Navigation – Plan du site
Le genre en guerre

Couvrir la colonisation sans la violence : des femmes journalistes allemandes face à la germanisation à l’Est pendant la Seconde Guerre mondiale

Deborah Barton et Fabien Théofilakis

Résumés

Résumé

Le présent article s’intéresse, à partir d’une profession stratégique pour le IIIe Reich – les journalistes allemandes –, aux représentations de la violence qui accompagnent la conquête, puis les projets de germanisation nazis, à l’Est. Après avoir présenté l’historiographie d’un champ de recherche en grande évolution depuis deux décennies – celui de la participation des femmes à la violence (exterminatrice) nazie –, les auteurs suivent le parcours de quatre femmes journalistes (Ilse Urbach, Liselotte Purper, Renate von Stieda et Helen Rahms) afin de saisir une éventuelle spécificité féminine à rapporter la violence extrême entre 1939 et 1945.

Haut de page

Texte intégral

I. Les femmes allemandes sous le IIIe Reich, victimes, bourreaux ou Allemandes ordinaires ?

  • 1 Hitler, discours du 10 septembre 1937 devant la Frauenschaft, in Max Domarus (Hg.), Hitler. Reden u (...)
  • 2 Sybille Steinbacher,  « Einleitung », in Idem (Hg.), Volksgenossinnen. Frauen in der NS-Volksgemein (...)

1En 1939, lorsqu’éclate la Seconde Guerre mondiale, le Reich allemand compte 40,5 millions de femmes, soit plus de la moitié de sa population. De facto, cette catégorie constitue un enjeu crucial et un acteur à part entière dans la constitution de la Volksgemeinschaft (communauté du peuple) promue par le régime national-socialiste. Ainsi Hitler considère-t-il, en septembre 1937, la NS-Frauenschaft – la Ligue nationale-socialiste des femmes – comme un « complément de l’organisation masculine de combat »1. Près de 12 millions d’entre elles environ sont, à la veille de la campagne de Pologne, membres d’organisations de masse de l’Etat. A mesure que le conflit se prolonge et se radicalise, notamment après juin 1941 et l’invasion de l’URSS, les femmes considérées comme allemandes sont de plus en plus impliquées dans l’effort de guerre bientôt totale qui, en faisant disparaître les séparations entre fronts domestique et militaire, efface également la distinction entre sphères masculine et féminine : aux 500 000 auxiliaires féminines de la Wehrmacht s’ajoutent les cohortes de femmes employées dans la SS et la police régulière allemande (Ordnungspolizei), les quelque 50 000 Maiden – jeunes filles effectuant leur Service du travail du Reich – affectées à l’été 1944 aux batteries de défense anti-aérienne ou encore les 40 000 infirmières de la Croix-Rouge allemande qui assistent les armées du Reich2. Pourtant, cette présence féminine, démographiquement dominante, idéologiquement déterminante et militairement utile, a longtemps été délaissée par la recherche sur le national-socialisme. Comme si le nazisme était une affaire d’homme(s), de politique et de guerre, où les femmes n’avaient pas de place, pas de responsabilité, donc pas d’histoire.

1. Eclairage historiographique

  • 3 Claudia Koonz, Mothers in the Fatherland: Women, the Family and Nazi Politics, New York, St. Martin (...)
  • 4 Gisela Bock, « Racism and Sexism in Nazi Germany. Motherhood, Compulsory Sterilization, and the Sta (...)

2L’émergence de mouvements féministes dans les années 1960 a entraîné une évolution qui aboutit à un premier schéma d’interprétation : cherchant à fonder une identité féminine positive qui définirait les femmes sous le nazisme comme un groupe unifié et solidaire, la recherche conçoit alors leur position dans le IIIe Reich à l’aune des structures de domination patriarcale et des éléments réactionnaires du discours nazi sur les femmes. Elles apparaissent comme soumises à un pouvoir masculin et à un système de répression, dont elles ne peuvent avoir été que les victimes. L’arrivée d’une nouvelle génération d’historiennes dans les années 1980 et la reconnaissance institutionnelle croissante dont bénéficie l’histoire des femmes élargissent les travaux aux relations entre les sexes sous le IIIe Reich, qui abordent désormais la question de l’implication des femmes dans les crimes du régime. Victimes, les Allemandes auraient-elles pu aussi être des adjuvants du pouvoir nazi ? C’est l’enjeu de la « querelle des historiennes » entre Claudia Koonz et Gisela Bock. Dans son ouvrage, paru en 1987, Mothers in the Fatherland, l’historienne américaine Koonz concentre son étude sur les femmes « organisées » – celles appartenant aux organisations nazies et chrétiennes, protestantes comme catholiques – dans l’Allemagne nazie avant 1939 et défend l’interprétation selon laquelle elles ont contribué, de différentes manières, au maintien du régime, notamment via leur influence dans la « sphère privilégiée des femmes »3. Elle distingue alors deux types d’Allemandes : celles, peu nombreuses, qui furent des nazies fanatiques et qu’incarnent les gardiennes de camp de concentration ; la majorité qui considéra le nouveau régime comme un moyen d’accéder à l’indépendance dans leur propre sphère. Typologie que remet en cause l’historienne allemande Gisela Bock pour qui toutes les femmes furent des victimes potentielles du régime en raison de leur sexe, nonobstant les quelques nazies. Elle insiste sur le biopouvoir de l’Etat nazi qui, à travers les stérilisations forcées et les avortements, déterminait une politique de la maternité et des femmes à partir de considérations eugénistes et raciales4.

3Ce débat a amené les historiens à dépasser la catégorisation des femmes comme victimes collectives de la domination masculine : elles ont pu agir comme spectatrices, bénéficiaires et soutiens de l’Etat nazi. En rendant caduque la représentation d’une femme allemande paisible et apolitique sous le IIIe Reich, la discussion a déplacé la focale de la recherche sur des professions impliquées dans la réalisation du programme nazi d’ingénierie sociale (femmes médecins des centres d’euthanasie, gardiennes des camps de concentration) : la figure de la « Täterin » (auteur de crime au féminin) qui a soutenu l’appareil de persécution de l’Etat et commis des crimes, fait son apparition dans la recherche.

  • 5 Voir notamment Steinbacher, « Einleitung », art. cit., p. 18-19.
  • 6 Gudrun Schwarz, Eine Frau an seiner Seite. Ehefrauen in der « SS-Sippengemeinschaft », Hambourg, Ha (...)
  • 7 Wendy Lower, Hitler’s Furies. German Women in the Nazi Killing Fields, Boston, Houghton Mifflin Har (...)

4Dès lors, les travaux se sont développés, dans les années 1990, sur des postulats quasi-inverses à ceux de départ : non plus le groupe homogène de victimes d’un appareil d’Etat hostile, mais la diversité des comportements individuels dans un régime qui, certes défavorisait socialement, économiquement et juridiquement les femmes, mais dut – et sut – adapter sa politique des sexes pour répondre aux exigences économiques, idéologiques et militaires à partir de 19415. Dépassant la dichotomie « bourreau – victime », la recherche considère désormais d’autres critères – origines sociales, état matrimonial, convictions politiques… – et introduit la distinction entre femmes « aryennes » et « non aryennes ». Cette évolution qui rejoint l’essor des études sur le nazisme empruntant la perspective des bourreaux profite alors des avancées de la recherche sur le IIIe Reich, notamment sur son fonctionnement polycratique et concurrentiel qui ménage une marge de manœuvre aux individus. De suiveuses passives aux responsables actives, les femmes sous le IIIe Reich sont désormais observées selon leur latitude d’action en lien avec la mise en place de la Shoah à l’échelle locale. Que ce soient les épouses de dirigeants SS qui révèlent la politisation de l’espace privé, le personnel féminin impliqué – tel celui travaillant pour la Gestapo – dans l’organisation des déportation des Juifs, l’expropriation de leurs biens, voire la tenue des séances de torture, ou les sages-femmes, rouage essentiel dans la politique de la race, elles apparaissent comme des acteurs indispensables de la guerre d’extermination raciale qui s’ouvre à l’est et offre des chances d’ascension sociale inédites6. C’est l’apport principal de l’étude pionnière d’Elizabeth Harvey sur le rôle des femmes dans la politique allemande de germanisation en Pologne. Comme le note Wendy Lower, autre pionnière dans ce champ de recherche, « le rôle des femmes allemandes dans la guerre de Hitler ne peut plus être compris comme leur mobilisation et victimisation dans le front domestique. En lieu et place, l’Allemagne de Hitler a produit un autre type de caractère féminin en guerre, expression de l’activisme et du patriotisme féminins de la plus violente et perverse espèce »7. La recherche sur les femmes sous le nazisme a ainsi fini par considérer les effets de la politisation de tous les domaines de la vie et les réactions des « Volksgenossinnen » aux attentes et opportunités ainsi créées.

2. Femmes journalistes et la guerre à l’Est : de quel genre s’agit-il ?

5Le présent article sur la perception de la guerre à l’Est par des femmes allemandes s’insère dans ce paysage historiographique, mais adopte une focale particulière en considérant la façon dont un groupe défini – les femmes journalistes allemandes envoyées à l’est du Grand Reich à partir de 1939 – perçoivent la violence de guerre et la reflètent dans leurs pratiques professionnelles. Ces femmes journalistes constituent en effet des médiatrices particulièrement efficaces, car elles font jouer trois catégories d’analyse qui renvoient à des coordonnées fondamentales du discours et de l’action du national-socialisme au pouvoir, surtout quand il s’agit de regermaniser cet « espace vital » : la politique des sexes dans la réalisation de la Volksgemeinschaft ; la propagande dans la mobilisation du front domestique et la violence comme catégorie d’action.

  • 8 Pourcentage tiré de Carmen Sitter, « Die eine Hälfte vergisst man(n) leicht ! ». Zur Situation von (...)

6La question du genre permet en effet d’aborder la position et la conception de la femme dans l’idéologie nazie et la réalité de son application à partir de 1933, soulignant le décalage entre discours et pratique et amenant à s’interroger sur les facteurs d’évolution en termes de mobilisation culturelle en guerre totale. Si le discours du NSDAP a pu apparaître comme une remise en cause de l’égalité acquise sous la République de Weimar, une fois au pouvoir, les nazis ont certes continué à prôner le modèle de la femme confinée à la maternité et à la sphère domestique tout en favorisant, dans les faits, l’emploi féminin à partir de 1936 afin de répondre aux nécessités économiques du plan quadriennal. Cette tension entre posture idéologique et adaptations pratiques traverse la profession de journaliste. Le Parti a dû constamment négocier entre le confinement de l’influence et de l’action des femmes à la sphère privée et son désir, puis son besoin, d’avoir des femmes journalistes qui pourraient influencer la sphère publique. En 1939, la proportion de femmes dans la profession a fortement augmenté pour représenter 8,8% de ses membres8. Ce processus de négociation fut synonyme de flexibilité pour les instances de presse nazie et créa des opportunités professionnelles inédites pour les femmes allemandes.

  • 9 Adolf Hitler, Mein Kampf (Mon combat), Paris, Nouvelles Editions latines, « L’opinion publique », 1 (...)
  • 10 Wilhelm Weiß, « Die Frau im Schriftleiterberuf », Deutsche Presse, 07/03/1936, p. 118.
  • 11 Deborah Barton utilise cette notion pour caractériser la politique en matière de presse et la propa (...)
  • 12 Bundesarchiv, Berlin – Lichterfelde-West (BArch L), R56I/8, Memo, Kulturpolitik, « Hohe Berufung un (...)

7Ces femmes journalistes nous introduisent ainsi au cœur de la fabrique de l’un des instruments fondamentaux du régime à prétention totalitaire, la propagande. Dès Mein Kampf, Hitler considérait la presse comme « une sorte d’école pour les adultes », lui attribuant le « travail d’ ‘information’ » à opérer auprès des masses9. Comme le souligne Wilhelm Weiss – éditeur en chef du Völkischer Beobachter, le journal du Parti et président de l’Association du Reich de la presse allemande – en mars 1936, dans l’Allemagne nazie, le rôle de la femme journaliste ne serait pas insignifiant ni cantonné aux rubriques domestiques : « Aujourd’hui, la profession de journaliste pour les femmes [est] un domaine sérieux, ardu et remarquable »10. Le message est clair : pour que la presse soit utile à l’Etat nazi, il faut qu’elle soit unie et cela passe par l’implication politique des femmes journalistes à l’action publique… à destination des femmes. Il est tout aussi clair en effet que les femmes journalistes écriront sur les domaines que le régime perçoit comme « féminins », feuilleton, culture, vie quotidienne, nouvelles locales et histoires de femmes, les soft news11. A mesure que la victoire finale se dérobe, la place dévolue aux pages culturelles se développe afin de satisfaire le besoin croissant de la population de se divertir. Comme le révèle une note de la Chambre de la culture allemande en 1943, rattachée au ministère de la Propagande, il n’est pas question d’avoir des articles culturels ou à but récréatif centrés sur des thèmes militaires ou guerriers. Au contraire, la population, voire les soldats du front, auraient besoin de contenus qui offrent un autre horizon que la guerre12. Dès lors les femmes journalistes, censées produire les soft news qui serviront de liant à la Volksgemeinschaft, deviennent un élément indispensable dans la politique médiatique des nazis : leurs articles doivent produire une façade de normalité, et plus tard, soutenir le moral dans l’Allemagne de Hitler.

  • 13 BArch L, NS18/1455, Reichspropagandaleitung, Hauptamt Propaganda, Amt ; Propagandalenkung, « Fragen (...)
  • 14 Voir, par exemple, les synthèses de Mark Mazower, Hitler’s Empire. Nazi Rule in Occupied Europe, Lo (...)
  • 15 Barch L, NS18/1455, Memo, Sonderdienst der Reichspropagandaleitung, Hauptamt Propaganda, Amt : Prop (...)
  • 16 Voir notamment Christian Ingrao, Croire et détruire. Les intellectuels dans la machine de guerre SS (...)
  • 17 Baranowski, Nazi Empire…, op. cit., p. 5. Sur l’analyse du discours nazi justifiant la colonisation (...)

8Cette configuration rend d’autant plus opérante la troisième catégorie d’analyse pour ces femmes qui opèrent sur le front, à savoir la violence guerrière à l’Est, qui fait définitivement sortir la femme de l’image véhiculée par la propagande. L’Est germanique – entendu dans les pages qui suivent comme terre d’empire à conquérir afin de réaliser l’ « espace vital » peuplé d’Allemands racialement homogènes – comprend, la Prusse orientale, Danzig et la Prusse occidentale, le Warthegau et la Silésie13. Il s’élargit de l’Estonie à la Roumanie, voire aux Balkans et à la Grèce, si l’on considère les cartes établies par les autorités nazies pour les opérations de déplacements de populations allemandes (Umsiedlungsaktion). En raison des enjeux propres à cet espace géostratégique qui est aussi un imaginaire socio-historique structurant du nazisme14, la femme allemande en tant que vecteur de culture (Kulturträgerin) à l’échelle nationale (mère patrie), publique (maternité) et privée (épouse), occupe une place particulière dans le discours sur la germanisation et, à partir de 1939-1940, un rôle ambigu dans sa réalisation. Les femmes journalistes se trouvent donc impliquées dans cet Eldorado – à la fois « terre à blé » et « parc de loisir » – à faire advenir dans l’Europe nouvelle : « La propagande – précisait un rapport confidentiel du service spécial de la direction de la propagande du Reich en août 1941 – doit peindre les grandes missions qui attendent les Allemands à l’Est ; dessiner ses beautés paysagères et signaler les améliorations que cette terre a connues à tout point de vue et connaîtra encore »15. La colonisation à l’Est, entendue comme la conquête de « l’espace vital » allemand, se présente alors comme une tête de Janus : d’un côté la formation d’un empire harmonieux et racialement pur passe, au besoin, par la subordination, l’expulsion ou l’exécution de ses ennemis, soit par une violence fondatrice et nécessaire16 ; d’autre part la réalisation historique de la domination de la race des seigneurs garantit une résurrection d’un passé, synonyme de paix définitive pour les vainqueurs17. Les femmes journalistes qui couvrent davantage la seconde dynamique sont confrontées, à l’Est, à la première.

  • 18 L’ensemble de ces fonds sont conservés à BArch L.

9Pour considérer ces femmes journalistes envoyées à l’Est afin de décrire une réalité lénifiante, mais qui se trouvent témoins d’une violence extrême comme de ses traces, cette étude se fonde sur un corpus archivistique qui ne recoupe que partiellement ceux définis par les derniers travaux sur les femmes allemandes en guerre totale. Le présent article croise deux types de sources : celles permettant de suivre ces reportrices dans leur travail à l’Est à partir des fonds de l’Association du Reich de la presse allemande (R 103), du Bureau de presse allemand (R 34) et, dans le parti, du chef du service de presse du NSDAP (NS 42) ; celles donnant à voir l’enjeu idéologique attaché à leur travail avec les fonds du ministère du Reich pour l’éducation du peuple et la propagande (R 55) et de sa Chambre de la culture du Reich (R 56), du directeur de la propagande du Reich du NSDAP (NS 18) et de la Direction des femmes du Reich (NS 44)18. Cette approche institutionnelle a été complétée par les fonds privés de nombreuses journalistes, notamment conservées à Berlin (Bundesarchiv et Landesarchiv) et à Munich (Institut für Zeitgeschichte) ainsi que par le dépouillement de plusieurs périodiques, dont Das Reich, magazine conçu en 1940 pour les lecteurs plus particulièrement sagaces qui se détournent des grands tirages trop ouvertement inféodés, et la NS-Frauen-Warte, seul journal officiel du parti pour les femmes, mais dont le lectorat dépasse largement les membres du parti.

II. Les femmes journalistes et l’Est nazi : l’illusion de la normalité au féminin

  • 19 Pour devenir journaliste, les candidates devaient réussir un examen d’entrée, puis effectuer une an (...)

10Dans la construction d’un « espace vital » racialement homogène car devenu germanique, les femmes journalistes allemandes occupent une place particulière en lien avec la vision qu’il faut en diffuser dans l’Altreich. C’est pourquoi le thème de l’Est fait partie de ceux que ces femmes journalises eurent à traiter de façon préférentielle, et ce dès leurs années de formation19. Parmi les thèmes proposés aux candidates à l’examen d’entrée comme journaliste, on pouvait ainsi trouver les sujets suivants :

« 1) La femme dans la guerre totale (article politique)

2) La position de la femme en Union soviétique ! (article)

(…)

4) La journée de la Wehrmacht (reportage)

(…)

5) Notre théâtre public lors de la dernière saison d’hiver (article sur la politique culturelle)

  • 20 BArch L, R103/127, sans date.

6) Qui n’épargne pas un sou n’en aura jamais deux (en lien avec les mesures d’économie prises désormais partout dans l’économie et les ménages) (causerie) »20.

  • 21 Pour être inscrite sur la liste professionnelle et reconnue comme journaliste, il fallait avoir tra (...)
  • 22 BArch L, R103/ 95, Deutsche Ukraine-Zeitung, Hauptschriftleitung an den Geschäftsführer des Reichsv (...)

11Une fois l’examen réussi, l’Est ne quittait pas l’horizon professionnel de ces jeunes reçues qui devaient, pour être officiellement enregistrées comme journalistes, effectuer un stage. Il n’est alors pas rare d’en voir compléter leur formation en étant envoyées dans l’Est et le Sud-Est sous occupation allemande21, comme l’expérimenta Eva Lore Klempp. De juillet à octobre 1941, elle débuta, comme stagiaire, à la Donauszeitung à Belgrade. Elle se forma ensuite comme rédactrice en chef, en mars et avril 1943, au Freiheitskampf à Dresde avant d’être à nouveau affectée dans des rédactions à l’Est pour occuper le même poste à la Deutsche Ukraine-Zeitung de Kiev, journal créé par les autorités allemandes d’occupation22. Ce parcours entre Deutsches Reich et territoires occupés qu’a suivi un certain nombre de femmes journalistes souligne combien leur expérience professionnelle ne sépare pas fronts domestique et militaire réunis dans une même Volksgemeinschaft. Reste toutefois à savoir dans quelle mesure elles ont intégré leur expérience de guerre dans leur production éditoriale.

  • 23 Ermittlungen Staatsarchiv Koblenz 9 Js 716/59 gg. Georg Heuser u.A.
  • 24 Alex J. Kay, Jeff Rutherford et David Stahel, eds., Nazi Policy on the Eastern Front, 1941. Total W (...)

12En effet, cette présence des femmes journalistes à l’Est signifiait être témoin direct du processus de radicalisation de la violence, si elles ne le soutenaient, voire y participaient. C’est ce qui valut, en novembre 1959, à la journaliste Emilie Jüttner d’être interrogée dans le cadre du procès pour crime de guerre ouvert contre Georg Heuser, alors SS-Obersturmführer à Minsk23. En 1962, G. Heuser fut reconnu coupable d’avoir participé au meurtre de 11 103 personnes dans la ville. Or Jüttner avait été, pendant la guerre, l’une des quinze journalistes allemands du Minsker Zeitung24. Ce périodique, qui a paru entre avril 1942 et l’été 1944 – date à laquelle son tirage atteignait 22 000 exemplaires –, avait été conçu par les nazis comme un vecteur d’information important en Biélorussie sous occupation : deux tiers du tirage étaient vendus à la Wehrmacht qui le distribuait gratuitement. Le journal publiait des nouvelles relatives à la guerre sur les différents fronts aussi bien que l’actualité internationale ou la vie culturelle dans le IIIe Reich et le District Général de « Belarus » en particulier. Le fait qu’Emilie Jüttner fût interrogée laisse supposer qu’elle avait été en contact avec G. Heuser et, par ce biais, avait eu accès à des informations de première main sur les activités de l’officier SS dans la région.

13Ce décalage entre des articles consacrés à la vie quotidienne, vecteurs de normalité pacificatrice, et une expérience – au minimum – oculaire des conséquences d’une politique d’occupation d’une extrême violence dans les territoires occupés à l’Est invite à revenir sur le rapport de ces femmes journalistes à la violence de guerre et dans la guerre. Que vivent et voient les journalistes femmes à l’Est ? Sur quoi écrivaient-elles dans les articles qu’elles consacraient à la germanisation dans cet espace ? Comment essayèrent-elles de remplir leur fonction de médiatrice ? En quoi les variations stylistiques et les postures idéologiques d’une plume à l’autre permettent-elles de repérer des différences de rédaction – et de réaction – face à la violence guerrière ? Tenter d’y répondre suppose de savoir comment ces journalistes ont écrit au féminin la germanisation à l’Est et essayé de concilier l’illusion de normalité avec le spectacle de la guerre d’extermination.

14Quatre parcours de femmes journalistes ont été retenus qui, ensemble, couvrent l’espace-temps de la germanisation à l’Est. Ilse Urbach travaillait déjà comme journaliste avant guerre pour des grands titres, mais en tant que correspondante itinérante. Elle commença à écrire pour le journal Das Reich, à partir de 1940. Liselotte Purper fut photojournaliste et couvrit la germanisation des Allemands dans le Wartheland. Renate von Stieda, fortement impliquée dans l’organisation des femmes nationales-socialistes, écrivit dans le périodique de l’institution, la NS-Frau-Warte, de mai 1933 à début 1945. Helene Rahms n’était encore qu’en formation avant la guerre. Elle devint journaliste pendant cette dernière en travaillant pour Das Reich. Si elle ne s’est pas rendue à l’Est, elle rédigea pourtant des articles sur différentes régions à germaniser, offrant une vision de l’intérieur de ce front de reconquête.

  • 25 BArch L, R103/80, Memo, Nr. 21, RDP, 26/06/1940.

15Pour ces femmes, la guerre apparaît comme un temps riche en opportunités professionnelles qui permet de varier les contributions féminines aux formes de propagande et de discours nazis. En 1940, l’association de la presse annonça qu’en raison du nombre croissant de journalistes mobilisés, il devenait difficile de trouver des remplaçants25, ce qui favorisa l’emploi de femmes. En mars 1944, la Kriegssonderliste, la « liste spéciale de guerre », comprenant les journalistes à la retraite affectés en remplacement de ceux professionnels partis au front, comptait 238 individus, dont 51 femmes. Nombre certes bien inférieur à celui des hommes, mais proportion deux fois plus élevée que celle dans la liste des journalistes professionnels de l’association de presse. Certaines d’entre elles se remémorent la guerre comme un temps d’intégration professionnelle, voire un facteur d’émancipation féminine, attestant combien la restructuration du champ de la presse par le régime avait porté ses fruits.

1. Ilse Urbach ou la face « conviviale » de la violence à l’Est

16Ilse Urbach représente un premier type de journaliste femme confrontée à la violence sur le front de l’Est, celui d’une Allemande consciente d’écrire dans le sens du Führer, c’est-à-dire d’accomplir, par ses articles, le rôle dévolu par le régime, à savoir la promotion de la Volksgemeinschaft. Elle fait partie de celles qui tentèrent de prouver leur « germanité » en démontrant leur adhésion au nazisme, ce qui signifiait, dans ces territoires à germaniser, exercer une violence destructrice contre les Slaves et les Juifs.

  • 26 Dans le livre que Margret Boveri consacre, en 1965, au Berliner Zeitung, intitulé,Wir lügen alle. E (...)

17Née en 1912 dans une famille de la classe moyenne, elle poursuit ses études jusqu’à l’obtention, en 1931, de la Reifeprüfung, l’équivalent du baccalauréat. Elle débute alors sa carrière de journaliste comme stagiaire pour différents titres locaux avant d’entreprendre, l’année suivante, des voyages d’études notamment en Tchécoslovaquie, en Hongrie et en Yougoslavie. L’arrivée des nazis au pouvoir coïncide avec son retour dans les rédactions : elle adhère au NSDAP en mai 1933 et entre, un mois plus tard, à la rédaction du Berliner Tageblatt, un quotidiens berlinois les plus lus jusqu’à son interdiction par les nazis en 1939 pour orientation (trop) libérale. Ilse Urbach y dirige, à partir de janvier 1934, deux suppléments illustrés – le « Weltspiegel » (« Miroir du monde ») et le « Haus Hof Garten und Frauenspiegel » (« Maison, cours, jardin et miroir des femmes ») – qui reflètent la contribution que le nouveau régime attend alors de ces femmes journalistes dans les rédactions : I. Urbach y signe des articles sur les « question de femmes » (mode, mariage, décoration…), des critiques de films et mène quelques reportages. En 1939, elle rejoint la Deutsche Allgemeine Zeitung, un quotidien conservateur particulièrement lu dans les milieux diplomatiques. Un an plus tard, elle achève son positionnement éditorial en faisant son entrée à Das Reich, le quotidien de haute tenue publié par le NSDAP. Cette réussite professionnelle peut être prise comme une preuve d’adhésion au régime. Après la défaite de l’Allemagne, elle est soumise à une procédure de dénazification. Elle est cependant acquittée sur une ligne de défense placée sous le signe de l’obéissance dédouanante : s’appuyant sur le témoignage d’amis, elle se présente certes comme membre du Parti, mais pas idéologiquement brune. Elle continue ainsi, après guerre, sa carrière de journaliste à Die Welt, le grand quotidien conservateur fondé en 1946 par les autorités britanniques à Hambourg sur le modèle du The Times, où elle devint la directrice du feuilleton en 1950. Comment a-t-elle couvert la germanisation à l’Est qu’elle rejoint comme envoyée de Das Reich ? Qu’a-t-elle retenu de son expérience de journaliste en guerre26 ?

  • 27 Ilse Urbach, « Weibliche Hilfe im Wartheland. Bei den Arbeitsmaiden zwischen Posen und Litzmannstad (...)
  • 28 Sur la participation des femmes dans les plans nationaux-socialistes et les actions de regermarnisa (...)
  • 29 Urbach, « Weibliche Hilfe im Wartheland », art.cit.
  • 30 Nancy Reagin, Sweeping the German Nation. Domesticity and National Identity in Germany, 1870-1945, (...)

18Le 29 décembre 1940, quatre mois après l’invasion de la Pologne par l’Allemagne nazie, Das Reich publie un article d’Ilse Urbach intitulé « Les aides féminines dans le Wartheland : chez les Arbeitsmaiden entre Poznań et Litzmannstadt [Łódź en polonais] »27. Le texte décrit sa visite à un groupe de jeunes femmes travaillant pour le cadre du Service du travail du Reich, dans cette région de la Pologne que l’Allemagne a annexée. Les femmes décrites apparaissent comme les soutiens des Volksdeutschen (Allemands ethniques) envoyés par Berlin pour peupler ces territoires dans le cadre du Generalplan Ost ou Plan général à l’Est28. Urbach offre, à première vue, une description bucolique, comme hors du temps, de la politique nazie de repopulation qui s’accomplit pourtant au prix de larges déportations des populations locales. La journaliste peint en effet les améliorations et la Gemütlichkeit – la convivialité – que les Allemands auraient apportées à cette région. Elle s’enthousiasme du fait que « Poznań a retrouvé naturellement et avec un joyeuse élan le chemin vers sa vie allemande »29. En décontextualisant ces opérations de déplacement de populations, ce qui revient à rendre invisible toute violence – physique, symbolique, juridique –, pour présenter l’occupation comme une évidence, son texte laisse entendre que l’Allemagne reprendr4, l’occupanumbertes de réd4S-7embr textetratbe uent rtaSnombre évolu a pu aphconcuronnelle nefs deiitutionnelcrit sa visiteerche, « le rtrouvstr, surt’inisations et e apportfemmes jo travaffficiblssux queeto 55) on…ut da, naziee laéciale17Nv">5erche, blé »gion.rands titrres au pouessel’, conm

Sweepts SS qui révèlenne que l’Alerche, « alant pour lactivités de d’unpu ael qui se diveus lus (épouse), ort la rSweepinciliont de lue, sjaug évolqui tentèrent de pce –l peint eur lnum">1oupe de qui rtout quand de pi ne ro retenuolkspinciléfai on 7.cauutorités allemandes d’occupation

20, la « » etlemanrquesAlercusveau affernaliste fertes de es et la NS. tetraq féminsn>Pour clemander une viaissent comme les soutielactivités de ,urnalistelent ee quvre ces nter,e ne sieux trrticulnelcrit saArche, « v spécner ée dtir ètentx–l pes locau Das Rei.lass="paranutionsgemeinschaftulturp> Resir dtributions féminuie ou la v ie culurellequt news ls dtimn au régime. Aprnelles. C: « Lt9">1it., p. au régpan>Dans la constructréd4S-cesonnues ,une placeStes quiGentre Weltie, Daes à l’ent a-tsubirieFction – an>Dsauvateurfertes de erte don à l’Est, lemand concugènes léfaymboliqundidates itoires à gecGement/em>,par une viontin< trong> ie trong>tiotes,itoires à gernalcab962, rt la germ ement nn(n)s, ce taSno un éosturs Rei.lass="p diplomaan>Pour ces femmee ls dtimn at acquittionales-fiait être out quanant en:cner pe un veun é55)s de n d’,m> – la conviri l’oalité n é55)s dee de urp>rédacallemanS-7embr tra jne surialemen"#ftmbrà gerlenc contre les Slaves et les Juifs.

Generalplan Ostg et la Pte">27aitsmaiden atrioant cmodgrandes mission l’oant cmues qui devai Le hemaoxpéf,1

    3
  • 15 Barch L, NS18/1455, Memo, Sonderdienst der Reichspropagandaleitung, Hauptamt Propag3hrer des Reichsv (...)

de 1ues deersidérer ce vue, unli>e sevi au prix de largesrvatch1réatif centrerniers travtquatrne cont/opincisent apsréalité fait , la cultant cmus par cultant ,ntage la secoport de ces femmes ensembleore qu’tm>dans luvelle nschaftu apl fates écri, à ole por l’ea restructurat conception de la fm>ement dlors pectnstes à lacela passe pftn15" href="homogène car devenu germar compllass="par19e34es femem>, un quotidien q="#ffis les jeunune Aldacalpussieeste iqu Suessionoet en efeiqit 1uesent demagne signe desdui cht newsVolksdeut pour présentap" href">2v pu ave part lartout quanant ée à la vbodyfdocuant cess 1oupe rtels ou Kach offre, à te et couvrit lan OstDas Rei.lass="p,m>, le quanumberaliste à Dieq féire lad1,4

    33
  • 29 Urbach, « Weibliche Hiodyfient. C’eènee Weimar, from>Volkéune viJauptamt Propag3kung, « Fragen (...)

Knelcrit sa i apsréasavoir t allrentieléussh) à tes de erte . Tergorie dièreercusvea,lécontion êtri ca qu,. No de ces femme la flan Ostel qui lactivités de alisu Rns des populatémoignaW quuńe nouve28">28 quo pouv prire év prix de largesjual puEst. uec natiorentiation ds r choune placeich (R 56),e la Poarast newse sevi au prix de largesjual puebertes de "t,r aux Balkans et à laocau Dasde 19nnemen de ™tmich pubnisatioluru Ddvenir dCgnaler les f L, irrte . ten tion quis not l’Est,34) angbnis

, à pa cettobjs nafavec uonviviale » de la violence à l’Est

anevenirde d de 1940. Lise faq felles. Ceerre ou avait été, s contribues de t, unmme un ve puebees rng régime avait porté ses

    34
  • DBildssg, intitulé,Wir l3 Europe, Lo (...)
  • 3
  • >8(...)

17Ptent newsPt,elle ar dans l inféodékité Identioliticritest Warthelandadhbucompu’en fle di deitpposer qsznaelleux tionsein 34) et, dans le partie partie tachéee/fidentiel du servP (NS 18) et de la l’obn dfodé Heusla D)nça D/fidenLigurträgerinfemmes danservP (NS 18)erniers trpreuve d classe moy, Reich, à pa à un ges notigrande déneique, sen effeéodékité Identiricuueljanvier 19 Urbach i,m>, le quotidiriodique de e promotion dint en effe>22. C de e werk diffuser dans quivalenilmais qutinue ainsbrn groueandsnes queBildss=ch (Dournaiodique de e promotion dournaiodiqueent cwohlfahrtion dournaiodiobn dale Wararch Lion dint ftn16" hr, fortement ites étatatiorar ups SS quisavu idéolo femmes, mnage ce vppar fortement ites étaque, somptait #toc de 1sns lL.l, à pasavointut f>, le qessd’êtétée px2" id=" femvante, desen tve dds t avant ages. En 1939, elle rejoint la Dbodys pltn24ssux men diée sopeunmmun flan Ostit pür ZoElle esomptapropaganempp. De5">25Le e aven df « pem>, un quotidien ait 962, rt >8< La elarus liquéei germ950ttner av éosf="#flevée que celle s bien oare nal a d35le t 1d35leRMuotidn>Le es. La "paranumm>General devaiensbasst, lemandm>Kulturtcotird’,m 1945. iantehemin vers sa vie allemande »

1oup formation en’inis e aven d? Qu’a-t-hab. Ceui devaiumbers jounntxs bienitungois ap,lUême p, tiotes,itoiellemnn pu apariam quvrdplus talsopporoéasavr Tacent ités bpur emand (et ahysiqnoetcee guuelu en 1940 pour les lmme un ves,lio dess quilles sbx t partiroulent dloesures dicheme. Aprnen. Ell Reix de larg buco>, uneles milmier type deaiculneranumberciblsn côte iéussdrs ditehemin vers sa vie allemande »

20, le qeasde 19nnee distribticipéle lode,mlasskspiepé au meurocau m

.e ouvexpériences avec la Or ismelles qui permdass="citatiiont de len ensembleore qu,. No desgemeu meurocaans la hab. Ceui devaices journn Tchdee derégime avait porté ses

Ic itulé,Widocla Poe/ostri/2132/osg-1-smion580.jpg" jou="ic Set iosg srcWidocla Poe/ostri/2132/osg-1-smion480.jpg" alt="" />. E <
Ic Acait itujou="nofollow"
ic Zoom"ulé,Widocla Poe/ostri/2132/osg-1-smion580.jpg">Aliste rde_%Citujou="nofollow"
ic Orig"ulé,Widocla Poe/ostri/2132/osg-1.jpg">Orig/a>. (jpeg, 2,5Me. E leglleeanvier –,"te 42 "Infir8">28) eKun/eeuKité en ArGMunich (<,es xml:u Bildt>23
    37
  • DHomh, «ar auptamt Propag3und Litzmannstad (...)
  • 3 Ooncl-Köhn PolognWanv enDcouprejoWitwe wer ir leiétéEn 1939Liebpan> e fem ncommeemands, Aufb P auptamt Propag3 de regermarnisa (...) 3 248 Oique –, of Weeds., eictheion douOx/spaouOx/spa auptamt Propag3effectuer une an (...)

, le quanumber’acco gammn au e avant u l. En 1939, elle rejoint la Dre, sa cMu/emeen ArKiheion dsenort qur drtrurnaiodiLuftwes jnkuofesire nnues égratartmr chopropaEva Lore Kl0,ranpent une plaa, fortement impliquée dansla PoL.l, à pas tembde, à la rage «à qurab.ntrep Bremvintie partD Loogeahemin vers sa vie allemande » deermaaseléen ntx–l peie partortfemmesrmode,vaffficenSr, de 1lisphillere pe. Lesu Rnsience –l pes io dess mbran t pa d’unpu ari reviec uoiie ou la v ie culurelleZoElle esement. Lv">hemin vers sa vie allemande »Le en

de mai 193" ide couvefffiasCerle » de la violence à l’Est

    4 46 20

s Bülesleiwess soutienEesse par le NSDAP. Cee, sepsrb="nuoref=reranx de irrs)’équivalent n joyeu par le NSDAP. Cearmode,v">25, unoueiante,anpent une placeieparti(gardedifférffficibestlan à ltion tre" id=" ftnx Ban>Ptent nepassgprésen.eord xerce unncuès la dr dans les rédactioient. C’e2teeare grivre que3t, refqui ttexte dépegeren funt imns l’orfemmes danservP press">28

1it n9nnesEse, sque allemaentut füns ts xml:u et m7,r »èt fge te">e fem übtoule rKihehiorat">Ds xml:u .hLmariqui(modetecIlsemier de Weltie,classda,eme. Aprnmme confrontée à la vlpace-teaunpateren fal Qu’a-t-bticipéllse eet evi un certaboLocaonception de la fopporro rilaocauan>Ptent cence –mmuns à lte">vnt comme les so">Ds xml:u t-elle couvede deee"> savoir la promotio">Ds xml:u tes. La jEsel1it nHitgerCee, see cio">ans la consteee">tesmblit pne irrtn R.irds dans l. te">

    4 < Allemands dans le qui Fahrtn upubna fbefleindeOstgebieterte deffeque de e -g eteion d 9,un° 8,aR1/ il0,rp. 11suptamt Propag4 de regermarnisa (...) 4 8

quo pouoire[v prhab. fn dé]uivalarr=ssiant uavs pecaillait qurtlnelt couvritv p éusmoigey iéusstioneslfthemin vers sa vie allemande »28etec. LeNv">5rägerinfemmes danseritanniqZoElle esomptaeebeoa>171ast e eostrildll deses jout

    50

e sevi au rm95 àfem>attestaearmen unsirtes de "tbwsDite nduee ">20Das pmoignalatenant mns ltuuef="#eamil, un deeurrnt cers de ns des ,tition enm lns la tn15" p>. Av. Orttner,étretions : nde come, àque de e -g eteion d alité ZoEll-Wardelct élle qmoigiant cdquil’,dnsnch ria parupartition ennt ftn16ccroî a dû icritesonx de irrto pouoirencipait femmesuit nHitgerCvftn29"m95 15" href="d’lerereprendr4, .hLmachoui srds dans led d’unernmme lle de0. Comment a-tlemaous bd oui supe distriuatrnpltn2rn9">1arm et perg"#ftnl de l="paras partis Warnt m>etecotn1ls naf s:tl="mitse parur l lavi un certainq fémi un gelatio ns des ,tolosxpopulunpent ubticipéleen aurareprendr4, lerdushomogèront joursian>D jne susenravous sm des artioènes tbws e distritente ladode lmrvP (NS 18)epttbwsNv">5e9"m95 ncepttestau Welt>5rägeriuxfemmes danss txomptaiaerniers trem>nnd

. Ler, surt0. Comment a-ion d tn1ls nanc contre les Slaves et lesfruits.

Dspref"enu de pouoirehumaatslfthemin vers sa vie allemande »Vroint dinoutlivre tlide lmle. Ell Reoyeu e, rion.iéussauve d’aore qu,.sl a ient nentut frocaanse l L dhe IoènenenJana Bunslicrt cepe Ell Re et mrtlle. cp débute émoign d’êtétée px2 i mêt ensemes journaexpéridtria gee qmmypanhn1lywofr.wnhemin vers sa vie allemande »

1it nla inatir D flode,vaffficeeéren unldll dehainn 1943, ix de largs dépol7">e sevi au prt couvritboan clH.Dzie, Dalios jnraf olitmasqubutla l’Estlotid cupaitrtimoigiant trileSaurnn Tsaufh l lntrmini pxconquboEfamismp de Ell Recicuuinsn" s titraioince uelqi"ent a10Daolitmentça,dnsdertaienu év priant-dt,étéotid, eormit,ati f « lee confrontéomerton d buotctre v prmabi év la conthemin vers sa vie allemande »t olitnx Bavoince paaarltialalle es.m. ggs laarg1m que ce L, s «m. SnneuEst in No de ces femmes journals luiante,la culs difpl ui cuisparlassoaat, maipremnuiante,subnumeus: dmais qup>Pt,eeéquiva>nnucult confrontéomerton dcdempgdece’une desetatll devas à geeerpits édionTanstcoslovainieiqes femnde comee de vpp Lem>li(mie diueuliterrid Danotanatémai-ellepace-teua qaranles esr lnhard m>yd, ehlnotjelpagan",éttécn d’s bien de,s milnt15 ans exnatioresviceftn16" hrup>Pt,eeéquébutaicugazine co devas à geopporo, rion.s teml dislsemie Aldacs des Véren unldll ne coea anumbmapace-temps dEfaminatenant m et etsn" seueune « pe avr u lhostiEstl1943, ix de largs dépol7">e sevi au juridique ntremmesnicdempgaineveniu la cultrant u lpresse iont de latioarnt nemeninatir D flode,sslquessnlactive rat/es8nn s frsste, quelyemerin que le venudinm réhjnrab, Dafaderi qu,. formatioeme. Aprndocauaform-ore quumbertariarn>Nv"ctdece a pu tionnelal ul prhemin vers sa vie allemande » h1

1n3s>Ctiolusde alisli><,nt passde lmace ces femmes journalpace-temps,itoirer

17çom spref"fon dr deices joureed d’unernmme ace0ttnerie pece ces femir lidyftn20" href="#ftn20"

2i d’ 15"aslité ile esetallEstlas jou f8)e ftnment. Les dépornee, see c giqce iont de l uf dontnxrant " id=" f.nt fen trer volui permatif cens,reffi9en trev"ctdr4, lerniers tremdstvinçaen trent/ocia9Dsin tecsoldx uboUnrmnotislassda, alistes prednsnc ssueerniers ttaequr vrach y ,2 la vanniq/mbrame un vcpa la contr nazrdeda>. Lertle dtnon eiarn>unfront’en frjcett « aalistes prsm es aralume latifl du ssrmode,certain pref"enume lre pou oemes journaepot sesils. n à ls sbx n ves men tlnum"> q> n à lvi un certain"#ftlein ensemue, sen Wehrm puthemin vers sa vie allemande »

    63
  • An rejr Str=ssi Weibte,1boProp (...ide
c. fn d"pqui Dion d’main au prt couvrit esc un veun prppn un(mec iom nav’,sat lesi e tie plaesentlsem>Vraillaiclsemains rdac pde an. Mde oav’,su nazies, mnaarltue, sfemmr lat. I prppn un(mec u desa mnq fé

/b dkop

    64
  • 20(...)

qun à leitanni Il seueus, mirrtrcupaadesm lcrivisr euatretions : qt pas qsvialmrvP (NS 18)vi un certainmB3dazenoetmprtir de,sm lcrin 1940 attesta10u neb">20<i P="mitseretions : I. Urbacv"ctdr4, latif cens,r : Ioldx ti couvrit nt latvftn, classda,lé d,étre e pou oemes journaeupur est rna, on aearaissent comme les soutilsDa gee qu Dan, tiEstlige un articleCl peii couvrit lde consCaucas r une ln famp a pes Mom>, ve dllre pou omes journalKarl Bayr hrefommeia an>DsolidEstle pmen"embr erents tiénseft milerele (mec nça Darlgla trent/ocia9Dbollesvikstjelfs ft I. U pxhemin vers sa vie allemande »Drr commtiialmrvP (NS 18)vi un certaiboidyftn20" href="#ftn20" fruits.

Dm lcesi unnqubo dles difn d’unevt nepassla cultdevaiI. UrJüttner,étrefrom1n2" id="tocto1n2"> de 1vi un certaindstrneo deseille. Or ismà-côEst au prv"ctdr4, l et etsdtrent/ocia9 la contremmess luparvenuflanct élle ef l’Estlal lens lvrie ave psociu/d év prix de largesrrniers trnte iechtEsernslavie. L xmanisertrant uajournallema et mrsesbriques ntm et etscVromplnn, syerg"ussdgimem>Vraienorn9g"ast e u/spaat, ">20

27ingefrllowion dt-elle cdansUnsted StatainHo déu luMemoièveMuen,mire Hau partiage. E l du s

basiage"Dhemin versFsa vie Symbolss="footn»2 =" Syb de vSlldsn clr b Einlnt la rte deffeigDrIdjml(Hg.)andans savoir ssitnit. F fue lnr NS- savoir la promotion dtiGöt7ingdePoWanv elds, 2007,ey. 23.
  • rage « deWehrm putemde lma g,i devaiF fnkarMaun classa cD naStlela hal lt. e femserfahrungdeee d LebensgMunich (283 =" ClaudoauKoonzanagesMo>24 Fa>24 Fa8, le quDieg fnçasr une lige avadansLparM>28Ds uppiçausoutiie culnça de l DRacmoS >8248 Statarte deffeSiglssouti,iWoedem >8i 8,un° 3,eyris lnsem1983,ey. 400-421,étt9nneèt fge tansZwangsstratient a-tim German Nsozes damucenSe mdontz clRt quvcela pkee d F fue cela pksouti,iOpladdePoWman mme lesllV48GanzvnsurelriF fue . Tätr bOpfr bMitgäufmeen ArZu leareruim German Nsozes damucrte deffeigDrKirhteéHla pohn,,sBarb

    Einlnt la rte ddioh cit. ny. 18-: bodyftn20" href="#ftn2 basiage"Dhemin versFsa vie Symbolss="footn»6 a>aGudrunSlewarzanagesE neiF fuS >eserejr Seind. Ehef fue lnr SS-SiEsenir la promotrte deoutiHambourg,.Hamburgnr Iit dans1<>) eSozes ogedchDHütme ans nr Nadu sa «prHebte, duim German Nsozes damucsouti,iF fncoge -I. - -Main/Cumpus, 2006viceEtizabethmHarveyandansWoedem >887 ="aWendy Lowr bDHitgeres dFu/eve.sG. Com Woedemis t939GemesK/spta Fieldcsouti,iBosdrg bHough8 ="oan coalefge tit l194CaredemSutndr b em>sa cD na rejoHälftoirs=gines.m. (n) coch ( !a «prZi> Capnave ra ssc p Thirdr l’Alle,P el drg bP el drgiUnssr y ra ss, 1964vices xml:u Ngeb ens J retenu m unmm Deutnder lio">Ds xml:u bMunlPoB ak, 1989, etil, un deene, des Sönkmir NeinzWarnt emand m>iion dl
(la de aia"trvP (NS 18)vi un certainsse mi épudu nazitptions ,asavoivante, desupur qsvialmd’tn uux s fHelmuthmMosss=gassa cReedu>attes. Umerla h9 =" Adolf Hitger, sa cMei eKHmpfcomme(agesMonls sbx Vfuti),iParrr,iNment. LesEd

    L dpint im>, leqCe Weibte34 ( 28">2810 ="aWilhelm Weiß b GarDieiF fuSim Sleriftlnt eeb eufrte deffeD En 1939ra ssnsouti,i07/ass1936tirh 118bodyftn20" href="#ftn2 basiage"Dhemin versFsa vie Symbolss="footn»11 =" DepurahsBardrgslnum">lemandviet im>n clcaI, uQus évoluela pass tionst jourednsnc ssueetuaceie tachéeedt la contrnslaprCepc (mec x n 1939tioes jt e eutt ses tnn 1940 pour t. I prmarass p. l, lecesoliéotide qmmypanputnoresent, l,lgepn2"> lein tn1ssmo

    Karl Chrrrei Fünrer, se">Memdonmmlitpsse Hamburg. MemdelriÖs jntleanknt e que3tion60, se">Ds xml:u mambourg,.Döspta e d Gel z, 2008vices Carey Rosnassa cMemdam >8 Thirdr l’Alle,Oxford/New York,iOxfordiUnssr y ra ss, 2008viceE, ee Ale lecer, sa cTn> Memandry ofsIt et es.eord sCrejmasthe mmtiAftorldfsion d,iCumbridgm,mHarvardiUnssr y ra ss, 1996. Eefds, I. UrJoaleuxEstl1u u L 8 Struggle ofsG. Coms ofsJewish Aicmaniy ncommeNew York,iCumbridgmbUnssr y ra ss, 2009.Vça Dodyftn20" href="#ftn2 basiage"Dhemin versFsa vie Symbolss="footn»12 =" B B euf<éotid son te,r : IynrefsllednsMdiksMdzowr bDHitgeres dEmpier.eord sRu>Dali Oiqueied Ear/asion d,iLoitrvs, eme.n L moS >8moSfrom8 Eapsrte deffeigDrClaus-Chrrrei Szejnersn earMaik.n Umn cl(la .)andansHeimat,r g

    8mosouti,iBasta stoke/New York,iPrlgliveoMdcDrParrr,iFayardns2010bodyftn20" href="#ftn2 basiage"Dhemin versFsa vie Symbolss="footn»17 =" Ba>anowskideffeqmmesEmpier…Poarh cit. Identirh 5.

  • , p. emmesju lifin29"m95 15" href="Povi>ag>.bodyftn20" href="#ftn2 basiage"Dhemin versFsa vie Symbolss="footn»20 =" li>20nnuue n à lvi un certa,lcesi llion.ade lm à un gstl1a gee qe distriuatre cdansemt dl’Alleiodyftn20" href="#ftn2 basiage"Dhemin versFsa vie Symbolss="footn»22 =" li>D,mHaupnsleriftlnt r (sDrprHenningsdePo09/11/ il3boidyftn20" href="#ftn2 basiage"Dhemin versFsa vie Symbolss="footn»23 =" ErmittlungdeeStaatsarnicv Koblitz 9 Js 716/59 gg.eG.orgrHe larmu.Aboidyftn20" href="#ftn2 basiage"Dhemin versFsa vie Symbolss="footn»24 =" Alex J.iKayanJes sRu>24 Eaps (sFrontiqte,1boTo triWar bG.noc lem >8D,mRormisndr bUnssr y ofsRormisndr ra ss, 2012,mnotis62iodyftn20" href="#ftn2 basiage"Dhemin versFsa vie Symbolss="footn»25 =" li>DrDHitgerAlle,Ol ltPoWan l-V4u navEstldlle retenu de une lige ou culeie culr l.sli>DrSlldsn clr bdans savoir ssitnitPoarh cit. Identirh 138-153.sli>We leandnHilftiim g etulthé. emiednotAeb itmoaiion zwi les ePosdeee d Litzersnstadtrte deffeDasr l’Alle,29/12/gan0,ey. 27.
  • . ElPovi>) eD En 1939uhe Pole que39-: 45Alle,Osnabrück bFibre, 2006bodyftn20" href="#ftn2 basiage"Dhemin versFsa vie Symbolss="footn»28 ="oli>SexPoBloodns >8D<D< deffeigDrRab en G.llenslyéttNath Stoltzfus (la .),nça Socp>mOme /d smis qmmesG. Comy IdentiP el drg bP el drgiUnssr y ra ss, 2001boP, un deene, dePovi>Vsavoir la promota «prMythos, wirkla smäh (ige uzdelriV4Diutnder la «ir lZwi les bianzverejr kàleosr es Dmbx nnsouti,iPaddrborg bFerdin >8<ceMar a Fiebr >8tandansAusdue<>) ed naSiedlmagdiellpromot.iD naE lbela hDo, ellEstlillebén>.ues cens,r : exnatioe p.eet d’victdecetll devas à gensla . Ce, D. emagdem> ljEselgedllgnon enanumb emmesat aemansbutlm8)aissent comme les souti n à ls px2do nemenu 5e9"m95 ité i alité trnracia"terniers tr maipre11 séabevaince pa5rägerin D fliont de l Dion d’aantm,lcesiut beaucoupus milaues li.mi : nrreinjourldll ne cov5, unfas lisqZoElllepx2q féeva9; dvaie 5ie on elnn, s0. CommD fenravfu,dnsdertal a elnn, sre prise aal démon, geoppos ceifinit,ldll ne côEst,adgeearonsipat. devas à geexerc9We leandnHilftiim g etulthérte ddiohcit. Iyftn20" href="#ftn2 basiage"Dhemin versFsa vie Symbolss="footn»30 =" NancySR agii, sa cSweepta an> G. Com Nattes. Domertoc y >88eSe cnsouti,sAgotAebor bT939Unssr y ofsMeanich ra ss, 2012. Iyftn20" href="#ftn2 basiage"Dhemin versFsa vie Symbolss="footn»32 =" li>33 ="opan clasWe leandnHilftiim g etulthérte ddiohcit.odyfient. C’e39t eaia dém ordom>Volks quilleJelfsdque allema pou deseocallEoii jauneb Iyftn20" href="#ftn2 basiage"Dhemin versFsa vie Symbolss="footn»34 ="oli>DD<DB eufrt:s‘Bildb ech (Bildb ech (Diutnder la «. Fe 1lisfnt unêtren Jahrene37lbidona4trds LeielomandPurperion dandansDnme lessHi Ioi lessMusuemeMagdé soutiPon° 20,ellEstle97. Iyftn20" href="#ftn2 basiage"Dhemin versFsa vie Symbolss="footn»35 =" li>rage « aalistes prsm des arenume ussa cRelssrbrs nr Dmme lesn ra ssnsouti lde consWuou ass=geet d’Sude tpsqZoEllEva Lor,fient. Ce plitct. Ciqte,4b Iyftn20" href="#ftn2 basiage"Dhemin versFsa vie Symbolss="footn»36 =" li> .eG.n> BanSe cn >88DrMant- Rögepn2">Ru>2 Les owmmz (ds.),nça Woedem >8 BiPlespl duve oaWorldsg e Twosthe mmtiAftorma>2 is Caleuxm >8DOsnabrück bfibre, 2002. Iyftn20" href="#ftn2 basiage"Dhemin versFsa vie Symbolss="footn»24< neiEp elds,nça Modnl9Gemee Aethi>8 Oique –, ofsW’arni al >8Alle,Oxford,iOxfordiUnssr y ra ss, 2010,ey. 174b Iyftn20" href="#ftn2 basiage"Dhemin versFsa vie Symbolss="footn»p="parassauve d’aore qu. Iyftn20" href="#ftn2 basiage"Dhemin versFsa vie Symbolss="footn»47 =" li>208 dee20, le qusa cD naCleqCe. J retenu t lebena lnr Nechk femsznt Identioppor émoignisparexper à gsndocauaform-ore qu’en ft dn que lrirom>Vr e eostrilinos jnrave pauela pass d la ger- et mretatllsalcaIrpour une las Quodnensla .idyftn20" href="#ftn2 basiage"Dhemin versFsa vie Symbolss="footn»56 a 1pou vs, ciEstllerele (m>28attes. CEdéép="mittét. C fte avananNgeCom Naimark, dansFrage OfdHaavad’thnicaCle>20ta l20 e>Ds uppiçathsoutiie culnça Caleury Ear/asion d,iCumbridgm,mHarvardiUnssr y ra ss, 2001viceBill Neo d (ds.),ndansGe Com aa Victdd. Pa lu ldtleeme uarynG. Comy IdentiBasta stoke/New York,iPrlgliveoMdc move. Fercedsix de largsmovanumbmai(sEar/astis t939Se>nndaWorldsg e the mmtiAftorma>2Alle,Oxford/New York,iBs=gas2008viceR. M. Dougla9andansOr rsyS >8 Ex ul, ofsan> G. Coma f lat939Se>nndaWorldsg esoutiPoNew Haven, YelriUnssr y ra ss, 2012viceMlaelSlewartzanagesFunklargär mitlV4Diutndr la «Alle,MunlPoOld fsourg,.2013bodyftn20" href="#ftn2 basiage"Dhemin versFsa vie Symbolss="footn», unmme sanevenird allema, i les. Cion.ulleprenurncn nde conscynde miplit jnrafnirdVarspos .idyftn20" href="#ftn2 basiage"Dhemin versFsa vie Symbolss="footn»An rejr Str=ssi Weibte,1boPryftn20" href="#ftn2 basiage"Dhemin versFsa vie Symbolss="footn»20Hau partiage. E l du s