Navigation – Plan du site
Le genre en guerre

« Le mal napolitain » : les Alliés et la prostitution à Naples (1943-1944)

Julie Le Gac

Résumés

Lorsque les Alliés débarquent dans le sud de l’Italie en septembre 1943, la misère provoquée par des années de fascisme et de guerre a contraint des femmes de tous âges et de toutes classes sociales dans la prostitution. Cette sombre réalité qui inspira la littérature confronte les autorités alliées à un problème de santé publique avec l’essor vertigineux des maladies vénériennes et pose la question du contrôle de la sexualité des soldats qu’ils soient européens, américains, coloniaux ou noirs-américains.

Cet article étudie la représentation de la prostitution et les politiques mises en œuvre en 1943 et 1944 par les armées américaines, britanniques et françaises pour contenir l’essor des maladies vénériennes. L’éventail des solutions envisagées, les débats qui opposent souvent médecins et officiers, les oscillations entre principes et pragmatisme font en effet apparaître la persistance d’une peur partagée de la séduction féminine et des conceptions distinctes de la sexualité des soldats. Au-delà, cette comparaison révèle ainsi des modèles distincts de virilité militaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Jesse Glenn Gray, Au combat. Réflexions sur les hommes à la guerre (traduit par Simon Duran), Paris (...)
  • 2 Mary-Louise Roberts, What soldiers do: Sex and the American GI in World War II France, Chicago, Uni (...)

1« Quiconque s’engage dans l’armée pour la première fois ne peut qu’être étonné de voir à quel point les soldats ont l’esprit accaparé par les femmes et plus particulièrement par l’acte sexuel1 », observe le philosophe Jesse Glenn Gray, officier de renseignements américain en Italie. Flirter, rendre visite aux prostituées, voire violer : « c’est ce que font les soldats », considère de manière provocatrice l’historienne Mary-Louise Roberts dans son étude consacrée aux GI’s américains lors de la Libération de la France2. Les femmes occupent les pensées de ceux qui sont alors confinés dans un univers essentiellement masculin et confrontés quotidiennement à la violence et à la mort.

2Débarqués dans le Sud de l’Italie en septembre 1943, les soldats alliés sont dès le mois de novembre contraints par la Wehrmacht à une éreintante guerre de positions dans le massif montagneux des Abruzzes. Dans le froid et la boue, leurs assauts répétés se heurtent à une solide défense allemande et provoquent de nombreuses pertes. Aussi, les permissions à Naples, principale base arrière des armées alliées jusqu’à la libération de Rome en juin 1944, sont particulièrement attendues. Des centaines de milliers de soldats américains, britanniques, canadiens, néo-zélandais, hindous, français ou encore nord-africains déambulent dans la capitale du Mezzogiorno à la recherche de repos et de distractions leur permettant de s’évader, un temps, de la réalité brutale des combats le long de la ligne Gustav. Nombreux sont ceux qui partent alors en quête d’une relation sexuelle, qu’il s’agisse d’une romance, d’un badinage, ou du recours à la prostitution.

  • 3 Alain Corbin, Les filles de noce. Misère sexuelle et prostitution au XIXe siècle, Paris, Flammarion (...)
  • 4 Sur le rôle attribué à l’armée et à la guerre dans la formation de modèles de virilité, voir Raphaë (...)
  • 5 Sur cet aspect, voir notamment Edward H. Beardsley, « Allied against Sin : American and British Res (...)

3Considérée comme un fléau ancien mais aussi comme un mal nécessaire, notamment pour protéger la vertu des jeunes filles de bonne famille3, la prostitution est alors souvent tolérée. En milieu militaire, lieu de prédilection supposé de formation de l’identité masculine4, le préjugé largement partagé selon lequel le maintien de relations sexuelles serait indispensable au bon moral des soldats, renforce encore l’acceptation du recours à la prostitution5.

  • 6 Sur l’histoire du gouvernement militaire allié en Italie, voir : Harry L. Coles, Albert K. Weinberg (...)

4À Naples, cité profondément affectée par les combats de septembre 1943, les pénuries causées par le fascisme et les destructions opérées par les Allemands avant leur départ, la misère aussi contraignent de nombreuses femmes à la prostitution. Le phénomène prend d’emblée une telle ampleur qu’il devient un objet de grande préoccupation pour le gouvernement militaire allié [Allied Military Government, AMG] qui administre les territoires libérés avant le rétablissement de la souveraineté italienne6. Au-delà du nécessaire contrôle des interactions entre les soldats et la population civile et de l’attention portée à une bonne tenue des troupes, la rapide propagation des maladies vénériennes pose en effet un problème de santé publique et exerce une menace sur l’efficacité des troupes. Aussi la peur du péril vénérien l’emporte-t-elle sur la tolérance de la prostitution et les femmes, accusées d’être responsables de ces maux, deviennent l’objet de toutes les suspicions.

  • 7 Sur les motivations des soldats britanniques pendant la Grande Guerre voir Clare Makepeace, « Male (...)
  • 8 Sur la dimension coloniale et raciale de la prostitution, voir Christelle Taraud, La prostitution c (...)

5Fondé essentiellement sur l’analyse de sources militaires telles que des rapports du commandement, des médecins ou encore du gouvernement militaire allié, cet article ne prétend pas saisir la réalité de la prostitution à Naples au cours de la campagne d’Italie, le vécu des femmes prostituées ou encore les motivations des soldats7, mais se propose d’étudier la représentation du phénomène et les politiques mises en œuvre par les armées américaines, britanniques et françaises pour contenir l’essor des maladies vénériennes. En quoi les débats entre officiers d’active et médecins sont-ils révélateurs de leurs conceptions de la sexualité des soldats ? Que nous apprennent-ils sur leur représentation de la gente féminine d’une part et sur leurs conceptions respectives de la virilité militaire d’autre part ? Il importe enfin d’interroger les dimensions coloniale et raciale de ces politiques menées dans des armées coloniales (pour la France et le Royaume-Uni) ou ségrégationniste dans le cas américain8.

I. Fantasmes et réalités de la prostitution napolitaine

  • 9 Note de service du directeur de la santé publique de l’AMG, Public Record Office (PRO) War Office ( (...)
  • 10 Curzio Malaparte, La peau (traduit par René Novella), Paris, Folio, [1949] 2004, p. 25.
  • 11 Luigi Parente, « Una città contro. La polemica Napoli-Malaparte nel secondo dopoguerra », Italia co (...)
  • 12 John Horne Burns, The Gallery. A bitter Novel of Human Beings Degraded by War, London, Panther Book (...)
  • 13 Jean Ciaux, De Naples aux abords de Florence avec le 6e Tirailleurs marocains, à compte d’auteur, 1 (...)
  • 14 Paul W. Brown, The Whorehouse of the World. Tales of Wartime Italy-Casablanca, Algiers and Sicily, (...)
  • 15 Fifth Army Medical History, National Archives and Records Administration [NARA], RG 112, E. 31, B. (...)

6Grand port de la Méditerranée, Naples souffre d’ « une réputation maléfique9 », comme l’observe un responsable allié. La cité suscite nombre de fantasmes, que la littérature de guerre contribue à véhiculer. Curzio Malaparte, en particulier, brosse le portrait terrible d’une cité décadente. « Des femmes livides, défaites, aux lèvres peintes, aux joues décharnées, couvertes d’une croûte de fard, horribles et pitoyables, se tenaient au coin des rues offrant aux passants leur misérable marchandise : des garçons et des petites filles de huit ou dix ans, que les soldats marocains, hindous, malgaches, palpaient en relevant les robes ou en glissant leur main entre les boutons des culottes. Les femmes criaient : « Two dollars the boys, three dollars the girls !10 », écrit-il dans La peau. Le tableau est peut-être outrancier, aucune archive ne révélant la trace du commerce sexuel des enfants. Sordide, il émut vivement les Napolitains11, mais il témoigne de la fascination, mêlée de dégoût, qu’inspire alors la capitale du Mezziogiorno. John Horne Burns, officier de renseignement américain, décrit également dans son portrait désenchanté de Naples à l’été 1944 « la terrifiante harmonie du chagrin, de la faim et de la saleté12 » d’une ville où les filles sont contraintes de vendre leur corps et où les enfants racolent pour leur mère ou leur sœur. Au-delà des fantasmes et de la littérature, la prostitution qui s’étale au grand jour dans la cité amalfitaine choque. À leur arrivée, les soldats alliés découvrent une ville qui correspond à l’image de Babylone moderne qu’ils avaient pu forger. Naples est devenue « la capitale du vice et de la misère13 », selon Jean Ciaux, un combattant français. Paul W. Brown, vétéran américain d’Italie parle de Naples comme du « bordel du monde14 ». Les médecins américains comparent ce « cloaque historique d’infection vénérienne » à « l’imagerie des damnés conçue par Dante15 ».

  • 16 Sur la misère de la population civile à Naples, voir Antonio Papa, « Napoli : il trauma della Liber (...)
  • 17 Norman Lewis, Naples 44 (traduit par Pierre Giuliani et Iawa Tate), Paris, Phebus [1978], 2003, p. (...)

7La misère provoquée par la guerre contraint en effet de nombreuses femmes à se résoudre à la prostitution, pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille16. En octobre 1943, les femmes se prostituent pour une boite de ration C (une ration de l’armée l’américaine composée de boites de conserve, prête à manger) ou pour un jerrycan d’eau, alors que l’alimentation en eau de la ville a été détruite par les Allemands avant leur départ17. Le phénomène touche des femmes de tous âges et de toutes classes sociales, qui s’efforcent de survivre, au jour le jour, dans les décombres. De fait, des raisons économiques expliquent l’essor de la prostitution clandestine. Les médecins américains observent :

  • 18 Fifth Army Medical History, 1944, p. 71, NARA RG 112, E 31 B. 6.

« Seule une prostituée gagne un revenu qui lui permet de payer le prix toujours plus élevé du marché noir pour se procurer la nourriture disponible. Le revenu de base d’un travailleur italien, par exemple était évalué à environ 60 lires par jour en décembre 1943, alors que le prix moyen d’un kilo de pain atteignait 80 lires. Une prostituée, par ailleurs, qui passait une nuit avec un soldat demandait entre 1000 et 2000 lires comptant. Ce n’était pas la luxure mais la nécessité, ce n’était pas la perversion de l’âme mais l’instinct de survie qui conduisit de nombreuses femmes à devenir des prostituées amatrices, sur lesquelles la législation avait peu d’effet18. »

  • 19 Directive du ministre de l’Intérieur italien à tous les préfets du royaume, le 30 mars 1944, PRO WO (...)

8Le spectacle d’enfants racolant pour leur mère ou leur sœur est certainement le plus choquant. Le ministre de l’Intérieur italien s’émeut ainsi des « garçons en haillons vus approcher les soldats alliés », « une vision douloureuse qui constitue une atteinte à la dignité de ce pays19 ».

  • 20 Sur la dimension exacerbée du problème en Italie voir John Costello, Love, Sex and War 1939-1945, L (...)
  • 21 Fifth Army Medical History, 1944, p. 89, NARA RG 112, E. 31, B. 6.
  • 22 Lettre du général Alexander au général Clark, le 3 février 1944, PRO WO 214/62.
  • 23 Venereal Diseases in the MTOUSA, p. 140, NARA RG 112, E. 31, B 306.
  • 24 Francis Albert Eley Crew, The Army Medical Services. Sicily, Italy, Greece, London, Her Majesty’s S (...)
  • 25 Philippa Levine rapporte les difficultés auxquelles furent confrontés au XIXe siècle les officiers (...)

9Au-delà l’indignation morale, la prompte propagation de maladies vénériennes au sein de la population et de la troupe pose un problème concret de santé publique et représente une menace pour l’efficacité militaire des armées alliées20. Les chiffres qui circulent fluctuent selon les sources et les unités, mais tous sont élevés. En décembre 1943, au plus fort de cette crise sanitaire, les taux de contamination atteignent 119 ‰ par an dans la 3e division d’infanterie américaine et 192 ‰ par an dans la 1re division blindée21 À la fin du mois de décembre 1943, le général Alexander, commandant en chef des armées alliées en Italie brosse un tableau encore plus sombre : selon lui, les taux de contamination s’élèveraient à 85 ‰ par an pour les Britanniques, 256 ‰ par an pour les troupes blanches américaines et 555 ‰ par an pour les troupes de couleur américaines22. L’inflation est saisissante par rapport à l’Afrique du Nord où ces taux ne dépassaient pas 20 ‰ pour les troupes britanniques. De manière générale, les Américains estiment que les taux de contamination pour maladies vénériennes sont de 8 à 10 fois plus élevés chez les troupes noires que les troupes blanches, en raison d’une plus forte prévalence de ces affections dans la population civile, d’accès aux distractions moins aisé et d’un certain fatalisme de leurs officiers23. À l’inverse, les taux d’admission dans des unités médicales pour maladie vénérienne en 1944 sont plus faibles parmi les troupes indiennes (21,16 ‰ par an) que parmi les troupes britanniques (71,17 ‰) ou canadiennes (72,57 ‰)24, comme ce fut constamment le cas depuis le XIXe siècle, ce qui ne manquait d’ailleurs d’étonner les officiers britanniques25.

  • 26 Voir à cet égard Allan M. Brandt, No Magic Bullet. A social History of Venereal Disease in the Unit (...)

10Parce que les malades vénériens encombrent les hôpitaux et ne peuvent participer à l’effort de guerre, les états-majors s’efforcent de contenir le problème. Ils concentrent leur attention sur les troupes blanches. Le faible taux de contamination parmi les troupes indiennes explique logiquement cette attitude. Dans l’armée américaine, en revanche, ce choix trahit le renoncement de l’encadrement à l’égard de maladies qui sont précisément et depuis longtemps associées à la sexualité prétendument exacerbée des populations de couleur26.

II. Circonvenir la menace féminine

  • 27 Sur le statut de co-belligérance, voir Norman Kogan, Italy and the Allies, Cambridge, Harvard Unive (...)
  • 28 Lettre des autorités médicales britanniques à l’AFHQ, le 25 octobre 1943, PRO WO 204/6725.
  • 29 Lettre du responsable des questions juridiques à la base américaine de Naples, le 28 octobre 1943, (...)

11De manière classique, la prévention des maladies vénériennes s’attaque d’abord aux femmes, identifiées comme source première de tentation et de contamination. Alors que l’Italie jouit à partir du 13 octobre 1943 du statut de co-belligérant, un statut qui ne lui confère ni celui d’allié ou d’associé, ni celui d’État neutre, on craint encore la duplicité de sa population27. Classiquement, l’image de la prostituée est ainsi associée à celle de l’espionne au service de l’ennemi, ce qui renforce la méfiance des autorités alliées à leur égard. Lorsque les Alliés pénètrent dans Naples, les maisons de tolérance qui avaient servi aux armées italiennes et allemandes sont toujours en activité. Après un moment de flottement, les médecins américains sélectionnent à la mi-novembre certaines d’entre elles et les réservent à l’usage de leurs troupes. Ils établissent à l’intérieur des stations prophylactiques et la police militaire en surveille le fonctionnement. Chaque homme est inspecté par un médecin à son entrée et envoyé vers un dispensaire en cas d’infection. La hausse continuelle des taux de contamination au sein de la troupe conduit néanmoins à interdire l’accès de ces établissements aux soldats le 27 décembre 1943. L’idée d’un encadrement militaire de la prostitution séduit également les médecins britanniques28, mais le commandement y oppose une fin de non-recevoir. Un tel système mobiliserait trop de personnel, jugé plus utile ailleurs. Surtout, des considérations juridiques et morales l’interdisent : aucun officier britannique ne saurait en effet « adopter une politique de reconnaissance, de contrôle ou de tolérance quelle qu’en soit la forme » à l’égard de la prostitution car c’est contraire aux recommandations du War Department et de l’Army Council, rappelle fermement l’administration29.

12Les autorités alliées envisagent, à l’opposé, d’interdire complètement la prostitution. Mais là encore, des obstacles juridiques sont nombreux : cette décision contreviendrait à la législation en vigueur en Italie, où la prostitution peut s’exercer dans le cadre de maisons closes enregistrées et contrôlées chaque semaine par un médecin, tandis que le racolage est prohibé. L’abolition de toute forme de prostitution impliquerait en outre concrètement l’emprisonnement de nombreuses femmes et imposerait par conséquent aux autorités alliées de trouver une solution pour prendre en charge leurs enfants. D’aucuns imaginent des solutions plus radicales encore pour atténuer la menace incarnée par les femmes :

  • 30 Fifth Army Medical History, 1944, p. 71-72, NARA RG 112, E. 31, B. 6.

« Une méthode plus pratique serait de considérer ces femmes comme de potentiels saboteurs de l’effort de guerre et de les traiter comme des prisonniers de guerre jusqu’à ce que l’AMG et le gouvernement civil local soit en mesure de s’en occuper. Cela peut paraître fantastique de placer plusieurs milliers de femmes en prison, mais ce ne l’est pas. Si 50 000 soldats étaient capturés, la nourriture, les vêtements et un abri leur seraient procurés. Nous pouvons faire de même pour quelques milliers de femmes. Cela permettrait d’accomplir trois choses : premièrement, cela procurerait aux femmes les moyens de première nécessité avant que des agences non militaires ne puissent prendre soin d’elles, deuxièmement, cela leur épargnerait la dégradation de la prostitution, troisièmement, et c’est le plus important d’un point de vue militaire, cela isolerait le foyer d’infection vénérienne30. »

  • 31 Note du commissaire exécutif de la commission de contrôle alliée (Allied Control Commission ACC), l (...)

13La suggestion, d’une rare violence, n’est pas retenue, tout comme celle (non moins violente) de tondre les femmes infectées est rapidement repoussée, car on reconnait qu’elle couvrirait de « ridicule » la commission de contrôle alliée31. Ces propositions témoignent toutefois des schèmes de pensée des autorités militaires : considérées comme source première d’infection, les femmes constituent à leurs yeux une menace qu’il convient d’identifier et d’ostraciser.

  • 32 Ordre du quartier général de la base de la Ve armée américaine, le 26 décembre 1943, Service Histor (...)

14Pouvant difficilement interdire la prostitution et ne souhaitant la contrôler par un système de bordels militaires, les autorités alliées s’attachent à limiter l’accès des soldats aux lieux de prostitution. La zone métropolitaine de Naples est placée « hors limites32 » le 27 décembre 1943. Seuls les militaires cantonnés dans la région ou chargés d’une mission officielle indispensable sont alors autorisés à pénétrer dans la ville, mais ce contingentement révèle rapidement ses limites. Les soldats s’emploient à contourner l’interdiction tandis que les foyers de prostitution se déplacent, pour s’approcher au plus près de la troupe. Lorsque la 3e division d’infanterie américaine s’entraine dans la région de Naples en janvier 1944, en prévision de l’opération d’Anzio (un débarquement au Nord de Rome destinée à briser l’inertie de la campagne d’Italie en contraignant les Allemands à disperser leurs forces), le médecin de la division observe que :

  • 33 Rapport annuel du médecin de la 3e division d’infanterie américaine, 1944, cité par Charles M. Wilt (...)

« des prostituées de Naples déferlèrent vers notre campement par centaines, contournant les gardes et les fils barbelés. Elles établirent leur commerce dans des grottes presque inaccessibles dans les falaises environnantes. Nombre d’entre elles parvinrent à entrer dans le camp en prétendant être des lavandières… Chaque jour des camions ramassaient dans la région où la division était stationnée de larges chargements de prostituées criant et hurlant et les remettaient à la police italienne33. »

15Par son insistance sur le nombre et sur le harcèlement dont se rendraient coupables les femmes en question, ce discours est révélateur des fantasmes qui entourent les Napolitaines, que la misère aurait reléguées au rang de viles tentatrices, quasi hystériques, assaillant d’innocents soldats. Il témoigne également du désarroi des autorités alliées qui semblent dépassées par la situation.

  • 34 Note du responsable des questions juridiques de l’AMG, le 27 janvier 1944, Archivio Centrale dello (...)
  • 35 Ordre du commissaire général de la région 3, le 8 mars 1944, PRO WO 204/6725.
  • 36 Note du quartier général de la Ve armée, le 27 mars 1944, SHD DAT 10P11.

16S’appuyant dans un premier temps sur la législation italienne, qui offre des garanties de contrôle34, les Alliés renforcent les contrôles sanitaires en imposant un examen bihebdomadaire des prostituées enregistrées et en augmentant l’offre de soins. À partir du 10 avril 1944, 500 lits d’hôpitaux sont réservés à Naples à l’observation et au traitement des prostituées. Une solution encore insuffisante car, faute de place et en raison du coût, les prostituées quittent bien souvent l’hôpital sans avoir été complètement soignées. Confrontés à la persistance d’un taux de maladies vénériennes élevé, les Alliés renforcent le 6 mars 1944 le contrôle des femmes comme des soldats. Est ainsi déclaré illégal le fait pour toute personne atteinte de maladie vénérienne d’avoir des relations licencieuses avec un soldat et d’accepter un soldat dans un lieu de prostitution enregistré ou non35. La législation alliée instaure ainsi un statut spécifique pour le soldat auquel tout accès à la prostitution est prohibé. Si en avril, le off limits est levé à Naples, il est toujours interdit aux soldats d’utiliser les transports publics ou civils, de se rendre dans des lieux autres que ceux qui leur sont réservés et de nouer des contacts avec les civils36.

  • 37 Leonard D. Heaton, Communicable diseases transmitted through contact or by unknown means, Washingto (...)
  • 38 Lettre du responsable AMG de la Ve armée au responsable des questions juridiques du XVe groupe d’ar (...)
  • 39 Directive du ministre de l’Intérieur italien aux préfets, le 30 mars 1944, PRO WO 204/6725.
  • 40 Note du commandant adjoint de la prévôté britannique, ACS, ACC bobina 732 A.
  • 41 “Operations of British, Indian and Dominion Forces in Italy. 3 September 1943 to 2 May 1945”, PRO C (...)
  • 42 Lettre du responsable des affaires légales de l’ACC au ministre de la Justice, ACS, ACC, bobina 732 (...)
  • 43 Conférence de l’AFHQ sur les maladies vénériennes, le 17 février 1944, PRO WO 204/6725.
  • 44 Lettre du responsable AMG de la Ve armée au responsable juridique du XVe groupe d’armées, le 24 déc (...)

17Faire respecter cet arsenal juridique constitue une gageure. En particulier, les Alliés ne parviennent pas à juguler la prostitution clandestine, bien plus lucrative : les femmes peuvent demander de 10 à 20 dollars la passe contre 20 à 50 lires dans les maisons de tolérance (une lire équivalant à un cent)37. Les intermédiaires usent de ruses pour déjouer les contrôles policiers en proposant des promenades à cheval aux soldats ou en organisant des rencontres au restaurant « où un repas fait office de présentation avec une prostituée38 ». Pour esquiver les contrôles dans les auberges, certaines passes se déroulent le temps d’une course de taxi39. L’ampleur de la tâche à accomplir désespère les autorités : si la police militaire britannique arrête environ 120 prostituées par semaine en février 1944, cela semble toujours insuffisant pour juguler le problème40. Aussi le quartier général allié fait-il pression sur les autorités italiennes pour augmenter le nombre d’arrestations et crée des brigades des mœurs pour seconder la police locale41. S’irritant de la clémence des tribunaux, la commission de contrôle alliée alerte le ministre de la Justice italien sur les conséquences de la remise en liberté provisoire quasi systématique des prostituées clandestines42. Le médecin de la Ve armée américaine, nonobstant les principes élémentaires d’une justice équitable, s’indigne de la répugnance des tribunaux civils à condamner pour racolage à défaut d’une preuve incontestable. La justice, enfin, prononce des peines jugées trop faibles : les proxénètes encourent une peine maximale de six mois et les sentences rendues sont généralement plus légères43. Celles-ci semblent en outre peu dissuasives : aux mois de novembre et décembre 1943, environ 300 personnes sont condamnées par le tribunal de Naples pour racolage et prostitution, sans pour autant, que l’effet soit visible dans les rues de Naples, observe le gouvernement militaire allié44.

  • 45 History of Venereal Disease Control in the North African and Mediterranean Theater of Operations, N (...)
  • 46 Ibid.
  • 47 http://www.med-dept.com/articles/venereal-disease-and-treatment-during-ww2/, consulté le 5 janvier (...)
  • 48 Allan M. Brandt, op. cit., p. 164.
  • 49 Note de service du quartier général allié, le 16 mai 1944, PRO WO 204/6725.
  • 50 Circulaire du service de santé britannique, le 30 décembre 1943, PRO WO 204/6725.

18Les discours des médecins, officiers et administrateurs alliés trahissent leur peur du péril vénérien, dont les femmes sont jugées coupables. Peinant à contrôler ces dernières, ils s’efforcent d’informer les soldats de ces dangers par une vaste campagne d’éducation et de propagande. Alors qu’à partir de février 1943, le Congrès américain alloue 415 000 dollars à la propagande anti-vénérienne45, au total, environ trente millions de brochures et plusieurs millions d’affiches sont distribués, d’innombrables conférences sont organisées auxquelles assistent environ dix millions de soldats46. Chaque semaine, l’armée américaine publie un bulletin de contrôle des maladies vénériennes recensant les taux de contamination par unité et permettant ainsi d’attirer l’attention des officiers sur la question. Des panneaux routiers, des affiches et des slogans sont exposés dans les lieux de réunion de la troupe : cinémas, toilettes publics, lieux de vie… Une exposition dédiée aux maladies vénériennes est installée près du camp de repos de la Ve armée américaine de Caserta et est vue par plus de 70 000 hommes, tandis qu’une exposition itinérante similaire est adressée aux unités qui en font la demande. Des cartes indiquant la localisation des stations prophylactiques sont distribuées aux soldats. Les hommes ont accès aisément à des kits prophylactiques (composés d’une pommade antibactérienne, d’un morceau de tissu imprégné de savon, d’une lingette nettoyante et d’un mode d’emploi47) et à des préservatifs en grande quantité, ce qui marque un net changement depuis la Première Guerre mondiale, où l’armée américaine s’était refusée à en fournir, afin de ne pas inciter au vice48. Dans certaines unités, les Alliés distribuent des médicaments prophylactiques à tout homme rentrant ivre. Ils songent aussi à rendre obligatoire le port du kit prophylactique mais ils y renoncent, par crainte de choquer les « honnêtes hommes, ayant un mode de vie sain49 ». L’armée britannique encourage également les conversations informelles et le rappel des consignes de prudence lors des veillées organisées avant les départs en permission50.

  • 51 Venereal diseases in the MTOUSA, p. 119, NARA RG 112, entry 31, box 306.
  • 52 History of Venereal Disease Control in the North African and Mediterranean Theater of Operations, p (...)
  • 53 “Hello boy friend, coming MY way?”, affiche de propagande britannique, consultée le 5 janvier 2015, (...)
  • 54 « Essential technical medical data report, MTOUSA » 1er novembre 1944, NARA RG 112, E. 31, box 368.

19Comment toutefois convaincre les combattants qui risquent chaque jour leur vie des dangers des maladies vénériennes ? « Les hommes partis au front depuis un certain temps et notamment ceux engagés au combat avaient développé une attitude très fataliste. Ils étaient constamment exposés à des dangers sur lesquels ils n’avaient aucun contrôle, qui étaient bien plus sérieux que des maladies vénériennes, et il était bien naturel qu’ils ne se sentent pas préoccupés par la contraction d’une telle maladie51 » observent à cet égard les médecins américains. La propagande alliée s’efforce malgré tout d’alerter sur les conséquences durables d’une contamination. Les campagnes d’affichage présentent, à l’aide de photographies soigneusement sélectionnées d’ « ulcères phadégéniques repoussants », l’effet des maladies vénériennes sur le corps humain52. Une affiche britannique invite les soldats à se méfier des jeunes femmes les invitant à les suivre. « La petite amie "facile" répand la syphilis et la gonorrhée qui, si elles ne sont pas correctement soignées peuvent provoquer la cécité, la folie, la paralysie ou la mort prématurée ». Pour donner plus de poids encore à l’avertissement, sous un voile rose séduisant, la jeune fille « facile » est réduite à un crâne terrifiant53. La publicité accordée par ailleurs à l’efficacité des mesures prophylactiques et des traitements tend toutefois à réduire l’impact de ces mises en garde. De fait, l’utilisation de la pénicilline pour soigner les maladies vénériennes à partir de la mi-février 1944 permet de diminuer la durée d’hospitalisation (de 10 jours en moyenne pour soigner une gonorrhée à 3 jours)54.

  • 55 « Big Losses, But Not in Battle », Union Jack (Western Italy edition), no 69, 26 janvier 1944, PRO (...)
  • 56 US Government, “"She May Look Clean--But",” Venereal Disease Visual History Archive, consulté le 5 (...)
  • 57 Affiche reproduite in Allan M. Brandt, op. cit., p. 164.
  • 58 L’idée d’un contrôle accru de la sexualité par le discours médical est notamment avancée par Michel (...)

20Les campagnes d’éducation dénoncent en outre les dangers de la séduction féminine, qui est associée à la dépravation des mœurs et à l’impureté. « Si une femme est facile, vous pouvez être certain que vous n’êtes pas le premier, loin de là. Et à en juger par les rapports médicaux, presque toutes les femmes de ce genre ici sont infectées 55» rapporte l’Union Jack, journal destiné aux troupes britanniques. De même, les affiches américaines invitent les soldats à se méfier des apparences. « Elle a peut-être l’air propre mais… » prévient l’une d’entre elles, représentant une jeune femme au visage angélique56. Une autre, sur laquelle figure une femme à la poitrine généreuse abordant deux soldats attablés dans un bar, avertit du danger d’un « booby trap », un terme qui désigne au sens propre un de ces pièges explosifs particulièrement redoutés, mais qui, en l’occurrence, renvoie au piège (trap) tendu par les seins (booby) de cette femme plantureuse57. La propagande alliée est ainsi guidée par l’idée que toute femme s’intéressant aux soldats, quelle que soit son origine ou son apparence, constitue une menace, tant morale que sanitaire58. Une femme respectable ne saurait, en effet, séduire ou se laisser séduire par un soldat. Cette condamnation morale de la séduction féminine rejaillit également sur les soldats. L’acuité du péril vénérien invite en effet à repenser l’image du combattant viril.

III. Encadrer la virilité des soldats

  • 59 Mémorandum de R Lees, T Young, et DJ Campbell, PRO WO 204/6725.
  • 60 You don’t think, pamphlet du War department, juin 1944.
  • 61 Mémorandum de R Lees, T Young, et de DJ Campbell, PRO WO 204/6725.

21Alors que le recours à la prostitution a longtemps été considéré comme une conséquence logique de la prétendue nécessité pour les soldats de conserver des relations sexuelles, Britanniques et Américains s’attachent à démontrer les mérites de l’abstinence et dénoncent la contraction d’une maladie vénérienne comme une faute morale. « Chaque homme devrait comprendre clairement que mettre en danger sa santé alors qu’on est en service, en fréquentant des femmes de petite vertu, est une disgrâce. Un code élevé de moralité personnelle doit être suivi et tous doivent apprendre que l’abstinence totale de relations sexuelles n’est pas mauvaise pour la santé ou pour la vigueur sexuelle. La fréquentation de prostituées est "une conduite qui ne convient pas à un officier ou à un gentleman" 59», considèrent ainsi Lees, Young et Campbell, spécialistes en vénéréologie de l’armée britannique. « Vis selon les lois morales et religieuses qui t’ont été inculquées, abstiens toi de toute relations sexuelles en dehors du mariage » recommande lui aussi le pamphlet de l’armée américaine « You don’t think » diffusé à partir de juin 194460. Les Alliés s’appuient à cet égard sur les autorités religieuses, telles que le Royal Army Chaplains’Department et la Young Men’s Christian Association pour « améliorer le comportement des soldats61 ».

  • 62 Fifth Army Medical History, 1944, p. 72, NARA RG 112, E. 31 B. 6.
  • 63 Lettre du DDMS à l’AFHQ, le 25 octobre 1943, PRO WO 204/6725.
  • 64 Conférence du 19 décembre 2013 organisée par le XVe groupe d’armées le 19 décembre 2013, PRO WO 204 (...)

22Conscientes du peu de poids de ce discours religieux et moraliste, les autorités préconisent en outre un meilleur encadrement du temps libre des soldats. Proposer des distractions considérées comme saines, éviter le désœuvrement, permettrait aux hommes de mieux contrôler leurs « instincts » « Par la discipline militaire, l’entrainement, l’organisation de loisirs et un moral élevé, on attend des hommes de troupe qu’ils dépassent leurs pulsions instinctives et choisissent d’éviter les contacts sexuels62 », estiment les médecins américains. Aussi les Alliés s’efforcent-ils d’agrémenter le quotidien des hommes lors de leur séjour à l’arrière en augmentant le nombre de restaurants, en proposant des spectacles, des représentations cinématographiques, des combats de boxe et en améliorant le confort des zones de bivouac afin de limiter les désirs de sorties en villes, où ils s’exposeraient alors aux incitations à la débauche63. Le vice appelant le vice, ils considèrent de plus qu’une consommation excessive d’alcool conduit souvent à des comportements que la morale réprouve. Afin de prévenir l’achat de boissons au marché noir où circule de l’alcool coupé avec de l’alcool à brûler, les Britanniques implantent une brasserie en janvier 1944 pour fournir une bière de meilleure qualité à leurs troupes64.

  • 65 Pfc. G. Buckley, artist and Camp Swift, TX, “"There's Our Second Front",” Venereal Disease Visual H (...)
  • 66 PFC Buckley, artist and Camp Swift, TX, “"'You're Doing A Great Job For Us, Honey'",” Venereal Dise (...)
  • 67 « Venereal Disease », affiche britannique, PRO WO 204/6725.
  • 68 You don’t think, pamphlet du War department, Juin 1944.

23À ces considérations morales générales, s’ajoute une condamnation patriotique : en contractant une maladie vénérienne, le soldat rendu par là même impropre au service, se dérobe à son devoir. Les affiches américaines représentent ainsi les maladies vénériennes comme les alliés réels des puissances de l’Axe. L’une d’entre elles met en scène Hitler accompagné de Hiro Hito et Mussolini, pointant du doigt une clinique anti-vénérienne vers laquelle se dirigent de nombreux soldats et s’exclamant « Voici notre second front ! 65 ». Sur une autre affiche, les trois dirigeants de l’Axe se réjouissent à la pensée du nombre de soldats alliés immobilisés à cause d’une maladie vénérienne et félicitent une prostituée : « tu fais du bon travail pour nous, chérie ! 66 ». Au-delà de l’association courante de la prostituée à l’espionne ennemie, la propagande s’attache ainsi à placer le soldat devant ses responsabilités. Une affiche britannique joue sur la culpabilité : « tu as été transporté à des milliers de kilomètres pour combattre les Allemands ou pour aider tes camarades à le faire. Tu n’es pas seulement inutile à l’hôpital avec ta maladie vénérienne, mais tu fais à peu près tout ce que tu peux pour prolonger la guerre. […] Aucun soldat patriote respectable ne prendrait le risque d’attraper une maladie vénérienne, connaissant ces faits. Maintenant, tu es averti67 ». Le fascicule « You don’t think… » représente un soldat coloré en rose tenant sa tête dans ses mains et peinant à suivre ses camarades débarquant sur un champ de bataille. « Une maladie vénérienne peut te mettre hors-jeu. Et cela convient à l’ennemi…68 », commente la légende. En contractant une maladie vénérienne, en étant dès lors incapable de tenir son rang au feu, le soldat est présenté comme moins viril, comme la couleur rose le suggère grossièrement. En se détachant de l’idée selon laquelle le maintien de relations sexuelles serait nécessaire au bon moral des combattants, et en dénonçant la prise de risque que constitue le recours à la prostitution, cette propagande façonne une autre image de la virilité militaire, celle d’un soldat en mesure de porter les armes, d’un soldat raisonnable et responsable à l’égard de ses camarades et de sa patrie.

  • 69 « Big Losses, But Not in Battle », Union Jack (Western Italy edition), no 69, 26 janvier 1944, PRO (...)
  • 70 Mark Harrison, « Sex and the Citizen Soldier: Health, Morals and Discipline in the British Army dur (...)
  • 71 John Tosh, A Man’s Place: Masculinity and the Middle-Class Home in Victorian England, New Haven, CT (...)

24Dans le même sens, la propagande britannique insiste sur les responsabilités du soldat à l’égard de sa famille et des générations futures. L’Union Jack prévient les hommes des dangers auxquels ils exposent leurs proches. « Tu peux t’en sortir. Mais en es-tu vraiment sûr ? La syphilis peut demeurer latente pendant des années. Et si tu attrapes la syphilis ou une gonorrhée, tu ne ruines pas seulement ta santé, mais tu prends le risque d’apporter plus tard, souffrance et misère à ta femme et tes enfants69 ». Ce faisant, c’est non seulement à l’homme, mais aussi, au père, au mari et au citoyen que s’adresse la propagande. Le soldat britannique a des droits, mais aussi des devoirs à l’égard de son pays. La gestion de la prévention des maladies vénériennes au sein de l’armée britannique pendant la Seconde Guerre mondiale témoigne ainsi d’une nouvelle conception de la citoyenneté qui émerge avant la guerre, comme le souligne l’historien Mark Harrison70. S’étend ainsi à l’armée, et partant à toute la société, le modèle bourgeois de la masculinité construit à l’époque victorienne étudié par John Tosh, celui d’une masculinité fondée sur une combinaison des qualités de courage, d’indépendance et d’auto-discipline71.

  • 72 Directive du commandant des affaires civiles (ACC) de la 57e Area, le 9 mars 1944, PRO WO 204/6725.
  • 73 Mark Harrison, « The British Army and the Problem of Venereal Disease in France and Egypt during th (...)
  • 74 Mémorandum de R Lees, T Young, et de DJ Campbell, RAMS, PRO WO 204/6725.
  • 75 Note du quartier général des armées alliées en Italie, le 15 mai 1944, PRO WO 204/6725.
  • 76 Note de R. Lees, le 8 avril 1944, PRO WO 204/6725.
  • 77 Lettre du capitaine Browne aux hôpitaux de la 94e sous-région, le 1er juin 1944, PRO WO 204/6726.

25Si la contraction d’une maladie vénérienne est considérée comme une faute à l’égard de l’armée, se pose alors la question de sa punition. Le commandement y est généralement favorable. « Un homme qui s’expose à une maladie vénérienne appartient à la même catégorie que quelqu’un qui se blesse volontairement afin d’échapper au service et qu’un homme qui se saoule et qui est, par son comportement, incapable d’accomplir son devoir72 », estime ainsi un officier des affaires civiles. Dans l’armée britannique, en vertu des King’s Regulations for the Army and the Royal Army Reserve adoptées en 1940, tout homme suspecté d’avoir camouflé sa maladie est passible de cour martiale. Mais contrairement à la Première Guerre mondiale où, en sus de la suspension totale de paiement pendant la période d’hospitalisation, les permissions pouvaient être refusées pendant une période allant jusqu’à un an73, la contraction d’une maladie vénérienne en tant que telle n’est pas punie. Le commandement exige contre cette atteinte à la discipline des sanctions exemplaires, telles que le retour de la suspension de paiement, le report de la démobilisation de six mois ou la sanction des officiers dont l’unité présenterait un taux de contamination anormalement élevé. Celui-ci constituerait en effet « un échec de la part du commandant à prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé de ses troupes74 ». Toutes ces suggestions sont toutefois repoussées pour des raisons pratiques ou juridiques75. Les médecins y sont également opposés : ils jugent ces punitions inefficaces et même dangereuses car elles inciteraient les soldats à camoufler leur maladie. Or tout retard dans les soins prodigués aux malades est susceptible de compromettre les chances de guérison76. Ils s’insurgent également contre les exhortations du commandement à rudoyer les soldats hospitalisés pour maladie vénérienne. Au responsable administratif de l’armée britannique qui demande en juin 1944 au personnel médical de stigmatiser ces hommes par l’isolement (dans une aile spécifique, des heures de repas séparées), l’allocation de rations de service et non de rations améliorées d’hôpital, ou encore par l’attribution de brancards en lieu et place de lits et draps77, Lees objecte que celle-ci est contre-productive :

  • 78 Note de R. Lees le 8 avril 1944, PRO WO 204/6725.

« Si je reconnais que, de manière générale, les patients atteints de maladies vénériennes ne devraient pas être chouchoutés, je ne peux accepter aucune responsabilité dans leur traitement si les hommes doivent être "traités à la dure". Ces affections sont suffisamment difficiles à soigner dans les conditions des hôpitaux généraux, avec les hommes au repos, et je considère que le résultat de cette proposition serait de tripler ou de quadrupler la durée de traitement et donc de renforcer le manque actuel de main d’œuvre78. »

  • 79 History of Venereal Disease Control in the North African and Mediterranean Theater of Operations, p (...)

26De la même manière, le corps médical américain doit s’opposer à plusieurs reprises aux propositions de punition du commandement79. Dans les faits, le pragmatisme l’emporte sur l’opprobre et sur ce point, les médecins parviennent à imposer leurs vues au commandement.

  • 80 Roland Cabanel, Carnet de route d’un sergent de Cassino, à compte d’auteur, 1978, p. 59-60.
  • 81 Jean-Yves Le Naour, Misère et tourments de la chair durant la Grande Guerre. Les mœurs sexuelles de (...)
  • 82 Christelle Taraud, La prostitution coloniale. Algérie, Maroc, Tunisie, op. cit., p. 340 sq.

27Elle aussi confrontée à la menace vénérienne, l’armée française se distingue par sa politique. Elle se montre d’abord plus libérale dans sa gestion des relations entre les soldats et la population civile. « Pour permettre aux hommes de nouer d’aimables connaissances, leurs permissions sont accompagnées d’un ordre de mission portant la griffe du général Juin. Ils peuvent ainsi pénétrer dans les zones de Naples interdites à la troupe, les "off limits". Cette faveur a le don de faire enrager les MP [Military Police]. Elle provoque la jalousie des GI’s80 », se souvient un sergent français. Par pragmatisme, en outre, les Français instaurent en 1944 un service de prostitution réservé à la troupe. Il s’agit là d’une pratique ancienne dans l’armée tricolore. Dans la Grande Armée de Napoléon déjà, des prostituées suivaient les troupes. À la fin de la Première Guerre mondiale, l’armée française institutionnalise finalement la création de bordels militaires de campagne (BMC) le 13 mars 191881. La mesure suscite certes de fortes critiques, en particulier dans les milieux médicaux, mais elle est considérée comme le meilleur moyen de contrôler l’activité sexuelle des soldats. À cette pratique militaire, s’ajoute une tradition coloniale. Les premiers BMC apparaissent en effet à Alger dès les premiers temps de la conquête, vers 1831, et la pratique se perpétue dans l’armée d’Afrique tout au long de la période coloniale82.

  • 83 Lettre du lieutenant Thévenot au colonel Brygoo, le 2 mars 1944 SHD DAT 10P68.
  • 84 Lettre du général Guillaume au général Giraud, le 27 novembre 1943, SHD DAT 3H2478.
  • 85 Lettre du lieutenant Thévenot au colonel Brygoo, le 2 mars 1944, SHD DAT 10P68.
  • 86 Ibid.
  • 87 Lettre de Juin à Giraud, le 27 janvier 1944, SHD DAT 10P4.
  • 88 Christelle Taraud, « La virilité en situation coloniale, de la fin du XVIIIe siècle à la Grande Gue (...)

28En dépit de la circonspection alliée, les cadres de l’armée française s’attachent à démontrer l’absolue nécessité du renforcement des bordels militaires de campagne en Italie. Ils sont en effets convaincus que les indigènes qui forment 60 % des effectifs tricolores sont habités de besoins sexuels irrépressibles. Le lieutenant Thévenot, officier des transmissions, attire ainsi l’attention de ses supérieurs sur « le fait que les 200 indigènes marocains de [son] unité se trouvent depuis 2 mois et ½ que celle-ci est arrivée en Italie dans l’impossibilité d’assurer normalement leurs fonctions sexuelles83 ». De manière classique, les cadres du CEF invoquent également des arguments prophylactiques. « Les inconvénients que peuvent y voir quelques esprits mal avertis sont infiniment moins graves que le risque de voir les goumiers rechercher dans la prostitution locale officielle ou clandestine la satisfaction de leurs instincts naturels84 », affirme ainsi le général Guillaume, qui commande les goums. Le risque est d’autant plus grand qu’il est, selon le lieutenant Thévenot, extrêmement difficile « d’inculquer aux indigènes les principes les plus élémentaires d’hygiène sexuelle et les habitudes de protection individuelle les plus simples85 ». De plus, les BMC permettraient de diminuer le risque de pédérastie, interdite par les règlements mais qui, « déjà fréquente chez eux en temps normal, leur est le moyen le plus commode pour se soulager lorsqu’ils n’en ont aucun autre à leur disposition86 ». Enfin, l’instauration de BMC est présentée comme un rempart contre les crimes sexuels. « Ce degré d’urgence est en outre souligné par quelques cas de viol qui se sont produits et dont se préoccupent le commandement interallié et l’AMG pour le bon renom des troupes françaises, il est nécessaire qu’il ne s’en produise plus87 », affirme ainsi le général Juin, commandant du CEF. L’ensemble de cet argumentaire légitimant les bordels militaires de campagne, repose ainsi sur une conception de la virilité indigène oscillant entre « deux figures genrées et racialisées – le pédéraste plus ou moins efféminé et le prédateur sexuel – », qui exclut par conséquent l’indigène d’une « virilité « civilisée » ou « raisonnée » à laquelle les hommes sont supposés, en France métropolitaine, adhérer, au moins dans les milieux aisés, à partir de la IIIe République, comme l’ont montré les travaux de Christelle Taraud88.

  • 89 Note de service du général Juin, le 8 juin 1944, SHD DAT 10P7.
  • 90 Lettre de Juin à Giraud, le 27 janvier 1944, SHD DAT 10P4.
  • 91 Note de service du général Carpentier, le 16 mai 1944, SHD DAT 10P68.
  • 92 Instruction du général Léyer, le 2 avril 1944, SHD DAT 10P6.
  • 93 Rapport sur l’état d’esprit du 3e goum marocain, le 25 février 1944, SHD DAT 3H2526.
  • 94 Journal de marches et d’opérations de l’ambulance Spears, juillet 1944, SHD DAT 12P228.

29Si leur renforcement est essentiellement légitimé par la prétendue sauvagerie des combattants de l’Empire français, les bordels militaires initialement prévus pour les besoins des tabors, combattants irréguliers marocains employés pour la première fois en Europe, sont progressivement étendus à l’ensemble de la troupe, y compris européenne89. Pour l’armée française, la virilité militaire implique ainsi le maintien d’une sexualité qu’elle s’efforce de contrôler. Le 1er juillet 1944, ce sont plus de 1 300 prostituées qui accompagnent le CEF. Au nom de la morale et par mesure de discrétion à l’égard des Alliés, le fonctionnement des BMC est très encadré. Car « des raisons raciales font que l’AMG opposerait un veto certain au recrutement de BMC en Italie90 », l’armée enrôle dans chacun des territoires d’Afrique du Nord des prostituées qui sont ensuite acheminées dans la péninsule sur des navires américains. Les femmes qui travaillent dans ces bordels doivent limiter leurs sorties et observer une tenue respectable. Celles qui empruntent des vêtements militaires sont vertement rappelées à l’ordre91. Le commandement entend limiter financièrement l’accès aux BMC en fixant le tarif minimal à cinquante francs92. Cette contrainte demeure cependant relativement faible, car les économies mensuelles réalisées par les goumiers sont estimées à plus de cinq cents francs93. Les bordels militaires de campagne ne résolvent cependant pas la question des maladies vénériennes, notamment car à leur arrivée en Italie, nombre de recrues sont déjà infectées. Les hôpitaux militaires du CEF sont submergés de patients souffrant de syphilis, chancre ou autre blennorragie. En juillet 1944, 4 personnes sur 5 recueillies par l’ambulance Spears sont atteintes de maladies vénériennes. « Le mal "napolitain" s’avère donc particulièrement bien nommé94 », remarque son chef.

Conclusion

30L’ampleur de la prostitution à Naples révèle la profonde misère provoquée par la guerre : misère des femmes, affamées, réduites à la prostitution pour essayer de survivre et de nourrir leur famille ; misère également des soldats, éprouvés par des conditions de combat particulièrement âpres et qui cherchent dans la prostitution un exutoire à leurs frustrations.

  • 95 Sonya O. Rose, “Temperate Heroes : Concepts of masculinity in Second World War Britain”, in Stefan (...)

31La gestion de la prostitution par les Alliés à Naples au cours de la Libération de l’Italie reflète quant à elle les tensions entre commandants d’unités et médecins, les uns attentifs, avant tout, à la discipline, les autres privilégiant la prophylaxie, tous mus cependant par l’impératif de contenir ce qui constitue une menace à l’efficacité des armées. Tous les belligérants s’accordent également pour identifier les femmes comme source première d’infection et de contamination vénérienne, et dénoncent la tentation qu’elles incarnent. Leurs attitudes à l’égard des hommes, en revanche, diffèrent et témoignent de conceptions distinctes de la virilité militaire. Si le recours à la prostitution reste une marque de virilité, comme le logique accomplissement de besoins considérés comme naturels dans l’armée française, chez son homologue britannique, la vertu militaire tend à être identifiée avec une certaine retenue sexuelle. Le péril vénérien incite de plus Américains et Britanniques à exalter une virilité du soldat fondée sur la responsabilité à l’égard de sa patrie et de ses camarades d’armes. À l’idée d’une « masculinité tempérée95 » valorisée en Grande Bretagne pendant la Seconde Guerre mondiale, fondée sur l’idéal victorien de mesure et de respectabilité et construite par rejet de l’extrême virilité nazie, l’armée française prône une masculinité plus abrupte et cultive ainsi la rusticité qui, après l’humiliante défaite de 1940 fonde, en partie, son identité.

  • 96 Note de service du quartier général allié, le 16 mars 1945, PRO WO 204/4951.

32L’ensemble des mesures adoptées par les Alliés pour juguler la prostitution et la diffusion des maladies vénériennes semble vain : en mars 1945, le taux d’infection vénérienne dans les armées en Italie demeure « à un niveau exceptionnellement élevé »96. De même qu’ils ne parvinrent à vaincre la Wehrmacht en Italie, les Alliés échouèrent à circonscrire le péril vénérien. 

Haut de page

Notes

1 Jesse Glenn Gray, Au combat. Réflexions sur les hommes à la guerre (traduit par Simon Duran), Paris, Tallandier, [1959] 2012, p. 107.

2 Mary-Louise Roberts, What soldiers do: Sex and the American GI in World War II France, Chicago, University of Chicago Press, 2013.

3 Alain Corbin, Les filles de noce. Misère sexuelle et prostitution au XIXe siècle, Paris, Flammarion Champs Histoire, [1978] 2010, p. 15 sq.

4 Sur le rôle attribué à l’armée et à la guerre dans la formation de modèles de virilité, voir Raphaëlle Branche, « La masculinité à l’épreuve de la guerre sans nom », in Clio. Histoire, Femmes et Sociétés,  no 20, 2004, p. 111-122 ; Odile Roynette, Bons pour le service : l’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle, Paris, Belin, 2000 ; Jean-Paul Bertaud, « L’armée et le brevet de virilité » et « La virilité militaire », in Alain Corbin, dir., Histoire de la virilité, tome 2 : Le Triomphe de la virilité. Le XIXe siècle, Paris, Le Seuil, 2011, p. 63-82 et 157-202.

5 Sur cet aspect, voir notamment Edward H. Beardsley, « Allied against Sin : American and British Responses to Venereal disease in World War I », Medical History, 20, 1976, p. 189-202.

6 Sur l’histoire du gouvernement militaire allié en Italie, voir : Harry L. Coles, Albert K. Weinberg, Civil Affairs: Soldiers Become Governors, Washington, US Government Printing Office, 1964 ; Charles Harris, Allied Military Administration of Italy, London, Her Majesty Stationery Office, 1957.

7 Sur les motivations des soldats britanniques pendant la Grande Guerre voir Clare Makepeace, « Male Heterosexuality and Prostitution during the Great War. British Soldiers’ Encounters with maisons tolérées », Cultural and Social History vol. 9-1, 2012, p. 65-83.

8 Sur la dimension coloniale et raciale de la prostitution, voir Christelle Taraud, La prostitution coloniale. Algérie, Maroc, Tunisie, Paris, Payot, 2003 ; Christelle Taraud, « La virilité en situation coloniale, de la fin du XVIIIe siècle à la Grande Guerre », in Alain Corbin, dir., Histoire de la virilité, tome 2, op. cit., p. 331-347 ; Philippa Levine, Prostitution, Race & Politics. Policing Venereal Disease in the British Empire, New York, London, Routledge, 2003.

9 Note de service du directeur de la santé publique de l’AMG, Public Record Office (PRO) War Office (WO) 204/3015.

10 Curzio Malaparte, La peau (traduit par René Novella), Paris, Folio, [1949] 2004, p. 25.

11 Luigi Parente, « Una città contro. La polemica Napoli-Malaparte nel secondo dopoguerra », Italia contemporanea, juin 1999, n° 215, p. 304-324.

12 John Horne Burns, The Gallery. A bitter Novel of Human Beings Degraded by War, London, Panther Book, [1947] 1964, p. 196.

13 Jean Ciaux, De Naples aux abords de Florence avec le 6e Tirailleurs marocains, à compte d’auteur, 1966, p. 91.

14 Paul W. Brown, The Whorehouse of the World. Tales of Wartime Italy-Casablanca, Algiers and Sicily, à compte d’auteur, 2004.

15 Fifth Army Medical History, National Archives and Records Administration [NARA], RG 112, E. 31, B. 6, p. 70-71.

16 Sur la misère de la population civile à Naples, voir Antonio Papa, « Napoli : il trauma della Liberazione », in Augusto Placanica, ed., 1944. Salerno capitale. Istituzioni e società, Napoli, edizioni Scientifiche Italiane, 1986, p. 407-448 ; Paolo de Marco, Polvere di piselli. La vita quotidiana a Napoli durante l’occupazione alleata (1943-1944), Napoli, Liguori, 1996. Sur la prostitution à Naples et les rapports entre civils et alliés, voir également Maria Porzio, Arrivano gli Alleati ! Emori e violenze nell’Italia liberata, Roma, Laterza, 2011.

17 Norman Lewis, Naples 44 (traduit par Pierre Giuliani et Iawa Tate), Paris, Phebus [1978], 2003, p. 31-32.

18 Fifth Army Medical History, 1944, p. 71, NARA RG 112, E 31 B. 6.

19 Directive du ministre de l’Intérieur italien à tous les préfets du royaume, le 30 mars 1944, PRO WO 204/6725.

20 Sur la dimension exacerbée du problème en Italie voir John Costello, Love, Sex and War 1939-1945, London, Pan Books, [1985] 1986, p. 303 sq.

21 Fifth Army Medical History, 1944, p. 89, NARA RG 112, E. 31, B. 6.

22 Lettre du général Alexander au général Clark, le 3 février 1944, PRO WO 214/62.

23 Venereal Diseases in the MTOUSA, p. 140, NARA RG 112, E. 31, B 306.

24 Francis Albert Eley Crew, The Army Medical Services. Sicily, Italy, Greece, London, Her Majesty’s Stationery Office, 1959, p. 250-262.

25 Philippa Levine rapporte les difficultés auxquelles furent confrontés au XIXe siècle les officiers britanniques pour expliquer ces différences sans pour autant remettre en cause la primauté de la masculinité britannique sur la masculinité coloniale. Voir Philippa Levine, op. cit., p. 283-285.

26 Voir à cet égard Allan M. Brandt, No Magic Bullet. A social History of Venereal Disease in the United States since 1880, New York/Oxford, 1987, p. 157 sq. Sur les stéréotypes relatifs à la sexualité prétendument exacerbée des noirs, voir Mary-Louise Roberts, op. cit. p. 204 ; Martha Hodes, White Women, Black Men. Illicit Sex in the Nineteenth-Century South, New Haven, Yale University Press, 1999.

27 Sur le statut de co-belligérance, voir Norman Kogan, Italy and the Allies, Cambridge, Harvard University Press, 1946, p. 45-46.

28 Lettre des autorités médicales britanniques à l’AFHQ, le 25 octobre 1943, PRO WO 204/6725.

29 Lettre du responsable des questions juridiques à la base américaine de Naples, le 28 octobre 1943, PRO WO 204/6725.

30 Fifth Army Medical History, 1944, p. 71-72, NARA RG 112, E. 31, B. 6.

31 Note du commissaire exécutif de la commission de contrôle alliée (Allied Control Commission ACC), le 13 mai 1944, PRO WO 204/6725.

32 Ordre du quartier général de la base de la Ve armée américaine, le 26 décembre 1943, Service Historique de la Défense (SHD) Département de l’armée de terre (DAT) 11P261. Le procédé, radical, est relativement rare mais d’autres occurrences sont recensées. En Afrique du Nord, l’ancienne Medina de Casablanca avait été déclarée « hors limites » pour les soldats américains. Pendant la guerre de Corée, de même, la ville de Sasebo est interdite d’accès aux soldats en novembre 1950.

33 Rapport annuel du médecin de la 3e division d’infanterie américaine, 1944, cité par Charles M. Wiltse, Medical service in the Mediterranean and minor Theaters, Washington, US Government Printing Office, 1965, p. 258.

34 Note du responsable des questions juridiques de l’AMG, le 27 janvier 1944, Archivio Centrale dello Stato (ACS), Archives de l’ACC (ACC), bobina 732A.

35 Ordre du commissaire général de la région 3, le 8 mars 1944, PRO WO 204/6725.

36 Note du quartier général de la Ve armée, le 27 mars 1944, SHD DAT 10P11.

37 Leonard D. Heaton, Communicable diseases transmitted through contact or by unknown means, Washington DC, Office of the Surgeon General, 1960, p. 218.

38 Lettre du responsable AMG de la Ve armée au responsable des questions juridiques du XVe groupe d’armées, le 24 décembre 1943, ACS, ACC bobina 732 A.

39 Directive du ministre de l’Intérieur italien aux préfets, le 30 mars 1944, PRO WO 204/6725.

40 Note du commandant adjoint de la prévôté britannique, ACS, ACC bobina 732 A.

41 “Operations of British, Indian and Dominion Forces in Italy. 3 September 1943 to 2 May 1945”, PRO CAB 106/454.

42 Lettre du responsable des affaires légales de l’ACC au ministre de la Justice, ACS, ACC, bobina 732 A.

43 Conférence de l’AFHQ sur les maladies vénériennes, le 17 février 1944, PRO WO 204/6725.

44 Lettre du responsable AMG de la Ve armée au responsable juridique du XVe groupe d’armées, le 24 décembre 1943, ACS, ACC bobina 732 A.

45 History of Venereal Disease Control in the North African and Mediterranean Theater of Operations, NARA RG 112, E. 31 B. 368, p. 134.

46 Ibid.

47 http://www.med-dept.com/articles/venereal-disease-and-treatment-during-ww2/, consulté le 5 janvier 2015.

48 Allan M. Brandt, op. cit., p. 164.

49 Note de service du quartier général allié, le 16 mai 1944, PRO WO 204/6725.

50 Circulaire du service de santé britannique, le 30 décembre 1943, PRO WO 204/6725.

51 Venereal diseases in the MTOUSA, p. 119, NARA RG 112, entry 31, box 306.

52 History of Venereal Disease Control in the North African and Mediterranean Theater of Operations, p. 132, NARA RG 112, E. 31, B. 368.

53 “Hello boy friend, coming MY way?”, affiche de propagande britannique, consultée le 5 janvier 2015, http://www.psywarrior.com/PSYOPVD.html

54 « Essential technical medical data report, MTOUSA » 1er novembre 1944, NARA RG 112, E. 31, box 368.

55 « Big Losses, But Not in Battle », Union Jack (Western Italy edition), no 69, 26 janvier 1944, PRO WO 204/6725.

56 US Government, “"She May Look Clean--But",” Venereal Disease Visual History Archive, consulté le 5 janvier 2015, http://newmedialab.cuny.edu/vdarchive/items/show/113.

57 Affiche reproduite in Allan M. Brandt, op. cit., p. 164.

58 L’idée d’un contrôle accru de la sexualité par le discours médical est notamment avancée par Michel Foucault dans son Histoire de la sexualité, tome 1 : La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976.

59 Mémorandum de R Lees, T Young, et DJ Campbell, PRO WO 204/6725.

60 You don’t think, pamphlet du War department, juin 1944.

61 Mémorandum de R Lees, T Young, et de DJ Campbell, PRO WO 204/6725.

62 Fifth Army Medical History, 1944, p. 72, NARA RG 112, E. 31 B. 6.

63 Lettre du DDMS à l’AFHQ, le 25 octobre 1943, PRO WO 204/6725.

64 Conférence du 19 décembre 2013 organisée par le XVe groupe d’armées le 19 décembre 2013, PRO WO 204/6726.

65 Pfc. G. Buckley, artist and Camp Swift, TX, “"There's Our Second Front",” Venereal Disease Visual History Archive, consulté le 5 janvier 2015, http://vdarchive.newmedialab.cuny.edu/items/show/242.

66 PFC Buckley, artist and Camp Swift, TX, “"'You're Doing A Great Job For Us, Honey'",” Venereal Disease Visual History Archive, consulté le 5 janvier 2015, http://newmedialab.cuny.edu/vdarchive/items/show/269.

67 « Venereal Disease », affiche britannique, PRO WO 204/6725.

68 You don’t think, pamphlet du War department, Juin 1944.

69 « Big Losses, But Not in Battle », Union Jack (Western Italy edition), no 69, 26 janvier 1944, PRO WO 204/6725.

70 Mark Harrison, « Sex and the Citizen Soldier: Health, Morals and Discipline in the British Army during the Second World War », in Roger Cooter, Mark Harrison, Steve Sturdy, eds, Medicine and Modern Warfare, Amsterdam-Atlanta, Rodopi, [1999], 2004, p. 225-250.

71 John Tosh, A Man’s Place: Masculinity and the Middle-Class Home in Victorian England, New Haven, CT, Yale University Press, 1999.

72 Directive du commandant des affaires civiles (ACC) de la 57e Area, le 9 mars 1944, PRO WO 204/6725.

73 Mark Harrison, « The British Army and the Problem of Venereal Disease in France and Egypt during the First World War », Medical History, no 39, 1995, p. 133-158.

74 Mémorandum de R Lees, T Young, et de DJ Campbell, RAMS, PRO WO 204/6725.

75 Note du quartier général des armées alliées en Italie, le 15 mai 1944, PRO WO 204/6725.

76 Note de R. Lees, le 8 avril 1944, PRO WO 204/6725.

77 Lettre du capitaine Browne aux hôpitaux de la 94e sous-région, le 1er juin 1944, PRO WO 204/6726.

78 Note de R. Lees le 8 avril 1944, PRO WO 204/6725.

79 History of Venereal Disease Control in the North African and Mediterranean Theater of Operations, p. 117-118, NARA RG 112, E 31 B. 368. Pour un aperçu du débat au niveau national, voir Allan M. Brandt, op. cit., p. 168-169.

80 Roland Cabanel, Carnet de route d’un sergent de Cassino, à compte d’auteur, 1978, p. 59-60.

81 Jean-Yves Le Naour, Misère et tourments de la chair durant la Grande Guerre. Les mœurs sexuelles des Français 1914-1918, Paris, Aubier, 2002, p. 201 sq.

82 Christelle Taraud, La prostitution coloniale. Algérie, Maroc, Tunisie, op. cit., p. 340 sq.

83 Lettre du lieutenant Thévenot au colonel Brygoo, le 2 mars 1944 SHD DAT 10P68.

84 Lettre du général Guillaume au général Giraud, le 27 novembre 1943, SHD DAT 3H2478.

85 Lettre du lieutenant Thévenot au colonel Brygoo, le 2 mars 1944, SHD DAT 10P68.

86 Ibid.

87 Lettre de Juin à Giraud, le 27 janvier 1944, SHD DAT 10P4.

88 Christelle Taraud, « La virilité en situation coloniale, de la fin du XVIIIe siècle à la Grande Guerre », in Alain Corbin, dir., Histoire de la virilité, tome 2 : Le Triomphe de la virilité. Le XIXe siècle, Paris, Le Seuil, 2011, p. 331-347 et p. 344.

89 Note de service du général Juin, le 8 juin 1944, SHD DAT 10P7.

90 Lettre de Juin à Giraud, le 27 janvier 1944, SHD DAT 10P4.

91 Note de service du général Carpentier, le 16 mai 1944, SHD DAT 10P68.

92 Instruction du général Léyer, le 2 avril 1944, SHD DAT 10P6.

93 Rapport sur l’état d’esprit du 3e goum marocain, le 25 février 1944, SHD DAT 3H2526.

94 Journal de marches et d’opérations de l’ambulance Spears, juillet 1944, SHD DAT 12P228.

95 Sonya O. Rose, “Temperate Heroes : Concepts of masculinity in Second World War Britain”, in Stefan Dudink, Karen Hagemann et John Tosh, eds, Masculinities in Politics and War: Gendering Modern History, Manchester, Manchester University Press, 2004, p. 177-195.

96 Note de service du quartier général allié, le 16 mars 1945, PRO WO 204/4951.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Le Gac, « « Le mal napolitain » : les Alliés et la prostitution à Naples (1943-1944) », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 28 septembre 2015, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/2154

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page