Navigation – Plan du site
Réseaux de femmes, femmes en réseaux

Groupes et réseaux féminins à la Cour de Philippe IV d'Espagne (1621-1665)

Alain Hugon

Résumés

L’historiographie a longtemps jugé importante la place politique des femmes proches de Philippe IV d’Espagne (1605-1665) – parentes, amantes ou nonnes – tout en insistant sur leur exclusion de la vie publique et des conseils de gouvernement, voire sur leur réclusion dans des monastères et couvents, alors que le roi, lui, aurait été un « roi caché » pour ses sujets. Or, plusieurs groupes féminins contribuèrent directement et indirectement à le conseiller, ce qui pose la question de leur participation réelle aux fonctions de conseils et du rapport entre les sexes à la cour d’Espagne. Il est alors nécessaire de réviser l’analyse de certaines de ces relations à l’aune des liens que ces femmes pouvaient entretenir entre elles, selon les divers réseaux – domestiques, familiaux, curiaux ou religieux – et avec le souverain.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur la définition et les caractéristiques des réseaux : José María Imízcoz Beunza, « Communauté, ré (...)
  • 2 Laura Oliván Santaliestra, Mariana de Austria : imagen, poder y diplomacia de una reina cortesana, (...)

1La diversité des champs que recouvre la notion de réseau1 et l’ample chronologie proposée nécessitent une esquisse des différentes protagonistes qui furent en relation avec la Cour d’Espagne. Le règne de Philippe IV s’étant étendu sur quarante-quatre ans, près d’un demi-siècle, de 1621 à 1665, il apparaît néanmoins possible de dégager des orientations et des tendances pour distinguer les principaux types de réseaux féminins présents à la Cour selon les modalités de leurs relations avec le souverain et avec les institutions royales. Il pouvait s’agir d’appartenance à des clientèles curiales, d’intégration aux structures de la domesticité royale, de liens familiaux à la Cour au sein de la grande aristocratie, de collaboration aux formes de piété du monarque ou encore de relations à distance par l’intermédiaire d’une correspondance avec le souverain. La diversité des femmes qui entretenaient des rapports suivis avec le pouvoir royal, tout comme la chronologie étendue conduit à exclure de cette étude les éléments féminins qui entouraient Mariana, la deuxième épouse de Philippe IV, en dépit du renouvellement des recherches sur cette période et de l’importance qu’allait prendre sa régence après la mort de Philippe IV, en 16652.

  • 3 Magdalena S. Sanchez, The Empress, The Queen and the Nun. Women and Power at the Court of Philip II (...)
  • 4 Katrin Keller, « Les réseaux féminins : Anne de Saxe et la cour de Vienne », in Isabelle Poutrin, M (...)
  • 5 Antonio Feros, El Duque de Lerma : realeza y privanza en la España de Felipe III, Madrid, Marcial P (...)

2Les pistes présentées ici constituent l’ébauche d’une réflexion sur la place des femmes dans la vie politique espagnole et, en particulier, à la Cour et dans l’entourage de Philippe IV3. Cet article vise plus à évoquer de façon synthétique la question des influences des réseaux et groupes féminins qu’à réaliser une étude monographique sur un seul réseau (autour d’Élisabeth de Bourbon par exemple) ou sur une catégorie de réseaux féminins (religieux, spirituels etc.). Ces notions de réseaux et de protagonistes féminins soulèvent également le problème de la conception des femmes en tant qu’acteurs politiques dans des sociétés qui les considéraient comme mineures et qui les reléguaient au second plan. Toutefois, aux yeux même des contemporains, la place des femmes était cruciale puisqu’elles étaient d’abord considérées comme des reproductrices de la cellule familiale ce qui, pour les monarchies patrimoniales, leur donnaient un extraordinaire pouvoir. À côté de cette reproduction biologique de la dynastie, les femmes occupaient une autre fonction primordiale dans les échanges dynastiques : elles se trouvaient au cœur des relations entre souverains et constituaient des éléments clés des échanges familiaux – on pense aux dots et aux douaires stipulés dans les traités diplomatiques ; elles permettaient aussi la circulation de l’information par l’établissement de correspondances familiales d’une Cour à l’autre4 et par la présence de Maisons des reines, souvent étrangères, qu’il fallait contrôler5. Logiquement, du fait du statut des femmes, la notion de parenté contribuait à façonner ces réseaux, puisqu’elles s’inscrivaient soit au sein de Maisons ayant accès au roi, soit dans des parentés spirituelles qui leur ouvraient les portes du souverain, soit encore dans des relations charnelles.

  • 6 Magdalena Sánchez, « Confession and Complicity : Margarita de Austria, Richard Haller, S. J., and (...)

3Par voie de conséquence, l’existence de ces réseaux pouvait mener à des oppositions entre factions, entre lignages souvent en fonction de l’origine géographique et culturelle de ces femmes. Au sein de la Cour, la formation des Maisons des reines et des infantes illustre l’existence de ces réseaux féminins qui devenaient tout à la fois enjeux et vecteurs de pouvoir, quels que soient le poids et l’impact qu’on leur attribuait : des rivalités possibles naissaient de leur formation et les élites curiales participaient donc activement à leur constitution6.

  • 7 Richard Stradling, Felipe IV y el gobierno de España, 1621-1655, Madrid, Cátedra, 1989 [1e éd. Phil (...)

4Les relations extra-conjugales du roi ont-elles conduit à l’établissement de relations particulières et à des configurations originales parmi ses réseaux féminins? Philippe IV est encore considéré aujourd’hui par de nombreux historiens comme un érotomane ; l'appréciation de ces relations extra-conjugales et surtout de leur impact en terme collectif, sera donc évoqué7.

  • 8 Orienta Filippini, La coscienza del re. Juan de santo Tomas, confessore di Filippo di Spagna, 1643- (...)
  • 9 Ne seront pas évoqués ici les liens qui ont pu unir le roi à la bénédictine Teresa Valle de la Cerd (...)

5Enfin, l’interdit religieux constituant le pendant des liaisons illégitimes, il est nécessaire de corréler les rapports sexuels illicites du roi avec le secours et la consolation que pouvait lui apporter la religion8. Or, la consolation religieuse de Philippe IV provenait en partie de vénérables femmes qui pouvaient aussi entretenir, sinon des réseaux, du moins des connexions diversifiées avec d’autres contemporains, et déborder ainsi du seul domaine religieux9. Chronologiquement, les relations féminines de Philippe IV sont d’abord de nature familiale, avec ses sœurs Anne et María, puis avec son épouse, Élisabeth de Bourbon ; les questions institutionnelles liées à la composition des Maisons des princesses se posent dans un second temps. Enfin, les relations de parenté furent bouleversées au cours de la deuxième partie du règne à la suite de la mort de la reine Élisabeth de Bourbon en 1644 : voit-on alors des changements dans la nature des relations du roi avec les femmes ?

Les relations de Philippe IV avec les femmes de sa famille

  • 10 L’infant Carlos (1607-1632) et le cardinal infant Fernando (1609-1641).
  • 11 L’aînée devint reine de France et la seconde impératrice.

6Orphelin de mère à l’âge de six ans, Philippe IV vécut son enfance à la Cour en compagnie de ses deux frères10 et de ses deux sœurs Anne (1601-1666) et María (1608-1646)11. Rapidement, le choix diplomatique de la monarchie de Philippe III en faveur de la paix avec la France entraîna la conclusion d’un double mariage entre les Habsbourg d’Espagne et les Bourbons, accord concrétisé par l’échange des princesses qui eut lieu sur la Bidassoa en 1615.

