Navigation – Plan du site
Genre et engagement en temps de guerre (XVIe-XXIe siècles)

Genre et engagement dans la Résistance : l’exemple d’Anne-Marie Walters

Gender and involvement in the Resistance : the example of Anne-Marie Walters
Guillaume Pollack

Résumés

Durant la Seconde Guerre mondiale, une poignée de femmes furent parachutées en France pour mener une guerre clandestine contre le nazisme au sein de réseaux de résistance. Beaucoup d’entre elles ont été arrêtées et tuées dans les camps de concentration. Cet épisode a fasciné l’opinion publique britannique et a suscité un grand nombre d’ouvrages racontant leurs actions. En France, en revanche, cet engagement demeure peu connu. Cet article propose d’étudier l’action d’une de ces femmes, Anne-Marie Walters, et de poursuivre les études récentes consacrées au genre de la résistance en présentant le cas concret de la résistante Anne-Marie Walters du réseau Wheelwright. Ce réseau est créé par le Special Operation Executives, un service secret anglais qui avait été chargé par Churchill de « mettre le feu à l’Europe ». Anne-Marie Walters fut entraînée à tuer et parachutée en France en janvier 1944. Elle fut l’agent de liaison du chef de réseau Georges Starr. Par le biais de ce cas concret, il s’agit de savoir si l’engagement dans un réseau de résistance implique une transgression de genre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Un réseau de résistance est une organisation clandestine travaillant en liaison avec un service sec (...)
  • 2 Michael Foot, Des Anglais dans la Résistance. Le SOE en France, 1940-1944, Paris, Tallandier, 2008, (...)

1Le 6 mars 1945, le ministre de l’Air Archibald Sinclair révéla au Parlement britannique qu’une poignée de femmes avaient été parachutées dans le cadre des opérations militaires en Europe afin de mener une guerre clandestine contre le nazisme au sein de réseaux de résistance1. Suite à cette déclaration, la presse s’empara de l’affaire et une campagne de dénigrement envers cet engagement féminin dans un univers jusque là réservé au masculin se développa, notamment lorsqu’il fut rendu public un an plus tard que plusieurs d’entre elles étaient mortes durant leur mission ou dans les camps de concentration2. La question centrale était sous-jacente : l’Angleterre avait-elle le droit d’envoyer des femmes au combat ? Maurice Buckmaster, le chef de la Section Française (Section F) du Special Operation Executives (SOE), le service secret qui avait envoyé en mission ces femmes en territoire ennemi, défendit ce choix dans ses Mémoires, et rendit hommage dans les ultimes lignes de son récit à l’engagement féminin contre le nazisme :

  • 3 Maurice Buckmaster, They fought alone. The true story of SOE’s agents in wartime France, London, Bi (...)

Il a été défendu l’opinion selon laquelle des femmes n’auraient jamais dû être envoyées, qu’elles furent forcées d’endosser une mission pour laquelle leur tempérament et leur nature étaient inappropriés, et leur physique ainsi que leur mental inadéquats. Les mortes ne peuvent être ressuscitées par ces accusations, elles ne peuvent qu’en être déshonorées3.

  • 4 Parmi les exemples récents, voir le roman de Ken Follet Le Réseau Corneille qui raconte l’infiltrat (...)
  • 5 Juliette Pattinson, Behind enemy lines, op. cit., p. 5.

2Les Anglais ont entretenu une véritable fascination pour ces femmes qui s’exprime jusqu’à nos jours à travers une multitude d’œuvres littéraires et cinématographiques4. Ces dernières exaltent certes le courage au féminin mais s’attardent généralement sur les violences subies au moment de l’arrestation puis dans les camps de concentration, la torture et la mort faisant partie des thèmes les plus régulièrement développés. L’historienne anglaise Juliette Pattinson relève de son côté deux paradoxes révélateurs d’une conception mémorielle particulièrement genrée. Elle a ainsi remarqué que sur les 39 femmes parachutées en France par la section F du SOE, six ont fait l’objet d’une biographie et cinq livres présentent chapitre par chapitre le destin d’une sélection d’agentes, alors que seulement deux hommes sur les 441 qui ont été infiltrés par ce même service secret eurent les honneurs d’une biographie. Toutefois, elle constate que dix de ces derniers publièrent le récit de leur lutte clandestine, alors que seulement trois agentes firent de même. Elle remarque également que, là où les hommes ne parlent que d’eux-mêmes, les femmes mettent davantage en avant leurs camarades de combat5. La Mémoire officielle du SOE se trouve en outre en grande partie féminisée. Violette Szabo, qui avait été chargée de deux missions en France au sein du réseau Salesman et qui est morte en déportation, en est un exemple. Son action est commémorée par une stèle à Sussac (Haute-Vienne) où elle effectua son second saut le 8 juin 1944 mais aussi par une peinture murale de Brian Barnes au Stockwell War Memorial et un bronze de Karen Newman face au Palais de Westminster. Un musée lui est même intégralement dédié à Wormelow, dans le comté de Herefordshire à la frontière du Pays de Galles.

  • 6 Monika Siedentopf, Parachutées en terre ennemie, Paris, Perrin, 2008.
  • 7 Michaël Foot, Des Anglais dans la Résistance. op. cit., p. 111.
  • 8 Rita Thalmann, « L’oubli des femmes dans l’historiographie de la Résistance », Clio. Femmes, Genre, (...)
  • 9 Outre les articles du premier numéro de 1995 de la revue Clio. Femmes, genres, Histoire, relevons, (...)

3Cependant, cette reconnaissance populaire en Angleterre de l’engagement de femmes au sein des réseaux de résistance du SOE, s’est accompagnée d’un intérêt inégal des historiens anglais et français. Il y a en fait une nette disproportion entre cette fascination des Britanniques pour l’engagement guerrier de femmes derrière les lignes ennemies et sa reconnaissance plus tardive en France. Aucun historien français n’a écrit d’ouvrage scientifique sur les femmes du SOE à ce jour, l’essentiel a été écrit en langue anglaise et n’a jamais été traduit. Seul un livre, en fait une galerie de portraits de résistantes écrite par Monika Siedentopf, traduite de l’allemand et préfacée par Olivier Wieviorka, est accessible au public francophone6. Le rôle des Anglaises dans la Résistance se trouve ainsi réduit à une représentation de la souffrance et de la mort tandis que les trajectoires des survivantes demeurent sous-évaluées en dépit des travaux de Michaël Foot qui s’efforça d’analyser tous ces engagements féminins « comme n’importe quel autre agent de leur réseau7». Du côté de l’historiographie française, l’engagement et le rôle des femmes dans la Résistance ont également été reconnus tardivement8. La Résistance n’est certes plus aujourd’hui considérée comme une « affaire d’hommes », notamment grâce à des travaux universitaires entrepris dès les années 1980 et jusqu’à nos jours9. Comme le notait Paula Schwartz dès 1995 :

  • 10 Paula Schwartz, « Résistance et différence des sexes »,Clio, Histoire, Femmes et Sociétés, 1/1995.

« Les bases d’une légitimité relative de l’histoire des femmes sont dorénavant acquises. Il reste maintenant à poursuivre la réflexion sur la construction des rôles masculins et féminins, et sur le déploiement et la signification de ces rôles dans un champ social et politique donné : celui, par exemple, de la Résistance antifasciste en France pendant la Deuxième Guerre mondiale10. »

  • 11 Par exemple : Valerie Deacon, « Fitting in to the French Resistance : Georges Loustaunau-Lacau and (...)
  • 12 Catherine Lacour-Astol, Le genre de la Résistance. La Résistance féminine dans le Nord de la France (...)
  • 13 Laurent Douzou, Mercedes Yusta (coord.), La Résistance à l’épreuve du genre : hommes et femmes dans (...)

4Les études qui analysent l’engagement féminin dans la Résistance par le prisme du genre furent publiés d’abord en Angleterre et aux États-Unis11. En France, ce thème a fait l’objet d’une thèse soutenue par Catherine Lacour-Astol publiée en 2015, laquelle souligne l’importance du genre pour la compréhension de l’engagement féminin dans le département du Nord au miroir de la répression et de la reconnaissance12. De plus, un colloque fut organisé en septembre 2016 afin de comprendre comment le genre avait joué un rôle central dans les représentations, les modalités d’engagement, les discours, les expériences, les pratiques qui ont modelé les résistances dans le Sud de l’Europe13. L’objectif de ce propos est de poursuivre ces réflexions en présentant le cas concret d’Anne-Marie Walters, parachutée comme agente de liaison en janvier 1944 au sein du réseau de résistance Wheelwhright déployé par la Section F du SOE de mai 1943 à la Libération.

  • 14 Laure Bereni, Sébastien Chauvin, Alexandre Jaunait, Introduction aux gender studies : manuel des ét (...)

5Ce choix se justifie pour plusieurs raisons. Le parcours de cette résistante anglaise permet de mesurer, notamment à travers les interactions entre elle-même et les agents masculins du réseau, ce « système de bicatégorisation hiérarchisé entre les sexes (hommes/femmes) et les valeurs et représentations qui leur sont associées14» mais aussi la manière dont elle intériorise et transgresse ce même système. En outre, le fait qu’elle soit l’agente de liaison personnelle d’un chef de réseau permet d’éclairer et d’interroger les rapports hiérarchiques entre masculin et féminin au sein des réseaux de résistance, et donc de mieux comprendre la structuration de ce type d’organisation.

  • 15 Le dossier du réseau est archivé sous le pseudonyme de son chef, Hilaire, SHD/GR 17 P 25.
  • 16 Anne-Marie Walters, Moondrop to Gascony, Macmillan & Co Ltd, 1946. L’ouvrage a été réédité en 2009 (...)

6Pour mener cette étude, notre attention s’est portée sur des documents récemment mis à disposition du chercheur. Tout d’abord, le dossier d’Anne-Marie Walters conservé aux archives du SOE à Londres, libre d’accès depuis 2006, ainsi que celui de George Starr, le chef du réseau. En France, le Service Historique de la Défense (SHD) détient le dossier de liquidation du réseau Wheelwhright, avec notamment une liste des agents ayant combattu en son sein15. De plus, Anne-Marie Walters a publié dès 1946 en Angleterre ses Mémoires qui sont une source essentielle pour notre sujet, puisqu’elle y décrit, outre les grandes lignes de son action, les rapports qu’elle entretient avec tous les autres membres du réseau qu’elle rencontre au cours de ses missions de liaison mais aussi la vie quotidienne d’une femme plongée dans la clandestinité en territoire ennemi16. Enfin, les enfants d’Anne-Marie Walters, Sophie et Jean-Pierre Comert, ont mis généreusement à disposition, outre leurs souvenirs et des éclairages précieux sur la personnalité de leur mère, des documents inédits qui n’ont pas été versés aux archives précitées.

7Qu’est-ce qu’être une femme dans un réseau de résistance ? L’engagement dans un réseau de résistance implique-t-il une transgression du genre ?

S’engager au SOE : une transgression du genre

Aux origines de l’engagement

  • 17 On retrouve en revanche des femmes au sein de l’Air Transport Auxiliary, organisation créée le 15 f (...)

8Anne-Marie Walters est née le 16 mars 1923. Son père, Francis Paul Walters, était diplômé d’Eton et d’Oxford et a mené un début de carrière très prometteur dans la diplomatie internationale de l’entre-deux guerres, notamment au sein du Foreign Office, avant de rejoindre le secrétariat de la Société Des Nations. Anne-Marie Walters entre en 1934 à l’École internationale de Genève, qui accueillait les enfants de l’élite financière et diplomatique internationale. Son admiration pour l’action des Brigades internationales est à l’origine de son antifascisme et l’échec de ces dernières en janvier 1939 provoque en elle un désir de se battre les armes à la main. Après son arrivée à Londres avec sa famille à l’été 1940, ses sympathies politiques vont au communisme soviétique et son désir de combat se traduit par son engagement dans la Women Auxiliary’s Air Force (WAAF). Cette unité exclusivement féminine, fondée le 28 juin 1939, est en charge d’une mission tout à fait conforme aux présupposés du genre en vigueur en Angleterre. Composée de jeunes femmes célibataires, la WAAF était considérée comme une unité militaire à part entière mais ne versait pas ses membres parmi les personnels combattants de la Royal Air Force (RAF). Les femmes y étaient employées en tant qu’auxiliaires, cantonnées à des rôles d’assistantes techniques ou chargées du contrôle de l’espace aérien. Autrement dit, il n’était nullement question pour les Anglais d’engager des femmes aux commandes d’un avion de combat, ni de leur fournir la moindre formation à ce sujet en dépit du besoin immédiat de pilotes de chasse dès l’été 194017. Ce rôle reste uniquement dévolu aux hommes. Durant cette période, Anne-Marie Walters se contente donc de déplacer des drapeaux sur une carte symbolisant les formations ennemies attaquant l’Angleterre afin de tracer leur route et de guider les appareils de la RAF vers leurs objectifs.

9Ce qu’ignorait Anne-Marie Walters au moment de son engagement dans la WAAF, c’est que cette unité servait de vivier de recrutement pour une organisation secrète, chargée de mener une guerre subversive et clandestine en Europe et dans le monde entier contre les nazis et leurs alliés : le SOE. Le 6 juillet 1943, après trois années de service à la WAAF, elle est contactée et recrutée par ce service secret.

L’indifférenciation des sexes au sein du SOE

  • 18 William Mackenzie, The Secret History of SOE : Special Operations Executive 1940-1945, London, St E (...)

10Il n’est pas ici question de refaire l’historique du SOE, mais de rappeler que ce service avait la charge de mener en Europe des actions inavouables par des moyens qui étaient tout aussi inavouables, à la marge des objectifs attribués classiquement à un service secret. Contrairement à ses homologues de l’époque chargés de missions de renseignements ou d’évasion, son but était de mener au sol des sabotages stratégiques sur des cibles désignées par Londres, de préparer le débarquement et d’organiser les actions de guérilla pour déstabiliser les unités allemandes stationnées en France18. L’autre originalité du SOE était qu’il recrutait aussi bien des hommes que des femmes destinés à être parachutés en territoire ennemi.

  • 19 Jeanne Bohec, La plastiqueuse à bicyclette, Édition Du Sextant, 2004, p. 91.
  • 20 Jean-François Muracciole, Les Français Libres, Paris, Tallandier, 2009, p. 49
  • 21 Sébastien Albertelli, Les services secrets de la France Libre. Le bras armé du général de Gaulle, P (...)

11Dans sa politique de recrutement, le SOE ne tenait en effet aucun compte du genre. Ce service infiltra 450 agents en territoire ennemi, dont 39 femmes entraînées au sein de la Section F et 11 au sein de la Section RF qui travaillait en relation avec la France Libre. Cette statistique place le SOE loin devant le Bureau Central de Renseignement et d’Action (BCRA), les services secrets gaullistes, qui en tout et pour tout parachuta quatre femmes sur environ 400 agents. Ce contraste s’explique, si on suit le récit de la résistante Jeanne Bohec parachutée comme instructrice de sabotage après bien des difficultés, par la « misogynie » du BCRA19. Jean-François Muracciole a déjà bien insisté sur le fait que la France Libre reproduisait largement les « ostracismes de sexe de la IIIe République20». De plus, selon Sébastien Albertelli, si les services londoniens du BCRA étaient largement féminisés, les femmes y étaient maintenues à des fonctions subalternes21.

  • 22 Sarah Helm, Vera Atkins, une femme de l’ombre, Paris, Seuil, 2010.
  • 23 L’autre partie des femmes étaient recrutées dans une organisation parallèle, la FANY.
  • 24 Catherine Lacour-Astol, Le genre de la Résistance, op. cit., p. 23.

12Il est certain que le SOE voyait les choses autrement. Il employa des femmes à des postes de responsabilités importantes, telle Vera Atkins qui devint la directrice des opérations et l’assistante de Maurice Buckmaster au sein de la Section F22. Quatorze femmes furent ainsi détachées de la WAAF pour suivre l’entraînement du SOE en vue de mener une guerre clandestine dont Anne-Marie Walters23. Cet engagement féminin n’allait pas de soi car l’entrée dans un service secret obligeait à une totale clandestinité, ce qui impliquait de rompre avec sa famille et donc de se placer en marge de la société, à une époque où le rôle attribué aux femmes en son sein y était très codifié. L’engagement d’Anne-Marie Walters est en conséquence un exemple éclatant d’affirmation de son autonomie, rappelant cette « émancipation subversive » dont parle Catherine Lacour-Astol24 : elle est contrainte de réduire drastiquement les contacts avec ses proches, qui n’auront de nouvelles d’elle que par de vagues télégrammes transmis par le SOE et sa propre mère sera tenue dans l’ignorance de son activité jusqu’à son retour à l’été 1944. Inversement, elle-même ne recevra que deux télégrammes une fois sur le terrain.

  • 25 Michaël Foot, Des Anglais dans la résistance, op. cit., p. 122.

13L’essentiel des recrues féminines était à l’image d’Anne-Marie Walters : des civiles, jeunes et souvent célibataires, qui se trouvaient opportunément en Angleterre, et à qui le SOE octroyait un grade militaire plus ou moins fictif destiné à masquer le fait qu’elles étaient préparées à une bataille des plus irrégulières. Il ne s’agissait pas de recruter des espions chevronnés, mais des hommes et femmes n’ayant jamais exercé de près ou de loin ce type d’activité et qui, une fois sur le terrain, pourraient se fondre dans le paysage. Le bilinguisme était en conséquence une qualité très recherchée, et le fait que Anne-Marie Walters parlait l’anglais et le français sans accent attira probablement sur elle l’attention du SOE. Ces critères de recrutement ne laissaient aucune place à la discrimination d’un sexe sur l’autre, voire même encourageaient l’infiltration de femmes, notamment dès 1943 lorsque les jeunes hommes se trouvaient requis pour le STO en France. L’entraînement reçu par Anne-Marie Walters durant l’été 1943 fut le même que celui réservé à ses homologues masculins. Les groupes étaient d’ailleurs mixtes, certes avec une large prédominance masculine, et cette mixité se trouvait également jusque dans la vie quotidienne. Il s’agissait d’un entraînement au combat, aux diverses formes de sabotages, aux techniques de self-defense et de silent killing. Le tout était ponctué par le stage pratique de parachutage. Michaël Foot a noté que l’objectif était de former des agents dont les actions, en France, devaient être résolument offensives. A travers cet entraînement, le SOE cherchait indubitablement à développer l’agressivité et à stimuler les pulsions violentes à l’encontre de l’ennemi25. Justement, à ce sujet, Anne-Marie Walters fut pleinement consciente de transgresser les normes socio-sexuées :

  • 26 Anne-Marie Walters, Parachutée au clair de lune, op. cit., p. 29

« Si quelqu’un m’avait dit que je passerais l’été 43 à me faire chronométrer dans des courses d’assaut, à taper des messages en morse sur un clavier factice, à tirer sur des cibles mouvantes en carton, à ramper dans la campagne et à faire exploser des objectifs simulés, j’aurais haussé les épaules26. »

  • 27 Michaël Foot, Des Anglais dans la Résistance, op. cit., p. 110.
  • 28 Anne-Marie Walters, Parachutée au clair de lune, op. cit., p. 52

14Comme tous ses camarades, elle dut sans doute subir l’entretien final avec Sewyn Jepson, l’instructeur principal. Avant d’envoyer ses agents en mission, le SOE présentait en effet clairement les risques liés aux missions clandestines de manière à ce que la recrue comprenne qu’elle n’avait qu’une chance sur deux de revenir et qu’en cas d’arrestation, la torture et la mort étaient les seules issues certaines. Michaël Foot note : « Des rumeurs, au moins, de ce qui les attendait circulaient en Angleterre ; et Jepson veillait à ce que les femmes qu’il recevait dans son triste bureau se représentassent clairement les risques auxquels elles s’exposaient27». Une fois Anne-Marie Walters arrivée en France, son chef George Starr fut de son côté on ne peut plus clair avec elle : « Si jamais tu te fais prendre, tu mettras en jeu la vie de plusieurs familles. (…) Si tu es prise, on ne pourra rien faire pour toi. N’attends rien...28»

Le maintien d’une performance du genre

  • 29 Ibid., p. 29
  • 30 Nancy Wake, La Gestapo m’appelait la Souris Blanche, Paris, Edition du Félin, 2004, p. 131. Cet ouv (...)
  • 31 Rapports d’entraînement. Dossier personnel d’Anne-Marie Walters, Archives privées de la famille Com (...)
  • 32 Ibid.
  • 33 Voir développement suivant.
  • 34 Dossier personnel de Claude de Baissac, National Archives, HS 6/75.
  • 35 Rapports d’entraînement, ibid.

15Toutefois, il ne faut pas croire que les stéréotypes de genre soient complètement abandonnés au SOE. Dans les Mémoires de Anne-Marie Walters, on trouve des références à diverses remarques sexistes portées à son égard. Concernant son premier saut en parachute, elle note ainsi : « Et si j’ai effectivement sauté, c’est seulement parce que les garçons étaient convaincus que les filles seraient trop terrifiées pour le faire29». On ne retrouve en revanche pas de trace dans son récit d’humiliations à connotation sexuelle de la part de ses camarades masculins même si de tels épisodes purent se produire selon le récit d’une autre résistante30. Son dossier d’entraînement contient toutefois des propos d’une grande sévérité à son égard. Un de ses rapports d’entraînement relève qu’elle n’hésitait pas à user de séduction envers ses collègues masculins : « She will not hesitate always to make use of her physical attractiveness in gaining influence over men »31. On y critique principalement son impulsivité, son indiscipline, son mauvais caractère et si on l’autorise à partir en mission, c’est après s’être assuré que son rôle serait subalterne32. Il faut néanmoins souligner que, de manière générale, ces rapports du SOE ne sont souvent pas indulgents envers leurs étudiants, notamment envers les futurs « organisateurs », généralement des hommes33, ce qui n’empêcha nullement ces derniers d’êtres déployés sur le terrain à des postes de commandement. Quoique Claude de Baissac soit qualifié de « paresseux » et que son rapport final d’entraînement pointe son désintérêt et son incompétence en terme de sabotage industriel, il est malgré tout déployé en tant que chef du réseau Scientist en Gironde où son travail se révéla plus qu’utile34. Un épisode assez révélateur du soin que prit le SOE à dissimuler la présence de femmes au sein d’unités combattantes doit enfin être mentionné. Il est expliqué dans un rapport que, durant un saut en parachute, Anne-Marie Walters aurait volontairement enlevé son casque et, se retrouvant cheveux au vent sous les yeux d’autres parachutistes de l’armée régulière, aurait ainsi révélé à tous la présence d’une femme au sein des troupes aéroportées. L’affaire semble être montée jusqu’au plus haut niveau de l’État-Major35. Elle est en tout cas révélatrice : si le SOE recruta des femmes, il fut conscient du caractère transgressif de ce recrutement qu’il s’efforça de cacher avec encore plus de soin que son existence même.

16L’engagement et l’entraînement d’Anne-Marie Walters au sein d’un service secret révèlent malgré tout une véritable transgression du genre, mais qui est sûrement liée à l’irrégularité de l’unité dans laquelle elle s’apprête à servir. En dépit du schéma traditionnel selon lequel les femmes ne pouvaient pas faire la guerre, certaines furent formées par le SOE à la lutte clandestine derrière les lignes ennemies sans souci de différenciation des sexes puis il les déploya au combat.

Le réseau Wheelwright : retour et instrumentalisation du genre

17Après une première tentative infructueuse, Anne-Marie Walters (Colette) et son binôme Claude Arnault (Néron) sont parachutés dans la nuit du 3 au 4 janvier 1944 à Créon-d’Armagnac dans les Landes. Un détail attire notre attention. Alors qu’elle vient d’atterrir, dans le noir et cernée par les ombres, elle dégaine un revolver, prête à se défendre. C’est la seule fois dans son récit où elle apparaît armée. Alors que Claude Arnault est parachuté en tant qu’instructeur de sabotage, Anne-Marie Walters a pour mission d’être l’agent de liaison personnel de George Starr (Hilaire), le chef du réseau. Autrement dit, son rôle n’est pas, quoique son entraînement soit exactement le même que celui suivi par son compagnon, de participer d’une manière ou d’une autre au combat en première ligne, ni de tuer quiconque, ni de préparer qui que ce soit au combat. L’arrivée au sein d’un réseau de résistance ressuscite la frontière du genre.

Un commandement masculin

  • 36 Dossier de liquidation du réseau Hilaire/Wheelwright, SHD/GR 17 P 25.

18La hiérarchie au sein du réseau Wheelwright obéit à une répartition genrée des rôles. En son sein, 133 noms de femmes nous sont connus grâce aux archives du SHD, sur un effectif déclaré de 1035 agents, soit environ 12,8 %36. Il est difficile de connaître exactement, à partir de ces seules archives, le rôle exact rempli par les femmes au sein du réseau, mais la lecture du récit d’Anne-Marie Walters laisse apparaître qu’à l’exception d’Yvonne Cormeau (Annette), qui servit comme opératrice radio, elles furent essentiellement chargées de missions de liaison et d’hébergement d’agents.

  • 37 Le cas de Marie-Madeleine Méric est connu, mais ce ne fut pas la seule : Pauline Gaillard pour le r (...)
  • 38 Dossier de liquidation du réseau Alliance, SHD/GR 17 P 72 et Marie-Madeleine Fourcade, L’Arche de N (...)
  • 39 Dossier du réseau Marie (Buckmaster)/Wrestler, SHD/GR 17 P 32 ; Dossier Personnel de Pearl Witherin (...)
  • 40 Dossier Personnel de Lise de Baissac, National Archives, HS 9/77/1.
  • 41 François Marcot, « Chefs », in François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Pa (...)
  • 42 Anne-Marie Walters, Parachutée au clair de lune, op. cit., p. 52.

19Au sommet du réseau, le commandement était exercé par George Starr. Ce furent principalement des hommes qui assumèrent cette tâche notamment au sein du BCRA, mais quelques réseaux anglais et américains furent commandés par des femmes37. Encore faut-il préciser que cela se fit souvent par défaut : Marie-Madeleine Méric assume le commandement d’Alliance parce que Georges Loustounau-Lacau est en prison38, Pearl Witherington parce que son chef Maurice Southgate s’est également fait arrêter39. Quant à Lise de Baissac, elle réussit de nombreux parachutages et organisa des refuges sûrs pour des agents du SOE en perdition mais elle ne disposait ni de liaison radio avec Londres ni d’agent de liaison à son service. De fait, son rôle évolua rapidement jusqu’à ce qu’elle devienne elle-même agente de liaison pour plusieurs réseaux du SOE au cours de deux missions consécutives40. François Marcot a noté à quel point la Résistance a « révéré les chefs » et que ces derniers imposaient leurs propres règles de discipline41. George Starr impose les siennes à tous ses agents, hommes et femmes sans distinction, de manière virile et brutale, n’hésitant pas à menacer de mort quiconque lui désobéirait42. Anne-Marie Walters lui donne toujours le même surnom : « Le Patron », et lui obéit sans réserve.

Une agente de liaison confrontée à la répression

  • 43 SOE Groupe B training manual regional supplement, National Archives, HS 7/66.
  • 44 Sur les femmes sous le IIIe Reich, voir, entre autres, Rita Thalmann, Être femme sous le IIIe Reich(...)

20Anne-Marie Walters fut donc déployée en tant qu’agente de liaison. La mission d’un agent de liaison était de porter les messages ou du matériel entre les différents secteurs d’une organisation et ce rôle fut essentiellement tenu par des femmes au sein des réseaux de résistance. Il était déterminant pour un chef de pouvoir transmettre ses ordres le plus rapidement possible, afin de préserver la structure et la cohérence de son organisation. Comme le réseau Wheelwright s’étendait de l’Aquitaine orientale jusqu’à la région de Toulouse, Anne-Marie Walters fit de longs déplacements, en train ou à bicyclette, avec sur elle des documents toujours compromettants. Ces missions nécessitaient le déploiement de personnels qui devaient passer le plus inaperçus possible, c’est-à-dire qu’il s’agissait de s’adapter aux présupposés genrés de l’ennemi. L’expérience narrée souligne l’instrumentalisation du genre au profit d’un avantage tactique. Un des manuels d’entraînement du SOE rappelle ainsi que « l’avantage d’employer des femmes comme courrier était qu’elles passaient plus facilement les contrôles43». Le SOE espérait en fait exploiter les représentations de genre véhiculées par le nazisme qui projetait une image virile et exclusivement masculine du guerrier aryen. Les femmes allemandes se trouvaient de facto reléguées au statut de mère dévouée et d’épouse fidèle chargée de la garde et de la reproduction de la race44. Himmler ne fit que reprendre cette idéologie profondément discriminatoire entre les sexes lorsqu’il déclara, dans un discours au SS-Grüppenführer le 18 février 1937 :

  • 45 Cité par Peter Longerich, Himmler. L’éclosion quotidienne d’un monstre ordinaire, Paris, Éditions H (...)

« Dans l’ensemble, nous avons selon moi beaucoup trop masculinisé notre vie, au point que nous militarisons des choses impossibles. (…) Pour moi, c’est une catastrophe que des organisations de femmes, des communautés et des sociétés de femmes interviennent dans un domaine qui détruit tout le charme féminin, toute la majesté et la grâce féminines. Pour moi, c’est une catastrophe que nous autres pauvres fous d’hommes (...) voulions faire des femmes un instrument de pensée logique, les éduquer en tout ce qui est possible, que nous voulions tant les masculiniser qu’avec le temps la différence entre les sexes, la polarité disparaîtra45. »

  • 46 Anne-Marie Walters, Parachutée au clair de lune, op. cit., p. 132.

21Néanmoins, il est difficile de mesurer le degré d’attachement du soldat allemand cantonné dans la région toulousaine à ces idées, même si on peut effectivement remarquer que sa féminité aida Anne-Marie Walters à se tirer de situations périlleuses. Par exemple, lors d’une fouille, un soldat allemand tira de son sac à main une boule de papier toilette à l’intérieur de laquelle étaient dissimulés des messages codés : « J’ai rougi modestement. Il l’a remise dans mon sac avec tact. Il y avait trente messages de la BBC dedans… C’était la peur qui m’avait fait rougir46». De même, lors d’une liaison, elle attira le regard d’un conducteur de car qui lui permit, à de multiples reprises, de descendre avant l’arrêt prévu pour éviter un barrage.

  • 47 Dominique Veillon, La mode sous l’Occupation. Débrouillardises et coquetteries dans la France en gu (...)
  • 48 Anne-Marie Walters, Parachutée au clair de lune, op. cit., p. 53 et p. 62.

22L’agente de liaison devait enfin s’accommoder des normes genrées afin d’éviter d’attirer négativement l’attention sur elle à cause d’une tenue et d’une attitude inadéquates qui ne correspondraient pas aux représentations et aux coutumes locales. Cela nécessitait l’adoption de vêtements conformes à la mode féminine de l’époque47. Ils devaient correspondre à la situation sociale de la couverture utilisée tout en s’efforçant de stimuler l’approbation : George Starr lui-même porta extrêmement d’attention à ce que son agente de liaison puisse plaire au premier regard, tant par sa coiffure, que par sa manière d’être. Il lui recommande ainsi de ne pas fumer, car les femmes de la région où elle doit exercer sa mission ne fument pas et d’adopter une coiffure plus féminine selon le goût de la population locale48.

  • 49 Catherine Lacour-Astol note ainsi l’existence d’une « répression spécifique » caractérisée par une (...)
  • 50 Anne-Marie Walters, Parachutée au clair de lune, op. cit., p. 119.
  • 51 En tout, 104 agents envoyés par le SOE moururent victimes du nazisme.

23Ces précautions, néanmoins, n’étaient pas gage de sécurité absolue. On remarque que la répression allemande ne sembla pas avoir le moindre souci de différenciation des sexes dans sa politique de terreur contre les réseaux du SOE, contrairement à ce qu’a pu constater Catherine Lacour-Astol dans le cas de la répression dans le Nord de la France49. L’arrestation du couple Lantret dans le secteur Dordogne de Wheelwright est éclairant au sujet de cette indifférenciation : le couple subit les mêmes tortures sans rien avouer50. De manière générale, concernant les réseaux de résistance, les nazis ne firent pas preuve d’une plus grande mansuétude en fonction du genre : les femmes tout comme les hommes furent torturé.es, tué.es ou bien subirent l’enfer des camps ; sur les 39 femmes envoyées en France par la Section F du SOE, quinze furent capturées par les Allemands, trois seulement survécurent51. Ce calcul ne tient évidemment pas compte des femmes recrutées sur le terrain et qui furent elles-aussi victimes de la politique nazie du « maintien de l’ordre ». Si Anne-Marie Walters échappa à ses poursuivants bien qu’activement recherchée, ce n’est donc sans doute pas seulement parce qu’elle était une femme, ni à cause d’une supposée clémence de l’occupant, mais surtout parce qu’elle eut de la chance.

Anne-Marie Walters au maquis : une anomalie de genre ?

  • 52 Ibid., p. 98
  • 53 Ibid., p. 96

24Il faut enfin remarquer qu’il n’est pas possible pour une agente de liaison ni de sortir du rôle qu’on lui a attribué ni d’endosser un rôle dévolu aux hommes ni de se soustraire au jugement masculin concernant sa place au sein de l’organisation. La participation d’Anne-Marie Walters aux côtés de Claude Arnault, sur demande pressante de ce dernier, à la formation d’un groupe de résistants au maniement d’armes souleva ainsi l’hostilité générale52 et, lorsqu’elle effectua des liaisons en compagnie d’un homme, ce dernier est toujours décrit comme armé, elle jamais53. Elle ne participa jamais à la moindre action de sabotage, et son rôle, au sein du maquis de Castelnau dans le Gers créé par George Starr, traduit un relatif effacement. Il est presque possible d’affirmer que la présence d’une femme au sein d’un maquis peut être perçue par les acteurs comme une anomalie de genre.

  • 54 Ibid., p. 154
  • 55 Ibid., p. 159.
  • 56 Luc Capdevila, « Violence » in François Marcot (dir), Dictionnaire historique de la Résistance, op. (...)

25Après le débarquement du 6 juin 1944 George Starr décide de créer un maquis autour de son Quartier Général de Castelnau. Le rôle d’Anne-Marie Walters s’en trouve complètement réévalué. Il faut préciser que la sociologie d’un maquis se caractérise par une prédominance masculine, jeune et célibataire. Anne-Marie Walters se trouve être une des rares femmes au sein de celui-ci et se trouve donc soumise à une extrême promiscuité, que par ailleurs elle supporte très mal. George Starr lui demande de ne s’occuper que des « corvées spécifiques aux femmes » et ne l’admet plus au sein de son état-major, exclusivement composé de jeunes hommes54. Elle-même note ainsi à cette occasion et avec amertume : « en tant que femme, j’étais censée n’y rien comprendre à la stratégie militaire ». Son chef l’envoie ainsi auprès de Tomas Guerrero Ortega, chef d’un groupe de républicains espagnols exilés en France depuis 1939 et qui avait rejoint rapidement le maquis de Castelnau. Son rôle se résumait à lui tenir compagnie et à taper des rapports55. Enfin, Anne-Marie Walters ne combattit pas les armes à la main, même au moment de l’attaque allemande contre le maquis le 21 juin 1944 : elle demanda à être remplacée par un homme à son poste et son rôle se borna à déménager en vitesse un dépôt d’armes et les archives du réseau. En fait, comme le note Luc Capdevila, « la violence participe (…) à la structuration de la société en guerre (…). La brutalité et la manipulation des armes restent un référent identitaire majeur de la virilité56. » Cette situation exceptionnelle conduit généralement à la relégation des femmes aux tâches considérées comme subalternes ainsi que le souligne cet auteur.

  • 57 Je remercie ici Sophie et Jean-Pierre Comert pour m’avoir transmis la copie de l’intégralité de ces (...)
  • 58 Message n° 48, 31 juillet 1944 dans le dossier personnel de Georges Starr, National Archives, HS 9/ (...)
  • 59 Jean-Marie Guillon, François Marcot, « Amour et sexualité » in François Marcot (dir), Dictionnaire (...)
  • 60 Special Operations Executives manual. How to be an agent in occupied Europe, National Archives, 201 (...)

26Son renvoi par son chef, quelques jours plus tard, demeure énigmatique. Officiellement, elle raconte dans ses Mémoires et dans le rapport officiel qu’elle rédigea le 18 septembre 1944 qu’il la charge de convoyer un message urgent à Londres au retour d’une mission de liaison le 25 juillet 1944. Cette explication n’est pas convaincante puisque Georges Starr dispose encore à cette date de son propre opérateur radio et d’une liaison régulière. De plus, la durée d’un tel voyage, par la terre, n’est pas cohérent avec la supposée urgence du message : il s’agit donc purement d’un prétexte pour la renvoyer. Un début d’explication est donné par la copie d’un rapport secret envoyé par Anne-Marie Walters à Maurice Buckmaster trouvé dans les archives privées de la famille Comert57. Il est non daté mais sûrement postérieur au rapport officiel déjà cité. Il nous donne la version officieuse de l’origine de son expulsion : elle est en fait accusée par George Starr d’avoir entretenu des relations sexuelles avec un maquisard. Si on en croit le même rapport, elle fut arrêtée sans ménagement par le propre garde du corps de Georges Starr, Burésie, qui failli l’abattre sur place, enfermée et de nouveau menacée d’être exécutée. Georges Starr confirme lui-même cette version des faits par un télégramme transmis le 31 juillet 1944 au SOE : « Ai dû renvoyer Colette parce qu’elle est indisciplinée (…). Très indiscrète. Très obsédée par les hommes et désobéissante sur les affaires privées. Elle constitue un danger non seulement pour sa sécurité, mais pour celle de tous58. » Au cœur d’un maquis, le sexe n’est pourtant pas défendu. Les rapports hétéro ou homosexuels, s’ils existèrent probablement, demeurent néanmoins enveloppés de secret, non par interdit, mais parce que la présence de femmes y était rarissime et que l’homosexualité demeurait tabou59. Dans le cas d’Anne-Marie Walters, la raison invoquée par son chef est que par sa conduite elle a porté atteinte à son autorité parce qu’elle s’est donnée, charnellement, à un autre, ce que par ailleurs elle nie farouchement. L’épisode, du fait de son obscurité, reste difficile à interpréter. De manière générale, le SOE ne se faisait pas d’illusion concernant les probables rapprochements entre agents et se contentait de leur demander d’être « prudents à l’égard des femmes60» mais la nécessité n’est pas mentionnée, pour les femmes, d’être prudentes à l’égard des hommes. Pratiquement, il semble surtout que cela éclaire les relations entre un chef de réseau et son agente de liaison, dont il exigeait la soumission totale, confrontés non plus au secret et à l’isolement mais à la lutte ouverte dans un univers d’hommes où le degré de virilité sert à la construction d’une hiérarchie.

Conclusion

27Le retour d’Anne-Marie Walters via les Pyrénées vers Alger puis vers l’Angleterre, le refus du SOE de la réemployer sur le terrain et son retour à la vie civile, avec comme seule récompense une médaille civile, la MBE, traduisent toute la difficulté à donner une réponse simple à notre problématique de départ. En résumé, une situation paradoxale émerge : Anne-Marie Walters fut employée par un service secret qui, pour des raisons pratiques et tactiques, ne se préoccupa jamais de différencier les sexes ni dans son recrutement ni dans la formation qu’il dispensait à ses stagiaires. Mais une fois l’agent homme ou femme déployé.e sur le terrain, la frontière du genre réapparaissait. Ce paradoxe peut se résoudre si on revient à la nature même de la mission attribuée au SOE et aux réalités du combat clandestin dans l’Europe des années noires. Les réseaux du SOE menaient une guerre irrégulière en territoire ennemi avec comme seuls horizons la victoire ou la mort éventuellement précédée de tortures. Cette lutte nécessitait l’adoption de procédés et de comportements qui ne pouvaient pas être conformes aux normes entretenues en temps de paix ou en temps de guerre. Cela voulait dire employer des moyens peu orthodoxes, comme infiltrer des femmes dans une zone de combat où le SOE espérait qu’elles n’étaient pas attendues après avoir développé leur agressivité. Mais s’il est possible d’observer la permanence d’une différenciation des sexes sur le terrain, c’est, premièrement, parce que les autres agents n’avaient pas forcément les idées aussi larges que leur employeur dont ils méconnaissaient naturellement les intentions et deuxièmement parce que tous, de l’État-Major du SOE en Angleterre jusqu’aux chefs de réseau sur le terrain, pensaient pouvoir tirer avantage des représentations genrées de la guerre en vigueur chez les nazis en employant des femmes dans des rôles spécifiques, comme celui d’agente de liaison.L’engagement de femmes comme Anne-Marie Walters dans un réseau de résistance marque malgré tout une véritable transgression du genre. Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, le service militaire actif quelle que soit sa forme demeurait un bastion de la masculinité et plus encore au sein des services secrets où seuls les hommes étaient déployés sur des missions de terrain, des personnalités comme Louise de Brettignies durant la Première Guerre mondiale faisant figure d’exceptions remarquables. Le SOE rompit avec ces normes du genre et d’engagement en temps de guerre en déployant des femmes, non pas en première ligne, mais derrière les lignes allemandes mêmes où elles combattirent, et pour beaucoup versèrent l’impôt du sang à égalité avec leurs camarades masculins.

28Anne-Marie Walters a survécu, au prix d’un relatif oubli sur le rôle qu’elle joua dans la victoire finale jusqu’à sa mort le 2 octobre 1998.

Haut de page

Notes

1 Un réseau de résistance est une organisation clandestine travaillant en liaison avec un service secret allié. Il est chargé de missions militaires spécialisées : le renseignement, l’action ou l’évasion de prisonniers de guerre ou d’aviateurs alliés.

2 Michael Foot, Des Anglais dans la Résistance. Le SOE en France, 1940-1944, Paris, Tallandier, 2008, p. 111.

3 Maurice Buckmaster, They fought alone. The true story of SOE’s agents in wartime France, London, Biteback Publishing Lt, 2014.

4 Parmi les exemples récents, voir le roman de Ken Follet Le Réseau Corneille qui raconte l’infiltration d’un groupe de femmes chargées par le SOE d’une mission de sabotage qui tourne mal. Au cinéma, le film Alliés de Robert Zemeckis en 2017 explore le thème de la collaboration entre le SOE et la Résistance intérieure française en reprenant la plupart des clichés sur ce sujet, Marion Cotillard incarnant par ailleurs une résistante n’hésitant pas à faire usage de violence et de duperie pour accomplir sa mission.

5 Juliette Pattinson, Behind enemy lines, op. cit., p. 5.

6 Monika Siedentopf, Parachutées en terre ennemie, Paris, Perrin, 2008.

7 Michaël Foot, Des Anglais dans la Résistance. op. cit., p. 111.

8 Rita Thalmann, « L’oubli des femmes dans l’historiographie de la Résistance », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 1 | 1995, mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 05 octobre 2015.

9 Outre les articles du premier numéro de 1995 de la revue Clio. Femmes, genres, Histoire, relevons, entre autres : Claire Andrieu, « Les résistantes, perspectives de recherche », dans Antoine Prost (dir.), La Résistance, une histoire sociale, Paris, Les Éditions de l’atelier, coll. Mouvement social, 1997 ; Mechtild Gilzmer, Christine Levisse-Touze et Stefan Martens (dir.), Les femmes dans la Résistance en France, Paris, Tallandier, 2003.

10 Paula Schwartz, « Résistance et différence des sexes »,Clio, Histoire, Femmes et Sociétés, 1/1995.

11 Par exemple : Valerie Deacon, « Fitting in to the French Resistance : Georges Loustaunau-Lacau and Marie-Madeleine Fourcade at the intersection of politics and gender », Journal of Contemporary History, April 2015 ; 50 (2), 259-273 ; Juliette Pattinson, Behind enemy lines, op. cit. ; Elizabeth P. McIntosh, Sisterhood of spies. The women of the OSS, Annapolis, Naval Institute Press, 1998.

12 Catherine Lacour-Astol, Le genre de la Résistance. La Résistance féminine dans le Nord de la France, Paris, Presses de Sciences Po, 2015.

13 Laurent Douzou, Mercedes Yusta (coord.), La Résistance à l’épreuve du genre : hommes et femmes dans la résistance antifasciste en Europe du Sud (1936-1949), Paris, Institut Universitaire de France - Science Po Lyon - Université Paris VIII, septembre 2016.

14 Laure Bereni, Sébastien Chauvin, Alexandre Jaunait, Introduction aux gender studies : manuel des études sur le genre, Bruxelles, Belgique, De Boeck, 2008, p. 7

15 Le dossier du réseau est archivé sous le pseudonyme de son chef, Hilaire, SHD/GR 17 P 25.

16 Anne-Marie Walters, Moondrop to Gascony, Macmillan & Co Ltd, 1946. L’ouvrage a été réédité en 2009 et traduit en français sous le titre Parachutée au clair de lune, Éditions Gaussen, 2012.

17 On retrouve en revanche des femmes au sein de l’Air Transport Auxiliary, organisation créée le 15 février 1940 et dont l’objectif était le convoyage des appareils des dépôts de maintenance aux bases militaires. Mais là encore, il était exclu de faire participer des femmes aux opérations militaires.

18 William Mackenzie, The Secret History of SOE : Special Operations Executive 1940-1945, London, St Ermin’s, 2000 et Michael Foot, Des Anglais dans la Résistance, op cit.

19 Jeanne Bohec, La plastiqueuse à bicyclette, Édition Du Sextant, 2004, p. 91.

20 Jean-François Muracciole, Les Français Libres, Paris, Tallandier, 2009, p. 49

21 Sébastien Albertelli, Les services secrets de la France Libre. Le bras armé du général de Gaulle, Paris, Nouveau Monde éditions, 2012, p. 158-159.

22 Sarah Helm, Vera Atkins, une femme de l’ombre, Paris, Seuil, 2010.

23 L’autre partie des femmes étaient recrutées dans une organisation parallèle, la FANY.

24 Catherine Lacour-Astol, Le genre de la Résistance, op. cit., p. 23.

25 Michaël Foot, Des Anglais dans la résistance, op. cit., p. 122.

26 Anne-Marie Walters, Parachutée au clair de lune, op. cit., p. 29

27 Michaël Foot, Des Anglais dans la Résistance, op. cit., p. 110.

28 Anne-Marie Walters, Parachutée au clair de lune, op. cit., p. 52

29 Ibid., p. 29

30 Nancy Wake, La Gestapo m’appelait la Souris Blanche, Paris, Edition du Félin, 2004, p. 131. Cet ouvrage est la traduction de la première édition parue en Australie sous le titre The White Mouse en 1985.

31 Rapports d’entraînement. Dossier personnel d’Anne-Marie Walters, Archives privées de la famille Comert et National Archives, HS 9/339/2.

32 Ibid.

33 Voir développement suivant.

34 Dossier personnel de Claude de Baissac, National Archives, HS 6/75.

35 Rapports d’entraînement, ibid.

36 Dossier de liquidation du réseau Hilaire/Wheelwright, SHD/GR 17 P 25.

37 Le cas de Marie-Madeleine Méric est connu, mais ce ne fut pas la seule : Pauline Gaillard pour le réseau Marie-Odile dépendant de l’Intelligence Service, Pearl Witherington pour le réseau Wrestler ou Lise de Baissac pour le réseau Artist, deux réseaux SOE, en sont quelques exemples.

38 Dossier de liquidation du réseau Alliance, SHD/GR 17 P 72 et Marie-Madeleine Fourcade, L’Arche de Noë, Paris, Fayard, 1968.

39 Dossier du réseau Marie (Buckmaster)/Wrestler, SHD/GR 17 P 32 ; Dossier Personnel de Pearl Witherington, National Archives, HS 9/355/2 ; Pearl Witherington, Code Name Pauline, Chicago, Chicaggo Review Press, 2015.

40 Dossier Personnel de Lise de Baissac, National Archives, HS 9/77/1.

41 François Marcot, « Chefs », in François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robert Laffont, 2006, p. 923-925, voir p. 924.

42 Anne-Marie Walters, Parachutée au clair de lune, op. cit., p. 52.

43 SOE Groupe B training manual regional supplement, National Archives, HS 7/66.

44 Sur les femmes sous le IIIe Reich, voir, entre autres, Rita Thalmann, Être femme sous le IIIe Reich, Paris, Robert Laffont, 1981 ; Claudia Koons, Les mères-patries du IIIe Reich. Les femmes et le nazisme, Paris, Lieu Commun, 1989 ; Anna Maria Sigmund, Les femmes du IIIe Reich, Éditions JC Latès, 2004.

45 Cité par Peter Longerich, Himmler. L’éclosion quotidienne d’un monstre ordinaire, Paris, Éditions Héloïse d’Ormesson, 2010, p. 231.

46 Anne-Marie Walters, Parachutée au clair de lune, op. cit., p. 132.

47 Dominique Veillon, La mode sous l’Occupation. Débrouillardises et coquetteries dans la France en guerre (1939-1945), Paris, Payot, 1990.

48 Anne-Marie Walters, Parachutée au clair de lune, op. cit., p. 53 et p. 62.

49 Catherine Lacour-Astol note ainsi l’existence d’une « répression spécifique » caractérisée par une « clémence relative » motivée, selon l’auteure, par le souhaite de maintenir de bonne relations avec la population. Voir Catherine Lacour-Astol, Le genre de la Résistance, op. cit., p. 338.

50 Anne-Marie Walters, Parachutée au clair de lune, op. cit., p. 119.

51 En tout, 104 agents envoyés par le SOE moururent victimes du nazisme.

52 Ibid., p. 98

53 Ibid., p. 96

54 Ibid., p. 154

55 Ibid., p. 159.

56 Luc Capdevila, « Violence » in François Marcot (dir), Dictionnaire historique de la Résistance, op. cit., p. 991.

57 Je remercie ici Sophie et Jean-Pierre Comert pour m’avoir transmis la copie de l’intégralité de ces documents.

58 Message n° 48, 31 juillet 1944 dans le dossier personnel de Georges Starr, National Archives, HS 9/1407/1

59 Jean-Marie Guillon, François Marcot, « Amour et sexualité » in François Marcot (dir), Dictionnaire historique de la Résistance, op. cit., p. 917-918.

60 Special Operations Executives manual. How to be an agent in occupied Europe, National Archives, 2014, p. 16.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Pollack, « Genre et engagement dans la Résistance : l’exemple d’Anne-Marie Walters », Genre & Histoire [En ligne], 19 | Printemps 2017, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/2697

Haut de page

Auteur

Guillaume Pollack

Université Paris I. Mail : guillaume.pollack@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page