Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Clive Thomson, Georges Hérelle, Archéologie de l’inversion sexuelle « fin de siècle »

Paris, Éditions du Félin, 2014, 414 p.
Lola Gonzalez-Quijano
Référence(s) :

Clive Thomson, Georges Hérelle, Archéologie de l’inversion sexuelle « fin de siècle », Paris, Éditions du Félin, 2014, 414 p.

Texte intégral

1Avec cet ouvrage, Clive Thomson se propose de mettre à la disposition des chercheurs et du public un ensemble de textes inédits issus du Fonds Hérelle de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole. C’est principalement en tant que traducteur de Gabriele d’Annunzio et de romanciers italiens ainsi que pour son travail ethnographique sur le théâtre basque que Georges Hérelle fut connu de son vivant. Mais ce professeur de philosophie cachait une autre passion, beaucoup moins avouable auprès de ses contemporains, celle de retracer « l’histoire de l’amour grec » sur laquelle il a recueilli notes et documents pendant une cinquantaine d’années. Les archives déposées à Troyes se composent ainsi de 760 imprimés se rapportant à l’histoire de la sexualité, 68 manuscrits – dont certains de Gabriele d’Annunzio – et d’une quinzaine de dossiers légués par Georges Hérelle en 1926 et 1973, auxquels il faut ajouter 14 dessins donnés par sa petite-nièce.

2Dans une volumineuse introduction, à lire en parallèle de la chronologie biographique qui la suit, Clive Thompson retrace la vie de ce professeur pour qui l’enseignement « ne présente ni une grande passion, ni son activité principale » (p. 27). Les sept chapitres de l’ouvrage offrent une description des différents types de documents déposés et de leur intérêt historiographique, ainsi qu’une transcription d’une partie d’entre eux, parfois accompagnée de précisions concernant la production ou la conservation de l’œuvre de Georges Hérelle. Enfin, un important livret iconographique (48 pages), qui comporte photographies, cartes postales, notes manuscrites et couvertures de livre, permet aux lecteurs et lectrices de se faire une image moins désincarnée de cet incroyable fonds d’archives et de son non moins original auteur.

3Clive Thomson présente Georges Hérelle comme un archiviste et un archéologue de l’inversion sexuelle « fin de siècle » en arguant notamment que ce dernier n’a jamais cherché à atteindre la célébrité mais plutôt œuvré pour la conservation afin que d’autres chercheurs puissent profiter de ses collections. Georges Hérelle, dans une lettre à André Gide datée de 1934, évoquant son ouvrage qui ne verra jamais le jour, Nouvelles études sur l’amour grec, dit de ce dernier qu’il est « livre de bonne foi, écrit en toute impartialité et dans un véritable esprit de justice » (p. 31). Mais, sans aucunement disqualifier son travail et son œuvre, ne pourrait-on le considérer comme un militant gay avant l’heure ? En effet, si sa démarche est bien plus intellectuelle que politique, elle s’attache néanmoins à revaloriser, ou plus exactement à normaliser, l’inversion sexuelle décrite par les savants de son temps en étudiant notamment l’amour grec qui « a tenu une très grande et très honorable place dans l’histoire de la plus admirable civilisation qui ait fleuri sur cette terre » (p. 354).

4Son intérêt pour les principaux auteurs de l’Antiquité comme ses premières démarches archivistiques sont étroitement liés à ses « amitiés de collège », expression qui figure dans sa correspondance adolescente pour désigner les liaisons amoureuses entre garçons. D’ailleurs si la relation que le futur écrivain Paul Bourget (1852-1935) entretient, en 1869, avec l’un de leurs camarades fascine Georges Hérelle, elle l’irrite également car Bourget refuse apparemment de reconnaître qu’il s’agit d’une liaison amoureuse, dans le genre de celle décrite par les penseurs antiques. Ce militantisme transparaît particulièrement dans le chapitre VII consacré aux Nouvelles études sur l’amour grec et qui retranscrit notamment sa conclusion finale. La documentation laissée par Georges Hérelle se doit d’être étudiée comme un rare point de vue livrant, de l’intérieur, un témoignage sur les pratiques homosexuelles qui reflète également la vision d’un homme blanc et aisé de son temps. Ainsi Georges Hérelle n’envisage pas la bisexualité, voit les femmes comme des étrangères ou des êtres d’une espèce différente et considère qu’avec elles les pédérastes « se sentent un peu comme un homme de race blanche avec une négresse. Même si, soit par fantaisie, soit par sadisme, il leur arrive de l’accointer, il ne leur semble pas qu’elle soit tout à fait femelle, et ils ont l’impression d’accomplir un acte qui n’est pas sans analogie avec la bestialité. » (p. 356).

5Indéniablement, la transcription des documents provenant du Fonds Hérelle témoigne de la richesse de celui-ci pour étudier les sociabilités et les pratiques d’hommes homosexuels issus de la bourgeoisie dans la France des débuts de la IIIe République aux années 1930. Et à cet égard, on ne peut que regretter que Clive Thomson manifeste beaucoup de pudeur pour évoquer la vie sexuelle de Georges Hérelle et ne nous donne pas plus d’éléments pour resituer celle-ci par rapport à ce que l’on sait aujourd’hui des milieux homosexuels dans l’Europe de la Belle Époque et de l’Entre-deux-Guerres. En effet, il apparaît assez clairement, si l’on sait lire entre les lignes, que Georges Hérelle ne se rendait pas uniquement en Italie pour des questions de traduction et pour enquêter sur la prostitution masculine mais également pour faire du tourisme sexuel ; lors de son séjour à Naples en 1890, son guide était d’ailleurs aussi son amant. Imbrication entre vie personnelle et questionnement scientifique qui, là encore, ne nuit pas à la qualité des informations recueillies mais qui mérite d’être abordée.

6Plus questionnable est le silence que Clive Thomson maintient sur ce qui transparaît des amours pratiqués par Georges Hérelle et ses amis intimes. On est frappé à la lecture de certaines sources transcrites par le fait que ces hommes, aux positions aisées, ne semblent s’intéresser qu’à des adolescents ou à de très jeunes adultes issus des couches populaires et qu’ils aiment à qualifier d’enfants. Or, le fait que Georges Hérelle ne semble pas envisager de relations homosexuelles entre deux êtres adultes et dans un rapport d’égalité ne peut que donner à réfléchir sur les formes que peut prendre « l’inversion sexuelle » à son époque. Il aurait par ailleurs été important de mentionner combien les conceptions de Georges Hérelle quant à l’amour grec sont considérablement éloignées de ce que l’on sait aujourd’hui des relations pédérastiques antiques. Grâce au patient et minutieux travail de transcription de cet ensemble de documents, Clive Thomson met en évidence tout l’intérêt du fonds Georges Hérelle pour qui entend étudier la sexualité et rendre accessible ces archives jusqu’alors inexplorées. Démarche que n’aurait sans doute pas reniée Georges Hérelle et qui ne peut qu’enrichir l’histoire de l’homosexualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lola Gonzalez-Quijano, « Clive Thomson, Georges Hérelle, Archéologie de l’inversion sexuelle « fin de siècle » », Genre & Histoire [En ligne], 19 | Printemps 2017, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/2769

Haut de page

Auteur

Lola Gonzalez-Quijano

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page