Navigation – Plan du site

En souvenir de Jacques Bethemont

Anne Honegger

Texte intégral

  • 1 On pourra consulter la page jointe qui contient la liste des contributions de J. Bethemont à la rev (...)

1Ma rencontre avec Jacques Bethemont date de la rentrée 1982 à l’Université de Saint-Etienne. Alors directeur de l’URA 260 du CNRS et directeur de la Revue Géocarrefour, il assurait le cours sur l’environnement. Son objectif – l’acquisition des notions essentielles sur ce thème –, était largement dépassé. Au fil des séances, Jacques Bethemont nous faisait partager avec enthousiasme les projets de recherche sur lesquels il travaillait : nous attendions ainsi, par exemple, de semaine en semaine, l’avancement des travaux menés sur la Loire. Le cours était très ancré dans l’actualité nationale et internationale, avec des réflexions sur l’aménagement, sur la politique en matière d’environnement, sur les nouvelles procédures, telles par exemple les études d’impact, initiées par le Ministère de l’environnement. De la même façon, nous suivions pas à pas l’élaboration des numéros de Géocarrefour – nombreux étaient les étudiants abonnés – de ses articles1, de ses ouvrages.

2En licence, un cours sur « les agricultures dans le monde », mutualisé avec les étudiants préparant le Capes, nous avait tous passionnés. Il multipliait les exemples nous emmenant loin de la salle de cours : récits de missions – Etats-Unis, Hongrie, Sénégal, Mali, Italie, Egypte… de delta en delta… – et, du culinaire aux grands enjeux économiques, politiques, environnementaux, tous les grands thèmes étaient abordés, jusqu’au niveau de l’espace vécu et aux conditions de travail et de vie des paysans rencontrés. Nous découvrions toutes les facettes du travail d’un géographe et la place du terrain dans le processus de recherche.

  • 2 Christian Daudel, 2010, Jacques Bethemont, géographe des fleuves, Paris, L'Harmattan, Patrimoine de (...)

3Jacques Bethemont2 n’arrivait jamais en cours sans une pile de livres qu’il ouvrait et commentait tout au long de la séance. Le cours était fortement structuré, son contenu se construisait dans l’interaction ; l’utilisation de diapositives permettait des « leçons de paysage ». Chomérac était un référent constant : cela aurait pu être « Le paysage vu depuis la fenêtre de ma maison », avec l’exemple du réseau d’irrigation ou encore l’évolution de l’arboriculture. Nous intégrions ainsi les notions de changements d’échelles, les dynamiques socio-spatiales, les trajectoires temporelles, les mutations paysagères etc. L’approche systémique était la clé de lecture principale. Il s’emportait parfois, nous trouvant insuffisamment réceptifs, manquant de recul réflexif. Les conclusions étaient systématiquement une typologie qui – toujours magistrale – remettait de l’ordre et de la clarté dans le foisonnement et la diversité des informations transmises.

4Il innovait pédagogiquement, faisant préparer aux étudiants de licence des dossiers d’études de cas, des fiches de lecture à destination des étudiants de Capes. Il nous responsabilisait ainsi et créait des liens entre les promotions et il a largement contribué, par un temps jamais épargné, à la réussite de nombreux étudiants aux concours de l’enseignement. Cette constante association des étudiants à ses questionnements de recherche se retrouvait également lors des colloques auxquels nous étions conviés ; ainsi par exemple, le colloque « Lire le paysage, lire les paysages », organisé à l’Université de Saint-Etienne en 1983, nous avait permis de rencontrer les principaux spécialistes de la thématique.

  • 3 Le fonds Maurice Le Lannou a été constitué depuis la fin du XIXe siècle par la Société de géographi (...)

