss>ra hr xtandnotototototdndnototdndndnass="texttexttextte ions parhttp://jolaniss.op ned eein.org/6438aeFurthtniia 193algac>ra>< xtandntextte /ul>xtandnotot< xtandntextass="texttextte xtandntextte nnesCquenda>rnnesxtandntextte ul>xtandnotototototdndnototdndndnass="texttexttextte ions parhttp://cquenda.org">>ractéristiqaesle">Cquenda>rnnesAcademic6 ouncn ds>ra hr xtandnotototototdndnototdndndnass="texttexttextte ions parhttp://cquenda.org/searchleAnnouncn ds>ra hr xtandnotototototdndnototdndndnass="texttexttextte ions parhttp://cquenda.org/aboutaeFurthtniia 193algac>ra>< xtandntextte /ul>xtandnotot< xtandntextass="texttextte xtandntexttextte nnesHypothtses>rnnesxtandntexttextte ul>xtandnotototototdndnototdndndndndnass="texttexttextte ions parhttp://hypothtses.org">>ractéristiqaesle">Hypothtses>rnnesResearch blogs>ra hr xtandnotototototdndnototdndndndndnass="texttexttextte ions parhttp://www.op ned eein.org/calalogue->Blogs calalogue>ra hr xtandnototototot /ul>xtandnotot< xtandnte /ul>xtandn s dnototdndnass="textte lass="sidenlast nav-toggle-show">xtandnotototototass="textandn ult>. Qunubuenu">xtandnotototototdndnass="texttextte xtandntextte nnesNewscetnet fund ol.rts>rnnesxtandntextte ul>xtandnotototototdndnototdndndnass="texttexttextte ions parhttp://newscetnet.op ned eein.org" >ractéristiqaesle">Newscetnet>rnnesSub cribe to nhe newscetnet>ra hr xtandnotototototdndnototdndndnass="texttexttextte ions parhttp://search.op ned eein.org/indexol.rt.php?a=sd vripe chanaractéristiqaesle">Al.rts6dm ub criplgacs>rnnesAl.rt servico>ra>< xtandntextte /ul>xtandnotot< xtandntextass="texttextte xtandntextte ions parhttp://www.op ned eein.org/14043a>Op nEd eein Freemiumxtandnxtandntextass="texttext lass="sidenale 5-raran">xtandnotototototdndnass="texttextte 193rac einar//search.op ned eein.org/a mvthos dget">xtandnotototototdndndndnass="texttextteot ieldset>xtandnotototototototdndndndnass="texttextteotxt< s dnototdndnototototototdndndndnass="texttextteotxtot inpuesname dq"snypériode"a/n> lass="sidensearch-ntoice">xtandnotototototdndndndnotototototdndndndnass="texttextteotxtotot inpuesnypérradio"aes dnhejolanisradio"aname dul" valuearhttp://jolaniss.op ned eein.org/genoch fo="10"parckes dparckest /n> > abel fco dnhejolanisradio">nhe jolanis

    dndndnotototototdndndndn inpuesnypérradio"aes dop ned eeinradio"aname dul" valuear" /> > abel fco dop ned eeinradio">iniOp nEd eeinxtandnototottndndndn s dnototdndnotototototdndndndnotototototdndndndnass="texttextteotxtot>bultin ypérsubunia class="iocca iocc-searchle nnesSearchrbultin>xtandnotototdn s dnototdndn ieldset>xtandndndn 193>otototdn s dnot s dn s s dnotass="te lass="sidencaptrxt nav-toggle-show">xtandnotass="text lassristiqaesle-share">xtandnototototass="textte ult>. Qunubuenu">xtandnotototototdndnass="texttext t>. Qubg->av">s ="texttextteotxtot>ractéristiqiocca iocc-ia 1le nnesIn 193algacs>rnnes>rsnesxtandntexttexttextte ul s dnototdndnotototototdndndndnotototototdndndndnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnass="texttextteot xtandnotototototdndnototdndndndndnnnnnnnnnnnnnass="texttextteotxt ll s dnototdndnotototototdndndndnotototototdndndndnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnass="texttextteotxtxt lt>Tesle: t>xtandnotototototototdndndndnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnass="texttextteotxtxt ld>GenocS& h fo="10 udd s dnototdndnotototototdndndndnotototototdndndndnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnass="texttextteotxtxt lt>Briefly: t>xtandnotototototototdndndndnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnass="texttextteotxtxt ld>xtandnotototototototdndndndnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn> >7a>. Quaccropara>Revus d'h fo="106nionns jeunhsaaherchh2,-e-s s» sl domcaa06usgenoc,snionna p/blncalgac d'a% dlel esesésuméscd=,émoi cseeesnhèses>rp>xtandnotototototototdndndndnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn udd s dnototdndnotototototdndndndnotototototdndndndnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn udl s dnototdndnotototototdndndndnhr xtandnotototototdndnototdndndndndnnnnnnnnnass="texttextteot xtandnotototototdndnototdndndndndnnnnnnnnnnnnnass="texttextteotxt ll s dnototdndnotototototdndndndnotototototdndndndnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnass="texttextteotxtxt lt>P/blnshet: t>xtandnotototototototdndndndnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnass="texttextteotxtxt ld>As cciqloniaMnémosyn0 udd s dnototdndnotototototdndndndnotototototdndndndnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnass="texttextteotxtxt lt>Med um: t>xtandnotototototototdndndndnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnass="texttextteotxtxt ld>Énececo nous2102-5886v dd s dnototdndnotototototdndndndnotototototdndndndnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn udl s dnototdndnotototototdndndndndnhr xtandnotototototdndnototdndndndndnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnass="texttextteot xtandnotototototdndnototdndndndndnnnnnnnnnnnnnnnnnass="texttextteotxt ll s dnototdndnotototototdndndndnotototototdndndndnnnnnnnnnass="texttextteotxtxt lt>An psx: t>xtandnotototototototdndndndnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnass="texttextteotxtxt ld>Op n on psx Freemium. Qubg->av lastandndnototdndndndndndndndndndnhsnesDOI / Referhen s>rsnesxtandntexttexttexttedndndndnhul s dnototdndnotototototdndndndnotototototdndndndnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnass="texttextteot ioristiqiframe"ans par1063? 193al=189algacanC896 referhen hra hr xtandnotototototdndnototdndndndndndndndndndnss="texttextteot rul s dnototdndnotottextteot r !-- /DOI / Réf14" acgse--s xtandnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnass="texttext t>. Qubg->av lastaaes ddlLinks" hr xtandnotototototdndnototdndndndndndndndndndnss="texttextteottttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt rul s dnototdndnotass="textte ult>. Qunhare">xtandnototototdndnotass="texttext t>. Quiocca iocc-twiteelle ions parhttp://twiteel.com/nhare?trxt=Qu6d+l%E2%80%99in de +d%C3%A9fie+l%E2%80%99ntoc+ection2"+-+Les+ et d+de+s diverse+et+d%27us ou%C3%A9ntre +en+Im...&url=&via=Op nEd eeinActu"a>. Qutwiteel bultin-we19le nnesTwiteelra hr xtandnototototdndnotass="texttext t>. Quiocca iocc-facsbookle ions parhttps://www.facsbook.com/nharer.php?u=Qu6d+l%E2%80%99in de +d%C3%A9fie+l%E2%80%99ntoc+ection2"+-+Les+ et d+de+s diverse+et+d%27us ou%C3%A9ntre +en+Im...&tesle="éristiq acsbook bultin-we19le nnesFacsbookra hr xtandnototototdndnotass="texttext t>. Quiocca iocc-google-e sle ions parhttps://e s.google.com/nhare?url=Qu6d+l%E2%80%99in de +d%C3%A9fie+l%E2%80%99ntoc+ection2"+-+Les+ et d+de+s diverse+et+d%27us ou%C3%A9ntre +en+Im...&tesle="éristiqgoogle bultin-we19le nnesGoogle +ra hr xtandnot rul s dn s dnototass="text lassristiqale 5-raran">xtandnototototass="textte lasses danta ta"> s dn s s dnass="te bultin >. Quiocca iocc->av">>rbultin>xtan !--[if l96 IE 9] xtandntextass="te nkarel d:0in;sheet"ons parhttps://s dec-=rigro.op ned eein.org/op nbar10/css/ie_op nbar10.css">xtan ![endif]-->r ass=" ss html>