Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Régis Revenin, Une histoire des garçons et des filles. Amour, genre et sexualité dans la France d'après-guerre

Paris, Vendémiaire, 2015, 352 p.
Antony Favier
Bibliographical reference

Régis Revenin, Une histoire des garçons et des filles. Amour, genre et sexualité dans la France d'après-guerre, Vendémiaire, 2015, 352 p.

Full text

1L’ouvrage de Régis Révenin est né de sa rencontre avec un fonds d’archives du centre de jeunes délinquants de Savigny-sur-Orge. Travaillant initialement sur l’homosexualité, l’historien, maître de conférences à l’Université Paris Descartes, a mis un certain temps avant de traiter des sources dont il ne voyait pas initialement le potentiel pour ses recherches. Dans la conclusion de l’ouvrage, il confie sa conversion progressive à des documents dans lesquels « on peut entendre la voix, lire les mots, appréhender les gestes, les rires ou les chagrins minutieusement décrits, s’imprégner de l’univers de ces jeunes prolétaires de façon inédite » (p. 15). En effet, la matière archivistique mobilisée permet d’aborder de manière singulière la subjectivité d’adolescents, restituée par leurs mots familiers et sans filtre, de la France des Trente Glorieuses.

2Internat de 200 garçons, situé dans l’Essonne mais à disposition de la justice du département de la Seine, le foyer de Savigny était juridiquement un « Centre d’observation de l’Éducation surveillée » (COPES). 25 000 adolescents y ont été placés entre 1945 et 1972. Il s’inscrit dans le contexte de la Libération, durant lequel les « bagnes d’enfants » sont remplacés par un nouveau dispositif ouvert aux apports des sciences éducatives et psychologiques ainsi qu’à une collaboration accrue entre l’institution judiciaire et les autres acteurs de la protection sociale. Les jeunes placés à Savigny le sont ainsi pour moitié au nom de l’Ordonnance de 1945 : l’essentiel pour vol simple et un cinquième pour « attentats aux mœurs » (faits d’homosexualité principalement). L’assistance éducative, sur la demande des parents, ne concerne qu’une minorité, en réalité, des jeunes placés par la justice dans le centre.

3Les éducateurs et les administrateurs ont consigné dans des dossiers individuels des rapports sur les jeunes dont ils ont la charge ainsi qu’un certain nombre de leurs productions (correspondances, cahiers d’expression écrite). Régis Revenin complète cette étude par un dépouillement des dossiers de procédure correspondants aux Archives judiciaires de Paris. En accord avec les orientations actuelles de l’Association pour l’histoire de la protection judiciaire des mineurs ou de la Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, la méthode choisie ici consiste à dépasser le préjugé qui séparerait l’étude de cette jeunesse de son homologue « non déviante ». Régis Revenin fait, au contraire, la démonstration convaincante qu’il s’agit d’une base possible et fructueuse pour l’histoire du genre.

4L’ouvrage s’organise selon un fil directeur simple, qui va de la connaissance que les jeunes ont de la sexualité à son exercice. Dans le détail, les chapitres portent sur l’éducation informelle (chap. 1), l’éducation officielle (chap. 2), les pratiques de séduction (chap. 3) et les rapports sexuels (chap. 5). Deux chapitres sont plus centrés sur l’expérience juvénile masculine étant donné qu’il s’agit d’un centre de jeunes garçons. L’un traite des « amitiés et amours entre garçons » (chap. 4) et le dernier la construction des virilités (chap. 6). Le genre est entendu, de manière générale, comme « la construction et l’organisation sociale de la différence des sexes laquelle ne reflète pas la réalité biologique, mais construit le sens de celle-ci » (p. 9).

5En accord avec les approches actuelles, Régis Revenin propose des chapitres qui mélangent des entrées thématiques à des conceptualisations plus générales en termes de genre. De la section « La sexualité à l’école ? », on peut, par exemple, retenir la mise au jour du lien qui unit genre et politiques éducatives dans les années 1960 et 1970. La mixité qui s’impose alors témoigne d’un glissement progressif : la société française passe d’une co-éducation dont on redoute qu’elle effémine les garçons et virilise les filles à une mixité qui, au contraire, « hétérosexualise » les jeunes (garçons). C’est d’ailleurs cette « nouvelle configuration – mixité, interconnaissance des deux sexes, encouragement à l’hétérosexualité, découragement des autres formes de désir – qui relance le débat sur l’éducation sexuelle à l’école » (p. 67).

6Le « rapport François » (1947) pose dans la France de l’après-guerre les jalons de cet enseignement dans le cadre scolaire. Il dépasse la simple « information sexuelle » mais intègre la formation personnelle, au prix d’une certaine moralisation, et n’est plus le monopole des sciences de la vie. Contrairement aux représentations courantes, même les forces progressistes défendent encore une vision préventive de l’éducation sexuelle. Somme toute, « tous les écrits libéraux sur le sujet ont en commun de valoriser, plus ou moins explicitement, le couple hétérosexuel et l’amour dans le cadre du mariage » (p. 80). Par exemple, pour la biologiste Odette Thibault, auteure d’un manuel d’éducation sexuelle à destination des lycéens en usage dans les années 1960, « la multiplication des expériences sexuelles est une fuite devant la relation vraie et profonde des autres » (idem).

7Le chapitre « Amitiés et amours entre garçons » conceptualise en termes de genre l’affirmation publique de l’homosexualité en France dans la seconde moitié du XXe siècle. Régis Revenin y bat en brèche l’idée d’une émancipation soudaine des paroles et des pratiques. D’une part, si les années 1970 voient l’éclosion d’une culture gay à travers une presse spécialisée et la création de mouvements d’émancipation, l’époque est encore très répressive : certains jeunes sont placés par leurs parents dans le centre justement à cause de leur homosexualité. D’autre part, les Trente Glorieuses consacrent la transition amorcée depuis le milieu du XIXe siècle : la bisexualité qui ne dit pas son nom, constitutive de l’expérience masculine, au pensionnat par exemple, laisse place à l’affirmation d’une identité sexuelle qui conditionne la vie de l’individu au détriment de la fluidité des pratiques d’avant la révolution sexuelle.

8Paradoxalement, les mouvements homosexuels qui prônaient un droit à l’indifférence et l’intégration « ont […] favorisé l’entre-soi qu’ils dénonçaient mais qu’en réalité nombre de gays ordinaires plébiscitaient » (p. 163). Si changement il y a, il vient plutôt du fait que « pour certains jeunes gays, la période des Trente Glorieuses est […] celle d’une prise de conscience : les gays réalisent qu’ils appartiennent à une catégorie à part, mais dont les pratiques et les identités, à défaut d’être socialement normales, sont finalement assez répandues » (p. 166).

9Loin de constituer une monographie sur les jeunes délinquants du centre de Savigny, l’ouvrage procède donc à un aller-retour permanent entre des analyses des sources, abondamment citées, issues du COPES de Savigny et des réflexions plus générales d’une grande qualité conceptuelle, documentaire et bibliographique. À ce titre, l’ouvrage constituera un auxiliaire précieux et rapidement de référence pour qui s’intéresse aux enjeux de genre et de sexualité dans la France des Trente Glorieuses.

Top of page

References

Electronic reference

Antony Favier, « Régis Revenin, Une histoire des garçons et des filles. Amour, genre et sexualité dans la France d'après-guerre », Genre & Histoire [Online], 19 | Printemps 2017, Online since 01 July 2017, connection on 16 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/2763

Top of page

About the author

Antony Favier

Top of page