  • 12 Auguste Leman, Richelieu et Olivarès : leurs négociations secrètes de 1636 à 1642 pour le rétabliss (...)
  • 13 La comtesse de La Torre, Inés Enríquez y Sandoval, est la cousine du duc de Lerma. Pour un tableau (...)
  • 14 En 1618, trois noms sont proposés par le Conseil d’État : le comte d’Olivares, le marquis de Montes (...)
  • 15 AGS K.1471 f°58, Monteleón à Lerma, le 28 février 1616.

7Si le parallèle entre Richelieu et Olivares a été réalisé à plusieurs reprises, celui des deux princesses échangées a été effectué plus rarement12. Cependant, les attentes et les implications nées de ces échanges ont encore été très peu soulignées ; les cas d’Anne d’Autriche en France et d’Élisabeth de Bourbon (1602-1644) en Espagne sont révélateurs de mécanismes de fonctionnement des réseaux féminins et des réactions qu’ils entraînent au sommet des monarchies et dans les Cours. Dans les deux cas, les souverains espéraient des bénéfices de l’implantation de leur fille dans la Cour adverse, bénéfices qui devaient se concrétiser par l’installation d’un réseau féminin dans la Maison des reines. Ainsi les contrats de mariage stipulaient-ils le maintien des suites d’origine, la liberté d’accès des diplomates aux appartements des reines et un rôle important de leurs épouses auprès des jeunes femmes. En France, le duc de Monteleón fut investi de l’office de Majordome d’Anne d’Autriche et, durant les deux premières années des mariages, on vit la comtesse de La Torre diriger la Maison d’Anne d’Autriche, alors qu’en Espagne ce rôle était dévolu à Mme de Lannoy13. Les deux Cours attendaient des informations de ces femmes. On le constate, par exemple, quand le choix des diplomates espagnols à Paris s’effectue en fonction de la présence d’Anne d’Autriche à la Cour de France14. Ainsi, l’ambassadeur Monteleón en personne lisait à Anne d’Autriche les lettres de son père, en présence de doña Estefania de Villaguiran, la vieille femme de chambre qui éleva l’infante15. Dans ses instructions à sa fille, Philippe III insiste d'ailleurs nettement sur la fonction politico-religieuse accordée à la reine de France issue de son sang :

  • 16 « Cartas autógrafas de Felipe III a su hija Da Ana, reina de Francia », éd. A. Rodríguez Villa, Rev (...)

« Je ne peux cesser de vous rappeler qu’au cas où les choses de la religion se mettent dans l’état où elles seraient avec la faveur de Dieu, vous vous efforciez d’introduire l’Inquisition dans ce royaume et de la favoriser, car nous savons quels fruits elle amène mais vous ne consentirez pas que, en son nom, on fasse du tort à quiconque16 ».

  • 17 Il semble que l’entourage espagnol des reines ait été mieux accepté, au moins dans le Saint Empire (...)
  • 18 Marie de Rohan Monbazon, épouse de Luynes, se remaria en 1622 avec Claude de Lorraine, duc de Chevr (...)
  • 19 AGS K.1471 f° 85, le 11 avril 1616, Monteleón rapporte au duc de Lerma que la duchesse de Luynes es (...)
  • 20 AGS K.1471 f°65, Monteleón à Lerma le 1er mars 1616.
  • 21 H. Pizzaro Llorente « Isabel de Borbόn... », art. cité, p. 376-383.

8Néanmoins, ces réseaux féminins à l’étranger, construits autour d’une reine étrangère, sont trop ouvertement présents pour être pleinement acceptés : les élites curiales locales les rejettent, tout comme, souvent, le roi lui-même.17. En mars 1616, les premières plaintes apparurent lorsque l’épouse de Luynes18 fut placée auprès d’Anne d’Autriche19. De leur côté, les Français protestèrent du peu de liberté accordée à l’épouse du prince Philippe20. Pourtant l’examen de la composition de la Maison de la princesse Élisabeth de Bourbon souligne que dès le lendemain de l’échange matrimonial, la très grande majorité de sa Maison était composée d’Espagnols21. L’expulsion des membres de la suite des reines survenait presque systématiquement après ces mariages dits étrangers. En dépit de ces frictions, les souverains et les conseils qui les entouraient cherchaient toujours à obtenir des informations dans les Cours étrangères, voire de l’influence, par le biais de la présence de leur fille ou de leurs sœurs.

  • 22 Plus généralement, voir Victor Cousin, qui évoqua les témoignages de Mme de Motteville (« Mais elle (...)
  • 23 On pense à Louise de Milley, supérieure du Val-de-Grâce, abbesse de 1626 à 1637, date à laquelle el (...)

9Jusqu’en 1637 au moins, Anne d’Autriche correspondait avec la Cour d’Espagne, soit après la déclaration de guerre, en 1635, entre les deux monarchies ; ceci fut l'une des causes des « persécutions » de Richelieu à son encontre22. Parmi les intermédiaires d’Anne d’Autriche qui transmettaient les messages à la Cour d’Espagne, combien y avait-il de femmes23 ?

  • 24 Gregorio Marañón, El conde-duque de Olivares. La pasiόn de mandar, Madrid, Espasa-Calpe, 2006, p. 4 (...)

10En Espagne, après 1618, Élisabeth de Bourbon avait vu sa suite française, dont faisait partie Mme de Lannoy, remplacée au profit d’une suite espagnole. D’un point de vue politique, la reine d’Espagne était intervenue auprès de Richelieu lors des discussions sur la Valteline et sur le règlement de la paix de Monzon en 162624. Mais surtout, les regards portés par les autochtones sur les reines étrangères illustrent de deux manières le fonctionnement des stéréotypes : la nationalité des reines d’une part, et leur sexe, d’autre part, ne pouvaient que les conduire à adopter des attitudes frivoles. Que ce soit Anne d’Autriche ou Élisabeth de Bourbon, les deux reines ont été à la fois victimes et actrices de la galanterie. Or, cette pratique sociale pouvait être déjà en partie considérée comme un acte politique : ainsi, à l’expérience des relations d’Anne d’Autriche avec Buckingham, répondit la satire et la critique espagnole à l’encontre d’Élisabeth et de ses rapports supposés avec le comte de Villamediana.

  • 25 Margarita García Barranco, Antropología histórica de una élite de poder : las reinas de España, Thè (...)

11En Castille, ces relations galantes correspondaient aux pratiques du galanteo, ce qui, en présence d’une reine étrangère, accentuaient les dangers potentiels des réseaux féminins, par essence difficilement contrôlables. Comme le rappellent Margarita García Barranco et María-Victoria Lόpez-Cordόn25, le galanteo était à l’origine un code de conduite honorable qui épousait un modèle patriarcal par l’offre de protection masculine à la faible dame. Par ailleurs, le galanteo était aussi un moyen agréable de passer son temps à courtiser. Les galants, qui pouvaient être célibataires ou mariés, apparaissaient souvent dans l’entourage royal. Certaines dames avaient des galants qui les suivaient en montant sur les marchepieds de leur carrosse, demeurant sous le regard de la Camarera mayor ou des dueñas de honor. Ce droit du galanteo fut limité en 1603, et à nouveau en 1638. À cette date, Philippe IV chercha à exclure les galants de la Cour. Finalement la galanterie fut prohibée pour les hommes mariés, ce qui n’empêcha pas qu’en 1666, la présence de galants était encore dénoncée dans les couloirs du palais.

  • 26 Antonio Rodríguez Villa, Etiquetas de la Casa de Austria, Madrid, 1913, p. 168‑170. Sur les excès d (...)
  • 27 G. Marañón, El Conde Duque de Olivares…, op. cit , p. 311‑312.

12Cette pratique du galanteo contraste avec l’idée de la réclusion féminine préconisée par les Étiquettes royales ; elle participait à la réintroduction des femmes dans l’espace curial, comme le montrait aussi la réception par des dames de la Maison de la reine de billets et de cadeaux. Des accusations de galanteo ont été portées contre les deux souveraines, Anne d’Autriche et Élisabeth de Bourbon ; les contemporains signalaient la jeunesse des reines et leur isolement, qui aurait expliqué une certaine légèreté de leur part26. Gregorio Marañón cite ainsi plusieurs témoignages de diplomates vénitiens27. En 1632 l’ambassadeur Mocenigo écrivait « la reine est peu contente de voir le Roi s’adonner aux plaisirs et la laisser esseulée, vivant une vie triste […] et elle est peu aimée des grands seigneurs de la Cour ». Pour sa part, l’ambassadeur Corner remarquait que : « du temps où je résidais à la Cour, la reine était très mélancolique, usant plus des remèdes du médecin que des fêtes, montrant beaucoup de peine de n’avoir qu’un fils et désirant ardemment un garçon dans sa progéniture ». De son côté, l’ambassadeur Giustiniani relevait ce propos : « elle n’a aucun autorité à la Cour ». Enfin, quelques années plus tard, Contarini affirmait que :

  • 28 Idem.

« La Reine est une princesse de manières très aimables, d’intelligence et de capacités certaines ; mais pour être la sœur du roi de France, elle n’a aucune autorité et si, en apparence, le roi l’honore et lui montre de l’estime, intimement il ne l’aime pas28 ».

  • 29 Ibid, p. 437, n. 240 [source citée : « Cartas de algunos PP de la Compañia de Jesús sobre los suces (...)
  • 30 O. Filippini, La coscienza…, op. cit., p. 48, note 45 : Marie de Bourbon, fille du comte de Soisson (...)

13Nous serions donc loin d’être en présence de réseaux féminins entourant la reine d’Espagne et son auguste époux. Toutefois, cette perspective doit être fortement nuancée car, dans l’entourage féminin d’Élisabeth de Bourbon, les refuges accordés à certaines femmes laissent supposer l’existence de tels groupes. Ainsi, en décembre 1637, Marie de Monbazon, ancienne duchesse de Luynes, devenue duchesse de Chevreuse – et qui avait dirigé la Maison d’Anne d’Autriche et avait été son amie – trouva refuge à Madrid où elle arriva déguisée en homme, ce qui fit scandale. Reçue avec faste, elle attira les galants – dont le roi –, et des fêtes furent données en son honneur, avec l’appui du favori, le comte-duc d’Olivares. Malgré cet appui, et bien qu’appréciée de la reine et de Philippe IV, alors qu’elle incarnait l’opposition à Richelieu, l’exilée apparut rapidement suspecte. Dans une lettre du 16 mai 1638, un jésuite affirmait que « Richelieu nous trompe par le moyen d’une femme »29. Ce qui est vrai de l’ambivalence du regard portée sur la duchesse de Chevreuse peut l’être pour d’autres, telle Marie de Bourbon, princesse de Carignan qui, elle aussi, s’était trouvée dans une situation inconfortable et trouva refuge à Madrid, qu’elle dut pourtant quitter après y avoir résidé quelque temps30.

  • 31 Sur Élisabeth de Bourbon, voir H. Pizarro Llorente, « Isabel de Borbόn… », art. cité, t. 1 p. 339‑3 (...)
  • 32 M. K. Hoffman, Raised to rule…, op  cit. p. 60 et suivantes.
  • 33 Selon l’ambassadeur de Modène à Madrid, « Il n’y avoit personne qui donnast mile bénédicions à la R (...)

14Pour Anne d’Autriche comme pour Élisabeth de Bourbon31, la guerre et surtout les naissances transformèrent les regards portés sur elles, ce qui conduisit à un bouleversement dans les rapports qu’elles entretenaient avec leur Cour d’adoption. À partir de 1640, les épouses disposèrent de nouvelles relations qui leur permirent d’étendre leur influence : elles se trouvèrent mieux insérées dans les institutions de la Cour et du gouvernement, ce que confirmèrent les interventions d’Élisabeth dans l’éducation des infants puis à propos du confesseur royal32. Lors de la guerre de Catalogne, quand, à partir de 1642 le roi partit pour l’Aragon, la régence fut attribuée à Élisabeth ce qui accrut sa légitimité. Elle participa à la mobilisation et à la galvanisation de la population madrilène et elle fut même intégrée dans une généalogie imaginaire, voire un réseau fictif : celui des Isabelle qui élevèrent la Castille33. Ce nouveau poids politique de la reine se manifesta par exemple dans la nomination du confesseur royal à propos duquel le nonce apostolique en Espagne, Panciroli, écrivit une lettre en mars 1643 :

  • 34 O. Filippini, La coscienza…, op. cit., p. 171.

« SM voyant que l’âge de son confesseur et son état étaient graves, et qu’il était presque incapable d’aucune charge […] il voulut choisir pour confesseur un docteur dominicain professeur à Alcala, appelé frère Juan de San Tomas […] homme à la vie sans tache, d’une assez bonne culture, très modeste, très loin de toute pensée ambitieuse ; il a été proposé au roi par la reine en un temps où chacun pensait que la reine devait proposer son propre confesseur, qui est aussi un frère dominicain34 ».

  • 35 En 1620, on dénombrait 396 personnes appartenant à la Maison de la reine. Les gages moyens des dame (...)

15À l’âge de la maturité, la reine disposait de relations qui lui permettaient d’influencer les choix du roi grâce à ses nombreux contacts avec ses dames d’honneur et avec la femme qui dirigeait sa Maison : la Camarera mayor (équivalent féminin du grand chambellan). Son rôle au sein de la Cour était essentiel : elle avait sous ses ordres les Dames d’honneur, les Femmes du cabinet (Damas de retrete), les jeunes filles (Mozas ou Meninas), et bien d’autres personnes chargées du service personnel de la reine. Pendant le règne de Philippe IV, on comptait au total entre 400 et 500 personnes appartenant à la Maison de la reine35. Les principaux postes de cette Maison étaient pourvus par le roi par l’intermédiaire de son Mayordomo mayor (le Grand Majordome). Ainsi, les charges de confesseur, d’aumônier, de Camarera mayor passaient par le souverain et non par la reine. Toutefois, comme cela a été dit, après vingt années de présence à la Cour, Élisabeth pouvait proposer à son époux le choix d’un confesseur, et obtenir sa nomination.

  • 36 M. S. Sanchez, The Empress, The Queen and the Nun. Women…, op. cit.
  • 37 La duchesse de Gandie, Juana Enriquez de Velasco, fut choisie par Philippe II comme camarera mayor (...)
  • 38 J. H. Elliott, Olivares, Paris, R. Laffont, p. 365.
  • 39 Gregorio Marañón affirme que la dignité de la reine souffrit « de la tutelle impertinente de sa cam (...)

16L’importance du contrôle de la Maison de la reine fut souvent évoquée par les contemporains et par les historiens : la faction dominante à la Cour y aurait imposé ses choix et la reine se serait trouvée de facto en opposition avec ceux qui dirigèrent sa Maison. Cette configuration correspond aux rapports entre Marguerite d’Autriche et la duchesse de Lerma, sous Philippe III36, puis par Élisabeth de Bourbon et doña Inés de Zúñiga, épouse du comte-duc d’Olivares. Pourtant, la portée des inimitiés entre factions au sein des Maisons royales doit être nuancée. L’épouse d’Olivares n’était devenue Camarera mayor de la reine qu’en 1627, soit six ans après que son mari avait occupé la fonction de Premier ministre37 ; par ailleurs, l’argument principal pour expliquer sa nomination était qu’elle avait perdu sa fille pendant l’été et donc que la charge de Camarera mayor lui serait une consolation38. La thèse selon laquelle Élisabeth de Bourbon haïssait Inés de Zúñiga reste controversée et il existe bien des affirmations contradictoires qui vont de la participation de la reine à une « conspiration des femmes » contre le comte-duc d’Olivares jusqu’à son assistance passive39.

  • 40 Alistair Malcolm, « Spanish queens and aristocratic women at the court of Madrid, 1598-1665 », Stud (...)

17En fait, ces réseaux féminins à la Cour se constituèrent progressivement, de manière complémentaire et souvent parallèle à la carrière des hommes du même lignage. Ainsi, Inés de Zúñiga avait d’abord été Dame de la reine Marguerite d’Autriche avant de devenir gouvernante du prince Baltasar Carlos. Sa nomination comme Camarera mayor répond donc non seulement au pouvoir de son mari – le comte-duc d’Olivares – mais aussi à une lente progression au sein de la hiérarchie de la Maison de la reine. Alistair Malcolm confirme ce phénomène à propos des demandes du duc de Montalto, qui n’avait obtenu la charge d’Écuyer de la Maison de la Reine qu’après une très longue attente et cela malgré des appuis importants40.

18Aux groupes et réseaux formés autour des reines et de leurs maisons, il convient d’ajouter à l’entourage du souverain d’autres liens avec des femmes qui échappent souvent aux cadres institutionnels pour relever soit de relations charnelles, soit de relations spirituelles avec le roi.

Maîtresses royales et nonnes

  • 41 A. Malcolm, « Spanish queens…», art. cité, p. 172.

19Beaucoup ont glosé sur les infidélités conjugales de Philippe IV car elles permettaient de dénoncer le favori : le comte-duc d’Olivares. Celui-ci aurait profité de la faiblesse du roi, de son caractère aboulique et de son appétit sexuel pour l’attirer dans des virées nocturnes par les rues madrilènes41. La vie dissolue du souverain aurait offert un débouché aisément exploitable pour une opposition politique qui trouvait là l’occasion de dénoncer la mauvaise vie du souverain et surtout la mauvaise influence de son principal ministre. Par ailleurs, pour les historiens, l’image donjuanesque du roi, selon le qualificatif employé par Gregorio Marañon, autorise à rapprocher l’Age d’or de la littérature espagnole qui contient nombre de références érotiques et la vie sexuelle du monarque, puisque les premières représentations du Burlador de Sevilla (le violeur de Séville) longtemps attribué à Tirso de Molina – où apparaît la figure de don Juan de Tenorio – auraient eu lieu devant le jeune prince.

  • 42 Cité par Robert A. Stradling, Felipe IV y el gobierno de España, Madrid, Catedra, 1989, p. 465.
  • 43 Michel Devèze, L’Espagne de Philippe IV, Paris, Sedes, t. 1 p. 87.
  • 44 R. A. Stradling, Felipe IV, op. cit., p. 463.
  • 45 Fray Alonso de León est né en 1631 des amours du roi avec Constanza de Ribera y Orozco, dama de hon (...)
  • 46 Domenico Zane, Relazione degli stati europei lette al senato dagli ambasiatori veneti nel secolo de (...)
  • 47 Miguel Jiménez Monteserín, Sexo y bien común. Notas para la historia de la prostitución en España, (...)

20Ces stéréotypes du roi amoureux conduisent aux maîtresses du roi : chroniqueurs et polémistes affirment qu’elles furent nombreuses. Quevedo écrivit sur « les nouvelles odalisques apportées au sérail pour entretenir sa Majesté qui se contente de profiter des femmes pendant que Olivares profite de l’État42 ». Pourtant, parmi les maîtresses royales, bien peu sont connues et il semble qu’aucune ne fût en mesure de constituer un réseau féminin en rapport avec la Cour ou avec le roi. Certains noms cependant sont passés à la postérité, comme la fille du comte de Chirel qui aurait été le premier amour extra-conjugal de Philippe IV, en 162543. Cette date relativise le stéréotype d’un roi à l’activité sexuelle foisonnante décrite par la plupart des auteurs : en 1625, le roi était âgé de 20 ans et marié depuis 1615 avec Élisabeth de Bourbon. Il aurait donc attendu une décennie pour avoir des relations hors mariage avec Ana María Manrique qui mit au monde Fernando Francisco (1626-1634)44. Par la suite, il aurait eu un autre enfant illégitime de la marquise de Mortara, puis de sa relation avec une dame d’honneur de la reine serait né don Alfonso, futur évêque de Málaga45. En fait, les historiens suivent la relation de l’ambassadeur vénitien Zane46 et acceptent l’existence d’une abondante postérité illégitime de Philippe IV. Selon cet auteur, en 1659, il aurait compté trente-deux enfants illégitimes dont, bien entendu, le fils légitimé de la Calderona, don Juan José, né en 1629 et reconnu en 1642. Cette abondante postérité naturelle attribuée à Philippe IV demande à être révisée, d’autant plus qu’il est intéressant de noter qu’aucune de ses maîtresses, ni de ses enfants naturels, n’occupa de place politique d’importance, ni n’obtint de position influente à la seule exception de don Juan José. Forte de sa position, aucune des maîtresses royales ne put instaurer de liens, soit parmi l’aristocratie castillane, soit hors du royaume de Castille et des royaumes ibériques. Pourtant, les rumeurs affirmèrent que la concurrence entre le roi et de grands aristocrates était vive pour obtenir certaines faveurs féminines. Comment alors expliquer l’absence de visibilité des maîtresses royales ? Doit-on attribuer cela à la morale tridentine qui tendait à restreindre les contacts entre les personnes de sexe différent, ce qu’illustrait la fermeture des maisons closes (mancebía) dans la Couronne de Castille en 162347 et les décisions réitérées de limiter le galanteo ? Dans la deuxième partie de son règne, Philippe IV rédigea une correspondance qui laisse voir un souverain moralement tourmenté : cet état d’esprit a-t-il eu une influence sur cette absence de visibilité des maîtresses royales ?

21Si les relations extra-conjugales du roi sont très mal connues, les liens épistolaires de Philippe IV avec des femmes entrées en religion offrent à l’historien un matériau riche qui présente un rapport original entre fonction politique, personne royale et fonction religieuse de consolation spirituelle.

  • 48 F. Sicard, « Política en religión y religión en política… », art. cité ; Juan de Palma, Vida de la (...)
  • 49 Carl Justi (1832-1912), Velázquez y su siglo, Madrid, Istmo, 1999, [titre original : Diego Velázque (...)

22Les liens entre le monde de la clôture féminine et Philippe IV étaient anciens ; ils remontaient à son enfance car plusieurs membres de la dynastie s’étaient reclus dans des couvents. La plus jeune fille de l’impératrice Marie, Marguerite de la Croix, avait prononcé ses vœux en 1584 et s’était retirée dans le monastère des Descalzas Reales fondé par Jeanne du Portugal. Jusqu’à sa mort en 1633, elle reçut ses parents, appuya les jésuites et correspondant avec ses frères, elle fut considérée comme l’un des liens avec la Cour de Vienne48. De telles visites étaient rendues aussi à sœur Mariana de San José, proche de Marguerite d’Autriche, la mère de Philippe IV, qui était recluse au couvent des Augustines de l’Incarnation, à Madrid, où elle mourut en 1638. Selon Carl Justi, un couloir secret (pasadizo) permettait même au roi de traverser son palais pour se rendre directement au couvent de l’Incarnation49.

  • 50 « Ces femmes [les mystiques] reproduisaient un type issu d’un passé somme toute récent : à la fin d (...)

23Les relations des souverains avec des nonnes réputées en odeur de sainteté n’étaient pas nouvelles50 et, déjà, Thérèse d’Avila attirait les contemporains par le renom de ses expériences mystiques dont l’élite aristocratique s’emparait. Avec Philippe IV, l’attraction religieuse se prolongea et se renforça car certaines nonnes offrirent à ce roi des fonctions d’intercession et de consolation. En effet, ce dernier était convaincu que les malheurs qui s’abattirent, à partir des années 1640, sur la monarchie et sur sa famille étaient en relation avec l’état de péché dans lequel il avait vécu et vivait toujours :

  • 51 María de Jesús de Agreda. Correspondencia con Felipe IV. Religiόn y razόn de Estado, Madrid, Instit (...)

« Moi, comme je vous l’ai dit, je suis sorti de Madrid sans ressources ni hommes, me fiant seulement aux moyens du ciel, qui sont les seuls pour obtenir ce que l’on désire. Notre Seigneur a commencé à œuvrer en ma faveur, amenant la flota [chargée de métaux précieux d’Amérique] et secourant Oran quand nous nous y attendions le moins, par quoi j’ai pu disposer d’armes, encore qu’avec beaucoup de difficultés et de retard du fait du manque d’argent, j’espère pouvoir commencer à les mettre en œuvre cette semaine. Moi, bien que je supplie Dieu et sa Très Sainte Mère de nous assister et de nous aider, je me fie très peu de moi, parce que je l’ai beaucoup offensé et l’offense [encore]; et que, justement, je mérite les châtiments et afflictions dont je souffre ; et ainsi, je viens à vous pour que vous accomplissiez la parole que vous m’avez donnée de clamer à Dieu qu’il guide mes actions et mes armes, de manière que j’obtienne la quiétude pour ces royaumes et une paix universelle pour la Chrétienté51 ».

  • 52 María de Jesús de Agreda…, op. cit. ; J. Pérez Villanueva, « Sor María de Agreda y Felipe IV… », ar (...)

24Dans une de ses premières lettres à sœur María de Agreda, le roi exprime la nature des relations qu’il allait entretenir avec la mystique pendant près de deux décennies : le temps des malheurs pour la monarchie exigeait de sa part un nouveau rapport à Dieu grâce à la médiation de la nonne. Aux désastres politiques et militaires – sécessions de la Catalogne et du Portugal, de Naples, défaites dans l’Empire et en dehors – s’ajoutaient les drames personnels puisque, entre 1644 et 1649, il vécut la disparition de son épouse Élisabeth de Bourbon, de sa sœur María et du prince héritier Baltasar Carlos. Philippe IV attribuait ces événements à ses excès et à ses péchés, faisant dans sa correspondance avec María de Agreda des allusions à sa sexualité ardente. La relation épistolaire avec María de Agreda débuta en 1643 et allait durer vingt-deux ans. Elle se compose de plus de six cents lettres qui ont fait l’objet de plusieurs analyses52.

  • 53 María de Jesús de Agreda.., op. cit., p. 38, note 44.
  • 54 Francisco de Borja fut vice-roi du royaume d’Aragon puis du royaume de Valence, sumilier de Corps d (...)
  • 55 Joaquín Pérez Villanueva, « Sor María de Agreda y Felipe IV : un epistolario en su tiempo », in Ric (...)

25Le roi et la nonne échangent leurs sentiments, se transmettent des informations, se donnent des nouvelles et réfléchissent à des questions de doctrines. Pourtant derrière la recluse d’Agreda, l’existence d’autres connexions sont perceptibles. Le confesseur de María de Agreda – Francisco Andrés de la Torre, provincial des franciscains entre 1623 et 1647 – lui recommanda de faire une copie de sa correspondance avec le roi53. Elle entretenait également une correspondance avec Francisco de Borja54 qui, à son tour, avait connaissance de la correspondance entre le roi et la sœur. De nombreuses références montrent que la nonne puisait ses renseignements à divers canaux et non seulement dans la correspondance qu’elle maintenait avec le roi. En outre, en 1648, au cours du procès pour conspiration du duc de Hijar, ce dernier se prévalut de l’amitié de sœur María de Agreda, ce qui indiquait que la mystique avait rompu le pacte épistolaire qui la liait au souverain depuis le début de leur correspondance. Philippe IV avait en effet clairement énoncé à la nonne : « Je vous écris de manière espacée afin que votre réponse vienne sur la même feuille, et je vous charge et ordonne qu’elle n’arrive à personne d’autre55 ». Après cet incident, Philippe IV continua néanmoins de manifester son amitié à la franciscaine, mais la nature de leur correspondance changea, se faisant plus abstraite et plus morale. Peut-on dès lors parler d’un réseau féminin autour de María d’Agreda ? Peut-être était-ce le cas lorsque la mystique exprimait son opposition à l’existence d’un valido, à l’instar du confesseur du Roi recommandé par Élisabeth de Bourbon, Juan de San Tomas. Toutefois, après 1648, sœur María de Agreda cessa de prodiguer au roi ce genre de recommandations temporelles. De même, Philippe IV évita par la suite toute interférence entre sa correspondance privée avec María de Agreda et les affaires d’État. L’exemple le plus manifeste de ce cloisonnement se produisit lorsque la mystique fut interrogée par l’Inquisition : le roi se contenta de lui transmettre le vœu que la lumière jaillisse de sa vertu. Pas une fois le Saint Office ne fut mentionné dans la correspondance royale avec María de Agreda.

26À côté de cette relation épistolaire de plus de deux décennies avec la franciscaine d’Agreda, Philippe IV entretint pendant seize ans, entre 1644 et 1660, une correspondance avec la carmélite Luisa Enriquez, comtesse de Paredes. Ces échanges étaient de nature différente car ils manifestaient l’imbrication des sphères curiales et religieuses ; le père de Luisa Enriquez, Luis, avait été capitaine général de Galice, membre du conseil de Guerre, Majordome de la reine Marguerite (mère de Philippe IV), puis celui de la reine Élisabeth de Bourbon. Doña Luisa était d’abord devenue Dame d’honneur et Guarda Mayor de la reine dont elle avait été très proche. Mariée en 1631 avec le comte de Paredes, veuve six ans plus tard, elle s’occupa ensuite de ses deux filles qu’elle introduisit dans la Maison de la reine. À l’automne 1644, Luisa Enriquez se trouvait au chevet de la reine mourante, quand cette dernière demanda au roi de nommer doña Luisa comme gouvernante de l’infante Marie-Thérèse, fille unique du couple royal âgée d’à peine six ans. Après avoir participé aux divertissements de la Cour auprès d’Élisabeth et de Philippe IV, cette lectrice assidue de sainte Thérèse s’imprégna de ferveur mystique. Ainsi, correspondait-elle avec la Vénérable Mère María de Jesús, une carmélite déchaussée de Tolède ainsi qu’avec une autre mystique, Marina de Escobar de Valladolid. Enfin, en 1648, elle choisit d’entrer au couvent carmélite de Malagόn.

  • 56 C. de Travesedo, E. Martin de Sandoval, « Cartas de la infanta doña María Teresa hija de Felipe IV (...)

27L’analyse de la correspondance entre le roi et Luisa Enriquez fait ressortir bien des différences par rapport à celle qu’il entretint avec l’austère María de Agreda : les lettres échangées intègrent la dimension aristocratique, courtisane et familiale des deux épistoliers. Leur contenu démontre une profonde connaissance de la Cour par la carmélite. De ce fait, Luisa Enriquez partageait avec le souverain des informations sur la vie quotidienne avec plus de légèreté et moins de distance que María de Agreda. Ayant occupé une place éminente au sein de la Maison royale, puisqu’elle avait non seulement été proche d’Élisabeth mais aussi de Marie-Thérèse, doña Luisa exprimait dans sa correspondance avec le roi son profond attachement à la dynastie et en particulier avec la future reine de France, avec laquelle elle échangea aussi des courriers56. Alors que l’infante Marie-Thérèse s’apprêtait à quitter l’Espagne pour rejoindre son nouveau royaume et son futur époux, le 23 mars 1660 elle écrivait à la carmélite :

  • 57 Ibid., p. 434‑435.

« Ils viennent de me donner une lettre de toi, dont je me suis beaucoup réjouis, et de savoir que tu vas bien me soulage, et tes lettres ne sont en rien une fatigue mais bien plutôt un plaisir, et plus encore quand tu m’écris pour me donner de si bons conseils [...]. Doña María de Molina t’envoie beaucoup de choses, ainsi que Juana de Auñon57 ».

28Enfin, un dernier cercle féminin reste à ébaucher après le remariage de Philippe IV en 1649 avec sa nièce Mariana d’Autriche, fille de sa sœur l’impératrice María. Cette union n’interrompit pas les relations épistolaires du roi avec ses correspondantes religieuses. En revanche, les contemporains notèrent l’assiduité du roi auprès de sa nouvelle épouse, d’autant plus, peut-être, que les lettres échangées avec María de Agreda réprimaient ses attraits pour les amours extraconjugales.

  • 58 A. Malcolm, « Spanish queens… », art. cité, p. 179. Pour sa part, R.A Stradling émet un doute sur l (...)
  • 59 M. Hume, La cour d’Espagne de Philippe IV et la décadence de l’Espagne, 1605-1661, Paris, Perrin, 1 (...)

29Ainsi, les réseaux féminins à la Cour d’Espagne ont été jugés de façon diverse. Jusqu’aux années 1930, les historiens parlent d’une « conspiration des femmes » qui aurait permis de venir à bout d’Olivares grâce à la conjugaison des forces de la reine Élisabeth, de sœur María de Agreda et d’une ancienne nourrice. Ils relativisent désormais le rôle politique des Maisons des reines et des reines elles-mêmes, en dehors des périodes de régence féminine, suggérant que les secrets de la vie à l’intérieur des appartements des souveraines influaient sur la vie politique mais qu’ils agissaient non pas publiquement mais indirectement et subtilement au sein du monde curial et aristocratique58. Cette thèse, illustrée par les travaux de Alistair Malcolm, se situe en quelque sorte à l’opposé des perspectives de Martin Hume, développées il y a plus d’un siècle, lorsque l’historien anglais comparait le roi d’Espagne à l’empereur romain Héliogabale»59.

  • 60 J. H Elliott, « Philip IV of Spain. Prisoner of ceremony », in A. G. Dickens, dir., The Courts of E (...)

30En dépit de ces interprétations contradictoires, il est essentiel de souligner que les réseaux féminins du souverain ne constituèrent pas des circuits fermés, même si d’aucuns envisagent une Cour dont l’Étiquette tiendrait le roi « caché » ou « prisonnier du cérémonial60 ». De même, la clôture monastique ne signifie en rien l’absence de contacts avec le siècle et donc avec le roi ; en effet, celle-ci était bien loin d’une rupture complète avec le monde. Mais surtout, les réseaux familiaux, curiaux, domestiques, religieux et l amoureux s’imbriquaient et s’interpénétraient, expliquant la porosité de la vie de Cour et de la vie politique. De cet enchevêtrement des réseaux – féminins comme masculins – découle la difficulté de mesurer leur influence politique.

Haut de page

Notes

1 Sur la définition et les caractéristiques des réseaux : José María Imízcoz Beunza, « Communauté, réseau social, élite. L’armature sociale de l’Ancien Régime », in Juan Luis Castellano, Jean-Pierre Dedieu, dir., Réseaux, Familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’Ancien Régime, Paris, CNRS, 1998, p. 31‑66.

2 Laura Oliván Santaliestra, Mariana de Austria : imagen, poder y diplomacia de una reina cortesana, Madrid, Ed. Complutense  : Instituto de Investigaciones Feministas, 2006.

3 Magdalena S. Sanchez, The Empress, The Queen and the Nun. Women and Power at the Court of Philip III of Spain, Baltimore-Londres, The Johns Hopkins University Press, 1998 ; María Victoria López Cordón Cortezo, « La construcción de una reina en la Edad Moderna : entre el paradigma y los modelos », in María Victoria López Cordón Cortezo, Gloria Franco, La reina Isabel y las reinas de España : realidad, modelos e imagen historiográfica. Acatas de la VIII Reunión Científica de la Fundación Española de Historia Moderna (Madrid, 2-4 de junio de 2004), Madrid, Fundación Española de Historia Moderna, 2005, t. 1, p. 209‑238; Martha K. Hoffman, Raised to rule. Educating Royalty at the court of the Spanish Habsburgs, 1601-1634, Baton Rouge, University of Louisiana Press, 2011.

4 Katrin Keller, « Les réseaux féminins : Anne de Saxe et la cour de Vienne », in Isabelle Poutrin, Marie-Karine Schaub, dir., Femmes et pouvoir politique. Les princesses d’Europe xve-xviiie siècles, Paris, Bréal, 2007, p. 164‑177 ; Frédérique Sicard, « Política en religión y religión en política. El caso de sor Margarita de la Cruz, archiduquesa de Austria » in Rubén González, José Martínez Millán, La dinastía de los Austria. Las relaciones entre la Monarquía Católica y el Imperio, Madrid, Polifemo, t.1, 2011, p. 631‑646.

5 Antonio Feros, El Duque de Lerma : realeza y privanza en la España de Felipe III, Madrid, Marcial Pons, 2002, p. 184 et suivantes sur le contrôle de la maison de la reine par le duc de Lerma [1e éd. Kingship and favoritism in the Spain of Philip III, 1598-1621, Cambridge, Cambridge university press, 2000].

6 Magdalena Sánchez, « Confession and Complicity : Margarita de Austria, Richard Haller, S. J., and the Court of Philip III », Cuadernos de Historia Moderna, 4, 1993, p. 133‑149.

7 Richard Stradling, Felipe IV y el gobierno de España, 1621-1655, Madrid, Cátedra, 1989 [1e éd. Philip IV and the government of Spain 1621-1665, Cambridge, Cambridge University Press, 1988] : cette biographie politique s’attache à démonter les stéréotypes sur la sexualité de Philippe IV qui furent formulés presque toujours en relation avec la notion de décadence de l’Espagne.

8 Orienta Filippini, La coscienza del re. Juan de santo Tomas, confessore di Filippo di Spagna, 1643-1644, Florence, Olschki, 2006.

9 Ne seront pas évoqués ici les liens qui ont pu unir le roi à la bénédictine Teresa Valle de la Cerda et, plus largement, la question de l’affaire du San Placido à Madrid, du fait de sa complexité. Voir Carlos Puyol Buil, Inquisición y política en el reinado de Felipe IV : los Procesos de Jerónimo de Villanueva y las monjas de San Plácido, 1628-1660, Madrid, CSIC, 1993.

10 L’infant Carlos (1607-1632) et le cardinal infant Fernando (1609-1641).

11 L’aînée devint reine de France et la seconde impératrice.

12 Auguste Leman, Richelieu et Olivarès : leurs négociations secrètes de 1636 à 1642 pour le rétablissement de la paix, Lille, 1938 ; John H Elliott, Richelieu and Olivares, Cambridge, Cambridge University Press, 1984 [traduction fr., Richelieu et Olivares, Paris, PUF, 1991].

13 La comtesse de La Torre, Inés Enríquez y Sandoval, est la cousine du duc de Lerma. Pour un tableau comparatif des Maisons d’Anne et d’Isabelle en 1615, voir Henar Pizzaro Llorente, « Isabel de Borbόn, De princesa de Francia a reina de España », in José Martínez Millán, Maria Paula Marçal Lourenço, dir., Las Relaciones Discretas entre las monarquías Hispanas y Portuguesa, (s. XV-XIX), Madrid, Polifemo, 2008, t. 1 p. 341.

14 En 1618, trois noms sont proposés par le Conseil d’État : le comte d’Olivares, le marquis de Montesclaros et le comte d’Aguilar mais seuls les deux premiers ont l’avantage d’être mariés et pouvaient donc, par l’intermédiaire de leur femme, être facilement en contact avec Anne d’Autriche. Archivo General de Simancas [ci-après AGS] série K.1471 f°149, Monteleón au roi, le 24 juin 1616.

15 AGS K.1471 f°58, Monteleón à Lerma, le 28 février 1616.

16 « Cartas autógrafas de Felipe III a su hija Da Ana, reina de Francia », éd. A. Rodríguez Villa, Revista de Archivos, Bibliotecas y Museos, 3ème époque, 1897, p .15.

17 Il semble que l’entourage espagnol des reines ait été mieux accepté, au moins dans le Saint Empire pour le xviie siècle. Voir José Rufino Novo Zaballos, « Relaciones entre las cortes de Madrid y Viena durante el siglo XVII a través de los servidores de las reinas », in R. González, J. Martínez Millán, La dinastía de los Austriaop. cit., t. 2, p. 724.

18 Marie de Rohan Monbazon, épouse de Luynes, se remaria en 1622 avec Claude de Lorraine, duc de Chevreuse. Son attachement à Anne d’Autriche et diverses intrigues la conduisirent à s’opposer à Richelieu et la contraignirent à l’exil.

19 AGS K.1471 f° 85, le 11 avril 1616, Monteleón rapporte au duc de Lerma que la duchesse de Luynes est extravagante et qu’elle respecte peu la comtesse de La Torre ; f°176, le confesseur d’Anne signale que la comtesse n’a plus que le titre de dame d’honneur avec 2500 réaux de gages mais aussi que l’épouse du connétable défunt, Mme de Montmorency, a pris la première place dans la Maison de la reine avec 6000 réaux de gages.

20 AGS K.1471 f°65, Monteleón à Lerma le 1er mars 1616.

21 H. Pizzaro Llorente « Isabel de Borbόn... », art. cité, p. 376-383.

22 Plus généralement, voir Victor Cousin, qui évoqua les témoignages de Mme de Motteville (« Mais elle étoit coupable, si c’étoit un crime d’avoir écrit au roi d’Espagne son frère, et à Mme de Chevreuse ») et de La Rochefoucauld : Victor Cousin, Madame de Chevreuse. Nouvelles études sur les femmes illustres, Paris, Didier, 1862, p. 121.

23 On pense à Louise de Milley, supérieure du Val-de-Grâce, abbesse de 1626 à 1637, date à laquelle elle dut donner sa démission ; elle était née en Franche-Comté et toute sa famille était au service de l’Espagne, son frère étant gouverneur de Besançon : Victor Cousin, Madame de Chevreuse, op. cit. p. 121

24 Gregorio Marañón, El conde-duque de Olivares. La pasiόn de mandar, Madrid, Espasa-Calpe, 2006, p. 436.

25 Margarita García Barranco, Antropología histórica de una élite de poder : las reinas de España, Thèse université de Grenade, dir. Aurelia Martín Casares, 2007, p. 357‑360; M. V. López-Cordón, « La évoluciόn de las damas entre los siglos XVII y XVIII », in J. Martínez Millán, M. P. Marçal Lourenço, dir., Las Relacionesop. cit., p. 1364.

26 Antonio Rodríguez Villa, Etiquetas de la Casa de Austria, Madrid, 1913, p. 168‑170. Sur les excès du galanteo, voir Archivo General de Palacio, secciόn administrativa, leg. 698. 

27 G. Marañón, El Conde Duque de Olivares…, op. cit , p. 311‑312.

28 Idem.

29 Ibid, p. 437, n. 240 [source citée : « Cartas de algunos PP de la Compañia de Jesús sobre los sucesos de la monarquía entre los años 1642 y 1648 », Memorial histόrico español, t. XIV p. 114‑115]

30 O. Filippini, La coscienza…, op. cit., p. 48, note 45 : Marie de Bourbon, fille du comte de Soissons, avait épousé le benjamin de Savoie, Thomas de Carignan. De la part du comte-duc d’Olivares, cet accueil n’était pas innocent car il disposait ainsi d’un moyen de pression sur le duché de Savoie. En 1644, la décision de son départ d’Espagne, fut soutenue par le confesseur royal qui invoquait des questions conjugales pour le couple royal. Voir G. Marañón El Conde Duque…, op. cit., p. 442, note 35.

31 Sur Élisabeth de Bourbon, voir H. Pizarro Llorente, « Isabel de Borbόn… », art. cité, t. 1 p. 339‑394.

32 M. K. Hoffman, Raised to rule…, op  cit. p. 60 et suivantes.

33 Selon l’ambassadeur de Modène à Madrid, « Il n’y avoit personne qui donnast mile bénédicions à la Reine, & n’exagérast avec des louanges publiques que les Isabelle avoient tioujours ésté le salut de l’Espagne », Ippolito Camillo Guidi, Relation de ce qui s’est passé en Espagne à la disgrâce du comte-duc d’Olivares, Paris, Chez A. Courbe, 1650, p. 27‑28 [traduit de l’italien Caduta del Conte d’Olivares l’anno 1643 Ivrea, 1644]. Isabelle du Portugal (1428-1496) qui contribua à la chute du favori Alvaro de Luna, Isabelle la Catholique qui régna de 1474 à 1504 et fut à l’origine de l’Espagne moderne et, enfin, Isabelle [Élisabeth en français] de Bourbon.

34 O. Filippini, La coscienza…, op. cit., p. 171.

35 En 1620, on dénombrait 396 personnes appartenant à la Maison de la reine. Les gages moyens des dames se montaient environ à 35-50 000 maravédis par an. En 1665, cette Maison comptait 500 personnes. Son coût de fonctionnement représentait 12 millions de maravedis en 1620 et 18 millions en 1665. Voir M. V.  Lόpez-Cordόn Cortezo, « La evolución de las damas entre los siglos XVII y XVIII », in J. Martínez Millán, P. Marçal Lourenço, dir., Las Relaciones…, op. cit., t. 2, p. 1357‑1398 [chiffres p. 1366].

36 M. S. Sanchez, The Empress, The Queen and the Nun. Women…, op. cit.

37 La duchesse de Gandie, Juana Enriquez de Velasco, fut choisie par Philippe II comme camarera mayor de la reine entre 1588-1599. De 1599 à 1621, du fait de la nomination de Catalina de la Cerda, épouse du favori le duc de Lerma, elle fut placée en retrait, mais entre 1621 et 1627, elle redevint camarera mayor d’Isabelle de Bourbon cette fois. Voir M. V. López Cordón, « Entre damas… », art. cité, p.  146.

38 J. H. Elliott, Olivares, Paris, R. Laffont, p. 365.

39 Gregorio Marañón affirme que la dignité de la reine souffrit « de la tutelle impertinente de sa camarera mayor, la comtesse d’Olivares » mais il ajoute qu’il « n’exista jamais la haine que la légende contemporaine inventa », G. Marañon, El Conde-duque…, op. cit., p. 315.

40 Alistair Malcolm, « Spanish queens and aristocratic women at the court of Madrid, 1598-1665 », Studies on medieval and early modern women, 4 (2005), p. 167. Les camareras mayores successives appartenaient à ces réseaux aristocratiques et répondaient aussi à une ascension personnelle dans les Maisons royales. Succédèrent à Iñés de Zúñiga, comme camarera, la comtesse de Medellin, Ana de Cardona y Aragón, ancienne camarera de l’infante Marie Thérèse depuis novembre 1644, qui mourut en décembre 1653 ; puis dona Elvira Ponce de Leόn, marquise de Villanueva de Valdueza qui servit Mariana à partir du 8 janvier 1654, comme reine régente et reine mère. Elle l’accompagna dans sa relégation à Tolède, même si elle fut considérée favorable à Don Juan José. Elle demeura à la cour au moins jusqu’en 1691. Aucune des trois filles du favori Luis de Haro ne put appartenir à la Maison de la reine mère Mariana : doit-on y voir une dépolitisation de la Cour et un affaiblissement du factionnalisme ? Nous remercions d’Alistair Malcolm de nous avoir procuré ces renseignements et transmis sa thèses inédite : A. Malcom, Don Luis de Haro and the Polical Elite of the Spanish Monarchy in the Mid-Seventeenth Century, thèse inédite, Université d’Oxford, 1999.

41 A. Malcolm, « Spanish queens…», art. cité, p. 172.

42 Cité par Robert A. Stradling, Felipe IV y el gobierno de España, Madrid, Catedra, 1989, p. 465.

43 Michel Devèze, L’Espagne de Philippe IV, Paris, Sedes, t. 1 p. 87.

44 R. A. Stradling, Felipe IV, op. cit., p. 463.

45 Fray Alonso de León est né en 1631 des amours du roi avec Constanza de Ribera y Orozco, dama de honor de la reine Élisabeth de Bourbon. Il refusa toute légitimation royale, il affirmait être le fils de José Enríquez de Guzmán y de Porres, gentilhomme de chambre du roi. Il devint évêque de Málaga grâce à son oncle paternel. Un portrait de Fray Alonso de León peint par Maíno est conservé de nos jours : Leticia Ruiz Gómez, éd., Juan Bautista Maíno, Madrid, Museo Nacional del Prado/Ediciones El Viso, 2009, p. 207.

46 Domenico Zane, Relazione degli stati europei lette al senato dagli ambasiatori veneti nel secolo decimosettimo, éd. Nicolo Barozzi & Gluglielmo Berchet, Venise 1860 [série I. vol. II : Spagna], p. 263 ; voir aussi José Deleito y Pinuela, El rey se divierte, Madrid, Alianza editorial, 1988, p. 16, 18‑19 et 82‑85.

47 Miguel Jiménez Monteserín, Sexo y bien común. Notas para la historia de la prostitución en España, Cuenca, Ayuntamiento de Cuenca, 1994.

48 F. Sicard, « Política en religión y religión en política… », art. cité ; Juan de Palma, Vida de la serenissima infanta Sor Margarita de la Cruz, Madrid, 1636.

49 Carl Justi (1832-1912), Velázquez y su siglo, Madrid, Istmo, 1999, [titre original : Diego Velázquez und sein Jahrhundert,  Bonn, Cohen, 1888], p. 187.

50 « Ces femmes [les mystiques] reproduisaient un type issu d’un passé somme toute récent : à la fin du Moyen-Âge, des héroïnes italiennes et nordiques avaient dressé le répertoire des signes de la sainteté mystique. Élevées au-dessus des voies parcourues par le commun des fidèles les “saintes femmes” espagnoles mettaient leurs charismes au service de leur entourage. Le public leur reconnaissait le pouvoir de proférer des révélations sur les épisodes de l’histoire du salut et le sens de l’Écriture, de prédire les événements, de mettre leurs proches à l’abri de la pénurie et des catastrophes, d’assurer la continuité des lignages et de tirer du purgatoire les âmes des défunts » : I. Poutrin, Le voile et la plume. Autobiographie et sainteté féminine dans l'Espagne moderne, Madrid, Casa de Velázquez, 1995, p. 9.

51 María de Jesús de Agreda. Correspondencia con Felipe IV. Religiόn y razόn de Estado, Madrid, Instituto de la mujer, Biblioteca de escritoras, éd. Castalia, 1991 p. 56, lettre du 4 octobre 1643. Voir la publication de la volumineuse correspondance : Epistolario español. IV-V, Cartas de sor María de Jesús de Ágreda y de Felipe IV, éd., Carlos Seco Serrano, Madrid, Atlas, 1958.

52 María de Jesús de Agreda…, op. cit. ; J. Pérez Villanueva, « Sor María de Agreda y Felipe IV… », art. cité ; Ana Morate Acín, Misticismo y conspiración. Sor María de Agreda en el reinado de Felipe IV, Saragosse, Insitución Fenando el Católico, 2010.

53 María de Jesús de Agreda.., op. cit., p. 38, note 44.

54 Francisco de Borja fut vice-roi du royaume d’Aragon puis du royaume de Valence, sumilier de Corps du prince Baltasar Carlos, conseiller d’État et Grand écuyer en 1661. Son fils rentra dans les ordres en 1644 et fut chapelain du couvent féminin des Descalzas à Madrid. On dispose de deux cents lettres environ, échangées entre Borja et María de Agreda, demeurées à ce jour inédites.

55 Joaquín Pérez Villanueva, « Sor María de Agreda y Felipe IV : un epistolario en su tiempo », in Ricardo García-Villoslada, dir., Historia de la Iglesia en España, t. IV : Antonio Mestre Sanchis, dir., La Iglesia en la España de los siglos XVII y XVIII, Madrid, editorial Católica, 1979, p. 359-418 [citation p.362].

56 C. de Travesedo, E. Martin de Sandoval, « Cartas de la infanta doña María Teresa hija de Felipe IV y reina de Francia a la condesa de Paredes de Nava (1648-1660) », Moneda y credito [Homenaje a Emilio Gómez Orbaneja], Madrid, 1977, p. 417‑437.

57 Ibid., p. 434‑435.

58 A. Malcolm, « Spanish queens… », art. cité, p. 179. Pour sa part, R.A Stradling émet un doute sur l’existence même de la nourrice du roi à qui Marañón avait donné un rôle dans la « conjuration des femmes » contre Olivares : R.A Stradling, Felipe IV, op. cit., p. 191.

59 M. Hume, La cour d’Espagne de Philippe IV et la décadence de l’Espagne, 1605-1661, Paris, Perrin, 1912, p.  45.

60 J. H Elliott, « Philip IV of Spain. Prisoner of ceremony », in A. G. Dickens, dir., The Courts of Europe. Politics, Patronage and Royalty, 1400-1800, Londres, Thames and Hudson, 1977, p. 169‑189; Sylvène Édouard, Gérard Sabatier, Les monarchies de France et d’Espagne (1556-1715), Paris, A. Colin, p. 127‑149. Il faudrait nuancer fortement ces thèses pour le règne de Philippe IV : Fernando Negredo del Cerro, « La sacralisation de la monarchie catholique. Les cérémonies religieuses au service de la couronne dans les églises madrilènes au 17e siècle », in Bernard Dompnier, dir., Les cérémonies extraordinaires du catholicisme baroque, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2009, p. 229-242.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Hugon, « Groupes et réseaux féminins à la Cour de Philippe IV d'Espagne (1621-1665) », Genre & Histoire [En ligne], 12-13 | Printemps-Automne 2013, mis en ligne le 27 décembre 2013, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/1842

Haut de page

Auteur

Alain Hugon

Normandie Université, UCBN, CRHQ-UMR 6583 CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page