Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« "Cultiver les « précieuses graines" de la patrie. Mères, filles et garçons dans le Petit Écho de la Mode, 1914-1940 », Master 2 sous la direction de Gabrielle Houbre, Université Paris Diderot-Paris 7

Sophie de Chivré

Texte intégral

  • 1 En 1916, des bébés, des fillettes et des garçons sont dessinés sur 33 couvertures du Petit Écho de (...)

1500 000 exemplaires imprimés chaque semaine avant la Grande Guerre, plus d’un million dans les années 1930 : le Petit Écho de la Mode est la publication féminine dont les tirages sont les plus élevés durant la Troisième République. Célèbre pour son prix relativement bas – 40 centimes contre 75 pour l’hebdomadaire La Mode Illustrée –, ce périodique populaire souhaite, comme beaucoup d’autres titres féminins de son temps, aider ses lectrices dans tous les aspects de leur vie, notamment l’éducation de leurs enfants. Mais l’importance accordée à cette question distingue le journal des éditions de Montsouris de ses concurrents : feuilleter les pages du Petit Écho de la Mode, c’est découvrir une publication qui fait des fillettes et des garçons des sujets incontournables de ses articles et de ses illustrations1.

  • 2 Christine Bard, Les Filles de Marianne : histoire des féminismes, 1914-1940, Paris, Fayard, 1995, p (...)

2Cette étude se concentre sur la représentation de ces enfants et de la figure dont ils dépendent, la mère de famille, dans les numéros publiés entre 1914 et 1940. Cette trame chronologique, justifiée notamment par le succès croissant du Petit Écho, correspond aussi au moment où la propagande repopulationniste est puissamment diffusée dans la société française. Cette recherche consacrée aux mères, aux filles et aux garçons permet d’interroger la perméabilité de ce journal aux questions sociales, familiales, patriotiques, politiques ou encore démographiques qui sous-tendent le « vaste consensus nataliste », pour reprendre l’expression de Christine Bard2. Dans quelle mesure le Petit Écho de la Mode est-il irrigué par l’idée selon laquelle la maternité et l’éducation des enfants sont des enjeux nationaux ? Loin d’être neutre, le titre diffuse massivement les thèses de groupes natalistes, telle l’Alliance nationale pour l’accroissement de la population française. Dès lors, par quels procédés, notamment rhétoriques et visuels, le journal défend-il cette position et tente-t-il de l’imposer pendant plus de vingt ans ?

  • 3 Jeannie, « Billet de Jeannie », Petit Écho de la Mode, n°33, 16 août 1931.
  • 4 Ibid.
  • 5 Francelise, « Maternité spirituelle », Petit Écho de la Mode, n°12, 14 mars 1928.
  • 6 Liselotte, « Leurs enfants », Petit Écho de la Mode, n°35, 2 septembre 1917.

3La première partie de ce mémoire examine la manière dont le Petit Écho devient dès 1914 une « déclaration des droits et des devoirs de la mère », imposant à ses lectrices un idéal féminin maternel dont les comportements, les prérogatives mais aussi l’apparence sont en partie dictés par un contexte nataliste et patriotique. En 1931, une chroniqueuse s’en prend par exemple à la « femme à la page » qui « ne veut sacrifier ni sa sveltesse, ni son élégance3 ». « On s’indigne en [l’]entendant ne pas vouloir d’enfant », ajoute-t-elle, fustigeant son « égoïsme » qui « nous tuera », à l’heure où « il nous faut tant de berceaux4 ». Dans un second temps, nous déplaçons la focale sur les relations mère-enfant telles qu’elles sont abordées par le Petit Écho de la Mode. Cette question permet notamment de faire surgir la problématique des lectrices stériles ou des femmes célibataires, à qui la rédaction propose l’alternative de la « maternité spirituelle5 » pour ne pas faillir à leur devoir patriotique. L’irruption du père, figure généralement écartée de la presse féminine de l’époque, permet également d’interroger la vision de la virilité développée par un journal féminin. Si tous les enfants sont de « précieuses graines6 » à élever pour le bien du pays, la définition des identités de genre n’est que plus évidente lorsque l’hebdomadaire insiste sur l’éducation différenciée des filles et des garçons. Dès lors, la problématique du genre est centrale dans la troisième partie de ce travail. Les lectrices sont certes invitées à respecter une partition traditionnelle des rôles sociaux de sexe en éduquant leurs enfants, mais elles ne sont pas censées favoriser une stricte domination masculine. Dans cette publication, si hiérarchie il y a, elle vise bien plus à établir un classement à la fois implicite et explicite des femmes. Classement au sommet duquel figurerait la « vraie Française » à la tête d’une famille nombreuse.

4En investissant des matériaux aussi divers que l’illustration de mode, la chronique, la fiction ou le courrier des lectrices et en abordant des thématiques variées – la santé des enfants, leurs loisirs, le travail des mères et le suffrage féminin… –, le Petit Écho prend directement part au combat contre la supposée « dépopulation ». Toutefois, même si cette publication diffuse un discours normatif et alarmiste, ce mémoire démontre que le Petit Écho de la Mode ne développe pas une ligne rédactionnelle inébranlable. Au contraire, il associe différents niveaux de lecture en combinant images et textes, supports informatifs, divertissants, consacrés à la mode ou à la vie quotidienne. L’analyse des dessins de mode permet justement de faire surgir des tensions : ces illustrations s’affranchissent parfois des partis pris des rédactrices et proposent ponctuellement un second discours, davantage progressiste ou traditionnel selon les cas, sur les mères et leur progéniture. Plus que l’étude de l’image de la femme en général, c’est bien l’analyse des discours sur la – voire les – maternité(s) et sur l’enfance qui fait poindre les contradictions et ambivalences de ce périodique féminin, tiraillé entre l’envie de dicter un modèle de vie à ses lectrices et l’obligation de séduire de plus en plus d’acheteuses.

Haut de page

Notes

1 En 1916, des bébés, des fillettes et des garçons sont dessinés sur 33 couvertures du Petit Écho de la Mode. En 1930, ces figures enfantines sont représentées sur 29 illustrations de une.

2 Christine Bard, Les Filles de Marianne : histoire des féminismes, 1914-1940, Paris, Fayard, 1995, p. 210.

3 Jeannie, « Billet de Jeannie », Petit Écho de la Mode, n°33, 16 août 1931.

4 Ibid.

5 Francelise, « Maternité spirituelle », Petit Écho de la Mode, n°12, 14 mars 1928.

6 Liselotte, « Leurs enfants », Petit Écho de la Mode, n°35, 2 septembre 1917.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie de Chivré, « « "Cultiver les « précieuses graines" de la patrie. Mères, filles et garçons dans le Petit Écho de la Mode, 1914-1940 », Master 2 sous la direction de Gabrielle Houbre, Université Paris Diderot-Paris 7 », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/1932

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page