Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Un secret mal gardé. La nuit de noces en France – XIXe et premier XXe siècles », Master 2, Histoire, sous la direction de Dominique Kalifa, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne

Aïcha Salmon

Texte intégral

1

2Il n’existe pas d’ouvrage d’histoire contemporaine consacré à la nuit de noces en France. Ceci est à la fois étrange, parce que jusqu’aux années 1960, elle concerne la quasi-totalité de la population, et peu étonnant, puisqu’on s’attend à ce que le déroulement de cette nuit si particulière dans la vie d’un couple, la première du mariage, soit peu connu, en raison de sa forte dimension intime.

3Pensé comme un travail destiné à évaluer la possibilité de prendre pour objet la nuit de noces en thèse, ce mémoire propose une première approche du sujet qui part de la représentation la plus immédiate qu’on peut en avoir : l’idée que la nuit de noces est entourée de secrets.

4Une première partie est consacrée à un état des lieux historiographique et bibliographique, et à une présentation des sources mobilisables. De nombreux domaines de recherche sont mis à contribution : histoire du corps et de la médecine, histoire de la famille, de l’amour et de la sexualité, études sur le genre, études folkloristes et ethnographiques, études littéraires, sociologie, histoire du spectacle… Quant aux sources, elles sont fort variées : archives, articles de presse, essais, manuels, écrits médicaux, biographies, romans, vaudevilles, opérettes, sources iconographiques et cinématographiques, etc. Face à cette abondance, il apparaît que le fait de considérer la nuit de noces comme un sujet tabou est avant tout une idée reçue qui existait déjà au XIXe siècle et qui parvenue telle quelle jusqu’à nous. Cette représentation est prise pour objet dans la seconde partie du mémoire, qui interroge les enjeux du secret nuptial.

5En dépit de leur diversité, les sources présentent une remarquable unité : elles jouent presque toutes du mystère de la nuit de noces, que cela soit pour le dévoiler ou pour le préserver. Il est difficile de trancher d’emblée le débat historiographique houleux qui oppose les tenants de la thèse du refoulement global de la sexualité – destinée à rester secrète – aux partisans d’une prise en charge inédite de la sexualité à partir du XIXe siècle – qui se manifesterait par une multiplication des prises de parole sur le sujet. Le premier chapitre de la seconde partie propose une lecture du sujet à travers la notion de double bind. Ni ceux qui insistent sur la nécessité de préserver le secret de la nuit de noces, ni ceux qui entreprennent de le révéler n’y échappent. La double contrainte de cacher et de dévoiler le secret nuptial se déploie dans les sources à travers l’emploi d’un vocabulaire récurrent qui désigne la nuit de noces comme secrète, mais aussi l’attention portée à cacher aux jeunes filles ses aspects concrets (l’acte sexuel), et l’embarras éprouvé par ceux qui tentent de remettre en cause ce silence, dont les enjeux moraux et légaux sont préalablement présentés. Par ailleurs, la transition opérée au cours de la nuit entre la sphère publique et la sphère privée, et l’opposition entre les exigences de la société qui fait du mariage un événement public et celles du couple qui veut préserver son intimité, suscitent une curiosité spécifique, qui fait elle-même l’objet de représentations. De nombreuses cartes postales du début du XXe siècle prennent ainsi pour objet les pulsions scopiques de voyeurs espionnant le couple à travers le trou de la serrure de la chambre nuptiale. Le chapitre s’achève par une présentation de formes de transgression du secret nuptial (spectacles érotiques, etc.).

6Un autre chapitre propose une réflexion sur les témoignages personnels, qui sont les sources les plus rares. Il étudie la démarche qui consiste, pour les acteurs de la nuit de noces, à dire leur secret. En raison de leur coût d’énonciation, les récits personnels méritent d’être distingués des autres formes de discours plus généraux ou impersonnels. Le fait de révéler son secret est d’ailleurs toujours présenté comme quelque chose d’exceptionnel. Diverses sources sont utilisées : mémoires, journaux intimes, lettres, ouvrages médicaux et religieux, articles de journaux, comptes rendus de procès… Elles permettent d’accéder aux témoignages personnels de manière directe (quand l’auteur est le protagoniste) ou indirecte (quand un intermédiaire transmet un récit qui lui a été confié). Une importance particulière est portée à leur analyse pragmatique : il faut lier la production du témoignage aux intentions de son auteur, qui l’adapte en fonction du destinataire et du contexte d’énonciation (confidence à un ami intime, explication à un médecin soumis au secret professionnel, aveu à un prêtre…). L’étude porte donc sur le contenu des déclarations, mais aussi sur le but recherché, et sur le processus d’élaboration et de transcription du récit. La fin du chapitre montre de façon plus tranchée que contrairement à ce que notre imaginaire actuel projette sur la nuit de noces du XIXe siècle, le secret est parfois brisé avec fracas (révélations publiées dans la presse ou divulguées au tribunal...).

7On peut donc estimer que ce sont les précautions prises par ceux qui veulent évoquer le secret nuptial, et les stratégies qui visent à le mettre en scène, qui, éclipsant le nombre des sources disponibles, ont donné naissance au mythe tenace de la nuit de noces comme un secret bien gardé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aïcha Salmon, « « Un secret mal gardé. La nuit de noces en France – XIXe et premier XXe siècles », Master 2, Histoire, sous la direction de Dominique Kalifa, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 26 septembre 2015, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/2097

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page