Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Annick Tillier, Marie Vaillant, Histoire tragique d’une infanticide en Bretagne, Paris, Larousse, 2011, 191 p.

Karine Lambert

Texte intégral

1Annick Tillier, docteur en histoire et conservateur en chef à la Bibliothèque nationale de France, a étudié à l’occasion de sa thèse publiée en 2001 aux Presses Universitaires de Rennes sous le titre Des criminelles au village : femmes infanticides en Bretagne, 1825-1865 plus de 600 procédures judicaires pour meurtres de nouveau-nés jugés par les cours d'assises des cinq départements bretons. De cette masse archivistique, elle a exhumé Marie Vaillant dont elle reconstitue le parcours de vie tragique depuis « la macabre découverte » d’un cadavre de nourrisson au fond de sa malle le 16 février 1864.

2L’ouvrage publié dans la collection co-dirigée par Jean-Yves Le Naour et Claude Quétel « L’Histoire comme un roman » offre à l’historienne l’opportunité d’une vulgarisation rigoureuse et intelligente. Le récit, découpé en sept courts chapitres, est expurgé de l’appareil critique et des notes de bas de page, mais les références de fin d’ouvrage renvoient aux meilleures sources imprimées et à une riche bibliographie.

3Annick Tillier suit à la trace Marie Vaillant née dans une famille nécessiteuse le 30 août 1840 à Josselin, une petite commune d’à peine plus de 2 000 habitants, chef-lieu de canton de l’arrondissement de Ploërmel, dans le Morbihan. D’abord domestique dans sa ville natale, elle la quitte à l’âge de 18 ans pour aller se placer à Rennes, à Nantes puis à Guéméné-Penfao où, soupçonnée d’avoir commis un infanticide, elle est arrêtée en février 1864. Elle a alors 24 ans. Impressionnée par les examens médicaux auxquels elle est soumise, désarçonnée par les questions des magistrats, elle se livre assez rapidement à des aveux et reconnaît avoir commis deux ans auparavant un autre infanticide. Dès lors son destin bascule, elle sort de l’anonymat pour devenir aux yeux de ses contemporains une figure monstrueuse et pour l’historienne moins un personnage de roman qu’un lieu d’observation et d’analyse. Le volumineux dossier de l’instruction judiciaire concernant son double infanticide et les maigres traces qu’elle a laissées dans la presse au moment de son procès sont judicieusement exploités et permettent de reconstituer l’itinéraire, somme toute assez banal, d’une jeune domestique. Stratège, fantasque et ambitieuse, Marie découvre à la ville un nouvel art de vivre, des plaisirs autres que ceux auxquels elle était accoutumée et se voit acculée par deux fois à commettre un crime pour sauvegarder sa réputation. Comme pratiquement toutes les accusées d’infanticide, elle bénéficie de circonstances atténuantes, échappant ainsi à la peine de mort à laquelle les jurés sont profondément hostiles. Mais le verdict reste assez sévère car si elle est acquittée, faute de preuves, du premier meurtre, elle est condamnée pour le second à douze années de travaux forcés.

4Dans cet essai, Annick Tillier évite les pièges de la déploration, du dolorisme ou de l’indignation pour mener une enquête minutieuse « au ras du sol » qui dépasse la perspective biographique au profit d’une approche micro-historique. Le récit ne cesse de déborder l’histoire de cette jeune mère par deux fois infanticide et offre des analyses pertinentes sur l’évolution économique, sociale et mentale contrastée d’un territoire breton en mutation dans la deuxième moitié du XIXème siècle. Si Josselin connaît une situation de crise au milieu du XIXème siècle en raison des difficultés de l’industrie drapière, Rennes et Nantes, où séjourne Marie Vaillant après avoir quitté son village natal, sont déjà entrées dans la modernité.

5Tout au long de l’ouvrage sont étudiés les croyances, et la ferveur religieuse qui s’expriment lors des pèlerinages de Notre-Dame du Roncier connus pour ces Aboyeuses - une forme d’hystérie collective touchant « des femmes de tout âge et de toute condition » (p. 27) - mais également la puissance structurante de l’Eglise grâce à ses œuvres de charité ou d’éducation, le fonctionnement de communautés villageoises sensibles à la rumeur, mais également l’univers mental de Marie « fait de normes et de croyances, d’habitudes de vie qui vont se trouver confrontées à des codes et des systèmes de valeur nouveaux, ceux de la culture urbaine. » (p. 44). L’entourage de la jeune domestique donne lieu à de rigoureux portraits bien documentés tels ceux consacrés à ses nombreux employeurs comme les Stuart, Anglais fortunés chez lesquels elle est engagée trois ans, ou à ces amants dont le père putatif de son premier enfant. Marie Vaillant croise sur son parcours le directeur du théâtre de Nantes et pénètre dans la haute aristocratie. Ce sont là autant de voies d’accès privilégiées permettant à l’historienne d’entrecroiser les points de vue et les objets d’analyse pour replacer par d’habiles jeux d’échelle une expérience individuelle au sein d’un foisonnant faisceau relationnel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine Lambert, « Annick Tillier, Marie Vaillant, Histoire tragique d’une infanticide en Bretagne, Paris, Larousse, 2011, 191 p. », Genre & Histoire [En ligne], 10 | Printemps 2012, mis en ligne le 11 janvier 2013, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/1587

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page