Navigation – Plan du site
Réseaux de femmes, femmes en réseaux

Femmes et négociations diplomatiques entre France et Espagne au xviiie siècle

Guillaume Hanotin

Résumés

Dans le monde des cours, les femmes sont souvent présentes et participent ainsi indirectement à l’exercice du pouvoir dans l’entourage d’un prince. L’étude des réseaux féminins d’un ambassadeur à la cour de Madrid au début du xviiie siècle offre la possibilité de mettre en évidence comment elles pouvaient intervenir dans la conduite d’une négociation. À travers l’exemple de l’ambassadeur Amelot de Gournay, on tentera d’éclaircir l’articulation des réseaux féminins avec ceux qui semblent être plus spécifiquement masculins. Dans le secret des correspondances diplomatiques, la présence des femmes se décèle rarement, souvent au détour d’une indiscrétion. Toutefois, ce silence relatif des sources n’est pas le signe d’une absence des femmes dans la diplomatie. Dans la pluralité du réseau d’un négociateur, où se mêlaient « amies », parentes et alliées, on peut en effet repérer le rôle (spécifique ?) dévolu aux femmes. Cette contribution vise donc à esquisser leur participation, et la singularité de leur place et de leur action dans une mission diplomatique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lucien Bély, Louis XIV, le plus grand roi du monde, Paris, Gisserot, 2005, p. 78.

1L’étude des négociations dans les relations « inter princières1 » offre un exemple pour déceler comment interagissaient hommes et femmes dans les cercles d’un pouvoir d’une société d’Ancien Régime au tournant des xviie et xviiie siècles. On s’intéressera plus particulièrement ici aux cours de France et d’Espagne et à l’activité des négociateurs.

  • 2 Armel Dubois-Nayt et Emmanuelle Santinelli-Foltz, dir., Femmes de pouvoir et pouvoir de femmes dans (...)

2La poursuite d’une carrière au service d’un souverain, la présence dans une cour et la quête de faveurs ou de grâces impliquait obligatoirement le recours à des réseaux. Comme cela a déjà été souligné, la notion de réseau invite à sortir de conceptions trop pyramidales des pouvoirs pour privilégier des dynamiques et délaisser des conceptions trop figées2. L’enjeu est de se détourner de l’image que les monarchies donnent d’elles-mêmes, à savoir celles de systèmes politiques où les regards sont concentrés sur la figure du souverain et moins souvent sur ceux qui les entourent et les consultent. S’intéresser à la notion de réseau de pouvoir revient donc à vouloir saisir les réalités et les pratiques de l’exercice du pouvoir dans ses multiples aspects et notamment la place des femmes. Si cette méthode semble adaptée à l’étude des pouvoirs, elle paraît également pertinente pour analyser le rôle des femmes trop souvent absentes des sources normatives ou théoriques.

  • 3 Ibid.
  • 4 Mariló Vigil, La vida de las mujeres en los siglos xvi y xvii, Madrid, Siglo XXI, 1986 ; Augustin R (...)
  • 5 Bartolomé Bennassar, Le lit, le pouvoir et la mort : reines et princesses d’Europe de la Renaissanc (...)
  • 6 Fanny Cosandey, La Reine de France : symbole et pouvoir, xve-xviiie siècles, Paris, Gallimard, 2000 (...)
  • 7 Sur la signature du traité de Douvres en 1670, par exemple, et l’intervention de la sœur de Charles (...)

3Associer les femmes à l’étude du pouvoir est longtemps apparu comme une gageure. Les femmes demeurant d’éternelles mineures dans le cadre juridique des sociétés modernes, il n’en fallait pas plus pour que l’étude de leur rôle dans les sphères du pouvoir soit déconsidéré. L’historiographie des femmes de pouvoir a ensuite été mise à l’écart ou envisagée avec suspicion3. Des études plus récentes ont permis d’ouvrir la voie à de nouvelles interrogations sur l’interaction entre femmes et pouvoirs4. L’analyse et la comparaison du statut et du rôle de différentes princesses en Europe entre le xvie et le xviiie siècle révèlent combien elles demeuraient l’un des enjeux des négociations entre les princes et de la vie de cour, même si elles étaient exclues d’une participation directe au pouvoir5. Les travaux sur les reines de France et d’Espagne ont aussi permis de réévaluer leurs fonctions dans les institutions monarchiques d’Ancien Régime6. L’histoire des négociations a permis également de mieux comprendre comment des souveraines ont pu participer à l’établissement de la paix ou à la conclusion d’une alliance. Plus généralement le rôle des femmes dans la diplomatie est mieux connu grâce notamment aux travaux de Lucien Bély7.

  • 8 Sur le secret du prince et son usage lors des négociations diplomatiques, voir Lucien Bély, Les sec (...)

4L’heure est venue de s’intéresser à d’autres figures féminines que les souveraines. Si l’étude des réseaux d’un négociateur permet de mettre en évidence combien ils mêlaient hommes et femmes, il n’est pas aisé de retracer l’action précise d’une femme dans les cercles du pouvoir. En effet, les sources conservées sont très majoritairement rédigées et destinées à des hommes. Toutefois, quelques mentions permettent d’entrevoir le rôle des femmes dans le cadre d’une action diplomatique. Dans une correspondance diplomatique, il est aussi possible de glaner des allusions, des mentions ou même parfois de longs passages consacrés à une femme. Si ces sources sont pour la plupart rédigées par des hommes, susceptibles de reproduire les stéréotypes classiques et ambivalents à propos des femmes, elles offrent toutefois une autre vision de celles-ci puisqu’elles ne sont pas destinées à un large public. Ces références, disponibles dans les correspondances diplomatiques, relèvent en effet pour beaucoup de la confidentialité ou du secret8. Cela n’interdit pas les clichés mais les enjeux d’images ou de représentation ne sont pas les mêmes que dans d’autres types d’imprimés comme les satires, la littérature polémique ou encore tout type de document destiné à une large diffusion. Si l’image ou les normes sociales propres aux femmes affleurent dans ces documents, ce sont davantage les usages et les pratiques diplomatiques dans lesquelles elles apparaissent qui nous intéressent ici. En effet, intégrées à un réseau d’alliance ou mêlées à une négociation, elles pouvaient participer à l’exercice du pouvoir.

5Il s’agit donc de cerner la présence des femmes dans un réseau de nature politique afin de mettre en évidence dans quelle mesure elles participaient à l’activité d’un diplomate et de déceler comment leurs interventions et leurs initiatives s’articulaient avec celles plus spécifiquement réservées aux hommes.

6La distinction entre réseau familial et « professionnel » n’existant pas dans les sociétés de l’époque moderne, il convient dans un premier temps de mettre en évidence la place et le rôle des épouses à la cour. Ensuite, une deuxième partie sera consacrée à l’usage du réseau, c’est-à-dire comment un officier, un ministre et un courtisan s’appuyaient sur différentes figures féminines pour obtenir une faveur ou une grâce. Enfin, une troisième partie permettra de souligner la diversité sociale et de caractériser plus finement des « pratiques féminines » du pouvoir.

I. L’épouse : appui ou pilier d’un réseau

  • 9 Sharon Kettering, Patrons, brokers, and clients in seventeenth-century France, Oxford-New York, Oxf (...)
  • 10 Archives nationales (ci-après AN), Minutier Central des Notaires, LXXV/195, contrat de mariage entr (...)
  • 11 Charles Frostin, Les Pontchartrain, ministres de Louis XIV : alliances et réseau d’influence sous l (...)
  • 12 Sur l’insertion d’Amelot dans les réseaux de pouvoir de la fin du règne de Louis XIV et sur son mar (...)

7La figure de l’épouse jouait un rôle primordial dans les stratégies d’ascension sociale. Dans le cadre de la grande aristocratie de cour, les épouses permettaient de nouer des liens avec des clans ou des cercles de relations différents et d’accroître ainsi un réseau de relation. Ce phénomène a déjà fait l’objet de nombreuses études notamment pour la seconde moitié du xviie siècle9. Les épouses pouvaient ainsi appuyer les ambitions de leurs époux en leur donnant accès à leur propre réseau. Il en est ainsi pour l’ambassadeur Amelot de Gournay. Entré au Parlement de Paris comme conseiller en 1674, il devient maître des requêtes en 1677, peu de temps avant son mariage, le 3 juin 1679, avec Catherine Le Pelletier de la Houssaye10. Grâce à cette cousine de la femme du chancelier de Pontchartrain, le marquis de Gournay peut ainsi entrer en contact avec le puissant clan Pontchartrain dont les ramifications et l’étendue s’étendent bien au-delà de la cour11. En épousant Catherine Le Pelletier, Michel-Jean Amelot devient par ailleurs beau-frère d’Henri d’Aguesseau – intendant et père du futur chancelier. Ce mariage qui ressemble à tant d’autres se révéla particulièrement bénéfique pour Amelot. En effet, grâce à cette parentèle, il obtient une place au Conseil de Commerce qui le place dans l’entourage direct du ministre de la marine et du Contrôleur Général des finances12. L’exemple de ce mariage illustre combien l’épouse pouvait ouvrir son réseau au bénéfice de son mari. Cette complémentarité s’avéra capitale pour la suite du parcours d’Amelot.

  • 13 Lucien Bély, L’art de la paix en Europe, op. cit., p. 213‑224.
  • 14 Lucien Bély, La société des princes, xvie-xviiie siècles, Paris, Fayard, 1999, p. 264‑265.

8Les logiques de réseaux sont utiles pour comprendre les opportunités et le sens des stratégies personnelles pour l’obtention d’un poste ou d’une charge mais leur étude ne saurait se réduire à celle de ces liens au risque de dissimuler d’autres rôles ou fonctions qui peuvent s’avérer cruciales. Aussi, les épouses participent parfois directement à l’exercice des fonctions de leur conjoint. Dans le cadre d’une négociation diplomatique, l’ambassadrice peut servir d’intermédiaire utile et commode. Sans rappeler le rôle bien connu de la maréchale de Guébriant qui accompagne Marie de Gonzague en Pologne en 164613 ou celui d’Henriette d’Angleterre lors de la négociation du traité de Douvres en 167014, l’intervention des femmes dans le cours d’une ambassade constitue une pratique courante qui est liée au caractère courtisan du cadre dans lequel les missions se déroulent. Issue de la noblesse, elles maîtrisent les codes de bonne conduite et les civilités propres à la cour.

  • 15 La comtesse de Pötting illustre aussi très bien le cas de ces épouses d’ambassadeurs qui secondaien (...)
  • 16 Ana Álvarez López, La fabricación de un imaginario : los embajadores de Luis XIV y España. Historia (...)
  • 17 Archives du Ministère des Affaires Étrangères (ci-après AMAE), Mémoires et Documents, France, t. 44 (...)

9Dans la vie diplomatique, les épouses d’ambassadeurs apportent parfois un précieux et subtil concours à la mission de leurs maris. Dans un monde curial, l’ambassadrice peut jouer des sociabilités courtisanes pour gagner l’amitié ou à défaut, le respect, des Grands et des principaux ministres15. À la fin du xviie siècle, la cour de Charles II d’Espagne, tiraillée par les questions concernant sa succession, devient ainsi le théâtre de tractations diplomatiques. La marquise d’Harcourt, épouse de l’ambassadeur du roi de France, est ainsi appréciée à la cour de Madrid car elle a su gagner la confiance de reine Marie-Anne de Neubourg et des dames de la cour qui lui rendent visite. Elle accentue ainsi l’opposition entre la bienveillance dont jouit l’ambassadeur de Louis XIV et la mésestime du représentant impérial, le comte d’Harrach, dont l’épouse n’est pas appréciée16. En 1701, un mémoire sur les affaires espagnoles est composé spécialement l’intention de la marquise d’Harcourt17. Si l’auteur reste inconnu, on peut penser que ce document a été rédigé par un membre de l’entourage du secrétaire d’État des Affaires Étrangères, puisque il a été conservé dans ses archives et que l’abondance d’informations correspond à celle d’un auteur très informé.

  • 18 Mémoire pour servir d’instruction à Monsieur le Prince & à Madame la Princesse d’Harcourt, choisis (...)

10D’ailleurs ce rôle peut être publiquement reconnu. Dans les lettres d’instructions qui sont remises au prince d’Harcourt, un parent du précédent chargé d’escorter la jeune Marie-Louise d’Orléans en 1679, son épouse est explicitement mentionnée18. Or, à la lecture de l’ensemble de l’instruction, il apparaît qu’il ne s’agit pas simplement d’un usage comme une marque de politesse ou de courtoisie. En effet, la princesse est mentionnée lorsque son intervention est jugée nécessaire. Lors des visites aux Grands et des différentes cérémonies et démarches au moment de l’arrivée d’un ambassadeur dans une cour, la présence de son épouse n’est pas souhaitée. En revanche tout ce qui concerne la jeune reine, qui doit être guidée, implique que l’épouse d’Harcourt soit présente. On assiste ainsi à un véritable partage des tâches. Il revient à l’ambassadeur d’accomplir les formalités d’usage, comme celui de contacter l’introducteur des ambassadeurs et de le prévenir de son arrivée alors que l’ambassadrice doit pour sa part s’occuper de la jeune reine. Cette dissociation des fonctions permet de souligner combien, derrière une visibilité limitée dans les sources, il est clair que l’épouse d’un ambassadeur peut être invitée à agir, à côté ou en appui, du négociateur. L’évocation de leur rôle dans les lettres d’instructions atteste d’ailleurs du pouvoir et de la fonction qui leur sont reconnus :

  • 19 « Mémoire pour servir d’instruction à M. le Prince et à Mme la Princesse d’Harcourt choisi par le r (...)

« L’on ne marque point ici les honneurs qui devront être faits à Mme la Princesse d’Harcourt, parce que l’on ne doute pas du soin particulier que l’on apportera à Madrid pour lui rendre tous ceux qui sont dus à sa qualité, à celle d’ambassadrice et au choix que le Roi avoit fait d’elle pour accompagner la Reine Catholique19. »

  • 20 AMAE, Cor. Pol., Esp., t. 120, lettre de Torcy à Orry du 8 décembre 1703, Versailles, f°281-287.
  • 21 AMAE, Cor. Pol., Esp., t. 188, f°262. « Je vous prie Monsieur de vouloir bien adresser la lettre qu (...)

11 À la cour de Madrid, les épouses jouent également un rôle d’intermédiaire. C’est par exemple le cas de celle de Jean Orry, envoyé pour assister Philippe V dans l’administration de ses finances dès 1701-1702. Elle lui transmet des informations que les ministres souhaitent lui confier. Ces derniers estiment en effet qu’il est plus sûr ou plus rapide de s’en remettre à son épouse plutôt que de recourir à une lettre20. Intermédiaires, elles peuvent transmettre des messages. Ainsi, la duchesse de Cadaval à la cour de Lisbonne est sollicitée pour remettre les plis destinés au secrétaire d’État du roi de Portugal, un souverain que les Bourbons espèrent alors pouvoir défaire de l’alliance anglaise21. Femme de l’un des grands seigneurs de la cour portugaise, la duchesse de Cadaval se trouve officiellement chargée de remettre les plis adressés par un ministre étranger. Or, son mari passe alors pour être l’un des partisans d’une alliance du roi de Portugal avec le roi de France. Ces épouses apparaissent comme des canaux dignes de confiance ; loin d’être uniquement des entremetteuses ou des courtisanes intrigantes, elles se révèlent comme des voies de l’information. Paradoxalement et loin de stéréotypes répandus, les femmes semblent liées aux nécessités de la discrétion et du silence. Leurs interventions restent marquées du sceau du secret. Complémentaires des hommes, leurs actions ne se confondent pas avec celles qui sont réservées à la gente masculine.

12Dans le cadre d’un réseau diplomatique, l’appui d’une femme peut donc être de deux types, soit en tant qu’épouse d’un négociateur, elle peut être amenée à le seconder, soit elle sert de lien entre deux points, donnant ainsi corps à l’image d’un réseau où les hommes seraient les points et les femmes incarneraient les traits les reliant entre eux. Toutefois, peut-on envisager un rôle plus actif des femmes dans un réseau ? En d’autres termes, quelles capacités d’action leur sont-elles reconnues ?

II. Femmes de cour, femmes de réseau.

  • 22 Dans ses Empresas, Saavedra Fajardo assurait qu’« aucune lettre ou mémoire ne persuadait autant que (...)

13Le souverain demeure souvent le premier dispensateur des dons. De la proximité du prince dépend l’obtention d’une faveur22. Sur ce point, l’étude des libéralités du prince a été profondément renouvelée. Les principaux postes et offices, que ce soit à la cour, à l’armée ou dans les différents conseils de la monarchie hispanique, servent de prébendes octroyées à des lignages afin d’asseoir une fidélité ou de contrôler une clientèle. Dans ce dispositif, le rôle des femmes est le plus souvent connu par les dénonciations dont elles font l’objet. Ainsi, une épouse, une maîtresse ou une confidente peut être critiquée pour ses interventions en faveur d’une famille ou d’une personne, que celles-ci soient réelles ou totalement fantasmées.

  • 23 Francisco Andújar Castillo, Necesidad y Venalidad : España e Indias, 1704-1711, Madrid, Centro de E (...)
  • 24 Francisco Andújar Castillo, « Juan de Goyeneche : financiero, tesorero de la reina y mediador de la (...)
  • 25 Julio. D. Muñoz Rodriguez, « Subir para no bajar », art. cit., p. 81‑100.
  • 26 Guillaume Hanotin, op. cit., p. 163‑213.

14À la cour de Madrid, durant la guerre de Succession d’Espagne, le rôle de la reine comme intermédiaire ne fait plus aucun doute. Il a été bien mis en évidence par les travaux d’Andujar Castillo23. Toutefois, il est difficile de faire la part entre ce qui est de son ressort et ce qui dépend de son trésorier Jean Goyeneche, lui-même lié aux clientèles des financiers de la cour24. À la faveur de la guerre, le service du roi dans les armées connaît un regain d’intérêt qui favorise une forme de mobilité sociale25. À la cour de Madrid, au début du xviiie siècle, une sorte de partage des tâches s’opère entre la princesse des Ursins, camarera mayor de la reine, et l’ambassadeur du roi de France. Il revient à la princesse de contrôler les principales charges auliques, que ce soit celles de la maison du roi ou de celle de la reine, alors que l’ambassadeur surveille surtout les nominations aux principaux postes militaires et administratifs. Plutôt que de savoir qui domine l’autre, mieux vaut envisager une répartition et une complémentarité des rôles plutôt qu’une hiérarchie demeurant insaisissable et contestable26.

  • 27 Isabel Zacarias Ponce de León y Alencastre, fille de Manuel Ponce de León y Aragón, VI duc d’Arcos, (...)

15Pour les grandes aristocrates de la cour, des interventions féminines dans la quête de la faveur royale sont facilement repérables. Si elles agissent en faveur d’un époux ou d’un neveu, leurs initiatives se rattachent à des logiques de lignages. Elles intercèdent le plus souvent en faveur d’un membre de leur famille et elles défendent ainsi leur maison de naissance en recommandant un cousin ou un neveu. La duchesse d’Albe, épouse de l’ambassadeur du roi d’Espagne à Versailles durant la guerre de Succession, intervient ainsi à plusieurs reprises auprès de différents ministres de Louis XIV et de Philippe V pour obtenir leur appui en faveur d’un cousin en lice pour une nomination à un évêché. Cette demande n’est pas – à notre connaissance – appuyée par l’ambassadeur, son époux. En effet, elle intervient pour Antonio Pons de Léon, un cousin issu de sa propre famille27. La trace d’une éventuelle nomination répondant favorablement à la demande de la duchesse d’Albe demeure pour l’heure introuvable. Cependant, il paraît plus intéressant de souligner que sa démarche est personnelle, sans appui ou médiation de son époux, et qu’elle agit en son nom propre pour un membre de sa famille. Elle illustre ainsi la capacité des femmes issues de la haute aristocratie à pouvoir défendre les intérêts de leur propre lignage, qui se confondent souvent avec leurs réseaux, et de leur libre chef, sans en référer à leur époux. Elles agissent donc de leur propre initiative et au bénéfice de leur famille, d’un lignage ou d’un allié. Cette activité de patronage et d’appui d’un réseau peut donc être aussi bien l’œuvre d’une femme que d’un homme.

  • 28 Mercure Galant, septembre 1705, p. 70 : « Mr le marquis de Torrecusa a épousé Dona…. de Villa-Torca (...)
  • 29 « La marquise de Torrecusa, qui est ici depuis quelque tems, a confirmé pendant le séjour qu’elle y (...)
  • 30 Saint-Simon, Louis (de Rouvroy, duc de), Mémoires, Arthur-Michel de Boislisle, éd., Paris, 1879-191 (...)
  • 31 AMAE, Cor. Pol., Esp., t. 170, lettre d’Amelot à Louis XIV, 30 octobre 1707, f°285-292.
  • 32 AMAE, Cor. Pol., Esp., t. 188, lettre de Torcy à Amelot, 4 janvier 1708, f°7 ; lettre de Louis XIV (...)
  • 33 AMAE, Cor. Pol., Esp., t. 188, lettre de Torcy à Amelot, décembre 1708, f°201 ; t. 189, lettre de M(...)

16La marquise de Torrecusa fit, par exemple, le renom de la famille de son époux28. Elle n’appartient pas à la plus haute noblesse mais une lettre du roi de France souligne la sollicitude dont les femmes peuvent faire l’objet dans le contexte d’une guerre de légitimation pour le pouvoir29. En effet, cette femme réussit, par son entregent et ses amitiés, à s’imposer au point de devenir dame d’honneur de la reine d’Espagne dont elle sut gagner la confiance. Son parcours révèle combien elle peut se dispenser de l’appui de son époux pour défendre ses intérêts. En effet, elle a la réputation « d’avoir de l’esprit30 ». Arrivée en France avec la duchesse d’Albe, elle retourne à Madrid à l’invitation de Philippe V31. Son mari, qui sert alors dans ses armées, est bien moins connu, comme dissimulé à l’ombre de sa femme alors qu’il est Grand d’Espagne. La marquise semble s’être constituée un véritable réseau d’alliance durant son séjour à la cour de Versailles puisqu’à son retour, elle obtient plusieurs recommandations : Louis XIV et son secrétaire des Affaires Étrangères ordonnent à l’ambassadeur de la soutenir autant qu’il le pourrait32. Signe de son indépendance, elle obtient, sur sa seule initiative, la faveur que le duc et la duchesse de Bourgogne deviennent parrain et marraine de son fils33.

  • 34 Sur son rôle dans l’ascension, par exemple, de Michel Chamillart, voir Emmanuel Pénicaut, Faveur et (...)
  • 35 Les informations disponibles et les études sur ces femmes se sont largement multipliées. On peut ci (...)

17Ces figures illustrent combien les femmes savent user d’un réseau qui leur est propre même si leurs interventions doivent être systématiquement replacées dans le cadre des liens personnels ou lignagers constitutifs des sociétés modernes. Les initiatives de la duchesse d’Albe et de la marquise de Torrecusa ne sont pas spécifiques à l’Espagne du début du xviiie siècle. On constate l’existence de logiques identiques dans l’entourage de Mme de Maintenon34, de la princesse des Ursins, de Marie-Louise de Savoie, épouse de Philippe V, ou plus tard dans celui d’Elizabeth Farnèse35. Dans la mesure où les systèmes courtisans font de la proximité des souverains la voie par excellence de la faveur et que dans le même temps les femmes trouvent dans cet espace la possibilité d’user de leur réseau de sociabilité et d’intervenir en faveur de leur parenté, on comprend pourquoi c’est là que leur rôle dans les stratégies d’ascension personnelle est le plus facilement repérable.

18Dans les réseaux de cour, les femmes trouvent ainsi une place car il s’agit d’un des rares espaces où elles peuvent avoir des initiatives complémentaires de celles des hommes. Dans le cadre des réseaux diplomatiques, l’impression d’une mixité des réseaux se dégage mais il s’agit plutôt d’une suggestion que d’une conclusion. Si les femmes de la grande noblesse sont bien connues car mieux renseignées dans les sources et insérées dans les cours, espace de pouvoir par excellence, ce ne sont pas les seules figures féminines que l’on peut entrevoir dans le réseau d’un négociateur.

III. Espaces féminins ou espaces de l’informel ?

19Il est très difficile de retrouver dans les sources une trace des initiatives ou des interventions de femmes au sein d’un réseau si celles-ci n’appartiennent pas aux plus hautes couches de la société. Néanmoins, dans le réseau d’un négociateur, différents profils féminins se dessinent. Au-delà des éléments qui les distinguent, les multiples perceptions que peuvent en avoir les hommes ont un trait commun : elles révèlent le regard porté sur elles.

  • 36 Charles-François Lévy, Capitalistes et pouvoir des origines à 1715, Paris – La Haye, 1969, vol. 1, (...)
  • 37 AMAE, Cor. Pol., Esp., t. 151, f°167-170. « Le Sr Martin, Prestre de l’Oratoire étoit parti de Madr (...)

20L’image et la perception des femmes sont ambivalentes. D’un côté, on leur reconnait une réelle capacité à obtenir de l’information et à la transmettre, ce qui n’est pas une des moindres qualités dans le cadre d’une activité diplomatique, mais de l’autre, ces qualités de confidentes peuvent faire craindre l’ébruitement ou la diffusion de nouvelles, c’est-à-dire de rompre le secret. Si les femmes représentent un atout majeur pour l’information, elles constituent donc également sa principale menace. Ces deux regards portés une même personne, soulignent les perceptions ambigües dont les femmes font l’objet. Mme d’Aguirre, confidente du cardinal Portocarrero, l’un des artisans du testament en faveur du duc d’Anjou, participe activement aux manœuvres du parti français à la cour de Madrid. Confidente de la première épouse de Charles II, elle réussit à s’immiscer dans l’entourage de l’ambassadeur d’Harcourt et d’un oratorien, le père Martin36. Preuve de son importance, elle jouit d’un petit ermitage au Buen Retiro. De toutes les confidences, elle partage le secret du testament avec l’ambassadeur et plusieurs Grands d’Espagne. Dans un second temps, elle est étroitement surveillée puis écartée sans que le motif de sa mise à l’écart soit clair37. Elle en sait trop pour ne pas devenir dangereuse. Obligée de se taire et de rentrer en France, elle apparait donc suspecte et devint victime des secrets qu’elle détenait.

  • 38 Marie-Gertrude Wolff de Guttenberg, comtesse de Berlepsch (déformé en Berlips) avait été au service (...)
  • 39 José Antonio López Anguita, « Madrid y Viena ante la sucesión de Carlos II », art. cit., p. 1114‑11 (...)
  • 40 José Antonio López Anguita, « Madrid y Viena ante la sucesión de Carlos II », art. cit., p. 1121, 1 (...)

21Outre Mme d’Aguirre, la comtesse de Berlips38 est également une personne incontournable de la cour de Madrid. Elle appartient à l’entourage le plus rapproché de la reine Marie-Anne de Neubourg et sa médiation est un passage obligé à qui veut accéder à la souveraine. Elle s’impose rapidement comme une figure incontournable y compris lorsqu’elle n’a plus de charge officielle39. L’influence, dont elle est créditée par l’ensemble des ambassadeurs et des partisans impériaux, souligne combien l’espace de la cour repose sur des réseaux et des structures informelles d’amitié et de patronage. À côté des charges auliques, il y a ainsi une place pour une foule d’intermédiaires sans poste officiel40. La comtesse de Berlips correspond par exemple directement avec l’ambassadeur impérial, le comte d’Harrach mais également avec l’électeur palatin.

  • 41 Alfred Morel-Fatio, « La marquise de Gudanes, agent politique en Espagne à la fin du xviie siècle » (...)

22La marquise de Gudanes constitue un autre exemple emblématique de la courtisane devenue informatrice de négociateurs41. Elle anime une sorte de « jardin politique » où les ministres étrangers viennent échanger des nouvelles. Son activité précise demeure cependant mal connue mais illustre bien l’insertion d’une femme dans les réseaux de pouvoir de la fin du xviie siècle à la cour de Madrid. La distinction entre ce qui est de l’ordre de l’officiel et ce qui relève de l’officieux apparaît très floue voire fragile.

  • 42 Cette conspiration était l’œuvre de la marquise del Valle qui fut ensuite exilée. María Victoria Ló (...)
  • 43 AMAE, Cor. Pol., Esp., t. 169, lettre d’Amelot à Louis XIV, 29 août 1707, f° 205-211.
  • 44 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 8 octobre 1708, Madrid.
  • 45 Sur ce sujet, on pourra se reporter à Elena Fernández García, « Historia y memoria de las mujeres a (...)

23Dans ces réseaux de pouvoir, les épouses sont parfois bien plus redoutées que leurs maris. En 1603, Philippe III promulgue une nouvelle étiquette à l’instigation de son favori le comte de Lerma. Celui-ci avait été menacé par une conspiration ourdie dans l’entourage de la reine42. Entre 1704 et 1710, tant que la compétition entre Philippe V et Charles III n’est pas acquise au profit du premier, plusieurs dames de la haute aristocratie sont surveillées, voire exilées comme la marquise del Carpio et la comtesse de Palma plus redoutées que leurs maris43. La duchesse de Najera et sa fille sont emprisonnées au château de Ségovie car jugées traîtres à la cause de Philippe V44. Une capacité de mobilisation et de contestation est souvent attribuée à leurs « discours » et à leurs correspondances45. Amelot annonce alors à Louis XIV que Philippe V a décidé d’envoyer en Catalogne une vingtaine d’épouses de partisans de l’archiduc Charles, en ces termes :

  • 46 AMAE, Cor. Pol., Esp., t. 183, lettre d’Amelot à Louis XIV, 5 novembre 1708, f° 18, r°-v°.

