Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sophie Vergnes, Les Frondeuses. Une révolte au féminin (1643-1661), Seyssel, Champ Vallon, 2013, 512 p.

Marion Lemaignan

Texte intégral

1Dans cette version remaniée de sa thèse de doctorat, Sophie Vergnes retrace et analyse le parcours d’une quinzaine de femmes qui, durant la Fronde, tentent de s’imposer comme personnages politiques d’influence auprès des différents acteurs masculins de l’événement. Toutes issues de la haute aristocratie, elles se saisissent de différentes modalités d’actions politiques en mobilisant leur genre – par la transgression ou, au contraire, la mobilisation des topoï de la féminité – en vue de parvenir à leurs fins. Les bornes chronologiques de l’étude (1643-1661) témoignent du souci de S. Vergnes de comprendre les modalités d’action politique des frondeuses sans les disjoindre de leurs conditions d’entrée et de sortie dans l’événement. L’une des grandes réussites de l’ouvrage est alors de montrer le caractère exceptionnel de l’implication de ces femmes sur le terrain politique qui trouve à s’exprimer grâce au contexte de désordre de la Fronde.

2L’ouvrage s’articule autour de quatre parties qui confèrent une efficacité certaine à l’ouvrage tout en entraînant malheureusement un certain éclatement de l’analyse qui perd ainsi de sa complexité. Dans « Le règne des femmes », l’auteure s’applique à analyser les conditions d’émergence de l’action politique féminine en ancrant l’étude dans les années qui précèdent la Fronde. Elle fonde ainsi son analyse sur une étude combinée du contexte politique qui, dès 1643, voit arriver Anne d’Autriche au pouvoir, et le contexte culturel et intellectuel qui voit se déployer avec la culture de salon de nouvelles représentations littéraires de la femme. Pour l’auteure, la régence incarnerait ainsi une justification de l’accès au politique pour les femmes selon un modèle royal reproductible par les aristocrates. Le contexte intellectuel quant à lui donnerait les outils intellectuels et la légitimité à certaines femmes pour entrer en politique en suivant le modèle des femmes fortes. Si l’analyse est convaincante, on pourra toutefois déplorer que l’auteure ne considère d’autres modèles de pouvoir féminin. On pensera ainsi à d’autres régentes, mais également à des reines comme Elisabeth d’Angleterre qui fit de sa féminité une puissante arme politique ou encore, contemporaine aux frondeuses, à Christine de Suède qui est parfaitement connue de ces dernières pour sa force politique.

3La seconde partie, intitulée « Les frondeuses, actions et représentations » analyse en détail les modalités d’action politique de ces femmes en distinguant l’action militaire qui trouve son origine et sa légitimation dans le modèle des Amazones (chapitre 3) et l’action diplomatique (chapitre 4) incarnée par les figures de médiatrices ou d’intrigantes plus proches des topoï de l’action féminine. La distinction entre les deux figures s’appuie donc sur leurs usages respectifs du genre : la première subvertit les codes du genre, la seconde les exploite à des fins politiques. Ces deux chapitres montrent combien les frondeuses parviennent à se saisir d’une situation de désordre extraordinaire pour mener des actions d’envergure auprès des hommes de pouvoir. On voit alors se dessiner le caractère hautement politique de leur influence de femmes et d’aristocrates. On regrettera cependant le hiatus établi entre les deux modalités d’actions présentées comme exclusives l’une de l’autre. En effet, certaines frondeuses ont pu être conduites à mobiliser les deux registres d’action et il eût alors été intéressant d’étudier les conditions de leur articulation.

4Dans la troisième partie, « Lien social, guerre civile et émancipation des femmes », l’auteure retrace l’action politique de ces femmes dans et grâce à leurs réseaux, familiaux d’une part (chapitre 5) et clientélistes d’autre part (chapitre 6). En reconstituant avec finesse l’ampleur et la complexité de ces derniers, S. Vergnes montre combien les femmes de la haute aristocratie en sont au cœur et ce, à deux points de vue. De par leur condition féminine, elles incarnent bien souvent les liens entre les familles et font ainsi la jonction entre les ramifications de chaque parti. Par ailleurs, l’auteure pointe avec acuité combien l’action en réseau, qu’il soit familial ou clientéliste, s’accommode parfaitement des topoï de l’action féminine. En resituant ces femmes au cœur de leurs réseaux, l’auteure montre ainsi que, dans le contexte de la Fronde, elles en sont des clefs de voûte.

5Enfin, dans la quatrième et dernière partie, « Les frondeuses après 1652 » l’auteure souligne à la fois le caractère éminemment ponctuel de l’action politique des femmes puisque celle-ci prend peu à peu fin à l’issue de la crise politique, et les formes de continuité dans l’engagement que l’on peut déceler chez certaines des frondeuses. En effet, alors que le rétablissement de l’ordre politique met un terme à l’action publique des frondeuses de manière échelonnée selon les cas de figure, l’auteure montre que les velléités d’action de certaines d’entre elles prennent par la suite de nouvelles formes, en particulier religieuses, et la fin de l’activité politique ne signe pas pour toutes la fin de tout engagement.

6Pour finir, et tout en saluant les mérites d’une enquête qui met au jour cette nébuleuse politique animée par les femmes, on émettra quelques réserves d’ordre heuristiques et méthodologiques. L’usage de la notion de féminisme notamment soulève de nombreuses réserves. En effet, l’auteure n’hésite pas à évoquer un féminisme des frondeuses tout en soulignant à plusieurs reprises leur « misogynie » et combien elles perçoivent elles-mêmes leur propre action politique comme une situation exceptionnelle justifiée par leur haute naissance et leur propre nature extra-ordinaire. Ainsi loin d’être un plaidoyer pour l’accès des femmes au politique, les frondeuses relèvent d’un modèle de l’extraordinaire, dans lequel la question du rang est primordiale et indissociable de celle du sexe. La notion de « féminisme » semble alors inappropriée pour qualifier les positions et convictions des frondeuses. On regrettera également un usage fort peu problématisé de certaines sources telles que les mazarinades ou les Mémoires – pourtant très largement mobilisées. Ces sources semblent être convoquées pour la valeur informative de leur témoignage, sans que rien ne soit dit ni même questionné de leur aspect performatif. Les contextes et les enjeux d’écriture ne sont jamais interrogés, de même que les enjeux propres à chaque support ou les réseaux dans lesquels ils s’inscrivent et prennent leur sens. En découle notamment une confusion dommageable concernant la distinction entre les registres d’action et de représentation de ces femmes alors que la question même de cette interaction semble centrale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Lemaignan, « Sophie Vergnes, Les Frondeuses. Une révolte au féminin (1643-1661), Seyssel, Champ Vallon, 2013, 512 p. », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 29 août 2014, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/1961

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page