Navigation – Plan du site
Travaux soutenus

Charlotte Gobin, Genre et engagement : devenir « porteur.e de valises » en guerre d’Algérie (1954-1966)

Thèse de doctorat en histoire contemporaine, Université Lumière-Lyon 2, sous la direction de Sylvie Schweitzer, soutenue le 24 février 2017

S’inscrivant à la croisée de trois principaux champs historiographiques – les études de genre, la guerre d’indépendance algérienne en métropole, la sociologie des mobilisations collectives – cette thèse réinterroge les modalités du soutien aux nationalistes algérien.nes dans le contexte de la guerre d’indépendance menée, en France, par le Front de Libération Nationale.

Interroger la matrice des engagements, dans un premier temps, permet de souligner le poids du genre sur la socialisation et la politisation des individu.es avant le déclenchement de la guerre d’indépendance, mais aussi l’influence des représentations socio-sexuées sur la socialisation par l’événement en guerre d’Algérie. Ainsi, au prisme des mobilisations collectives contre le rappel et le maintien des disponibles, puis de la dénonciation des tortures, le rôle socialisateur de l’événement apparaît indéniablement genré. Par ailleurs, l’analyse processuelle de l’entrée dans l’action clandestine, révèle la multiplicité des situations et des « leviers » utilisés lors des recrutements de militant.es, qui apparaissent soit comme la continuité d’engagements antérieurs – par la réactivation d’anciens réseaux militants ou le recrutement au sein de réseaux militants ou professionnels – soit comme une occasion saisie. Dans ces différents cas, les liens interpersonnels et d’amitiés apparaissent primordiaux. L’étude des modes d’entrée dans l’action clandestine permet également de mettre en regard les éventuels besoins du FLN et les compétences des acteurs et actrices du soutien, posant alors la question de la spécificité des profils de militant∙es.

Une étude intersectionnelle des archives de la répression a par ailleurs permis de souligner le poids des constructions sociales, raciales ou genrées dans le déploiement d’un système de surveillance et la définition d’un « public cible », mais aussi sur la perception des formes et des modalités de l’engagement (pro)indépendantiste par les services répressifs. En effet, le système de surveillance et de répression déployé pendant la guerre d’indépendance apparaît fortement orienté vers certaines catégories d’individu∙es, en fonction de préconçus socialement et historiquement construits liés à la race et au sexe des personnes soumises à surveillance, qu’elles soient ou non nationalistes ou impliquées dans le soutien. Mais la perception et la qualification des engagements sont également fortement influencées par une conception hétéronormative et androcentrée de la société. De ces différents schèmes de catégorisation découle alors une représentation genrée des activités (pro)nationalistes par les services répressifs, parmi lesquelles la division sexuelle du travail militant.

De telles représentations, pourtant, ont pu être retournées par les militant∙es, soulignant l’agency des acteurs et actrices du soutien et questionnant plus avant la dialectique entre les représentations et les idées socio-sexuées d’une part, le jeu des pratiques individuelles et militantes de l’autre. Ainsi et à rebours de la perception par les services répressifs d’une division sexuelle du travail militant clandestin, cette thèse souligne la mixité des actions de soutien.

Comme les hommes, les femmes rejoignent un réseau de soutien aux frontistes ou travaillent directement avec les Algérien∙nes, qu’elles soient permanentes de réseaux ou indispensables à l’infrastructure seconde du soutien : dans ces différents cadres, elles transportent fonds, documents et armes, hébergent les militant∙es frontistes, leur servent de chauffeures, leur font passer des frontières, ou encore participent aux activités de la propagande pro-indépendantiste. Au même titre que les hommes, elles sont présentes dans les prétoires comme accusées ou avocates ou participent aux mobilisations collectives carcérales telles que les grèves de la faim ou à leur médiatisation, dans les comités de soutien aux détenus. Comme les hommes, elles s’évadent de prison, prennent le chemin de l’exil et, pour certaines, rejoignent l’Algérie après l’indépendance où elles participent à la construction du nouvel État.

Cette liste, loin d’être exhaustive, montre bien l’omniprésence des femmes, à quelque niveau de mobilisation que ce soit, battant ainsi en brèche la stricte division entre sphères privée et publique parfois érigée en règle pour cette décennie. Pourtant, malgré leur forte implication dans le soutien, cette recherche souligne la moindre reconnaissance du travail politique ou militant des femmes, tant à l’intérieur du groupe qu’au-delà, ainsi que sur les suites éventuelles de l’engagement politique. Ainsi, alors que les femmes sont au moins également engagées que les hommes dans le soutien clandestin, une seule femme a pu être identifiée comme cheffe de réseau et ce rôle demeure très majoritairement masculin. De même, la requalification militante et politique opérée à l’indépendance, l’institutionnalisation de l’action pro-indépendantiste par le biais des associations de solidarité à l’Algérie nouvelle ont entraîné la disparition des femmes : ces organisations sont dirigées et animées par des hommes venant de différents horizons politiques ou syndicaux, confirmant ainsi le caractère masculin de la représentation et de l’exercice de responsabilités politiques.