Navigation – Plan du site
Travaux soutenus

Michelle Paiva, De l’invisibilité des cancers d’origine professionnelle à l’invisibilisation des risques cancérogènes dans le travail des femmes. Une analyse à partir de l'enquête permanente du GISCOP93

Thèse de doctorat en sociologie, Université Paris 8, sous la direction de Régine Bercot, soutenue le 17 novembre 2016

Notes de la rédaction

Ce travail a été récompensé par le prix de thèse de l’Institut du Genre 2017

Plus de quarante ans après les premiers rassemblements du mouvement de libération de femmes, des transformations importantes attestent de cette quête pour la réduction des inégalités entre les sexes. Le travail des femmes, qui a toujours existé, a gagné en visibilité et reconnaissance avec l’incontestable féminisation du salariat. Une tendance constatée parmi les pays européens avec des taux d’activité féminine s’élevant presque à la moitié de la population active, selon les particularités nationales. En France, la maternité a cessé de rimer avec l’arrêt d’activité pour laisser la place au cumul des tâches domestiques et de la vie professionnelle. La progression du niveau de scolarité des femmes a permis leur entrée dans des métiers auparavant réservés aux hommes. Cependant, dans une moindre mesure, puisque plus de la moitié de la population active féminine reste concentrée sur les mêmes six catégories socioprofessionnelles qu’il y a quarante ans. La division sociale et sexuelle du travail tente de rendre compte des enjeux de la persistance de cette situation de partage inéquitable des places sur le marché du travail. Dans un contexte politico-économique, fondé sur la rationalité économique, le projet d'intégration internationale des marchés impose de nouvelles formes d’organisation du travail pour des hommes et des femmes. Celles-ci, notamment caractérisées par l’introduction de pratiques flexibles, ont pour conséquence de fragiliser les travailleurs-ses. La concentration d’environ trois quart des actif.ve.s dans le secteur tertiaire, témoigne d’une stratégie de réduction des coûts de production, par l’économie des cotisations sociales. Dans ce cadre général la thèse s’intéresse aux répercussions de ces transformations sur la santé des femmes actives.

Notre terrain d’observation est centré sur les nouveaux cas de cancer étudiés par le Groupement d’Intérêt Scientifique de Surveillance des Cancers d’Origine Professionnelle (GISCOP93). Nous avons, à partir des reconstitutions des parcours professionnels d’hommes et de femmes atteint.e.s de cancer, étudié l’inscription des hommes et des femmes dans l’évolution de la division du travail et des risques, en prenant appui sur la connaissance des expositions professionnelles aux cancérogènes. Nous savions que, entre mars 2002 et mai 2010, pour 808 des patients hommes participant à l’enquête, 714 soit 88 % avaient été considérés par les experts du GISCOP93 comme exposés à des cancérogènes et que dans 27,5 % des cas, la maladie professionnelle avait été reconnue par la CPAM. Du côté des femmes, 113 soit 64 % des 177 patientes souffrant d’un cancer avaient été considérées comme exposées à des cancérogènes dans leurs activités professionnelles, mais pour seulement 6, soit 5,3 %, d’entre elles, la maladie professionnelle avait été reconnue.

Ainsi, il était intéressant de rechercher les facteurs qui contribuent à la construction d’un tel écart entre les travailleurs et les travailleuses exposé.e.s à des cancérogènes. De quelles connaissances dispose-t-on sur les réalités du travail des femmes et des hommes et dans quelle proportion ces connaissances sont-elles prises en compte pour promouvoir une réparation en phase ? Bien que les inégalités sociales de santé concernent certaines catégories professionnelles indépendamment de leur sexe, nous avons émis l’hypothèse que les travailleuses accumulaient des obstacles les éloignant de la reconnaissance et de l’indemnisation du cancer professionnel.

Enfin, cette thèse soutient que les femmes sont concernées par un phénomène d’invisibilisation des atteintes cancérogènes à leur santé au travail. Les processus de différenciation des hommes et des femmes se (re)produisent aux niveaux macro, méso et microsocial. Ils se situent au niveau de la construction des connaissances et de la production des conditions pour la reconnaissance du cancer en tant que la maladie professionnelle mais aussi au niveau des mobilisations sociales et du rapport subjectif des travailleur.se.s au travail et aux risques. Les femmes sont davantage sur-visibilisées par des explications à tendances naturalistes et invisibilisées par rapport à ce qu’elles accomplissent en tant qu’actrices sociales. Par conséquent, c’est bien la question des risques toxiques encourus par les femmes dans leur travail qui peine à être pensée, que ce soit par les chercheur.e.s, par les politiques et professionnel.le.s en charge de la prévention et de la réparation des maladies professionnelles ou par les travailleuses elles-mêmes.