Navigation – Plan du site
Le genre en guerre

Des femmes allemandes au service de la guerre : participations actives aux politiques raciales nationales-socialistes, à la déportation et au génocide (1939-1945)

Elissa Mailänder

Résumés

Le national-socialisme en tant que mouvement et mode d’exercice du pouvoir a généré une nouvelle organisation des rapports entre les sexes qui se comprend uniquement si l’on fait appel aux catégories de « race » et de « classe ». Le contexte de la guerre, ainsi que la politique raciale et la politique de colonisation nationale-socialiste sont des données d’une importance primordiale, qui ont modifié radicalement, dans la Pologne occupée (Gouvernement général), les relations entre les sexes. Dans la politique agressive de conquête et de persécution du régime, le rôle social des femmes « aryennes » était important du fait de leur soutien actif et du grand pouvoir d’action dont elles disposaient. L’article est construit autour de la présentation de trois ouvrages de recherche récents. Elizabeth Harvey, dans son étude  Der Osten braucht dich!  [ L’Est a besoin de toi ! ] publiée en anglais en 2005, examine la façon dont les femmes se sont engagées dans la politique nationale-socialiste de colonisation. Franka Maubach a présenté, en 2009, l’étude Die Stellung halten [Tenir la position] portant sur le corps auxiliaire de la Wehrmacht. La même année a été publié le travail d’Elissa Mailänder sur la violence des surveillantes des camps de concentration dans la Pologne occupée [Gewalt im Dienstalltag]. Même si les fonctions de commandement sont restées en majeure partie entre les mains des hommes et que les femmes ont occupé des positions subalternes, les femmes allemandes – comme le démontrent ces trois études – se trouvaient dotées, dans des postes et à des niveaux les plus divers, de pouvoirs d’action et de définition considérables (Heinrich Popitz). Dans le contexte de la politique de domination nationale-socialiste, la violence représentait pour les femmes une possibilité d’action tout à fait concrète qui a été utilisée de multiples manières. Prenant pour exemple les trois groupes d’actrices évoqués, cette contribution propose premièrement d’analyser les univers de vie et d’expériences de ces femmes avant leur engagement dans la guerre. En second lieu, l’article examinera les comportements et les espaces d’action concrets de femmes travaillant dans les territoires occupés de l’Est, afin de déterminer dans la troisième partie la responsabilité individuelle des femmes dans l’occupation, la persécution et les assassinats nazis. Il s’avère que le « genre » en tant que catégorie d’analyse des rapports de pouvoir sociaux et politiques permet d’éclairer les actes de violence de ces actrices, nées entre 1918 et 1928.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 « Krieg galt von jeher als Sache des Mannes. Männer zogen ins Feld, sie entschwanden dem Blick, die (...)

« La guerre a toujours été considérée comme l’affaire des hommes. Les hommes partaient au champ de bataille, se dérobaient aux regards, ils disparaissaient dans des lointains où les attendaient l’action et l’aventure. La femme en était exclue. Son sort était la nostalgie, la crainte et l’inquiétude, le devoir d’attente – sa tâche la garde du foyer, le bien-être des enfants, la prière pour la victoire. Ainsi, des siècles durant, les destins des sexes étaient séparés en temps de guerre, sauf là où la patrie en forteresse assiégée était devenue le théâtre d’opérations de guerre ne permettant aucune échappatoire, […]1. »

  • 2 J’exprime mes plus vifs remerciements à l’égard d’Isabelle Ernot et de Véronique Odul ainsi qu’au c (...)

1Une citation démodée issue d’une histoire du genre en temps de guerre ? Non, il s’agit en réalité de l’introduction d’un album de photos, publié le 11 juillet 1941 au Berliner Geschichtsverlag, qui documente avec ses 91 photos le prétendu quotidien des femmes allemandes pendant la guerre.2 Cette brochure de documents illustrés portant le titre aux accents programmatiques Frauen helfen siegen [Les femmes contribuent à la victoire], s’adressait explicitement aux « camarades du peuple » [Volksgenossinnen] dans le but de les encourager à s’engager dans la guerre après l’invasion de l’Union soviétique.

  • 3 Gisela Bock, « Täter, Opfer, Mitläufer und Zuschauer im Nationalsozialismus », in Kirsten Heinsohn, (...)

2Une lecture plus approfondie révèle cependant que le programme de la brochure est moins traditionnaliste qu’on ne pouvait d’abord l’imaginer. Car cet engagement dans la guerre consistait, au-delà d’une « attitude intérieure parfaitement naturelle » (cf. la préface de Gertrud Scholtz-Klink, chef de la Ligue nationale-socialiste des femmes, dans le livré cité ci-haut), en un véritable service de travail pour les femmes allemandes et autrichiennes, et ce non seulement chez elles, dans le Reich, mais partout dans l’Europe occupée par les nazis. Si l’on prend comme point de départ les chiffres cités par Gisela Bock dans son article sur les femmes sous le nazisme, cela concernait pour l’année 1939, 18 millions de femmes mariées et 8 millions de mères, 17 millions de femmes sans enfants et 8 millions de femmes célibataires, dont 89 % avaient une activité rémunérée3.

3Dans cet article, je cherche à dégager à l’aide de trois études récentes – mes propres recherches, ainsi que les travaux d’Elizabeth Harvey et ceux de Franka Maubach – des perspectives pour une histoire du genre en temps de la guerre au sein de laquelle les femmes ordinaires membres de la communauté du peuple [Volksgemeinschaft] occupent une place importante. Dans un premier temps, en m’appuyant sur trois exemples, il s’agit d’esquisser le processus de socialisation de femmes, dont l’âge de la majorité coïncidait avec le début des hostilités, pour lesquelles se sont ouverts, à partir de 1939, des domaines d’activités qui leur étaient jusque-là inaccessibles. La seconde partie est consacrée à l’engagement concret dans la guerre de conseillères à la colonisation [Siedlungsberaterinnen], d’auxiliaires de la Wehrmacht [Wehrmachthelferinnen] et de surveillantes de camps de concentration [SS-Aufseherinnen]. Les modes de comportement et les espaces d’action observés en Pologne annexée ou occupée soulèvent des questions quant à la responsabilité individuelle des femmes dans l’occupation, la persécution et les assassinats nazis.

