Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

Anne-Hélène Allirot, Filiae regis Francorum : princesses royales, mémoire de saint Louis et conscience dynastique (de 1270 à la fin du XIVe siècle)

Université Paris X-Nanterre, 2007
Anne-Hélène Allirot

Texte intégral

1L’étude propose une histoire du sang royal au féminin. De 1270 à la fin du XIVe siècle, le statut des princesses royales en France est en cours de normalisation. Les filles du roi sont progressivement exclues du trône, des apanages et de la pairie. Mais la canonisation de Louis IX et la valorisation du lignage royal renforcent leur prestige. Elles obtiennent, sinon un patrimoine, du moins un rang spécifique et la reconnaissance d’une qualité. Les « Filiae regis Francorum » sont ainsi le résultat d’une construction qui s’élabore entre 1270 et 1380. L’évolution de l’État royal génère la naissance d’une élite féminine, titulaire d’une fonction d’auxiliaire et de représentation auprès d’un gouvernement par la grâce. Intercesseur du sacré, médiatrice en faveur de la paix, la princesse participe de la gloire du lignage de France. Elle se doit de faire rayonner cette gloire dans l’ensemble de l’Occident en réalisant un beau mariage. La princesse descendante de saint Louis est celle qui rapproche de la « noble souche » par son sang et qui sacralise le lignage par la transmission d’une memoria d’exception.

2Les dernières princesses capétiennes ont un rôle important dans la construction de la mémoire de saint Louis et dans la diffusion de son culte. Au cours de cette période, la conscience dynastique passe par une célébration des rois défunts, mais aussi de leurs parents, hommes et femmes. C’est un domaine dans lequel la présence féminine est acceptée aux côtés de celle des princes, du fait des liens étroits entre les parentes du roi et le sacré. Enfin, ces princesses ont encouragé une production littéraire et iconographique visant à conforter l’idée de la continuité dynastique des Capétiens aux Valois, et contribuant à l’exaltation du lignage royal et à sa sacralisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Hélène Allirot, « Anne-Hélène Allirot, Filiae regis Francorum : princesses royales, mémoire de saint Louis et conscience dynastique (de 1270 à la fin du XIVe siècle) », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 14 juillet 2008, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/322

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page