Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

CARROUE L., CLAVAL P., DI MEO G., MIOSSEC A., RENARD J.-P., SIMON L., VEYRET Y., VIGNEAU J.-P., 2002, Limites et discontinuités en Géographie

Paris, SEDES Dossiers des Images Economiques du Monde, 159 p.
Brigitte Prost

Texte intégral

1Nous avons avec ce livre une intéressante réflexion sur des questions conceptuelles, qui posent de vrais problèmes géographiques et qui ne sont pas toujours bien précisées par les auteurs qui les manient. Intéressante également est l'approche, assurée par différents spécialistes qui montrent la signification que revêt le même concept suivant la branche de la géographie étudiée. Les limites et les discontinuités sont en effet une des données les mieux partagées de la culture géographique, lire des avis diversifiés est fécond et stimulant.

2Cette approche multi-faces explique vraisemblablement la construction du livre, faite d'une série de chapitres juxtaposés, sans introduction et, bien sûr, sans conclusion. A chaque lecteur d'en tirer ses propres conclusions. Le premier chapitre, rédigé par G. DI MEO et Y. VEYRET joue toutefois le rôle de l'introduction, en posant la problématique des continuités et discontinuités spatiales, leurs enjeux théoriques et épistémologiques pour l'ensemble de la géographie et, plus précisément, les implications des discontinuités sur l'organisation de l'espace.

3Les quatre chapitres suivants passent en revue les types de discontinuités marquant les espaces sociaux, qu'il s'agisse des effets de seuil (P. CLAVAL), de frontière (J.P. RENARD), des discontinuités dans les espaces économiques (L. CARROUE) ou des limites et barrières culturelles (P. CLAVAL). En se situant dans la perspective de l'histoire de la pensée géographique, tous s'efforcent de montrer en quoi on retrouve le thème de la discontinuité derrière toutes ces approches et comment la complexité du concept renvoie à la complexité du territoire et à l'échelle d'observation, qu'elle soit spatiale ou temporelle, en même temps qu'aux représentations territoriales. "Les discontinuités résultent du fonctionnement et de l'organisation spatiale du monde naturel et du monde social... et dépendent des critères d'analyse retenus" (P. CLAVAL).

4Les cinq derniers chapitres portent sur les questions de discontinuité d'ordre physique que l'on peut se poser à propos des littoraux (A. MIOSSEC), des ruptures en géomorphologie (Y. VEYRET) ou dans le système climatique (J.-P. VIGNEAU), du cycle de l'eau (J.-P. VIGNEAU) ou des formations végétales (L. SIMON). L'espace physique se caractérise par de très nombreuses discontinuités et limites, interfaces complexes montrant des transitions plus ou moins nettes, le passage à des différences "créant" de nouveaux territoires. Là encore entrent en ligne de compte les différentes échelles spatiales et temporelles et la complexité du domaine étudié. La présence de ces discontinuités peut se traduire par des catastrophes. Et comme les sociétés introduisent d'autres discontinuités qui modifient, à des degrés divers, l'ensemble du système, l'incidence de ces discontinuités physiques et humaines sur l'organisation de l'espace est considérable.

5Cette double approche nous amène ainsi à une passionnante recherche, à poursuivre, sur le continu qui est "l'exception" et le discontinu, dans le temps et dans l'espace.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Prost, « CARROUE L., CLAVAL P., DI MEO G., MIOSSEC A., RENARD J.-P., SIMON L., VEYRET Y., VIGNEAU J.-P., 2002, Limites et discontinuités en Géographie », Géocarrefour [En ligne], Vol. 78/1 | 2003, mis en ligne le 29 mai 2007, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/161

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals