Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

Julie Crenn, Frida Kahlo, Un art de l’identité : La Gran Ocultadora

Master 1 - Université de Rennes 2, 2007
Julie Crenn

Entrées d’index

Mots-clés :

Kahlo Frida

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

1Depuis les années 1980, Frida Kahlo est devenue extrêmement populaire auprès du public pour des raisons majoritairement médiatiques et commerciales, c’est pourquoi il semblait important de proposer un travail de réinterprétation de son corpus artistique s’attachant avant tout aux œuvres et à leurs contenus, plutôt qu’aux différentes versions biographiques (souvent erronées) et aux artifices qui lui sont attribués.

2Les œuvres sélectionnées pour le mémoire ont, pour la plupart, souvent été comprises de manière superficielle et stéréotypée, il paraissait alors nécessaire de les replacer dans un contexte culturel singulier et dans une volonté politique personnelle à Frida Kahlo.

3Inscrits dans une période de consolidation et de réévaluation de la critique de l'œuvre de Frida Kahlo, les objectifs du mémoire sont tout d'abord de prendre en compte le contexte dans lequel l'artiste mexicaine a évolué, ainsi que d'en expliciter la portée politique, culturelle et sociale. Il convenait ensuite de proposer une réévaluation de la bibliographie de Frida Kahlo afin d’envisager une synthèse critique élaborée à partir de documents rédigés le plus majoritairement par des auteurs se plaçant dans une veine féministe et post-féministe. Ces documents permettent une reformulation des interprétations stéréotypées des œuvres de Frida Kahlo, qui, depuis les années 1980 sont strictement fondées sur la biographie de l’artiste et sur sa relation avec son époux, le muraliste Diego Rivera. Ces études confèrent une image édulcorée de Frida Kahlo qui devient à la fois une martyre et une icône populaire non seulement mexicaine, mais internationale. Il était nécessaire de montrer que la mise en avant de la vie personnelle de l’artiste ainsi que de sa personnalité pouvait nuire à son étude. En effet, le fait de constamment rappeler ses problèmes physiques, sa volonté présupposée à devenir mère et son amour pour Diego Rivera, a progressivement effacé le contenu politique de son œuvre. Les articles issus des journaux féministes et parus depuis l’année 2000 participent notamment à une réévaluation de son corpus puisque les auteurs s’attachent à des questions cruciales, reprises et analysées dans l’étude.

4Il était donc capital de souligner l’importance d’un art dont André Breton a lui-même écrit en 1938 qu’il est un « Ruban autour d’une bombe ». Le ruban faisant référence au caractère souvent qualifié de « naïf » par les auteurs (du fait du choix des couleurs vives et brillantes, d’un style aplati rappelant l’art populaire mexicain), pourtant Frida Kahlo a traité des sujets souvent inédits entre les années 1930-1950, comme l’accouchement, la fausse couche, la violence conjugale, l’automutilation, la solitude des femmes et la douleur intérieure. Le contenu engagé de son art se traduit également par une affirmation de son appartenance au Parti communiste dont elle devient membre dès 1930, mais aussi par une série de recherches plus personnelles ayant trait à son identité qu’elle a tenté de consolider et de comprendre par la peinture et l’écriture. Il est à noter que les écrits de l’artiste ont joué un rôle décisif dans la recherche, car il était pertinent de baser les interprétations iconographiques sur les textes et le journal de Frida Kahlo.

5Toujours dans une quête identitaire, Kahlo s’est particulièrement penchée sur la question de la représentation du corps de la femme, ainsi que sur les conditions sociales oppressantes et stigmatisantes à l’égard des femmes, elle affichait par là même une conscience féministe précoce développée plastiquement. Elle peignait sans tabou son identité sexuelle, qu’elle soit hétéro ou homosexuelle, en insistant souvent sur son physique androgyne ou sur une hybridité corporelle afin d’exprimer les ambivalences inhérentes à son identité. On voit notamment que sa réflexion sur les femmes s’est développée par le biais de ses propres expériences mais aussi par une série d’identifications aux femmes légendaires de la culture populaire mexicaine, comme la Chingada, la Malinche et la Llorona. Il a également été observé que l’artiste entretenait picturalement un lien étroit avec sa réflexion sur les femmes et la colonisation, qu’elle soit d’ordre territoriale, spirituelle ou corporelle. Dans son œuvre, la conquête espagnole est fréquemment analysée comme le viol d’une terre symbolisée par l’image d’une femme.

6Son attachement à sa culture maternelle, qu’elle soit artistique, artisanale, religieuse ou folklorique, intégrait un élan national apparu dès les années 1920, appelé la Mexicanidad prônant un art strictement mexicain qui ne serait désormais plus influencé par l’Occident. Malgré tout, l’art de Frida Kahlo se révèle être un art indépendant et unique au sein de la production mexicaine, indépendant de par les sujets traités, les formats et les matériaux choisis puisqu’elle s’est attachée entre autre à reprendre la tradition du retablo religieux en lui conférant un fonctionnement personnel et transgressif. La revendication d’un statut indépendant en tant qu’artiste femme et une constante résistance contre les normes patriarcales, faisaient partie intégrante de son message politique.

7Il était finalement essentiel d’étudier le caractère multiculturel de son art provenant de sa double origine : allemande de par son père et mexicaine de par sa mère. Son intérêt pour la culture allemande et plus largement européenne est extrêmement présent dans son œuvre. Elle a donc réalisé des images syncrétiques, mêlant des références issues des cultures européenne, mésoaméricaine et Orientale puisqu’elle a développé dès les années 1940 une recherche poussée sur l’hindouisme, le bouddhisme et le taoïsme. Elle s’est particulièrement intéressée aux différentes mythologies qu’elle a mélangées afin d’y trouver des correspondances symboliques avec sa propre identité. Ses choix iconographiques confèrent aux œuvres un caractère universel. Elle a donc produit un art métisse à l’image de son identité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Crenn, « Julie Crenn, Frida Kahlo, Un art de l’identité : La Gran Ocultadora », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 16 juin 2008, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/275

Haut de page

Auteur

Julie Crenn

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page