Navigation – Plan du site

Matthieu Noucher, Les Petites Cartes du web

André Buisson
Référence(s) :

NOUCHER M., 2017, Petites Cartes du web (Les). Analyse critique des nouvelles fabriques cartographiques, Paris, Editions Rue d’Ulm Collection Actes de la recherche à l’Ens n° 18 (publications électroniques / digital publications), 70 p.

Texte intégral

1Tout comme il existe une petite histoire à côté de la Grande Histoire, Matthieu Noucher met en évidence la floraison, au cours de ces dernières années, de « petites cartes » à côté des Grandes cartes, ou cartes officielles. L’auteur s’interroge : la conception d’une carte est-elle aujourd’hui à la portée de tout un chacun ? La carte peut-elle devenir l’instrument d’un contre-pouvoir, une contre-carte face à la voie officielle ? Comme il le rappelle en introduction, faire une carte, c’est imposer visuellement une opinion par « l’effet de vérité des cartes et leurs intentionalités masquées ».

2L’auteur aborde ce problème complexe en trois chapitres. Le premier, consacré à « La fin des grands récits cartographiques », montre qu’à l’origine se trouve la grande aventure de l’exploration humaine de la terre. La carte est alors l’outil de diffusion de cette information éminemment politique. Cependant, depuis ces dernières décennies, la production de données géographiques semble échapper à l’autorité politique pour passer aux mains de groupes non officiels ; les acteurs « de toute nature et de toute origine (peuvent) produire des fonds de cartes consacrés, autonomes, maléables… » (p. 23). Nous sommes ainsi entrés dans une ère de profusion des « petites cartes » par le biais d’un « crowdsourcing » ou approvisionnement par la foule, en l’occurrence par « des communautés d’utilisateurs plus ou moins structurées » (par exemple OpenStreetMap).

3Le second chapitre, « Vers un renouvellement de la critique » intègre l’idée que la production cartographique n’est pas neutre et qu’elle influe sur le mode de pensée et le changement social, notamment par son effet de précision des données.

4Dans le chapitre 3, l’auteur illustre son propos avec « des cartes en train de se faire » (études de cas en Guyane). L’un des exemples majeurs et des plus contestés est celui de l’exploitation minière, où l’on distingue la carte officielle d’orientation minière de la carte de l’activité minière interdite et de tout ce qu’elle sous-entend de pollution, de flux de travailleurs clandestins, de déforestation… qui touchent un territoire étendu sur environ 75% de celui de la Guyane française ! Orpailleurs, sociétés minières, populations d’Indiens, sont parties prenantes dans la production de cartes permettant la reconnaissance de leurs revendications. L’autre exemple illustrant ce texte est trouvé dans la production d’une carte de diffusion des toponymes amérindiens. Si les dictionnaires toponymiques et les bases de données comme GeoNames correspondent bien aux cultures « occidentales », les données sont différentes dans le cas de populations nomades en milieu sylvestre.

5En conclusion à ce petit essai, l’auteur propose de « réarmer la critique cartographique » face à la profusion de ces « petites cartes », tout en acceptant leur fabrication comme une évidence et un besoin sociétal. Le thème avait déjà été abordé sur l’internet dans le blog initié par Thierry Joliveau (https://mondegeonumerique.wordpress.com/)dont le parti pris est « (d’) analyser la géonumérisation du monde telle qu’elle va : cartographie, SIG, globes virtuels, cyberespace… » et ce petit livre, avec sa bibliographie (à compléter par les éléments mis en ligne sur le site http://patiencesgeographiques.org/​pcw/​), nous en fournit les bases théoriques. Il sera lu avec intérêt par tous ceux qui s’intéressent aux enjeux sociopolitiques des nouvelles formes d’écritures géographiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Matthieu Noucher, Les Petites Cartes du web  », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 17 octobre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10335

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals