Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

MONNIER G., 2000, L’architecture moderne en France, t.3, De la croissance à la compétition. 1967-1999

Paris, Picard, 310 p.
François Tomas

Notes de la rédaction

François Tomas est décédé alors que ce numéro était sous presse. Une notice lui sera consacrée dans la prochaine édition de Géocarrefour (NDLR).

Texte intégral

1Avec ce troisième volume, intitulé De la croissance à la compétition. 1967-1999, Gérard Monnier termine la belle histoire de l’Architecture moderne en France, dont les volumes précédents avaient été signés, sous sa direction, par Claude Loupiac et Christine Mengin (1889-1940) et Joseph Abram (Du chaos à la croissance. 1940-1966).

2On sera tout d’abord sensible à l’effort de réflexion pour adapter la périodisation au sujet traité. Voilà enfin des ouvrages qui reconnaissent que l’architecture obéit à des temporalités qui ne coïncident pas toujours avec celles de l’histoire politique et ne s’inscrivent pas nécessairement dans le cadre strict des siècles et des décennies. Dans le cas présent ont été retenues deux ruptures. Tout d’abord 1967 "lorsque s’enchaînent les fortes incitations de l’administration de l’État aux innovations, programmatiques, typologiques et constructives, et que s’édifient à la fois les grandes structures d’habitat et d’un type nouveau (à Evry, à Grenoble), les ensembles de loisirs (dans les sites touristiques du littoral ou de montagne), et  l’exceptionnel Centre Georges Pompidou". Cette période, que l’auteur qualifie de "croissance innovante", se termine en 1973 avec la crise économique, pour céder la place à une dernière période que caractérisent, outre un regain d’écriture, le renouveau de l’architecture singulière, la décentralisation, les concours et les dispositifs de "missions" pour la commande publique. Ces deux ruptures ne sont toutefois pas de même nature, comme le reconnaît Gérard Monnier lorsqu’il écrit que la première (1967-1973), traitée dans ce tome 3, "achève manifestement un cycle", qui avait de fait commencé dès 1951 avec le lancement d’une première série de six grands ensembles dans le cadre du "Secteur industrialisé".

3Cette différence se traduit par la place inégale qui est accordée aux deux phases analysées dans ce volume. La "croissance innovante (1967-1973)" ne se voit consacrer qu’un seul chapitre de moins de 50 pages, ce qui ne signifie pas pour autant que l’auteur en néglige l’importance. Il en montre d’ailleurs remarquablement le caractère double qui lui a valu d’apparaître comme une sorte d’apogée de la modernité. Cela s’est exprimé par une forte et rude modernisation de l’espace urbain et de son bâti mais aussi par la multiplicité des innovations (clubs de jeunes, piscines Tournesol) et par de grandes opérations que caractérisaient une recherche sur l’image (stations de la Grande Motte ou Avoriaz) et surtout sur la structure et l’espace (Toulouse-le Mirail, La Villeneuve de Grenoble, Université de Lyon II à Bron-Parilly, etc.) dont l’aboutissement se trouverait dans les Etoiles de Jean Renaudie à Givors ou dans le Centre National Georges Pompidou de Renzo Piano et de Richard Rogers.

4Bien avant la crise de 1973-1974, avaient donc été mises en place de nouvelles conditions qui devaient renouveler les "problématiques de la modernité". "Depuis l’édification emblématique du Centre Beaubourg, il est clair", nous dit Gérard Monnier, "que les repères de la modernité sont brouillés", comme pour justifier que deux chapitres soient consacrés à la recherche d’interprétations et de  nouvelles références, fussent-elles contradictoires. Au risque de réduire la richesse des analyses que développe Gérard Monnier, je m’en tiendrai ici aux deux hypothèses terminales "de classement des concepts impliqués par les pratiques" qu’il nous soumet.

5En se fondant sur la priorité donnée à la construction ou à la communication dans le projet architectural, la première hypothèse permet une discrimination entre deux approches qui "impliquent des rapports au réel bien distincts, un rapport technologique pour la première, un rapport visuel pour la seconde". La démarche  technologique, "en relation étroite avec la conscience de l’accomplissement de tâches sociales", dans laquelle se situent Renzo Piano, Paul Andreu, Marc Mimram ou François Deslaugiers, recueille incontestablement la préférence de Gérard Monnier. Tout en reconnaissant dans la démarche formelle des sous-ensembles séduisants par la manière de mettre en relation l’édifice avec son environnement (H. 0) ou de créer la surprise visuelle "et ses incontestables plaisirs" (Ch. De Portzamparc), il lui reproche, en effet, de céder "à la tentation récurrente du formalisme et aux facilités de l’éclectisme".

6Quant à la deuxième hypothèse, elle part de la conviction que le renouvellement de la modernité architecturale ne dépend pas seulement des œuvres et de leur style et qu’il suppose même leur dépassement par une nouvelle démarche typologique. De ce point de vue Gérard Monnier retient le dispositif des barres doubles, lorsqu’elles sont séparées par un espace intermédiaire qui n’est pas une rue. Dans une lignée ouverte dès les années 1950 et 1960 par Edouard Albert, Oscar Niemeyer et Jean Bossu, il recense ainsi une dizaine d’exemples dont deux réalisations remarquables de Renzo Piano à Paris (ensemble de 220 logements rue de Meaux, 1988-1991) et à Lyon (Cité internationale, 1991-1995).

7Tout en n’abandonnant pas cette perspective, c’est toutefois par programmes (habitat, services, production et échanges, équipements de transport) que sont longuement présentées, dans le quatrième et dernier chapitre, les réalisations les plus récentes (après 1973). Une présentation qui confirme, par la place donnée aux musées, aux bibliothèques et aux gares du TGV, le déplacement de la commande analysée dans les chapitres précédents.

8On discutera certainement les choix faits par Gérard Monnier. Pour ma part j’aurais été plus critique à l’égard d’opérations comme le centre d’échange de Perrache (Lyon), l’école d’architecture de Lyon ou les immeubles d’habitation, Nemausus I à Nîmes. J’aurais, en revanche, souligné le regain d’intérêt pour les espaces publics, parfois en relation avec le retour du tramway, qui a offert aux architectes, ainsi qu’aux paysagistes et aux artistes, de nouveaux champs d’intervention. Surtout je n’aurais pas méprisé certains projets de restructuration des grands ensembles que Gérard Monnier exécute en les réduisant aux bardages colorés ou en n’y voyant qu’un "échec brouillon...dépourvu de concepts autres que l’embellissement des lieux". Si la critique est souvent fondée, sa généralisation excessive explique vraisemblablement que Gérard Monnier ait négligé les paysagistes, que le remarquable travail de Christian Devillers ait été réduit au parking des Chaumettes à Saint-Denis et que celui de Bernard Paris n’ait même pas été évoqué. La restructuration du centre-ville de Vaulx-en-Velin, que ce dernier a engagée depuis 1992 en étroite collaboration avec le paysagiste Alain Marguerit, aurait pourtant mérité d’être mentionnée et analysée.

9Ce n’en sont pas moins là des réticences bien mineures face à l’ampleur d’une tâche dont l’objectif était de nous offrir des clefs de lecture en même temps que des informations pour une période sur laquelle n’abondent pas encore les études synthétiques. Complété par des annexes (l’architecture des ouvrages d’art, les relations internationales depuis 1967, Oscar Niemeyer en France), par une cinquantaine de notices biographiques et par une copieuse bibliographie, ce dernier tome de l’Architecture moderne en France marque une étape importante dans notre connaissance d’un sujet sur lequel courent encore trop de clichés. Il sera en tout cas indispensable pour tous ceux qui veulent mieux apprécier la place qu’on doit accorder à l’architecture moderne dans l’évolution récente de nos villes et de notre société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Tomas, « MONNIER G., 2000, L’architecture moderne en France, t.3, De la croissance à la compétition. 1967-1999 », Géocarrefour [En ligne], Vol. 78/1 | 2003, mis en ligne le 29 mai 2007, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/157

Haut de page

Auteur

François Tomas

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals