Navigation – Plan du site
Genre et engagement en temps de guerre (XVIe-XXIe siècles)

Femmes militaires dans un contexte d’armée de milice « sans conflit » : quelles logiques d’engagement ?

Military women in a militia army and a « neutral » country : logics of commitment
Stéphanie Monay

Résumés

Aujourd’hui encore, l’Armée suisse repose sur un système de milice et d’obligation de servir pour les hommes. Les femmes ont, elles, la possibilité de s’y engager sur un mode volontaire mais demeurent cependant fortement minoritaires (0,6%). Dans le cadre d’un pays qui se veut neutre et où les femmes ne sont pas vraiment encouragées à rejoindre les rangs militaires, on cherche ici à comprendre les logiques à l’origine de cet engagement que l’on peut considérer comme atypique. Après avoir exploré nos données quantitatives mettant au jour les registres des motifs de cette entrée dans le monde militaire, le recours à des entretiens biographiques nous permettra de comprendre plus précisément les logiques de l’engagement, en mobilisant notamment le concept de socialisation sexuée et la question des rapports aux catégories de sexe. Nous verrons alors que l’incorporation antérieure de la différenciation et de la hiérarchisation entre les sexes joue un rôle important, quand bien même l’engagement militaire de femmes pourrait être d’abord perçu comme une transgression des normes de genre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Aurélien Buffat, « Forces armées suisses : how to learn lessons ? Pratiques, problèmes et condition (...)
  • 2 Comme en France, cf. par exemple Emmanuelle Prévot, « Féminisation de l’armée de terre et virilité (...)

1L’Armée suisse représente « un modèle très particulier1 » : elle reste une institution qui repose sur le modèle du service obligatoire masculin, avec la possibilité pour les femmes de s’engager sur un mode volontaire. Contrairement à de nombreux pays occidentaux qui sont passés progressivement à une armée de type professionnel, la proportion de femmes militaires dans l’armée helvétique reste faible (environ 0,6 %). Le constat est similaire en ce qui concerne la proportion de militaires professionnelles (2,6 % de l’effectif actif) ; les opportunités de carrière sont donc très serrées. L’autre particularité du cas suisse est l’affirmation officielle de neutralité du pays : en effet, son armée n’est pas engagée dans des opérations de combat, ses missions à l’étranger se limitant à la « promotion de la paix ». Précisons enfin que les sollicitations directes de la part de l’Armée pour encourager l’engagement volontaire des Suissesses restent minimes : en tant qu’armée de milice, l’Armée suisse n’est pas confrontée à la nécessité d’inciter l’engagement comme le sont les armées professionnelles2, ses besoins en effectifs étant d’ailleurs réduits de réforme en réforme.

  • 3 Aline Delahaye, « Une simple question de chiffres ? », Inflexions. Civils et militaires : pouvoir d (...)
  • 4 Comme ce fut avancé dans l’une des rares recherches portant sur les femmes militaires suisses, dans (...)

2Dans ce contexte, comment comprendre l’engagement de femmes dans l’Armée suisse ? Nous nous proposons de dépasser les deux principales lectures que fait la recherche à ce sujet : 1. comprendre l’engagement des femmes comme un acte étroitement intéressé qui vise à se sortir d’une condition professionnelle/financière délicate, l’armée étant considérée comme un employeur attrayant ; or, le modèle de milice de l’Armée suisse rend difficile sa perception en termes de « milieu professionnel rassurant3 », capable de garantir mobilité sociale et sécurité d’emploi ; 2. envoyer l’engagement féminin au seul registre du partage des convictions, principalement patriotiques4 : nos données empiriques ne s’inscrivent cependant que très rarement dans ce répertoire.

  • 5 Jane Parpart, Kevin Partridge, « Soldiering on : pushing militarized masculinities into new territo (...)
  • 6 Julie Delalande, « La socialisation sexuée à l’école : l’univers des filles », La lettre de l’enfan (...)
  • 7 Compris comme « un système dynamique de relations de pouvoir dans lequel de multiples masculinités (...)
  • 8 Christine Mennesson, « Etre une femme dans un sport masculin : modes de socialisation et dispositio (...)
  • 9 Jean-François Léger, « Pourquoi des jeunes s’engagent-ils aujourd’hui dans les armées ? », Revue fr (...)

3Nous souhaitons en effet explorer d’autres pistes, plus à même de comprendre le caractère sexué des logiques de cet engagement atypique, les femmes interrogées dans le cadre de cette étude entrant dans un univers « conçu comme le lieu caractéristique de la production des masculinités5 ». Après avoir présenté les données issues d’un questionnaire portant sur les motivations à l’engagement, nous nous concentrerons sur les dispositions sexuées acquises avant l’entrée dans l’institution militaire en recourant à l’analyse d’entretiens. Notre postulat est que la socialisation sexuée, comprise comme processus d’« intériorisation d’une représentation sexuée de soi6 » et de représentations particulières autour de l’ordre de genre7, permet d’éclairer les logiques de l’engagement volontaire des femmes militaires dans un univers fortement monosexué. Nous verrons que l’engagement féminin peut être compris comme le prolongement de certaines dispositions masculines acquises lors de socialisations antérieures. Cette socialisation sexuée inversée8 prend appui sur une pluralité de vecteurs ou instances socialisatrices (famille, parcours scolaire/professionnel, groupes de pairs). Nous irons ensuite plus loin en explorant le poids des représentations des rôles de genre que traduisent les propos des enquêtées. Si une carrière militaire n’est pas forcément un objectif, l’entrée dans l’armée peut tout de même être conçue par les enquêtées comme un projet professionnel à long terme et hors de l’armée : dès lors, les logiques d’engagement s’inscrivent dans une transgression de normes de genre perçue par les femmes militaires comme un atout professionnel. Nous démontrerons alors que ce processus de valorisation identitaire9 s’insère dans un système de représentations des rôles sexués qui repose sur une conception traditionnelle de séparation et de hiérarchisation entre les sexes : l’engagement se présente ainsi comme une volonté de se distinguer d’un groupe dominé, celui des femmes.

Données et méthodes

Cet article s’appuie sur une thèse en cours portant sur les socialisations des femmes militaires engagées dans l’Armée suisse. L’enquête a été menée entre 2013 et 2016 : suite à un questionnaire diffusé en interne à toutes les femmes engagées visant à connaître plus précisément la population en question, des observations ont été menées à divers moments du parcours militaire des enquêtées (recrutement, école de recrue, stages pratiques pour l’obtention d’un grade…). Outre quatre recrutements, j’ai pu retrouver une vingtaine de recrues dans huit casernes : infanterie (quatre casernes), troupes sanitaires, troupes du sauvetage, aviation et centre de compétences pour animaux. L’enquête couvre les zones linguistiques francophone et germanophone de la Suisse. 21 entretiens biographiques ont été réalisés avec les femmes militaires rencontrées sur le terrain des observations. Ceux-ci abordent les trajectoires et socialisations avant l’engagement ainsi que les expériences et le parcours militaires. Des rencontres répétées avec les enquêtées, hors et au sein de l’institution militaire, m’ont permis d’instaurer une relation de confiance et de me distinguer de l’institution. Ces données sont complétées par l’analyse de la communication de l’institution militaire suisse concernant la question des femmes dans l’armée, et par des entretiens informatifs avec du personnel militaire impliqué dans le recrutement féminin.

Après avoir présenté quelques résultats du questionnaire, cet article s’appuiera essentiellement sur les entretiens biographiques, ainsi que sur des discussions informelles menées avec les enquêtées pendant les observations. Le but est de saisir la dimension processuelle des socialisations sexuées antérieures, que les méthodes quantitatives ne peuvent que faiblement éclairer. Les femmes militaires dont il est question ici endossent des fonctions militaires variées en terme de dimension combattante (soldat de sûreté, soldat sanitaire, fantassin équipier…) et de grade (recrue à capitaine, soit un grade d’officier). Elles sont âgées de 19 à 34 ans et présentent des trajectoires scolaires et sociales très diversifiées.

Les logiques de l’engagement saisies par le questionnaire

4Le questionnaire diffusé auprès de toutes les femmes engagées en 2013 au sein de l’Armée suisse (taux de réponses de 32 %, soit 333 répondantes) comportait une question relative aux motivations de l’engagement. Cette question, proposée sous forme ouverte, les invitait à développer les motivations qui les avaient conduites à s’engager au sein de l’Armée suisse. Les questions ouvertes étant tendanciellement celles le plus souvent laissées sans réponse, 136 réponses ont pu être obtenues et codées, chacune pouvant contenir plusieurs types de motivations. Ainsi, c’est sur la base des occurrences qu’est construit le tableau suivant (Tableau 1).

Tableau 1. Registres des motifs de l’engagement

Registres de motifs

Nombre d’occurrences (%)

Motivations d’ordre professionnel

34,45 %

Proximité de l’institution pendant l’enfance/adolescence

25,45 %

Registre politique au sens large

13,68 %

Registre du développement personnel

10,85 %

Rapport à l’égalité hommes-femmes

4,72 %

Sollicitations directes à l’engagement

4,70 %

Autres registres

6,15 %

Total

100 %

  • 10 Katia Sorin, Femmes en armes, une place introuvable ? Le cas de la féminisation des armées français (...)

5On constate que le registre principalement mis en avant se rapporte à des motivations d’ordre professionnel (34,45 % des occurrences). Elles renvoient majoritairement à des projets faisant suite à leur engagement et hors de l’institution militaire, dans des domaines comme la police principalement, mais également la santé, l’humanitaire ou encore le sport d’élite. Le motif professionnel est également celui qui est le plus cité dans l’étude que Katia Sorin a réalisée auprès de femmes officiers, sous-officiers et militaires du rang des trois armées françaises (air, terre et marine) à la fin des années 1990, qui « mettent en avant la question du métier [des compétences qui pouvaient être acquises] plus que celle de l’aspect militaire10 ». Dans les réponses ouvertes du questionnaire, le service militaire est alors souvent perçu comme une plus-value en termes de formation et d’expériences, comme l’illustre ce cas :

  • 11 Traduction de l’allemand.

Je voulais faire une formation d’ambulancière. M’étant informée sur l’école qui offrait cette formation (ES d’ambulancier à Lausanne), il était préférable d’être bien préparé à passer les tests d’entrée à cette école. L’armée me paraissait être une bonne préparation. Je me suis ainsi inscrite en tant que conducteur sanitaire C1 (le permis d’ambulance étant “offert”, ainsi que la formation de base d’ambulancier lors du service long).11

6L’engagement militaire est alors présenté comme un passage transitoire en vue d’une autre profession que celle militaire.

  • 12 Geneviève Pruvost, Profession : policier. Sexe : féminin, Paris, Maison des sciences de l’homme, 20 (...)

7Le second registre le plus mobilisé évoque une proximité particulière avec l’institution militaire durant l’enfance et/ou l’adolescence des engagées (25,45 %). Cette proximité peut être le fait de « médiations familiales12 », où un.e membre de la famille (principalement des hommes), fortement investi.e dans le cadre militaire (haut gradé.e et/ou statut de militaire professionnel.le), transmet une image positive de cet univers (« Les récits de mon père sur son temps de service » ; « Mon père était dans l’armée professionnelle » ; « Ma mère a elle-même servi mais dans une armée étrangère… C’est une tradition dans la famille, que tous fassent un service militaire » ;…). On retrouve cela dans des entretiens, comme chez Jeanne qui, dès son enfance, passait du temps dans des casernes – son père étant militaire professionnel –, et qui affiche une très forte proximité avec l’institution qu’elle a commencé à fréquenter à un âge précoce :

  • 13 Traduction de l’allemand.

J’ai grandi avec l’armée, mon père est colonel et commandant de la base aérienne ici à [Durmstrang], c’est pour ça que je suis ici. Je suis venue pour faire officier, ça je voulais depuis le début.13
Sergente-majore cheffe Jeanne, 24 ans, soldate d’aviation, troupes d’aviation, niveau bachelor.

  • 14 Ronald Hatto, Anne Muxel, Odette Tomescu, Enquête sur les jeunes et les armées : images, intérêt et (...)

8Au-delà du simple engagement, l’héritage familial s’associe ici à un projet sur la longue durée, qui fonde sur l’expérience personnelle la volonté d’avancer jusqu’à un grade d’officier. On retrouve ainsi des « éléments de socialisation et de sensibilisation à l’institution militaire qui sont véhiculés au travers de l’histoire familiale (héritage d’une tradition) et de l’éducation14 ». L’intérêt pour l’armée peut aussi découler de la présence, durant l’enfance ou l’adolescence, d’une caserne ou de troupes militaires en exercice sur le lieu de résidence de l’enquêtée (« Formations en CR [cours de répétition] dans ma commune d’habitation. Du coup, un intérêt m’est venu pour les véhicules et les armes » ; « Déjà à l’école, on entrait en contact avec les militaires car il y avait un abri de la protection civile. Déjà à ce moment-là, je savais que je voulais aller au militaire »…). L’engagement de Laura s’inscrit dans cette logique :

« C’était aussi, je dirais, les avions c’est une chose, ça c’est clair, mais après c’est clair que quand tu as à peu près 15-16 ans et que tu commences à sortir… Tu vas dans les bars et puis là tu vois des militaires et puis c’était aussi ce côté, voilà, l’uniforme, je me suis dis “ah ça peut être sympa”. Puis après je me suis un peu renseignée, quelle caserne, puis aussi en discutant. Et puis c’est vraiment un peu ça. Je pense que s’il n’y avait pas eu, si je n’étais pas ici, peut-être je n’aurais jamais touché à l’environnement militaire. Vu que mon père n’était absolument pas dedans. »
Capitaine Laura, 34 ans, soldate d’aviation, troupes de l’aviation, niveau master.

  • 15 Sorin, Femmes en armes…, op. cit., p. 68.

9Les militaires n’étant pas reclu.ses dans les casernes, il est possible de les apercevoir ou encore de les rencontrer de façon régulière – lors d’exercices en extérieur ou lors des fameuses sorties – selon le lieu de résidence. Ainsi, la proximité plus ou moins quotidienne avec l’institution et/ou des membres de l’institution permet une forme de familiarité et, ce faisant, suscite l’intérêt de la part de ces femmes pour un service, voire une carrière militaire. Dans les cas de Jeanne et Laura présentés ci-dessus, on relève même « une correspondance entre l’armée d’appartenance et l’armée représentée15 » par le père ou dans le lieu de résidence, la première ayant rejoint la même troupe que son père, la seconde la caserne de sa ville d’origine.

  • 16 Sophie Maurer, Ecole, famille et politique. Socialisations politiques et apprentissages de la citoy (...)
  • 17 Notamment par des initiatives soumises à votation populaire, comme celle de 2013 visant l’abrogatio (...)
  • 18 Dans les représentations exprimées par les répondantes et les enquêtées. Notre posture n’est nullem (...)
  • 19 Jeanne Teboul, « Un choix professionnel atypique ? Etude du parcours biographique de quelques jeune (...)

10Le troisième registre appelle des motifs de nature politique au sens large, où les réponses convoquent plus ou moins explicitement des motifs patriotiques (« Mon choix d’entrer dans l’Armée suisse est lié pour moi à la fierté nationale » ; « Je pense que nous sommes tous responsables de la défense de notre pays »…), qui restent cependant très minoritaires et assez peu mobilisés dans les entretiens, comme l’a également constaté Katia Sorin sur le terrain français. Les discours renvoyant à des valeurs spécifiques, rattachées par les répondantes à l’Armée suisse (camaraderie, discipline, ordre…) au registre de l’aide à autrui (« J’ai toujours voulu faire quelque chose qui aide les autres »), et à l’affirmation d’une fascination pour le monde militaire sont plus fréquents. Ce troisième registre (13,68 %) regroupe des positions certes très variées, mais qui réfèrent à un « rapport qui englobe tout un ensemble de représentations qui débordent largement du champ politique au sens strict16 » ; celles-ci sous-tendent des prédispositions qui amènent à considérer l’engagement militaire comme quelque chose de « possible » et de « positif » dans un contexte où l’Armée suisse se voit occasionnellement remise en cause sur la scène publique et politique17. Les répondantes font état de représentations idéalisées de l’univers militaire avant leur entrée, cependant les données de questionnaire ne nous permettent pas de savoir d’où proviennent ces représentations. Ces réponses se distinguent également des autres registres mobilisés ici, car elles font plus ou moins explicitement référence à une « spécificité militaire18 ». C’est pourquoi nous avons choisi de séparer de ce troisième registre la question du rapport à l’égalité hommes-femmes (4,72 %), qui renvoie pourtant également à des motifs de nature politique. De plus, cette catégorie de réponses contient une spécificité du fait de l’objet. Jeanne Teboul, dans son étude du parcours biographique de quelques jeunes femmes candidates à l’engagement militaire en France, avait dégagé un profil d’engagement qui s’inscrit dans « l’affirmation d’une égalité hommes/femmes19 », découlant d’une socialisation sexuée antérieure, et qui remet en cause la différenciation entre les sexes. Dans l’enquête conduite en Suisse, en revanche, les réponses ouvertes mobilisant le registre de l’égalité hommes-femmes, mettent en avant l’inégalité entre les sexes face à l’obligation de servir, mais au détriment des hommes, allant parfois même jusqu’à un rejet des positions féministes :

  • 20 Traduction de l’allemand.

« Ras le bol des féministes. On veut les mêmes droits, on a les mêmes devoirs. Va faire ton service militaire ! »
« Le troisième point est pour moi l’égalité des sexes, que nous les femmes nous voulons toujours et partout, et je suis d’avis que dans ce cas cela doit aussi concerner le service militaire. »20
« Les mêmes droits impliquent les mêmes devoirs pour homme et femme. »

  • 21 Comme « processus d’autonomisation » cherchant « l’acquisition progressive de capacités qui rendent (...)

11Le registre de l’égalité hommes-femmes n’est pas mobilisé ici dans une logique d’empowerment21 par la participation à un univers masculin, mais dénote une perception des droits et des devoirs où les femmes seraient tenues de s’investir volontairement dans le monde militaire pour contrecarrer l’inégalité entre les sexes. Si les réponses offrent une certaine vision de l’égalité hommes-femmes, elles entrent cependant en opposition avec les propos recueillis par entretiens, comme nous le verrons plus loin, ce qui indique que les rapports aux catégories de genre et à l’égalité entre les sexes sont plus hétérogènes.

12Le quatrième registre touche à une conception de l’engagement plus individualiste : l’argument du « développement personnel » est présent dans les réponses (10,85 %), surtout lorsqu’est mise en avant l’idée que l’engagement militaire permettrait d’expérimenter quelque chose de « différent » et offrirait l’occasion de « dépasser ses capacités », « connaître ses limites » ou « se prouver » quelque chose à soi-même. Au-delà d’une lecture psychologisante, il sera intéressant, dans la suite de l’analyse, de mettre ce registre en relation avec ce que les entretiens nous apprennent de la socialisation sexuée antérieure des enquêtées et leurs rapports à leur genre.

13Soulignons enfin la faible proportion (4,70 %) des engagements motivés par l’incitation directe de la part de l’institution militaire. Nous avons précisé en introduction que l’Armée suisse ne sollicitait que peu l’engagement militaire des femmes. Concrètement une lettre d’information est envoyée à toutes personnes atteignant l’âge de 16 ans. Elle informe les hommes de leurs obligations et les femmes de la possibilité d’un engagement volontaire. Une seconde lettre est envoyée à l’âge de 18 ans pour les journées d’information sur le recrutement : les hommes y sont convoqués, les femmes invitées à y participer si elles ont manifesté auparavant leur intérêt à rejoindre l’armée. Elles peuvent s’engager dans l’Armée jusqu’à leur 25e anniversaire, mais ces sollicitations ne sont pas renouvelées et aucune campagne de recrutement n’est mise en place. Dès lors, les données statistiques confirment que les vecteurs de la « rencontre » entre l’institution et les femmes militaires sont à chercher ailleurs.

  • 22 Olivier Fillieule, « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel. Post sc (...)
  • 23 Cf. Isaac Joseph, Erving Goffman et la microsociologie, Paris, PUF, 1998.

14Au-delà de ces premiers résultats, l’un des défis lorsque l’on se propose de saisir les logiques d’engagement, réside dans le fait de dépasser la question des motifs présidant à l’engagement. En effet, ceux-ci renvoient plutôt à « une verbalisation permettant, en situation, de produire des justifications du comportement22 » étudié, un « acte de langage » qui peut puiser dans des discours justificatifs mis à disposition dans la sphère sociale23. Il faut être ici d’autant plus prudent.e que les femmes militaires sont souvent amenées à expliquer, voire justifier leur engagement, que ce soit auprès de leurs proches ou de l’institution militaire. Aussi, un questionnaire diffusé en interne, quand bien même l’anonymat et le traitement externe de celui-ci ont été garantis, peut en rester au niveau des motifs audibles et légitimes de l’engagement. Grâce à une forte présence sur le terrain, nous avons effectivement pu constater que les femmes militaires sont aguerries à l’exercice de produire un discours conforme aux attentes sociales sur les motifs de leur engagement, comme l’illustre cette enquêtée :

« Je vous ai d’abord dit que je suis entrée dans l’armée en vue de faire l’école de police, mais ce n’est pas vraiment ça. Ça ne m’intéressait pas plus que ça [la police], mais vous êtes obligée face aux hommes d’expliquer pourquoi vous voulez faire l’armée. Si vous dites que vous voulez faire l’armée parce que vous aimez ça, vous vous faites emmerder, on vous dit que vous êtes folle. »
Sergente-cheffe Margaux, 27 ans, quartier-maître, troupes de l’aviation, niveau bachelor.

15Le registre professionnel – les observations lors des recrutements le confirment également –, est considéré comme l’un des plus légitimes. Dès lors, comment dépasser le niveau des motifs ? Le dispositif méthodologique mis en place visait particulièrement à répéter les rencontres, notamment hors de l’institution militaire, afin d’instaurer un degré de confiance suffisant permettant l’énonciation d’un autre discours que celui servi à l’institution et à ses membres. De plus, le recours à une analyse mobilisant le concept de socialisation sexuée, nous permet d’atteindre, sous un angle processuel, une meilleure compréhension des logiques de l’engagement des femmes dans l’Armée suisse.

Socialisation sexuée inversée : un engagement comme prolongement des dispositions

  • 24 Expression qui renvoie à un des « types d’identification enfantine à des modèles sexués » ; cf. Chr (...)
  • 25 Les femmes militaires françaises étudiées par Teboul, mais aussi les footballeuses, boxeuses et hal (...)
  • 26 Raewyn W. Connell, Masculinities, Sydney, Allen et Unwin, 1995.
  • 27 Dans cette perspective, les masculinités, conçues comme multiples, sont néanmoins sujettes à un pro (...)

16La socialisation dite inversée réfère à un processus de socialisation sexuée « à l’autre sexe » que celui déterminé par la dominante binarité homme/femme. Si peu de femmes de notre corpus se définissent elles-mêmes comme des « garçons manqués24 », comme l’ont fait certaines femmes investies dans d’autres activités masculines25, on constate cependant qu’elles sont nombreuses à présenter une socialisation sexuée antérieure inversée. Celle-ci s’inscrit dans des configurations familiales particulières mais peut également être le produit de socialisations sportive et professionnelle ou encore de la fréquentation d’autres groupes de pairs masculins. En ce qui concerne les femmes interrogées lors de notre étude en Suisse, c’est surtout la socialisation sportive qui se démarque amenant l’acquisition de certaines dispositions masculines : goût pour l’action et rejet de la passivité, bonne endurance et performances physiques poussées, volonté de dépassement de soi, courage…, bref des valeurs et dispositions qui renvoient aux qualités et traits d’un modèle de masculinité « hégémonique26 » véhiculé et ayant cours au sein de l’institution militaire suisse27.

  • 28 Que ce soit en termes d’années de pratique ou de participations à des compétitions.
  • 29 Mennesson, Être une femme…, op. cit., p. 79.
  • 30 La formation professionnelle commence en général à la fin de l’école obligatoire (à environ 15-16 a (...)

17La moitié des enquêtées ont suivi un parcours sportif pouvant être considéré comme masculin et ce de manière intense28, passant par des disciplines variées collectives comme le football ou le hockey, mais surtout des sports de combat (krav maga, boxe, kick-boxing, free fight…). Plusieurs d’entre elles pratiquent des loisirs plus individuels eux aussi fortement monopolisés par les hommes, comme le tir ou la moto. Ces activités sportives « participe[nt] à la construction progressive d’un rapport au corps plutôt ascétique, valorisant la force et l’expression d’une certaine agressivité29 » contrôlée, soit des prédispositions bienvenues dans l’espace militaire. D’autres enquêtées présentent quant à elles un parcours professionnel traditionnellement masculin, ayant réalisé notamment un apprentissage30 dans des domaines comme peintre en bâtiment, ramoneur ou encore mécanicien, ou étant passées par des champs d’études supérieures à faible féminisation, comme les disciplines techniques et/ou mathématiques. Outre des compétences perçues comme masculines acquises par ces pratiques professionnelles ou éducatives – et qui peuvent répondre à des besoins techniques de l’institution militaire – les femmes militaires se sont également mues dans des cercles masculins et sont dès lors habituées aux traits des sociabilités masculines.

18Concernant la socialisation familiale, certaines enquêtées sont issues d’adelphies constituées majoritairement d’hommes, partageant ainsi les jeux, les goûts, les loisirs et les attitudes de ce milieu familial masculin, comme c’est le cas pour Sanita :

« J’ai grandi en montagne, dans un petit village, du coup j’étais surtout avec mes frères [un frère de deux ans son aîné ; un frère de trois ans son cadet], je faisais tout avec eux et leurs potes. Du coup, voilà j’étais quand même déjà dans un certain univers assez de garçons, à grimper aux arbres, courir partout, les bagarres… Je connais un peu ce genre d’univers, alors l’armée ça ne me fait pas plus peur que ça. »
Soldate Sanita, 25 ans, soldate de sûreté d’aérodrome, troupes de l’infanterie, maturité gymnasiale (baccalauréat).

  • 31 Mennesson, Etre une femme…, op. cit., p. 99-152.
  • 32 Teboul, « Un choix professionnel atypique ?… », art. cit., p. 67.

19Ce genre d’environnement familial masculin participe à l’incorporation de dispositions sexuées inversées. Cependant, d’autres femmes militaires connaissent une configuration familiale inverse – une sororie importante – et ont alors endossé le rôle du « garçon manquant », phénomène souligné par Christine Mennesson31 et Jeanne Teboul32, et qu’illustre notamment le cas de Fiona :

« Mon père lui il était super motivé. Parce que déjà dans la famille on est que des filles, tu vois on est 5 filles. Donc je suis un peu la seule fille qui fait un peu le bonhomme quoi [rires]. […] il a une petite [12 ans] et une grande qui a deux ans de plus que moi, qui est à l’uni en Lettres, qui ne fait pas beaucoup de sport, qui lit beaucoup, qui écrit beaucoup, donc elle c’est plutôt le côté littéraire et moi plutôt le côté quand il [son père] disait “ouais allez on va faire ça !” moi j’étais toujours hyper motivée, je voulais grimper dans les arbres, comme ça. Et quand je lui ai dit que je voulais aller à l’armée, il était super content. […] Ce qui était cool c’était vraiment mon père quoi, il était heureux mais vraiment [Les deux autres sœurs, plus âgées, sont l’une mannequin et l’autre employée dans la publicité]. »
Soldate Fiona, 20 ans, soldate de transmission, troupes du génie, maturité gymnasiale (baccalauréat).

20Se perçoit ici un lien privilégié avec le père qui, retrouvant chez sa fille des intérêts qu’on attend traditionnellement des garçons, partage plus de temps avec elle et manifeste une joie non dissimulée face à son engagement militaire. La socialisation inversée que connaissent les femmes militaires comme Fiona leur permet de se distinguer du reste de la sororie, celle-ci empruntant des trajectoires plus traditionnellement féminines.

  • 33 Mennesson, Etre une femme…, op. cit., p. 101.

21La socialisation inversée, quels qu’en soient les vecteurs – ceux-ci se combinant –, marque chez une large majorité des enquêtées concernées une volonté de se distinguer du groupe des femmes. Cela va même plus loin car « cette identification [au masculin] s’accompagne [souvent] d’une dévalorisation du “féminin”33 ». Les propos d’Adélaïde sont à ce titre éloquents :

« J’ai toujours été avec les garçons, et c’est vrai que moi… heu… j’ai de la peine avec les femmes. Je veux dire… C’est juste que je sais comment elles réagissent, qu’il y a beaucoup de jalousie, il y a beaucoup de trucs où elles se crachent par derrière et des trucs comme ça. Et ça, c’est un truc qui me dérange, je n’en ai pas envie. »
Appointée-cheffe Adélaïde, 19 ans, soldate d’échelon de conduite, troupes de l’infanterie, sans formation.

  • 34 Pruvost, Profession : policier…, op. cit., p. 38.

22Ainsi, la socialisation inversée apporte à la fois certaines dispositions masculines qui seront réinvesties dans le monde militaire, et un rapport particulier à l’identité de genre : les représentations du groupe des femmes sont en effet assez négatives et dévalorisantes et les enquêtées cherchent alors à s’en distancier. La poursuite d’une trajectoire masculine via l’engagement militaire leur permet alors d’« échapper à l’“entre-femmes”34 » qu’elles ont tendance à dénigrer.

Logiques de distinction : s’engager pour dépasser individuellement sa position de dominée

  • 35 Cf. Danièle Kergoat, « Division sexuelle du travail et rapports sociaux de sexe », in Helena Hirata (...)

23La logique de prolongement de dispositions sexuées masculines ne suffit cependant pas à expliquer la trajectoire d’entrée de toutes les enquêtées, notamment celles qui n’ont pas connu une telle socialisation. L’entrée dans l’armée s’explique en effet souvent, comme nous l’avons vu avec les données de questionnaire, par une logique qui relève du projet professionnel. Pour aller au-delà de la simple question des motifs, on peut observer que le registre professionnel s’accompagne d’un rapport spécifique aux catégories de genre. Les enquêtées font preuve d’une perception parfois très nette de la séparation et de la hiérarchisation entre les sexes35 : elles conçoivent l’expérience masculine du service militaire comme un moyen de pallier à leurs handicaps sociaux liés au genre en tentant d’acquérir des attributs et une trajectoire dits masculins afin de présenter un profil plus valorisé dans la société. La recrue Manon exprime par exemple très clairement cette logique :

  • 36 Traduction de l’allemand.

« Quels aspects t’intéressaient particulièrement dans le service militaire ?
M : Pourquoi je le fais ? Alors seulement pour la police. Il n’y a pas du tout d’autres raisons. Sinon je ne serais même pas là.
Et c’est une bonne expérience pour la police ?
M : Alors oui. Je connais deux-trois personnes dans la police auprès desquelles je me suis renseignée et effectivement. On ne doit pas le faire forcément [le service militaire] mais c’est vraiment mieux. Quand dans le CV il y a “militaire”, que la police voit ça, qu’on sait recevoir des ordres et aussi les donner. Et je pense qu’en tant que femme c’est aussi important d’avoir fait toute l’école de recrues, comme ça ils voient aussi qu’elle a traversé l’enfer, peut-être [rires]. Et ils voient aussi qu’on veut vraiment le faire. Et même si je veux faire un autre job, je pense que c’est intéressant quand il y a du militaire dans le CV d’une femme, parce qu’elles ne le font pas toutes. Oui, on se distingue36. »
Recrue Manon, 19 ans, soldate d’échelon de conduite, troupes de l’infanterie, apprentissage de commerce.

  • 37 Le terme renvoie aux groupes sociaux intégrés dans des univers où ils se retrouvent dans une situat (...)
  • 38 David Bourguignon, Ginette Herman, « Quand le monde du travail est perçu comme ouvert ou fermé… », (...)
  • 39 Ibid., p. 178.
  • 40 Beverley Skeggs, Des femmes respectables. Classe et genre en milieu populaire, Marseille, Agone, 20 (...)
  • 41 Ibid., p. 161.

24Au-delà des rétributions matérielles de l’engagement, il y a une forte conscience de l’apport d’une expérience masculine dans leur trajectoire. Cela donne à voir une certaine volonté de distinction derrière l’engagement (« on se distingue ») et fait écho à des études portant sur le tokenisme37. Mobilisant notamment la théorie de l’identité sociale qui avance que chaque individu cherche à développer une représentation valorisante de lui-même, les travaux sur le tokenisme identifient une stratégie de mobilité sociale individualisée visant « à changer [d’]affiliation groupale en cherchant notamment à appartenir à des groupes sociaux plus valorisés38 ». Les enquêtées, considérant le monde militaire comme accessible, perçoivent alors une certaine « perméabilité des frontières entre groupes39 » sexués qui leur permet d’aspirer à rejoindre un univers socialement plus valorisé, celui des hommes. Ayant souvent une « conscience claire […] des valeurs négatives associées40 » à leur statut de femmes, elles cherchent alors à améliorer leur condition en passant « pour autre41 ». Les femmes militaires trouvent d’ailleurs une forme de confirmation de cette « distinction » dans les réactions de leur entourage proche : si celui-ci n’a souvent pas caché son étonnement à l’annonce de leur engagement militaire – surtout pour celles pour qui rien dans le comportement ou la trajectoire biographique n’avait annoncé la possibilité de cet engagement –, la surprise laisse vite place à d’autres sentiments plus valorisants :

« Mon père c’est vraiment quand j’ai eu mon chien qu’il s’est dit “ouais chapeau, t’as tenu quoi, c’est joli”. Et quand j’ai fini mon armée ben “ouais chapeau”. Et maintenant quand je ne suis pas là et que c’est lui qui promène mon chien il fait “ouais alors attention, c’est un soldat”, il se la pète quoi, il est tout fier, “ouais c’est le chien de ma fille elle a fait l’armée, vous savez”. Une fois je suis allée lui dire bonjour quand il bossait à la [Dursley Energie], j’ai vu ses collègues, bon ben ils me connaissent depuis toute petite “aaah comment ça va alors l’armée ? Ça s’est super bien passé et tout ? Bravo félicitations, c’est super bien pour une femme”, voilà. Après c’est clair que ça fait plaisir quand on nous dit ça. »
Soldate Natalie, 22 ans, conductrice de chien, troupes de la logistique, apprentissage d’horticulture.

  • 42 Mennesson, Etre une femme…, op. cit., p. 101.
  • 43 Skeggs, Des femmes respectables…, op. cit., p. 109.
  • 44 Ibid.

25Les femmes militaires rencontrées – que leur engagement s’inscrive dans un prolongement de leurs dispositions masculines et/ou dans la perspective d’en acquérir via une expérience dans le monde militaire –, cherchent toutes plus ou moins explicitement à « [bénéficier] de profits symboliques liés à la participation au monde des hommes42 ». En effet, les enquêtées expriment une forte volonté d’acquérir une expérience valorisée symboliquement et/ou en vue d’un projet professionnel précis qui renvoie souvent à des bastions masculins (la police, garde-frontière, autres domaines de la sécurité…) – valorisation qui repose sur la hiérarchisation entre les sexes. Dès lors, avant leur entrée dans l’univers militaire, elles ont intériorisé la différenciation et la hiérarchisation entre les sexes. Elles tentent alors de remédier aux handicaps sociaux liés à leur genre en optant pour une trajectoire qui leur permet de se distinguer au sein de la catégorie des « femmes », mobilisant tout un lexique autour de l’engagement militaire qui évoque le caractère atypique et exigeant de leur parcours : se lancer un « défi », chercher à « dépasser ses limites », montrer « qu’on peut le faire », etc. Le service militaire est perçu comme un véritable « dispositif de l’élaboration de soi43 », dispositif fortement individualiste et méritocratique qui fait écho au registre du « développement personnel » dégagé par le questionnaire, et que nous intégrons ici dans une compréhension plus sociale. Les enquêtées cherchent une « façon de se valoriser et d’investir en elles-mêmes44 » en optant pour une voie qui s’éloigne des domaines socialement considérés comme féminins.

26La logique de distinction se donne également à voir dans leurs propos lorsque l’on aborde la question d’un service militaire obligatoire étendu aux Suissesses. Leurs prises de position viennent nuancer les données de questionnaire : peu d’entre elles y sont en effet favorables, car souvent elles estiment que le monde militaire ne conviendrait pas à un bon nombre de femmes :

« Toi, personnellement, qu’est-ce que tu penses d’un service obligatoire aussi pour les femmes ?
C : Pff, je crois qu’il ne faut pas trop leur en demander à celles-là, parce qu’il y en a beaucoup, elles ne sont pas toutes comme nous qui allons à l’armée. […] Déjà c’est sportif, c’est physique, ça c’est clair. Les filles, c’est plus… [silence]. Oui entre les bimbos, les madames qui vont mettre leur robe, leur jupe, qui vont aller faire du shopping et tout… Il y en a où c’est tellement ancré dans leur personnalité que je ne les vois pas du tout faire l’armée. Donc je ne pense pas que ça soit forcément une bonne idée de faire ça, ça serait débile je pense. Parce que s’il y en a une qui est forcée justement, elle va arriver comme ça, avec ses ongles longs et tout, ça va être n’importe quoi, non, ce n’est pas une bonne idée. Ça aurait été bien mais non, ce n’est pas ancré chez les filles, voilà je ne pense pas. Peut-être un jour [rires]. »
Recrue Charlotte, 20 ans, soldate de sauvetage, troupes du génie/sauvetage, maturité gymnasiale (baccalauréat).

  • 45 Bourguignon, Herman, « Quand le monde du travail… », art. cit., p. 181.
  • 46 Lorena Parini, Le système de genre. Introduction aux concepts et théories, Zürich, Seismo, 2006, p. (...)
  • 47 Ibid.
  • 48 Ce qui renvoie également à une stratégie d’intégration une fois entrées dans les rangs militaires.
  • 49 Orna Lévy-Sasson, « Feminism and Military Gender Practices : Israeli Women Soldiers in ‘Masculine’ (...)

27« Elles ne sont pas toutes comme nous qui allons à l’armée » : ce type de discours de distinction, voire de supériorité assumée, se retrouve surtout chez les enquêtées ayant connu une socialisation sexuée antérieure inversée, celles-ci pouvant appuyer leur caractère « distinctif » sur les dispositions masculines acquises en amont de leur engagement. Cette forme de distinction révèle elle aussi une vision dévalorisante des femmes, des « filles » – qu’elles soient des « bimbos » ou des « madames » –, indiquant la forte imprégnation d’une vision du monde dominante qui repose sur la séparation et la hiérarchisation entre les sexes, l’enjeu étant alors de se dissocier de ce groupe d’appartenance stigmatisé45. Entrer dans un bastion masculin deviendrait alors une voie pour se prémunir de quelques discriminations, mais par la voie individuelle et non collective. En effet, rarement, avant ou durant leur expérience militaire, elles ne remettent en question le système de genre, « système bâti sur la construction sociale des différences […] entre les sexes46 », ou même le régime de genre – en tant qu’« agencements particuliers47 » de ce système dans un cadre spécifique – que représente l’Armée suisse. Dès lors, elles cherchent à se distinguer au sein de la catégorie « femmes ». Les enquêtées ayant connu une socialisation sexuée inversée vont à ce titre plus loin encore et s’identifient plus fortement au régime de genre militaire : en mobilisant fermement un registre qui dévalorise tout ce qui a trait au « féminin » et en rejetant les attributs liés traditionnellement à l’identité féminine et à la féminité (maquillage, cheveux longs, etc.)48, elles font montre d’une volonté de se distinguer de la catégorie des « femmes » en « construis[a]nt leurs identités par le moyen de la négation49 ».

Conclusion

  • 50 Éric Agrikoliansky, « Carrières militantes et vocation à la morale : les militants de la LDH dans l (...)
  • 51 Ibid., p. 44.
  • 52 Cf. Stéphanie Monay, « Les socialisations en milieu militaire : les femmes dans l’Armée suisse », t (...)

28Recourir à des données quantitatives nous a permis de dégager les registres de motivations que mobilisent les femmes militaires suisses pour légitimer leur engagement. Les croiser ensuite avec une approche qualitative en proposant une lecture des entretiens biographiques sous l’angle du concept de socialisation sexuée nous a offert la possibilité de complexifier et de nuancer notre compréhension de l’engagement militaire féminin, de même que de dépasser la simple analyse des motifs. Si notre démonstration a prêté une attention particulière au poids des socialisations sexuées antérieures, la littérature issue de la sociologie de l’engagement nous met cependant en garde à ne pas les considérer comme un « reflet mécanique de dispositions acquises50 » précédemment ; en effet, nous avons plutôt cherché à combiner les différents facteurs qui, dans les trajectoires respectives des femmes militaires, activent ces prédispositions. Nous avons pour cela mis la focale sur la socialisation sexuée et les rapports aux catégories de genre des enquêtées pour tenter de comprendre leur engagement. Bien entendu, d’autres éléments participent encore aux « faisceaux de conditions51 » qui permet de comprendre dans les détails cet engagement52.

  • 53 Léger, « Pourquoi des jeunes… », art. cit., p. 714.
  • 54 Ibid., p. 723.
  • 55 Ibid., p. 726.
  • 56 Nicole-Claude Mathieu, L’anatomie politique, Paris, Editions Côté-femmes, 1991, p. 230.
  • 57 Lévy-Sasson, « Feminism and Military… », art. cit., p. 460. Traduction propre.

29Si le registre professionnel demeure saillant, il ne faut pas le réduire « à un arbitrage seulement économique53 » (engagement par défaut, rupture scolaire ou professionnelle, recherche de stabilité…). Loin d’être une spécificité des femmes militaires, l’engagement se conçoit également comme « une étape du parcours professionnel, et non comme une fin en soi54 » chez certains jeunes hommes étudiés par Jean-François Léger dans le cas français, notamment chez ceux investis dans des métiers militaires techniques. L’attrait du militaire peut ainsi trouver sa source dans des représentations qui voient l’institution militaire comme un milieu où s’active un processus de valorisation identitaire. Cependant, les enquêtées se distinguent de leurs homologues masculins – comme c’est le cas des « filles » militaires du rang incluses dans l’étude de Léger – car ce processus « se fait davantage sur un mode d’opposition aux femmes civiles que sur celui de l’agrégation aux hommes militaires55 ». On perçoit, chez les femmes, une certaine volonté de se donner les moyens, à travers l’engagement militaire, de dépasser leur statut sexué dominé, en cherchant à jouir de la valorisation d’une trajectoire typiquement masculine ; leur démarche demeure individuelle et ne remet pas en cause les rapports sociaux de sexe ayant cours au sein de l’institution militaire suisse ou dans le monde social plus généralement. En effet, comme le concluait également Nicole-Claude Mathieu, « la transgression d’une norme n’est pas obligatoirement la subversion d’un système de pensée56 ». Reste à déterminer si, une fois les femmes passées par les rangs militaires, cette stratégie de valorisation identitaire aboutit effectivement à produire des bénéfices sociaux réels ou bien si elle se limite, comme le constate Orna Lévy-Sasson dans le cas israélien, à un « prestige illusoire57 ».

Haut de page

Notes

1 Aurélien Buffat, « Forces armées suisses : how to learn lessons ? Pratiques, problèmes et conditions des processus d’apprentissage », Military Power Revue der Schweizer Armee, 2, 2007, p. 30.

2 Comme en France, cf. par exemple Emmanuelle Prévot, « Féminisation de l’armée de terre et virilité du métier des armes », Cahiers du Genre, 48, 1, 2010, p. 81-101.

3 Aline Delahaye, « Une simple question de chiffres ? », Inflexions. Civils et militaires : pouvoir dire, 17, 2011, p. 94-98, p. 94.

4 Comme ce fut avancé dans l’une des rares recherches portant sur les femmes militaires suisses, dans les années 90 ; cf. Françoise Tschanz, Les femmes dans l’Armée suisse : l’uniforme fait-il le soldat ?, Neuchâtel, Institut d’Ethnologie, 1992, p. 5.

5 Jane Parpart, Kevin Partridge, « Soldiering on : pushing militarized masculinities into new territory », in Mary Evans et al. (dir.), The SAGE handbook of feminist theory, Londres, SAGE Publications Ltd, 2014, p. 555. Traduction propre.

6 Julie Delalande, « La socialisation sexuée à l’école : l’univers des filles », La lettre de l’enfance et de l’adolescence, 51, 1, 2003, p. 73-80, p. 74.

7 Compris comme « un système dynamique de relations de pouvoir dans lequel de multiples masculinités et féminités sont constamment construites, contestées, modifiées ». Suzanne Laberge, « Les rapports sociaux de sexe dans le domaine du sport : perspectives féministes marquantes des trois dernières décennies », Recherches féministes, 17, 1, 2004, p. 9-38, p. 22.

8 Christine Mennesson, « Etre une femme dans un sport masculin : modes de socialisation et disposition », Sociétés Contemporaines, 55, 2004, p. 69-90. Elle emprunte le concept de « dispositions sexuées inversées » à Charles Suaud « Sports et esprit de corps », in Fernand Landry, Marc Landry, Magdeleine Yerlès (dir.), Sport… le troisième millénaire, Sainte-Foy, Presses de l’Université de Laval, 1991.

9 Jean-François Léger, « Pourquoi des jeunes s’engagent-ils aujourd’hui dans les armées ? », Revue française de sociologie, 44, 4, 2003, p. 713-734, p. 726.

10 Katia Sorin, Femmes en armes, une place introuvable ? Le cas de la féminisation des armées françaises, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 70.

11 Traduction de l’allemand.

12 Geneviève Pruvost, Profession : policier. Sexe : féminin, Paris, Maison des sciences de l’homme, 2007, p. 3.

13 Traduction de l’allemand.

14 Ronald Hatto, Anne Muxel, Odette Tomescu, Enquête sur les jeunes et les armées : images, intérêt et attentes, Etudes de l’IRSEM, 10, 2011, p. 20.

15 Sorin, Femmes en armes…, op. cit., p. 68.

16 Sophie Maurer, Ecole, famille et politique. Socialisations politiques et apprentissages de la citoyenneté. Bilan des recherches en science politique, Paris, Dossier Etudes n° 15, Allocations familiales, CNAF, 2000, p. 6.

17 Notamment par des initiatives soumises à votation populaire, comme celle de 2013 visant l’abrogation du service militaire obligatoire. Elle a cependant été refusée.

18 Dans les représentations exprimées par les répondantes et les enquêtées. Notre posture n’est nullement de poser une essentialisation d’une « spécificité militaire », celle-ci demeurant « historiquement, culturellement, mais aussi socialement relative », selon Laure Bardiès, « Du concept de spécificité militaire », L’Année sociologique, 61, 2, 2011, p. 273-295, p. 293.

19 Jeanne Teboul, « Un choix professionnel atypique ? Etude du parcours biographique de quelques jeunes femmes candidates à l’engagement militaire », in Claude Weber (dir.), Les femmes militaires, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, p. 69.

20 Traduction de l’allemand.

21 Comme « processus d’autonomisation » cherchant « l’acquisition progressive de capacités qui rendent les individus plus forts, plus indépendants, et leur permettent donc de mieux s’assumer », selon les termes de Kimberlé W. Crenshaw, « Cartographies des marges : intersectionnalité, politique de l’identité et violences contre les femmes de couleur », traduit par Oristelle Bonis, Cahiers du Genre, 39, 2, 2005, p. 51-82, p. 53.

22 Olivier Fillieule, « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel. Post scriptum », Revue française de science politique, 51, 1, 2001, p. 199-215, p. 204.

23 Cf. Isaac Joseph, Erving Goffman et la microsociologie, Paris, PUF, 1998.

24 Expression qui renvoie à un des « types d’identification enfantine à des modèles sexués » ; cf. Christine Mennesson, Romain Galissaire, « Les femmes guides de haute montagne : modes de socialisation et identités sexuées », Recherches féministes, 171, 2004, p. 122.

25 Les femmes militaires françaises étudiées par Teboul, mais aussi les footballeuses, boxeuses et haltérophiles analysées par Mennesson ou les policières par Pruvost : Teboul, « Un choix professionnel atypique ? … », art. cit., p. 67-69 ; Christine Mennesson, Etre une femme dans le monde des hommes. Socialisation sportive et construction du genre, Paris, L’Harmattan, 2014, p. 99-152 ; Pruvost, Profession : policier…, op. cit., p. 30.

26 Raewyn W. Connell, Masculinities, Sydney, Allen et Unwin, 1995.

27 Dans cette perspective, les masculinités, conçues comme multiples, sont néanmoins sujettes à un processus de hiérarchisation selon des normes dominantes différenciées qui s’imposent dans divers champs sociaux. Pour un développement actualisé du concept, cf. Raewyn W. Connell, James W. Messerschmidt, « Hegemonic Masculinity : Rethinking the Concept », Gender & Society, 6, 19, 2005, p. 829-859 ; pour une étude sur les « maculinités militarisées », cf. Parpart, Partridge, « Soldiering on… », art. cit., p. 550-565.

28 Que ce soit en termes d’années de pratique ou de participations à des compétitions.

29 Mennesson, Être une femme…, op. cit., p. 79.

30 La formation professionnelle commence en général à la fin de l’école obligatoire (à environ 15-16 ans) pour une durée de deux à quatre ans. La formation comprend des cours en école professionnelle et une formation pratique en entreprise. Environ deux tiers des jeunes Suisse.sses optent pour cette voie professionnelle (données Office Fédérale de la Statistique, 2013).

31 Mennesson, Etre une femme…, op. cit., p. 99-152.

32 Teboul, « Un choix professionnel atypique ?… », art. cit., p. 67.

33 Mennesson, Etre une femme…, op. cit., p. 101.

34 Pruvost, Profession : policier…, op. cit., p. 38.

35 Cf. Danièle Kergoat, « Division sexuelle du travail et rapports sociaux de sexe », in Helena Hirata, Françoise Laborie, Hélène Le Doare, Danièle Senotier (dir.), Dictionnaire critique du féminisme, Paris, PUF, 2000, p. 35-44.

36 Traduction de l’allemand.

37 Le terme renvoie aux groupes sociaux intégrés dans des univers où ils se retrouvent dans une situation fortement minoritaire et face à une structure « à leur désavantage » ; cf. Erika Apfelbaum, « Relations of domination and movements for liberation : an analysis of power between groups », Feminism & Psychology, 3, 9, 1999, p. 267-272.

38 David Bourguignon, Ginette Herman, « Quand le monde du travail est perçu comme ouvert ou fermé… », in Ginette Herman (dir.), Travail, chômage et stigmatisation, Paris, De Boeck Supérieur, 2007, p. 177-213, p. 180.

39 Ibid., p. 178.

40 Beverley Skeggs, Des femmes respectables. Classe et genre en milieu populaire, Marseille, Agone, 2015, p. 153.

41 Ibid., p. 161.

42 Mennesson, Etre une femme…, op. cit., p. 101.

43 Skeggs, Des femmes respectables…, op. cit., p. 109.

44 Ibid.

45 Bourguignon, Herman, « Quand le monde du travail… », art. cit., p. 181.

46 Lorena Parini, Le système de genre. Introduction aux concepts et théories, Zürich, Seismo, 2006, p. 35

47 Ibid.

48 Ce qui renvoie également à une stratégie d’intégration une fois entrées dans les rangs militaires.

49 Orna Lévy-Sasson, « Feminism and Military Gender Practices : Israeli Women Soldiers in ‘Masculine’ Roles », Sociological Inquiry, 3, 73, 2003, p. 440-465, p. 452. Traduction propre.

50 Éric Agrikoliansky, « Carrières militantes et vocation à la morale : les militants de la LDH dans les années 1980 », Revue française de science politique, 51, 1, 2001, p. 27-46, p. 46.

51 Ibid., p. 44.

52 Cf. Stéphanie Monay, « Les socialisations en milieu militaire : les femmes dans l’Armée suisse », thèse de doctorat en cours, Université de Lausanne.

53 Léger, « Pourquoi des jeunes… », art. cit., p. 714.

54 Ibid., p. 723.

55 Ibid., p. 726.

56 Nicole-Claude Mathieu, L’anatomie politique, Paris, Editions Côté-femmes, 1991, p. 230.

57 Lévy-Sasson, « Feminism and Military… », art. cit., p. 460. Traduction propre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Monay, « Femmes militaires dans un contexte d’armée de milice « sans conflit » : quelles logiques d’engagement ? », Genre & Histoire [En ligne], 19 | Printemps 2017, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/2708

Haut de page

Auteur

Stéphanie Monay

Centre de recherche sur l’action politique, Université de Lausanne. Mail : stephanie.Monay@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page