Navigation – Plan du site

La pénurie d’eau en Espagne : un déficit physique ou socio-économique ?

Water shortage in Spain: a physical or socio-economic deficit?
Marie François
p. 25-35

Résumés

En Espagne, l’eau est considérée comme un facteur primordial de développement. Sa rareté a suscité depuis plusieurs siècles un discours, relayé par les medias, qui a accompagné la réalisation de grandes infrastructures hydrauliques. Cette politique de l’eau, axée sur l’accroissement de l’offre, a été considérée comme une réponse aux demandes en eau, sans jamais les analyser ni les gérer. Les thèmes de la sécheresse et de l’aridité sont utilisés comme armes de propagande au service d’une politique d’accroissement de l’offre d’eau. Dans ce contexte, le bassin hydrographique du Segura, plus particulièrement la Région de Murcie, au sud-est de l’Espagne, est à plusieurs titres une illustration de la question de la pénurie socio-économique de l’eau.

Haut de page

Texte intégral

1L’eau est une préoccupation majeure des sociétés et le problème de sa gestion est un enjeu fondamental. La ressource hydrique devient de plus en plus un objet de conflits économiques, politiques et sociaux. La question de l’eau, particulièrement celle de sa rareté, s’inscrit dans un mode de développement.

  • 3
  • 3
  • 3  La pénurie désigne l’insuffisance de l'offre d'eau, en quantité et/ou en qualité, par rapport à la (...)

2La Péninsule ibérique, véritable laboratoire pour l’étude des conflits (Drain, 1995, p. 236), doit faire face à la sécheresse1 et à l’aridité2. L’eau en Espagne est considérée comme un facteur primordial de développement et sa rareté comme un handicap qu’il faut corriger. Or la pression croissante des activités humaines sur les ressources fait que la pénurie d’eau3 est de plus en plus forte. Cette situation a engendré et engendre des conflits mettant en concurrence les différentes utilisations ainsi que les régions entre elles.

  • 4  La désertification est la dégradation de la terre dans des zones arides, semi-arides et arides sem (...)

3Les thèmes de la sécheresse, de l’aridité et de la désertification4 sont utilisés comme armes de propagande (Calvo, 2001 ; Toharia Cortes 2001 ; Costantiniet Pedreño Canovas 2004). Les médias ont un rôle fondamental. Ils consolident les valeurs traditionnelles du Regeneracionismo, mouvement intellectuel du XIXème siècle selon lequel l’eau devait « regénérer » le pays et permettre de résoudre les déséquilibres hydrographiques et économiques.

4La problématique posée est de s’interroger sur les causes de la pénurie d’eau en Espagne : est-elle la conséquence de facteurs seulement physiques ou ne serait-il pas nécessaire de considérer les facteurs socio-économiques ? Une large place sera faite à l’analyse de la Région de Murcie, au sud-est de l’Espagne. La recherche sera basée sur l’analyse d’un corpus de presse (El País, La Verdad de Murcia et El Heraldo de Aragón) pour la période 2000/2005.

Disponibilités et utilisations de l’eau en Espagne

5Partagée entre les domaines atlantique et méditerranéen, l’Espagne est un pays aux situations hydrologiques contrastées. Les précipitations moyennes annuelles sont de 687 mm mais, 24% du territoire reçoivent plus de 800 mm et 15% reçoivent moins de 400 mm (Maury , 1990). Tout comme les précipitations, les eaux superficielles sont inégalement réparties : 69% sont situées sur la façade atlantique et 31% sur la façade méditerranéenne.

6Les organismes officiels distinguent les bassins hydrographiques excédentaires (Duero, Tage, Èbre), les bassins à faible excès (Júcar, Pyrénées orientales) et les bassins déficitaires (Segura).

Sécheresse et désertification en Espagne

7La sécheresse en Espagne n’est pas un phénomène nouveau ni exceptionnel. Jorge Olcina Cantos (2001, p. 52-53), professeur de géographie à l’Université d’Alicante, classe les sécheresses en trois types selon leur localisation géographique et leur durée :

8les sécheresses cantábricas, de caractère imprévisible et de faible fréquence, se localisent sur la frange climatique océanique au nord de la péninsule ;

9les sécheresses ibéricas, de caractère conjoncturel dont les séquences ont une durée de deux à quatre ans, se localisent pratiquement sur la totalité du territoire ;

10les sécheresses surestinas, de caractère structurel, prolongent les effets des sécheresses ibéricas dans les territoires de climat aride.

11Bien que le caractère non exceptionnel des épisodes de sécheresse en Espagne soit admis, la perception de ce risque naturel a changé (Olcina Cantos, 2001). Ce changement a pris naissance lors de la sécheresse des années 1960. Avant cet épisode, la société s’adaptait aux sécheresses, alors qu’après elles sont considérées comme des séquences catastrophiques.

12Dans le processus de désertification plusieurs facteurs interagissent parmi lesquels les sécheresses, les changements d’utilisation du sol, les types de productions agricoles et la perte de biodiversité. Mais comme l’exprime Francisco Lopez Bermudez (2004) : « la désertification est, fondamentalement, un problème de développement durable. C’est un symptôme d’un mal fondamental : la rupture de l’équilibre entre le système de ressources naturelles et le système socio-économique qui les exploite. L’aridité, les sécheresses, les fluctuations climatiques ne suffisent pas à elles seules à expliquer le phénomène de la désertification. La crise environnementale que représente la désertification requiert une reconsidération radicale du conflit société/nature. »

13En Europe, l’Espagne apparaît comme le pays le plus affecté par le processus de désertification : il concerne 67% du territoire, dont plus de 30% caractérisé par un risque élevé voire très élevé. La Communauté Valencienne (Bassin du Júcar), la région de Murcie (Bassin du Segura), l’Andalousie (Bassins du Guadalquivir et du Sur) et Castille – La Manche (Bassin du Tage) sont les régions les plus touchées.

Tableau 1 : Le risque de désertification en Espagne

Communautés Autonomes

Très Haut Risque%

Haut Risque%

Risque moyen%

Risque faible%

Andalousie

20,28

38,18

22,30

5,62

Aragon

0,52

28,14

39,06

12,40

Asturies

Baléares

25,00

61,05

13,95

Canaries

68,25

22,23

Cantabrie

0,28

Castille Manche

9,48

34,20

36,11

9,59

Castille Léon

2,12

8,92

41,65

Catalogne

22,21

19,67

10,01

Extremadura

0,59

45,06

24,89

Galice

Rioja

30,63

10,11

Madrid

37,52

34,07

13,84

Murcie

48,29

50,80

0,91

Navarre

2,47

34,34

2,80

Pays Basque

6,69

Valencia

55,36

37,68

4,18

0,07

TOTAL

11,09

20,41

21,68

13,97

Total zones arides, semi-arides et subhumides sèches

67,16% (= 33 908 210 ha)

Source : Revista Ambienta, septembre 2005. Carmen Alonso

Consommations d’eau

14En Europe, l’Espagne est la plus grande consommatrice d’eau par habitant (656 m3/hab/an) bien qu’elle soit parmi les pays les moins dotés en ressources hydriques (moins de 3 000 m3/hab/an). En terme d’intensité d’utilisation (prélèvements totaux/ressources en eau), elle se situe en troisième position (23%) derrière la Belgique (45%) et l’Italie (32%). Cette forte intensité d’utilisation est due à l’irrigation. En effet, l’utilisation agricole d’eau en Espagne représente 77% des utilisations totales. Près de 15% de la surface agricole utile en Espagne sont irrigués. L’irrigation concerne en grande partie les régions situées au sud et au sud-est de la péninsule comme la Communauté de Valencia ou la Région de Murcie, régions qui sont aussi touchées par un risque élevé de désertification (tabl. 1).

Tableau 2 : Ressources et Prélèvements d’eau en Europe

Pays

Ressources m3/hab/an

Prélèvements totaux m3/hab/an

Intensité d'utilisation %

Allemagne

2 218

495

22

Autriche

10 402

441

4

Belgique

1 619

730

45

Danemark

1 165

183

16

Espagne

2 797

656

23

Finlande

21 319

451

2

France

3 170

556

18

Grèce

6 866

829

12

Irlande

14 568

328

2

Italie

3 040

976

32

Luxembourg

3 831

142

4

Pays-Bas

5 788

300

5

Portugal

7 281

1 102

15

Royaume-Uni

2 694

300

11

Suède

20 200

303

2

UE - 15 (moyenne)

7 130

519

14,2

Source : http://www.insee.fr

15A l’importante consommation d’eau par l’agriculture et en particulier l’irrigation, il faut ajouter une concentration de la population à l’est et au sud de l’Espagne. En 2003, la densité moyenne espagnole était de 86 hab/km² (MMA (a), 2005) mais elle atteignait des concentrations très importantes dans des provinces comme Malaga (188), Valencia (214), Alicante (280) ou Barcelone (654).

16Il faut également tenir compte de l’important processus d’urbanisation et du développement du tourisme dans le Sud-Est, surtout en bordure des littoraux. Tourisme et urbanisation sont des phénomènes importants en Espagne.

17Or, dans la zone méditerranéenne le processus d’urbanisation est une des principales menaces pour les sols. La superficie urbanisée en Espagne a augmenté de 26% dans les années 1990 (Observatorio de la sostenibilidad en España, 2005, p.122). Dans certaines Communautés Autonomes (fig.1), l’augmentation de cette superficie a dépassé 50%, par exemple dans les Communautés Autonomes de Murcie (52%), de Navarre (51%) et de Valence (50%).

Carte 1 : Accroissement de la superficie urbanisée entre 1990 et 2000

Source : OBSERVATORIO DE LA SOSTENIBILIDAD EN ESPAÑA, 2005

18L’urbanisation augmente l’artificialisation du sol et la concurrence avec l’agriculture pour les ressources hydriques. Comme le souligne A. Aledo Tur (1999, p. 5), la spéculation immobilière se convertit de cette façon en un élément associé à la désertification. Le modèle touristique de l’Espagne méditerranéenne se base, sauf quelques exceptions, sur la promotion et la vente d’appartements et de maisons, ce que nous avons nommé tourisme immobilier. Ce tourisme est de caractère extensif et génère, à la différence du tourisme hôtelier, une énorme consommation d’espace, favorise l’expansion de l’urbanisation, le changement dans l’utilisation de la terre (…).

19L’augmentation de la consommation urbaine de l’eau permet de mettre en évidence le décalage entre ressources hydriques et besoins croissants. Au niveau national elle a augmenté de 20,9% entre 1990 et 2001 (MMA (a), 2005). Cette augmentation de la consommation urbaine a atteint près de 30% dans les bassins méditerranéens espagnols et a dépassé 50% dans la Région de Murcie (55,4%).

20Ces quelques chiffres montrent le caractère semi-aride de la péninsule ibérique, soumise régulièrement à des épisodes de sécheresse, tout en soulignant le rôle important des facteurs socio-économiques tels que la forte intensité de prélèvements d’eau, en particulier par l’agriculture, l’accroissement de l’urbanisation et l’augmentation de la consommation urbaine. Ce sont tous ces facteurs cumulés qui posent le problème des déficits croissants.

Rééquilibrer la répartition des ressources hydriques

21Le débat politique sur l’eau en Espagne date de l’époque où s’est développé un important mouvement intellectuel au XIXe s.nommé Regeneracionismo dont le souhait était de « regénérer » le pays. L’eau est considéré comme un facteur déterminant de transformation des données socio-économiques et territoriales et en conséquence la politique hydraulique espagnole doit, en augmentant les ressources en eau disponibles, transformer l’économie, l’organisation sociale et les comportements culturels.

Politique de l’offre versus nouvelle culture de l’eau

22C’est en 1933, avec le Plan National des Ouvrages Hydrauliques, que l’on voit apparaître une politique hydraulique basée sur les grands travaux. Ce plan prétendait résoudre deux déséquilibres : le déséquilibre hydrographique entre la façade atlantique et méditerranéenne et le déséquilibre économique. C’est à cette époque que naît l’idée de transférer l’eau des bassins considérés comme excédentaires vers les bassins méditerranéens déficitaires. En Espagne, actuellement plus de 25 millions d’habitants dépendent de transports d’eau à grande distance et 600 000 hectares de regadios des régions de Valence, Murcie, Andalousie et des Canaries en sont tributaires (Rico Amoros, 2001).

  • 5  Puits de sécheresse : puits utilisés lors de périodes de sécheresse afin de répondre aux demandes (...)

23Concernant les sécheresses, la politique espagnole a été une lutte ponctuelle aidant financièrement les territoires affectés et mettant en place des mesures d’urgence. Comme le souligne F. Calvo (2001, p. 385), la lutte contre la sécheresse a été interprétée comme l’action de rassembler des ressources afin de répondre aux consommations croissantes et de transférer les ressources là où la rentabilité pourra être maximale. C’est ainsi que lors de la sécheresse de 1990/95 une action importante et non sans conséquences territoriales, sociales et environnementales a été l’augmentation des prélèvement des ressources souterraines et la mise en place des « puits de sécheresse5 ». Ces prélèvements intensifs ont provoqué, par exemple, dans l’agglomération de Murcie, des mouvements de terrains et des affaissements d’édifices. Dans le bassin du Segura, 50 puits ont été forés dans les aquifères du Synclinal de Calasparra et des Vegas. En 1995, la Confédération Hydrographique du Segura estime que pendant cette période, il y a eu une augmentation des extractions de 95 hm3 (Ricos Amoros, 2001).

24Loin de résoudre les problèmes, la politique d’augmentation de l’offre d’eau notamment par le rééquilibrage hydrologique, est devenue source de dégradations pour l’environnement et même de conflits sociaux (Drain, 1998). La construction des grands ouvrages hydrauliques a créé un nouvel ordre hydrologique (Martinez Gil, 2000).

  • 6  Ley 10/2001, de 5 de Julio, del Plan Hidrológico Nacional.

25Le dernier exemple de la politique d’augmentation de l’offre est illustré par le Plan Hydrologique National6 (PHN) élaboré par le Parti Populaire. Le PHN projetait un accroissement de l’offre, pour répondre à une nouvelle phase d’expansion des cultures irriguées et à la multiplication des complexes touristiques (hôtels, golfs, résidences secondaires, piscines, etc.) le long de la côte méditerranéenne. Le PHN, approuvé en 2001 par le Parlement espagnol, prévoyait la construction de 118 barrages et de 41 usines de dessalement dont 16 sur la côte méditerranéenne. Le point central du PHN était le transfert de 1050 hm3/an des eaux de l’Èbre . Ces 1050 hm3/an, dont 56% de l’eau dérivée seraient attribués à l’agriculture, et répartis entre les bassins de la Catalogne, du Júcar, du Segura et du Sur (classés comme déficitaires, voire très déficitaires en eau).

26En réponse aux détériorations sociales (expropriations, main d’œuvre immigrée en situation illégale et sous-payée, etc.) et environnementales (surexploitation et salinisation des aquifères, inondations de vallées, etc.), naît au début des années 1990 le mouvement Nouvelle Culture de l’Eau. Quant au PHN de 2001, il a, depuis son approbation, entraîné de nombreuses manifestations. Dès l’annonce du PHN en septembre 2000, des milliers d’habitants du delta de l’Ebre se sont regroupés spontanément dans un mouvement social appelé Plate-forme de défense de l’Èbre. Puis, le mouvement a gagné toute la Catalogne et l’Aragon et enfin l’ensemble du pays. De grandes manifestations ont eu lieu à Saragosse en automne 2000, à Madrid en mars 2001, à Valence en novembre 2002 (première manifestation contre le PHN dans un territoire qui devait bénéficier des eaux de l’Èbre) et à Barcelone en avril 2003. Ces marches pacifistes réclament la mise en application d’une nouvelle culture de l’eau basée sur la gestion durable des ressources et le respect des valeurs environnementales du territoire. Ces manifestations prennent même un caractère européen avec la marche bleue contre le PHN qui a débuté le 10 août 2001 à Sant Jaume d’Enveja (Delta de l’Ebre) et s’est terminée à Bruxelles le 9 septembre 2001.

27L’objectif du mouvement Nouvelle Culture de l’Eau est d’agir sur les demandes au lieu de vouloir corriger la répartition des ressources hydriques et d’accroître l’offre. Cette nouvelle culture de l’eau considère les rivières et zones humides comme faisant partie du patrimoine culturel. Elle est basée sur les demandes sociales et environnementales, contrairement à la politique conduite en Espagne depuis près d’un siècle qui considère l’eau uniquement comme moteur du développement économique. L’eau doit être considérée comme un « actif écosocial » (Aguilera Klink, 1998), c’est-à-dire qu’elle a capacité à satisfaire tout un ensemble de fonctions économiques, sociales et environnementales, tant d’un point de vue quantitatif que qualitatif.

28La Déclaration Européenne pour une Nouvelle Culture de l’Eau signée à Madrid le 18 février 2005 en résume les grands principes :

29L’eau a des fonctions clés pour la biosphère, pour assurer l’organisation et la cohésion sociales des communautés humaines. L’eau représente l’héritage naturel et marque l’identité des territoires et des peuples ;

30Le défi n’est plus de tenter de dominer la nature mais de mieux la connaître afin de réussir une intégration harmonieuse du développement socio-économique ;

31La diversité climatique est perçue comme une richesse environnementale et non comme un problème de « déséquilibres hydrologiques », dans le temps et dans l’espace.

Un programme tourné vers le dessalement

  • 7  Real Decreto Ley 2/2004, de 18 de junio et Ley 11/2005, de 22 de junio, por la que se modifica la (...)

32Après la défaite du Parti Populaire aux élections de mars 2004, le Parti Socialiste victorieux ajourne le PHN de 2001 et surtout le transfert de l’Ebre7. Il met en place un programme sur quatre ans nommé Programa Actuaciones para la Gestión y Utilización del Agua (Programme AGUA) dont la base est le dessalement comme alternative au transfert de l’Ebre.

33Dans son discours d’investiture du 15 avril 2004 au Congrès des Députés, le responsable du gouvernement, José Luis Rodriguez Zapatero exprime le souhait d’un changement de politique de l’eau :

34…Dans ce contexte, je veux annoncer une nouvelle politique de l’eau, une politique qui prendra en considération aussi bien la valeur économique que la valeur sociale et environnementale de l’eau, avec l’objectif de garantir sa disponibilité et sa qualité, en optimisant son utilisation et en restaurant les écosystèmes associés. (…) Pour cela, le Gouvernement abordera une profonde réforme des Confédérations Hydrographiques et révisera le PHN en vigueur, en maintenant quelques actions de l’annexe dont des investissements sont cohérents avec la réorientation de la politique de l’eau et en donnant la priorité aux investissements destinés à améliorer la situation = l’état de carence du Levant, en particulier dans le bassin du Segura…

35Trois raisons sont évoquées pour la réalisation du programme AGUA :

36résoudre graduellement les carences dans la gestion, dans la disponibilité et dans la qualité de l’eau ;

37dépasser les stéréotypes et la méconnaissance en matière d’eau, pour combattre la démagogie ;

38généraliser les technologies de l’eau les plus efficientes.

39Le programme AGUA sera mis en chantier immédiatement dans les territoires du littoral méditerranéen (Bassins Sur, Júcar, Segura, Ebre et Bassins internes de Catalogne). Les actions prévues projettent d’apporter 1 100 hm3/an dont 336 dans le bassin du Segura.

40Mais le programme AGUA n’est pas pour autant une totale remise en cause de la politique de l’offre. Par exemple, on retrouve toujours l’idée de « carence » en eau à laquelle doit faire face le Sud-Est de l’Espagne et particulièrement le bassin du Segura, et la nécessité de réaliser de grands ouvrages hydrauliques comme le transfert Júcar/Vinalopó et de grands barrages dans les Pyrénées.

41Un travail réalisé par des experts du Conseil National de l’Eau (Sahuquilla ; Perez Zabaleta ; Candela ; et Hernandez, 2004) confirme que le décret du 18 juin 2004 et la politique proposée par le PSOE n’expriment pas la volonté d’un tournant dans la politique hydraulique.

42…nous considérons que nous pouvons présenter [pour le Programme AGUA] des conclusions similaires concernant les actions qui étaient proposées dans le PHN (…) : augmenter l’offre d’eau pour réduire les supposés déficits existants(…). Ce qui change c’est l’alternative pour les solutionner. (…) Est invoquée la même rhétorique de déficit structurel et de graves problèmes de surexploitation des aquifères qui dans les écrits antérieurs justifiaient les transferts. (…) En conséquence se perpétuent les politiques de l’offre sans questionner la demande

43Aussi, le programme AGUA risque-t-il de ne pas résoudre le décalage entre les ressources disponibles et les demandes croissantes. La politique de l’actuel gouvernement espagnol semble ne pas tenir compte des orientations de la Nouvelle Culture de l’Eau comme le signale la Fondation Nueva Cultura del Agua dans un communiqué de presse d’avril 2005 :

44…Le feu vert qu’ont reçu récemment le transfert Júcar/Vinalopó, ainsi que le Recrecimiento de Yesa et Beñas II, (…) éloigne la politique du Ministère de l’Environnement des positionnements de la Nouvelle Culture de l’Eau. (…) Le développement de la Nouvelle Culture de l’Eau exige la difficile tâche de désactiver le conglomérat d’intérêts, de pressions et de justifications de l’ancienne économie de promotion d’ouvrages hydrauliques financés avec des fonds publics (…). La promotion de projets aussi absurdes que ceux mentionnés plus haut est en grave contradiction avec les nouvelles stratégies…

Les discours de la sécheresse et de la désertification

Un « discours social modernisant »

45Les thèmes de la sécheresse et de la désertification sont utilisés comme arme de propagande pour que la population s’unisse afin de soutenir la demande d’eau. Ces thématiques permettent de légitimer la construction de grandes infrastructures hydrauliques. Sécheresse et désertification sont vues comme un risque et une menace collective (Costantini, Pedreño Canovas, 2004). Elles sont un obstacle au développement économique. Dans ce contexte, les médias ont un rôle important. Ils entretiennent les convictions que la solution est un apport d’eau externe. L’eau se convertit en un instrument de propagande à travers les médias, avec des aspects d’une complexité extraordinaire, car parfois, un abîme se creuse entre l’importance réelle de la sécheresse et sa transcendance médiatique (Calvo, 2001, p. 383) ; Toharia Cortes, 2001, p. 489) parle, quant à lui, de la sécheresse médiatique, celle qui a été produite et transmise par les médias et qui induit dans la société une espèce de sécheresse psychologico-sociale.

46Pour justifier la nécessité de grandes infrastructures et persuader la population (Choliz, date, p. 90), les médias répètent des phrases-slogans : « L’Espagne sèche et l’Espagne humide » (ce qui met en rivalité « deux Espagnes »), « L’eau de l’Ebre se jette à la mer » (pour montrer que « l’autre » Espagne a tellement d’eau qu’elle se permet de la laisser aller à la mer alors que les régions de « l’Espagne sèche » en ont une grande nécessité et sauront l’utiliser de manière efficiente), ou encore jouent sur l’émotion (Choliz, date, p.76) en faisant appel à la solidarité. Le transfert de l’Ebre, par exemple, est considéré dans les médias comme une infrastructure solidaire qui permettrait de lutter contre la sécheresse qui touche les régions de l’arc méditerranéen.

47Les médias produisent et diffusent des stéréotypes et des arguments qui influent sur la population. Cette propagande médiatique est employée tant au niveau régional que national.

48Par exemple, en Aragon le discours médiatique dénonce la condition de victime que serait celle de la région. La nécessité de l’eau pour le développement de l’Aragon est défendue dans la presse (Bergua, 1998, p.11), comme le montrent deux articles diffusés dans le quotidien régional Heraldo de Aragón intitulés, respectivement, Los regadíos que Aragón necesita et Narbona y el cauce del agua.

  • 8  Pacte de l’Eau : Pacte signé en 1992 par tous les partis politiques de l’Aragon pour réguler les e (...)

49…L’eau, comme moteur de développement, est vitale pour le futur de l’Aragon. (…) Le regadío non seulement permet d’assurer la récolte et de fixer la population mais aussi de rendre possible la diversification de la production, de s’ajuster aux besoins du marché et de s’adapter aux exigences changeantes de l’Union Européenne. (…) Ce qui est demandé ce sont les ouvrages du Pacte de l’Eau8. (…) Ces ouvrages sont réclamés pour l’agriculture, mais aussi l’industrie et pourquoi pas le tourisme…(05/09/2001)

  • 9  Cristina Narbona est ministre de l’Environnement
  • 10  José Luis Alonso est président de la Confédération Hydrographique de l’Ebre

50…Ainsi, il est nécessaire de maintenir la pression sur le ministère de l’Environnement et la Confédération Hydrographique de l’Ebre pour qu’ils augmentent le rythme des actions et aient comme priorité d’exécuter les projets et les travaux qui ont été ratifiés par la commission aragonaise, comme le reste des actions prévues dans le Pacte de l’Eau (…). Ceci serait le meilleur apport que Cristina Narbona9 et José Luis Alonso10 puissent faire pour faciliter la solution définitive et fermer le débat que nous les Aragonais avons traîné depuis pratiquement un siècle et qui a hypothéqué pendant des décennies le développement économique, social et politique de la Communauté Autonome. (…) Il faut exiger encore plus du gouvernement central mais aussi de l’exécutif Autonomique pour qu’ils ne baissent pas la garde et fassent pression pour donner l’accélération définitive aux infrastructures hydrauliques dont ont besoin les Aragonais…(07/08/2005)

51Dans la Région de Murcie, le discours médiatique diffuse le concept de l’eau comme facteur économique. L’eau est nécessaire au développement économique et social de la région. Une illustration de ce discours est un extrait d’un article paru dans le journal La Verdad de Murcia intitulé « L’économie régionale entrera en crise dans cinq ans si elle ne reçoit pas le transfert de l’Ebre ».

52…Le secteur agroalimentaire de la Région pourrait vivre ses derniers moments d’expansion si s’arrête le projet du transfert de l’Ebre ou si sont retardées une fois de plus les démarches du Plan Hydrologique National par défaut de consensus. Un forum d’experts promu par l’Université de Murcie a averti hier que l’économie régionale entrera en récession à partir de 2005 s’il n’y a pas d’apports d’eau depuis d’autres bassins. A partir de cette année, la majorité des aquifères commenceront à s’épuiser ou se saliniser par surexploitation. (…) Selon ces chercheurs et professeurs, il n’existe pas d’alternative plus économique que l’aqueduc Ebre–Júcar–Segura…(17/10/2000)

53Enfin, au niveau national, le discours médiatique met en rivalité les deux Espagne. L’Espagne sèche, voire désertique, et l’Espagne humide où l’eau abonde. L’extrait d’un article intitulé « Agua para todos » publié dans El País illustre cette « mise en rivalité ».

54…En cet hiver avec la pluviométrie la plus élevée des 40 dernières années, les rues de Madrid, comme naguère celles de Barcelone ou de Saragosse, se sont remplies hier de citoyens protestant contre le projet de transfert prévu dans le PHN. Parallèlement, ces derniers jours s’est produit le débordement de plusieurs cours d’eau dans la moitié nord de l’Espagne, alors que sur le littoral méditerranéen, à l’exception de l’embouchure de l’Ebre, la pluie a été quasi inexistante. Ce sont les deux de la pièce. (…) Qui incite à manifester contre un transfert d’eau excédentaire destiné à couvrir les carences des approvisionnements aux populations et des = aux ?? regadíos de haut rendement des régions pré-désertiques ?(12/03/2001) Je ne comprends pas

Un « discours contre-modernisant »

55Face à ce discours social modernisant (Costantini - Pedreño Canovas, 2004, p.10), un discours « contre-modernisant » qui s’inscrit dans les nouvelles logiques sociales qui émergent dans les marges et fissures de la politique environnementale (Costantini, Pedreño Canovas, 2004, p.19) met en avant le fait que ce sont certaines activités humaines qui génèrent la désertification et que le climat méditerranéen, avec son caractère semi-aride et ses fréquentes sécheresses, doit être perçue comme une richesse et non comme un handicap ou une menace pour le développement.

56Deux articles, entre autres, illustrent ce discours « contre-modernisant », celui de Narcis Prat, Professeur d’Ecologie à l’Université de Barcelone publié dans le journal El Periódico intitulé « La sequía no es una maldición »

57…Mais la sécheresse est un élément caractéristique du climat méditerranéen et est la clé de sa biodiversité. (…) C’est un phénomène naturel (…). Mais il est évident que les effets des sécheresses sur la nature et l’homme sont beaucoup plus préjudiciables maintenant que par le passé du fait de l’utilisation que nous faisons du territoire et de l’eau. (…) Pour incorporer les sécheresses à notre planification nous devons au préalable définir quel type de société nous voulons. La société actuelle, basée sur la consommation de l’énergie et des ressources, est celle du siècle passé.…(06/05/2005)

58et celui de Victor Peñas, fonctionnaire à l’Administration autonome basque et doctorant en géographie à l’Université du Pays Basque, publié dans El Correo, intitulé « Sequía ‘sobresalto’ natural del clima ».

59…Le problème central n’est sûrement pas dans la situation de sécheresse comme risque climatique propre de nos latitudes, mais dans la capacité de la société à s’adapter à cette situation extrême. Conscients de la problématique nous oublions cependant que nous sommes dans un pays essentiellement méditerranéen et sec, avec certaines nuances territoriales ; grâce à la technologie nous avons adopté des pratiques et des utilisations peu durables avec notre réalité et identité méditerranéennes, comme, par exemple, des golfs en zones arides, des grandes concentrations touristico-résidentielles là où il y a moins d’eau, des cultures peu adaptées aux conditions climatiques, etc. (…) Nous devons connaître les limites naturelles du territoire dans lequel nous vivons et nous y adapter, et non tenter de les dépasser. (…) A quand un plan pour les secanos ? A quand un plan de sécheresse ?…(14/06/2005)

La région de Murcie et le déficit hydrique

60Dans la région de Murcie, souvent qualifiée de « verger de l’Europe », la demande en eau est séculaire et sans cesse au premier rang de l’actualité. La revendication de ressources supplémentaires se fait en référence au développement et à l’efficience économiques, les questions environnementales et sociales étant ignorées.

61La Région de Murcie représente près de 60% de la superficie du bassin du Segura. Situé au sud-est de la péninsule ibérique, ce bassin est le seul considéré comme en déficit structurel, un déficit établi à 460 hm3/an (Communauté Autonome Région de Murcie, 2004). La Région de Murcie est, à plusieurs titres, un bon exemple pour illustrer le fait que l’activité humaine exacerbe la sécheresse et l’aridité naturelle du climat.

Deux discours s’opposent

Un discours qui justifie les grandes infrastructures hydrauliques

62Le fait que le climat, par ses températures et son ensoleillement, soit favorable à certaines productions agricoles aujourd’hui de haute rentabilité et stimulées par les exportations et les industries agro-alimentaires est, en quelque sorte, une justification de la demande en eau et du développement d’une agriculture irriguée productiviste. Vient s’ajouter à cela un important processus urbano-touristique ayant comme atouts le soleil et la mer. La nécessité d’augmenter l’offre en eau est ainsi justifiée par le fait que la Région de Murcie crée, grâce à cette ressource, de la richesse, des emplois et est compétitive, ce que mettent en évidence les trois extraits d’articles qui suivent.

63Le premier extrait est tiré d’un article paru dans La Verdad de Murcia intitulé El Consejo Económico y social afirma que el desarrollo de España no se podrá sostener sin el Plan Hidrológico :

64…Un rapport du Conseil Économique et Social de la Région révèle que le développement économique de l’Espagne ne pourra pas se maintenir si les régions méditerranéennes ne reçoivent pas l’eau dont elles ont besoin. (…) Chaque hectare irrigué à Murcie génère

651 116 000 pesetas en produits exportés avec seulement une dotation de 6 162 m3/an (…). Chaque hectomètre cube utilisé dans les regadios murciens crée une moyenne de 61 postes de travail pour les journaliers. Prenant en compte qu’il est prévu d’amener 430 hm3/an des eaux de l’Ebre au bassin du Segura, le chiffre dépasse les 26 000 postes, dont les bénéficiaires seraient principalement les travailleurs immigrés. (…) Le CES indique aussi clairement ce qui se passera s’il n’y a pas de transfert de l’Ebre : l’épuisement des aquifères se terminera en laissant au chômage 24 000 journaliers…(11/10/2000)

66La nécessité de l’eau est justifiée par le fait que la Région de Murcie génère des postes de travail dans le secteur de l’agriculture irriguée et utilise de façon optimale les mètres cubes d’eau. Certains qualifient cette position de narcissique : la Région de Murcie a droit à cette eau car elle « utilise cette ressource mieux que les autres ». 

67Le deuxième est un extrait d’un article d’opinion rédigé par Clemente Garcia, Secrétaire Général de la Confédération Régionale des Entrepreneurs, paru dans La Verdad de Murcia. C. Verde revendique une augmentation des volumes d’eau fournis car c’est de cette seule ressource que dépend le développement et le futur socio-économique de la Région :

68…Le problème de l’eau est une question fondamentale avant tout autre car de la disponibilité des ressources hydriques dépend le futur de notre agriculture, de notre tourisme et de l’urbanisme et si nous n’en obtenons pas, nous entrerons dans une étape de régression socio-économique…(13/06/2004)

69Enfin, le troisième extrait est tiré d’un article d’opinion rédigé par Ramon Luis Valcarcel, Président de la Région de Murcie, publié dans La Verdad de Murcia et intitulé Agua para la vida. Pour appuyer la revendication de ressources supplémentaires en eau, le Président met la Région de Murcie dans une situation de victime. La seule solution pour surmonter ce « handicap » est la construction d’infrastructures hydrauliques telles que le transfert de l’Ebre. Pour cela, il faut que les citoyens soient unis dans cette demande.