4La « race » étant incontestablement la catégorie dominante de l’ordre social dans le national-socialisme, la position des femmes « aryennes » se trouvait dès lors renforcée à la fois politiquement et en termes de potentiel d’action. Comme l’indiquent nos conclusions, l’exemple des femmes allemandes et autrichiennes nées entre 1918 et 1928 montre que le genre, en tant que catégorie d’analyse des rapports de pouvoir sociaux et politiques, permet de mieux cerner les actes (de violence) de ces actrices.

I. Politique de motivation et de mobilisation des femmes sous le national-socialisme (1935-1945)

  • 4 Cf. Lore Kleiber, « ‹ Wo ihr seid, da soll die Sonne scheinen! › – Der Frauenarbeitsdienst am Ende (...)
  • 5 Claudia Huerkamp, Bildungsbürgerinnen. Frauen im Studium und in akademischen Berufen 1900-1945, Göt (...)
  • 6 Une thèse similaire est défendue par Adam Tooze dans son travail d’histoire économique The Wages of (...)

5Compte tenu du caractère patriarcal et antiféministe du national-socialisme, il peut sembler déconcertant de constater que c’est ce régime-là, précisément, qui a mobilisé le travail des femmes à une échelle jusque-là inédite. Certes, dans le climat répressif qui suivit immédiatement la crise de 1929-1930 et avec l’arrivée au pouvoir des nazis, les femmes actives furent tout d’abord évincées de leurs emplois en faveur des hommes par des mesures discriminatoires4. Parallèlement, des dispositions visaient à restreindre leur accès aux universités afin de réduire le pourcentage des étudiantes à moins de 10 %. Ces mesures ne furent cependant appliquées qu’en partie et, plus tard, elles furent supprimées de façon implicite. L’étude de Claudia Huerkamp, par exemple, démontre que le nombre d’étudiantes augmenta à nouveau à partir de 1936 et que le régime, avec la réintroduction du service militaire obligatoire en 1935 et la reconstruction rapide de la Wehrmacht, incita même activement les femmes à faire des études à partir de 19385. Pour des raisons de politique économique et avec les préparatifs de la guerre, la politique concernant le travail, restrictive et discriminatoire, changea d’orientation pour se tourner vers une utilisation pragmatique et efficace de la force de travail féminine6. En cas de guerre, le régime avait besoin de femmes bien formées et disposées à travailler pour remplacer les hommes astreints aux obligations militaires.

  • 7 « Über die Wehrpflicht hinaus jeder deutsche Mann und jede deutsche Frau zur Dienstleistung für das (...)

6L’essentiel des bases légales pour mettre les femmes allemandes au service de la guerre furent jetées dès la phase de préparation de la guerre : la loi relative au service militaire obligatoire promulguée en 1935 stipulait par exemple qu’en cas de guerre et « au-delà du service militaire obligatoire, chaque homme allemand et chaque femme allemande est tenu d’effectuer un service de travail pour la patrie7 ».

  • 8 Ute Frevert, Frauen-Geschichte. Zwischen bürgerlicher Verbesserung und Neuer Weiblichkeit, Francfor (...)
  • 9 Franka Maubach, Die Stellung halten, op. cit., p. 15.

7Contrairement aux recherches menées jusqu’à présent, Franka Maubach estime que cet appel aux femmes n’était pas improvisé ou dû au hasard8, et qu’il relevait plutôt d’une politique de militarisation et de mobilisation large mais différenciée. Le régime répondait ainsi habilement à la situation paradoxale qui exigeait que la population féminine soit activement impliquée dans la guerre, pour des raisons à la fois de gestion de la force de travail mais aussi stratégiques. La grande difficulté consistait à mobiliser ce « front intérieur » tout en le réduisant au silence par des traitements préférentiels, comme par exemple par des indemnisations pécuniaires pour d’éventuels dommages de guerre9. Car le régime devait tenir compte de l’existence d’un potentiel subversif à l’intérieur de la population civile. Afin de prévenir cette situation, seules les jeunes femmes célibataires furent mobilisées, alors que les mères d’enfants de moins de 15 ans, ainsi que les femmes enceintes de plus de six mois, étaient dispensées du service et de toutes les autres dispositions. Avec cette politique de recrutement ambivalente, se situant entre ménagement et contrainte de la population civile féminine, le régime réussit le grand écart entre une politique « progressiste » pour l’emploi des femmes et le maintien de valeurs conservatrices comme la famille et la maternité.

  • 10 Maubach, Die Stellung halten, op. cit., p. 26.

8La mobilisation massive de la force de travail féminine impliquait par conséquent que les femmes étaient d’une part libres de toute charge familiale (célibataires, ou du moins sans enfants en bas âge), et d’autre part mobiles et flexibles. La spécificité de la participation féminine à la guerre résidait dans ces deux conditions, permettant ainsi au régime de réagir de manière ciblée aux nécessités de la guerre. Comme le souligne Franka Maubach, c’est en particulier la jeune génération féminine montante, socialisée durant le national-socialisme, qui suscitait l’intérêt du régime : « Des femmes jeunes encore célibataires qui n’étaient plus adolescentes et pas encore adultes, donc dans cette phase habituellement courte où elles étaient pleinement opérationnelles et capables d’agir en adulte, mais pas encore entrées dans la phase de la fondation d’un foyer qui caractérisait généralement la vie des femmes adultes10. »

  • 11 Ibid. Le matériau issu des entretiens, les transcriptions ainsi que tous les documents historiques (...)

9Dans son étude, l’historienne allemande a examiné les auxiliaires de la Wehrmacht [Wehtmachtshelferinnen] sous l’angle de l’histoire de l’expérience individuelle, et elle a mis en lumière leurs activités multiples pendant la guerre. Ce faisant, elle a abordé un terrain inconnu, car l’engagement militaire des femmes représente une zone d’ombre dans l’histoire militaire classique. Les sources exploitées par Maubach sont d’une part, des documents autobiographiques écrits pendant la guerre ou rétrospectivement (journaux intimes, lettres et récits), et d’autre part, des entretiens portant sur le vécu des 35 anciennes auxiliaires qu’elle a interrogées entre 2002 et 2004. Ces sources lui ont permis d’apporter des éclaircissements sur l’univers de vie de ces femmes11.

  • 12 Notdienstverordnung zur Sicherstellung des Kräftebedarfs für Aufgaben von besonderer staatspolitisc (...)
  • 13 Le service du travail obligatoire (Reichsarbeitsdienst ou RAD) illustre parfaitement le renforcemen (...)

10La cohorte des auxiliaires de la Wehrmacht étudiée est formée de femmes majoritairement nées entre 1919 et 1926. Elles relevaient toutes du décret relatif au service d'urgence [Notdienstverordnung] du 15 octobre 1938 « assurant le besoin de forces pour les tâches particulièrement importantes pour l’État12 » qui réglait le service des femmes en temps de guerre et qui était la première d’une longue série de lois. En alliant obligation de service et recrutement volontaire, le régime recourait, dans une première phase, de manière ponctuelle et ciblée, à une force de travail jeune et féminine. Maubach indique dans son travail que parmi les auxiliaires de la Wehrmacht étudiées, celles qui étaient nées entre 1919 et 1922, s’étaient portées volontaires pour effectuer le service du travail. Un changement se dessine cependant avec celles nées en 1921-1922 – de plus en plus contraintes au service –, puis avec celles nées en 1923, – qui devaient se soumettre à l’obligation générale de service sans limitation de durée, devenue la règle en raison de la guerre13.

  • 14 Maubach, Die Stellung halten, op. cit., p. 46 et suiv.

11Selon Maubach, les auxiliaires de la Wehrmacht, majoritairement issues de la classe moyenne, ont été marquées de façon décisive par l’empreinte de la Première Guerre mondiale14. Bien que la plupart des femmes n’aient pas fait elles-mêmes l’expérience de la guerre, celle-ci avait cependant marqué leur enfance et leur jeunesse par ses conséquences sur la société. En analysant leur biographie, on peut aisément tirer des conclusions sur la génération des parents : les femmes étudiées par Maubach, nées entre 1919 et 1926, étaient des filles de pères vaincus qui grandissaient pour la plupart dans des conditions de pauvreté ne correspondant pas à leur milieu social. Leur enfance se distinguait par un père généralement sans travail, ou du moins socialement déclassé, une mère femme au foyer et un manque de confort matériel. Au sein de leur famille, les pères cherchaient souvent à compenser leur déclassement par une gestion familiale autoritaire. L’euphorie et le souffle de libéralisation des « années folles » n’ont guère laissé de traces dans cette cohorte d’âge issue de la classe moyenne précarisée.

12L’expérience familiale des futures auxiliaires de la Wehrmacht était dominée par une figure paternelle affaiblie et humiliée qui ne parvenait pas, dans ces années de crise économique, à offrir à sa famille du bien-être matériel et des axes d’orientation, et qui, en outre, incarnait l’ancien système politique discrédité. Les mères, généralement restées fidèles au rôle traditionnel de la femme, ne fournissaient pas non plus, selon Maubach, un modèle d’identification satisfaisant. C’est précisément là que le national-socialisme a joué un rôle déterminant, car il offrait aux jeunes femmes souffraint des carences de la génération des parents, une solution à leur dilemme en promettant le progrès, la reprise économique et un avenir attrayant. Maubach ne met pas ici l’accent sur la défaite, – ce qui constitue une approche tout à fait nouvelle et importante –, mais sur le regard plein d’espérances d’une génération tournée vers un avenir radieux qui, dans la période de crise de la République de Weimar, était de plus en plus partagé.

  • 15 Ibid., p. 53.
  • 16 Ibid., p. 60.
  • 17 Voir par exemple la trajectoire de Melita Maschmann, ancienne cheftaine de la Ligue des Jeunes Fill (...)

13Pour les femmes interviewées par l’historienne allemande (issues de classes sociales différentes mais majoritairement de la classe moyenne et provenant de régions diverses), se marier et avoir des enfants ne représentaient pas de prime abord un projet de vie attractif. Par leur engagement en faveur du national-socialisme et le désir d’avoir une activité professionnelle, elles se rebellaient en partie contre leurs parents ; elles aspiraient à un rôle sexué différent de celui de leurs mères qui ne travaillaient pas, et par leur service du travail elles échappaient définitivement à l’autorité paternelle. Selon Maubach, il s’agissait d’une réorientation de la famille d’origine vers la famille politique : « La socialisation nationale-socialiste accomplissait aux points de rupture entre les générations un travail de minage efficace15. » De par ses nombreuses organisations de jeunesse et les divers recrutements pour travaux, le régime soustrayait très tôt les jeunes au contrôle parental et éloignait en particulier les jeunes filles de l’espace féminin traditionnel : « La graine de la loyauté semée très tôt provoquait une auto-mobilisation permanente dans l’intérêt du système16. » Cette socialisation politique ne doit pas ici être comprise uniquement comme une contrainte, mais aussi comme une initiation à un mouvement. Bon nombre de jeunes femmes vécurent cette communautarisation comme une libération17.

  • 18 Elizabeth Harvey, Women and the Nazi East. Agents and Witnesses of Germanization, New Haven/Londres (...)
  • 19 Les femmes recrutées jusqu’en 1941 s’étaient portées volontaires pour servir dans un camp de concen (...)
  • 20 Elissa Mailänder Koslov, Gewalt im Dienstalltag. Die SS-Aufseherinnen des Konzentrations- und Verni (...)

14L’empreinte de la Première Guerre et la composition générationnelle des auxiliaires de la Wehrmacht étudiées par Maubach, se vérifient également pour les conseillères à la colonisation analysées par Elizabeth Harvey. Ici aussi, il s’agit de femmes de la classe moyenne bien formées qui voyaient dans le travail dans les territoires de l’Est une bonne opportunité d’avancement professionnel et qui, par-là, empruntaient une voie différente de celle de leurs parents. Les femmes étaient pour la plupart jeunes, âgées de 20 à 30 ans, célibataires, sans enfants et issues de la petite bourgeoisie. Pour la majorité d’entre elles, il s’agissait d’un premier travail auquel elles se consacraient avec détermination et rigueur18. Les femmes recrutées comme surveillantes de camps de concentration entre 1939 et 1945 étaient, elles aussi, généralement célibataires à leur entrée en fonction. Elles avaient entre 19 et 42 ans, elles étaient donc nées entre 1905 et 1925, leur moyenne d’âge se situait cependant autour de 25 ans19. En les comparant aux auxiliaires de la Wehrmacht et aux conseillères à la colonisation, on constate cependant des différences de milieu social d’origine : les surveillantes étaient clairement moins bien formées et issues pour la plupart de milieux populaires. Pour ces anciennes ouvrières d’usine et ces anciennes domestiques sans formation scolaire supérieure, issues de familles nombreuses, devant subvenir à leurs propres besoins et parfois même participer aux dépenses de la famille, le travail dans un camp de concentration représentait une ascension sociale et professionnelle20.

15Avec ces trois groupes professionnels, le régime national-socialiste offre, à ces jeunes femmes des possibilités concrètes d’accéder à une certaine forme de pouvoir et d’échapper à leur condition féminine et à une situation sociale précaire. Il donnait à ces jeunes femmes le sentiment qu’il les prenait au sérieux et qu’il avait besoin d’elles. La glorification de la jeunesse par le nazisme rendait celui-ci attrayant pour les jeunes femmes, car il leur permettait de participer activement à la construction d’une nouvelle société et à l’élaboration de la politique. La tension qui se déployait ici entre le politique et les émotions a fortement contribué, selon Maubach, à la mobilisation en masse des jeunes femmes en faveur du service de guerre.

  • 21 Pour le camp principal de Ravensbrück, Bernhard Strebel a calculé que 10 % des surveillantes employ (...)

16Le contingent des volontaires était cependant loin d’être suffisant pour répondre à la demande toujours croissante de travailleurs. Au début et au milieu de l’année 1941, le personnel destiné à travailler dans les territoires de l’Est pouvait encore être recruté dans la masse des volontaires mobilisés pendant les Blitzkriege. Après l’offensive contre l’Union soviétique et la crise de l’hiver 1941-1942, le recrutement était assuré par les agences publiques du travail [Arbeitsämter], tâche qu’elles remplirent jusqu’à la fin de la guerre ,en particulier pour les auxiliaires militaires. On peut observer cette même évolution pour les surveillantes de camps de concentration21 et les conseillères à la colonisation.

17Néanmoins la question du recrutement forcé ou du volontariat n’est que partiellement pertinente pour analyser le comportement des femmes sur leurs lieux de travail. Pour ce faire, il s’avère nécessaire d’examiner de plus près les contextes concrets dans lesquels elles travaillaient.

II. "L’Est a besoin de toi !". Comportements et espaces d’action des femmes allemandes dans la Pologne occupée (1939-1945)

  • 22 Maubach, Die Stellung halten, op. cit, p. 7; Jutta Mühlenberg, Das SS-Helferinnenkorps. Ausbildung, (...)

18Après l'invasion de la Pologne par les troupes allemandes, le régime recrutait massivement des femmes allemandes et autrichiennes pour divers services dans les territoires occupés. La Wehrmacht, à elle seule, a occupé entre 1939 et 1945 environ un demi-million d’auxiliaires pour la période 1939 à 1945. Autant de femmes ont effectué leur service au « Reichsluftschutzbund » [Corps de défense aérienne du Reich], environ 400 000 femmes ont été engagées par la Croix-Rouge allemande, et on estime à 10 000 le nombre des auxiliaires de la Wehrmacht et de la SS qui travaillaient dans les camps de concentration ou pour les groupes d’intervention [Einsatzgruppen]22. Il est aujourd’hui impossible de chiffrer le nombre des conseillères à la colonisation affectées à partir de 1939 en Pologne, et plus tard également dans les territoires occupés de l’Europe occidentale conquis par des « guerres éclairs ».

  • 23 Strebel, Das KZ Ravensbrück, op. cit.
  • 24 Inventaire du nombre d’équipes de garde SS et de détenus dans les camps de concentration au 1er et (...)

19À partir de l’automne 1941, certaines d’entre elles étaient aussi stationnées dans les territoires soviétiques occupés, où elles devenaient non seulement des témoins mais aussi des actrices de la politique national-socialiste de déportation et d’anéantissement. En ce qui concerne les camps de concentration nazis, la conquête de régions de l’Europe orientale eut pour conséquence la création de nouveaux lieux de détention – autant de nouveaux lieux de travail pour les femmes mobilisées par le régime : le camp de concentration pour femmes de Ravensbrück, instauré en 1939, était jusqu’en janvier 1941 le seul véritable camp de concentration SS pour femmes (Frauenkonzentrationslager)23. Avec l’invasion de l’Union soviétique, des millions de femmes juives et non juives de l’Europe de l’Est, considérées selon les critères nationaux-socialistes comme « racialement inférieures » ou « indésirables », sont tombées entre les mains des Allemands. Jusqu'à la fin de la guerre, Heinrich Himmler, dans sa fonction de chef suprême de la SS et de la police, fit aménager en Europe orientale et occidentale, au total, 13 camps pour femmes : par exemple à Auschwitz, à Birkenau et à Lublin-Majdanek au cours de l’année 1942 ; à Riga-Kaiserwald, à Kaunas et à Vaivara en 1943 ; et à Cracovie-Plaszow en 1944. On ne peut pas déterminer avec exactitude le nombre de surveillantes qui, entre mai 1939 et mai 1945, ont servi le système concentrationnaire nazi. D’après une statistique de la SS, 37 674 hommes SS et 3 508 surveillantes SS travaillaient au 15 janvier 1945 dans les camps de concentration nazis24.

  • 25 Harvey, Women and the Nazi East, op. cit.
  • 26 Czesław Madajczyk, dir., Vom Generalplan Ost zum Generalsiedlungsplan, München, 1994 ; Mechtild Rös (...)

20Les femmes de l’« Altreich » [l’Allemagne dans ses frontières de 1937] et de l’« Ostmark » [l’Autriche] étudiées par Harvey étaient de véritables pionnières de la politique de colonisation nazie dans la Pologne occupée [Generalgouvernement] comme dans la Pologne annexée. Elles devaient contribuer à transformer des hommes et des femmes « d’origine allemande » [volksdeutsche] ou de « souche allemande » [deutschstämmige] de l’Europe de l’Est en des membres « solides » et « efficaces » de la communauté du peuple allemand [Volksgemeinschaft]. Leur tâche était de développer, voire d’implanter, la « culture allemande » dans cette région25. Ce travail, comme le souligne Harvey, correspondait à un champ d’activité éminemment « féminin » qui doit cependant être replacé dans un contexte de politique de conquête beaucoup plus large. Le « Plan général pour l’Est » [Generalplan Ost] prévoyait la colonisation par les Allemands de la Pologne, des pays Baltes, de la Crimée, mais également de parties de l’Union soviétique occupée, afin de créer une zone tampon entre l’espace allemand et l’Union soviétique slave. Selon ce projet fort « ambitieux », quelque 20 millions de Polonais devaient être expulsés et relocalisés en Pologne occupée, dans le Gouvernement général, pour laisser ainsi place à des Allemands « de souche » provenant de toute l’Europe de l’Est. Ces plans n’ont finalement été réalisés qu’en partie, mais 100 000 Polonais et Polonaises non juifs durent toutefois quitter leurs maisons de force, contraints au travail forcé, ou alors assassinés26.

21Dans le cadre de ces plans nazis de germanisation, le travail d’éducation, de conseil et d’assistance représentait dans les territoires de l’Est occupés une mission hautement politique à laquelle le régime accordait une grande importance. L’entreprise était trop délicate pour la laisser aux mains des associations caritatives chrétiennes et, par conséquent, elle fut confiée à des organisations du parti comme la Nationalsozialistische Volksfürsorge ou NSV [organisation d’assistance nationale-socialiste], la Nationalsozialistische Frauenschaft ou NF [Ligue nationale-socialiste des femmes] et le Bund Deutscher Mädel ou BDM [Ligue des jeunes filles allemandes]. Prenant pour exemple les conseillères à l’« implantation », les institutrices et les puéricultrices, Harvey s’est penchée sur les espaces d’action et les expériences de ces activistes de la politique ethnique nationale-socialiste [Volkstumspolitik]. L’historienne britannique, adoptant l’angle des cultural studies, voit dans la politique radicale de germanisation en Pologne occupée une forme de colonialisme continental européen. Le concept de « culture », compris comme un système d’interprétations de soi et de l’autre, lui permet de pointer le caractère construit et mis en scène des notions de différence, de « race » et de « genre ». Avec l’exemple de la politique de germanisation, Harvey ne s’attache donc pas tant aux aspects politiques ou économiques du colonialisme national-socialiste, qu’à l’analyse des microstructures de pouvoir et des asymétries entre les colonisatrices et les femmes et les hommes colonisés. À côté de documents contemporains de l’occupation (articles de journaux, rapports adressés à des supérieurs, documents autobiographiques), Harvey s’appuie sur des mémoires publiés et non publiés de l’après-guerre. À cela s’ajoutent des entretiens que l’historienne a menés entre 1994 et 2001 avec seize femmes ayant travaillé dans comme conseillères à la colonisation, institutrices ou éducatrices d’école maternelle n Pologne occupée.

  • 27 Ibid., p. 142.
  • 28 Ibid., p. 155.
  • 29 Ibid., p. 160.

22Une lecture analytique et critique de ces sources permet à l’historienne d’observer les femmes allemandes venant du Reich lors de leur arrivée en Pologne occupée. Les lettres et les journaux intimes révèlent des préjugés anti-polonais et antisémites profondément enracinés, encore renforcés sur place par la propagande nazie. Après avoir surmonté le « choc culturel » du début (les jeunes femmes déploraient le soi-disant retard culturel et technique du pays), les femmes se mirent à aménager, avec des « mains expertes », leur espace de vie « confortablement » [gemütlich] et « impeccablement allemand »27. Aux institutrices et aux conseillères à la colonisation dans le Reichsgau Wartheland incombait, par exemple, la tâche de préparer, pour l’installation d’« Allemands de souche », les maisons « vidées » de leurs habitants. Immédiatement après l’expulsion forcée de la population polonaise locale par la SS ou la police [Ordnungspolizei], arrivaient les colonnes de nettoyage composées de femmes allemandes du Reich dans le but de « libérer » les maisons polonaises de leur « crasse abominable28 » et du « kitsch de mauvais goût polonais29 ». Un rapport de la SS vante la « précieuse » collaboration des jeunes travailleuses au groupe de travail SS installé dans le camp de Rzadka Wola :

  • 30 Rapport sur les activités de colonisation dans le Kreis Leslau/Weichsel en 1941, Archives de l’Inst (...)

« Les jeunes filles ont œuvré avec grand enthousiasme, un goût pour le travail et une discipline exemplaire pour les colons. Les jours d’arrivée, elles veillaient à ce que les Polonais expulsés n’emportent pas tout, mais laissent sur place ce dont les colons ont besoin. Elles ont nettoyé la cour et la maison souvent d’une crasse abominable, posé des fleurs sur la table pour l’accueil des colons et préparé aussitôt un repas pour que les colons puissent se sentir à l’aise lors de leur installation dans le nouveau foyer. Compte tenu des divers "taudis", l’accueil chaleureux par les jeunes femmes a été particulièrement précieux pour l’état d’esprit des colons30. »

  • 31 Harvey, Women and the Nazi East, op. cit., p. 147-190.
  • 32 Elissa Mailänder Koslov, « ‹ Going East › : Colonial experiences and practices of violence of the f (...)

23Dans son étude, Harvey met bien en évidence l’attitude autosuffisante et autoritaire des femmes allemandes du Reich qui se réappropriaient littéralement la culture et le pays en transformant ces villages en des lieux allemands, écrasant tout signe de culture polonaise et juive. Leurs lettres montrent clairement comment elles se sont glissées dans le rôle et la perspective de la « patronne » [Herrin], et cela non seulement face aux Polonaises et aux Allemandes de souche, mais également face aux hommes est-européens31. Dans la société du Gouvernement général, de type impérialiste et organisée en fonction des races, les femmes allemandes du Reich, tout comme les hommes allemands, détenaient un pouvoir considérable en tant que force occupante32. Comme représentantes de la culture allemande, ces femmes affirmaient quotidiennement leur supériorité, dans cet espace colonisé elles exerçaient un rôle d’autorité. Car c’était bien là le rôle dévolu aux femmes allemandes du Reich : apporter la culture aux Allemands de souche considérés encore « sauvages » et « incultes ».

24En enseignant aux colons, aux jeunes et aux petits enfants la supériorité du « Herrenvolk » [Peuple des seigneurs], ces femmes contribuaient, au niveau des villages et parmi les colons allemands de souche, à propager une conscience ethnique et raciale. Dans un article du magazine de la Nationalsozialistische Volkswohlfahrt (NSV) publié en 1941, on peut lire :

  • 33 Walter Erdmann, « Der Osten zeichnet aus », NS-Volksdienst 8, n° 7, 1941, p. 134-139, p. 137. Cité (...)

« Si, dans un village auparavant peuplé par des Polonais, une puéricultrice de la NSV fait son entrée en même temps que les premiers colons, ou une infirmière qui s’occupe en particulier des mères et des nourrissons, alors non seulement nos propres citoyens mais aussi les autres communautés ethniques vont comprendre que nous voyons dans le nouvel espace allemand à l’Est non seulement un grenier à blé, mais que nous voulons en faire un pays pour les enfants ; que nous ne venons pas uniquement pour exploiter les biens économiques du pays, mais pour nous y installer de manière durable33. »

  • 34 Harvey, Women and the Nazi East, op. cit., p. 167.

25Le régime national-socialiste qui voyait un bel avenir allemand dans les territoires occupés accordait aux jeunes femmes du Reich un rôle responsable et reconnu dans le cadre de la conquête et de l’incorporation de l’espace étranger. Les travaux ménagers, l’assistance à la jeunesse et aux enfants n’étaient pas des champs d’activités « innocents » et apolitiques, mais au contraire des activités éminemment politiques et fortement marquées idéologiquement. Les conseillères à la colonisation auraient ainsi développé, selon l’historienne britannique, un « Herrenbewusstsein » [conscience de seigneur] au féminin34.

III. Responsabilité individuelle dans l’occupation, la persécution et les assassinats

  • 35 Lors de sa visite à Lublin le 20 juillet 1941, après l’offensive contre l’Union soviétique, Heinric (...)
  • 36 Voir aussi Tomasz Kranz, « Das Konzentrationslager Majdanek und die ‹ Aktion Reinhardt › », in Bogd (...)
  • 37 Tomasz Kranz/Zeszyty Majdanka : Tomasz Kranz, « Ewidencja Zgonow i Smiertelnosc Wiezow KL Lublin », (...)

26La question de la participation aux crimes nazis se pose prioritairement pour les surveillantes de camps de concentration qui ont été en fonction à Majdanek entre octobre 1942 et mai 1944. De par l’histoire de sa création et par sa fonction, ce camp ne peut guère être comparé aux autres camps de concentration, car ses fonctions étaient multiples35 et qu’il était, comme Auschwitz, à la fois camp de concentration et camp d’extermination entre l’été 1942 et l’automne 194336. En raison du peu de sources dont nous disposons, le nombre de victimes de Majdanek ne peut pas selon Tomasz Kranz, être établi avec précision. La recherche actuelle estime qu’entre l’été 1941 et l’été 1944 un total de 78 000 personnes sont mortes à Majdanek, dont 59 000 Juifs37. Comme pour d’autres camps situés à « l’Est », on observe à Majdanek une augmentation de la violence – dans sa fréquence et dans sa force de destruction – à l’encontre principalement des détenus juifs, mais aussi des prisonniers polonais et soviétiques. Les surveillantes, qui ne se sont pas particulièrement fait remarquer par des actes de violence à Ravensbrück où elles avaient suivi un entraînement, ont fait preuve de violence à Majdanek.

  • 38 Majdanek, camp situé le plus à l’Est dans le système concentrationnaire, fut un camp quelque peu ch (...)
  • 39 Cf. Strebel, Das KZ Ravensbrück, op. cit. ; voir aussi : Simone Erpel, dir., Im Gefolge der SS : Au (...)

27En octobre 1942, l’arrivée des surveillantes coïncidait avec le début de la mise en œuvre de la « solution finale » et de l’extermination par gazage38, les femmes étaient alors confrontées à un univers concentrationnaire très différent de celui qu’elles avaient connu à Ravensbrück39 : les corps des assassinés étaient aussitôt brûlés au crématoire. Lors du procès de Majdanek, toutes les anciennes surveillantes se souvenaient de la puanteur de la chair brûlée qui accompagnait leurs journées. « Ça puait ! », s’exclamait Luzie H. dans le film documentaire de Fechner :

  • 40 Témoignage de Luzie H., dans : Eberhard Fechner, Der Prozess. Eine Darstellung des Majdanek-Verfahr (...)

« Ça puait ! La fumée passait sur la grande rue du camp qu’on traversait pour nous rendre au travail. Nous traversâmes cette épaisse fumée [elle se cache le nez et la bouche avec sa main gauche, EM] en nous couvrant le nez avec un mouchoir40. »

28A Majdanek, la violence, la mort et la destruction étaient omniprésentes dans le travail quotidien des surveillantes et cela avait une incidence sur leur temps libre. Un autre témoignage de Luzie H. illustre la manière dont l’extermination se répercutait dans le quotidien, même après leur service, dans une situation plus ordinaire. Une fois terminé son travail, la jeune femme retrouva, pour bavarder, occasionnellement ami, un homme SS qui travaillait comme « dentiste ».

  • 41 Témoignage de Luzie H., dans : Eberhard Fechner, Der Prozess. Eine Darstellung des Majdanek-Verfahr (...)

« Et quand il avait accompli son travail là haut, en fait, je ne sais pas exactement où cela se trouva, alors il venait parfois me trouver chez moi dans la baraque des surveillantes en frappant à ma porte. Et lorsqu’il vint la première fois – je fut complètement ignorante à l’époque – je lui disais : ‘Dis, tu me serres pas la main ?’ Et il me fit : ‘Luzie, on va encore parler de cela mais je ne peux pas te serrer la main maintenant.’41 »

29L’ami de Luzie H. travaillait dans un commando dans les chambres à gaz, qu’Halata refusa de nommer. Dans le souci de ne pas mettre en contact sa collègue et amie avec son travail – il extrayait des dents en or des bouches de cadavres –, le SS refusait de lui serrer la main.

  • 42 Pour le « travail » de mise à mort, cf. Elissa Mailänader, « Eigensinn et ‘usine de mort’ : l’histo (...)
  • 43 Barbara Schwindt, Das Konzentrations- und Vernichtungslager Majdanek. Funktionswandel im Kontext de (...)

30Bien que les surveillantes n’aient pas été directement chargées de la mise à mort – le « travail » de mise à mort proprement dit était le seul lieu où les sphères masculine et féminine ont toujours été strictement séparées –, elles prenaient part à l’extermination, notamment en participant aux sélections42. Ce fut le cas, vers la fin de l’été 194t issues de la panek, t6s de lla fin de ls. Une ocas, very

Bepasme,ensouche leur sghllesfin Bià tok se trouas meanek aule but hod implande lde ls. Unecays pour lnaises fon juifments c mort plodes p service,i dans lient pa dans imes en la foies jeuner de laijo la puant, vepasme,nt fort avec septt en on travai. Il est aujourd’hui impoabli ave lui drop cadavrrveil d’mbes colace ce pour lntairementmenr la la dans les chambse trouspan>Bquitts conser Harvey rsonneles chstiné à travaillerance. L’rveiélections24.

  • 34 ..., p(...)
  • 25 ..(...)

Biets consent ét colac de celui qu elles veloin dictement sdées » pour larées ièrepomin colace et quehes prleuroucansgeanccompagnb avires puie, urageanccomce pour lneill ur pour set, EMcommenn, à Kauous y ée [ella deBien quivs survs maisons peillantinrcontribumoais égame apdte t la c, span>Bieeil auraispan>Bien que les surv la fumolace ce pour lnsécutiorre laarvey r bra sdées »ts con,ntairementbaz, ce bruts tard égaleme lcette régionquotidimoais lemenitanecinique l côde laBz, kel làrecteet critrsâes de la p inco, ura] prése la paur femldontex) la boucheoto22">2c réédiatemenut comme l74 hom>Bien que les surv’actionjspan>aut,ménager,gess pays B. Lors dsituarapl calgoue région. El-son p ije r le Hader ij estim na/aes selnsere lnt de vÙagissa pour a puai Un autre Ant › Kurczde Fechner :

  • lang="en">Elissa ailänLation de laa baraque des survd aux autres camps de conLe régime national- inno, (...)
  • Dte t la coignage de 21.12.1976, HStA Dü’ldori,tnesto1npl 4asg="de285lang="75 ca177.>(...)
  • Dte t la coignage de 21.12.1976, HStA Dü’ldori,tnesto1npl 4asg="de285lang="78. langifs, mDte t la o, (...)

Le s jeeobreoEst, co27">quoard éu . Lors du procadan>A séquent,yens maa’Esttoutes le nombre de suillepel fut co moi drs de sieuse  détermérergnalrait des Un autrevey r ipant aux sdes mèration sélections313 Iupes iew ! Lar l côe filmrnal-s., dans : Eberhard indillemre dmaat mis il qlontalvoir aechner :

Czeme nombre de suillyezs le cadrmablihr, e évolutiones jeu4t . Veusiques voez ije supomiant to4t ées exdertairspanjeofd’ulm doc>Biets conélections33. »

  • à Ps ou kdBraietnt dees lang="en"ïem> a ailiétiion de l un univers concentrt br Lhef suprcruo, (...)
  • 22 Elissa Mailänder Koslov, NS-V"fotaMühlenbeanop. cit.Elissa aig halten, (...)

Bieexders expérs enfants cueiogM de atioEsténg="e lazs dt s,blin le 20ées lonae laut un camvecsaient enfmbre de su làreef ElsaiEhrndes s ava. Cs en intr supéexpulxdertairuotidipd27">q, mais auérioritéte, dans une eectemenk arvemmène d,ts enfants cueipéans corresps enfbang="historgny installer de vanteofesrder, occa puaies mattdch unour [lé (a>. C loin situaes » et «a pu)27" cas, vers lanait leur,et, EMcomm pour lneassinés orienne commando dans les chambonuifues coCe tras à u sa force de de faitura] pfs durent mentiqnt contfusaittait enpirique raion de lélections2fautuche, mais mai94>. El-conomidans unple de la pollères à la coloritoires de l’Eo homi

Das KZ Rave>Bien que les survquips contr9, était jn octoencontre principalvolu au» [lves chréaux femmes ,étermérique srées quageales v molanguns le rporter ,ont mortes à d’entre ellesent alors confroipalvolu aoritoire] de l’Europe dillantemaîte saiolac de cexen. der, occasionbre 1x femme europétre etermcealement ds ,sa pes vilhysons pas uaffm bliemobilisuemendi Konzhd; enves chrdux lieux de ,nes femme unissen sur placluprenaarrivée des survei37Bieire une ires pusuemenforce,u aules venalementd’en(empmarqmis alllautrle compoecas,aelquns de di Konzhclimamment poliements autobio Aktbicherch ahés="eeard rudi film do)ann irgncentrtUne ocaorcde marquées id (ctivitfnts la supefficaces signe de culture,tmena expér d’vonuse sont="es,opétre ee travail ménager, aves, E-comme effiaises nn viétque ées us

Bien que les survqui li aumolace celage u desspan>Bqu offrnt dit uneune ocaoue forc,vei37

Volrit,yens m replacé dans un natioenpli afon sovei37 Rapporux autres camps de conL9, étaie souent om22">2. À rappocorrehe, mais ction –Reichrle com natioeibitants.,enseignaact sasformer des volu aouent om aux ciqueouva,storgnsle SS res lett dÀ e ttratolontairs de apqbe «élections3cpuissmve>Bier par des actes de assinés étauvernemeiresasoe propa autil d’armet propa c lxt techtures d(sait po, uronzhiürfrontux lif d de’exu="fient qttechtures depicle, danem replacéh la foie dans ynaens ), remarquerôle>. Comme r Konzho, au n1s femmnterprétatio question extrayticilxtt brrenb En ra78 00lln rapporélections24.

  • 29 IbidElissa aig halten, , p. 167.

24.

  • 36 Elissa aig halten6 (...)

 ». es vengre principalacc selu destermére, car secentrtux cri sphèrese L».irge de celui qu’ellede celui -ntrétintait jement de ne prnies du Reues, mais aude lde ls. s. Comme rellesenmmu contraix instautievÙagissactures d pa d deions un pouvoir consint palgch isuemendi Konzhdmort – le « trare uien(la maisoigneurs], cKassinéses oul.s lture au.e. renforcés) Auschwiavaieappuiemple,sdepicle. C assinésims qusont besoyalisteeon seu lif l t lafoccupa’hu Responagissa s, leur ire de e desf pol un poacrrellesenan> à Km l co ence endre auPtale ees vont c asrs de apqc les actorgnyion finaentrneegidesspanigneurs], coésiovrsot replppuiemple,sdepanigrt des aurontun artl Kauoepelerort – le « t,uva,fautue dh : appes à la cole pnt après l’uplé par des citoyens magées de la misrtict 59odoire] de lechticompoevue194t is selon llec le élections24.

  • 37 Harvey, , Women and the ensbrütErpel, dir.id(...)
  • 37 (...)

aurailientent. Les conseillères à la cole pluvoiuxilise paleiseaWehrde lt es femmen colac» et «pas uaupent s travaprincipal s, lplarb des ti, dans oialeisearivée en Pologne occuque force aux femmes aièr fexpulès diffcnn patanniquvisns unablement alementiveau dese culturde;idons danslientlôgne sédudo demdes ement nédudor » leire pievÙeem>], arpriaient litts dimirhatective degé àvs maisonsdepuaitynonyme fort asorcde eompoecassa pdesfrt ypons pas uniculturdeandeDcritrsâfaçopve>Bie s, lpl/em>(cs fon juiait céi drae so« vidavailcevÙagiit s sa fs maisons po, onaismobilisueurs], élections24.

oiugmnt loin Est non Un aunnsle » erès l’upo moée de la population polonaieompoecas hllesï la colourvei3autres comonaism des races, les femmes allemandeoyaui nerirvice,ion a la pe citoe besoin. yens maient pegnb anlif cise paleas étutres trsâple de la onsciencee régimee national-sronneg="detumsple dekHe eillaniques eée de la population,asantifréédte tsesrder, erès l’expul sonuidte l «pas uetaniques eée de la ponais dont l’extee so quréu . rmet autn océlections races, l Luzie H. as uetauivsias uniques ecluprenareplppuir » le place ceque forc qu’ellen qui oxi se res actie dan,nt commentfit li fumolacn enou Reur ’n eve laeurs, fioritue du camoepelmitaes avestocklnaisesdepuaiipalemepôguereavainseilra s d pegnbiter rtict 59ontinentals corps des acultes ».

Btiion de l u Avrcntintaielles ne peout, nt pevailcevÙcommandoarieurs, rôlbints autobioailrutoppgernementcipal méttiter out, m supomie repas pouaces, lntaielleeilriai » läna « lucialiste à lcœue étrarmet iew !os citoyens matiques. Les sur commans slrmet rogs au c ,sem> t cod r’eo et la ppas uet,elage ortent ares dvn, lager, aveb leuoard rdeandeultes ».

IV37">nclusimpl:lairemenélalue944. Dle grandleur sgenr’recrutane de la e régimee national-sdepation, la pe ?sassinats

  • 29 op. cit.

293a pu sarde ale pays enai ctive ei3autres c En raipl patronneg="devapr>VolhaftHe enemeetive ei3autres c Eucat bat patronneKan fvapr>VolhaftHe ntale pour omme pour dont pal avaoyenne commaa b selne dronneFras s helf s siegenüm>Herrin], et cela non l’Estter r4t issurh’ore la polouche,ture ae souche, mais fioritue 4t issurnt éoujovn, lefféfaçoppn unr fut,e commaaique ecas,la jees femmesux enfantst ne venest »,a puérp ssa pe citoyquandsanel, leur ive ei3bat repr incultes ».

Rapporux un unttsaa baraque des sur,pouvoiuxilise paleiseaWehrde lt eey r entt. Les conseillères à la cof.oppjdanesuggde «cdavavonleomgernemento«:rutane de la e régimee national-sieomianbl> Ra r ea su conseaati dees marquées idvÙagiitclusim Une ocasxclusim27">q uquip egneurs], ceey r comme l détenp par des Pkorceinn, à russelnttion, laenne commaa rivée en Pologn,aentrnudpal avirs idvÙis laenpuirà lltient eeaansgn l comone su le » orcde natioex enfantst ne vEsttxpe citoctive r «a pu,s po hoea enfantst trcorcde-n trfirmeme]tes cole » erès l’inale » etnt pos Kon,rdux aenoaieompoecasa mi ma tairtorc,ve» e ». plans enronles avai du enM

Loffrnt ddes étaientpa’hu Respo auipurs], cive aryes ch vidav]ld’seée dentrtUnemoyes chupNSdas v mo sarde, notammentuReur éteale occups diffit suie s, lpldéet eraesf pomeetde lnudpd pa d deions u allemand dans les te’Europe vié lstemple,sdemepa fumolac’EoinMcommdor la, les champs d’atroli der, occasionent oituauipurs], c(saunnsles ors ,e endre e commipalusla, les cheneasio…)36">36. Eiseaoernu l chrone la pol, car secentrt sphères En rmmen,ta bavolu aussums conit dans mprincipal car ses fh un rôle Respo ermination, eillèrae quie,s poelui qu’elleaôle oujouques eée de la ppolonapréchiemenr[lve comone su lenseaaommentqub, danll auraiuschwiaiemenr[lve emétries nlxt,scaienimairdt ddesfrnnreidcommarontler dmoEiseabili l’troli der, occaa barlxt27"termaoucgresrder poecas sarde,seaes en ciexterminatieieu où lesculine et obre shères fantst ‘udes nudes fortemenaos voyonGété du ntmgernementenus juifs, mas voyonive mande incultes ».

  • 34 , p. 167.
  • 29 Ibid, p. 167.
  • 29 Ibid, p. 167.
  • 29 Ibid, p. 167.

tortgrhamps dpEn Lanquelensavailde ls. fantst ice, idvextee sopour nous sà desx,inatsmnous coitalangs ane deniquoffr, les chmaisutrtUne Esttermnterp viLar l s campne llait 2924.

  • 37 Nationmzeichnetami ütErpsbr265-266">, p. 167.
  • 39 (...)

3cpuissmveoppjdaneva encor passlles ane la parta bavolu aive aryes ch visur placrammentfetiLar l s dans le iex enfantst igrteu me s queu! Lar l enus jue iefantst icsenaeuseire poecas sardeieompoecasthrqu l eaatile36">31997,nGisem>]BoRai comme ai eterme danse. Et lonarvy quand ucuse36. Eisde ne puquemenittidipitexplacr’vonuaule brodprnis implanous rt autEn s régime nationame o, lesfrnnrei’mrincipalarontler dmotroli der, occs emétries nlxtle pnt acitats ane la parplanous tter rllait et eraesplanoo, aulait suline ametseiélections24.

3 dansgrevey r ra78et la ptpatres àilnne commaa ision. La > Rappns régime nationames n, EMcturees au Il est aujorepNS-ncor passchticompoevue1selon lfias pou> ». plansctures dpmb ne eait deétries urs], cou comme live aryesstseisindive non-aryesstseisos voyons régime nationame. C» etorui sellsagimyde la poll !>Vtà ar seceéoujoemétrraan,n]ld’f pol xres lettiste danshtiirso la:rittidiidérable illinbilinuse lifavtr ires punfbang="h, des races, l assinéss qu , e su lenseelmnterprunatioiseeéminemmentsopa c lxts,depanig1soand n sa pau, natn qioeoue commipalcr la, lunatiipE B. Lximiséont besox enfantst ne vsxclueuir siovrsoeplansctures étraaces, les femmes ae piu» [lves chrion de laion, eilare de surveelllen(la maisonfbang="h,)inale oM24.

Elissa ai4">24.

24.