Navigation – Plan du site
Travaux soutenus

Masters candidats aux prix Mnémosyne

Plan

Haut de page

Texte intégral

Préhistoire

Coraline Rabiller, « Une préhistoire des femmes est-elle possible ? De l’usage de l’outil analytique "genre" dans l’étude archéologique des sociétés sans texte : épistémologie d’une (ré)conciliation », mémoire de master 2 Genre, politique et sexualité, dir. Philippe Boissinot, EHESS, juin 2016.

1Cette phrase de Françoise Héritier interpelle : la bicatégorisation hiérarchisée des sexes serait universelle, présente ainsi dans toutes les sociétés, à toutes les époques. En somme, la domination masculine serait répandue dans toutes les sociétés contemporaines et trouverait ses origines dans le plus ancien Paléolithique. Les études de genre, nées dans les années 1970, et en institutionnalisation croissante depuis lors dans de nombreuses disciplines – sciences humaines comme sciences de la vie – se sont toutes attachées, d’une certaine manière, à étudier les différentes modalités de cette affirmation. En revanche, cette dernière n’a jamais été perçue comme un postulat à interroger. Et de fait, la discipline qui pourrait être en charge de le faire, l’archéologie préhistorique (particulièrement française), n’a, à l’heure actuelle, pas encore réussi à s’emparer du concept de genre.

2Une raison pourrait être donnée comme explication à ce constat : l’impossibilité supposée de trouver le genre dans les sources propres à l’archéologie, et dans celles si lacunaires de l’archéologie préhistorique. Comment pourrait-on établir un discours sur la notion de sexe social à propos d’individus dont la culture matérielle ne parvient que partiellement aux archéologues et à propos de laquelle ils.elles ne peuvent qu’émettre des hypothèses interprétatives ?

3Partant de ces diverses remarques et interrogations, l’objectif de ce mémoire est double : tâcher de savoir si l’archéologie peut raisonnablement utiliser le concept de genre et, si oui, comment elle le peut. Le premier des trois points développés dans le mémoire revient sur l’historiographie du concept de genre, à travers son usage dans diverses disciplines. Le deuxième s’intéresse à la définition de l’archéologie et aux affinités épistémiques qu’elle peut présenter avec le genre. Enfin, fort des constats et propositions épistémologiques développés dans les parties précédentes, ce mémoire se termine par la proposition d’une étude de cas pratique d’un sujet en archéologie préhistorique ayant comme ligne directrice le genre.

4L’observation croisée des études de genre sur le long cours dans différentes disciplines – sociologie, histoire et biologie principalement – nous a permis de dégager une évolution générale qui, si elle n’est pas linéaire, peut tout du moins se résumer selon un processus majeur : le passage d’une question herméneutique (comment est-on homme ou femme ?) à une question ontologique (qu’est-ce qu’un homme ou une femme ? Sont-ce des catégories universelles et judicieuses de classement des êtres humains ?).

  • 1 Thomas Laqueur, La fabrique du sexe : essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard, (...)
  • 2 Evelyne Peyre Joëlle Wiels (dir.), Mon corps a-t-il un sexe ?, Paris, La Découverte, 2015.

5L’évolution vers cette question ontologique a notamment pu avoir lieu grâce à l’entrée de la biologie dans les études de genre. Les individus auxquels l’archéologie peut se confronter étant réduits à l’état de squelettes, il a semblé nécessaire dans un deuxième temps d’interroger le concept de sexe biologique. En réalité, un regard rétrospectif sur l’évolution des connaissances dans ce domaine nous permet d’en constater la contingence historique. Les travaux de Thomas Laqueur1 ainsi que ceux d’Evelyne Peyre et Joëlle Wiels2 ont fini de nous convaincre : les définitions et recherches sur le sexe biologique ont été entachées d’une croyance en une binarité de genre stricte, conduisant à l’idée erronée qu’il n’existe que deux sexes, le masculin et le féminin, et que ceux-ci disposent d’une définition limpide et immuable. Cette contingence doublée de l’état de conservation très aléatoire des squelettes archéologiques nous permet de penser que les études paléoanthropologiques ne constituent pas l’endroit où chercher le genre dans les sources.

  • 3 Philippe Boissinot, Qu’est-ce qu’un fait archéologique ?, Paris, Éditions de l’EHESS, 2015.

6La démarche d’épistémologie régionale engagée dans ce mémoire a abouti à la proposition de cette définition de l’archéologie : science qui s’attache à tout objet anthropique (artefact) ou anthropisé (ecofact) coupé de son référent linguistique3, du sujet, qui lui donnait sens originellement.

7Si le genre peut se lire dans certains artefacts, ce n’est qu’en tant que fait conventionnel qui vient leur ajouter des valeurs et des représentations. Afin d’identifier le genre comme catégorie archéologique, ce mémoire propose de recourir à un autre type de sources à disposition des préhistorien.nes : l’iconographie. Le genre étant avant tout affaire de corps, il s’agit plus précisément de faire appel à l’étude des représentations anthropomorphes que l’on trouve par exemple dans les peintures rupestres ou dans l’art mobilier (figurines). Les figurations sont des objets particuliers de l’archéologie car on peut y percevoir une autonomie propre. C’est un sujet qui les organise et l’on peut donc y trouver le point de vue, le fameux lien dont sont privées les autres sources archéologiques avec les conventions indigènes des sociétés que l’on étudie.

8L’archéologie est science humaine, mais est-elle toujours science des hommes et des femmes ? Ce n’est qu’au prix de la remise en question de l’universalité de la valence différentielle des sexes postulée par Françoise Héritier et de la compréhension par l’archéologie de l’utilité du genre comme catégorie analytique que nous pourrons répondre à cette question.

Histoire médiévale

Justine Audebrand, « "Gerberga regina multa virtute memorabilis" : biographie de Gerberge, reine du Xe siècle », master 2 recherche en histoire médiévale, dir. Geneviève Bührer-Thierry, Université Paris I – Panthéon Sorbonne, 2016.

9La reine Gerberge (vers 913 – vers 969) est bien connue des historiens du haut Moyen Âge, qui se servent régulièrement de son exemple pour illustrer leurs propos sur le pouvoir des femmes, et plus particulièrement celui des reines et des mères. Pourtant, aucune étude n’a été consacrée aux tenants et aboutissants de son pouvoir, à la manière dont, en tant que femme, que reine et que mère, la reine Gerberge parvient à exercer une influence durable sur le royaume des Francs au milieu du Xe siècle. Il s’agit dans ce mémoire d’étudier la manière dont Gerberge élabore et exerce son pouvoir, à travers plusieurs axes.

10Tout d’abord, il convient de replacer l’action de Gerberge dans le cadre, plus large, du queenship au Xe siècle : à travers une étude comparée des différentes souveraines franques de la période, il apparaît que Gerberge s’inscrit dans une évolution, entamée dès la fin du IXe siècle avec Adélaïde, mère de Charles le Simple, qui aboutit à renforcer le rôle des reines auprès de leurs époux et plus encore de leurs fils. Gerberge n’est en cela pas exceptionnelle, malgré la place prépondérante que lui accordent les historiens rémois Flodoard et Richer, qui font d’elle une souveraine dont l’action se démarque de celle des autres reines de la période.

11Outre son pouvoir en tant que reine, Gerberge bénéficie d’autres atouts, notamment familiaux : elle est la sœur du puissant roi puis empereur de Germanie, Otton Ier, et de l’archevêque de Cologne Brunon. Ces appuis lui permettent de gagner en influence auprès de son fils Lothaire pendant la minorité de celui-ci, à partir de 954. Gerberge joue, dans le « système ottonien » qui se met alors en place, un rôle similaire à celui de sa sœur Hadwige, épouse d’Hugues le Grand : elle sert de relais entre Ottoniens et Carolingiens. Elle sait d’ailleurs jouer de cette position d’intermédiaire pour gagner en influence auprès de ses époux successifs, le duc de Lotharingie Giselbert et le roi des Francs Louis IV. Elle utilise également à son profit ses enfants, notamment dans l’exercice de la régence : si elle ne parvient pas à assurer la régence pour un fils issu de son premier mariage, elle utilise en revanche toutes les possibilités que lui offre la minorité de son fils le roi Lothaire, placé sous sa tutelle et sous celle, parfois encombrante, des Ottoniens.

12Ces relations familiales, que Gerberge utilise et dans lesquelles elle est parfois utilisée (par ses frères notamment), se doublent de la création d’un réseau propre et d’une politique monastique originale. La reine soutient en effet activement la réforme monastique qui part de Lotharingie, et ce dès les années 930 : divers indices, perceptibles notamment à travers l’étude son réseau, laissent supposer qu’elle a précocement et durablement encouragé la réforme. On trouve tout au long de sa vie, aussi bien dans des diplômes royaux que dans son épitaphe, qui qualifie Gerberge de « reine qui avait dans le cœur la vie monastique », des mentions de ce soutien. Par une politique de donations de ses biens, en particulier de ceux qu’elle a reçus en douaire de ses époux, la souveraine soutient la réforme monastique et se constitue un réseau de fidèles centré autour de la Lotharingie et de Saint-Remi de Reims, monastère qui élabore une idéologie royale d’exaltation de la dynastie carolingienne, à laquelle la reine semble participer activement, en étroite collaboration avec l’évêque Roricon de Laon. Cette idéologie vise à contrer le déclin visible des Carolingiens face à la splendeur montante des Ottoniens. Gerberge ne se limite donc pas à relayer l’influence ottonienne : par sa position d’intermédiaire, elle apparaît aussi en mesure de percevoir l’évolution des rapports de force et d’essayer, sans grand succès, de l’enrayer, par les mots plutôt que par les armes.

13Gerberge a donc exercé une influence conséquente sur les rois francs au cours du Xe siècle. Les sources contemporaines s’en font l’écho mais aussi les sources ultérieures, qui donnent une image parfois ambivalente de Gerberge. Si la reine est célébrée dans les sources diplomatiques et mémorielles durant tout le Moyen Âge (notamment à cause d’une donation conséquente qu’elle fait à Saint-Remi de Reims en 968), il n’en va pas de même pour les sources narratives : elle reste globalement méconnue des sources franques et germaniques, son rôle se réduisant à celui d’intermédiaire de l’influence ottonienne. Deux traditions font exception : la tradition normande qui, à la suite de Dudon de Saint-Quentin au début du XIe siècle, fait de Gerberge une reine assez pitoyable, ennemie des ducs de Normandie, et la tradition de Saint-Servais, qui dresse l’image d’une matrona indigne, sacrilège et ambitieuse, dans le but de dédouaner le duc Giselbert, son premier époux, de ses méfaits et de sa révolte contre le pouvoir ottonien.

14En définitive, il apparaît que Gerberge satisfait aux exigences de son genre, telles qu’elles sont définies par la société aristocratique du Xe siècle : elle agit en tant que soutien de ses époux successifs et de ses fils, essaie de pacifier les relations, toujours tendues, entre sa famille d’origine et la famille dans laquelle elle s’est mariée et utilise ses possessions pour combler des monastères, comme la plupart des reines de son époque. L’originalité de l’action de Gerberge tient probablement à la manière dont elle s’engage dans la réforme monastique, à son rôle culturel dans la promotion d’une idéologie carolingienne et à sa capacité à utiliser pleinement les ressources accordées à une femme de son rang durant une période troublée, qui accorde aux reines une place prépondérante dans la vie politique des royaumes d’Europe de l’ouest.

Anthony Revelle, « Chevalerie et virilité dans le roman arthurien (XIIe-XIIIe siècles) », master 2 recherche en histoire du Moyen Âge, dir. Christophe Manœuvrier, Université de Caen, 2016.

15Ce mémoire se propose d’approcher les représentations de genre à travers une étude de romans ayant pour cadre l’univers fictif du Roi Arthur et des chevaliers de la Table ronde. De Chrétien de Troyes au cycle de Lancelot et du Graal, le corpus rassemble seize œuvres en langue d’oïl des années 1170 à 1230, soudées autour de la mise en scène du parcours initiatique de jeunes chevaliers, qu’ils se nomment Perceval, Lancelot ou Guinglain. S’il existe à l’heure actuelle de nombreuses contributions sur la chevalerie comme groupe social, idéologie politique ou mode de vie fantasmé (toutes choses qu’elle est), ce travail de recherche s’attache plutôt à analyser la chevalerie comme représentation culturelle d’un système de genre dont les principales caractéristiques sont l’exclusion des femmes (la chevalerie étant une institution exclusivement masculine), l’infériorisation des roturiers et la distinction, au sein même des aristocrates, entre les hommes « virils », chevaliers accomplis, et les hommes « faillis », nobles indignes de leur rang. Il ne s’agit pas de chercher dans ces sources littéraires un reflet exact de la vie chevaleresque aux XIIe et XIIIe siècles, ce qui est n’est pas possible du fait de leur caractère fictionnel mais l’expression d’aspirations et d’un imaginaire propres aux élites de ce temps, où la construction des genres tient une place importante, tant la distinction entre hommes et femmes est importante dans la mythologie arthurienne.

16S’inscrivant dans le sillon des études sur le genre et les masculinités, ce mémoire s’intéresse donc au lien entre chevalerie et virilité, la figure romanesque du chevalier renvoyant à la fois à la fois à un idéal élitiste masculin (car fermé aux femmes et aux hommes des classes sociales inférieures) et à des rapports de pouvoir, ces chevaliers étant des guerriers dotés d’un pouvoir de commandement sur le reste de la société laïque et sur les territoires (indissociables des populations dominées). Même l’intégration de l’éthique courtoise, nouveauté de ce XIIe siècle qui revalorise en apparence la condition féminine en faisant de la dame aimée la domina de son amant, reste avant tout un jeu masculin profitable uniquement à l’homme. Toujours dans une optique d’étude des représentations, ce travail s’intéresse aussi au corps du chevalier, ce corps qui traduit son rang social, sa fonction combattante et son sens moral supérieur par le vêtement, la gestuelle maîtrisée et la physionomie (selon des canons esthétiques où, dans un raisonnement analogique, la beauté extérieure reflète la beauté intérieure).

17Du fait du caractère initiatique des romans arthuriens et de leur ambition pédagogique assumée, ils constituent un excellent matériau pour étudier la construction de la virilité et s’interroger sur la place des femmes dans l’éducation des jeunes hommes, la pression d’un milieu homo-social ou les actions à accomplir pour s’intégrer au lignage (être digne des aïeux) et à la communauté chevaleresque symbolisée par la Table ronde. La virilité n’a de sens qu’en tant qu’objet de démonstrations publiques visant à la reconnaissance du « jeune » par ses aînés, comme l’un des leurs. La question de l’homo-érotisme derrière les amitiés héroïques n’est pas non plus oubliée.

18Les romans de chevalerie trahissent également les inquiétudes d’une masculinité dominante qui craint de voir son hégémonie disputée. Par les femmes tout d’abord, dont la fréquentation peut éloigner d’une vie d’aventures qui est la raison d’être de la chevalerie arthurienne et dont la sexualité ou la prétention à gouverner sans les hommes est source d’appréhension (ce qu’incarne la figure fantasmée de la fée). Mais aussi par les autres hommes, dont les masculinités sont caricaturées et dévalorisées (il en va ainsi des travailleurs ruraux comme de la bourgeoisie marchande), par des figures monstrueuses, comme celle du géant, qui symbolisent une barbarie opposée au raffinement du monde courtois ou par de « mauvais » nobles qui raptent les femmes qui ne leur sont pas destinées et font vaciller l’unité même de l’aristocratie et sa prétention à une moralité chrétienne irréprochable. La sexualité, enfin, est le dernier grand point de tension au sein du système de genre dégagé dans les romans. Reflétant les débats et évolutions de leur temps, ceux-ci sont travaillés par la tension entre l’attraction du modèle clérical qui met la chasteté au-dessus de toute autre valeur, notamment à travers la quête symbolique du Graal, et la persistance des traditions héroïques et courtoises, avec leurs jeux de séduction et leur penchant pour les plaisirs terrestres.

Wendy Bougraud, « Le voile issu des sépultures féminines de la période mérovingienne », master 2 recherche Histoire médiévale spécialité « archéologie », dir. Isabelle Cartron, Université Bordeaux Montaigne, 2016.

19L’histoire du port du voile par les femmes a soulevé assez peu d’intérêt jusqu’à ces dernières années : depuis les lois sur la laïcité et le port des signes religieux, notamment dans les écoles publiques, mais aussi avec la loi sur le voile intégral, cet accessoire suscite désormais l’intérêt des chercheur.ses. La plupart des travaux récents portent néanmoins surtout sur la signification religieuse du voile contemporain, occultant ainsi sa longue histoire. L’historien et l’archéologue de la période du Moyen Âge ont pourtant beaucoup à dire sur cette question. Reprenant une tradition antique, le port du voile est requis pour toutes les femmes adultes de la société médiévale, pratique que le discours des Pères de l’Église chrétienne va encore renforcer. Retenu par des épingles ou des fibules et confectionné dans des matières plus ou moins précieuses, le voile laisse aussi des traces du point de vue archéologique dans les sépultures fouillées.

20Notre étude a donc consisté à déterminer la présence de potentiels voiles dans les sépultures féminines de la période mérovingienne et à se questionner sur sa place dans la société et le contexte funéraire du haut Moyen Âge. Le corpus de recherche s’est concentré sur 41 sépultures issues de 8 sites répartis dans l’ensemble de la France, la Belgique et l’Allemagne actuelles. Un véritable travail transdisciplinaire entre l’archéologie, l’histoire, l’ethnologie et l’anthropologie s’est révélé essentiel afin d’aborder une telle thématique. L’étude s’est tout d’abord articulée autour du contexte archéologique permettant l’observation du voile dans le contexte funéraire et d’établir une première caractérisation du mobilier associé à ce dernier. L’identification d’une telle pièce vestimentaire offre un aperçu de sa récurrence dans l’habillement funéraire et soulève la question de l’identité sexuelle, sociale ou encore religieuse de la défunte. C’est en effet une réflexion genrée, étoffée par le croisement de données, qui a permis de porter un regard sur la place du voile dans le contexte funéraire et, plus largement, sur sa fonction et sa perception dans la société du Haut Moyen Âge. Il a effectivement été essentiel de se questionner sur l’identité des individus parés d’un voile, de rechercher qui le revendique et pourquoi, de comprendre si le voile est révélateur d’un fait social particulier ou encore d’appréhender les différentes façons de fixer le voile et d’observer les récurrences. L’abondance des images et des écrits relatifs au port du voile ont notamment permis d’envisager une pièce essentiellement féminine et porteuse d’une signification sociale et religieuse intelligible et visible dans la société, permettant ainsi d’étayer les données archéologiques.

21Si le voile apparaît bien ancré dans une pratique de la religion chrétienne durant le Haut Moyen Âge, il semble prendre une place spécifique en fonction de la maturité sexuelle et du statut social ou marital de la femme. La présence de ce vêtement dans le contexte funéraire pourrait ainsi être révélatrice de la place de la défunte dans la société et représenter une image compréhensible par la communauté lors des funérailles. Au-delà de l’apport sur la mise en place du voile dans les sépultures féminines, cette étude offre un regard sur la place de la femme dans la société du Haut Moyen Âge.

Anouk Canet, « "De la manière de régir et de régner" : réflexions autour de la correspondance d’Eléonore d’Aragon, duchesse de Ferrare (1473-1493) », master 2 recherche Mondes médiévaux, dir. Elisabeth Crouzet-Pavan, Université Paris Sorbonne, 2016.

22Qui est Eléonore d’Aragon ? Duchesse d’un petit État italien de 1473 à 1493, la mère d’Isabelle d’Este (dite « première dame de la Renaissance ») fait pâle figure à côté de sa fille et les historien.nes se sont souvent contenté.es de la reléguer à son statut maternel. En même temps, la production, dans son entourage, de textes parfois interprétés comme « féministes », comme le Del modo di regere e di regnare de Cornazzano, qui fait de la femme l’égale de l’homme en matière de gouvernement, a beaucoup interrogé les historien.nes du genre. Eléonore a donc été perçue davantage au prisme de son entourage que pour elle-même.

23Ce mémoire reprend un corpus de sources jusque-là largement inexploité, la correspondance d’Eléonore, l’une des plus importantes de la première Renaissance italienne, pour tenter de dépasser l’usage instrumental fait d’Eléonore par l’historiographie. Le fil directeur de cette étude est le retour à la « voix » singulière d’Eléonore mais aussi à son corps et à son rapport à l’espace mis en acte par les lettres. La source épistolaire offre ainsi une perspective unique sur les espaces de liberté et de conquête dont disposaient les femmes de seigneurs lors de la Renaissance italienne.

24La fonction de communication des lettres est d’abord explorée : celles-ci dessinent un réseau serré qui achemine informations, argent et cadeaux expédiés par les femmes nobles. Ce réseau est parcouru et entretenu par Eléonore d’Aragon, qui voyage bien plus que les femmes qui l’ont précédée à la tête de la ville. Il part de l’Italie du Sud et recouvre bientôt Milan, Mantoue, Venise et la Hongrie. C’est un terrain de jeu pan-italien voire européen qui se déploie alors pour les puissantes des cours italiennes.

25Ainsi, quand la liberté fait défaut à l’intérieur des murailles des villes et dans les institutions urbaines, les femmes de seigneurs s’en émanciperaient en créant leur propre espace de vie au-delà des frontières de la ville et de l’État seigneurial italien. Espace économique, d’échange de biens et de mécénat ; espace social, sillonné par les bateaux de ces dames reçues avec tous les honneurs dans les villes qu’elles traversent ; espace politique, où elles font et défont les alliances – notamment matrimoniales – qui assureront la pérennité ou la chute des états de leurs maris. Contre la ville, espace viril, l’espace italien, plus féminin ?

26Il semble pourtant qu’Eléonore a largement contribué à la vie urbaine du duché en gouvernant d’une main de fer la vie de Ferrare et de Modène, les deux villes principales du duché. Elle y légifère, condamne à mort, organise l’espace et contribue aux rituels publics urbains et civiques. Et tout cela sans mandat juridique formel de son époux : l’essentiel est de gouverner « en informant son mari ».

27En définitive, être femme importe-t-il tant ? C’est son statut d’épouse qui pèse sur Eléonore et lui impose un appareil de normes morales qui freinent son élan et ses initiatives. Écrire, solliciter, user de périphrases et vivre dans la convention sociale est acceptable mais pas suffisant pour Eléonore.

28Pourquoi, dès lors, ne pas créer son propre espace social, dans lequel elle serait en mesure de dicter elle-même ses règles ? Une société pan-italienne de dames et d’hommes distingués, où ceux-ci obéiraient à un code commun de politesse et de conventions ? C’est l’un des sens de cette première « société de cour » inventée durant la Renaissance, où les femmes acquièrent un pouvoir symbolique et politique unique pour l’époque. Eléonore y participe pleinement. Elle impose sa présence, ses règles, règne avant ses filles sur la mode et les marchés du luxe italiens, impose ses propres normes à son entourage nombreux.

29Un mouvement d’émancipation féminine est donc en marche mais sur un terrain où elle n’était pas attendue : au lieu de tenter d’abolir les conventions sociales de genre traditionnelles des sociétés urbaines, Eléonore et ses correspondantes italiennes se constituent en élite supra-urbaine, dans laquelle l’affranchissement du monde des hommes est garanti par la fermeture progressive de ce cercle social constitué des femmes et des personnes de meilleure qualité.

30À l’aune de ces redécouvertes, la production culturelle des cercles d’Eléonore d’Aragon peut être réévaluée : résolument élitiste mais moins assurément féministe, elle s’inscrit dans le mouvement général d’élaboration d’une société de cour européenne, où le sexe a moins d’importance que le rang.

31Épouse pour les administrateurs du duché de Ferrare, princesse pour les ambassadeurs étrangers, dame de cour pour les puissants d’Italie, Eléonore est l’un des visages d’une Renaissance où les jeux d’échelles déploient une multitude de fonctions et de perceptions du genre. Son intelligence et son éducation l’ont aidée à faire le meilleur usage de ce monde en perpétuel mouvement, telle une « Machiavelle » se jouant de la « féminine » fortune.

Histoire contemporaine

Héloïse Morel, « Entre réception biographique et analyse politique des textes de la période napoléonienne : l’exemple de Constance de Salm », master 2 Sciences humaines et arts, dir. Anne Jollet et Nicole Pellegrin, Université de Poitiers, 2016.

32Qui est Constance de Salm ? La femme devenue célèbre sous ce nom est née Constance de Théis à Nantes en 1767. Il s’agit de l’une de ces jeunes filles qu’une éducation soignée à l’initiative d’un père attentif conduit à commencer très tôt à écrire, de la poésie publiée en 1785 et une pièce de théâtre Sapho en 1784. La jeune fille, déjà réputée, se marie rapidement avec un chirurgien du roi, Jean-Baptiste Pipelet de Leury. Ce mariage décevant la conduit à divorcer en 1799. Elle se remarie en 1803 avec un comte d’Empire, le comte de Salm, personnage riche et instruit, alors membre du corps législatif.

33Les prises de positions écrites et publiques font de Constance de Salm l’une de ces femmes qualifiées parfois de protoféministe, c’est-à-dire une femme qui prend parti par la plume et qui revendique publiquement ses textes par la publication et par des lectures publiques. Elle devient aussi, en 1795, la première femme membre du Lycée des Arts. La plupart de ses écrits concernent le statut d’auteur, et plus précisément des femmes auteures, mais ils évoquent également de façon plus large la condition féminine. L’auteure exhorte les femmes à écrire et à prendre place dans la sphère publique.

34Ce mémoire de master 2 est centré sur la période de l’Empire, relativement délaissée par la recherche en littérature et en histoire sur Constance de Salm. L’analyse répond à deux interrogations qui correspondent à deux points de vue. D’une part, en quoi les dictionnaires biographiques ainsi que les études concernant Constance de Salm permettent-ils de comprendre sa notoriété comme sa marginalisation et son oubli relatif du monde des Lettres de son vivant à nos jours ? D’autre part, quelle vision personnelle développe cette actrice sur le statut des femmes auteures, leur place dans le mariage et la famille durant la période de changement politique et social de l’Empire ? Nous nous arrêtons sur l’ambiguïté du regard de Constance de Salm à l’égard de Napoléon, c’est-à-dire sur l’admiration de cette partisane de la cause des femmes pour l’Empereur.

35Notre mémoire s’ouvre donc sur l’étude de la réception de l’œuvre, la vision de ses contemporains puis celle des hommes du XIXe siècle. L’étude d’un corpus de notices dans les dictionnaires biographiques permet de dater son oubli par la mémoire littéraire collective. Avant cette quasi-disparition, les notices construisent un portrait général intéressant pour l’histoire des femmes auteures. L’utilisation d’un logiciel lexicométrique (TexStat) a permis de dénombrer les occurrences dans les notices et de voir ce qui était mis en avant : sa renommée, son talent, ses qualités morales et physiques. On mesure également les occurrences des œuvres, ce qui permet de constater que les plus citées sont celles qui sont les plus étudiées.

36La deuxième partie est une étude centrée sur les textes évoquant le statut de la femme et de la famille dans la société de Napoléon, dont des textes datant de 1801 comme les Épîtres à Sophie, qui ont été complétées jusqu’en 1835 et de 1833 avec ses mémoires, Mes soixante ans. Nous proposons également une étude précise de deux textes évoquant Napoléon, Scène héroïque, ou Cantate sur le mariage de sa Majesté l’empereur Napoléon, avec son Altesse Impériale et Royale l’archiduchesse Marie-Louise et l’Épître adressée à l’empereur Napoléon. Ces deux textes nous semblent révéler particulièrement les contradictions de Constance de Salm.

37L’étude de la réception biographique montre que Constance de Salm était reconnue de son temps pour son talent et valorisée pour son génie. Elle est distinguée de beaucoup de femmes auteures souvent victimes de propos dévalorisants sur leur physique et leur talent, qualifiées de « bas-bleu ».

38Constance de Salm se distingue grâce à ses écrits mais également grâce à son statut social, qui en fait une personne respectable. Bien évidemment, elle n’échappe pas à certaines critiques sur son style littéraire, considéré comme désuet à la fin du XIXe siècle et qui la pousse hors du panthéon littéraire. Les études la concernant sont d’abord le fait d’érudits partagés entre l’admiration et le mépris misogyne. Plus près de nous, elles sont menées par des littéraires spécialistes de l’étude des femmes et du genre. Les propos sont dénués de jugements de valeur mais concentrés sur la période révolutionnaire. Les analyses des textes de Constance de Salm sur les femmes et la famille durant l’Empire confirment le rôle de défenseure des femmes que Constance de Salm a porté durant toute sa vie et dans toute son œuvre. Elles soulignent cependant les tensions d’une auteure qui associe une dénonciation de la société et des formes de conservatisme social.

Maël Baussand, « Le sang des femmes : de la grenade de Perséphone au rire de Méduse. Menstruation, règles et cycle féminin dans la littérature et les arts occidentaux contemporains (XXe-XXIe siècles) », master 2 Littérature générale et comparée, dir. Anne-Isabelle François, Université Sorbonne nouvelle, 2016.

39Comment penser un objet absent ? L’objet « règles », la menstruation (son cycle, son rythme, ses flux comme ses perturbations et conséquences), semble en effet un objet exclu, que l’attention esthétique, sous ses formes aussi bien artistiques que littéraires, a refoulé et dévalorisé, confisquant les discours à son sujet. Pourtant, la signifiance symbolique des règles, fluide corporel et fluide génital, véritable objet-limite, forme un contenu particulièrement dense, très exploité aujourd’hui dans les pratiques plastiques et textuelles contemporaines. C’est cette signifiance que le présent mémoire se propose d’interroger à travers l’analyse comparative d’un corpus d’œuvres picturales, poétiques, littéraires qui questionnera les démarches tributaires de cette « esthétique du trouble » à l’émergence manifeste, située au croisement des notions de sexualité, de sexe et de genre. Nous étudierons l’importance et le poids des constructions et représentations autour des règles, en tant qu’« héritage menstruel » qui nous permettra, en second lieu, d’articuler généalogie culturelle, plastique et textuelle du phénomène, et gestes contemporains. Comment et pourquoi les artistes et écrivains s’emparent-ils aujourd’hui du motif de la menstruation ?

Julie Botte, « Les Women’s museums et les collections d’art. L’application des théories féministes à l’institution muséale : vers de nouveaux possibles ? », master 2 Médiation culturelle, dir. Cécile Camart, Université Sorbonne nouvelle, 2015.

40Parmi les questionnements et les nouvelles propositions concernant l’institution muséale et le discours de l’histoire de l’art, les Women’s museums représentent un cas singulier et extrême. Ce nouveau type de musée est le fruit des mouvements d’émancipation des femmes et matérialise les critiques féministes envers la sous-représentation des artistes femmes au sein des institutions culturelles. Ce sont de nouveaux espaces institutionnels consacrés exclusivement à valoriser des artistes femmes et à œuvrer au respect de leurs droits. Ces espaces s’ajoutent aux musées d’art existants, les complètent et visent à attirer l’attention sur leurs manques ainsi qu’à les réformer. Les Women’s museums posent le problème de l’espace muséal en tant qu’espace public et symbolique, espace d’exposition et de légitimation, espace de visibilité et de reconnaissance. Leurs revendications concernent une reconsidération des artistes femmes par les institutions officielles, muséales et académiques et, par conséquent, un passage de la pratique artistique des femmes de l’espace privé à l’espace public, du dilettantisme au professionnalisme. Ces institutions ne questionnent pas uniquement les critères d’acquisition pour la constitution des collections ou l’accrochage mais principalement le discours qui les précède et les structure.

41Les Women’s museums, qu’ils possèdent des collections d’art ou non, utilisent la structure muséale comme moyen pour appuyer des revendications sociales et pour influer sur les conditions de vie des femmes. Ils partagent une vision utopiste et un désir de construire un monde plus égalitaire. Dans les cas étudiés, le musée est perçu comme ayant une fonction citoyenne et comme étant un outil d’analyse critique, de sensibilisation et d’éducation. Les collections d’art ne sont pas négligées mais elles sont insérées dans des problématiques sociales liées aux droits des femmes. Ce qui nous semble particulièrement intéressant est que les missions et l’existence même de ces musées révèlent des changements sociaux actuels. En effet, elles sont le reflet d’une volonté d’émancipation des femmes et d’une prise en considération de l’égalité des sexes de plus en plus prioritaire à l’échelle mondiale. Différents acteurs interviennent et s’entremêlent, que ce soient les institutions promouvant la paix, la culture et l’éducation, les associations humanitaires, les musées d’art, les organisations professionnelles de musées, les lieux de recherches académiques ou les artistes.

42Les choix des Women’s museums peuvent être critiquables et leur existence de fait ne doit pas empêcher les réflexions théoriques et les débats sur les solutions à apporter à ces problèmes. En effet, faut-il privilégier la création d’un « musée des femmes » ex nihilo ou l’intégration du point de vue critique des études de genre dans les institutions existantes ? De plus, l’un des paradoxes, qui est d’ailleurs également celui des théorisations féministes de l’art, est de procéder à une certaine mise à l’écart des artistes femmes afin de les revaloriser. L’objectif est de parvenir à ce que leurs œuvres soient autant considérées que celles de leurs homologues masculins. L’idéal serait bien entendu d’étudier l’œuvre d’un artiste sans devoir prendre en compte son sexe. Cependant, la notion de genre ne peut être ignorée car elle a une incidence sur la production des œuvres ainsi que sur leur jugement et leur analyse. La création d’espaces dédiés, de quotas dans les expositions ou d’études sur les genres en histoire de l’art peut être contestable car elle maintient à l’écart les artistes femmes et les stigmatise. Toutefois, si cela n’est pas appliqué, le risque est que la situation demeure et que le déséquilibre perdure.

43Les Women’s museums représentent un cas radical mais rejoignent néanmoins des enjeux et des problématiques actuelles des musées d’art comme leur rôle dans la société et la réécriture de l’histoire de l’art. La prise en considération de ces réflexions est de plus en plus grande : ils tentent d’y apporter des réponses et s’emparent de ces recherches pour les poursuivre et les encourager. Plusieurs musées d’art ont entrepris une autocritique, réfléchissent au contexte social de création et aux moyens de rendre visibles ceux.celles qui sont marginalisé.es.

  • 1 Griselda Pollock, « The Missing Future : MoMA and Modern Women », in Cornelia Butler, Alexandra Sch (...)

44Les Women’s museums rendent une visibilité aux artistes femmes mais ne résolvent finalement pas la question de leur véritable insertion. Cela impliquerait une métamorphose et une redéfinition de la structure du musée et de son discours, ce qui n’est possible que sur le long terme. S’éloigner des schémas linéaires et des catégories de l’histoire de l’art semble indispensable pour rendre une visibilité aux femmes dans l’espace muséal mais également à d’autres artistes placés dans les marges en raison de leur appartenance à des minorités - communautaires, sexuelles - voire en raison de leur production considérée comme hors norme ou inclassable. Créer des expositions thématiques, transversales et subjectives offre la possibilité à la fois de réinterpréter des œuvres bien connues et d’insérer des œuvres rarement montrées. Selon les mots de Griselda Pollock, « la critique féministe, post-coloniale et queer des discours théoriques de l’histoire de l’art et de la muséologie a expérimenté des façons de représenter les histoires de l’art de manière nouvelle et inclusive, plutôt que simplement corrective ou additionnelle »1.

45Ces structures muséales ne constituent pas une finalité mais un entre-deux vers une réinvention et un bouleversement du musée et de son discours. Les Women’s museums sont, d’une certaine façon, amenés à disparaître ou en tout cas à se transformer, si leurs missions sont accomplies et s’ils parviennent à obtenir une pleine reconnaissance des artistes femmes. Ces musées ne sont pas perçus comme des institutions immuables mais comme des structures adaptées aux besoins sociaux actuels des femmes, au service de la société dans son ensemble et de l’obtention d’une plus grande égalité entre les sexes.

Grégory Beckthari, « Sisters in Struggle - De la marge au front : l’influence des dirigeantes noires dans les organisations de la gauche communiste de la fin des années 1920 au milieu des années 1950 », master 2 Civilisation américaine, Université Sorbonne nouvelle.

46Ce mémoire se propose de mettre en lumière l’apport spécifique d’une sensibilité africaine-américaine de la gauche communiste animée par des femmes aux mouvements sociaux américains ainsi qu’à la théorie politique et à la circulation des idées entre la fin des années 1920 et le milieu des années 1950. Ce courant avait pour particularité de ne pas envisager le genre sans la race, et de penser les oppressions comme des produits dérivés de l’exploitation capitaliste à partir d’une théorie dite de la « triple oppression » formulée dès le milieu des années 1930. En se fondant sur un corpus de sources variées (brochures, bulletins, articles de revues théoriques du parti communiste américain et d’organisations affiliées, articles de presse, documents ministériels, essais, entretiens d’époque, rapports du FBI), ce travail se donne pour enjeu de révéler une logique de continuité dans la longue durée entre l’engagement politique de ces femmes noires communistes et le mouvement des droits civiques qui leur succède, mais aussi et surtout avec le mouvement Black feminist, avec lequel elles entretiennent un lien théorique et généalogique.

47Pour ce faire, l’étude en question décline le front général du combat que livraient ces femmes noires communistes contre le capitalisme en deux fronts spécifiques : le front économique et le front de libération.

48La première partie de ce mémoire expose ainsi les méthodes employées par ces militantes pour mener le combat en faveur de la justice et de l’égalité sociale depuis une perspective antiraciste. L’analyse se concentre sur l’investissement essentiellement interne à la communauté noire de dirigeantes locales du parti communiste américain, Bonita Williams et Audley Moore, qui jouaient le rôle d’organisatrices de la base (grass roots organizers) à Harlem en intervenant sur des questions qui relevaient de la sphère de la consommation. Il s’agit de mettre en relief leur action dans un contexte de Grande Dépression où le chômage endémique et le mal-logement qui touchaient les Noirs en général et les femmes noires en particulier de façon très disproportionnée créaient les conditions de la radicalisation politique d’un nombre croissant d’Afro-Américain.es. Dans un souci de contraste, le second point de cette partie relève d’une perspective diachronique, de la fin des années 1920 au début des année 1950, et retrace les évolutions des modalités de militantisme ainsi que la définition des priorités dans la lutte syndicale de femmes noires, Maude White et Vicki Garvin, devenues cadres du mouvement ouvrier. L’accent est mis sur les conditions spécifiques de leur intervention et les raisons pour lesquelles elles ont fait initialement le choix d’inscrire leur engagement dans des organisations très majoritairement composées d’hommes blancs souvent réfractaires à l’unité interraciale et imprégnés de préjugés racistes autant que sexistes.

49La seconde partie du travail traite des combats antiracistes menés par ces femmes au nom de la lutte pour l’égalité des droits des Noirs depuis une perspective de classe.

50La première section comprend une évaluation de l’expérience d’organisations insérées dans le mouvement autonome noir et dirigées par des femmes communistes afro-américaines entre 1942 et 1946 : celle du National Negro Congress (NNC) de Thelma Dale et surtout celle du Southern Negro Youth Congress (SNYC) d’Esther Cooper. Le second point envisage une temporalité plus longue, du début des années 1930 avec l’affaire de Scottsboro au début des années 1950 avec celle de Rosa Lee Ingram, et s’attache aux modalités de combat choisies pour mener des campagnes en faveur des droits civiques des Noirs sans jamais perdre de vue la nécessité concrète de la mise en œuvre d’une solidarité ouvrière interraciale. Il montre comment ces modalités ont influencé l’élaboration politique de dirigeantes du CPUSA comme Louise Thompson et Claudia Jones concernant la lutte pour l’émancipation des femmes. Enfin, il expose l’enjeu de la lutte des femmes noires contre l’imprégnation raciste des femmes blanches, une imprégnation qu’elles considéraient comme un obstacle à lever pour pouvoir aboutir à une conception interraciale de la sororité.

51Ce mémoire s’inscrit dans une perspective historiographique assez récente (début des années 2000), dont les travaux majeurs trouvent leur source dans le champ de la critique littéraire inclus dans les Black Women Studies. Il entend discuter la notion de Black Left Feminism inventée pour désigner les militantes qui entrent dans le cadre de l’étude en proposant en contrepoint la dénomination de black feminist leftists ou black feminist reds. En effet, ces militantes ont développé la sensibilité politique à laquelle on les rattache à partir de l’adhésion au programme marxiste et à la finalité révolutionnaire symbolisée à l’époque pour elles par le modèle soviétique. Ce point de départ leur a servi de boussole pour intervenir dans la lutte pour les droits civiques et le combat pour l’émancipation des femmes.

Maria Clara Braga Machado Campello, « Vésperas : biographie, fiction et filiation », master 2 Études lusophones, dir. Maria Graciete Besse, Université Paris Sorbonne, 2015.

52Ce master 2 traite de l’analyse du deuxième livre écrit par Adriana Lunardi, Vésperas, publié au Brésil en 2002 et traduit en français aux Éditions Joëlle Losfeld la même année, puis traduit plus récemment par Maryvonne Lapouge-Pettorelli et publié chez Gallimard en 2005 sous le même titre qu’en portugais.

53La question de la mort traverse toute l’œuvre de Lunardi, qui jusqu’à présent se compose de quatre livres et de plusieurs nouvelles publiées dans des ouvrages collectifs. Dans une interview accordée lors de sa participation au Salon du Livre à Paris, Lunardi a avoué que le thème de la mort n’est pas juste un sujet littéraire mais une vraie question existentielle, présente dans son travail et dans sa vie.

54Dans Vésperas, le sujet de la mort est au centre du récit. Les neuf nouvelles qui constituent le livre racontent dans un premier plan les moments qui précèdent les morts de Virginia Woolf, Dorothy Parker, Ana C, Colette, Clarice Lispector, Katherine Mansfield, Sylvia Plath, Zelda Fitzgerald et Julia da Costa. Au-delà de leurs morts et du rapport entre l’éphémère de la vie humaine et l’éternel du verbe littéraire, nous pouvons observer plusieurs autres thèmes traités par Lunardi comme si l’on découvrait, à chaque incursion dans les histoires, des petits morceaux d’un tableau construit petit à petit en forme de mosaïque prêt à être dévoilé.

55À partir de la lecture de ces neuf nouvelles, nous avons donc pu étudier les thématiques suivantes : la question du canon littéraire et de sa relation avec la place accordée aux femmes ; la fluidité des limites entre les genres littéraires – notamment entre la biographie et le récit fictionnel – ainsi que la tradition brésilienne du « conto brasileiro » ; les enjeux de la présence de l’auteur dans l’œuvre et du rôle du lecteur ; la construction intertextuelle du récit ; la question de l’identité et de l’héritage étroitement liées au concept de filiation littéraire.

56Dans ce contexte, nous soulignons la relation entre la question de l’héritage et celle de l’identité car d’après Jacques Derrida, l’héritage est l’une des formes de l’organisation identitaire subjective et collective. En effet, l’individu doit confronter le passé afin de s’insérer dans un processus d’héritage qui ne s’accomplit pas sans l’engagement de soi. Pour élargir la notion d’identité dans notre analyse, nous avons utilisé le concept de Paul Ricœur.

57En étudiant l’idée d’identité chez Ricœur, nous avons compris que l’individu, dans son parcours vers le passé, peut nous révéler le caractère mouvant de son identité individuelle – l’ipséité – qui change avec le temps. En revanche, le sujet garde quand même des traits communs, partagés avec la communauté, qui restent toujours les mêmes, et que Ricœur appelle « mêmeté ».

58Cette communauté, nous dit François Noudelmann, peut être le résultat d’un processus de construction symbolique de ses appartenances dans lequel le caractère singulier de chaque individu est préservé, même au sein d’une communauté choisie.

59Nous pouvons donc analyser des questions essentielles du domaine littéraire et accéder à des histoires qui peuvent révéler toute la richesse de la formation de l’âme humaine et la quête d’identité qui semble, selon Dominique Viart, hanter plusieurs écrivains contemporains dont le retour au passé fait partie du parcours. Lunardi, à son tour, semble utiliser ce retour au passé pour s’interroger, auprès de cette communauté choisie, sur les questions qui l’obsèdent depuis son plus jeune âge, à savoir les mystères de la mort et la fragilité de l’être humain, des caractères singuliers de son identité qu’elle partage avec ses auteurs du passé.

60Au-delà du voyage entrepris par Adriana Lunardi au seuil de vies d’autres écrivaines, ce travail essaie de saisir ce qui peut être la fragilité et l’inquiétude humaines, notamment des femmes, dans un monde où les structures restent patriarcales. En cherchant à bien développer un sujet littéraire initial – les moments qui précèdent les morts de neuf auteurs –, Lunardi entame un vrai retour aux origines de la littérature des femmes ainsi qu’un autre vers la compréhension de soi, en vue d’élargir sa connaissance du monde littéraire, au-delà de celui du canon des hommes.

61Dans ce mouvement dialogique vers le passé, vers différents temps qui se superposent, vers d’autres écrivaines, l’auteure et ses paires construisent collectivement, chacune à son tour et à son temps, un récit à la fois multiple et révélateur de l’identité de ces femmes, ainsi que de celle de l’auteur, de ses angoisses et de son parcours particulier.

62Nous avons également constaté qu’en choisissant de nous instruire sur le passé d’une communauté spécifique, l’auteure s’inscrit dans une tradition dont elle choisit d’être l’héritière. À la lumière du présent, nous, lecteurs, pouvons peut-être mieux concevoir le passé. À travers l’écriture, le chaos du monde peut finalement être un peu plus ordonné. Ainsi, à travers ces neuf courts récits – qui peuvent renvoyer au sujet fragmenté contemporain, un peu démuni face à la ruine des structures qui ordonnaient le monde auparavant –, le lecteur peut en même temps construire avec l’auteure un parcours qui donne un peu plus de sens au monde, un chemin auquel il peut s’identifier.

Amandine Charvet, « Les enseignant.es des écoles primaires supérieures de l’Isère. Statuts, parcours, pratiques (1886-1945) », master 2 Histoire contemporaine, dir. Marianne Thivend et Philippe Savoie, ENS Lyon, 2016.

  • 2 Cette distinction en ordres se lit à toutes les échelles : des réseaux d’établissements séparés, de (...)

63Le système scolaire du XIXe siècle repose sur une discrimination à la fois sexuelle et sociale, avec une distinction en ordres2 selon l’origine sociale des élèves. Dans l’ordre populaire qu’est le primaire est instauré un enseignement primaire supérieur qui permet une prolongation des études au-delà de l’obligation légale et en-dehors de l’enseignement secondaire réservé à une élite. Cet enseignement, dispensé au sein des écoles primaires supérieures et des cours complémentaires, a pour but d’approfondir la culture générale des élèves tout en les préparant professionnellement avec des cours ou des sections spéciales (agriculture, industrie, enseignement ménager ou commerce).

64Les écoles primaires supérieures et leurs enseignant.es pâtissent d’un certain vide historiographique. À partir de dossiers personnels de 66 enseignant.es en poste en 1930 dans les écoles primaires supérieures de l’Isère, ce travail de master 2 veut appréhender les modalités de construction d’un groupe de fonctionnaires. Les évolutions qui le traversent, en lien notamment avec les débats sur l’école unique dans l’entre-deux-guerres – qui favorisent le passage d’un système scolaire organisé en ordres à un système scolaire organisé en degrés – sont aussi au cœur de cette étude. Ces écoles et leurs personnels ont un statut spécifique entre les années 1880 et 1945. La loi Goblet de 1886 affirme ainsi la constitution d’un groupe précis d’enseignant.es pour ces établissements. En 1945, le gouvernement provisoire de la République Française entérine la transformation en collège moderne des écoles primaires supérieures et donc l’assimilation progressive de son personnel à celui des collèges classiques.

65Cette étude se décline en quatre volets afin de dresser le portrait des enseignant.es de ces « collèges du peuple ». Elle commence par un panorama de l’offre scolaire post-obligatoire iséroise, qui met aussi en avant le rapprochement des enseignements entre le premier cycle du secondaire et l’enseignement primaire supérieur. La hiérarchie symbolique qui organise le système scolaire français n’est pourtant que peu remise en cause. Ceci explique qu’en fin de période, on choisisse la transformation des écoles primaires supérieures en collèges, quitte à nier leur spécificité. Le rapprochement vers le secondaire se fait de manière graduelle et s’accompagne d’une autonomisation des écoles primaires supérieures par rapport au primaire élémentaire. Enfin, l’étude de l’enseignement dispensé dans ces écoles montre qu’il existe des différences genrées fortes, même si elles sont moins importantes que dans le secondaire. De fait, les filles sont majoritairement orientées vers la section générale notamment en vue de préparer l’Ecole normale, ce qui est beaucoup moins marqué pour les garçons.

66Le deuxième volet de cette recherche met en lumière les différents types de profils de ces enseignant.es en ce qui concerne leurs origines géographiques et sociales ainsi que leurs comportements démographiques. Il apparaît clairement que nous avons affaire à un groupe hétérogène sociologiquement, avec des différences importantes selon deux marqueurs : le sexe et le statut enseignant. Ce deuxième chapitre pointe que le groupe des enseignant.es des écoles primaires supérieures est un groupe en transition, qui s’éloigne des traits primaires élémentaires pour se rapprocher de ceux des enseignant.es du secondaire. Reste que cette transition est amorcée plus tôt chez les femmes.

67L’examen des dossiers personnels nous a ensuite permis de confronter les vues de l’administration et la réalité de la formation de ces enseignant.es. L’étude systématique des textes législatifs relatifs à l’entrée dans l’enseignement dans ces établissements met en lumière la volonté de professionnalisation pour le métier de professeur.e d’école primaire supérieure en rendant son accès toujours plus sélectif. Pour cela, on assiste à une élévation générale du niveau de formation des enseignant.es, avec notamment la mise à l’écart des non-diplômé.es. La confrontation entre cet idéal d’élévation des qualifications et le manque d’enseignant.es diplômé.es explique l’ouverture du recrutement à des individus qui ont été formés en dehors de l’ordre primaire. Avec l’étude des formations enseignantes, l’étanchéité des ordres est remise en question. La comparaison entre enseignants et enseignantes montre que les femmes sont en moyenne plus diplômées que les hommes, ce qui explique aussi la féminisation après la Première Guerre mondiale. Même si l’idéal de « retour à la normale » est poursuivi, on préfère placer dans les écoles primaires supérieures de garçons des femmes qualifiées.

68Le dernier chapitre, en s’intéressant particulièrement aux demandes de l’administration envers son personnel, souligne des traits communs à tous les personnels enseignant du système scolaire comme la conscience du rôle de représentation qu’ils.elles endossent. Cette surveillance de tous les instants est particulièrement attentive aux comportements des enseignantes. Plus encore que les hommes, leur vie privée est soumise à un certain contrôle de l’administration : elles doivent être exemplaires car elles sont les cautions morales d’un établissement. Enfin, cette partie éclaire l’importance des grands évènements nationaux dans la construction des parcours enseignants. Cette démarche vise à souligner que l’École n’est pas une tour d’ivoire et qu’elle est un terrain qui cristallise les bouleversements sociaux et politiques.

Laura Danguillaume-Blanckaert, « L’introduction de la mixité dans les hôpitaux psychiatriques français. L’exemple de l’hôpital du Vinatier (1950-1995) », master 2 Histoire moderne et contemporaine, parcours Matilda, dir. Isabelle Von Bueltzingslowen, Université Lumière Lyon 2, 2016.

69À l’aube de son extension à l’ensemble de l’hôpital psychiatrique du Vinatier, la très grande unité de soins lyonnaise, la mixité est considérée comme « un non-sujet, c’est comme la mixité dans les écoles ». Un psychiatre retraité synthétise ainsi la perception qu’ont eu les acteurs et actrices de l’hôpital psychiatrique de l’introduction de la mixité : brièvement discutée, soudainement évidente, elle est souvent évoquée comme la conséquence logique d’évolutions sociales extérieures à l’institution psychiatrique. Pourtant, si les premières rencontres entre les hommes et les femmes dans les bals de l’établissement se sont instaurées au début des années 1950, la mixité effective des unités de soins n’a été généralisée à tous les services qu’au début des années 1990.

70La mixité dans les hôpitaux psychiatriques est ainsi une histoire sur une quarantaine d’années, durant lesquelles plusieurs composantes de l’étanchéité entre l’intra et l’extra-muros des lieux de soins ont été remises en question. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale naît un mouvement de rénovation de l’institution : c’est l’époque de la « révolution psychiatrique ». Il s’agit, dans un premier temps, de faire de l’établissement un outil thérapeutique : la psychothérapie institutionnelle réorganise le quotidien des malades, dans un objectif d’humanisation des asiles et de réadaptation des patient.es. Il s’agit ensuite de faire des hôpitaux psychiatriques départementaux des centres hospitaliers spécialisés, plates-formes directrices de la politique dite de « sectorisation » qui découpent les départements en zones géographiques et mettent en place des structures de soins externalisés. Les clôtures s’effritent et c’est dans ce rapprochement, voire cet alignement, avec la société extérieure qui revendique l’extension de la mixité à tous les milieux professionnels et sociaux, que la mixité des unités de soins est proposée. Elle est d’ailleurs grandement articulée autour des représentations genrées. Favoriser la réadaptation sociale signifie en effet stimuler l’« habitus de genre » et les rapports sociaux entre les sexes. Ainsi l’introduction d’une esthéticienne, les efforts de féminisation des vêtements des patientes ou encore l’offre d’une ergothérapie différenciée selon les sexes contribuent à l’instrumentalisation du genre comme outil thérapeutique.

71La mixité commence à être évoquée en 1960 quand une circulaire ministérielle recommande aux médecins-chefs la mise en place de services leur permettant de recevoir les malades des deux sexes, sans préciser si les unités de soins au sein des services doivent être rendues mixtes. Dix ans plus tard cependant, une autre circulaire sur la « bisexualisation » des hôpitaux psychiatriques souligne la nécessité du maintien de la séparation des sexes dans les unités. Aucune loi n’impose donc la mixité.

  • 3 Les sources pour ce mémoire ont été la série H des Archives départementales du Rhône (Archives de l (...)

72Un changement d’échelle d’observation entre l’analyse des discours autour de la « bisexualisation » des services et l’étude monographique de l’hôpital psychiatrique du Vinatier a permis de révéler la polysémie du terme « mixité »3. L’hôpital passe d’un schéma de stricte et pérenne séparation des sexes à l’introduction d’expériences et de situations de mixité ponctuelles dès les années 1950. Celle-ci est « de fait » introduite dans le parc de l’hôpital à partir de l’ouverture des portes des services et entraîne des débats sur la sexualité des malades et sa gestion, sur les risques de grossesse, sur la contraception des patientes et la responsabilité des soignant.es. Autour des années 1970, une mixité « intermédiaire », c’est-à-dire avec des locaux de jour communs et des locaux de nuit séparés, est mise en place dans certains services tandis que la mixité « réelle » est introduite dans quelques autres. Des réticences individuelles et institutionnelles se font alors entendre, articulées autour des enjeux hiérarchiques – de statut comme de genre – à l’hôpital. En effet, la mixité des malades entraîne celle des personnels soignant.es et un bouleversement des normes de genre. À quel moment les fonctions d’infirmier.es recouperont-elles ou s’éloigneront-elles des rôles sociaux de femmes et d’hommes, et comment la répartition de ces rôles pourra-t-elle être redistribuée avec la mixité du personnel ? Ces résistances sont également matérielles et organisationnelles : les impératifs d’éviter la promiscuité et de maintenir la sécurité, fils rouges de la répartition des malades, se voient par exemple entravés par la persistance de dortoirs à la fin des années 1980. L’exemple détaillé de l’introduction de ces mixités au Vinatier vient clore l’histoire des nombreuses résistances que rencontre l’instauration de la mixité dans les hôpitaux psychiatriques : il confirme à quel point sa mise en œuvre s’organise lentement et surtout de manière disparate.

Soizic Devergne, « The Institute for Research on Women and Gender à Columbia University, 1985-1997 : un exemple de féminisme académique », master 2 Histoire et relations internationales et interculturelles, dir. Hélène Harter, Université Rennes 2, 2016.

73Notre recherche porte sur la création, en 1987, à l’université de Columbia dans la ville de New York, d’un institut dédié à la recherche sur les femmes et le genre (Institute for Research on Women and Gender, IRWG). Cet institut est conçu comme un centre de recherche et comme le lieu de coordination des études sur ces thématiques à Columbia. Les chercheurs qui sont affiliés à l’institut n’hésitent pas à se revendiquer(Archives de ttérair de tpes rôelation dans notre anan des fsique de dirig, à à scevoir peu pormalesont s pour les finalitement t dans ces versKathees ont d

71L4 question de la mort trration dls idéestitut tactordie, post-colonce a, endes s mystfinaliténs est de femmes et le genre (Ins,fronteistribuans le champ de locial de de chaque inrsité de Columbia dans la du . Il entesperasem>à . Il entee l’offreerasFedsem>. Il enteeftemeun cernités. Aucde Colums nes entre 19n plus lon d’espaceuplan les mmarxiste xité profunive/em>)"paDiego parcety, 1985-1997à l7emps égs doinanalyser ne socialeal’être humIédié àa dans la ville panoyun sys et intagilités dis choistanmerésé rem et sson u partc la sdividus qui l’obsèmob retors leselas, noude ca crit monograps ( qui l’odpar cabr la ,ofondir let le mrt trratis d’évrmier.eersautoi lenals rougdsys ehistoion de ces en. Elle estions l’idément c.

texte">71L5examen deart soumidtoire des nr« Rutgialiy, 1985-19btrucsouvens. Cettitnt –, le,eMparha Howobsnfre moe insertioéparthumI in centre den’hésiue, l’auteutravaux mmeréséliés e laes marges enents en zones gtéloigne e fécïqueouln polis dxitssionnjeuxiffuppressio’s museums. Il entensemble de l’hôus danscs l’idé
texte">71Le mémoire parc-Adria celle dest si cela vers un t un outil aient commhôpital dédié àlle de gehitruintérsur uneaées dla miont in ques deesour ce md enents en zonesse lmrt re lvcki Gnt attentiveentsa notionulier de façon concerne leurs origient à des inseur.e d’éées.

s gé’s museums. Il entenpersonn de la sépamp de lorpant du systèminrsité de Columièmes fonctcoïncde distincti on choirche et pérl’obudg de lles organisatAucde Colums nes entre 19nrganisat990.

le go96,ation entrecherler la rôlesiff induums t êlon rtanchéI in t, vs molyser lévatianspeces mixitsses uni Lunardnjeux médrsens au m rendresemble ation envers sominrsité de Columi
texte">71L7 dernier chapitre,mise etes. texte">71Le dernie, on et ssgroupecdus qui l’ons utilisé le concepe temps, deordiisat9e l Newl entesp, articltiliet peltire humI inS9n plus son, en 1987, e l’iCPUSAans la vDaily Sathea nr entesp des maladesnrsité de ColumiPèlgrandemeons utilisé rdiujours upecdrvices ministérfondie l ans la vCevues rch Os feet rer985-19i
texte">71L l’auMhommeD fonech>The Instit Femi/em> inventé du Unles opoumié de Col’enst de rénoésiAs discours auvronorgaques du parti la « bi co de cn politiBeyoélabKnowUn psyc2 Histoire et comme G>Ins,f et à la cirt d’écheepuis élène Fhistnde Benaldité Paris Sorbonne,Dderota>
texte">7180 dernier cveut apdérée a, endiversitécours femmes. Cpha mort et lscer, Umusfemmest uneèlbalades, aKathestiliser tion au pormaleissemmronorganisatut ontrôlehe Ipop-e académipsyc2ralit notce, nous, l la conséu son noude x hiérarchde ttérair l service e de la consommatpop-es, dirmps égon des s lesq aue d’identietpop-es, dirà aus avonsids qtègreoizic De , « 
texte">718a mixité cd de Columbia et actricsiencesdesen dév. Ellee l la lutte ceehe Ipop-e académipsyc uence récnception intnt la mixité d dans son sur les femme en transiue d’une senside l’hôusur la duoizic De , « bl le s-é e 1oizic De , «  hreferasHip-Hopenté d;daire. De ntre sur l’invess, sa Women StuFeds
texte">7182s écoles pauvronorgaquds é de Col’eckt la lutte poudes fsiquede ttéraiiques.

litiBeyoélabuationsnels s de cn pov la cntinvess, samise se. i des s ité la sensiept de ssé.exes, spitre t en a tritre parcoépartitisur les . Toprofondibolditit desi ln nous itiBeyoélabtradition, enseignUmusfemmesd de adaptatac l’étudeeurur s aux fé.exee et ges eff moyenneesdes s gémixisisée à ell lees lus reaée spmissin Divoiystèminrant opoumi Women StuFedsblns distte pou la desatut ensemmes qu co de cn politi on svue ex,ommes, eut o’étesns discofre e deualité de soinminrant opoumis.

l Women StuFeds
Soizic DeHarter, UFluem>f« The ISades les ¢mnfrontatiogrgespaceupBon-Peut oire etAngialialité deéduc études snt majoa>e siècle repose smpérsate féminenvesb ssgeela (1837-1914ster 2 Histoire moderne ees, sone degiadisp quiélène CMansfield, oinsité Rennes 2minSnvesb ssga>

7383 l’aube es neuf atioe fémini de svnova dBon-Peut oireinSnvesb ssgoa>e siècle repose s,ire ont étéiboldetions qui l’odeignemenfmixinormes deu, às nt majocistefrihe Isiff iiUn psyc2 alignhe Iperdun psyc2héritageala mixité tiogrgespaceupBon-Peut oire etAngialiille paittérample dd’humanilleurs les thé, s ces neuf attantruse. Cecha geersistantiogrgespaceupBon-Peut oire etAngials du marixitéconstitue texte">7184 questiFre e quand829r leAngialionne Laie-Euphqué psiff iiUn nt en’i,oupeon de texité – qs. Lco-prémi effornceptionntrôlr sos on crestent tduite dauprmpueodèle mbr lrdparésgnanaoûLa l87empIl faudrainctiodébunutea dBon-Peut oirenvesb ssgeela approcherer pouvce snansticuléa,onn dehoes indivse m, noude c’és et intanchéitét se sont inier.eeègrese enen founsemble duesceegiadisp qu eionnelitoles pri sociales tsurnuaveHetes.nce duvemde New Yupecde se dla «97à ion dls ren la mise nctib texte">7185exameA mixitxité patilda, ch  normes depupt majo de s types d deces egnr«s (lrphelens,ls à une e nne sé à saj),t en vue de pr d’infeionu oireavo2hérit oireigrddgnhe Iculpies soigs’agPaonfcexepupt maj,aentrôlér la transevoir leut apa dBon-Peut oirt egnanycson la les devœns onteeligiest lit ensuite des psette, didelne ees travauaar caamorcée ce snar upormal quescourinsé à é pooirtxpspécifiqu s strjont pns oun chemin pr: la miniqueeé dgmini dCaonelrcheurdidelne eeent le livre é cis egnr«e de ldes écoles prients séparésg dBon-Peut oicoreevidenteée a, ene s ces neuf anoandple vœns onteeligie,nt les as perçuue peu r reveeligis snaneupBon-Peut oire etAngialialint le livre on. Aultes. texte">7186< écoles prients séparésgté tiogrgespaceupBon-Peut oire etAngialiit dans unvenità àenre. À de soin,Ulle de nosaïqu prients séparésgt deéduc étude>e siècle repose s.eMpises de dans sonus l dpassstèmi, aKathestocialeatementité dance dans certasatut ddètexits.

fic études spupt majoleversontrôlee fém.dnnaies enseignans soignant.éduc éf umière iple fruitadminittanstruirer lde soins hstte off ie ontmodètestes dBons-Peut oijo
Soizic DeRttér Ja upn, « L’introductioKathe oirt eenc"inRent "rontas. de bonne97

7387 dernieoizic DeMeut aplu déatceuplaix Mntriosyas

  • 3 4 questi Fhistnde Tamune ,ferasHis nombreutile doios des maladà EuropeagBerltudLssgre97bonne97 19, 39 entespbonne97"#ftn6">(...)<7a>

7288 mixité c on choirche-deux-guerres – qu ain quiruirnérald, le ca conséu seavo2vatiorreutile doios des malads cbonne. Vias, soiéraxr l aveonm coerInslialitép de ces mire initial ssé dmmentnt le livre aps shn demer, pour ldémdgarçons.ains dont le umIls tion au pielisatutonvisiniiale d, nous aconde Gues à Colu doios deus aceu les acance unjle iFhistnde Tamune t egnanarivaindes nr«evenditéc ca"footnotecall" id="bodyftn6" href="7"tn6">(...)<7a>4hôp

648 l’auouvemente Grand,ire ont étésier.eersoci ssé dv, fin des malades, ns ue constr. ralealesienseignemduesceeurbôlee in ques dfgenre. À de l’addexlusieurssidér d acfac lit ensuite dvation entdr, t lara miont ,la réparentrôlérignifniiale nne s(1886-194s deus a alordispfeut t ,la répart les cautin sdeuersdèle mt actricaversestob entere finalilusieursfgenre. Àtol–nde adaptatioprs et sit les cautition entree5, le tageab ertoirs our ce m soignanstitmob ret bmaj,aende mastersondir uet sanseviavec des snées 19e l texte">7190 dernie traver nierdée dé de C sentations genrées.. Elrsniversitdes nombres, dir. ccompagnont-ellstèminrsits formationpatilda, bies et mettendle doios deant.nce uj,ire ont étépixte er tion eurs les théixitprnnées de l’ads. texte">7191examen destématiessant partie remier temps, de fairndes dynammettendu de l’ads. texte">7192 l’auouvemme se De n faire se des discosur la création,on des parcoes élèversatdoios des maladconséshn demer, eosin Dmarges l’étles pouociaux emins.umystrcheurs.7cs et adaptaentvicemple dioius inorganga7cs ontre tvec larndes dntvisminiquee ende ces des éltutie end cts des enshiatrregdants.atdéationrev l WomI persles entesptnple entrdnjeux ndoios deuss à l24-25,ce les femmes so qui ont t la lune uer(Archivenère disparatebaladectifnetet Laura DangucArchs boday, « L’introHis nombreutile onalesntée ttéraiiqn Fnde (go96-

7393 mémoire ont étépiElleein quvoire ethiquzre comcyspa-ala vmsre e ttéraii. L’exereutgo96osti texte">7194 question iouerre mo parcourude master la créatile n psychiatrurs autour dactèruse réeeignemenrarchmarges lyspaduesceee ttéraiiqn et go96o La 200xité apst pfgegespanorade, nous av de l’hemmrono,ssiobnt,usistan(noriple dhiobnt,usirs)ronta d’espace éme bnt,nt les adessvnovablisseme ividentes.

l lablisst ac antie ttéraiiévo’obsers et intel lonales et inteoles ebnt,usirsl lbnt,usistanfoprochecinscrdte.dmyslpécifin dans notrouionnmp;eanièrntsa nconde Gues à Colu en 1960 iPèlntravé,nctibs études singaiale ndoi ge/ le genssé dweb. Sns o circulairfgenr,ssioviolorgaquselle, si eisciyteéloig deus a alortatins qsdes snéonalesnt, texte">7195exameNoumbreu spitre parcouan cntralrs rs oré dle » secule rpsyc e ttéraiiévo’obsers et inten u part,onales et intee(maiert sj ssé.udmise ede vxte. L’exe)s sexes. Ains gnifales eutibnt,oqde ttérair (le » secule rpsyc onalesn)tmditioant leexes. Aintion enverla politis detitut en danscs(le » secule rpsyc sés. e)roTr des mitud danscsepplgneun scentlencnes naéchelle é agdweb (os rHis la cirs et meo)agN dons.umyes eplleeroavonut bnt,ndistinctionalea ruit contem tieoa drappravo2vationales ute lLevcin ae tommunautsopulces en. i les ent évoquéemition.s cerrcheuru, às,oupeon iple nde unacévito ques de secux que la mivérlm sede violorgaquse d’une s fina à d’auenrarchme e psésu études singaiale ndoi ge/ le gens rem et chaattentiveearges vmsonn e ttéraiiPèlntravé,Ton dedbouationnelle milieux pemier tt laur des. ques d10-25pemiintroBuzzyes instaumoselleos’agA tieolencnplacetudes su, às o ques dgaiale ndoi ge/ le ge,aumoselleo donnel mme oprofil À quelpe prolors ynthéixitpreblitre aliténacrampNoumbreu spitre ême- parcousncnplrdnn ques dinverfs re hquestion.s certrsist Ains gnifales eutibnt,oqde ttérair garçons.ainnthe r leexesu srcheurlrair iduxiffuples,ttions >tsiovirès les l’offre tanforums peu prçoordiherler, nous av fgenre. Àsobodarmalads cfs types d deo’obseicaverelle erçusriple fragiléeces ins.

hiqs-lgn, texte">7196exameNoumbreuntearate parcou en 19e dwebeouln polaif de dwebee ttéraii en vue deauces neuf itis detidaitnt égne réeeignemac l’oes dès les ae nt le liune esthéticont été e ttéraiiLevbnçu coae nt le livramaeahe Ichassantdivseies rappout sescee, filssotionuvoir letexess dtet quhie pteont insxraiiquelesbophobDmarges eioordiurbôlrontatiole liune esthéticont été lablisinmutn » des ée ttéraiiqn ouln polaiorsemeroquelemps. Es onales ute i une ue recherchs d’humanoir bnt,oqtion au aumanc texte">7197 dernieQes.ncecluétles e se dgrapé? Inalesntfgegéu h, nous acmosaïques ont dmsre e ttéraiiepplgnlLevcyspaala vmsre e ttéraiit ntdivn uporeionnelonmmers ésobodarmalas leexes. Ais ont dérssidé-elless l’lairi ui ont tione rstèmi, onanitmplset des lhiatr, noude vmsae toe e académiqeés dite,qAdria cecha geersisu h, nous acisée à ellition entreenupedérnnebli à Columbde extérieut des nfrontaoutt instaumohie pteont iir lut stimpoque dntravésvde émispfeut hiatre académiqhe Iu, àpsyc2he Ipopintroduitvoquéemition.rapprième19ejncniar ulu la nécerimpoque dntr’icd de Columbia eains ujoeeignemac sirslet de l’hde ttérair éationTyslp. Inalesntne tme ersormationmob ret s’ emins.irésgtves.nceseosugnanouionniès une tioant ut sesceetrucentrôlérs ont dérsde ttérair ommeless hta hruvs ont dmsre iscrl dersoôle’une communs gnifales eenvoyer siencesdes ormalesoneo’obse,temps. Etrice endrees, dir.Cémarche Rennes 2aps s.irésgtves.atsses appravoanquesneluraine ivis deiLa apst plemen apduveqs. Lgénoainemlps s.irésgtves.tion ddéroinc l’letexess nfupp de on des prioritée académieiN anqué ,é trn es bos étudesmatscfs types d deer(Archca l’nssé dweb tion au p aliténi lesscritée académiei texte">7198 mixité ustnde La, voibse,the IRations genrées.ruv"e acadn"oécoles  danscmalasésis’ureme mixi  danscmalas éation le gUlle de rev lgrsc l WomGynaika enteéyc2 Histoire Sextéries.ains dont lequmpéenrarchleshp quiés.

et que la milène J"paSpun iné Paris Sorbonne,Dess >tsi,i texte">7199 mémoire ont étévmsoiévos théits deetions genrées.rpalpaf acadaladà Gde ruine es neuf anoa danscmalas en degazidene acadnl WomGynaika ente.evoir lelqueon Etric lan ugnano d’échut dees d« mmpei texte">71100 derniePe é. i leshoes ions utilisé os thrie s deetions genrées.rpalpafle gU pr aeaée sutes disco À de e uipse danscmalas en degazidenon. Ausinfe dvess, samon choisnraphiquaveHebalades types d dmpél7e.evo200xagN donc pu la trcexes, seedla « dou groonsidéreetions gent iir samhase dignios.

avers acaur les rsitdes nombreins dont leq.udmayu. Dnanuton par7à l7es du paysoduitvoier tfs raïquedér ehis ont imiémarcheedla « p ci>7cs et atendre,rsisu t tr lutre ade formationutae e des malae t egepouociaux emis quels2 auvreudée mo prlaie asn dont ell leipse aysoagni oles, ouvementeaireir et le gens remhe Is ehvec despsyc sclueort et ls la conFrançai. Dnanarivatsion,s eiol iviumrndpuvpat lGde ruitraditionmhasert eé  contes 2uropdentàpsycetruc dg prço l WomlpfeutyleWG). Celter les ensaïqu pbépoqoblae pour le pouditioant uton parcau aumoadectifofieson d et le genlle de é s la conFrançais’a texte">71101exameEns l’idécexes, semon choisnraphiquaveHons utilisé r ulu lelqueoner la pan ugnano d’échutt la lutte poueetions genrée.rpalpafle gUmédide anpsyc uraes d« mmpeiiQ inpourra-t-ouilusieursebligfales eutilusieursci>7cs et Columbdlmeidmystité le gU dvesfragiléemosaïcux genre. Àt lsextérieualitlusieucsouveir apt la ine nemeesceeetin quiruirtu0.<ésisin, .evoir lusieucdisparatecexeso90.

o d’noésiQusieucsseipou cert à une ecux le genrnl7e.evoeosucki Gno200xe de liixitpdanscmalas t dpiuesticonséu psyédide an profpsycps? texte">71102 l’ausin n mort e sur les fcautitla tref anoa danscmalas eeé  ds eene acadnrrcheuryéde acadn psycfcautime smciauxent tduitd lese ectsonnelflrchme tagealaes mala,nt de recevoqsites disco Àion,onnt ellne acadnr fra des mala, ciserlieme minde und receelemps. Es la pniparésgtéagealaes malaiLa ds eendegazidenoe tme eldiaent td.d’épe sut interna onaes fmps.snelsee l’hrcheurrubr> aver la cntinve dérnneblihommesens qui lniparésc opouu mplair.utentiveyéde acadn psycft de rechelle on entdré trn es bos étudespourra-t-que la l’sucki, anoa danscmalas texte">71103 texte">71104examen deioinitmpl D texte">71105 l’aube es neuf noumbres discons utilisé tiolea roobs trratisprisdeelpafle gUide annrnl7e.ese c-corculcevostimplairticone moefes uosist avonutonedlausco,obs tte,the Iimpeccrtiopsycfmarges ittérannelfujet l’hmi, aKtucexeltue texte">71106 question le gUeo200xeas p d lavoiipa pnnesnel d’infuryéds.

qun psyc (mla m, le gUaelfujet,nedlausc)ièmerlappo repr,rt sj sséfre eont ntan l’hôppaniixitmrnalis smrnalis selon nlle de e e des malae iLafle gUide anneeésiteso200xeqe tou de faattentivesdesoisla q d;csouve et comme de beautds évène delearp>hillywoods eff mntds odtrnfet pa pse é cart attes’agArivaont iiqstus ac pxte ea mosaïqonutoniqueoïnadt undlmeimplair.arf’anaisert sieux peKathestrs od e iPès bpteont ,rsatdoimomeeésiteso200xe l’hmplairsdesoittrsistanfle gUnt tduitbibse,tsexyreioneevio À definde asit lelit einsinasnivemplairab ertementto les es na rtommesu quépnnesnelenfdém. texte">71107 l’auouvemente Grand,iqsites disco Àion i l pales pse danscmalas epalpationtgnelsee l’h aerer proobs tr sl le gennousncnn sdetre renpa pt sj ssé.udé selleos’ pse danscmalas ains dont lequ, auon cxiste deuttantapduvemntvidtiveearges se danscmalas epal7ercheur le genavers ac parcau ieualinoumbr sur les fcl’hns ese commeeénnel mme oprofilci>7cs et dée d’dans notre acadnr coimomeet- tvec tsmhe Is ehvss’ peuttane stugaient commus avon ly oizic De , « 7cs et Columbitue texte">71108exameNoumbrstémataétudie lesroobs tr eé ythpsyc ura « bi d’dans notre acadnr ( leurs combi d’dans notr. L’ide) leut s de lntearatees discoleaelles uraes d« mmpepeu grooniltduitd làenines gèle slvandemens éme scolaire offre prlaie anième19ie l’ho d’r vt lin, .eseip choirese queuave emps. Et sa iltduit nous, l lmpns ethaxtendon choi

Laura DanBlménr Lefetrdebras, « L’introUus dejmmeoulnhuman l service ele duesceepxtnexereutaeceusn d et le gempéravCevumbrpxtnexere deioaies enseignan le gen(CRIF)97 76-1982éyc2 Histo 2 moderne ésextériej,irs, diriélène Mparcn Coceudité Paris SorR eff  2s

72109 mémoire oHisto la création,d’espaceuvCevumbrpxtnexere deioaies enseignan le gen(CRIF) de ts disee s deelfales eueexes. Aifs types d dede l’hôe ele duesceeeutaeceusn d et le ge aliR eff mnn et go76o La 1982. Jncniale concepleot la pans éauesceeeutaeceusn d et le ge é la sensi gèl ustgBeranicaverse on des pn leurmpéhe Ible de l’hôpseoulnhumas l’hutie ens parcau ares l’haversutonus l lutteet le ge ntrdnjeur sl le geudautrHetes.(...)<8a>5hôp Js e s qste dauprge qsnépou certoccupdesnrsisravCRIFienseignemduesceeeutaeceusn d et le ge aliR eff p

64110 l’aube liixittypvriet lgo76,e en transidet le ge pxtnexege u mttendle ns gnifales ee acadnren(é seignan le gen. L’exeere se dé seie acadnr civ la cires élèntse dAs gnifalesignan le genvoifs. Àfas olr)alorta’instevosti composant e nxege ’une commuion dn politi one eas gnifalvbrpxtnexelidér d aclter ltas avonsidsrta’instevooissantger le genavers acut bequépn deioaies enseisuon Etricdroqu l’ l’h,cgrcépoquttaquse d’ucmalas ilitthe l73-1974ienseis omposantvt majoion devindeiAprnnédmystisprines epper ta deutnaires. Leeéchelle éc lan ugn CIF aliR eff ,ée transiamrefudSore etadiqueonaude secuignemCIFiPèlon s que,ée transiamdnje : ue texte">71111examens deelfales eueexes. Aifs types d dede l’hôe ele duesceeeutaeceusn d et le ge aliR eff mperçns diséeevend primccaet sidioittans masterura « us dejmmesutCRIF. Bion. Aulencde l’hôu transisoquinde un que socionoanoéretdpuvpaauces neuf itévène deta nothôe ele es gnifalesilps s.si l’odps le genrn9yen d cts ncepleonoycuigurlLevCRIFisentions gen leursconséu soordinerivaité fa ncons s.si l’oplacgenorair t la lutte pemdroquignan le gemntd etadiqrate pept de la pansmo prlaie ashiit as p er(Archivee pepe ttéraiioudit h ejie écle ia peu r revtotntéchetion de rénosrt eetit le gen.e ttérairtiit el’havon ly ie sutsym prhieednjeur slidens. À ucheeetin q ta séchefém.cux vandemensritageala e mas gnifalvbrcheur le genaver cts nprço lCRIFisoproeppcaescmalads con iple dle ns gniolmi, messans. À ranssiger le genu mttendnèreuvgrandsut de rénovaélise à ellignem le geudanièepe mastes renciserdiff is, lad aps. Es s.umystse dansce. ="textandnotes">

72112(...)<9a>6hôp Dheectiartis dejmmesur lsi lnépoquon,dpledenti eute dynammettrs et intel(g lla sentnormes deCIF eu gtgnemCIDF)qoblammunautga

Laura DanColnr Leroy, « L’introLeve quâtté e ttéraiixius990.

l70 cn Fndeéseapalpateraies ncépoquon,ononvrcutga

73113 question Caonagnolene tmemottransidete quâtté e ttée t e e ttérai,lc deéunrnl74ds cbonne. Lir t eldi eff ,csiss id ety ave sen le geudsopron en. ofs et snanstitolocuecevom ont dérsutre ad l’hrcs une ,ferasa dior WG). Cela p ulmottransidete quâttéer(Archivdécexese d’ucmalas earges se990.

l70 cn Fndelit ensuite dve le genrngagle ardnjeu Etricdroqu iluiep regrrans deauuvoire etuus dejmmeoudes iPèlons sposeir ce e quâttudsketch ,c ds’netlg lbatsd aps. Es ittheleles. l’hCela Caonagnoletesuenvievoex le19 . Es se occupfales en ont dérssut de rénovaen le geudcuecevoavonsidi une e l’desmat tiaba e e ttérailLeve quâttén ont dquttant de ridetplaaff rs orceetes. texte">71114 question ttransidetln Caonagnolene tmen transidetplaclell miolors yntaster e ttérai,ltravauaap de ces mie quâttaeucsseipe fruitlLevitthelclcosur lsr coimomencce rs et sitageupe masteroulnhuma,dt une prolors xiffupéits dee(Archca l’tde ttérair gar des femmeqÀ rans, le ce seosacs utions obenesles eation,ononvrcutgasdes mp;eghs ynthrsci>7cs et Columbenvoyer elles mplairntrthr. texte">71115examen dees discosuccn ore ds dee(Archca l’ttions gene earge texte">71116 questiDnanaprnnéest, vs eusgtfpes enseite rechd’espaceeérmatrans,ts utions os easpoevendmystln Caonagnoleuddisersa s dont maladencifpes ense,même tsls ismsidetln noidéeseateraies ncéé la sensirtrsisJunt h Butletrcheur lapesb. i des nssresmat devs eusstis dutiveearges nvoinin ensssnrorm i clell mne poignansteeu gtoulnhumveirgnèree qulri e ttéraiie Gan usieuctla treirgnèrehd’espacjugroonupe deetions genrée.héarges v ociauxcutsdanscsndre,.exes ancqr iduxiscu et sidiofrvice itthelclc. Onudans fet efes utvfin, .uus devs eust uneun scentlfs types d deoapesbde et és maladia eainuvpttde ttérair e mastelleeiLa Ausinfeoe e académiqe enon.muler t deetteôe ele dlle, pcn Àln Caonagnolempéeleucsseipe smentons sposeir eacltemot oireritageala volumbia eaieldi eff .eMpise pa cene e d,ireids-ciiv remteraiespécifine académiqcuecevoavontesuenvrcltemooircheoutt entlencnuto-ionnell enseimarges t sa t de rénovaen le geis dans unslidérvd acfa staumoe académiqcuecevoavedeee(Archiver, le ce seosacln Caonagnoledevichetontesuenv étudesmat aliluoicsouvep rspséme scmbobircheoutt e ttérail texte">71117 l’au traverenc mort eln Caonagnoleudgarçseurm ont dér-t eldi eff ,ne tir lusi lnirl’lee reaireppceusn pou certeacltetasuovaen le geivlle de sextérien. L’exeepliqeooaba es dansqairetrndpuvpao’oqcu-delherlue rrcleceeérmatrans..Ilcsseis selon nedeet ceri . Siitageala volumbe quâttaeucssei rechart,eleucsseitalisationconcee ne ons fé pnneionsin dn p instaue dop rs et slLeve académiqa néce gèle sloutt icaversle deeosstevostilusidmise eanfle gUentite la panga urochs noidésgtf académiqetsgtf acads 2muvemente Grand,iutilusieurs "texte">
Laura DanBlmvoiiPdelusvont e« L’intro"Au r bia eairpheeignemj ss"lLevc Gl’ades éltutiptaentvice es su, às m rt. LiiPds ets Robis,e990.

l60-1970psyc2 Histoire et comme moderne élène C la AndrordiutiElu moeMpïlméé, Ionellesorrs les tess.

mdeabonne97

73118 l’auouvemptaFnde xius990.

l60,iqsitev des enssduite deriqstlle nc dspoquon,onatilepales grtavedis nesin Ddnjeur slnin onc l’ele n e ciale si deus ate tlle,tte’travergarçnautu, àees r,rt /spa oei, eoendre,avonsidi unecéduba aombrlevsoulonneéunrntpduvnadessvnov àescluet simuls fiesproUeeds(1886-1it des negcoles oulndgc l’eyc.

ose c-corali snvujetles u, às ft majooei, e mp;ereids-ciienvoyer ioant sttéer modes femmeqfineas olr,tou de faattentivesis texte">71119examen deraphiques et mte. L’execeéns disées se990.

l60-1970sconséu smoénovaélise à ellignems(1886-194s deus a aeeérmu, àssrerTopr celaud texte">71120 mémoire e masters dans uns arges nvoamp e ele sur une qdean le gemntdra quelpeu groejncles thochs normeot eetitloislituel60-1970soe tme eoyeorrs les théileel. raespdpalpaf acadalairgnèreualesmaladeneeérmu, àssrpeu groecs u, às ft majoanesnn lassdes jaouditreontereauxn genre. Àatscfs types dévranssique la l texte">71121exameMon ont étéd etar rev arçbutidetd l unrehe Ible dans nots’ pseu, às m rtixius990.gn e .eIlcdnépoqmystlnems( vs eusgle dans fhca l À quelnetidetd lvice opderlarnrsis s deetions genrées.Françai mavone si cfa duxius9dolescs d deoei, e m(dutour demi, mdes cé ,psycho texte">71122l60iAprnnéupertiomationutas dufalesilisà d,vsouloombrlevss élèveus9dolescs d d, anoandple ant, voistd l unair ti-ds eussravat leli0. texte">71123 question eu spitre parcouex lorpalpagrnnveidetd l essana 1971pt de lndgceddePds ets-Robisémarche parcouoffairticsur une qfadès letionutagrnnve,dt und etava dujaouditises en atilainemmmeo comme stie reairorm i psyte emne potthe l70. Ee tou lntravéns diséelencn de faces en. ebli à Coluiueexes. Aioutt icde ttérair dtrormoutt veus9dolescs d diCecant étérolocuant lemntvidtice ele dlle, pcn ageup de rénoves éltpseu, às m rtirnl71-l72eeu groe composant i psytesep d lclorghtiveearge RennhlesablEnfin, sse d’concenc texte">71124exameEnétudeaandplepitre parcoudnépoqmystlnemn psychiats t de r demi, 990.

l70. En.muler, aprnnéele n sronorandsuspreblitre sdanscss nceprsis s du, às m rt, s deetions genrées.alitép iscoon.cha geeionelles senobseori socentlLev, nousqhôtuspoualesnle,on desitt dePds ets-Robisrdnjeupravceriqsitesonvrde lndgceionnelle me sm: ue. ofs et snconce es su, às m rt, distinctip iscoon.cha geepsychol6enouditnt tduitsnaniè deent figuà ellig eut o Gl’ades éltuoffrenpes enf

73125 l’aube liixitl7es dalitte à hiaca vis la ssé dsurvice itteis la sncduitqueichcourin et commesence ré fsnénnelconnt ells e vcourinu, às fle gemjugroonnndre,m lese ut. Liibses malaues 1dmploylatidtteis last uneeuvcichetionfujets bnsernn laitoloces encices au XIX , up> epitclecénéralex lorlaiLesurvice itteis la ir apdu moiçnndre,poquonjires. L e ele sur une qdean le ge,urude masteactèrranumssique lstitutiee ele n e ciale sds ft majièmpa notn,s Parion nle ae lss’ peua Ausinf, on des esullad d’ddeo  , up>epitclean l’hôé lassceprsis s dt commer deangluditindre,avoniltduiteent nu entitesnprésidsemble sur une qdrasurvice itteis la rsis s dAes encices. ="textandnotes">
  • 3 7 l’au Aae McCln">(...)<10a>

72126 , up> epitcleclemenmplair.arési d’autn des eentits qu :vit ensuite moiçammunautg ofs et s der le genu mttendnèratismigà elliouctèrranumssin polisistsemmme en vue ded eioordx ruàuxmp;e. 1dmploylatidtteis lasr ta chetionsuorso90.

ageup duveqsoblammunaut duveqssr ee ranumsvss élèsu d’oonciLacialdicsue àrchcouss élèluiepde soioiçlssique éries.angludietoloces enciceousncnnpuyaqstunerecuttudsrçon m la pansmole aees’agAae McCln"> , up> epitcleartisàenrsr ta t1dmploylargnfs diue dero d’rtio eeitaliable,prsi ple entitsynony gUméds éaueoseipsyc2rsi ple entitsynony gUsmole es, dirpsyc2rsi ple entitsynony gUsmole s et ipsyc2rsi ple dvessiée seloi rtnctiethnucmala bio(...)<10a>7hôp

64127 texte">71128 , up> epitcleca nnnve--sieuisens qui lset des ee À quel,sgle ddeo ="textandnotes">

  • 3 8(...)<11a>

72129 mémoire e masternst dts nceprs ynple ehapitres, ouvemehaxtenehapitre,es elles quelnminsemrcc i une s diséednjeur slfrdx vt majdafrvice lerst eurriLeemps, deehapitreimpoque dmccaet sidiohodurrifrdx m72deoIrlmé. En.Angleersor,nlreuin-dle œollets ta t1 i des nséparedts nceeorrs Angludiejièmsnsemrcc in place epp eluif. s deflits. Àranums,iethnu la,diddeodeoIrlmé. Ilts ta t1as gnilads con sartalair d’gnonde,ileel.ette edtsi istseuaclterathonscmssproNe si uteont ,rtidtteis lasr ta cheisgs enséeevendceusn d ie en ocialeees élèntdté ds ehid ie en e mastermemeetionIrlméaleionfurmaépe suttypo(...)<11a>8hôp mpa notn, , up> epitclep mpa notn,malgsrooceig leli0,ileelAfro-Aes enciceir eaclttiIrlméaleionoprotaotthe

"footnotecgo-top"tn6">(..oudteixteu-2747">Hauansmo pge

"footnotecFll" id=Scmbob"tn6">(.. href="1yftn6"f="1y>1 Thomur Laxteur,ferasLpafbquave dee stmpée moidsrçon m rpheeilÀ quelnen OccedansWG). Cebonne97Gs bomsrdin2013p "texte">"footnotecFll" id=Scmbob"tn6">(.. href="2yftn6"f="2">2 EvelyeePeyelnJoë letWisiHe(lèn),ferasM mit rpha- -ilcme s stmp?WG). Cebonne97La D les es ti,i "texte">"footnotecFll" id=Scmbob"tn6">(.. href="3yftn6"f="3">3 Pht ipof Boncetno ,ferasQvonspo-ct avonutcfa du9e ldeo "texte">"footnotecFll" id=Scmbob"tn6">(.. href="4yftn6"f="4y>1 G iscldéPoll> "texte">"footnotecFll" id=Scmbob"tn6">(.. href="5yftn6"f="5">2 marcheon en ors enlauoldrrs sutlitralit si su E eo’obseiéseapsde secuxorrs lesablEnfin, sset u iej,ies 1d.sergnrénosrt egnems(es ee geivs types déouditioant da m soignan 1d.sergndémdon en orsl "texte">"footnotecFll" id=Scmbob"tn6">(.. href="6yftn6"f="6">3 Lmsnsemrcc ipns et cvnt été remises eon sd’o H da mAe l "texte">"footnotecFll" id=Scmbob"tn6">(.. href="7yftn6"f="7">4 Florp eirTamune ,ferasHur une qdersle homos des malanlauEurons..Berli0,iLssgrsCebonne971919-1939WG). Cebonne97Seuteac200xl "texte">"footnotecFll" id=Scmbob"tn6">(.. href="8yftn6"f="8a>5hô ustgBerani>The InstiDutaeceusn alitéloircheurmob ret s’ egarçopatiomaladga "texte">"footnotecFll" id=Scmbob"tn6">(.. href="9yftn6"f="9a>6hô Cfne CMansfieldAitudDelphieldNa thé, ntrodalise à ellirsisTuentrwaet ?éycnsti CLIO moderne é le gemntque ériesWG). Cen° 29ac20092r. 131-14xl "texte">"footnotecFll" id=Scmbob"tn6">(.. href="10yftn6"f="10a>7hô Aae McCln"> "texte">"footnotecFll" id=Scmbob"tn6">(.. href="11yftn6"f="11a>8hô ouvsi d Tayndr Pht mipe, le Meving wt h ans Woén dseTae ng Rae lsiz s’,sMigà ell, amdlDtteisc Workets io ans Ae l ts io"> Whiteàss,iPdeer, amdlInneh WoénWG). CeNew York,iRoutledge972001l "footnotecgo-top"tn6">(..oudteixteu-2747">Hauansmo pge

Ri cypes eirs r c L la"/h3> "t>« ss="paxml:lmg6"fr" lmg6"fr">MHistos canntdatsd a eprix Mnnt syee mémoi yc2erasGqueln& moderne ente.[Etplne ]9719 | Pri s dos (..oudteixteu-2747">Hauansmo pge

(.http://creeeivpentise .org/linde ls/by-nc-nd/4.0/ simgoclt="LindeeirCreeeivpc,om se " utyle6" hr t-width:0yfsrc(.https://i.creeeivpentise .org/l/by-nc-nd/4.0/88x31.png" /> br /> s="paxmlns:dct(.http://purl.org/dc/àens/" Els ty="dct:title"sGqueln& hoderne eexame ost1mitine ois lsi lesullad eonàenre. Àlta"forel6"linde l in6">(.http://creeeivpentise .org/linde ls/by-nc-nd/4.0/ lindeeirCreeeivpc,om se A tvec ell -rboe. 'Ut ret s’ ,om rr élè-rboe. elMo fhca l 4.0 Igenrs et inthôp "footnotecgo-top"tn6">(..oudteixteu-2747">Hauansmo pge "

(.2664yftitle="19 |tSom ane e " " ="tetn6" av"> < <<="tetn6" avEinse <

(.434">Auteurs

(.426">Mots-cliesWG

(.428a>Gées et mtWG

(.429a>Ch Lolt, tWG < as <<="tetn6" avI mtte <

(.2664yass="num">319 | Pri s dos s="paranumbepitle"sGquelnetirngags enssdn mmpee À ursort(XVI , up>-XXI , up>is itcles) mémoi < as <

(.2542yass="num">318 | Automnnt

(.2412yass="num">317 | Pri s dos s="paranumbepitle"sGquelnetitanumssisopulcigrsCeerasinas du ente émoi

(.2224yass="num">316 | Automme s="paranumbepitle"sFle geisuvemmonn (Eurons,aXIX , up>-XX , up> epitcles) mémoi

(.1886yass="num">315 | Automnnt s="paranumbepitle"sLÀ quelnen ursor mémoi

(.1815yass="num">314 | Pri s dos s="paranumbepitle"sLs fle ge rsnivepou umr mémoi

(.1635yass="num">312-13 | Pri s dos-Automnnt s="paranumbepitle"sR secuxorpl le gean le genrne secux mémoi

(.1634yass="num">311 | Automnnt(.1546yass="num">310 | Pri s dos (.1332yass="num">39 | Automnnt s="paranumbepitle"sVoyagsistseuachoderne (s) 2/2 mémoi

(.1124yass="num">38 | Pri s dos s="paranumbepitle"sVoyagsistseuachoderne (s) 1/2 mémoi

(.1027yass="num">37 | Automnnt(.928yass="num">36 | Pri s dos (.748yass="num">35 | Automnnt(.511a>ss="num">34 | Pri s dos (.340a>ss="num">33 | Automnnt s="paranumbepitle"sLs eldintvirair dtro'sur une qdra quelnlauEurons émoi

(.221a>ss="num">32 | Pri s dos (.86yass="num">31 | Automnnt(.85yaT sieux pnues eos as <<="tetn6" avCulnhumse Sent dary <

(.2540a>ss="nuxml:lmg6"fr" lmg6"fr">Nues eo 22 (automnnt(.2541a>ss="nuxml:lmg6"fr" lmg6"fr">Callnfuro pptos n°22 (falln

(.626a>ss="nuxml:lmg6"fr" lmg6"fr">Lforevuè-rCosmalas mémoi

(.630a>ss="nuxml:lmg6"fr" lmg6"fr">Soue reairuusa de st mémoi

(.1527yass="nuxml:lmg6"fr" lmg6"fr">Cudtes-ixteus mémoi

(.631a>ss="nuxml:lmg6"fr" lmg6"fr">I lees parcsd a enuteur-e-s mémoi

(.195yaRevue, essemrcc i te secux m < as <

(.628yass="nuxml:lmg6"fr" lmg6"fr">Cugencts mémoi

(.629yass="nuxml:lmg6"fr" lmg6"fr">Men ells isà d i tC i dits mémoi

(.http://jvoiysls.onsnent ell.org/ quelsur une ? pge=infpes ense "ePn

mdea danscnrée < as <<="tetn6" avSynchca l <

(.http://jvoiysls.onsnent ell.org/ quelsur une /backxteyftitle="Fla eRSS simgoclt="Fla eRSS fsrc(.ime r/es él-iese /rss.png" width(.16" height(.16" / Fla eRSS < as <<="tetn6" avNewslarchre <

(.http://newslarchr.onsnent ell.org">LfoL reaisgle OnsnEnt ell m < as <

le qudass="n>Ac dsmessans mémoi le quda

="tetn6"loginBl>

Login label>

Motnsmo psse label>

Sèeseneceer

Annuler /div> fieldset>

iv> " <<="tetn6" avLogoe <

(.http://jvoiysls.onsnent ell.org/ ititle="Partas deorevuenrnScnvrcus humiceir eacque lsti simgoclt="OnsnEnt ell Jvoiysls fsrc(.ime r/logo-revue-ion.png" /> < as ="tetn6"all"er"> <(.http://jvoiysls.onsnent ell.org/ quelsur une /? pge=map"ePlm deeittWG  – sftn6">(.628yass="nuxml:lmg6"fr" lmg6"fr">Cugencts mémoi  – sftn6">(.629yass="nuxml:lmg6"fr" lmg6"fr">Men ells isà d i tC i dits mémoi   – sftn6">(.http://jvoiysls.onsnent ell.org/ quelsur une /? pge=backxtey>Fla edtsyndscnrée <(.http://jvoiysls.onsnent ell.org/ >N utildhypeoevendOnsnEnt ell Jvoiysls  – sftn6">(.http://www.lodel.org/ >Ént la cistiLodel  – sftn6">(.http://jvoiysls.onsnent ell.org/ quelsur une /lodel/ >Ac ds et une " " // //(..bses ell ]' ).afi r(e' | #ftn6">(..thdby">Cmaladgar ' ); jQ9 ry( '#thdby li' ).css( ". rain","1em 0" ); } } }); }); //]] s/s unpt> var _paqe= _paqe|| []; // atilk orn phons ike "setCuenomDes nsell ishauld bteraandd btfffre"atilkPe rView" _paq.push(['setCuenomVarhrtio', 1, 'Domice',edocation.domice, ' pge']); _paq.push(['enctioCtrn DomiceLinking']); _paq.push(["setDocationTitle",edocation.domice + "/ i+edocation.title]); _paq.push(['atilkPe rView']); _paq.push(['enctioLinkTaeking']); (fu ors e() { var u(.https://pk.n po sto.org/ ; _paq.push(['setTtilk oUrl',eu+'pk.php']); _paq.push(['setShId',e'3']); var d=docation, g=d.creeeeEtentiv('s unpt'), s=d.getEtentivsByTagName('s unpt')[0]; g.profb'pan /javas unpt'; g.async=ynue; g.defer=ynue; g.src(u+'pk.js'; s.urrntNode.inp rsBtfffr(g,s); })(); s/s unpt> s!-- End PiwikChoir-->

s!-- jQ9 ry(docation).ready(fu ors e($) { if ( $.fn.fcybox == uéfceid ) { $.getS unpt(.https://tasic-ociale.onsnent ell.org/js/fcybox/j19 ry.fcybox-1.3.1.ji , fu ors e() { $('a.ifreon').fcybox(); }); } eleeo{ $('a.ifreon').fcybox(); } authurl= $.jionp({ url: ('https://auth.onsnent ell.org/authen ecnrn'), raanbilkPereoni r: 'raanbilk', suc ess: fu ors e( aka) { $('#auth aka').html('simgosrc(.'+ aka.fviese+' > #ftn6">(.'+ aka.url+' >'+ aka.name+' '); $.ajax({ prof: "GET", url: "2747?fpes e=pdfepub&npeentrdurl=1", suc ess: fu ors e(msg){ $('#dlLinks').ociend(msg); } }); }, error: fu ors e( aka){ //$('#auth aka').html(',us ,feftn6">(.https://auth.onsnent ell.org">p>gn in '); $.ajax({ prof: "GET", url: "2747?fpes e=pdfepub&npeentrdurl=1", suc ess: fu ors e(msg){ $('#dlLinks').ociend(msg); } }); } }); $('#plfafgenre.li').l Pa('toughtid',efu ors e(e) {}); $('input[name6q]').focas(fu ors e() { if ( $(tsur).ottr('valun') == 'Se9e l' ) { $(tsur).ottr('valun',e''); } }); }); jQ9 ry(docation).ready(fu ors e($) { $(fu ors e() { if (docation.cookie.indexOf("__cookie lrt=1") == -1) { $("ss="n>").html("ss="num">3By ac ess ng tsur webscki, you acknowledge amdlac ept ans usn of cookiesl ftn6">(\.http://www.onsnent ell.org/6540\">Morccanfpes ense ae émoi s="num">3" s unpt> <="tetn6"onsnbare < ="textandnoonsnent ell

p p ="textandnofirst ftn6">(.http://www.onsnent ell.org">OnsnEnt ell m "sidenotes"ubtiou nav-toggle-shaw"> iv> p p

iv> p p iv> p p ftn6">(.http://books.onsnent ell.org"> s="paranumbepitle"sOnsnEnt ell Books mémoiBooks io ans humin nire.amdles éltscnvrcusWG

iv> p p iv> p p ftn6">(.http://books.onsnent ell.org/catalt,us">Books m

iv> p p iv> p p ftn6">(.http://books.onsnent ell.org/ dansshhre Pdansshhre m

iv> p p iv> p p ftn6">(.http://books.onsnent ell.org">Furansf anfpes ense ae

iv> p p iv> p p p ftn6">(.http://jvoiysls.onsnent ell.org"> s="paranumbepitle"sOnsnEnt ell Jvoiysls émoiJvoiysls io ans humin nire.amdles éltscnvrcusWG

iv> p p iv> p p p ftn6">(.http://www.onsnent ell.org/catalt,us-jvoiysls">Jvoiysls

iv> p p iv> p p p ftn6">(.http://jvoiysls.onsnent ell.org/6438">Furansf anfpes ense ae

iv> p p iv> p p p ftn6">(.http://c lnda.org"> s="paranumbepitle"sC lnda émoiAcademice990ou oentivs

iv> p p iv> p p p ftn6">(.http://c lnda.org/se9e l">Annou oentivs

iv> p p iv> p p p ftn6">(.http://c lnda.org/about">Furansf anfpes ense ae

iv> p p iv> p p p p p ftn6">(.http://hypoansses.org"> s="paranumbepitle"sHypoansses émoiRese9e l blt,s

iv> p p iv> p p p p p ftn6">(.http://www.onsnent ell.org/catalt,us- books">Blt,s catalt,us

iv> /ul>

p p ="textandnolast nav-toggle-shaw"> iv>

iv> p p

iv> p p iv> p p p ftn6">(.http://newslarchr.onsnent ell.org"> s="paranumbepitle"sNewslarchr émoiSubs unbett ans newslarchr

iv> p p iv> p p p ftn6">(.http://se9e l.onsnent ell.org/indexalrt.php?a=des unpt s ss="paranumbepitle"sAlrts.amdleubs unpense émoiAlrtasurvice ae

(.http://www.onsnent ell.org/14043"sOnsnEnt ell Freemium m >

iv> p p fpes ala e (.//se9e l.onsnent ell.org/"in phon6"get"> iv> p p p p cl fieldset>

iv> p p p p cl < /div> p p cliv> iv> p p p p cl s="input name6"q" profbepan "a/

  • iv> p p p p iv> iv> p p p p cl s=s="input profbe ddoto2n13"hejvoiysl ddotoname6"ul" valun(.http://jvoiysls.onsnent ell.org/ quelsur une "dt ccken13t ccken" /
  • ans jvoiysl label>

    p p p iv> iv> p p p p "input profbe ddoto2n13onsnent ell ddotoname6"ul" valun(." / labelnfur6"onsnent ell ddotsinaOnsnEnt ell mlabel> p p p " /div> p p iv> iv> p p p p iv> iv> p p p p cl s= c ut mierofbesubsma idenotesiese iese-se9e l"> émoiSe9e l mémoi c ut m> p " /div> p p fieldset>

    iv> p " /div" /d" " /div ="textandnoe Grxt nav-toggle-shaw"> iv ulidenotes"ubtiou"> iv> p p idenotesbg- av"> cl s= s="paranumbeiese iese-anfp"> émoiInfpes ense émoi émoi

    p p iv> iv> p p p p iv> iv> p p p p cl

    iv> p p iv> p p p p p cl =l /div> p p iv> iv> p p p p iv> iv> p p p p cl =t>Title:" t>

    iv> p p p p cl =dsGqueln& hoderne edd /div> p p iv> iv> p p p p iv> iv> p p p p cl =t>Briefly:" t>

    iv> p p p p cl =ds

    iv> p p p p

  • iv> p p p p edd /div> p p iv> iv> p p p p iv> iv> p p p p edl /div> p p iv> iv> p p p p

    iv> p p iv> p p p p p cl

    iv> p p iv> p p p p p cl =l /div> p p iv> iv> p p p p iv> iv> p p p p cl =t>Pdansshhr:" t>

    iv> p p p p cl =dsAs gninrée Mnnt syee m=ds

    iv> p p p p cl =t>Mentum:" t>

    iv> p p p p cl =dsÉr c L la"/=ds

    iv> p p p p cl =t>E-ISSN:" t>

    iv> p p p p cl =ds2102-5886 =ds

    iv> p p p p edl /div> p p iv> iv> p p p p p

    iv> p p iv> p p p p p cl

    iv> p p iv> p p p p p cl =l /div> p p iv> iv> p p p p iv> iv> p p p p cl =t>Ac ess:" t>

    iv> p p p p cl =dsOnsn ac ess Freemium m=ds

    iv> p p p p edl /div> p p iv> iv> p p p p p p

    iv> p p iv> p p p p p cl ftn6">(.//www.onsnent ell.org/5690yaReadegetas ed ds genrée

    iv> p p iv> p p p p p p p p p p ul /div> p p iv>

    iv> p p iv> p p p p p idenotesbg- av last p p iv> p p p p p p p p p p émoiDOI / RefervrcusWGémoi

    p p iv> iv> p p p p iv> iv> p p p p cl ftranumbeifreon"on6">(.2747?fpes e=tha l Ch refervrcu

    iv> p p iv> p p p p p p p p p p cl ul /div> p p iv> cl !-- /DOI / Ri cypes eisr-->

    iv> p p iv> p p p p p p p p p p clllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll ul /div> p p iv ulidenotes"hare"> ivp p iv idenotesiese iese-twit"er"> ftn6">(.http://twit"er.com/"hare?Grxt=%3Cémo+xml%3Almg%3D%22fr%22+lmg%3D%22fr%22%3EMHistos+canntdats+aux+prix+Mn%C3%A9 syee%3C%2Fémo%3E&url=&via=onsnent ellsaym"ootnotectwit"er c ut m-w oc"> émoiTwit"er mémoi

    ivp p iv idenotesiese iese-fac book"> ftn6">(.https://www.fac book.com/"harer.php?u=%3Cémo+xml%3Almg%3D%22fr%22+lmg%3D%22fr%22%3EMHistos+canntdats+aux+prix+Mn%C3%A9 syee%3C%2Fémo%3E&title="extandnofac book c ut m-w oc"> émoiFac book mémoi

    ivp p iv idenotesiese iese-google-ecti"> ftn6">(.https://ecti.google.com/"hare?url=%3Cémo+xml%3Almg%3D%22fr%22+lmg%3D%22fr%22%3EMHistos+canntdats+aux+prix+Mn%C3%A9 syee%3C%2Fémo%3E&title="extandnogoogle c ut m-w oc"> émoiGoogle + mémoi

    ="teranumbeanéc-right"> iv ="tetn6"auth aka">" /d" " /d c ut midenotesiese iese- av"> c ut m> < !--[if , etIE 9]

    (.https://tasic-ociale.onsnent ell.org/onsnbare /css/ie_onsnbare .css"> < ![enntf]-->" s/html>