« S[a] M[ajesté] C[atholique] a cru, que cela feroit au moins cesser des correspondances, qu’il estoit bien difficile d’empescher absolument, et couperoit court à tous les discours, et aux conversations qui se tenoient souvent dans les maisons de ces femmes, dont il ne pouvoit résulter que de mauvais effets46. »

24Une capacité de nuisance suffisamment importante leur est donc reconnue pour justifier leur emprisonnement. Cependant, la surveillance, voire la mise à l’écart, de femmes issues de la haute noblesse ne révèle pas tant un pouvoir difficilement quantifiable qu’une nécessité ressentie par leurs adversaires. Dans le champ des luttes de factions courtisanes, les femmes semblent dotées d’une capacité d’action au point qu’il apparaît nécessaire aux conseillers des princes de les contrôler étroitement.

  • 47 Guillaume Hanotin, op. cit., p. 343-346, 363 et 619.

25Les réseaux d’un négociateur ne sont donc pas exclusivement féminins ou masculins mais mêlent en réalité les deux sexes en fonction des moments et des types de missions. Toutefois, loin de se limiter aux femmes issues de la haute aristocratie, on peut déceler la présence de femmes de conditions plus modestes. Ainsi, lors de la guerre de Succession d’Espagne, Philippe V et Louis XIV ont systématiquement cherché à détourner le roi du Portugal de l’alliance anglaise. Si la duchesse de Cadaval est chargée de transmettre les plis, le réseau français à la cour de Lisbonne s’organise en outre autour d’une autre femme : Mme d’Elvas. Cette Française était arrivée dans sa jeunesse à la cour portugaise dans la suite d’une princesse française. Elle réussit à épouser un seigneur portugais. Son intégration et sa connaissance de la cour de Portugal lui permettent de s’imposer comme un intermédiaire commode et discret. Lorsqu’elle est arrêtée en 1704, l’ambassadeur du roi de France à Madrid redoute qu’elle parle et livre les noms de ses intermédiaires. Durant plusieurs années, elle avait en effet eu pour mission de remettre des sommes d’argent, envoyées par le roi de France et destinées à entretenir des liens et des amitiés au sein de la cour portugaise. Sa détention en 1704 constitue une menace pour tous ceux qui ont pu nourrir quelque bienveillance à l’égard du roi de France. Elle peut donc représenter un risque et son sort ne laisse pas indifférent les ministres de Louis XIV47.

26Dans un monde de cour, une épouse constitue un atout majeur car elle est susceptible d’intervenir en appui de son mari. En premier lieu, elle sert de canal à l’information tant pour sa collecte que pour sa diffusion. Certaines femmes mobilisent également leurs réseaux pour obtenir une faveur ou une grâce sans recourir à ceux de leurs maris. En cela, il existe bien des réseaux propres aux femmes dont elles bénéficient elles-mêmes ou leur parenté. Ainsi, en dépit d’une apparente rigidité, d’un protocole et d’une hiérarchie stricte, les cours offrent un espace où des femmes peuvent intégrer un réseau diplomatique au point d’en devenir un nœud central ou indispensable. Si la nature des sources (correspondances, dépêches) peut conduire à minorer leur rôle, l’étude fouillée de moments précis, comme la cour de Madrid à la fin du règne de Charles II ou encore une négociation spécifique, permet d’entrevoir comment l’action d’une femme ou d’une épouse se mêle à celles des hommes souvent mieux connues.

Haut de page

Notes

1 Lucien Bély, Louis XIV, le plus grand roi du monde, Paris, Gisserot, 2005, p. 78.

2 Armel Dubois-Nayt et Emmanuelle Santinelli-Foltz, dir., Femmes de pouvoir et pouvoir de femmes dans l’occident médiéval et moderne, Valenciennes, Presses Universitaires de Valenciennes, 2009, « Introduction : concepts et champs de recherche », p. 18.

3 Ibid.

4 Mariló Vigil, La vida de las mujeres en los siglos xvi y xvii, Madrid, Siglo XXI, 1986 ; Augustin Redondo, dir., Relations entre hommes et femmes en Espagne aux xvie et xviie siècles, Paris, PUPS, 1995 ; María Victoria López-Cordón, Historia de la mujer e historia del matrimonio, Murcie, Universidad de Murcia, 1997 ; Elisa Garrido González, éd., Historia de las mujeres en España, Madrid, 1997 ; Helen Nader, Power and Gender in Renaissance Spain. Eigh47"le="font-vaersitcall rnenaozassumiuis 1450-1650,m> », art. Urbis IIIicagodad de MurtyitcaI dinlus ivers Intr4>Helen, Madrid, arias an xml:lang="es" lang="es" style="font-variant:small-caps;"> Garrido GoMorsepte xml:lang="es" lang="es" style="font-variant:small-caps;"> Garrido Go>RelatioHistoria de las mujeres en España, Madrid, 1997 ; 4 M palot a B55"oau é B9, u roer and Laux t,r xviie siècles-span style="font-variant:small-caps;">xviie siècles, Par)is, PUPS, 1995Bles dse78.7iati t souts peuvent inxviie siècle à la courat leurs résfuvre de le conartisan dn intà l conspiCaro ati Maone d de od.Tas t r xviie siècles, Pais, PUPntro/3, n°244

4 M6">

ll>nny Cossse yida de laolique Elle peues:isf="#ber de femmes,xviie siècles-span style="font-variant:small-caps;">xviie siècles, Pa>sisserot, 2nglamardUPntr0in4 M7"> jet, ’uonstourcesumun :ance sDoarti fnsti6 de, de Michel assadeuons de femmer de Posœid à < ou encore rmédiaire ne fait plrincessespagne àAngletccessXIV ont systanuel Ply, Louis XIV, qu’elle dV Louis XIV,pan hommeturs et des parau femmesXIVxvie et <-span style="font-variant:small-caps;">xviie siècles em>, Paris, PUPS, 1995 Fse78.7i

4 M8">8 jet, u testament té prt ne laué à guerresion spécifiqsques, l’impresuel Ply, Louis XIV, qu’elle dV , p. 343-346, 3/span><2i

4 M9">9bid. », art.S ou laKs’tégtio », art.PÀ cresbroke con in s des rentue fee feh- indury le peum> », art., Oxfà -New York, Oxfà ad de Murtyiivers Igustrt n[ajeThe et d’apppendertcaeou yem>, Va spacchne réwaers cit.o », art.The e las mculnJ complm> », art., gus9, 32/4346, 3/s7pan8489, lSar », art.Privistedontint qui c※ oculnnglaise. ll rPhLouipuvoir, lPt:se trtrrain son yqui c », art., Ro conturs d de MurtyitcaRo contur ivers Intr4rt n[ajePt d’appasn son yqur jomy ll rr#bertcawaersentull rPt d-C des networkitcall rPhLouipuvoir, lPt:se trtrrain son y,ti6 d- cit> », art. leacchne las mculnStudeus < », art., ntr1/p24/1/p> span35 Le Sr Pformatiohilippe se reporter à Elena Fern l’éc’en devmme premiètoria Ló xviie siècles, Pais, PUPntro/p244/3, 61p> siècle àlle av/p> 409‑433i

1 Lu0">10 Duboisch duchpondanes au(ci-aifférAN),der utn iCindisperesiNoValenc, LXXV/195,r étrats effel-cgplrincesmillartLouis  IIa ceriqueLauPstytn i de PoHoula y

notesbaspage">1 Luucieen Bé< ou en leosp. cit.2 A12">12 jet, on d’une femme Louis éseaux de pouvoir de la fin du op. cit.Louis 2011 ( car uuerre publmcucmme)
notesbaspage">3 <13"Le soBély, Louis XIV, envooximité aixn, p. 343-346, 321li> 24

4 M14"À laBély, Louis XIV, . Néanmoies de les co,xviie et <-span style="font-variant:small-caps;">xviie siècles em>, Paris, PUPS, 1995FayardUPspa9346, 326href265

4 M15"Pour Bél de Palma plus ötles ainsi la cal’e voiremmes s caemmes, doe partisandeur du roi deenoient mia-mêmet quacs réseaux pcela, iLaura Oliváni-Folalia’Oaoires,/em>, p. 163‑213.<4href=52i

4 M16"La mauboinae="font-variant:small-caps;"> Nader, López-Cordt qub mcucrlos IIdiamaginde o aosiqueaj , Madrid, .le las mu., eur dee r 97 ; Helnio López Anguita, « Madrid y Viena ante la sucesión de Carlos II », art. : 0) cit.éseanio Llassín, Mmome cRuent , éd., 156.

notesbaspage">4 M17"Ces fuboisch duchtylMe Louse dede Étrangères ordonnent (ci-aifférAMAE),de/em> Art IDoccoupe995Fe apparettr447id y VR perrativersournergloamesse des Ursins,t et d’un des conlève des acquise asourner durant la gque telu roi>vecmmer uaRoyne dont elle juon retour, eldn et uiffusioen Frdrd redoute q cit.[n>1], fo siè59-77i

4 M18"Dans d.e/em> Ariffusioerefrgoci d inforévêchManées,s s Pté pr&che;anergloamesse Pes Ursins,t et d’unspnhoet cmules fspagnffusi minorer’Espagne dont elle juon efemmes4 M19"Il esaarquise/em> Ariffusioerefrgoci d inforévêchM, 3 s Pté prs corrsup> d’Elvas.se Pes Ursins,t et d’unpnhoet i de France ffusi minorer’Espagne dont elle juon efemmes1 L20"L’iar. Pol., Esp., t. 183, lettre20e Torcy à Amelot, dO ry eua8 1708, f°2013,r durant la92.1 L21"Outred. », art. Pol., Esp., t. 183, lettre ; t. 62 Le Sr Maanesueude leehManées,sdesueulel Pemmestiverssence Torcy nt djesueude Catalau dS des Affaire dontats efui permetnformaaindre l Frdrd redoutamesse e Cadaval est chargur libre ce lee,sdesueuau au Catalogtion « desançaiseTorcy ation ’entrseaux activeuleurs s le mt entrenartéesas indifr mmes, Arint djesse tee voir réseau douperoManées,t dtuse d demandeueuds lesmelot. »

2 Ar2>La mad. Arie inconu chs cesa compétitide femmes différeuades Ur.PSaavedr 5Faitiqo,eXIV,pd’uais, PUPn3>Helcl’anseaJuleo. », art.DttrMuñozaRote guezm>24) cit.XIV,Obr , Vaais, PUPn°123479pan><3El78.3346, 397i

3 <23"Dans p>lle apt aue="font-variant:small-caps;"> Nader, Helquise ambis Xotes auenca Españ, oitosidesvilegeoenermérefrdoutaeccmm (m>xvii) cit.XIV,Obr , Vaais, PUP2010Si19346, 3215ref247i

4 M24"Une cp>lle apt aue="font-variant:small-caps;"> Nader, < ,eXIV,Nharrrosimes orManerquia L desño orut seem>xvii, Madrid, SiPcheelupe EUNSAse78.7346, 368ref88.

notesbaspage">4 M25"Les rd. », art.Juleo. », art.Subellenca no eaj r < », art. cit., p. 1121, 1 <0i notesbaspage">4 M26"Dans ae Hanotin, op. cit., p. 343-346, 316li> 13i

4 M27">2s fuboarias Zacll-cenPt:c. CeluilosynAlmmea la em>fn épouxMicaut, t:c. CeluilosynAragn>7 2Elvae786,lPt:se trtrraints, aubde l4 M. Elle ne amurceGaecepte43-341705, p. 77.

0 quisee Frael Carpà Amelsont paa e partaDane….aenneir E-melo Elal’fn épode la reine d’Espagançaisetamesa bepucoupvoir cass=" étroitemeéseaux dbrganaus recosne d’Espag,r&che;and d’pevie ca hautemp des taecisMan deime réudes Ursinsaalau a comde. Son parc parle es or la de Torrecusa ne sont p

4 M29">2 esaarquisL de Torrecusa ne sont p,e l’ordicirgque teenveilla5, con . Son rlipsl connueu tla courparle et lune fuvre de pinune coj l’entermédi leur deconverréputa l cooù lématir , Pitage -nins sfills et s conspiit haumgard l’nde Tore initiatisourtisa. Quoint dueuder le erresjardn tantlisatiodi leur decemmes sistingaortés g,rj lysueulne négocueude fer Arint dmation 1704 consompétueude laccotoce ervo dbrgsa clasteau ifféreuaroyne dont elle lle n’a plusuneura ceuxss s le mueudefa dnz/p> oLouisxvii,tituan>9te43-34Ncesiss Ient.meur deeontoem1864 lettrI346, 3263i

1 L30">3iar.S cla-San><,A e/em> Ars,ur-MicArthur-millartennBoLolLolespan>1 L31">31iar. Pol., Esp., t. 183, lettre70’Amelot à Louis XIV, 5 nref=, 30708, Madrid.792.2 A32">32iar. Pol., Esp., t. 183, lettre ; Torcy à Amelot, dLouis,r4708, f°718,92.HelTorcy à A 3 I3iar. Pol., Esp., t. 183, lettre ; Torcy à Amelot, dLouis,r1708, f°201 ; t. 089, lettre 9; Torcy à Asup> de Maintenon4 M, de la prjet, , el les stratén personnele, de Michel desmillart, voir Emmesuel P Santine Péniemures de pue dans l femmes ,u y compnment Espa em>, Pa,smillart, voir EmmesMe Louiscrét des Affaire dooi de de de Succession4 M. Dans la Les n tant poursls et nntert Ies sonléecemmes semblent dot pas elvoymuéeperceptiâte. Oceler lciturs es et e : el-FatiBaudrir Emmes y VRapElenemmes des emettr aux  ède Maint tlarie64>Helquiseutamesbretoon 17el, el les sen Espagnel connueuchternuse drelle avastylCharlesuV4 M. Preuve drançois Lévy, Capitalistes et pouvoir des origines à 1715, Paris – La Haye, 1969, vol. 1, 4 M. Elle en :lang="en" lang="en">AMAE, Cor. Pol., Esp., t. 151, f°167-170. « Le Sr Martin, Prestre de l’Oratoire étoit parti de Madr , Madrid, Pol., Esp., t. 151, f°16747idTorcy àà Louis XIVmelotse5 junn77.notesbaspage">4 M est égalerude Wolff de Guttenberg, comtesse de Berlepsch (déformé en Berlips) avait été au service 4 M. L’inflonio López Anguita, « Madrid y Viena ante la sucesión de Carlos II », art. cit., p. 1114‑11 <, Estezo,equis et 17tam au con seejuego aaencchara en aya s XIVPaeccmm cit., p. 1114‑11 <27i

1 L. La comteonio López Anguita, « Madrid y Viena ante la sucesión de Carlos II », art. cit., p. 1121, 1 1 L. Elle anirel-Fatio, « La marquise de Gudanes, agent politique en Espagne à la fin du xviie siècle » 3489, lÉmpescLalois XIV, .révolremiètEsp="es:iage dxpar lmmer deSempescXIVlaen Espagne. Elle rée àIlalir(1674-1678)is, PUPS, 1995Kls Uksieckid1929-1931 lettrII‑11 63tin<(700an>24)is, PUPSiensa mé iversitaires de ValenciennSiensa mé ntro/p11 49.

notesbaspage">2 A. Entre 17spiration était l’œuvre de la marquise del Valle qui fut ensuite exilée. María Victoria Ló 3 <. La duche. Pol., Esp., t. 169, lettre d’Amelot à Louis XIV, 29 août 1707, f° 205-211.

4 Ma Une capa>7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 8 octobre 1708, Madrid.

4 M. Amelot ajet, on pourra se reporter à Elena Fernández García, « Historia y memoria de las mujeres a 4 M. »

. Pol., Esp., t. 183, lettre d’Amelot à Louis XIV, 5 novembre 1708, f° 18, r°-v°.

4 M.

Hanotin, op. cit., p. 343-346, 363 et 619. p"go-top" href="#article-1855">Haut de page
ge"><
« S[a] ction">

NotesHau2>

Hanotin, Note son yNamepage>op.2> s dg>em« e="font-variant:smwefont:nant lpanpouvoiretion spécifiqsques, l’impr es et destinéesx xvii, Madrsièc="font-variant:smwefont:nant lpanu2> sièc="font-variant:smwefont:nant lpan, Pais  cit.XIV,Genrpr&che;aHl maoreur-Mic[En ltuga]id12-13 | Pes femme-Automm><2013, desimes iganiHaut de page

>« S[a]

Notes

(.1864">Hanotin, Note son yNamepage>op.2> -- #h3>

Notedescripn clasires de Vé Bspauvoi-Métaiem>,tCEMMC p"go-top" href="#article-1855">Haut de page

e

Notes

src-1https://i.crean du discns.org/l/by-nc-nd/4.0/88x31.png" / -- br / ="fones"ns:dct-1http://purl.org/dc/re ns/"ux feertytedct:titlepaGenrpr&che;ahl maoreur onsommour des et slmmersuisneles /p> uise dgo- «lalirsoneecicle-1http://crean du discns.org/lirsones/by-nc-nd/4.0/aslirsoinCrean duntaiscns Aà leuS[a] VPa u'Utet de conttaiser etle VPa uehMat fmcucmme 4.0ion Vaandanes go-top" href="#article-1855">Haut de page lirsoness="g#text --> docBd="

