Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Résumés HDR

Patrick Farges, “À hauteur d’homme”. Pour une histoire située de la migration forcée après 1933

Dossier d’habilitation à diriger des recherches (garant : Bernard Banoun), Université Paris-Sorbonne, 2016

Texte intégral

1Dans le sillage de l’histoire des femmes et du genre a émergé, dans les universités anglo-saxonnes des années 1980, un champ d’études, les Critical Masculinity Studies, qui se donnaient pour objet de recherche le masculin problématisé en tant que marqueur de domination dans l’ordre social genré. La constitution de ce champ a marqué une rupture féministe et située dans les sciences humaines et sociales. Les études critiques sur les masculinités se sont également construites contre des approches essentialistes de « la » masculinité pour déployer une compréhension historicisée des masculinités, appréhendées dans leur multiplicité, et à partir des rapports de pouvoir qui les constituent et les hiérarchisent. Relationnelle, multidimensionnelle et intersectionnelle, l’histoire des hommes et des masculinités intègre plusieurs rapports de pouvoir : domination des hommes sur les femmes, domination de certains hommes sur d’autres hommes, mais aussi rapports de domination sociale et rapports de domination raciale.

  • 1 Patrick Farges & Anne-Marie Saint Gille (dir.), Le premier féminisme allemand (1848-1933). Un mouve (...)

2Le dossier d’habilitation que j’ai présenté en 2016 dans le champ des études germaniques (spécialité : civilisation, histoire) s’inscrit à la croisée entre histoire des masculinités, histoire des migrations et histoire juive-allemande. Il s’intitule « “À hauteur d’homme”. Pour une histoire située de la migration forcée après 1933 » et comprend, outre une sélection d’articles scientifiques publiés entre 2006 et 2016 et deux ouvrages publiés en co-direction1, deux manuscrits inédits :

31. Dans le document de synthèse, je retrace les choix scientifiques qui m’ont conduit à ouvrir en direction des études de genre mes recherches sur l’histoire de la migration forcée. Plus particulièrement, je me suis intéressé à l’étude de la migration de personnes germanophones contraintes de fuir l’Allemagne et l’Europe nazie après 1933 : vers le Canada (recherche doctorale) et vers la Palestine mandataire (document inédit d’HDR, voir infra). Il s’agissait d’adopter une perspective d’histoire sociale et culturelle sur un cas de migration sous contrainte et sur la dispersion des Juifs germanophones après 1933. Les sources mobilisées sont principalement des sources narratives (témoignages autobiographiques, entretiens d’histoire orale, correspondances), en vue d’écrire une histoire de la migration vécue ainsi qu’une histoire au quotidien de l’adaptation aux sociétés d’accueil. Travailler au plus près des individus et des sources qu’ils.elles ont produites a été un choix fort dans mon parcours de recherche. Ma recherche insiste en particulier sur l’interaction entre les acteur.es et les « structures », et sur les rapports de pouvoir que le processus migratoire met au jour : bouleversement des hiérarchies sociales, phénomènes d’« ethnicisation », rapports de pouvoir genrés. Le choix d’écrire une histoire des hommes et des masculinités en tant qu’histoire du genre correspond, à mon sens, à un élargissement progressif des questionnements de l’histoire sociale elle-même, en ce qu’elle intègre de nouveaux objets d’étude et de nouvelles perspectives, en lien avec l’histoire culturelle : histoire des femmes, des hommes et du genre, histoire des relations familiales, histoire de la vie quotidienne, histoire sociale du corps.

42. L’ouvrage inédit est intitulé « Masculinités germano-juives dans la post-migration : Le cas des yekkes en Palestine/Israël après 1933 ». Les yekkes – terme longtemps considéré comme péjoratif – sont les Juifs de descendance allemande en Palestine mandataire puis en Israël. Souvent raillés pour leur habitus bourgeois et européen, les yekkes constituent aussi un groupe influent et respecté, notamment pour les « grands intellectuels » – très majoritairement des hommes – qui en sont issus. Il restait à écrire une histoire socialement située des multiples incarnations des masculinités juives allemandes dans la post-migration. Grâce à des travaux d’histoire culturelle existants, on connaissait les différentes conceptions de la masculinité juive et du corps des hommes juifs telles qu’elles étaient véhiculées par les discours antisémites : faiblesse supposée des hommes juifs, soupçon d’efféminement et de réversion de l’ordre genré, et, par conséquent, mise en danger du « bon » fonctionnement de la nation et de ses institutions (dont la famille). Plus récemment, de nouvelles approches se sont éloignées de l’étude historique des discours ascriptifs plus ou moins ouvertement antisémites pour privilégier l’analyse des sources juives et une vision « de l’intérieur ». Le prisme de l’histoire de la masculinité et de ses reconfigurations dans la migration permet d’éclairer de nouveaux aspects de l’histoire germano-juive. Par bien des aspects, les Juifs germanophones en Palestine/Israël semblent avoir maintenu une identité culturelle distincte. Ils ne sont pas les représentants les plus éminents de l’idéal du pionnier (halouts) ou du « Nouveau Juif ». L’un des défis les plus importants pour eux semble avoir été de satisfaire aux exigences du programme genré du sionisme, marqué par une obsession de la régénérescence virile, et par un état de conflit quasi-permanent conduisant à survaloriser les conduites martiales. Or certains, parmi les yekkes, ne pouvaient pas ne pas voir à quel point l’imbrication du nationalisme et de cette nouvelle « masculinité hégémonique » nationaliste – qui leur rappelait étrangement certains aspects de ce qu’ils avaient connu en Europe avant de partir – était dangereuse. La mémoire des yekkes en Israël est ainsi marquée par des dynamiques genrées qui affectent en particulier les représentations du masculin.

Haut de page

Notes

1 Patrick Farges & Anne-Marie Saint Gille (dir.), Le premier féminisme allemand (1848-1933). Un mouvement social de dimension internationale, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2013 ; Maxime Cervulle, Patrick Farges & Anne Isabelle François (dir.), Marges du masculin. Exotisations, déplacements, recentrements, Paris, L’Harmattan (collection « Identités, Genres, Sexualités »), 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Patrick Farges, “À hauteur d’homme”. Pour une histoire située de la migration forcée après 1933 », Genre & Histoire [En ligne], 19 | Printemps 2017, mis en ligne le 05 septembre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/2815

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page