5Avec l’entrée en maîtrise, commençait la circulation « des boites vertes » entre Lyon et Saint-Etienne. Ces boites-archives, soigneusement préparées et étiquetées par Mademoiselle Dugas, documentaliste à l’URA 260, mais aussi complétées par Jacques Bethemont, contenaient principalement des « tirés à part » d’articles. Nous les attendions impatiemment. Lui-même était très attentif à l’enrichissement du fond de la bibliothèque d’unité. J’ai été frappée, à mon retour à Lyon en 2005 – après deux décennies passées à Montpellier – de constater combien la bibliothèque était le miroir de sa trajectoire de recherche de « géographe des fleuves »3. Les sujets de mémoire de maîtrise nous étaient proposés. J’ai ainsi travaillé en binôme sur une approche paysagère de la vallée du Lignon du Forez. Le suivi du mémoire était d’une grande régularité, accompagné de visites de terrain et d’échanges constants parsemés de conseils de lecture toujours éclairants. Il nous impressionnait par l’étendue de sa culture, notamment gréco-latine. J’ai bénéficié de ce même accompagnement durant mon année de DEA préparée à l’université de Montpellier puis de ma thèse soutenue en 1990 portant sur les conflits pour l’eau en Camargue, sujet vers lequel il m’avait orienté en écho à une recherche en cours sur les deltas méditerranéens.

6Après mon recrutement au CNRS en 1991, il n’a jamais cessé de s’intéresser à mes travaux, de venir sur mes terrains de recherche en Languedoc, de répondre à mes sollicitations d’intervention en colloque, de productions d’articles d’ouverture aux numéros de revues thématiques que je coordonnais, etc. Sa présence a été constante. Lors de la rédaction de mon HDR soutenue en 2008 et intitulée « Regards sur les paysages de l’eau. Evolution des usages de l’eau, dynamiques du territoire et mutations paysagères en Méditerranée occidentale », ses conseils et ses relectures minutieuses du manuscrit ont été déterminants en particulier pour la rédaction de la partie sur les perspectives de recherche, qui constituent encore aujourd’hui ma « feuille de route ». Il suivait avec attention les inflexions données à la revue Géocarrefour et s’était réjoui, lors de notre dernier échange téléphonique en juillet 2016, de la préparation de son passage à l’Open Access et de la possibilité ainsi d’une diffusion augmentée des articles. Après son départ en retraite, il était resté un contributeur régulier de la revue, au travers de coordination de numéros thématiques, de livraisons d’articles mais aussi de nombreuses recensions d’ouvrages. Il était toujours curieux des recherches en cours sur les thématiques de l’eau et du paysage. De la même façon, il m’interrogeait sur le projet de recherche d’EVS et sa mise en œuvre. Fondateur du laboratoire de Géographie Rhodanienne en 1973, il l’avait dirigé jusqu’en 1995, et n’avait cessé depuis de suivre son évolution.

7Ce dialogue ininterrompu avec Jacques Bethemont durant plus de trois décennies a considérablement enrichi ma façon de penser, de comprendre les interfaces hommes/nature ; le professeur qu’il était a infléchi mon choix d’insertion dans le monde professionnel, il a orienté mes engagements à la direction de la revue Géocarrefour, dans l’équipe de direction ; enfin, coreligionnaire, il m’a fortement marquée personnellement. Ces échanges me manquent…

Haut de page

Notes

1 On pourra consulter la page jointe qui contient la liste des contributions de J. Bethemont à la revue Géocarrefour rassemblée par André Buisson : https://geocarrefour.revues.org/10339.

2 Christian Daudel, 2010, Jacques Bethemont, géographe des fleuves, Paris, L'Harmattan, Patrimoine des Géographes. Et, à l'occasion de la parution de l'ouvrage co-publié par J. Bethemont et J.-P. Bravard, Pour saluer le Rhône, https://geocarrefour.revues.org/9923

3 Le fonds Maurice Le Lannou a été constitué depuis la fin du XIXe siècle par la Société de géographie de Lyon, puis par l'Institut des études rhodaniennes (1926) et par le Laboratoire de géographie rhodanienne auquel a succédé l'UMR 5600 "Environnement Ville Société". Ce fonds a rejoint les collections de la bibliothèque Diderot de Lyon en 2011, il est signalé dans le catalogue et à disposition des lecteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Honegger, « En souvenir de Jacques Bethemont », Géocarrefour [En ligne], Actualités de la revue, mis en ligne le 15 novembre 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10341

Haut de page

Auteur

Anne Honegger

Directrice de recherche CNRS, UMR 5600 Environnement ville Société – ENS-Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals