Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Licia Valladares, La favela d'un siècle à l'autre. Editions de la MSH, coll. Horizons américains, Paris, 2006, 229 p.

Bernard Bret
p. 192

Texte intégral

1Spécialiste reconnue du problème des favelas de Rio de Janeiro, Licia Valladares a publié sur la question de multiples travaux qui font autorité à l'échelle internationale. Avec son dernier livre, La favela d'un siècle à l'autre, elle nous donne à lire un texte d'un genre nouveau, et, disons-le tout de suite, passionnant. Il ne s'agit pas d'une géographie ou d'une sociologie des favelas, encore que l'ouvrage comporte de multiples informations et analyses qui relèvent de ces disciplines, mais, pour reprendre ses propres termes, de la production des représentations sociales de la favela (p. 61). Licia Valladares, dont la formation en sociologie et dans les sciences politiques s'est nourrie des traditions française, brésilienne et nord-américaine, va de la sociologie de la favela à la socio-histoire de ses penseurs (p.13). Le résultat est remarquable. Il montre comment la perception des favelas par les observateurs extérieurs a changé au cours du temps, depuis que, il y a maintenant un peu plus d'un siècle, est apparue la première favela sur les pentes d'un morro de Rio de Janeiro.

2Dans un premier temps, au début de XXe s., c'est au nom de l'hygiénisme et d'un souci d'embellissement urbain que les favelas sont dénoncées. La seule position raisonnable paraît être la destruction de ces constructions illégales… position raisonnable selon certains, mais position irréaliste et que vient contrecarrer dès les années 1920 l'idée qu'une politique de logements populaires doit être conduite parallèlement à toute intervention d'éradication. Autre idée elle aussi peu réaliste devant la croissance urbaine qui s'accélère et, avec elle, l'extension des constructions informelles. C'est donc dès les années 1930 qu'est retenue l'idée alternative d'améliorer sur place les conditions de vie des populations faveladas, et ce d'autant plus que les textes réglementaires (Licia Valladares mentionne notamment le Codigo de Obras adopté par la municipalité en 1937) reconnaissent de fait l'existence des favelas. Si des opérations de relogement ont lieu dans la période de l'Estado Novo avec la construction de parcs prolétaires, dans une démarche non dépourvue d'un souci de contrôle des bénéficiaires, il devient évident dès cette époque qu'il faut agir surtout à l'intérieur des favelas existantes. Pour cela, une meilleure information est indispensable : après le dénombrement publié par la municipalité de Rio de Janeiro en 1949, c'est en 1950 que, pour la première fois, le Recensement général du Brésil fait apparaître les favelas en tant que telles. Dans les décennies 1950 et 1960, l'approche va donc rompre avec le préjugé négatif nourri antérieurement envers les populations concernées et va, au contraire, valoriser la favela comme communauté sociale. Quittant le registre de la réprobation et de la charité ou du paternalisme, la démarche adoptée relève dès lors des sciences sociales. Dans des pages qui comptent parmi les meilleures du livre,  Licia Valladares met en lumière certaines figures pionnières, tel Louis Joseph Lebret, fondateur d'Economie et Humanisme (l'enquête menée par ses équipes et parue en 1960 sous le titre de Aspectos humanos da favela carioca dans le quotidien O Estado de Sao Paulo devait rester longtemps l'étude de référence), Dom Helder Camara, à l'époque évêque-auxiliaire à Rio de Janeiro avant d'être nommé à la tête du diocèse de Recife, l'anthropoloque américain Anthony Leeds. Elle montre aussi l'implication des volontaires du Peace Corps dont la bonne volonté ne compensait pas l'inexpérience. Quoi qu'il en soit, cette période fait ressortir des points très importants : le constat que les favelados ne forment pas un groupe à part qui ne participerait pas de la vie urbaine, le fait que les favelas ne présentent pas une homogénéité sociale et qu'au contraire il existe une réelle diversité des conditions sociales parmi leurs habitants, la recommandation d'améliorer sur place – les Brésiliens parleront d'urbanisation des favelas – plutôt que de démolir. Dans les années 1970 et postérieures analysées dans le troisième chapitre, Licia Valladares explique l'essor des recherches par la mise en place au Brésil des études doctorales en sciences sociales : dans la banque de données Urbandata-Brasil qu'elle a construite, elle a dénombré pas moins de 838 références sur les favelas de Rio de Janeiro pour la période 1906 - 2002, la plupart récents, comme si les quartiers d'invasion étaient à leur tour envahis par les chercheurs. Mais, paradoxalement et peut-être parce qu'elles répondent à une demande sociale et politique, ces recherches vont reprendre et consolider ce que l'auteur dénonce comme des dogmes : la spécificité des favelas alors que les formes de l'habitat pauvre sont multiples, la pauvreté des favelados alors qu'il n'y a pas homogénéité des revenus dans les favelas et que de nombreux pauvres habitent ailleurs.  La banlieue Nord de l'ancienne capitale montre en effet qu'il y a difficulté à faire la distinction entre favela et non-favela dans les zones périphériques populaires (p. 162). Inversement, l'équipement commercial étoffé de la Rocinha, la plus grande favela située dans la zone Sud, montre que n'y résident pas seulement des pauvres. S'en tenir néanmoins à l'idée d'une singularité de la favela tient-il à la rigidité de certaines structures d'aide ou à une  représentation visant à sa patrimonialisation ? Licia Valladares pose la question et termine son ouvrage sur les menaces que fait courir la violence, notamment celle des narcotrafiquants, aux  populations de certaines favelas.

3Cette intelligente réflexion sur les favelas et sur les regards qui se sont tournés vers elles est d'une forte utilité : au fil de pages bien pensées et bien écrites, le lecteur prend un réel plaisir intellectuel, accroît ses  connaissances sur le sujet et prend mieux conscience de la distance qui peut séparer les réalités et les représentations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Bret, « Licia Valladares, La favela d'un siècle à l'autre. Editions de la MSH, coll. Horizons américains, Paris, 2006, 229 p. », Géocarrefour, vol. 81/3 | 2006, 192.

Référence électronique

Bernard Bret, « Licia Valladares, La favela d'un siècle à l'autre. Editions de la MSH, coll. Horizons américains, Paris, 2006, 229 p. », Géocarrefour [En ligne], vol. 81/3 | 2006, mis en ligne le 30 janvier 2008, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/1524

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals