Navigation – Plan du site

Genre et politiques urbaines

Regards sur les inégalités hommes-femmes en ville
Gender and Urban policiesInequalities between men and women in urban areas
Corinne Luxembourg et Dalila Messaoudi

Texte intégral

1Si les travaux sur le genre en géographie francophone sont, somme toute, assez récents, ils peinent à être mobilisés par les différents acteurs de la fabrique de la ville. Les incitations à intégrer le genre dans les politiques publiques ne sont pas inexistantes : elles percolent peu à peu dans les cahiers des charges d’aménagement, de rénovation urbaine. Elles sont de plus en plus présentes dans les processus de diagnostics partagés et de concertations, elles s’immiscent plus lentement dans les appels d’offre à maîtrise d’œuvre (comme les réaménagements des places parisiennes).

2Cette progression difficile est toutefois inégale selon les échelles d’action, les contextes politiques. Lire les politiques urbaines au prisme du genre revient à adopter une analyse critique de processus de domination sociaux et spatiaux.

Des politiques urbaines…

3Les politiques urbaines désignent autant les politiques publiques mises en œuvre à l’échelle d’une ville, où l’urbain n’est qu’un espace de projection d’une politique sectorielle (urban policies), que les activités politiques qui se déroulent en ville, où l’urbain est le creuset de manifestations, de mobilisations sociales, de conflits, de créations spécifiques à ce territoire (urban politics). Cette analyse des territoires urbains est issue des travaux francophones des années 1960-1970 qui ont vu émerger les notions de droit à la ville, de production de l’espace (Lefebvre, 1968), de construction sociale des territoires, de l’espace vécu (Frémont, 1976), mais aussi la dénonciation de l’intervention de la classe dirigeante sur la production urbaine traduite par la constitution de Groupes d’action municipale à Grenoble ou d’Ateliers publics d’urbanisme à Lille et dans 150 autres communes françaises. Si bien que le terme de politiques urbaines est d’abord principalement mobilisé dans des travaux de sociologues et de géographes (et non pas de politistes) marxistes (Dormois, 2015).

4L’évolution de la notion contribue à lui donner une définition plus large, perdant peu à peu son contenu dénonciateur et revendicatif dans le même temps qu’on lui attribue la nécessité de veiller à la bonne gouvernance, le conditionnement de son efficacité à l’attractivité des territoires urbains, à leur sécurisation, à leur « créativité » ou leur caractère innovant, « entrepreneurial ». Cette mutation participe pleinement de ce que David Harvey rapporte comme étant une réponse à la question : « comment les gouvernements urbains peuvent-ils combattre l’érosion de la base économique et fiscale qui frappe de grandes villes du monde capitaliste avancé ? » posée lors d’un colloque tenu à Orléans en 1