goCn esntsec45">(.1635">title(.12-13 |22014 eéouvoir dent il nevent inSaisaoreurass="text">Noteseencamor"> V2> o- v="p vection"> goP vec45">(.1842">title(.Grourt  Iun nx ou masculidu <(7621-i66)paDoccoupe fr feéévaurass="text">Noteseencamor"> V2> o- «lan goN(.1872">title(.eéouvoirca ccru, qs ou masculcité nconevin duXIVgenrprmmes desn et de conte lespondanes . paDoccoupe se vaan .nav etlmx dbrttomss="g#text --> mrains="g#text --> #on esnt
hiddCor.Navigondan 1>
iv is=
(.4, deAuteurs loginbox.log-inns="g#text
hiddCor.Affn ierfiqs/adr enii dris >
(.http://j compls.opene lmme.org/ectitle(.ui paipere- vuein
NotefirstGoISSNgaalatirosrt d 2102-5886
(.http://j compls.opene lmme.org/genrpel maore/?div>=mappaPla stylsite wraLourss="g#text --> tantrWraLourss=" src-1js/jore y.juGos/scripn" src-1js/ discn.min.juGos/scripn" // r", 1715alv: "O 1715al", agnifyiv: "AgEspair" }, // Des de inA5">Hau: { insi lacifiqsq: "Insi lacifiqs" } }; //]]os/scripn" src-1js/fstiybox/jore y.fstiybox-1.3.1.pack.juGos/scripn" src-1js/u5">Hau.min.juGos/scripn" //« S[a]' ).afntr(n Ftoi ddDataCitudby ); jQre y( ' shi pcutdea[icle-18>« S[a] ]' ).afntr(n' | stn45">(.#citudby">Cl’ap r ' ); jQre y( ' citudby li' ).css( "mvoyin","1em 0" ); } } }); }); //]]os/scripn" --> Piwikns=" vart_paqq= _paqq|| []; // lacckFr sohocde ike "setCi lomDr dec[a] cshiuld b l éd b fgoc"lacckPperView" _paq.push(['setCi lomVll-cu d', 1,7'Domas=', doccoupe.domas=,7'div>']); _paq.push(['eniu dCrossDomas=Linking']); _paq.push(["setDoccoupeTitlep, doccoupe.domas= + "/ec+ doccoupe.title]); _paq.push(['lacckPperView']); _paq.push(['eniu dLinkTaccking']); (funrtisa() { End PiwiknCodens=" > s= src-1https://s S[c- 1715.opene lmme.org/openbarre/js/ auo.js?dane=2014-12-01Gos/scripn" src-1https://s S[c- 1715.opene lmme.org/js/jore y.juonp-ecist.min.juGos/scripn" s--> jQre y(doccoupe).ready(funrtisa($) { if ( $.fn.fstiybox == upaefs="d ) { (.'+dana.url+'Na'+dana.name+' '); ivvvvvvvivvv$.ajax({ ivvvvvvvivvv type: "GET", ivvvvvvvivvv url: "1855?oant p=pdfepub&nanecotourl=1", ivvvvvvvivvv sucUrsi: funrtisa(msg){ ivvvvvvvivvv vvvv$(' dlLinks').aLound(msg); ivvvvvvvivvvvv} ivvvvvivvvvv}); ivvvvvvv}, ivvvvvvverror: funrtisa(dana){ ivvvvvvvivvv//$(' e(.https://esigtion '); ivvvvvvvivvv$.ajax({ ivvvvvvvivvv type: "GET", ivvvvvvvivvv url: "1855?oant p=pdfepub&nanecotourl=1", ivvvvvvvivvv sucUrsi: funrtisa(msg){ ivvvvvvvivvv vvvvvv$(' dlLinks').aLound(msg); ivvvvvvvivvvvvvv} ivvvvvivvvvv}); ivvvvvvv} vvivvvvv}); ivvv$(' pecioantt dei').les ('to Cadnd', funrtisa(e) {}); ivvv$('input[namelq]').foccs(funrtisa() { 47ByaccEsp=g tel website, youacknowédappand accpn the usertcacookies. stn45">(\.http://www.opene lmme.org/6540\"DMore doant pour a> s ="num">47 s ").attr("idG, "cookie lert").aLoundTo("id=""); $("a,.closecookie lert").click(funrtisa() { v, de pDiste= new Dist(); e pDist.setTr d(e pDist.getTr d()c+ (365 * 24 * 3600 * 1000)); doccoupe.cookiee= "__cookie lert=1;e pi dr=ec+ e pDist.toGMTStrp=g()c+ ";domas==.opene lmme.org;path=/e; $("#cookie lert").removt(); }); } }); }); s="g#scripn" s=s= (.http://www.opene lmme.org">OpenEus mod -- ubmenu nav-toggle-shiw">iv id="n"n"n"n"ns=s= iv id="n"n"n"n"ns=s="n"ns=s= (.http://bookd.opene lmme.org"> ="font">NotesitlepaOpenEus modnBookdis Bookdentull rhumanlmx dspa e etlxss-mspo -- #lasiv is="n"n"n"n"ns=s="n"ns=s= (.http://bookd.opene lmme.org/cucalog d">Bookdis-- #lasiv is="n"n"n"n"ns=s="n"ns=s= (.http://bookd.opene lmme.org/publmshtuGoPublmshtuis-- #lasiv is="n"n"n"n"ns=s="n"ns=s= (.http://bookd.opene lmme.org">Fur cer doant pour a> lasiv is=iv id="n"n lasiv is=
iv id="n"n"n"n"ns=s="n"ns=s=s= (.http://j compls.opene lmme.org"> ="font">NotesitlepaOpenEus modnJ compls J complsentull rhumanlmx dspa e etlxss-mspo -- #lasiv is="n"n"n"n"ns=s="n"ns=s=s= (.http://www.opene lmme.org/cucalog d-j compls">J compls -- #lasiv is="n"n"n"n"ns=s="n"ns=s=s= (.http://j compls.opene lmme.org/64 estFur cer doant pour a> lasiv is=iv id="n"n lasiv is=
iv id="n"n"n"n"ns=s="n"ns=s=s= (.http://c lenda.org"> ="font">NotesitlepaC lenda Academicelleounr mués -- #lasiv is="n"n"n"n"ns=s="n"ns=s=s= (.http://c lenda.org/seasch">Announr mués -- #lasiv is="n"n"n"n"ns=s="n"ns=s=s= (.http://c lenda.org/aboutstFur cer doant pour a> lasiv is=iv id="n"n lasiv is=
iv id="n"n"n"n"ns=s="n"ns=s=s=s=s= (.http://hypo ceses.org"> ="font">NotesitlepaHypo ceses Reseasch blogs -- #lasiv is="n"n"n"n"ns=s="n"ns=s=s=s=s= (.http://www.opene lmme.org/cucalog d-ge">bookd">Blogs cucalog d -- #lasiv is="n"n"n"n"n=/ul>iv id="n"n lasiv is=iv id= .text d="n"ns=s= iv id="n"n"n"n"n
ubmenu">iv id="n"n"n"n"ns=s= iv id="n"n"n"n"ns=s="n"ns=s=s= (.http://newsls’t.opene lmme.org"> ="font">NotesitlepaNewsls’t Subscribes cull rnewsls’t -- #lasiv is="n"n"n"n"ns=s="n"ns=s=s= (.http://seasch.opene lmme.org/ddexalert.php?a=descripn clas ="font">NotesitlepaAlertsdspa eubscrippours Alerta href=" a> lasiv is=iv id="n"n lasiv is=
(.http://www.opene lmme.org/140. LaOpenEus modnFreemium -- iv id=iv is=
iv id="n"n"n"n"ns=s= iv id="n"n"n"n"ns=s=s=s= iv id="n"n"n"n"n"n"ns=s=s=s= iv id="n"n"n"n"ns=s=s=s="n"n"n"n"ns=s=s=s= lias oanlaopene lmmeradiop,ntuOpenEus mod lias >iv id="n"n"nn=s=s=s=o.text d="n"ns=s="n"n"n"n"ns=s=s=s="n"n"n"n"ns=s=s=s= ion ion -seasch">=s Seaschis euSton>iv id="n"n"ns=o.text d="n"ns=s= .oieldset>iv id=s=s= .oant>"n"n"ns=o.text d="no.text d=o.text o.text d="n iv id="n Notesitle-share">iv id="n"n"n"n ubmenu">iv id="n"n"n"n"ns=s= bg-sav"> Noteion ion - doa">=s I tant pours s iv is=Title:o.tt>iv id="n"n"n"n"n"n"ns=s=s=s============================= Briefly:o.tt>iv id="n"n"n"n"n"n"ns=s=s=s============================= accroche" envunes'el maorernformaesr la aulie. 1ur-e-dtemp des domas=erduVgenrp,tnformaaipublmcucmmees'u5">Hauon Iésuméssatioém> Art Ithèses paiv id="n"n"n"n"n"n"ns=s=s=s=========================================================================================================urddt d="n"ns=s="n"n"n"n"ns=s=s=s="n"n"n"n"ns=s=s=s========================urdlt d="n"ns=s="n"n"n"n"ns=s=s=s= #lasiv is="n"n"n"n"ns=s="n"ns=s=s=s=s========= Publmsht:o.tt>iv id="n"n"n"n"n"n"ns=s=s=s============================= syneurddt d="n"ns=s="n"n"n"n"ns=s=s=s="n"n"n"n"ns=s=s=s================================================================================ Mldium:o.tt>iv id="n"n"n"n"n"n"ns=s=s=s============================= E-ISSN:o.tt>iv id="n"n"n"n"n"n"ns=s=s=s============================= AcUrsi:o.tt>iv id="n"n"n"n"n"n"ns=s=s=s============================= (.//www.opene lmme.org/5690" enia, 1paipedntr9risqondan -- #lasiv is="n"n"n"n"ns=s="n"ns=s=s=s=s=s=s=s=s=s= #ult d="n"ns=s="n"n #lasiv is="n"n"n"n"ns=s="n"ns=s=s=s=s=================================== bg-sav lastGos=s="n"ns=s=s=s=s=s=s=s=s=s= s DOI / Refeeacces iv is=Noteiframepc45">(.1855?oant p=citucmmeGoCitu refeeacce -- #lasiv is="n"n"n"n"ns=s="n"ns=s=s=s=s=s=s=s=s=s= /DOI / Rn B miniésns=" > s========================================= bg-sav lastGx cladlLinks"- #lasiv is="n"n"n"n"ns=s="n"ns=s=s=s=s=s=s=s=s=s= hare">iv id="n"n"n"ns=s="n ion ion -twitinr">=tn45">(.http://twitinr.com/ hare?esxt=%3C +t-var%3D%22nt:smwefont%3Anant l%3B%22%3Epouvoi+et+n%C3%A9spécifiqs+ues, l’impr+es et+destin+et+x twitinr euSton-wraL">=s Twitinris -- #lasiv is="n"n"n"ns=s="n ion ion -fac>book">=tn45">(.https://www.fac>book.com/ harer.php?u=%3C +t-var%3D%22nt:smwefont%3Anant l%3B%22%3Epouvoi+et+n%C3%A9spécifiqs+ues, l’impr+es et+destin+et+x Note sc>book euSton-wraL">=s Fsc>bookis -- #lasiv is="n"n"n"ns=s="n ion ion -google-plus">=tn45">(.https://plus.google.com/ hare?url=%3C +t-var%3D%22nt:smwefont%3Anant l%3B%22%3Epouvoi+et+n%C3%A9spécifiqs+ues, l’impr+es et+destin+et+x Notegoogle euSton-wraL">=s Google +is -- #lasiv is="no#ult d=o.text d="n"n Notea iga-rfont">iv id="n"n"n"n o.text d=o.text o.text d= ion ion -sav"> euSton>iv i=-->[if lremIE 9]siv is=
(.https://s S[c- 1715.opene lmme.org/openbarre/css/ie_openbarre.css">iv i=-[endif]s="g#text s/html>