Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Émile Durkheim, Sur l’éducation sexuelle, Paris, Payot et Rivages, 2011, 144 p.

Aurore Le Mat

Texte intégral

1Avec la publication de cette contribution méconnue de Durkheim sur l’éducation sexuelle, les éditions Payot & Rivages font revivre un siècle plus tard une controverse qui agitait (déjà) la Société française de philosophie en février 1911 : faut-il instituer un programme d’éducation sexuelle à l’école ? Quelle forme doit prendre cet enseignement ? Sur quel type de morale doit-il trouver son fondement ? Doit-on instruire pareillement les filles et les garçons en la matière ?

  • 1 Trois philosophes viennent compléter le cercle : Dominique Parodi, intellectuel le plus proche de D (...)

2 Ce livre, publié ici sous le nom du sociologue, fait en réalité entendre plusieurs voix dans un débat qui réunit six savants de l’époque. On compte parmi ce cercle restreint et élitiste de la Société française de philosophie le juriste catholique Paul Bureau, figure de proue de la Ligue pour le relèvement de la moralité publique, le sociologue Émile Durkheim, ardent défenseur d’une morale laïque, ou encore Jacques-Amédée Doléris, médecin hygiéniste auteur d’un rapport sur l'éducation sexuelle qui fait l’objet du débat1. La préface de l’historienne et démographe Virginie De Luca Barusse permet de situer les discours des deux principales figures de ce débat (le sociologue et le médecin), et dresse un tableau de l’état de la controverse sur l’éducation sexuelle dans la société française du début du XXe siècle : les médecins hygiénistes publient des traités et des brochures destinés à informer les classes bourgeoises des « choses de la procréation » dans un contexte où les maladies vénériennes se propagent, les milieux néomalthusiens s’adressent plutôt aux milieux ouvriers et populaires en incitant à la limitation des naissances, la sexologie naissante dénonce de son côté la « continence prolongée ».

3 La discussion entre les savants de la Société française de philosophie s’ancre dans ce contexte de profusion des discours et des savoirs sur la sexualité. Elle prend comme point de départ le rapport présenté quelques mois auparavant par le Docteur Doléris au IIIe Congrès international d’hygiène scolaire. Ce document, intitulé L’éducation sexuelle par la famille, par la science, par la morale et l’hygiène, est publié en deuxième partie de l’ouvrage (p. 87-140) et nous renseigne sur la teneur du programme discuté. Destiné à accompagner la « jeunesse » dans la découverte de la sexualité, il débute à l’enfance et se termine à « l’âge du jeune homme et de la jeune fille ». L’initiation commence par une découverte de la reproduction chez différents êtres vivants (les fleurs, les insectes, etc.). L’anatomie humaine est ensuite exposée à l’âge de la puberté, période « critique » où il devient nécessaire de « fortifier la lutte contre l’entraînement érotique » (p. 128). Il n’est donc nullement question de plaisir ou de découverte du corps dans l’éducation sexuelle proposée par le Docteur Doléris, mais plutôt de leçons de biologie sur la reproduction où s’entremêlent science et morale : « vice », « vertu », et « mauvaises habitudes » côtoient en effet les notions d’hygiène ou d’étiologie. Ainsi, et c’est une des principales critiques formulée par Durkheim, le Docteur Doléris mêle l’hygiène à la morale.

4 Cette critique adressée par le sociologue reste cependant très floue quant au contenu de « la morale » en question. Or, les objectifs moraux de cette initiation sexuelle sont éminemment genrés. Le contenu du programme proposé vient en effet conforter les rôles et les attentes sociales propres à chaque sexe – mariage et maternité pour la jeune fille, lutte contre « l’instinct sexuel » et la masturbation pour les jeunes hommes.

  • 2 Alain Corbin, L’harmonie des plaisirs. Les manières de jouir du siècle des Lumières à l’avènement d (...)
  • 3 Si l’union libre était loin d’être une pratique spécifique de la culture ouvrière, elle était en re (...)

5 La discussion de ce rapport entre savants de différentes disciplines nous donne un aperçu d’un ensemble de représentations sur la sexualité en ce début de XXe siècle. En continuité avec les « manières de jouir » décryptées par Alain Corbin à partir de diverses productions scientifiques et littéraires du XVIIIe et XIXe siècle2, cette retranscription d’un débat de 1911 vient prolonger le corpus analysé par l’historien et nous renseigne sur un point de vue historiquement et socialement situé qui définit les limites de la sexualité légitime. Balisée par un cadre et des pratiques spécifiques, celle-ci se résume au coït hétérosexuel à visée procréatrice dans le cadre de l’union conjugale. Il n’est pas surprenant de voir ces hommes bourgeois consacrer le mariage, et l’opposer à l’union libre qui est évoquée de façon péjorative et qualifiée d’immorale : le concubinage étant associé aux classes ouvrières dans l’esprit des bourgeois de l’époque, une éducation sexuelle qui valorise le mariage apparaît ici comme un moyen de se distinguer des classes populaires, d’ériger l’union conjugale en une valeur bourgeoise tout en stigmatisant les pratiques « déviantes » des classes « dangereuses », que ces pratiques soient réelles ou supposées3.

6 Contrairement à cette opposition normative explicite du mariage à l’union libre dans les discours des intervenants, l’hétérosexualité et la pénétration vaginale ne se voient pas valorisées par opposition à d’autres pratiques (comme l’homosexualité, ou la sodomie). Implicitement, ces savants réduisent donc la sexualité à un seul champ des possibles : hétérosexualité et pénétration vaginale sont ici des évidences qui se passent de la nécessité d’être énoncées et comparées à d’autres pratiques. Seule la masturbation complète ce tableau très partiel, pour y être critiquée dans la droite ligne d’une tradition déjà ancienne.

  • 4 Pour une analyse des préjugés du sociologue sur les catégories de sexe, voir : Roland Pfefferkorn, (...)
  • 5 Steven Lukes, cité p. 121 in Jean Elisabeth Pedersen, « Éducation sexuelle et morale laïque chez Du (...)

7 Les propos de Durkheim ne sont bien entendu pas épargnés par ces pré-notions4. Le sociologue est en effet porteur d’un discours empreint des valeurs de la bourgeoisie libérale de l’époque. Il s’agit pour lui de savoir « comment on peut faire comprendre au jeune homme que l’état de mariage se justifie en droit, et que le commerce sexuel hors mariage est immoral » (p. 39). L’éducation sexuelle telle qu’il la conçoit se résume donc à une justification de la continence avant le mariage. Pour établir les fondements d’une morale sexuelle détachée de tout postulat religieux, Durkheim propose alors deux façons d’établir l’immoralité de la sexualité hors mariage. Il s’agit d’une part d’expliquer au jeune homme que celle-ci est un facteur perturbateur du « bon ordre domestique » (p. 71) qui repose sur l’organisation familiale. Il s’agit ensuite de lui faire comprendre la nature « singulière » de l’acte sexuel, cet « acte grave et solennel » (p. 71) qui en dehors du mariage serait une « profanation », un « sacrilège » (p. 69). Il est ainsi étonnant de voir le sociologue recourir à la sémantique religieuse pour fonder les principes d’une morale sexuelle laïque. Comme le note Steven Lukes, l’argumentaire de Durkheim sur l’éducation sexuelle oscille entre « la finesse sociologique et la moralité victorienne5 ».

8 En ce début de XXe siècle, alors que la catégorie de « race » commence à sortir du biologique en partie grâce à l’essor de la sociologie, la catégorie de « sexe » et les sexualités restent engluées dans des considérations naturalisantes. Ce débat est en effet un très bon exemple de la résistance de la catégorie de « sexe » à l’objectivation du sociologue. C’est donc plutôt en tant que témoignage historique des discours savants et scientifiques sur la sexualité et l’éducation des jeunes que ce livre peut éclairer les lecteurs et les lectrices d’aujourd'hui.

Haut de page

Notes

1 Trois philosophes viennent compléter le cercle : Dominique Parodi, intellectuel le plus proche de Durkheim et de son argumentaire laïc ; Paulin Malapert, qui défend une éducation à une « morale sexuelle » assurée par les maîtres d’école ; Wicenty Lutoslawski, philosophe catholique et polonais qui s’oppose à toute instruction publique, « l’initiation dev[ant] être strictement individuelle et avoir un caractère religieux » (p. 77).

2 Alain Corbin, L’harmonie des plaisirs. Les manières de jouir du siècle des Lumières à l’avènement de la sexologie, Paris, Perrin, 2008.

3 Si l’union libre était loin d’être une pratique spécifique de la culture ouvrière, elle était en revanche bien présente dans les représentations et stéréotypes sur les classes ouvrières. Voir : Colin Drouilleau, « Mariage et concubinage à Paris », La grisette et l’étudiant dans les physiologies des années 1830-1840, mémoire réalisé sous la direction de Philippe Darriulat, Institut d'Études Politiques de Lille, 2010, p. 41-50.

4 Pour une analyse des préjugés du sociologue sur les catégories de sexe, voir : Roland Pfefferkorn, « Émile Durkheim et l’unité organique de la société conjugale » in Danielle Chabaud-Rychter, Virginie Descoutures, Anne-Marie Devreux, Eleni Varikas, dir., Sous les sciences sociales, le genre. Relectures critiques de Max Weber à Bruno Latour, Paris, La Découverte, 2011, p. 40-51.

5 Steven Lukes, cité p. 121 in Jean Elisabeth Pedersen, « Éducation sexuelle et morale laïque chez Durkheim » in Florence Rochefort, dir., Le pouvoir du genre : laïcités et religion 1905-2005, Toulouse, PUM, 2007, p. 111-125.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurore Le Mat, « Émile Durkheim, Sur l’éducation sexuelle, Paris, Payot et Rivages, 2011, 144 p. », Genre & Histoire [En ligne], 10 | Printemps 2012, mis en ligne le 11 janvier 2013, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/1632

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page