Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Clémence Martin-Froment, « L’écrivain de Lubine ». Journal d’une femme dans les Vosges occupées (1914-1918), édition et présentation par Jean-Claude Fombaron, Philippe Nivet et Yann Prouillet, préface d’Isabelle Chave, Moyenmoutier, Edhisto, 2010, 365 p.

Louis-Pascal Jacquemond

Texte intégral

  • 1 Voir notamment : Annette Becker, Les cicatrices rouges 14-18. France et Belgique occupées, Paris, F (...)

1En cette année de commémoration de la Grande Guerre, cette publication originale présente un grand intérêt. Elle s’inscrit dans l’historiographie nouvelle des « zones envahies », occupées par les troupes impériales allemandes1. Ce témoignage est le regard d’une civile, une femme qui tient, bon gré mal gré. Son cas raconte aussi la collaboration de guerre et l’épuration d’après-guerre, phénomènes qui ne sont pas uniquement à rattacher à la Seconde Guerre mondiale. Philippe Nivet présente habilement le document dans un article intitulé « L’Affaire Clémence Martin-Froment » et deux autres historiens complètent son analyse : Jean-Claude Fombaron avec un éclairant propos titré « De l’ennemi indifférencié aux occupants familiers » et Yann Prouillet qui apporte un important complément iconographique et cartographique.

2L’essentiel de ce beau livre (p. 59-297) est le Journal de guerre de Clémence Martin-Froment (1885-1960), qui témoigne de l’occupation de son village, Lubine, par l’armée allemande du 31 juillet 1914 au 17 novembre 1918. Clémence a choisi de raconter son quotidien pour tromper l’ennui et l’impression d’être captive dans cette « zone envahie ». Elle veut aussi raconter à ses frères, plus tard, « sa » guerre face aux Allemands. Cette chronique que la diariste intitule « Mes années de guerre à Lubine (Vosges) » - quinze cahiers d’écolier - a été dissimulée dans un dossier de procédure de la cour d’assises des Vosges. Cette trentenaire française en contact avec l’occupant militaire allemand confiait à son journal personnel ses observations et ses réflexions. Or son témoignage a été publié en feuilleton, de février à mars 1917, par la propagande allemande, via le journal collaborationniste La Gazette des Ardennes, sous le titre « Fragments du Journal d’une ‘Occupée’ ». Grâce à des citations tronquées, les articles exaltent la bonne image des occupants. Dès le printemps 1919, Clémence est incriminée par les autorités françaises pour intelligence avec l’ennemi. Mais l’intéressée, d’abord poursuivie par une juridiction militaire, obtient le transfert de l’instruction vers la justice civile. Et c’est devant la cour d’assises de Saint-Dié que Clémence comparaît le 20 juin 1921 et en sort acquittée après cinq minutes de délibération.

3Le journal raconte la vie de ce village des Vosges à l’est du front, côté allemand, dans cette Lorraine méridionale près de Saint-Dié où le bruit du canon se fait souvent entendre. De famille nombreuse (sept enfants) et « très honorable », Clémence a fréquenté l’école jusqu’à douze ans. Elle aime la lecture, sert d’écrivain public, et travaille comme dentelière à domicile. A 22 ans, elle épouse Ernest Martin, le garde-champêtre atteint de rachitisme, de neuf ans son aîné, mais un « bon parti » choisi par ses parents et dont elle s’accommode. Mais Ernest, non mobilisable, est souvent absent, retenu par les Allemands ou en mission pour le maire. Leur fils Fernand décède accidentellement le 16 juin 1918 à l’âge de 10 ans et leur fille Renée naît le 20 octobre 1918. Dans la ferme familiale, Clémence occupe un logement indépendant de l’habitation principale de ses parents. Elle doit loger des soldats (dans la grange, sous la remise, au grenier) et des officiers (dans les chambres), voire un officier supérieur (auquel elle prête sa chambre : « j’en faisais d’avance le sacrifice » p. 207). Elle est surtout secondée par sa mère.

4La diariste raconte les réquisitions de bétail et les livraisons forcées de récoltes. Le ravitaillement « américain », entre 1915 et 1917, soulage un peu les besoins de la population mais privations et carences se renforcent ensuite. En revanche, le travail forcé imposé aux « occupés » s’accroit, se féminise. En sus, les femmes entretiennent les troupes d’occupation pour gagner quelques sous. Clémence évoque aussi les déportations en Allemagne de jeunes gens de Lubine âgés de 17 ans et le sort peu enviable réservé à des prisonniers russes et roumains qui meurent de froid. Elle fait part de l’actualité internationale avec ses déformations, des « bruits » et « fureurs » du village, des contacts avec des familles en zone non-occupée ou avec des proches, fussent-ils prisonniers des Allemands.

5Mais ce qui original, c’est la complexité des sentiments de Clémence à leur égard : « si j’ai du mépris pour quelques-uns, j’ai à témoigner beaucoup de gratitude vis-à-vis d’autres » (p. 100). Elle souhaite la paix victorieuse des Alliés et rêve de fêter le 14 juillet. Mais elle dit aussi comprendre ces soldats allemands, exacte réplique des siens, avec leur consentement au devoir et leur expérience de la souffrance. Certains officiers poursuivront leurs échanges épistolaires avec Clémence pendant l’entre-deux-guerres. Sa mère a été soignée avec dévouement, les enfants ont tissé des liens avec les soldats, les occupés ont obtenu des informations, voire des courriers de leurs proches à la guerre. C’est cette ambivalence de sentiments qui légitime le procès qui lui est fait et tout autant son acquittement.

6Les archives judiciaires attestent que l’auteure, malgré la publication de ses propos dans la collaborationniste Gazette des Ardennes, n’était pas capable d’intelligence avec l’ennemi. Mais elles montrent aussi l’entregent de cette femme et son réseau de sociabilité familiale et villageoise : ceux qui sont interrogés sur son compte exercent des responsabilités publiques (maire, gendarme, douanier) ou ont une bonne assise sociale (propriétaires ruraux, propriétaires artisans). Naïve et sincère, elle a confié imprudemment ses cahiers à un officier. Ses écrits relèvent par ailleurs d’une perception égocentrée de la guerre, vécue comme une expérience de captivité.

7Selon J-Cl. Fombaron, l’image de l’Allemand s’est modifiée en raison de l’identité des troupes allemandes chargées du secteur. Lubine est alors un cantonnement militaire avec un quartier général d’officiers. De septembre 1914 à novembre 1916, les unités d’occupation sont composées de Bavarois, de Rhénans, de Badois voire de quelques Alsaciens, âgés de 27 à 47 ans, la plupart pères de famille. Ils se comportent comme des civils en uniforme et fréquentent les habitants. Leurs officiers et leurs sous-officiers sont francophones et presque tous de tradition catholique romaine. Cette homogénéité culturelle crée des liens et les petits services humanitaires renforcent la proximité. Le remplacement des Bavarois par des Prussiens, après Verdun, infléchit la perception de Clémence, du fait de soldats et d’officiers plus jeunes, beaucoup plus brutaux qui ne sympathisent pas avec les civils. Dès lors, pour Clémence, l’occupant retourne à son statut d’ennemi.

  • 2 Typologie établie par Philippe Burin dans La France à l'heure allemande, 1940-1944, Paris, Le Seuil (...)

8L’expérience de Clémence mérite une analyse genrée. La préfacière l’esquisse : pour I. Chave, Clémence est indépendante d’un mari discret, naturellement affectueuse mais aussi fière de sa position sociale. P. Nivet souligne sa solide instruction, sa mémoire, son sens des relations et son aptitude à se tenir informée. En quoi sa situation, à la croisée de pouvoirs institutionnels (mari délégué du maire et investi de missions de police, officier supérieur allemand qui commande à ses hommes et aux occupés) implique-t-elle des choix ? Sa posture sociale explique-t-elle l’« accommodement »2 aux violences de guerre (comme ces jeunes de 17 ans qui seront déportés mais qui doivent assister enchaînés à la messe à la vue de leurs parents) ? Par quel mystère relationnel la patriote Clémence offre-t-elle la lecture de sa chronique à deux officiers occupants ? Les habitants de Lubine savaient qu’elle tenait un journal mais le document n’aborde que la victimisation de l’auteure ! Nombre de questions restent sans réponses, mais enrichissent le portrait de Clémence Martin-Froment.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment : Annette Becker, Les cicatrices rouges 14-18. France et Belgique occupées, Paris, Fayard, 2010 et Philippe Nivet, La France occupée 1914-1918, Paris, A. Colin, 2011.

2 Typologie établie par Philippe Burin dans La France à l'heure allemande, 1940-1944, Paris, Le Seuil, 1995. Le concept d’accommodement recouvre « le sentiment de la contrainte, l'intérêt matériel, la complaisance personnelle, la connivence idéologique » ( p. 183).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis-Pascal Jacquemond, « Clémence Martin-Froment, « L’écrivain de Lubine ». Journal d’une femme dans les Vosges occupées (1914-1918), édition et présentation par Jean-Claude Fombaron, Philippe Nivet et Yann Prouillet, préface d’Isabelle Chave, Moyenmoutier, Edhisto, 2010, 365 p.  », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 29 août 2014, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/1963

Haut de page

Auteur

Louis-Pascal Jacquemond

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page