Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Alice Primi, Femmes de progrès. Française et Allemandes engagées dans leur siècle 1848-1870

Rennes, PUR, Archives du féminisme, 2010, 317 p., Préface de Michèle Riot-Sarcey
Paul Pasteur
Référence(s) :

Alice Primi, Femmes de progrès. Française et Allemandes engagées dans leur siècle 1848-1870, Rennes, PUR, Archives du féminisme, 2010, 317 p., Préface de Michèle Riot-Sarcey.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage qui reprend la thèse qu’elle a soutenue en 2006, Alice Primi retrace le parcours de femmes qui, de chaque côté du Rhin, ont tenté des années 1848 à 1870, de faire entendre leur voix et de peser sur les changements sociaux. On regrette que l’expression de Jenny P. d’Héricourt « filles de [leur] siècle » bien plus proche du titre de la thèse n’ait pas été conservée dans le titre de l’ouvrage et ait été remplacée par « femmes de progrès », bien vague, bien trop polysémique et trop français. Alice Primi a le courage encore très rare dans l’historiographie française sur le genre de comparer deux groupes de femmes, les Allemandes et les Françaises, ici sur deux décennies. Cette démarche s’avère fort instructive et, au-delà des différences historiques, culturelles et nationales, elle repère les parallèles, les combats communs. L’auteure propose trois chapitres, le premier est consacré à 1848 et à la répression qui suit, un second « Le temps du silence », examine l’engagement dans l’écriture de certaines femmes, et le dernier présente le retour à l’engagement collectif.

2Alice Primi revient largement sur les révolutions de 1848 qui excluent pour soixante-dix ans les Allemandes du suffrage et les Françaises pour presque un siècle. C’est désormais le sexe qui constitue le critère permettant aux personnes majeures de faire reconnaître leurs droits politiques, peut-être faudrait-il rappeler que le mouvement a été amorcé en Grande-Bretagne par le Reform Bill de 1832. L’auteure montre bien la contradiction dans laquelle se trouvent les femmes de 1848. D’une part, elles sont nombreuses à revendiquer leur conscience politique mais, d’autre part, respectent majoritairement dans l’espace public les rôles sexués traditionnels, elles assument ainsi une différence qui compléterait les qualités et compétences masculines. Alice Primi souligne, à juste titre, tout au long de son étude, l’importance des normes sociales auxquelles les femmes doivent se conformer si elles veulent que leur discours ait une petite chance d’être entendu. Même dans les mois ou années de révolution, les femmes demeurent pour les protagonistes masculins synonymes de désordre. Elles sont sans cesse confrontées à leur hostilité, non seulement au niveau du suffrage, mais aussi au niveau du travail. Ainsi, dès le départ, elles sont écartées des Ateliers nationaux au nom de la lutte contre le chômage des hommes. La non-reconnaissance de la citoyenneté permet autant en France que dans les États allemands d’écarter les femmes des lieux d’expression et de formation politique. La « Lex Otto » du 14 mars 1851, qui interdit à une femme d’être rédactrice en chef d’une revue, apparaît dès lors comme l’aboutissement de cette politique.

3Alice Primi souligne la radicalité de l’Almanach des femmes où Jeanne Deroin continue à revendiquer l’égalité civique et aspire à transformer la société en prônant la démocratisation réelle des rapports de sexe à l’intérieur de la famille. En revanche, le Frauen-Zeitung de Luise Otto désire, lui, « privatiser le politique » (p. 102), ne mentionne pas la revendication du suffrage féminin et valorise le foyer qui demeure le domaine privilégié des femmes censées inculquer des idées démocratiques à leurs enfants.

4La dimension de genre se manifeste au cours des deux décennies suivantes, la plupart des acteurs masculins de 1848 finissent par faire carrière, la plupart des femmes achèvent leur vie « dans l’isolement, l’oubli et la pauvreté » (p. 103). Une fois la parenthèse de 1848 refermée, quelques femmes se replient sur une pratique solitaire de l’écriture qui s’avère être le seul moyen leur permettant d’exister politiquement. La période allant du début de la répression au milieu des années 1860, est celle du silence politique des femmes. De rares femmes, comme Luise Otto-Peters assurent la transition entre l’avant et l’après 1848. Ces dernières montrent plus de modération, mais une nouvelle génération d’auteures, « femmes auteures » en France, le plus souvent « Autor » dans l’espace germanophone (sans prise en compte du féminin), voit le jour. Si en France quelques femmes signent des essais à portée politique ou sociétale, les Allemandes ne s’aventurent guère sur des territoires considérés comme « masculins » et écrivent principalement des romans. Alice Primi choisit de présenter plus amplement deux femmes : Fanny Lewald et Marie-Louise Gagneure. La première insiste sur la nécessité pour les femmes de prendre leur place dans la société et revendique une place centrale pour la formation intellectuelle des femmes. Marie-Louise Gagneure érige, elle, la femme libre en modèle en s’attaquant aux normes de l’époque. L’auteure revient aussi sur ce bastion masculin difficile à conquérir qu’est la presse. Elle repère seize femmes et présente l’entreprise d’Eugénie Niboyet du Journal pour Toutes (1864-1867), ainsi que la capacité des femmes à s’intéresser aux questions sociales, religieuses et nationales. À propos de l’enjeu de l’intégration nationale, il aurait été peut-être utile pour les lecteurs et lectrices francophones de rappeler à quel point la réaction à la Révolution française, aux Lumières, a été forte et traumatisante en Allemagne. On peut aussi regretter que l’auteure n’ouvre jamais de perspectives plus larges, en particulier à propos de l’enfermement nationaliste dans lequel les femmes allemandes se trouvent et des conséquences qu’il a eues par la suite dans le mouvement des femmes allemandes jusqu’en 1933, ou encore à propos des rapports extrêmement complexes et brutaux entre les femmes et le socialisme français.

5Dans la seconde moitié des années 1860, principalement à partir de 1866, le retour à l’engagement collectif est à nouveau à l’ordre du jour. Alice Primi souligne le réaménagement du rôle social des femmes conformément aux enjeux incarnés par le progrès, la valorisation du travail, la lutte contre l’emprise cléricale, la construction nationale pour les Allemandes. Les femmes semblent dès lors mieux tolérées dans l’espace public, parfois même sollicitées à propos de la place qu’elles doivent occuper dans l’espace public et mieux écoutées. Les « conférencières » propagent une version féminisée de la culture dominante auprès des femmes n’ayant pas encore accès à cette culture. On note aussi une forte présence des femmes aux réunions publiques. L’auteure repère aussi deux mouvements parallèles, la mise en place d’associations féminines, la plus célèbre étant l’ADF allemande, mais aussi une tendance à voir se développer des associations ou initiatives portées par des hommes comme Léon Richer en France ou le Lette-Verein en Allemagne qui, bien évidemment, limitent et canalisent les potentielles revendications féminines.

6À la fin de la période étudiée, l’attention s’est portée sur les femmes des classes moyennes, dont certaines sont obligées de travailler et ce travail salarié des femmes est dès lors présenté comme le moyen et le but de l’autonomie. Les travailleurs qui se sont organisés et qui luttent pour leurs droits deviennent l’exemple à suivre, mais l’auteure souligne en conclusion que la référence obligée à la féminité acceptée par presque toutes rend impossible l’avènement des femmes comme sujets politiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Pasteur, « Alice Primi, Femmes de progrès. Française et Allemandes engagées dans leur siècle 1848-1870 », Genre & Histoire [En ligne], 8 | Printemps 2011, mis en ligne le 28 octobre 2011, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/1167

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page