Navigation – Plan du site
Genre et engagement en temps de guerre (XVIe-XXIe siècles)

Implications féminines dans l’entrepreneuriat militaire familial en Suisse romande (XVIIe-XVIIIe siècles)

Women’s Involvement in Family Military Entrepreneurship in Seventeenth- and Eighteenth-Century French-speaking Switzerland
Jasmina Cornut

Résumés

Cette analyse met en lumière la participation des femmes à l’entrepreneuriat militaire dans le cadre du service étranger suisse. En effet, de la fin du XVIIe jusqu’au début du XIXe siècle, les correspondances familiales ainsi que des documents comptables, issus des archives cantonales de Suisse romande, révèlent l’intervention de certaines femmes dans le jeu des carrières des officiers militaires de leur parenté. Plusieurs d’entre elles revêtent l’habit de recruteur local pour les compagnies militaires de leur mari ou de leur frère et tiennent les comptes de leurs différentes dépenses concernant le paiement, le transport ou le logement des recrues. Enfin, certaines femmes deviennent même capitaines par intérim, gérant à distance les affaires de la compagnie familiale. La présente étude met en exergue la légitimité des engagements féminins dans un milieu professionnel considéré comme exclusivement masculin par l’historiographie militaire. Il s’agira de démontrer que le système d’interdépendance important au sein de la parenté moderne rend les spécificités et les rôles genrés plus flexibles, en particulier dans un milieu militaire au caractère éminemment familial. Il est donc nécessaire de nuancer l’idée de champs d’action ou de tâches qui seraient spécifiques à l’un ou l’autre sexe dans les familles d’officiers au service étranger.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Archives de l’État du Valais (ci-après AEV), Fonds D’Odet 2 P 369/55, Sierre, 14 septembre 1794.

1« [M]arque moi si les hommes que je pourois faire sont pour toi ou pour le Se[r]g[en]t c’est un sot mêtier que de recruter1 ». Ces propos adressés en 1794 au capitaine Vincent de Courten, au service de Sardaigne, ne viennent pas, comme on pourrait s’y attendre, de la plume de l’officier recruteur de sa compagnie mais de celle de son épouse, Victoire. Dans un milieu professionnel présenté par l’historiographie comme exclusivement masculin, le fait qu’une femme recrute des soldats peut étonner. Toutefois, dans la Suisse de l’époque moderne, l’épouse du capitaine de Courten n’est pas la seule femme à s’impliquer au sein de l’entrepreneuriat militaire. Ce phénomène est pourtant très peu étudié dans le cadre des analyses du service étranger.

  • 2 François Walter, Histoire de la Suisse, L’Âge classique (1600-1750), Neuchâtel, Alphil-Presses univ (...)

2Régi par des accords ou capitulations passés entre les puissances européennes et les territoires du Corps helvétique, le service étranger constitue un phénomène migratoire masculin de grande ampleur durant l’Ancien Régime. Du XVIIe au XVIIIe siècle, entre 315 000 et 430 000 hommes se seraient ainsi engagés au service de plusieurs pays européens (France, Espagne, Pays-Bas, Angleterre, Autriche, Savoie, etc.)2. À la tête de ces soldats, de nombreux fils de familles patriciennes embrassent une honorable carrière des armes et passent une grande partie de l’année à l’étranger, en garnison ou au front. Certains d’entres eux, qui possèdent une compagnie de soldats, se révèlent être de véritables entrepreneurs de guerre.

  • 3 Rudolf Jaun, « Histoire militaire », Dictionnaire historique de la Suisse, 2014, p. 1, consulté le (...)
  • 4 Philippe Henry, « Service étranger », DHS, 2015, p. 1, consulté le 22 décembre 2016, URL : http://w (...)
  • 5 Citons l’article de Louiselle de Riedmatten, « Lettres à l’absent bien-aimé. Essai sur la correspon (...)
  • 6 Nathalie Büsser, « Die Frau „Hauptmannin” als Schaltstelle für Rekrutenwerbungen, Geldtransfer und (...)
  • 7 Rudolf Jaun, « Militärgeschichte », art. cit., p. 128.

3Depuis son renouvellement historiographique dans les années 1970, l’étude du service étranger suisse s’est orientée vers une histoire sociale, culturelle et économique de la guerre et du fait militaire3. L’attention s’est portée sur le substrat socio-économique du service capitulé, les transferts culturels, les mentalités, les conséquences démographiques, les réseaux de clientèle et de parenté ou le poids des traditions familiales et locales4. Rares toutefois sont les chercheurs qui ont détourné leur regard de l’officier ou du soldat pour s’intéresser à ceux qui restent au pays : leurs familles et, plus particulièrement, leurs épouses, mères ou sœurs5. L’historienne Nathalie Büsser est la première à relever l’implication économique et professionnelle des femmes dans l’entrepreneuriat militaire familial6. Son étude de cas portant sur deux sœurs d’une importante famille de Zoug, entrepreneurs de guerre, ouvre une brèche vers ce phénomène largement ignoré, tant par l’histoire militaire que par l’histoire des femmes et du genre. Dans un récent bilan historiographique, Rudolf Jaun appelle en effet les spécialistes du service étranger à explorer davantage la place des femmes dans les familles d’entrepreneurs militaires7.

  • 8 Marion Trévisi, Philippe Nivet (dir.), Les femmes et la guerre de l’Antiquité à 1918, Actes du Coll (...)
  • 9 Appel à contribution du colloque « Genre et engagement en temps de guerre, XVIe-XIXe siècles », nov (...)
  • 10 Sylvie Steinberg, La Confusion des Sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolution, Par (...)
  • 11 Emmanuelle Charpentier, Benoît Grenier (dir.), Femmes face à l’absence en Bretagne et au Québec (17(...)

4La présente étude s’inscrit à l’intersection de deux perspectives récentes de l’histoire moderne des femmes et du genre. La première analyse le rapport des femmes au phénomène guerrier et tend à remettre en question les représentations sexuées traditionnelles du monde militaire8. À travers le prisme du genre, il s’agit aujourd’hui de relativiser « les diptyques militaire et civil », notamment9. En dehors de quelques figures de femmes soldats ou d’espionnes dans les armées durant l’Ancien régime10, les rares analyses se concentrent sur les femmes en « marge » des combats, comme en témoigne la section portant sur la période moderne de l’ouvrage Les femmes et la guerre de l’Antiquité à 1918 dirigé par Marion Trévisi et Philippe Nivet en 2010. Puisqu’elles résident en Suisse, les épouses, sœurs ou mères d’officiers au service étranger étudiées s’inscrivent dans ce contexte de « marge » des conflits, mais pas nécessairement en marge du champ professionnel militaire. La seconde perspective qui influence cette recherche met en lumière un phénomène fréquent à l’époque moderne : des femmes faisant face aux absences plus ou moins longues de leur époux. En effet, les situations d’absence masculine peuvent révéler la capacité d’action des épouses ainsi que « les répercussions de l’absence sur le couple et la famille en matière de relations de pouvoir, d’autorité parentale ou de division des tâches11 ». Ce contexte particulier, tout comme le champ militaire, a produit des sources permettant de dévoiler certains aspects des quotidiens féminins qui ne s’appréhendent que très difficilement pour l’époque moderne.

5Empreinte des questionnements de ces nouveaux prismes d’analyse, la présente étude met en exergue la légitimité des implications féminines dans un domaine présenté comme exclusivement masculin par l’historiographie du service étranger. Il s’agit ainsi de cerner les raisons politiques, économiques ou familiales de l’engagement des femmes dans ce champ professionnel. En particulier, il sera démontré que le système d’interdépendance important au sein de la parenté moderne rend les spécificités et les rôles genrés plus flexibles, notamment dans certains milieux au caractère hautement familial à l’instar du contexte militaire. Dans la lignée des travaux de Nathalie Büsser, il est nécessaire de nuancer l’idée de champs d’action ou de tâches qui seraient spécifiques à l’un ou l’autre sexe dans les familles d’officiers au service étranger.

6Les correspondances et documents comptables issus des fonds de famille romandes révèlent ainsi des actions féminines à trois niveaux du champ professionnel militaire : dans les carrières, au sein du recrutement ainsi qu’à la tête de compagnies militaires.

Implications féminines dans les carrières militaires

  • 12 Marianne Stubenvoll, « Patron bernois, client vaudois au service étranger » in Norbert Furrer et al (...)
  • 13 Luigi Lorenzetti, « Les élites “tessinoises” du XVIIe au XIXe siècle : alliances et réseaux familia (...)
  • 14 François Cojonnex, « Entre la France et la Hollande, un destin mercenaire : Esaie de Chandieu (1660 (...)
  • 15 Jean Steinauer, Patriciens, fromagers, mercenaires : l’émigration fribourgeoise sous l’Ancien Régim (...)
  • 16 Jasmina Cornut, « Parenté dans l’élite valaisanne des Lumières : la famille de Courten, entre strat (...)

7Dans les sociétés d’Ancien Régime « où les ressources sont limitées et leur accès difficile et déterminé par des conditions de statut social et de fortune12 », de nombreuses réussites socio-économiques et politiques se construisent « au croisement de divers espaces relationnels : la famille, les clientèles et les rapports avec les pouvoirs politiques et institutionnels13 ». Les carrières du service étranger s’organisent en particulier autour de liens de solidarité et de réseaux constitués aussi bien au sein de l’entreprise militaire que de la parenté14. À l’instar des systèmes électoraux des Conseils locaux suisses et plus généralement des structures sociales et professionnelles d’Ancien Régime, la structure hiérarchique du monde militaire n’échappe pas aux nombreuses manœuvres népotiques des réseaux de parenté. Même lorsque, à partir de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, le roi de France se réserve le droit de choisir les officiers supérieurs sur la base de l’ancienneté et du mérite, les familles des oligarchies locales élaborent diverses stratégies politiques et népotiques pour atténuer autant que possible les effets de cette mesure15. Les liens familiaux constituent des facteurs très importants pour une carrière, comme le révèle l’une de nos précédentes études : les pères, oncles, frères, beaux-frères ou cousins établis dans le milieu militaire contribuent à l’avancement des hommes de leur parenté16. Pourtant, dans les réseaux de solidarités familiales de ce champ professionnel – présenté dans la tradition historiographique comme exclusivement masculin – les femmes demeurées au pays œuvrent elles aussi pour les carrières masculines.

8Ainsi, lorsque le cadet vaudois Jacob Deloës cherche à obtenir un poste d’enseigne dans la compagnie du lieutenant-colonel Monnin de Neuchâtel, ce sont aussi bien les relations masculines que féminines de son père Abraham qui contribuent à son ascension dans le milieu, comme ce dernier l’écrit à son fils autour de 1730 :

  • 17 Archives cantonales vaudoises (ci-après ACV), P. de Loës 55, s. l., s. d.

« votre cousin l’assesseur Deloës a ecrit à Mad. Sa sœur a Neuchastel pour vous faire recommander a mons. Monnin laquelle s’étant adressée a des personnes de distinction a ce sujet […] elle vous fait bien des compliments et marque quelle souhaitteroit avoir occasion a vous pouvoir faire plaisir17 ».

  • 18 Marianne Sutbenvoll, « Patron bernois, art. cit., p. 71-72.

9Issu d’une famille bourgeoise du Pays de Vaud (alors sous tutelle bernoise), sans appui dans le service étranger et dans une période de paix où « les avancements sont rares », le jeune Deloës aurait pu souffrir de sérieux handicaps dans son ascension professionnelle mais, grâce à ses parents, tant masculins que féminins, qui mobilisent efficacement plusieurs patriciens bernois en sa faveur, son avancement – sept ans, à la place de dix en moyenne, pour devenir lieutenant – se révèle finalement rapide pour l’époque18.

  • 19 Louiselle Gally de Riedmatten, Du sang contre de l’or, op. cit., p. 578-579.
  • 20 Ibidem, p. 581.

10Durant la seconde moitié du XVIIIe siècle, le contexte très compétitif du régiment de Courten au service de France réduit les possibilités de promotion des hommes qui bénéficient de l’avantage de la naissance. Issu d’une famille patricienne de Saint-Maurice, Louis d’Odet est depuis 1769 lieutenant au régiment de Courten. Sa qualité de Bas-Valaisan dessert toutefois ses possibilités d’avancement. En effet, à partir des années 1760, la Diète, organe décisionnel suprême du Valais, prend une série de mesures visant à avantager les Patriotes, ressortissants du pays souverain (le Haut-Valais), pénalisant par-là les officiers du pays sujet (le Bas-Valais) désirant faire carrière en France19. De surcroît, le régiment de Courten ne participe plus à aucune action militaire depuis la Guerre de Sept Ans en 1763 : l’éloignement des combats ôte aux officiers la possibilité de se distinguer autrement que par leur ancienneté et la diminution de la mortalité ne libère que trop lentement les places très enviées de capitaines propriétaires20. De ce fait, lorsqu’en 1777 la possibilité d’obtenir une compagnie se présente enfin, la mère de Louis d’Odet, Julienne, et son épouse Julie n’hésitent pas à agir sur le champ, comme cette dernière l’écrit à son mari alors posté à Valenciennes :

  • 21 AEV, Fonds D’Odet 1 6/6/1, St-Maurice, 7 juillet 1777.

« J’ai étée bien tourmentée à ce sujet depuis 8 jours, jevais te conter cette histoire ; Mde Ignace à écrit à son cousin du fay que lon travailloit à faire à voir la retraitte à mr. de la pierre. Aussitôt, le cousin sans m’en rien dire à travaillez auprès de son oncle pour te faire avoir cette commission, il en a parlez à la maman qui lui a dit qu’elle donnerois bien cent pistoles pour te la faire avoir. Le cousin montait à Sion et en à parlez son oncle qui n’a point voulu d’argent et qui lui a répondu qu’il étoit bien faché qu’on ne lui en ai pas parlé plutôt, que sa soeur lui avoit demandé cette place pour son fils mais qu’il ne lui avoit pas encore promise et qu’il voudroit pouvoir arranger les choses pour te la donner et qu’il voudroit voir la capitulation avant que de ce décider. Le cousin lui à promis de la lui envoyer et à son retour, il à conseillé à la maman de lui écrire et que je ferois un double de la lettre mais qu’elle écriroit de sa main, après le départ du cousin dufay […]21 ».

  • 22 Marc Höchner, « Au service de Sa Majesté. La famille Castella sous les ordres de princes étrangers  (...)

11Ce passage révèle l’étendue de la solidarité familiale qui mobilise des parents en dehors du cercle nucléaire. Au sein de ce réseau, les femmes – « Madame Ignace », la sœur de l’oncle sollicité, Julie et Julienne – manœuvrent au même titre que les hommes dans le jeu des carrières des militaires de leur parenté. Les femmes de la famille d’Odet sont même prêtes à franchir certaines limites pour faire obtenir le grade de capitaine à Louis. Julienne d’Odet propose un pot-de-vin à l’oncle de son cousin, susceptible de favoriser la carrière de son fils, tandis que « tramblante et incertaine », Julie manœuvre derrière le dos de son mari. Si elle lui avoue, plus bas dans sa lettre, avoir eu des scrupules à quémander une compagnie en son nom, c’est qu’elle sait que ce dernier « n’aime pas le service » et que, par sa manœuvre, elle contribue à l’« attacher » à une profession qu’il a émis le souhait de quitter. Sa belle-mère Julienne l’a cependant convaincu que si son fils obtenait une compagnie « il pourroit faire quelques épargnes pour élever sa famille qui peut devenir nombreuse ». En effet, pour les familles patriciennes, la possession d’une compagnie est très importante car elle donne « la possibilité de parer à leurs besoins et de placer un capital22 ». Chez Julienne d’Odet, veuve d’un notaire du pays sujet, il semblerait que les raisons économiques se doublent surtout d’une volonté d’ascension sociale : une belle carrière militaire et la possibilité de gagner un titre de noblesse par les armes hisseraient sa famille au rang des quelques puissantes lignées de l’oligarchie militaire du pays souverain.

  • 23 Bibliothèque cantonale et universitaire de Fribourg, Fonds Castella A-651, s.l., 1730.
  • 24 Rita Binz-Wohlhauser, « La famille Castella : points communs et différences » in Romain Jurot et al (...)
  • 25 Marc Höchner, « Au service de Sa Majesté, art. cit., p. 45.
  • 26 Philippe Henry, « Service étranger », art. cit., p. 6.

12Si les femmes font les carrières, elles sont également susceptibles de les freiner, à l’image de la fribourgeoise Elisabeth de Castella, née Boccard. En 1730, les comptes de cette veuve attestent qu’elle gère l’argent (pension de France, revenus fonciers, intérêt de la maison de ville, etc.) de son fils Nicolas-Albert, lieutenant célibataire au sein de la compagnie Castella de Delley au service de France23. Madame Castella détient l’administration et la jouissance des biens familiaux au détriment de ses enfants. Selon Rita Binz-Wohlhauser, cette mainmise maternelle sur le patrimoine familial aurait empêché ses fils d’investir entièrement dans le secteur militaire24. Au XVIIIe siècle en effet, l’entrepreneur qui lance une affaire doit investir un capital conséquent qui nécessite bien souvent l’aide de sa famille25. En outre, les gains des propriétaires de compagnie sont de plus en plus aléatoires et dépendent de « leur aptitude à une saine gestion de l’unité, des conditions de capitulation, mais aussi de l’utilisation de la compagnie et des capacités financières du commanditaire »26. Les risques économiques importants ont peut-être résolu Elisabeth de Castella à détourner ses enfants d’un milieu professionnel jugé trop incertain.

  • 27 Sandro Guzzi-Heeb, « Mère aimée, mère domestiquée ? Mères valaisannes du XVIIIe siècle et leurs fon (...)
  • 28 Elisabeth Joris, « Kinship and Gender. Property, Entreprise, and Politics » in David, W., Sabean et (...)
  • 29 Voir notamment Sandro Guzzi-Heeb, « Marie Julienne de Nucé, die Politik und die Religion. Elemente (...)

13Plusieurs études régionales – qui observent une féminisation de la sociabilité privée au cours des XVIIIe et XIXe siècles – dégagent au sein des réseaux de relations le rôle actif des femmes des élites, investies de nouvelles compétences sociales27. Selon Elisabeth Joris « à travers la correspondance, les cadeaux, les visites, les groupes de discussions féminins et autres réunions, les femmes créaient une arène semi-publique dans laquelle le supposé privé était relié et se chevauchait avec le public. C’étaient les femmes qui rassemblaient toutes les informations et qui étaient ainsi capables de modeler le réseau de relations pour leur bénéfice et celui de leur famille28 ». La sociabilité familiale féminisée au XVIIIe siècle, les rapports étroits entre parentèles et clientèles, ainsi que le caractère informel des manœuvres népotiques offrent un espace d’action légitime aux femmes pour intervenir dans le jeu des carrières comme c’est le cas d’ailleurs dans d’autres champs professionnels et politiques de la Suisse d’Ancien Régime29. Pour les hommes, l’investissement important que représente la propriété d’une compagnie, dans un contexte de plus en plus concurrentiel au XVIIIe siècle, nécessite bien souvent l’appui clientélaire et financier de leur famille. Le prestige d’une carrière militaire – tremplin vers les plus hautes charges politiques –, les possibilités d’obtenir des distinctions honorifiques ou des titres de noblesse (dans un Corps helvétique républicain) et le fait que seuls les grades d’officiers supérieurs peuvent se révéler parfois lucratifs, amènent l’ensemble de la famille, y compris les femmes, à s’impliquer dans l’ascension des hommes de leur parenté. En l’état des recherches déjà effectuées, il semblerait que les intermédiations féminines apparaissent en particulier lorsque des appuis masculins proches – père, frère ou oncle dans le métier des armes – manquent, à l’instar des carrières de Deloës ou d’Odet.

14Certaines femmes interviennent cependant de façon plus surprenante et formelle dans un autre champ de la profession militaire, celui du recrutement des soldats.

Implications féminines dans le recrutement

  • 30 Jasmina Cornut, Femmes d’officiers suisses au service étranger : implications, enjeux et stratégies (...)
  • 31 Hugues Ann, Gender and the English Revolution, London, New-York, Routledge, 2012, p. 37.

15Les épouses, mères ou sœurs d’officiers capitulés qui servent à l’étranger restent pour la plupart d’entre-elles en Suisse et administrent le patrimoine familial. Les patriciennes valaisannes, vaudoises ou fribourgeoises étudiées supervisent le travail, le rendement, la vente de leur production agricole et viticole, ou encore les intérêts de leurs bâtiments30. Mais la répartition des tâches sexuées consécutive à l’absence masculine ne se limite pas à cet aspect de gestion de leurs propriétés foncières et immobilières. L’implication économique et professionnelle des femmes s’observe également au sein d’une autre partie importante du patrimoine : la compagnie militaire familiale. Dans son étude sur les Révolutions anglaises du XVIIe siècle, Ann Hugues mentionne certaines actions féminines dans le champ professionnel militaire, à l’image des épouses de capitaines de Coventry qui tiennent souvent les comptes des compagnies de leurs maris31. En Suisse, correspondances et comptes personnels des patriciennes révèlent le rôle important que certaines d’entre-elles jouent aussi dans le recrutement des soldats.

  • 32 Méthode d’entrainement militaire fondée sur la répétition intensive « visant à l’acquisition d’auto (...)
  • 33 Philippe Henry, « Service étranger », art. cit., p. 4 ; Hermann Romer, « Entrepreneur militaire », (...)
  • 34 Janine Fayard Duchêne, « L’État patricien, XVIe-XVIIIe siècles », in Jean-Henry Papilloud, (éd. et (...)
  • 35 Hermann Romer, « Entrepreneur militaire », art. cit, p. 1.
  • 36 Rudolf Jaun, « Militärgeschichte, art. cit, p. 128.

16Recruter des hommes n’est pas une mince affaire au XVIIIe siècle. Les historiens observent une décadence du mercenariat helvétique, dans une société qui perçoit de plus en plus négativement le métier des armes. La disparition du pillage, la diminution progressive de la valeur réelle de la solde ainsi que le durcissement de la discipline avec l’introduction du drill32, assombrissent singulièrement l’image du service, concurrencé en outre par l’attrait croissant des salaires de l’industrie rurale naissante, notamment33. Pour les propriétaires d’unités, les conséquences économiques d’une compagnie incomplète peuvent être très lourdes, et les morts au combat lors des guerres ou les désertions qui peuvent parfois atteindre 20 % des effectifs n’arrangent pas leurs affaires. Dans ce contexte, la tâche des recruteurs est d’une grande importance : les études régionales démontrent en effet que les besoins des armées étrangères et l’action des recruteurs influent souvent de manière plus déterminante que la conjoncture économique sur les volumes des recrutements34. Le profil des recruteurs – souvent méconnu des historiens du service étranger – varie selon les propriétaires de compagnie mais également en fonction des territoires ou des périodes. Depuis le XVIsiècle, si le capitaine n’est pas en mesure de revenir au pays pour procéder lui-même au recrutement, cette tâche est confiée à des sous-traitants : des agents professionnels tels que des sergents recruteurs de la compagnie, des anciens soldats ou parfois des parents du capitaine35. Dans le cadre du service étranger suisse, les filiales de recrutement sont hétérogènes et révèlent des particularismes régionaux et familiaux dont les modalités restent en grande partie à étudier36.

17Les capitaines vivent avec le souci permanent de « faire de beaux hommes », de compléter leurs effectifs, tout particulièrement en période de tensions politiques ou de guerres. Entre 1741 et 1748, le recrutement est le sujet principal de la correspondance entre Esaïe de Chandieu-Villars, propriétaire d’une demi-compagnie aux Gardes Suisses à Paris, et sa sœur Angletine qui réside dans le Pays de Vaud. Alors que la France vient de s’engager à soutenir militairement l’Électeur de Bavière en ce début de la Guerre de Succession d’Autriche, Chandieu presse sa sœur de lui procurer des hommes :

  • 37 ACV, Fonds P Charrière de Sévery, Ba 2456, Paris, 5 août 1741.

« Je vous prie, ma chere sœur, de ne rien refuser pour moi de ce qui aura les quatre pouces bonne mesure, qui sera du Canton, et d’une tournure a bien marcher et a bien servir, engagés surtout pour quatre ans et point d’un prix excessif. A mesure que je recevrai du monde, je vous le manderai, mais de longtems je n’ai a craindre d’en avoir trop. En comtans sur ce que j’ai une legere esperance de rengager, il m’en faudra toujours 15 a 18 en cas de guerre […]. Si vous deboursés quelque argens pour moi, mandés le je vous prie, ma chere sœur, a ma femme, Elle aura ordre de vous le rembourser […]37 ».

  • 38 Hermann Romer, « Entrepreneur militaire, art. cit., p. 1.
  • 39 Nous remercions l’historien Alain-Jacques Tornare de nous y avoir rendue attentive.
  • 40 Jean Steinauer, « Des migrants avec des fusils. Le service étranger dans le cycle de vie », in Norb (...)
  • 41 Par exemple elles sont autant choisies que leur mari ou leur frère comme marraines par les couches (...)
  • 42 ACV, Fonds P Charrière de Sévery, Ada 1039, s. l., 1745–1755.

18L’habileté du recruteur à négocier et à traiter avec les volontaires contribue au succès économique de l’entreprise militaire38. La tâche d’Angletine, supposée ne pas enrôler « d’un prix excessif », n’est pas aisée, les périodes de guerre augmentant considérablement le coût des hommes qui sont aussi moins enclins à s’engager qu’en temps de paix. De plus, la République de Berne fait savoir au grand jour qu’elle s’oppose à la politique de la France, ce qui se traduit immanquablement sur le terrain39. Les services de Hollande et du Piémont concurrencent ainsi fortement les enrôlements pour la France dans le Pays de Vaud, alors sous tutelle bernoise. D’où l’importance, entre autres, du recrutement local et régional pour les Chandieu. Le lieu de résidence d’Angletine, au château de L’Isle, constitue un véritable camp de base dans la campagne vaudoise. Jean Steinauer souligne qu’en certaines régions les filières du recrutement suisse sont encore largement inscrites dans le cadre seigneurial. L’historien suggère que « le soldat est au capitaine comme le paysan au seigneur, et l’armée comme la société repose sur un réseau hiérarchisé d’allégeances personnelles […]. Tout se passe comme si, au capitaine-hobereau tenu de leur fournir du travail, les fils de fermiers devaient un temps de service militaire40 ». Les patriciennes sont considérées comme les dignes représentantes de leurs parents mâles au sein de la communauté – quand elles ne disposent pas d’un prestige social équivalent41. Angletine de Chandieu-Villars représente de fait ses frères Esaïe et Benjamin – également propriétaires d’une compagnie au service de France – sur leurs terres familiales. Ainsi en 1746 par exemple, elle consigne ses frais d’engagement pour huit recrues originaires de l’Isle et des communes alentour telles que Montricher, Bière, Gimel et Essertines-sur-Rolle42.

19Ce recrutement « seigneurial », parallèlement à d’autres types de recrutement, se retrouve également chez les femmes du patriciat valaisan. En 1782, le couple d’Odet, précédemment évoqué, déménage à Sion dans le Haut-Valais. Toutefois c’est sur leur terre d’origine en Bas-Valais – le pays sujet – que Julie se rend pour « faire des hommes ». Une lettre de 1782 à son mari démontre qu’elle connaît bien certains volontaires qui s’engagent :

  • 43 AEV, Fonds D’Odet I 6/6/4, St-Gingolph, 27 décembre 1782.

« lon fait beaucoup de bruit à ton nom, il y a quattre hommes de fait, j’ai bien envie quil parte demain, ils font bien de la dépance […] ; il yà le fils de ma nourice […] ; il y a le petit Roc qui veut absolument servir […] les recrue ne veulent pas partir jusqu’à mardy, ils s’en présente assez de nouveau mais jusqu’à présent trop cher mais depuis aujourd’hui je ne leur passer[ai] que 10 baches par jour si je ne puis les rêgler […]43 ».

20À l’instar de Julie d’Odet, Victoire de Courten née Chaignon, qui réside dans le pays souverain, se tourne également du côté de sa région natale afin de passer des annonces pour le compte de son mari, capitaine au service de Sardaigne :

  • 44 AEV, Fonds D’Odet 2 P 369/58, Sierre, 21 mai 1795.

« je ne crois pas mon ami que j aie de grand frais à faire pour tes recrues, il ne se presente personne et comme je te l’ai mandé dans ma derniere, la levée pour l’Espagne va encor rencherir considerablement les hommes, je feres au reste savoir tes intentions dans le bas-Valais44 ».

  • 45 AEV, Fonds D’Odet 2 P 369/47, Savourge, le 12 décembre 1793.
  • 46 AEV, Fonds D’Odet 2 P 369/48, St-Maurice, 18 décembre 1793.
  • 47 AEV, Fonds D’Odet 2 P 369/66, Demont[e], 4 août 1796. 
  • 48 Fayard Duchêne Janine, de Riedmatten Louiselle, « La Compagnie valaisanne de Joseph Augustin de Rie (...)

21Entre 1793 et 1795 en effet, dans un contexte de guerre entre le Piémont et la France, le capitaine Vincent de Courten exprime à plusieurs reprises son mécontentement face aux piètres performances de ses recruteurs45 ; il prie son épouse Victoire, restée en Valais, de lui trouver des hommes. La femme du capitaine semble passer ses annonces efficacement puisque sa mère, installée dans le pays sujet, lui écrit : « J’ai su par M. Preux que vous éttiée affaire des recrue pour la Compagnie de votre mari46 ». À l’instar de la famille maternelle de Victoire de Courten (les Quartéry), le Bas-Valais comporte des familles clientes des puissants de Courten, principaux entrepreneurs de guerre du pays. Victoire active en effet son propre réseau familial en contactant, entre autres, les époux de ses sœurs. Ces derniers, anciens officiers au service de France, envoient régulièrement des hommes de leur région d’origine pour le capitaine de Courten47. Les facteurs de proximité culturelle et linguistique dans le recrutement ne doivent pas être sous-estimés : « [à] une époque où les patois [sont] souvent différents d’un village à l’autre, parler la langue de ceux que l’on [veut] séduire […] [est] un gage certain de réussite48 ».

  • 49 ACV, P Charrière de Sévery, Ba 2450-2458, Paris et Genève, 1740‑1742.

22Les sources sont relativement laconiques sur les modalités d’engagement des soldats par les femmes. Il est cependant difficile d’imaginer ces aristocrates parcourant les villages ou les cabarets à la façon des sergents racoleurs sans scrupules, qui saoulent les hommes pour leur arracher un consentement. Comme en témoignent les extraits précédents, il arrive fréquemment que les futures recrues, attirées par les annonces et rumeurs du recrutement, se rendent en personne au lieu de résidence des femmes, des mères ou des sœurs d’officiers. Dans le Pays de Vaud, si les hommes de la commune ou des régions proches se présentent chez Angletine de Chandieu, cette dernière coordonne également le travail de plusieurs recruteurs de ses frères qui ratissent des territoires plus éloignés : Lausanne, Morges, Vevey, Aigle, Rougemont, etc49.

  • 50 Archives d’État de Genève, Registre du Conseil, [Genève], (1749-1750), Michel Porret, « “On l’a fai (...)

23Certaines femmes, à l’instar de Julie d’Odet, refusent des hommes ou enjoignent le capitaine de ne pas les engager, ce qui laisse à penser qu’elles procèdent à de véritables entretiens d’embauche. À Genève, Michel Porret relève le cas de la femme de Charles de la Rozière, ancien militaire qui enrôle illégalement pour le compte de la Hollande. Dans le contexte du règlement de la Guerre de Succession d’Autriche, le couple de la Rozière accueille à son domicile des « étrangers assez mal habillés » ; selon les plaintes du Résident de France au Petit Conseil genevois, la femme de Charles de la Rozière seconde son époux en sondant les motivations des recrutés et en tenant le registre des hommes50. L’une des tâches importantes des recruteurs est en effet de s’assurer que les personnes engagées sont fiables et ne viendront pas grossir les pourcentages de désertion qui constituent une part primordiale des risques économiques de l’entreprise. Cet exemple révèle en outre que le recrutement par les femmes n’est pas toujours lié, ni à l’absence masculine, ni à la propriété d’une compagnie familiale. En effet, la Rozière est un simple officier recruteur et non un capitaine de compagnie.

  • 51 ACV, P Charrière de Sévery Ada 1039, s. l., 1745-1755.

24Dans le Pays de Vaud, Angletine de Chandieu consigne dans ses comptes les différentes dépenses qu’elle effectue pour le recrutement des compagnies de ses frères51. Elle avance en effet l’argent pour les frais de route – transport et logement – des recrues jusqu’au dépôt de leur compagnie en France. Alors qu’Esaïe de Chandieu exprime une défiance récurrente envers les capacités et la conscience professionnelle de ses recruteurs, il s’en remet entièrement aux capacités de sa sœur pour ce qui est de la coordination des recruteurs, de la gestion des transferts d’argent ou du choix de recrues.

  • 52 David Warren Sabean, Property, Productions and Family in Neckarhausen, 1700–1870, Cambridge, 1990.

25Ainsi, dans les familles étudiées, le recrutement n’est pas considéré comme une tâche spécifiquement « masculine ». Au-delà du genre du recruteur, c’est le lien familial entre les officiers et les femmes qui semble déterminant. Le siècle des Lumières est témoin d’un renforcement des structures de la parenté et notamment des collaborations familiales au sein des systèmes de pouvoir et de production de divers champs professionnels52. Ce constat est d’autant plus perceptible dans le milieu militaire qui revêt un caractère hautement familial et qui s’avère, de surcroît, très concurrentiel et en plein déclin économique au XVIIIe siècle. La tâche du recrutement, primordiale pour la prospérité financière de la compagnie, nécessite la collaboration de tous les membres de la parenté susceptibles d’être affectés par les risques financiers de l’entreprise familiale. Ce n’est d’ailleurs guère étonnant que les sources qui attestent du recrutement féminin apparaissent plus souvent dans des contextes sociaux, politiques et économiques assez problématiques : guerre imminente, augmentation du prix des marchandises et de la prime d’engagement, politiques locales défavorables à certaines puissances européennes ou enrôlements non capitulés. Ces périodes de troubles intensifient les relations d’interdépendance au sein des systèmes de parenté, qui reconfigurent les rôles individuels des hommes et des femmes « du clan » selon les besoins. Dans les cas étudiés, l’absence masculine n’est pas déterminante dans le choix de s’adresser à des recruteurs féminins. Les officiers cités ont tous des frères, des beaux-frères ou cousins au pays qu’ils sollicitent d’ailleurs à certaines occasions. En outre, les sources témoignent que certaines femmes recrutent alors même que leur mari ou leur frère capitaine sont en permission au pays.

26Le facteur de l’absence masculine est toutefois beaucoup plus décisif pour comprendre l’engagement de certaines femmes à des échelons plus élevés de la hiérarchie militaire.

D’exceptionnelles « femmes capitaines »

  • 53 AEV, Fonds Marclay, FQ 899, Verrue, 22 février 1689.
  • 54 AEV, Fonds Marclay, FQ 910, St-Michel, 21 janvier 1690 cité par Louiselle Gally de Riedmatten, Du s (...)
  • 55 AEV, Fonds Marclay, FQ 923/2, s.d, s.l.
  • 56 AEV, Fonds Marclay, FQ 926, Coni, 7 janvier 1692.
  • 57 Louiselle Gally de Riedmatten, Du sang contre de l’or, op. cit., p. 606.

27En 1688, Jeanne Barbe de Quartéry, épouse du capitaine Gaspard Antoine, se retrouve veuve. Durant cinq ans, cette fille et petite-fille de colonels prend la tête de la compagnie de Quartéry au service de Savoie en attendant que son fils de huit ans soit en âge de la reprendre. La correspondance de cette femme analphabète, qui dicte ses lettres à différents scripteurs, atteste qu’elle endosse véritablement le rôle de capitaine par intérim. Ses officiers en garnison au Piémont lui font parvenir des rapports réguliers sur l’état de sa compagnie, à l’instar de son neveu d’Odet en 1689 : « Votre compagnie et sur son bon pied car il en tres belle Dieu [soit] lou[é] !53 ». Toutefois, dans le contexte de la Guerre de la Ligue d’Augsbourg, l’un de ses sergents lui conseille « d’employer le crédit [de ses] amis pour que l’on ne perde [pas] la réputation que la compagnie s’est conservée54 ». Si jusqu’alors recruter n’a pas été un problème pour Jeanne Barbe, le début de la guerre et la concurrence du service de France lui compliquent singulièrement la tâche : « de toutte part on enrole pour France et mesme plusieurs après avoir obtenu mandats […], après s’estre fait enroler ne veulent aucunement partir ; de sorte que j’ignore entierement ou faire du monde55 ». Son neveu « mortifié » lui annonce également plusieurs désertions en 169256. Malgré toutes ces difficultés, en 1693, Jeanne Barbe transmet une belle compagnie forte de 200 hommes à son fils, « ce qui au regard de la désorganisation chronique du service de Savoie à l’époque [représente] un véritable exploit »57. Pas un seul officier durant cette période ne semble remettre en cause la légitimité de « Madame la Chevalliere et Capitaine Quartery » à la tête de la compagnie ; leurs lettres ont d’ailleurs le même ton et les mêmes sujets que celles qu’ils adressaient au capitaine Gaspard Antoine de son vivant.

  • 58 Nathalie Büsser, « Die Frau „Hauptmannin” als Schaltstelle für Rekrutenwerbungen, Geldtransfer und (...)

28Si Jeanne Barbe de Quartéry est veuve, Natalie Büsser relève toutefois au sein de la famille zougoise Zurlauben, le cas de Marie Barbe (1660-1724), « femme capitaine » mariée58, qui détient une importante marge de décision et d’action au sein de l’entrepreneuriat militaire familial. Elle documente les comptes et les dépenses de ses compagnies et répond au courrier, dont une partie lui est adressée personnellement ; les officiers lui envoient également des résumés mensuels de compte, des rapports sur l’état des unités et même des demandes de congé. En effet, l’époux de Marie Barbe, Beat Jakob II Zurlauben, possède plusieurs compagnies ainsi que d’autres charges, notamment politiques, qui l’occupent passablement. Parfois les réponses épistolaires de ce dernier, souvent à l’étranger, ne parviennent pas à son épouse dans un laps de temps suffisamment rapide, lui autorisant, de fait, une certaine marge de manoeuvre. Les officiers de la compagnie familiale échangent ainsi avec cette frau hauptmannin sur des questions touchant à la direction de la compagnie et à son administration, de la même manière qu’ils le font avec son époux, ce qui laisse à penser à Nathalie Büsser qu’ils la considèrent comme propriétaire des compagnies à l’instar de son mari. L’historienne estime également que même lorsque Beat Jakob est présent au pays, Marie Barbe joue un rôle important dans l’entrepreneuriat familial.

29Ces femmes capitaines ne se rencontrent qu’au XVIIe siècle et n’apparaissent plus ausiècle suivant. Dans le cas de Jeanne Barbe, il convient de signaler dans sa famille l’absence d’un homme, militaire et adulte – un beau-frère par exemple –, qui serait susceptible de prendre les rênes de la compagnie. Il faut également mentionner le caractère encore peu fixé et peu rigide des capitulations militaires et le fait que l’hérédité des compagnies n’est pas encore remise en question contrairement au siècle suivant.

Conclusion

30Ainsi, certaines femmes des sociétés préindustrielles ont légitimement œuvré – dans le jeu des carrières, jusqu’à prendre la tête d’une compagnie familiale – au sein d’une profession longtemps exclusivement « masculine » pour l’historiographie militaire.

31Dans le contexte ultra-concurrentiel du mercenariat helvétique au XVIIIe siècle, l’avancement, la propriété d’une compagnie (qui nécessite des investissements conséquents et comporte des risques économiques), engagent souvent la parenté de l’officier.

32Dans l’entrepreneuriat militaire au caractère éminemment familial, les sphères genrées sont plus perméables qu’attendues et le rôle de « parent-e » s’avère plus déterminant que le sexe. En effet, au sein du réseau familial, les femmes des élites patriciennes suisses romandes, mieux instruites, investies de nouveaux rôles sociaux, sont encouragées à relier les intérêts des sphères privée et publique. Les femmes qui résident au pays, jouissent d’un prestige social équivalent à celui de leur mari ou de leur frère et contribuent, depuis leurs camps de base familial, à activer ou à maintenir les liens clientélaires de ces derniers, que ce soit pour les carrières ou pour la bonne marche économique de l’entreprise.

  • 59 Christine Dousset, « Commerce et travail des femmes à l’époque moderne en France », Les Cahiers de (...)

33L’aspect familial des activités est un facteur essentiel pour expliquer l’implication professionnelle des femmes dans de nombreuses entreprises commerciales de l’époque moderne, où « sphère professionnelle et sphère familiale s’interpénètrent largement59 ». La présente étude tend à renforcer ce postulat pour les femmes des élites aristocratiques suisses dont le rôle au sein des activités économiques des sociétés préindustrielles est un domaine d’étude encore largement inexploré.

Haut de page

Notes

1 Archives de l’État du Valais (ci-après AEV), Fonds D’Odet 2 P 369/55, Sierre, 14 septembre 1794.

2 François Walter, Histoire de la Suisse, L’Âge classique (1600-1750), Neuchâtel, Alphil-Presses universitaires suisses, 2011 [2009], p. 43 et 45.

3 Rudolf Jaun, « Histoire militaire », Dictionnaire historique de la Suisse, 2014, p. 1, consulté le 22 décembre 2016, URL http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F13103.php

4 Philippe Henry, « Service étranger », DHS, 2015, p. 1, consulté le 22 décembre 2016, URL : http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F8608.php ; Rudolf Jaun, « Militärgeschichte zwischen Nischendasein und massenmedialer Aufmerksamkeit », Traverse 2013/1, p. 123‑140.

5 Citons l’article de Louiselle de Riedmatten, « Lettres à l’absent bien-aimé. Essai sur la correspondance de Jeanne Barbe de Preux à son mari, Gaspard Antoine de Quartéry, capitaine en Sardaigne » in Norbert Furrer et alii (éd.), Gente ferocissima : Mercenariat et société en Suisse (XVe-XIXe siècles). Recueil offert à Alain Dubois, Zurich, Chronos, Lausanne, Éditions d’en bas, 1997, p. 41‑59.

6 Nathalie Büsser, « Die Frau „Hauptmannin” als Schaltstelle für Rekrutenwerbungen, Geldtransfer und Informationsaustausch. Geschäftliche Tätigkeiten weiblicher Angehöriger der Zuger Zurlauben im familieneigenen Solddienstunternehmen um 1700 » in Gilomen Hans-Jörg et alii (Hg.) Dienstleistungen. Expansion und Transformation des « dritten Sektors » (15.-20. Jahrhundert), Zürich, Chronos Verlag, 2007 p. 143‑153 ; l’ouvrage de Jost Auf des Maur évoque également le phénomène en quelques lignes, sans l’approfondir : Jost Auf des Maur, Sölder für Europa. Mehr als eine Schwyzer Familiengeschichte, Basel, Echtzeit Verlag, p. 410 ; de même que Louiselle de Riedmatten, op. cit., p. 58

7 Rudolf Jaun, « Militärgeschichte », art. cit., p. 128.

8 Marion Trévisi, Philippe Nivet (dir.), Les femmes et la guerre de l’Antiquité à 1918, Actes du Colloque d’Amiens, Paris, Economica, 2010, p. 9‑10.

9 Appel à contribution du colloque « Genre et engagement en temps de guerre, XVIe-XIXe siècles », novembre 2016, Lyon.

10 Sylvie Steinberg, La Confusion des Sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolution, Paris, Fayard, 2001.

11 Emmanuelle Charpentier, Benoît Grenier (dir.), Femmes face à l’absence en Bretagne et au Québec (17e-18e siècles). Textes de la journée d’étude tenue à l’Université de Sherbrooke le 17 avril 2013, Québec, CIEQ, Collection Cheminements, 2015, p. 2.

12 Marianne Stubenvoll, « Patron bernois, client vaudois au service étranger » in Norbert Furrer et alii (éd.), Gente ferocissima, op. cit., p. 72.

13 Luigi Lorenzetti, « Les élites “tessinoises” du XVIIe au XIXe siècle : alliances et réseaux familiaux », in Anne-Lise Head-König et alii (éd.), Famille, parenté, réseaux en Occident (XVIIe-XXe siècles). Mélanges offerts à Alfred Perrenoud, Genève, SHAG, 2001, p. 207.

14 François Cojonnex, « Entre la France et la Hollande, un destin mercenaire : Esaie de Chandieu (1660‑1706) », in Michel Chabloz et alii, Mercenariat et Service étranger. Actes du Symposium 2008, Pully, Centre d’Histoire et de Prospective militaires, 2010, p. 175.

15 Jean Steinauer, Patriciens, fromagers, mercenaires : l’émigration fribourgeoise sous l’Ancien Régime, Lausanne, Payot, 2000, p. 179 in Louiselle, Gally de Riedmatten, Du sang contre de l’or : Le service étranger en Valais sous l’Ancien Régime, Thèse de doctorat, Université de Berne, [S.l.], [s.n.], 2014, p. 578.

16 Jasmina Cornut, « Parenté dans l’élite valaisanne des Lumières : la famille de Courten, entre stratégies, solidarité et amour », Vallesia, LXVIII, 2013, p. 286‑295.

17 Archives cantonales vaudoises (ci-après ACV), P. de Loës 55, s. l., s. d.

18 Marianne Sutbenvoll, « Patron bernois, art. cit., p. 71-72.

19 Louiselle Gally de Riedmatten, Du sang contre de l’or, op. cit., p. 578-579.

20 Ibidem, p. 581.

21 AEV, Fonds D’Odet 1 6/6/1, St-Maurice, 7 juillet 1777.

22 Marc Höchner, « Au service de Sa Majesté. La famille Castella sous les ordres de princes étrangers », in Romain Jurot et alii (réd.), Une famille fribourgeoise étoilée : les Castella, Fribourg, BUCF, 2012, p. 45

23 Bibliothèque cantonale et universitaire de Fribourg, Fonds Castella A-651, s.l., 1730.

24 Rita Binz-Wohlhauser, « La famille Castella : points communs et différences » in Romain Jurot et allii (réd.), Une famille fribourgeoise étoilée, op. cit., p. 19.

25 Marc Höchner, « Au service de Sa Majesté, art. cit., p. 45.

26 Philippe Henry, « Service étranger », art. cit., p. 6.

27 Sandro Guzzi-Heeb, « Mère aimée, mère domestiquée ? Mères valaisannes du XVIIIe siècle et leurs fonctions sociales », La Madre – The Mother, Micrologus XVII, Florence, Edizioni del Galluzzo, 2009, p. 450.

28 Elisabeth Joris, « Kinship and Gender. Property, Entreprise, and Politics » in David, W., Sabean et alii (éd.), Kinship in Europe. Approaches to long term development (1300-1900), New-York, Berghahn Books, 2007, p. 242.

29 Voir notamment Sandro Guzzi-Heeb, « Marie Julienne de Nucé, die Politik und die Religion. Elemente einer weiblichen Machtstrategie », Traverse. Revue d’histoire, 2001/3, p. 132‑140.

30 Jasmina Cornut, Femmes d’officiers suisses au service étranger : implications, enjeux et stratégies de l’absence, XVIIe-XIXe siècles, thèse en cours, sous la dir. de Sandro Guzzi-Heeb, Université de Lausanne.

31 Hugues Ann, Gender and the English Revolution, London, New-York, Routledge, 2012, p. 37.

32 Méthode d’entrainement militaire fondée sur la répétition intensive « visant à l’acquisition d’automatismes », Hans Senn « Instruction militaire », DHS, 2010, p. 1, URL : consulté le 3 juillet 2017, http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F8592.php?topdf=1

33 Philippe Henry, « Service étranger », art. cit., p. 4 ; Hermann Romer, « Entrepreneur militaire », DHS, 2006, p. 2, consulté le 22 décembre 2016, URL : http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F24643.php

34 Janine Fayard Duchêne, « L’État patricien, XVIe-XVIIIe siècles », in Jean-Henry Papilloud, (éd. et coord.) Histoire du Valais, [Sion], Société d’histoire du Valais romand, cop. 2002, II, p. 408.

35 Hermann Romer, « Entrepreneur militaire », art. cit, p. 1.

36 Rudolf Jaun, « Militärgeschichte, art. cit, p. 128.

37 ACV, Fonds P Charrière de Sévery, Ba 2456, Paris, 5 août 1741.

38 Hermann Romer, « Entrepreneur militaire, art. cit., p. 1.

39 Nous remercions l’historien Alain-Jacques Tornare de nous y avoir rendue attentive.

40 Jean Steinauer, « Des migrants avec des fusils. Le service étranger dans le cycle de vie », in Norbert Furrer et alii (éd.), Gente ferocissima, op. cit., p. 118‑119.

41 Par exemple elles sont autant choisies que leur mari ou leur frère comme marraines par les couches sociales inférieures, Jasmina Cornut, « Parenté dans l’élite valaisanne, art. cit., p. 252, note 228.

42 ACV, Fonds P Charrière de Sévery, Ada 1039, s. l., 1745–1755.

43 AEV, Fonds D’Odet I 6/6/4, St-Gingolph, 27 décembre 1782.

44 AEV, Fonds D’Odet 2 P 369/58, Sierre, 21 mai 1795.

45 AEV, Fonds D’Odet 2 P 369/47, Savourge, le 12 décembre 1793.

46 AEV, Fonds D’Odet 2 P 369/48, St-Maurice, 18 décembre 1793.

47 AEV, Fonds D’Odet 2 P 369/66, Demont[e], 4 août 1796. 

48 Fayard Duchêne Janine, de Riedmatten Louiselle, « La Compagnie valaisanne de Joseph Augustin de Riedmatten au service de Sardaigne pendant la Révolution française (1793-1794) », Vallesia, 1997, p. 103.

49 ACV, P Charrière de Sévery, Ba 2450-2458, Paris et Genève, 1740‑1742.

50 Archives d’État de Genève, Registre du Conseil, [Genève], (1749-1750), Michel Porret, « “On l’a fait marcher par force”. Enrôleur et enrôlés à Genève au XVIIIe siècle ou les circonstance d’un délit “conséquent pour l’État et les particuliers” » in Norbert Furrer et alii (éd.), Gente ferocissima, op. cit., p. 95.

51 ACV, P Charrière de Sévery Ada 1039, s. l., 1745-1755.

52 David Warren Sabean, Property, Productions and Family in Neckarhausen, 1700–1870, Cambridge, 1990.

53 AEV, Fonds Marclay, FQ 899, Verrue, 22 février 1689.

54 AEV, Fonds Marclay, FQ 910, St-Michel, 21 janvier 1690 cité par Louiselle Gally de Riedmatten, Du sang contre de l’or, op. cit., p. 605.

55 AEV, Fonds Marclay, FQ 923/2, s.d, s.l.

56 AEV, Fonds Marclay, FQ 926, Coni, 7 janvier 1692.

57 Louiselle Gally de Riedmatten, Du sang contre de l’or, op. cit., p. 606.

58 Nathalie Büsser, « Die Frau „Hauptmannin” als Schaltstelle für Rekrutenwerbungen, Geldtransfer und Informationsaustausch » in Jaun Rudolf, Streit Pierre (dir.), Schweizer Solddienst, Neue Arbeiten. Neue Aspekte, Birmensdorf, SVMM / ASHSM, 2010, p. 110-111.

59 Christine Dousset, « Commerce et travail des femmes à l’époque moderne en France », Les Cahiers de Framespa, consulté le 10 janvier 2017, § 19, URL : http://framespa.revues.org/57

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jasmina Cornut, « Implications féminines dans l’entrepreneuriat militaire familial en Suisse romande (XVIIe-XVIIIe siècles) », Genre & Histoire [En ligne], 19 | Printemps 2017, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/2670

Haut de page

Auteur

Jasmina Cornut

Université de Lausanne. Mail : jasmina.cornut@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page