Navigation – Plan du site
Travaux soutenus

Alexie Geers, Le sourire et le tablier. La construction médiatique du féminin dans Marie-Claire de 1937 à nos jours

Thèse de doctorat en histoire visuelle, EHESS, sous la co-direction d’André Gunthert et Rose-Marie Lagrave, soutenue le 27 septembre 2016

Cette thèse porte sur la construction médiatique du féminin dans le magazine Marie-Claire depuis la création du titre en 1937. Trois dates ont été retenues pour dégager une chronologie des récits de genre tels qu’ils ont été publiés par le périodique. Le concept de récit, forgé à la croisée des disciplines, permet d’appréhender le genre dans Marie-Claire comme une mise en intrigue discursive et visuelle, fragmentée et dynamique.

L’année 1937 marque le développement d’un récit lié à la beauté, incarné visuellement par des femmes souriantes ; à partir de 1954 se développe un récit lié au foyer, synthétisé par la formule visuelle d’une femme portant un tablier ; l’année 1968 correspond à un récit d’émancipation. Les deux premiers récits sont articulés au développement d’une production industrielle innovante et destinée aux femmes, cosmétiques et électroménager notamment, mais également aux évolutions des rapports sociaux de sexe ou aux progrès scientifique et technique qui touchent la vie quotidienne.

L’entrée par le visuel de cette étude permet de mettre en avant plusieurs caractéristiques liées à l’élaboration des récits médiatiques : co-construits entre contenus éditoriaux et publicitaires, images et discours et enfin entre producteurs des récits et lectrices. La circulation des formules visuelles propres à chacun des récits sur différents médias est le signe de la normalisation des modèles de féminité proposés. Elle témoigne également d’une réception favorable des récits, permettant de dépasser la qualification d’aliénation souvent employée lorsqu’on parle du contenu de la presse féminine. Ce travail de thèse invite à étudier les représentations médiatiques dans leurs interactions avec les industries productrices qui financent cette presse « féminine » mais également dans leur dimension culturelle et signifiante en ce qu’elles sont liées à l’écriture d’identités genrées. Il invite à prendre en compte les images médiatiques comme des sources heuristiques de l’histoire du genre.