Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« La jeune fille, symbole de la rénovation des sociétés anglaise et française d’après-guerre (1945-1950) », Master 2 d’Anglais-Histoire, sous la direction des professeurs Olivier Forcade et Fabrice Bensimon, Université Paris IV Sorbonne

Tiphaine Monange

Texte intégral

1L’après-guerre en Europe voit se former les balbutiements d’une culture féminine, cependant encore largement étouffée, tant dans ses représentations que dans ses possibilités réelles, par l’omniprésence de la perspective matrimoniale. Cette priorité persiste donc malgré l’ouverture progressive des mentalités, tendues vers un marché du travail qui leur offre un dilemme renouvelé : doivent-elles quitter la sphère domestique dans laquelle leurs compétences sont reconnues et célébrées, mais sur lesquelles pèse la menace des possibilités techniques qui s’annoncent avec les nouveaux marchés de consommation ?

2Les images de la jeune fille en tant qu’archétype diffusées durant cette période servent essentiellement un propos de repli culturel : les paniques sociales qui se développent autour de la délinquance et de la violence féminine sont amplifiées par l’impact nouveau d’une culture de masse étrangère qui transforme le partage habituel des strates de la culture. Cette pureté à maintenir par dessus tout et à tout prix est ainsi présentée comme la seule possibilité de salvation de sociétés bouleversées par la guerre et qui trouvent dans ces jeunes filles espérées malléables une manière de refuge et de retrait dans la convention. Si le corps féminin, à travers ses abandons, a pu symboliser les trahisons et complicités coupables des nations en guerre – comme dans le cas particulier de la France et des jeunes femmes tondues lors de la Libération – il est désormais essentiel de le redéfinir et de le replacer dans sa condition domestique pour travailler à une reconstruction problématique qui requiert une harmonie tant familiale que nationale.

3En ce sens, la menace américaine repose sur son aspect culturel, qui s’enracine dans la culture féminine à travers ses aspects domestiques. Loisirs d’intérieur comme de sociabilité reposent désormais sur cette culture de masse dont l’import n’est pas nouveau, mais qui s’est amplifié et qui comporte par ailleurs un attrait ambivalent pour les jeunes filles. Prenons l’exemple de la danse : la libération apportée par la musique, à travers le swing et la danse, permet au corps de s’exprimer et de se détendre physiquement. Pourtant, la danse indisciplinée permise par les rythmes du jazz remet également le corps et sa séduction au centre de l’espace, physiquement et socialement. La codification pointilleuse des comportements féminins en société, assurée par magazines et guides de bonne conduite, s’accommode parfaitement de ces questions et des nouveaux impératifs subtilement imposés par la culture consumériste.

4Le travail sur les images d’après-guerre réclame des sources variées, entre livrets de conseils médicaux et magazines féminins, afin d’analyser la place du corps féminin, bafoué, conspué ou révéré, et devenu une marchandise parmi d’autres de par sa diffusion rapide. Afin d’offrir un panorama large et le plus précis possible d’une situation nécessairement nuancée par mille spécificités individuelles, il convient de se pencher avant tout sur les discours institutionnels qui réglementent la vie féminine, entre l’école, la prison, et l’influence des discours prescripteurs de l’Eglise, du médecin et du magazine féminin. Il s’agit avant tout de considérer la guerre, non comme un choc qui bouleverse durablement mœurs et repères que comme une période à effet grossissant, qui accélère les processus de redéfinition des rôles genrés de l’avant-guerre, tout en jouant un rôle de choc qui encourage à un repli vers les valeurs connues. Les véritables modifications sont celles que la garçonne avait déjà apportées et qui faisaient trembler dans les années trente, prouvant par là que la période n’innove pas encore en matière de modèles. Notre analyse met l’accent sur une étude de la place de la jeune fille en Angleterre, appuyée sur un parallèle nécessairement complexe avec l’état de la société française de l’époque, dont les visées sont voisines mais le passé, bien différent.

5L’absence de subculture féminine cohérente et visible pousse l’observateur à croire plus sensibles aux images les jeunes filles, ce que la construction de toute la société qui les encourage à demeurer, sinon passives et ornementales, du moins discrètes et rassurantes. La mesure de l’appropriation personnelle et de la manipulation des codes au profit d’une émancipation en propre est donc d’autant plus difficile à mesurer que son expression est pour beaucoup cantonnée chez les jeunes filles à un matérialisme qui dépend de son statut social, entre célibataire, étudiante, jeune épouse et qui fait et défait les modes sans que l’on puisse définir la part de libre arbitre qui réside dans ces choix affichés. La maîtrise de la consommation, à travers l’image de la jeune fille qui doit séduire, puis l’épouse qui tient son foyer, met pourtant dans les mains des jeunes filles, réputées conservatrices et désignées comme éducatrices du futur de la nation, l’ensemble des paradoxes des sociétés d’après-guerre, déchirées entre l’espoir de la prospérité et la peur de l’indifférenciation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tiphaine Monange, « « La jeune fille, symbole de la rénovation des sociétés anglaise et française d’après-guerre (1945-1950) », Master 2 d’Anglais-Histoire, sous la direction des professeurs Olivier Forcade et Fabrice Bensimon, Université Paris IV Sorbonne », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 26 septembre 2015, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/2103

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page