Navigation – Plan du site
Varia

Pratiques de mobilisation des femmes pour la cause antialcoolique en France : militantes, enseignantes, femmes de plume (1873-1903)

Practices of women's mobilisation for the temperance movement in France: activists, teachers, women of letters
Victoria Afanasyeva

Résumés

Après la guerre contre la Prusse et la Commune s’affirme en France un mouvement antialcoolique, à la fois scientifique, élitiste et... masculin. D’après certain.es chercheur.es, les femmes en sont exclues, et restent cantonnées, par les pratiques et les discours, à leurs rôles traditionnels de femmes au foyer. Pourtant, l’examen des revues antialcooliques de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle donne à voir de nombreuses personnalités féminines, très estimées de leurs contemporains, mais ignorées par ces mêmes chercheur.es. La présente étude s’intéresse à ces femmes, dont les activités ont contribué à la transmission des idées tempérantes. En regroupant ces prêcheuses d’antialcoolisme en trois grandes catégories – militantes, enseignantes et femmes de plume –, l’article vise à démontrer que les femmes ont contribué, au même titre que leurs homologues masculins, à l’éducation hygiénique des Français.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bertrand Dargelos, La Lutte antialcoolique en France depuis le XIXe siècle, Paris, Édition Dalloz, (...)
  • 2 Susanna Barrows, « After the Commune : Alcoholism, Temperance, and Literature in the Early Third Re (...)
  • 3 Joël Lebeaume, L’Enseignement ménager en France : sciences et techniques au féminin  ; 1880-1980, R (...)

1Deux restaurants populaires, aux abords des quais, Maison des Marins et Salle du Drapeau pour les militaires, une dizaine de roulottes et de cantines de tempérance pour les dockers : voici une liste non-exhaustive des œuvres du Comité antialcoolique des Dames du Havre. Les actions des Havraises ont assez bien été médiatisées au milieu du XXe siècle, mais les spécialistes de l’histoire de la lutte antialcoolique en France n’en ont jamais fait l’étude précise. Les travaux menés depuis les années 1970 sur le mouvement de tempérance en France se distinguent en effet par une lecture genrée. Les historien.nes, sociologues et anthropologues français.es1 et anglo-saxon.nes2 ont publié plusieurs études dont les femmes sont quasiment absentes. Jusqu’alors, seul un aspect du « militantisme » féminin a fait l’objet d’études assez complètes : celui de la femme perçue comme un « ange du foyer ». Joël Lebeaume et Didier Nourrisson évoquent cette question antialcoolique à travers le prisme de l’enseignement ménager. Ils concluent sur une vision traditionnelle, particulièrement stable depuis le XIXe siècle, de la femme éducatrice pour ses enfants et pour son mari, qu’elle doit retenir loin du cabaret. En 2015, dans l’ouvrage collectif Boire : une affaire de sexe et d’âge, Thierry Fillaut met d’ailleurs au jour cet imaginaire stéréotypé3.

  • 4 La Société de Sobriété est fondée à Amiens en mai-juin 1835.
  • 5 Robert Baird, Histoire des sociétés de tempérance des États-Unis d’Amérique : avec quelques détails (...)
  • 6 Jean-Claude Bologne, Histoire morale et culturelle de nos boissons, Paris, R. Laffont, 1991, p. 332 (...)
  • 7 Myriam Tsikounas, « Le Discours alcoologique en France au XIXe siècle (1837-1873) », Les Cahiers de (...)
  • 8 Thierry Lefebvre, « La Propagande antialcoolique en milieu scolaire au début du XXe siècle », Revue (...)
  • 9 Didier Nourrisson, Le Buveur du XIXe siècle, op.cit., p. 223-226.

2Le mouvement antialcoolique naît dans les années 1830 dans le nord-ouest de la France sous forme de petites sociétés de tempérance4. Ce sont les voyageurs venus d’outre-Atlantique qui font état du nouveau courant hygiénique – antialcoolique –, qui connaît alors un grand succès aux États-Unis. Toujours préoccupées par l’esprit de débauche qui règne dans les classes populaires, y compris en raison de l’intempérance, les élites intellectuelles et politiques réfléchissent à la façon d’appliquer ces méthodes « étrangères » en France5. La crainte de « l’ivresse du peuple6 » atteint son apogée en 1871 : l’alcoolisme populaire est déclaré coupable de la défaite face à la Prusse et de la « bacchanale » de la Commune7. Mais comment combattre cet adversaire redoutable ? À ce moment-là, « le mouvement antialcoolique français, jusqu’alors timide et réservé, décida d’entrer de plain-pied dans le champ social8 ». La fin du XIXe siècle constitue donc pour le mouvement tempérant français une période de formation et de définition : le temps du « premier antialcoolisme9 ». Le mouvement poursuit sa voie scientifique et élitiste – donc masculine –, qui limite considérablement son étendue. C’est dans les années 1890 qu’il prend de l’ampleur ; les Français.es voient alors s’organiser divers comités tempérants qui les invitent tous, sans distinction de profession, de classe et de sexe, à prendre part à la propagande populaire. Il faut attendre octobre 1903 et le premier congrès national antialcoolique pour réunir des militant.es au sein d’une seule Ligue Nationale contre l’Alcoolisme. C’est dans ce contexte mitigé d’un mouvement hygiénique en train de se définir que nous allons aborder quelques pratiques de mobilisation féminines qui s’éloignent des clichés habituels de la femme « gardienne du foyer ».

3Dans cet article, qui se fonde sur un corpus issu de la presse antialcoolique, nous étudierons les femmes dont l’occupation professionnelle ou philanthropique sert à la transmission des idées antialcooliques en direction de personnes – riches et/ou pauvres, instruites et/ou illettrées, enfants et/ou adultes, hommes et/ou femmes – qui n’appartiennent ni à leur famille ni à leur entourage proche. Avant tout, il est question des femmes membres des mouvements antialcooliques mais aussi des enseignantes et des femmes de plume, qui ont également leur mot à dire dans la diffusion des savoirs auprès du grand public. Ainsi, nous allons réfléchir à la manière dont les femmes appartenant à ces trois catégories contribuent à l’éducation antialcoolique des Français.es à la fin du XIXe siècle, et aborder, dans la conclusion, les raisons de la prétendue invisibilité du militantisme féminin dans l’historiographie.

Premières militantes antialcooliques

  • 10 La version originale, suédoise, est parue en 1848.
  • 11 Fondée sous le nom d’Association Française contre l’abus des boissons alcooliques, l’organisation c (...)
  • 12 D’ailleurs, la lutte antialcoolique n’y est pas prioritaire et s’efface devant les « progrès » de l (...)
  • 13 Dans le cadre des sociétés antialcooliques, cette catégorie se développe après 1903. Être « dame pa (...)

4La publication en français, en 185210, des travaux de Magnus Huss sur l’alcoolisme suscite un vif intérêt chez les médecins français et prédétermine la composition de la première Société Française de Tempérance (la SFT11), fondée en décembre 1871. À la fin des années 1860, l’Association Française contre l’Abus du tabac, composée elle aussi des élites médicales et politiques, inscrit dans son programme la lutte contre l’alcoolisme12. Les femmes – aristocrates, bourgeoises et intellectuelles – ne restent pas à l’écart de ce nouveau courant hygiénique et adhèrent aux deux sociétés. Elles sont relativement nombreuses dans l’Association contre l’Abus du tabac : en 1872, 74 femmes, dont neuf dames patronnesses, contre 546 hommes. En revanche, la SFT compte seulement cinq femmes sur presque 400 membres en 1872, et se féminise à peine lors des trois décennies suivantes. Et pour cause : quoiqu’admises au même titre que les hommes, les dames ne peuvent acquérir ni le statut de membre fondateur (qui ouvre l’accès au Conseil d’administration), ni le statut « honorable » de « dame patronnesse13 ». Par conséquent, la direction de la SFT reste exclusivement masculine tout au long de l’existence de la société, autorisant toutefois les femmes à assister aux séances du Conseil d’administration.

  • 14 Elle traduit de l’anglais des ouvrages et des articles sur les méfaits du tabac et de l’alcool.
  • 15 M. le Docteur Lunier, « Rapport sur la situation morale et financière de la société », La Tempéranc (...)
  • 16 « Procès-verbaux des séances. Conseil d’administration, séance du 6 mai 1878 », La Tempérance, 1878 (...)

5La SFT a pour but d’analyser scientifiquement le problème de l’alcoolisme – notamment l’impact sur l’organisme humain de l’abus de la consommation d’alcool – et de diffuser ses études. L’association ne se préoccupe ni de la prévention ni de la propagande auprès de la population française, mais se déclare prête à encourager des initiatives individuelles. Le périodique de la SFT – La Tempérance – reste également réservé aux « professionnels » s’intéressant au fléau d’ivrognerie. En mars 1878, Sophie Le Page, collaboratrice de l’Association contre l’Abus du tabac14 et membre correspondant de la SFT, propose aux dirigeants de cette dernière de créer « un petit journal mensuel, rédigé dans un autre ordre d’idées15 », c’est-à-dire plus ouvert au public non spécialisé, y compris aux femmes et aux enfants. Deux mois plus tard, elle soumet son projet de journal aux membres du Conseil d’administration qui l’approuvent. Le mensuel bon marché, comportera seize pages, dont la moitié seront consacrées à des nouvelles ou historiettes, deux pages aborderont des notions d’hygiène, d’agriculture ou d’économie domestique, deux autres seront dévolues aux faits divers, une page sera réservée à la correspondance et une dernière aux annonces et publications. C’est une première initiative qui, en plus d’émaner d’une femme, envisage, d’une manière durable, d’étendre le mouvement en faisant des Français « ordinaires » des alliés, et non des cibles de la lutte antialcoolique. Un peu naïvement, Sophie Le Page espère financer son œuvre avec une subvention ministérielle et l’abonnement collecté auprès des écolier.es, le public qu’elle vise en premier lieu. Les membres de la SFT restent critiques par rapport à de telles ambitions : « On ne peut guère demander à des enfants de dix à douze ans de verser une somme […] pour s’abonner à un journal dont la lecture ne pourra que médiocrement les intéresser16 », mais font preuve de bienveillance en accordant une subvention à la publication.

  • 17 Les numéros de l’année 1880 ne présentent pas le comité de rédaction. Par contre, les procès-verbau (...)
  • 18 « Au lecteur », Le Bon Conseiller, 1, 1880, p. 2.
  • 19 « Procès-verbaux des séances. Séance du 2 novembre 1881 », La Tempérance, 1881, p. 365.
  • 20 « Procès-verbaux des séances. Séance du 6 avril 1886 », La Tempérance, 1886, p. 54.

6Le premier numéro de la revue paraît le 1er janvier 1880. Comme prévu, le mensuel de seize pages propose une autre vision de l’antialcoolisme, plus accessible aux Français.es ordinaires grâce à son langage populaire. Tiré à 10 000 exemplaires sous le titre Le Bon Conseiller, le journal est distribué auprès des bibliothèques, des écoles et des membres des conseils généraux. Dans l’éditorial du premier numéro, la rédaction – sans doute en la personne de Sophie Le Page17 – énonce ses objectifs : « Répandre des notions utiles, […] moraliser et […] instruire18 ». Pourtant, le Ministère de l’Instruction publique n’est pas satisfait de cette ligne éditoriale car le journal reproduit « parfois des récits qu’il serait imprudent de mettre sous les yeux des élèves des écoles19 ». Conséquence ou coïncidence, en 1882, Sophie Le Page quitte la rédaction. Le Bon Conseiller change de ton et devient le frère cadet de La Tempérance, perdant ainsi sa note de légèreté. En 1886, alors que le journal ne compte plus que 400 abonné.es, la SFT constate qu’il constitue « une lourde charge pour les finances de la Société » et suspend sa publication à partir du 1er juillet20. Quant à Sophie Le Page, elle abandonne le mouvement antialcoolique mais poursuit son chemin de bienfaisance. À la fin des années 1890, on la retrouve présidente d’un comité de la Croix-Rouge à Sceaux.

  • 21 « Procès-verbaux des séances. Séance du 6 juillet 1887 », La Tempérance, 1887, p. 187.
  • 22 Didier Nourrisson, « Aux origines de l’antialcoolisme », Histoire, économie et société, 1988, 7e an (...)

7Un an après la suspension du Bon Conseiller, la SFT reçoit une « pétition contre l’ivrognerie » que Madame X… « désire adresser à la Chambre des députés et pour laquelle elle demande le patronage de la Société21 ». Mais cette dernière reste fidèle à son élitisme scientifique, et ne tient pas compte de cette demande, comme pour d’autres initiatives populaires nécessitant un dialogue avec le gouvernement. En conséquence, la SFT a de plus en plus de mal à recruter : elle compte 170 membres en 1894, contre 553 en 188922, et, faute d’argent, se voit obligée de suspendre la publication de La Tempérance en 1890-1894.

  • 23 Paul-Maurice Legrain, « La Concentration de la lutte contre l’alcoolisme », Le Relèvement social, 6 (...)
  • 24 La Prospérité : organisation abstinente, fondée en 1896 par Frédéric Schaer-Vézinet. L’UFA : organi (...)
  • 25 « Séance générale de la Ligue », L’Alcool, 6, 1897, p. 78.

8À une époque où les échanges internationaux deviennent plus rapides et fréquents, quelques médecins et philanthropes non liés à la SFT se fixent l’objectif de créer, à la manière des unions populaires américaines ou anglaises, une organisation nationale antialcoolique mixte comptant des milliers d’adhérent.es et « dont le but principal et même unique, est la guerre à l’alcoolisme23 » : ainsi naissent l’Union Française Antialcoolique (l’UFA) et La Prospérité24. Toutes les femmes françaises sont non seulement invitées à y adhérer, mais aussi à y prendre la parole. Ainsi, le 23 mai 1897, pour la première fois dans l’histoire de l’antialcoolisme, une femme donne-t-elle une conférence en s’adressant à un auditoire mixte : à l’occasion d’une assemblée générale de l’UFA, Madame Hudry-Menos, écrivaine et future frondeuse, qui fait partie du comité de l’Union, prononce une allocution intitulée « Ce que peut la femme contre l’alcoolisme ». « Dans un langage distingué et touchant25 », la conférencière tient à prévenir le public « très composite » que le devoir de la femme est beaucoup plus complexe que celui de « gardienne du foyer » :

[…] ne croyez pas qu’en enseignant la tempérance à vos enfants, vous soyez quittes, Mesdames, envers la société. […]

  • 26 Madame Hudry-Menos, « Ce que peut la femme contre l’alcoolisme », L’Alcool, 6, 1897, p. 91-95.

Un étroit lien de solidarité unit les uns aux autres tous les membres d’une collectivité. Un individu, une famille, une classe n’est pas un tout isolé et indépendant des autres ; il n’est qu’une cellule de l’organisme social.26

9Avec d’autres militantes, Madame Hudry-Menos entame une tournée de conférences à Paris et en région parisienne durant l’hiver 1898. Par la suite, les comptes rendus de ses conférences publiés dans le bulletin de l’UFA, incitent d’autres femmes, dans des sections régionales, à suivre cet exemple et à organiser des conférences. D’ailleurs, ces causeries locales données par les femmes, visent le public plutôt féminin.

  • 27 Rachel Schaer-Vézinet, « Alcoolisme et Mariage », La Prospérité, 7-9, 1897.
  • 28 Rachel Schaer-Vézinet, « Le Rôle de la femme dans la société moderne », La Prospérité, 1, 1898, p.  (...)

10À cette même époque, deux militantes – Rachel Schaer-Vézinet et Maria Legrain – commencent à se distinguer par un engagement plus profond. Épouses respectives des fondateurs de La Prospérité et de l’UFA, elles secondent Frédéric Schaer-Vézinet et Paul-Maurice Legrain dans leur activité, chacune ayant sa place dans le comité d’administration. Juste après l’allocution « édifiante » de Madame Hudry-Menos en mai 1897, Rachel Schaer-Vézinet revient sur le rôle des femmes dans la lutte antialcoolique, en publiant, dans le journal fondé par son mari, une série d’articles sous le titre « Alcoolisme et mariage ». Elle y soutient l’idée de Madame Hudry-Menos, selon laquelle le fléau de l’alcoolisme touche tous les ménages, même dans les classes moyennes et riches, et mène à leur destruction. Pour prévenir la « catastrophe », Rachel Schaer-Vézinet défend aux « Femmes de France » de rester à la traîne dès lors qu’il s’agit de leur bonheur, tout autant que « de l’avenir de la Patrie », et les appelle à s’unir sous les drapeaux de La Prospérité. Dans le même temps, elle envoie une pique à la SFT : « [les femmes] peuvent beaucoup, beaucoup plus que toutes les démonstrations scientifiques démontrant les dangers de l’alcool27 ». Dans l’article suivant, intitulé « Le rôle de la femme dans la société moderne », Rachel Schaer-Vézinet traite du suffrage des femmes pour s’y opposer, car la féministe « qui prétend “s’élever au niveau de l’homme”, en s’attribuant les mêmes droits politiques et sociaux, risque fort d’abaisser sa dignité en négligeant son rôle véritable, tout indiqué par la nature ». La militante célèbre ainsi le rôle traditionnel, secondaire, des femmes « qui forme[nt] les gouvernants de demain28 » et reste elle-même au second plan lorsque, en 1899, Maria Legrain crée l’Union Française des Femmes pour la Tempérance.

Organisations antialcooliques féminines

  • 29 Sur Paul-Maurice Legrain, voir Patricia E. Prestwich, « Paul-Maurice Legrain (1860-1939) », Addicti (...)
  • 30 « Restaurant de tempérance », L’Alcool, 11, 1898, p. 163.

11Maria Legrain, qui est qualifiée par les chercheur.es de simple collaboratrice de son mari29, est un personnage beaucoup plus complexe et important qu’il n’y paraît. Bien qu’elle soit très impliquée dans la lutte, elle ne réclame pas de publicité et reste dans l’ombre de son mari qui, lui, est largement médiatisé et se réjouit de sa popularité, ce qui explique en partie cette confusion historiographique. Membre de la Loge du Droit Humain, tout comme son épouse, Paul-Maurice Legrain décide de lutter contre le « fléau alcoolique » en créant l’UFA en 1895. La « carrière » antialcoolique de Maria Legrain commence ici : elle est nommée secrétaire du conseil d’administration. Petit à petit, elle prend des initiatives, organisant d’abord une section cadette de l’UFA à l’hôpital de Ville-Evrard, en mars 1897. Par la suite, elle donne « tout son temps et toute sa peine30 » pour ouvrir un restaurant de tempérance à Paris, au 43, rue Saint-Bernard, en septembre 1898. Elle entame également une activité propre à tout militant antialcoolique de la fin du XIXe siècle faite de conférences, d’articles, de participations aux réunions etc.

  • 31 Avril de Sainte-Croix (Savioz), « Les Femmes et l’Alcoolisme », La Fronde, 489, 11 avril 1899, p. 2

12Le septième congrès international contre l’abus des boissons alcooliques, qui se déroule à Paris en avril 1899, est un moment crucial pour le couple Legrain. Paul-Maurice est l’organisateur et « l’âme » du congrès, sa « collaboratrice infatigable » en est la secrétaire adjointe. Le 10 avril, dans un cadre solennel, Maria Legrain réunit entre 300 et 400 personnes – majoritairement les féministes françaises et les militantes tempérantes venues du monde entier pour le Congrès –, dans le but de « se concerter pour une action commune afin d’enrayer l’extension de l’alcoolisme31 ». Ainsi naît l’Union Française des Femmes pour la Tempérance (UFFT). Malgré l’intérêt croissant par rapport à l’œuvre antialcoolique et l’attention particulière portée aux femmes dans la presse, comme dans la société, l’Union ne compte que 130 membres en janvier 1900. Maria Legrain reste réaliste quant au recrutement et au dévouement des femmes :

  • 32 Cité dans « Pensées », Fléau du siècle, 124, 1908, p. 4.

De la théorie à la pratique de la tempérance, il y a loin. Et les chemins sont si encombrés d’obstacles : vanité, habitude, préjugés, qu’en dira-t-on, besoin de plaire à celui-ci ou à celui-là, intérêt matériel, intérêt politique, paresse à supprimer une habitude dite agréable, etc. En un mot, il est plus facile de donner des conseils que de les pratiquer.32

  • 33 Organe de l’UFFT.
  • 34 Au début, ce sont les anciens patients du Docteur Legrain.

13L’UFFT ne fonctionne que grâce au zèle de sa fondatrice, qui rédige la plupart des articles pour La Source33, organise des fêtes et des assemblées de l’UFFT, donne des conférences pour le grand public, participe aux congrès nationaux et internationaux, publie des matériaux de propagande. C’est également Maria Legrain qui s’occupe du Patronage des buveurs, qui consiste à organiser des visites au domicile d’anciens buveur.ses34 afin de les aider à « tenir le coup ». Elle entend faire comprendre à leurs proches l’importance de l’abstinence complète de l’alcool, y compris dans l’entourage du buveur ou de la buveuse. Une dizaine d’adhérentes de l’UFFT soutiennent Maria Legrain dans cette activité. Une des visiteuses les plus dévouées est Madame Lecoy :

  • 35 Madame Legrain, « Notre patronage », La Source, 2, 1900, p. 10-13.

Un jour, Mme M… […] me pria de m’occuper de son mari [ancien absinthique qui rentre ivre tous les jours]. Nous allâmes un soir, visiter cette famille ; mon mari et moi, […] nous obtînmes que Mme M…, qui n’avait pas voulu signer jusque là, parce qu’elle buvait fort peu, prît elle-même un engagement [d’abstinence].35

14Même après la dissolution de l’UFFT, et jusqu’à la fin des années 1920, Madame Lecoy (au sujet de laquelle nous disposons de peu d’informations) reste fidèle à sa vocation, en rencontrant les ancien.nes buveur.ses et en prônant l’abstinence auprès des Français.es, à l’occasion des Foires de Paris, Salons des Arts Ménagers et Concours Lépine, en tant qu’« ambassadrice » de la Ligue Nationale contre l’Alcoolisme.

15Quant à l’UFFT, l’impossibilité de recruter les militantes en masse, l’indifférence par rapport au militantisme féminin exprimée par le mouvement antialcoolique en général, les disputes au sein du ménage Legrain, le départ de Maria Legrain de son poste de présidente au début de 1902, – tous ces facteurs mènent inévitablement à la disparition de l’Union, en 1902, et du Patronage des Buveurs un an plus tard.

  • 36 « La Prospérité » n’arrive pas à s’imposer, probablement, à cause de son programme strictement abst (...)
  • 37 Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle : la nébuleuse réformatrice et ses réseaux (...)
  • 38 Ligue havraise contre la tuberculose, Société havraise de logements économiques, Société de secours (...)
  • 39 Anabel Diz, Les gens de la Côte  : splendeur et déclin (1850-1950), Mémoire de maîtrise, Université (...)
  • 40 « Chronique de la Société. Situation des sections », L’Alcool, 1, 1899, p. 2.
  • 41 Sur l’alcoolisation des dockers, voir Castelain Jean-Pierre, Manières de vivre, manières de boire : (...)

16L’action collective féminine persiste néanmoins à travers les satellites de l’UFA36 : depuis sa création, par le biais de son bulletin et de conférences, l’organisation appelle les activistes provinciaux, hommes et femmes, à s’unir dans les sections adultes et scolaires pour « éclairer » l’opinion publique sur les méfaits de l’alcool. Une des sections les plus intéressantes est celle du Havre, que nous avons mentionnée en introduction : il s’agit d’une « nébuleuse réformatrice37 » locale dont les membres sont engagé.es dans plusieurs œuvres de bienfaisance38. La section antialcoolique s’y forme au cours de l’année 1897, et le comité de direction se compose majoritairement des représentantes des élites protestantes du Havre. On y trouve Marie Delaroche, épouse de Jules Rœderer, négociant en coton, et Madame Taconet, l’épouse du courtier maritime Maurice Taconet, ainsi que d’autres noms de la bourgeoisie havraise, tels que Mesdames Latham, James de Coninck, ou encore Ernest Siegfried39. Grâce à leurs positions et leurs réseaux, ces femmes déploient une remarquable activité, au point que l’UFA affirme que « Le Havre est un des beaux fleurons de la couronne40 ». Le comité cherche principalement à combattre l’alcoolisation des dockers qui s’enivrent auprès de kiosques mobiles vendant les alcools dans les ports41. Les « dames » créent d’abord leur propre réseau de roulottes et de cantines tempérantes, où les dockers peuvent se procurer soupes et boissons chaudes, avant de devenir, en novembre 1897, la seule association autorisée à exercer sur les quais. Or, ce monopole est plutôt lié au réseau de parenté des militantes havraises qu’au désir des pouvoirs locaux d’en finir avec l’ébriété des dockers.

17Outre la création d’autres débits de boissons tempérants, le comité havrais tente de lancer son propre périodique, que les « dames » croient indispensable pour deux raisons : l’indifférence de la presse locale face à l’alcoolisme et « l’expression [in]suffisante de [leurs] soucis » dans la presse nationale. Elles estiment qu’en France, il n’existe pas de périodique qui puisse, dans un langage très simple :

  • 42 « Notre Programme », Le Foyer Normand, 1, 1902, p. 2.

démontrer […] le caractère bienfaisant de la lutte antialcoolique, qui la montre solidaire de l’hygiène, de l’assistance, de l’éducation privée et publique, qui réfute les sophismes intéressés de ceux qui vont parfois jusqu’à faire soupçonner le patriotisme des tempérants.42

  • 43 Nous ne disposons que du premier numéro, et nous ne sommes pas en mesure d’affirmer qu’il en existe (...)

18N’est-ce pas la même aspiration – un périodique simple à la portée de tous – qui a poussé Sophie Le Page à créer Le Bon Conseiller ? Le premier et, paraît-il, seul numéro du Foyer Havrais voit le jour en janvier 190243, mais il est difficile d’en tirer beaucoup d’informations, la recherche étant compliquée par l’absence d’autres sources écrites : certes le comité des dames du Havre a laissé de nombreuses traces dans la presse locale et dans le bulletin de l’UFA, mais leurs papiers de travail restent, à ce jour, introuvables.

Enseignantes d’antialcoolisme

  • 44 Cité dans Thierry Lefebvre, « La Propagande antialcoolique en milieu scolaire au début du XXe siècl (...)
  • 45 Ce terme nous paraît le plus approprié pour désigner des personnes militant pour la cause antialcoo (...)
  • 46 Madame Legrain, « Le Rôle des professeurs dans la lutte antialcoolique », L’Alcool, 9, 1901, p. 145 (...)

19La médiatisation accrue de l’antialcoolisme dans les années 1890 oblige le gouvernement français à réagir, et cela commence par l’école. Ainsi, la circulaire ministérielle du 9 mars 1897 stipule que les savoir-faire tempérants doivent désormais être dispensés dans les écoles primaires. Il ne s’agit pas d’instaurer des leçons de tempérance : les notions d’alcool, d’alcoolisme et d’antialcoolisme doivent être transmises à travers les programmes scolaires de sciences physiques et naturelles déjà existants. Afin d’accomplir cet enseignement antialcoolique qui, d’après le Ministre de l’Instruction publique, « ne doit pas être considéré comme accessoire44 », les directeur.rices et instituteur.rices organisent des sections scolaires antialcooliques qui adhèrent à l’UFA. Dans ce nouveau contexte, l’institutrice devient, aux yeux des antialcoolistes45, une double incarnation de la vertu : « La femme, l’institutrice, sont les créatrices de l’âme humaine, leur douce et pénétrante intervention doit être la clef de bien des bonheurs individuels, comme elle est la base de bien des perfectionnements sociaux46. »

20Chaque mois, L’Alcool, organe de l’UFA, donne des nouvelles de toutes les sections – adultes, cadettes et mixtes –, mais le premier grand recensement date seulement de 1904. En cette année, il existe 706 sections au total, parmi lesquelles 67 sont dirigées par des femmes. Parmi ces dernières, les 39 sections cadettes regroupent au total près de 2 000 enfants des deux sexes, partout en France. Grâce à la numérisation récente du journal par la Bibliothèque nationale de France, il est possible de croiser ces deux sources – le bulletin et le recensement – afin de comprendre l’ancienneté et l’activité des petits satellites de l’Union.

  • 47 Eugène Rondeau, « Commune de St-Georges-Buttavent », in Monographies communales de la Mayenne, 1899 (...)
  • 48 « Liste et Adresse des Sections », L’Alcool, 2, 1904, p. 28.
  • 49 D’ailleurs, il faut mentionner la circulaire du 2 août 1895 qui suggère (mais n’impose pas encore) (...)
  • 50 Les boissons hygiéniques, ou fermentées, sont le cidre, la bière et le vin. Sur les péripéties du v (...)
  • 51 « Chronique de la société », L’Alcool, 6, 1897, p. 77.
  • 52 « Chronique de la société », L’Alcool, 12, 1898, p. 166.

21Prenons comme exemple la section cadette de l’UFA à Fontaine-Daniel, un village ouvrier breton comptant 439 habitant.es en 189647. C’est à l’école libre que se forme une section antialcoolique, dirigée par l’institutrice Madame Baumer. Dans l’annuaire de 1904, nous trouvons : « Fontaine-Daniel. – Cadette. 1896. – Présid. : Mme Baumer ; membres actifs : 7748 ». L’année de création, 1896, signifie que Madame Baumer n’agit pas par obligation de respecter la circulaire49. Elle regroupe filles et garçons – enfants d’ouvriers tisserands et fileurs – et leur apprend les méfaits de l’alcool et de l’abus de cidre. Dans l’imaginaire collectif, jusqu’au milieu du XXe siècle, le cidre fait partie des boissons hygiéniques qui ne nuisent pas à la santé, contrairement aux alcools forts, et qui peuvent donc être consommées avec modération, même par les enfants50. Tous les lundis, l’institutrice distribue les bons points pour bonne conduite tempérante : les enfants se voient accorder deux points s’ils n’ont bu que de l’eau la semaine précédente et un point s’ils ont bu du cidre coupé d’eau. Si l’enfant ne reçoit pas de points, il n’est pas puni, « on l’encourage à plus de fermeté à l’avenir51 ». Tous les quinze jours, Madame Baumer réunit les douze meilleur.es tempérant.es pour un goûter au chocolat. En 1898, son système des points évolue vers davantage de tolérance : trois points pour l’abstinence totale, deux pour le cidre coupé d’eau, un pour le cidre pur, zéro pour « les défaillances accidentelles ». Cette propagande semble bien se répandre dans le village : de plus en plus d’enfants signent, avec la permission des parents, la promesse d’abstinence (10 en 1897, 40 en 189852). De cette façon, Madame Baumer transmet les idées tempérantes aux enfants, qui, à leur tour, les diffusent à leurs parents. On observe ainsi le deuxième pivot du mouvement antialcoolique, inverse à la transmission traditionnelle des savoirs par la mère de famille. Toutes les sections scolaires fonctionnent selon cette logique : élever une nouvelle génération tempérante qui, en même temps, serve d’exemple aux parents.

  • 53 Alice Jumau, « Parents et Enfants », La Source, 4, 1900, p. 33-35.
  • 54 Alice Jumau, « Quelques notes sur la Section de l’École primaire supérieure de jeunes filles, de Li (...)

22Dans les communes où il y a une distinction entre les écoles de filles et de garçons, nous trouvons des sections cadettes constituées seulement des enfants de même sexe. Ainsi, durant l’année 1900, Alice Jumau, professeure de l’École normale des jeunes filles à Lille et membre de l’UFFT, sonde le terrain pour fonder une section féminine. Elle réunit ses élèves et leurs parents pour une conférence antialcoolique où elle insiste sur l’importance de l’exemple au sein de la famille et essaie de convaincre les parents de s’abstenir des boissons distillées et d’être modérés dans la consommation des boissons hygiéniques53. En même temps, pendant ses leçons, Alice Jumau met les jeunes filles au courant des actualités antialcooliques, partage ses lectures et les conférences auxquelles elle assiste. De cette façon, elle arrive à motiver une dizaine de jeunes filles, avec l’accord de leurs parents, pour la création d’une section antialcoolique en avril 1901. À la rentrée 1901, la section compte une quarantaine d’élèves, et après l’Assemblée générale de l’UFA, qui se déroule à Lille en novembre 1901, le nombre des membres double. Tout comme Madame Baumer, Alice Jumau cherche à améliorer le quotidien des familles lilloises, en faisant de ses élèves des intermédiaires de tempérance. La professeure insiste notamment sur le « devoir » des filles envers les hommes les plus proches – leurs frères et pères – de les retenir loin du cabaret. Toutefois, l’enseignante reste réaliste, comme Maria Legrain, quant à l’ampleur du mouvement féminin à Lille et, plus largement, en France : « Je ne dis pas que toutes ces jeunes tempérantes sont capables de jouer un rôle prépondérant dans la lutte antialcoolique […] mais je puis affirmer que plusieurs d’entre elles sont disposées à lutter ferme et qu’elles luttent déjà54. »

  • 55 Pauline Boulanger, Répertoire des règles fondamentales des participes français, Paris, A. Chaix et (...)

23Avant la circulaire de 1897, l’idée de l’enseignement antialcoolique pénètre très lentement et avec une grande difficulté dans le quotidien scolaire. D’ailleurs, nous avons retrouvé un livre qui peut être considéré comme un premier manuel antialcoolique, le Répertoire des règles fondamentales des participes français, avec les dictées moralisatrices ayant toutes les méfaits de l’alcool comme fil conducteur. Le Répertoire est rédigé en 1873 par une femme : Pauline Boulanger. Celle-ci ne présente pas son œuvre comme un manuel, mais comme un outil de travail, une encyclopédie de grammaire remplie de notions didactiques. Une règle sur l’emploi des participes y est suivie d’une dictée prônant la tempérance et la modération : « C’est en s’observant (2a) sans cesse, surtout en évitant (2a) les excès de la boisson, qu’un homme se sauvegarde du danger des actions inconscientes, dont les conséquences sont parfois si terribles55. » D’après son contenu, le livre ne vise pas spécialement le public enfantin, et nous ne pouvons savoir si cet ouvrage était utilisé dans les écoles lors des leçons de grammaire, ni si son auteure, elle-même professeure à Paris, s’en est servie pour donner des cours. Pauline Boulanger soumet son travail dans le cadre du même concours de la SFT en 1873, et reçoit une médaille d’argent. L’année suivante, le Conseil d’administration de la SFT accorde une subvention de 100 francs à la Maison Chaix pour la publication du manuscrit. Le livre connaît un certain succès : trois éditions pendant la même année. Le cas de Pauline Boulanger, ainsi que l’activité rédactionnelle de Sophie Le Page, que nous avons abordée dans la première partie, attestent que, depuis les débuts de l’antialcoolisme en France, l’écriture reste un champ ouvert aux femmes désirant contribuer à la lutte pour la tempérance. Quant aux écrivaines et journalistes « de métier », elles s’intéressent assez tardivement à ce sujet, en suivant l’air du temps, avec l’avènement de l’antialcoolisme populaire au milieu des années 1890.

Écrivaines et journalistes

24En effet, dans les années 1870-1880, nous ne trouvons guère d’ouvrages antialcooliques « grand public », ni de travaux réalisés par les femmes. Comme le prouve l’exemple du Bon Conseiller, les années 1880 sont l’époque de l’antialcoolisme « au masculin », c’est-à-dire sérieux, scientifique, élitiste, et la plupart des travaux soumis aux concours annuels de la SFT possèdent ces caractéristiques, en plus d’être rédigés par des hommes.

  • 56 Louise Gérald est le pseudonyme de Mlle Mathilde Giraud de Lacoste, née à Lasalle (Gard).
  • 57 Louise Gérald, Une triste histoire, Paris, Henry Bellaire, 1874.
  • 58 Edmond Bertrand, « Rapport sur la première question proposée comme sujet de prix pour l’année 1873  (...)

25Une seule exception, celle de Louise Gérald56, confirme la règle. En même temps que Pauline Boulanger, cette écrivaine débutante soumet son manuscrit intitulé Une triste histoire pour le premier concours de la SFT en 1873. C’est un récit dramatique sur une famille d’agriculteurs dont le père se met à boire, passe par les « divers degrés de l’abrutissement », enterre sa femme, chasse sa fille du logis et finit par mourir lui-même dans la misère et la solitude57. À l’unanimité des membres du jury, l’histoire est jugée la mieux conçue et la mieux écrite : « Un certain charme poétique, quelque chose de distingué et de délicat se dégage de cette petite nouvelle58 » qui obtient le premier prix. Une Triste Histoire paraît en 1874, aux éditions Franklin, ouvrant à son auteure les portes d’une carrière d’écrivaine : Louise Gérald publiera par la suite six nouvelles et écrira des articles de critique dans des journaux départementaux.

  • 59 Joseph R. Gusfield, La Culture des problèmes publics : l’alcool au volant : la production d’un ordr (...)
  • 60 Sur l’émergence et la construction du problème des « alcoolisations féminines », voir Monique Membr (...)
  • 61 Séverine, « Opinions. Alcoolisme féminin », Ouest-Éclair, 59, 29 septembre 1899, p. 2.

26Les publications s’adressant à un large public et traitant du « fléau alcoolisme » dans un langage simple reparaissent au moment de la nouvelle vague antialcoolique des années 1890. Désormais, la présence d’articles prônant la tempérance ne se limite plus aux seuls journaux hygiéniques et antialcooliques, mais s’étend à la presse générale. Cependant, le peu de femmes qui exercent le métier de journaliste, le fait qu’elles signent souvent leurs articles par un pseudonyme masculin, le manque d’études sur leur activité et, enfin, la numérisation des journaux sans fonctionnalité de reconnaissance de texte, compliquent le développement des recherches dans notre direction. Séverine est une des rares journalistes pour laquelle nous avons réussi à réunir suffisamment de sources afin de mesurer sa contribution à la diffusion des notions tempérantes. Ses premiers articles, publiés au tournant du XXe siècle, ne servent pas à instruire, mais à éclairer l’opinion publique sur l’alcoolisme quotidien et, plus spécialement, féminin. Il faut préciser que l’alcoolisation féminine n’avait pas encore été intégrée à la catégorie des problèmes publics59 : les militant.es dénoncent la pratique, mais l’ampleur de la dénonciation est loin de la vaste campagne médiatique qui s’empare de tous les supports dans les années 1970-198060. Séverine, quant à elle, s’élève contre cette pratique qui reste encore peu visible. Dans les pages de l’Éclair, la journaliste affirme son dégoût pour l’alcool et partage les souvenirs d’enfance qui l’ont beaucoup marquée : la famille a vécu avec deux servantes s’adonnant à l’alcool. Dans cet article de 1899, Séverine arrive très vite à la conclusion que la femme « qui boit […] n’est plus l’exception : elle est la majorité61 ».

  • 62 Sandrine Lévêque, « Femmes, féministes et journalistes  : les rédactrices de La Fronde à l’épreuve (...)
  • 63 Avril de Sainte-Croix (Savioz), « Les Femmes et l’Alcoolisme », art.cit., p. 2.
  • 64 Sur le « féminisme modéré » de la Fronde, cf. Sandrine Lévêque, « Femmes, féministes et journaliste (...)
  • 65 Jennifer R. Waelti-Walters, Steven C. Hause (dir.), Feminisms of the Belle Époque : A Historical an (...)
  • 66 Clotilde Dissard, « L’Union Française des Femmes pour le Tempérance », La Fronde, 795, 11 février 1 (...)
  • 67 Clotilde Dissard, « Nouvelle société féminine », La Fronde, 569, 30 juin 1899, p. 6.
  • 68 Clotilde Dissard, « Le Féminisme réalisable », La Femme, 11, 1er juin 1896, p. 81-82.

27Alors que nous évoquons les journalistes, il convient aussi de souligner l’existence du premier journal féministe réalisé par les femmes, La Fronde62. C’est ici, et non dans les bulletins de l’UFA ou de la SFT, que nous trouvons le compte rendu le plus complet de la réunion « constituante » de l’UFFT du 10 avril 1899. Cette publication est signée Savioz, qui est en fait le pseudonyme d’Avril de Sainte-Croix, qui devient membre de l’UFFT et collaboratrice permanente de l’antialcoolisme à partir de ce moment-là. À la fin de l’article, la journaliste souhaite aux militantes « tout le succès que mérite leur belle ardeur » et informe les lectrices (et les lecteurs) que La Fronde s’engage à son tour à lutter « contre l’abus des boissons alcooliques63. » La manière dont le journal aborde le « fléau alcoolisme » et son attitude envers le mouvement tempérant en général, se distinguent pourtant par une vision assez traditionnelle de la distribution des rôles entre les hommes et les femmes dans cette lutte64. Dans le même ordre d’idées, évoquons Clotilde Dissard65, chroniqueuse du journal « affilié » à l’UFFT, qui ne figure d’ailleurs pas parmi les membres de cette dernière. Cette journaliste met en lumière les premiers pas de l’Union de Maria Legrain, appelant toutes les Françaises mariées à s’y joindre car « la femme ouvrière, la bourgeoise – intellectuelle ou grande dame – n’est-elle pas la principale intéressée en cette grave question66. » Elle avait déjà défendu cette idée trois ans auparavant, dans un article publié dans La Femme le 1er juin 1896, sous le titre « Le Féminisme réalisable ». Ainsi, bien que Dissard écrive que « les progrès de la cause féministe vont de pair avec ceux de la tempérance67 », il faut tenir compte de son « idéal féministe », qui consiste en « la famille mieux organisée avec la collaboration plus complète de l’homme et de la femme68. »

  • 69 Hubertine Auclert, « La mort-aux-hommes », Le Radical, 26 avril 1896.
  • 70 Cécile Formaglio, « Féministe d’abord » : Cécile Brunschvicg (1877-1946), Rennes, Presses universit (...)

28L’intention de rapprocher le féminisme, dans le sens de « lutte pour le droit de vote », et l’antialcoolisme, vient sans doute de la plume d’Hubertine Auclert. Dans son article « La mort-aux-hommes », publié dans Le Radical du 26 avril 1899, qui fait écho au Congrès international antialcoolique, la féministe donne l’exemple de certains États des États-Unis (le Wyoming, l’Utah et le Colorado) où « les femmes exercent les mêmes droits politiques que les hommes », ce qui diminue considérablement l’intempérance. « Le vrai remède à l’alcoolisation, écrit-elle, est dans le vote des femmes69 », une idée qui sera reprise dix ans plus tard par l’UFSF, et notamment par Cécile Brunschwicg, avec le slogan « Pour combattre l’alcoolisme, la femme doit voter70 ».

Conclusion

  • 71 Françoise Battagliola, « Philanthrope et féministe. Itinéraire d’une bourgeoise picarde et vision d (...)

29Avec cette esquisse des pratiques de mobilisation des femmes pour la cause antialcoolique en France à la fin du XIXe siècle, nous suggérons de développer les recherches initiées par Françoise Battagliola depuis 200371, qui reposent sur l’idée de croiser deux questionnements historiographiques : l’histoire des femmes et du genre avec l’histoire de la lutte antialcoolique, voire de l’hygiénisme et de la bienfaisance. Les trois catégories de femmes que nous avons étudiées dans cet article s’engagent dans une nouvelle action hygiénique, tout comme leurs homologues masculins, en transmettant les savoirs antialcooliques d’après leurs fonctions essentielles (militer, enseigner, informer). Dans cette action, la Française n’est pas invisible, elle ne se cache pas et ne craint pas d’affirmer son avis, comme l’attestent de nombreux exemples dans la presse de la fin du XIXe siècle.

  • 72 Premier congrès national contre l’alcoolisme tenu à Paris du 26 au 29 octobre 1903, Compte rendu gé (...)
  • 73 Évelyne Diebolt, Les Femmes dans l’action sanitaire, sociale et culturelle, 1901-2001 : les associa (...)
  • 74 Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes et du genre, Lyon, ENS Éditions, 2007.
  • 75 Les fonds Cécile Brunschwicg, CNFF ou encore UFCS, conservés au Centre des Archives du Féminisme à (...)

30Pourquoi les études scientifiques ont-elles laissé de côté ces actrices « à temps plein », en les assimilant à des auxiliaires d’hommes militants ? S’agit-il d’une attitude « machiste » par rapport à l’engagement des Françaises, qui s’exprime dans le désir de « clouer » la femme à son foyer, tant de la part de leurs contemporains que de la part des chercheur.es ? Cette hypothèse ne paraît pas satisfaisante car, comme nous l’avons démontré, les Françaises qui se lancent dans ce nouveau domaine d’action ne cherchent pas à contester la « répartition » traditionnelle des tâches, elles reprennent sans faille la structure familiale comme base à toute argumentation et ne signalent jamais l’hostilité de leurs collègues. De ce point de vue, il est intéressant d’évoquer les vœux formulés à la fin du Premier congrès national antialcoolique en 1903. Sans surprise, le premier vœu revient sur la « fonction primaire » de la femme et demande qu’elle « prenne une part prépondérante à la croisade contre l’alcoolisme qui ruine la santé des enfants, les condamne à la dégénérescence fatale et menace la famille dans les profondeurs de sa constitution matérielle et morale72 ». Quant aux vœux suivants, ils invitent à voir plus large, notamment le troisième, qui appelle « toutes les œuvres féminines quel que soit leur objet » à inscrire dans leur programme d’action la propagande antialcoolique, ce qui sera réalisé presque immédiatement dans le contexte de la loi 1901 sur les associations73. Ainsi, les antialcoolistes français sont-ils loin de cantonner les femmes au foyer ou de canaliser leur action, en leur donnant une véritable « carte blanche ». S’agit-il alors d’un problème de lecture des sources, tel qu’il a été soulevé par Françoise Thébaud dans son ouvrage sur l’écriture de l’histoire des femmes et du genre74 ? Probablement, mais il faut aussi prendre en considération le problème des sources, à savoir l’indisponibilité de certains fonds d’archives75, et les avantages incontestables que représente la numérisation et la mise en ligne des sources écrites. C’est notamment grâce à ce dernier dispositif que le présent article a pu réunir autant d’exemples précis.

Haut de page

Notes

1 Bertrand Dargelos, La Lutte antialcoolique en France depuis le XIXe siècle, Paris, Édition Dalloz, 2008 ; Thierry Fillaut, Les Bretons et l’alcool (XIXe-XXe siècle), Rennes, Éd. École nationale de la santé publique, 1991 ; Thierry Fillaut, « Les Jeunes et le boire pendant le second XXe siècle : l’exemple breton », Les Cahiers de l’IREB, 20, 2013, p. 27-34 ; Thierry Fillaut, « “Futures mamans, attention !”. L’Éducation antialcoolique des jeunes mères (1880-1980) », Alcoologie et addictologie, 3, vol. 37, 2015, p. 261-268 ; Sébastien Le Pajolec, Camille Picard, Myriam Tsikounas, « Les Émissions télévisuelles (hertziennes) consacrées à l’alcool de 1949 à nos jours. Évolutions d’un discours », Les Cahiers de l’IREB, 18, 2007, p. 137-161 ; Didier Nourrisson, Le Buveur du XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1990 ; Didier Nourrisson, Au péché mignon : histoire des femmes qui consomment jusqu’à l’excès, Payot, 2013 ; Didier Nourrisson, Crus et cuites, Histoire du buveur, Paris, Perrin, 2013 ; Myriam Tsikounas, « Promotion et dénonciation de l’alcool depuis 1881 : Des images vraiment différentes ? », Alcoologie et addictologie, 4, n° 28, 2006, p. 347-355 ; Anne Steiner, « Mouvement ouvrier et propagande antialcoolique : le cas particulier des anarchistes individualistes », Les Cahiers de l’IREB, 17, 2005, p. 91-96.

2 Susanna Barrows, « After the Commune : Alcoholism, Temperance, and Literature in the Early Third Republic » in J. Merriman (dir.), Consciousness and Class Experience in Nineteenth-Century Europe, New York, Holmes & Meier, 1979, p. 205-218 ; Thomas Brennan, « Towards the Cultural History of Alcohol in France », Journal of Social History, 1, vol. 23, 1989, p. 71-92 ; Michael R. Marrus, « Social Drinking in the “Belle Époque” », Journal of Social History, 2, vol. 7, 1974, p. 115-141 ; Patricia E. Prestwich, Drink and the Politics of Social Reform : Antialcoholism in France since 1870, Palo Alto (CA), Society for the Promotion of Science and Scholarship, 1988.

3 Joël Lebeaume, L’Enseignement ménager en France : sciences et techniques au féminin  ; 1880-1980, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2014 ; Didier Nourrisson, Jacqueline Freyssinet-Dominjon, L’École face à l’alcool, un siècle d’enseignement antialcoolique, 1870-1970, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2009 ; Thierry Fillaut, « Alcoolisme et antialcoolisme en France (1870-1970)  : une affaire de genre », in Marie-Laure Déroff et Thierry Fillaut (dir.), Boire  : une affaire de sexe et d’âge, Rennes, Presses de l’EHESP, coll. « Recherche Santé Social », 2015, p. 15-27.

4 La Société de Sobriété est fondée à Amiens en mai-juin 1835.

5 Robert Baird, Histoire des sociétés de tempérance des États-Unis d’Amérique : avec quelques détails sur celles de l’Angleterre, de la Suède et autres contrées, dédiées à la Société de Tempérance d’Amiens, Paris, L. Hachette  ; A. Cherbuliez, 1836 ; Carl Heinrich Rösch, De l’abus des boissons spiritueuses  : considéré sous le point de vue de la police médicale et de la médecine légale, Paris, J.-B. Baillière, 1839 ; L.-A. Labourt, Recherches historiques et statistiques sur l’intempérance de classes laborieuses, et sur les enfants trouvés, ou des moyens qu’il convient d’employer pour remédier à l’abus des boissons, 2ème éd., Paris, Librairie de Guillaumin et Cie, 1848 ; Langlois d’Estaintot, Le Fléau domestique l’ivrognerie. Que faut-il faire pour en arrêter les progrès  ?, Rouen, Lecointe frères, 1851 ; Ferdinand Issartier, De l’Alcoolisme Moderne. Étude sociale sur le poison à la mode en France, Paris, L. Leclerc, 1861 ; Louis François Étienne Bergeret, De l’Abus des boissons alcooliques, dangers et inconvénients pour les individus, la famille et la société, moyens de modérer les ravages de l’ivrognerie, par L.-F.-E. Bergeret, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1870.

6 Jean-Claude Bologne, Histoire morale et culturelle de nos boissons, Paris, R. Laffont, 1991, p. 332. Voir aussi l’histoire de la maison du Docteur Barth, brûlée par les Communards dans Susanna Barrows, « After the Commune », art. cit., p. 205-206.

7 Myriam Tsikounas, « Le Discours alcoologique en France au XIXe siècle (1837-1873) », Les Cahiers de l’IREB, 9, 1989, p. 57-74.

8 Thierry Lefebvre, « La Propagande antialcoolique en milieu scolaire au début du XXe siècle », Revue d’histoire de la pharmacie, 309, vol. 84, 1996, p. 143-150.

9 Didier Nourrisson, Le Buveur du XIXe siècle, op.cit., p. 223-226.

10 La version originale, suédoise, est parue en 1848.

11 Fondée sous le nom d’Association Française contre l’abus des boissons alcooliques, l’organisation change de nom en 1872, pour ne pas être confondue avec l’Association Française contre l’Abus du tabac.

12 D’ailleurs, la lutte antialcoolique n’y est pas prioritaire et s’efface devant les « progrès » de la SFT.

13 Dans le cadre des sociétés antialcooliques, cette catégorie se développe après 1903. Être « dame patronnesse » signifie donner son nom pour « marrainer » une société de tempérance sans pour autant être obligée de participer à son activité : c’est le cas de la Ligue Nationale contre l’Alcoolisme ou de la Société Antialcoolique des Agents de Chemins de fer.

14 Elle traduit de l’anglais des ouvrages et des articles sur les méfaits du tabac et de l’alcool.

15 M. le Docteur Lunier, « Rapport sur la situation morale et financière de la société », La Tempérance, 1878, p. 94.

16 « Procès-verbaux des séances. Conseil d’administration, séance du 6 mai 1878 », La Tempérance, 1878, p. 313.

17 Les numéros de l’année 1880 ne présentent pas le comité de rédaction. Par contre, les procès-verbaux du Conseil d’administration de la SFT laissent croire que les premiers numéros de Le Bon Conseiller sont sous la responsabilité de Madame Le Page, avec la collaboration des messieurs Boyer, Goyard, Motet et Monnier de la Motte qui font également partie du comité de rédaction de La Tempérance.

18 « Au lecteur », Le Bon Conseiller, 1, 1880, p. 2.

19 « Procès-verbaux des séances. Séance du 2 novembre 1881 », La Tempérance, 1881, p. 365.

20 « Procès-verbaux des séances. Séance du 6 avril 1886 », La Tempérance, 1886, p. 54.

21 « Procès-verbaux des séances. Séance du 6 juillet 1887 », La Tempérance, 1887, p. 187.

22 Didier Nourrisson, « Aux origines de l’antialcoolisme », Histoire, économie et société, 1988, 7e année, nᵒ 4, p. 491–506.

23 Paul-Maurice Legrain, « La Concentration de la lutte contre l’alcoolisme », Le Relèvement social, 6, vol. 3, 1895, p. 2.

24 La Prospérité : organisation abstinente, fondée en 1896 par Frédéric Schaer-Vézinet. L’UFA : organisation tempérante, fondée en 1895 par Paul-Maurice Legrain sous le nom Société contre l’usage des boissons spiritueuses. L’association prend le nom d’Union Française Antialcoolique en 1897. Les deux sociétés sont neutres en matière politique et religieuse.

Dans cet article, nous ne prenons pas en compte l’activité de la Croix-Bleue car l’organisation se restreint à double titre : en exigeant l’abstinence totale à ses membres et par son positionnement religieux (protestant).

25 « Séance générale de la Ligue », L’Alcool, 6, 1897, p. 78.

26 Madame Hudry-Menos, « Ce que peut la femme contre l’alcoolisme », L’Alcool, 6, 1897, p. 91-95.

27 Rachel Schaer-Vézinet, « Alcoolisme et Mariage », La Prospérité, 7-9, 1897.

28 Rachel Schaer-Vézinet, « Le Rôle de la femme dans la société moderne », La Prospérité, 1, 1898, p. 2.

29 Sur Paul-Maurice Legrain, voir Patricia E. Prestwich, « Paul-Maurice Legrain (1860-1939) », Addiction, 10, vol. 92, 1997, p. 1255-1264 ; Didier Nourrisson, Crus et cuites, Histoire du buveur, Paris, Perrin, 2013, p. 360, note 58.

30 « Restaurant de tempérance », L’Alcool, 11, 1898, p. 163.

31 Avril de Sainte-Croix (Savioz), « Les Femmes et l’Alcoolisme », La Fronde, 489, 11 avril 1899, p. 2.

32 Cité dans « Pensées », Fléau du siècle, 124, 1908, p. 4.

33 Organe de l’UFFT.

34 Au début, ce sont les anciens patients du Docteur Legrain.

35 Madame Legrain, « Notre patronage », La Source, 2, 1900, p. 10-13.

36 « La Prospérité » n’arrive pas à s’imposer, probablement, à cause de son programme strictement abstinent.

37 Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle : la nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France 1880-1914, Paris, Éd. de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, coll.« Civilisations et sociétés », n˚ 98, 1999.

38 Ligue havraise contre la tuberculose, Société havraise de logements économiques, Société de secours aux blessés militaires, Ligue protectrice des enfants abandonnés et orphelins du Havre, etc.

39 Anabel Diz, Les gens de la Côte  : splendeur et déclin (1850-1950), Mémoire de maîtrise, Université du Havre, Le Havre, 2002.

40 « Chronique de la Société. Situation des sections », L’Alcool, 1, 1899, p. 2.

41 Sur l’alcoolisation des dockers, voir Castelain Jean-Pierre, Manières de vivre, manières de boire : alcool et sociabilité sur le port, Paris, Imago, 1989.

42 « Notre Programme », Le Foyer Normand, 1, 1902, p. 2.

43 Nous ne disposons que du premier numéro, et nous ne sommes pas en mesure d’affirmer qu’il en existe d’autres.

44 Cité dans Thierry Lefebvre, « La Propagande antialcoolique en milieu scolaire au début du XXe siècle », Revue d’histoire de la pharmacie, 309, vol. 84, 1996, p. 143-150.

45 Ce terme nous paraît le plus approprié pour désigner des personnes militant pour la cause antialcoolique. Cf. la photographie d’un collaborateur de la Ligue Nationale contre l’Alcoolisme intitulée « Un antialcooliste convaincu », Étoile Bleue, 2, 1908, p. 27.

46 Madame Legrain, « Le Rôle des professeurs dans la lutte antialcoolique », L’Alcool, 9, 1901, p. 145-149.

47 Eugène Rondeau, « Commune de St-Georges-Buttavent », in Monographies communales de la Mayenne, 1899, p. 103-130.

48 « Liste et Adresse des Sections », L’Alcool, 2, 1904, p. 28.

49 D’ailleurs, il faut mentionner la circulaire du 2 août 1895 qui suggère (mais n’impose pas encore) l’insertion des notions antialcooliques dans différentes disciplines.

50 Les boissons hygiéniques, ou fermentées, sont le cidre, la bière et le vin. Sur les péripéties du vin dans l’histoire de l’antialcoolisme, voir Thierry Fillaut, « De l’allié d’hier à l’ennemi d’aujourd’hui. Les antialcooliques et le vin en France de la Belle Époque à nos jours », in Frédéric Pitou, Jacqueline Sainclivier (dir), Les Affrontements  : usages, discours et rituels, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 159-170.

51 « Chronique de la société », L’Alcool, 6, 1897, p. 77.

52 « Chronique de la société », L’Alcool, 12, 1898, p. 166.

53 Alice Jumau, « Parents et Enfants », La Source, 4, 1900, p. 33-35.

54 Alice Jumau, « Quelques notes sur la Section de l’École primaire supérieure de jeunes filles, de Lille », La Source, 6, 1902, p. 44-46.

55 Pauline Boulanger, Répertoire des règles fondamentales des participes français, Paris, A. Chaix et Cie, 3e édition, 1874, p. 20. Le numéro et la lettre renvoient à une règle précise.

56 Louise Gérald est le pseudonyme de Mlle Mathilde Giraud de Lacoste, née à Lasalle (Gard).

57 Louise Gérald, Une triste histoire, Paris, Henry Bellaire, 1874.

58 Edmond Bertrand, « Rapport sur la première question proposée comme sujet de prix pour l’année 1873 », La Tempérance, 1873, p. 307.

59 Joseph R. Gusfield, La Culture des problèmes publics : l’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique, traduit par Daniel Cefaï, Paris, Economica, coll. « Études sociologiques », 2009.

60 Sur l’émergence et la construction du problème des « alcoolisations féminines », voir Monique Membrado, « “La” Femme alcoolique : retour sur une déconstruction sociologique », in Marie-Laure Déroff et Thierry Fillaut (dir.), Boire  : une affaire de sexe et d’âge, Rennes-cedex, Presses de l’EHESP, coll. « Recherche Santé Social », 2015, p. 45-53.

Pour estimer l’ampleur de la campagne, voir, par exemple, le dossier « Alcoolisme – France » (DOS 178 ALC) dans la bibliothèque Marguerite Durand, qui regroupe une centaine de coupures de presse sur l’alcoolisme féminin.

61 Séverine, « Opinions. Alcoolisme féminin », Ouest-Éclair, 59, 29 septembre 1899, p. 2.

62 Sandrine Lévêque, « Femmes, féministes et journalistes  : les rédactrices de La Fronde à l’épreuve de la professionnalisation journalistique », Le Temps des médias, 12, 2010, p. 41-53.

63 Avril de Sainte-Croix (Savioz), « Les Femmes et l’Alcoolisme », art.cit., p. 2.

64 Sur le « féminisme modéré » de la Fronde, cf. Sandrine Lévêque, « Femmes, féministes et journalistes... », art.cit.

65 Jennifer R. Waelti-Walters, Steven C. Hause (dir.), Feminisms of the Belle Époque : A Historical and Literary Anthology, Lincoln, University of Nebraska Press, 1994, p. 119-120.

66 Clotilde Dissard, « L’Union Française des Femmes pour le Tempérance », La Fronde, 795, 11 février 1900, p. 2.

67 Clotilde Dissard, « Nouvelle société féminine », La Fronde, 569, 30 juin 1899, p. 6.

68 Clotilde Dissard, « Le Féminisme réalisable », La Femme, 11, 1er juin 1896, p. 81-82.

69 Hubertine Auclert, « La mort-aux-hommes », Le Radical, 26 avril 1896.

70 Cécile Formaglio, « Féministe d’abord » : Cécile Brunschvicg (1877-1946), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014, p. 161-163 ; Laurence Klejman et Florence Rochefort, L’égalité en marche : le féminisme sous la Troisième République, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1989, p. 277-278.

71 Françoise Battagliola, « Philanthrope et féministe. Itinéraire d’une bourgeoise picarde et vision de la famille ouvrière », Sociétés contemporaines, 52, n° 4, 2003, p. 123-140 ; « Les réseaux de parenté et la constitution de l’univers féminin de la réforme sociale, fin XIXe-début XXe siècle », Annales de démographie historique, n° 112, 2006, p. 77-104 ; « Philanthropes et féministes dans le monde réformateur (1890-1910) », Travail, genre et sociétés, 27, n° 22, 2009, p. 135-154.

72 Premier congrès national contre l’alcoolisme tenu à Paris du 26 au 29 octobre 1903, Compte rendu général,

Paris, Asselin et Houzeau, 1904, p. 570-581.

73 Évelyne Diebolt, Les Femmes dans l’action sanitaire, sociale et culturelle, 1901-2001 : les associations face aux institutions, Paris, Femmes et associations, 2001.

74 Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes et du genre, Lyon, ENS Éditions, 2007.

75 Les fonds Cécile Brunschwicg, CNFF ou encore UFCS, conservés au Centre des Archives du Féminisme à Angers, ouvrent de nouveaux axes de réflexion pour l’écriture de l’histoire de l’antialcoolisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Victoria Afanasyeva, « Pratiques de mobilisation des femmes pour la cause antialcoolique en France : militantes, enseignantes, femmes de plume (1873-1903) », Genre & Histoire [En ligne], 19 | Printemps 2017, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/2736

Haut de page

Auteur

Victoria Afanasyeva

Centre d’histoire du XIXe siècle – Laboratoire Images, sociétés et représentations (ISOR), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Courriel : victoria.afanasyeva@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page