70…Selon les critères de l’UNESCO, les régimes qui comptent moins de 1 000 m3/hab/an se trouvent avec une disponibilité hydrique catastrophiquement basse, et sont appelés au sous-développement et à la dégradation écologique. Ainsi donc, le nouveau millénaire a commencé et il y a encore des régions de l’Europe du Sud, comme Murcie, qui dépassent à peine la moitié de ce seuil. (…) En Espagne nous avions une solution qui s’appelait PHN et transfert de l’Ebre. (…) A partir d’aujourd’hui, commence la décennie de l’eau. Le thème de cette journée est l’eau pour la vie. Un slogan opportun pour que, citoyens de la région de Murcie nous continuions à revendiquer ce qui est juste pour tous et diffusions hors de nos frontières un message de solidarité…(22/03/2005)

Des voix s’élèvent contre le « nationalisme hydraulique »

  • 11  Le forum citoyen de la région de Murcie est une association civile née en février 2001 avec pour o (...)

71Face à ce discours du gouvernement régional et du pouvoir économique, des voix s’élèvent. Même si dans les médias les articles en opposition à cette politique régionale sont rares, quelques-uns sont révélateurs d’un changement des mentalités d’une partie de la société civile. L’article qui illustre cette prise de conscience est rédigé par Antonio Campillo, Président du Forum Citoyen de la Région de Murcie11, paru dans le quotidien La Verdad de Murcia sous le titre El Nacionalismo hidráulico. Selon Antonio Campillo, le Parti Populaire a créé, et ce essentiellement depuis 1995, un mythe politique qu’il nomme « nationalisme hydraulique » et une identité particulière, celle de l’eau, autour du thème de « l’eau pour tous ». Or, ce nationalisme se base sur trois mensonges : le « victimisme », le narcissisme et l’unanimité :

72…En premier lieu le victimisme : la faute de nos maux est toujours celle des « autres » (…) dans ce cas les Catalans, les Aragonais et les Manchegos car ils ne veulent pas nous donner l’eau que nous réclamons comme nous appartenant et sur laquelle nous croyons avoir une sorte de « droit historique ». En second lieu, le narcissisme : nous avons un « droit » inaliénable sur cette eau (…) car « nous sommes meilleurs que les autres », car « nous utilisons l’eau mieux qu’eux », car nos fruits et légumes et nos constructions urbano-touristiques sont plus rentables que ceux des autres communautés qui « gaspillent l’eau et la jettent à la mer ». En troisième lieu, l’unanimité : derrière la pancarte « eau pour tous » (…), « nous sommes unis tous les Murciens », (…) et celui qui ne s’unit pas au chœur unanime n’est pas « un des nôtres », mais un « traître », un « ennemi de l’intérieur », un « anti-murcien », (…). Il est temps que, citoyens de cette région, nous dénoncions les mensonges du nationalisme hydraulique et réclamions un autre modèle de développement…(18/07/2005)

Développement économique, conflits inter-régionaux et intra-régionaux

Le Transfert Tage/Segura : le modèle de la politique hydraulique de l’offre

73Le Transfert Tage/Segura, entré en fonctionnement en 1979, est l’infrastructure la plus représentative de la conception et du modèle maintenant quasi séculaires de la politique hydraulique de l’offre. Ce transfert devait régler de façon définitive le déficit hydrique et alimenter près de 270 000 hectares de regadios de la région. Le transfert Tage/Segura montre le « cercle vicieux » qui se crée autour des grands ouvrages hydrauliques. Au lieu de résoudre le déficit, le transfert a eu un effet inverse. Dès avant sa mise en service il a suscité une croissance accélérée et incontrôlée des demandes en eau puis une augmentation des déficits, augmentation qui aujourd’hui, près de vingt ans après sa mise en service, nourrit les revendications actuelles d’accès à de nouvelles ressources, notamment par le transfert d’eau de l’Ebre. L’évolution de la superficie irriguée dans le bassin du Segura est révélatrice : entre 1933 et 2000, elle est passée de 89 656 hectares à 230 000 hectares avec un pic à partir de 1968, date à laquelle a été décidée la construction du transfert.

74Ainsi, contrairement aux affirmations qui ont accompagné la conception et la mise en œuvre du projet, le Transfert n’a pas fait disparaître le déficit hydrique du bassin. La différence entre les ressources superficielles et les demandes agricoles n’a cessé d’augmenter depuis son approbation en 1968 et le début de son fonctionnement en 1979. Ainsi, les ressources superficielles sont-elles passées de 625 hm3 en 1964 à 125 hm3 en 1995 alors que les demandes agricoles se sont accrues de 1 000 hm3 passant de 750 hm3 en 1964 à 1 750 en 1995 (Martinez et Esteve, 2000, p. 58-59). La différence entre ressources superficielles et demandes agricoles passe ainsi de –125 hm3 en 1964 à –1625 hm3 en 1995.

75Le Transfert a même contribué, indirectement, à aggraver la situation. Il a généré les déficits en augmentant l’exploitation excessive des eaux souterraines du bassin du Segura et la salinisation des aquifères (Martinez, 2000). En 1979, moins de 125 hm3 des eaux souterraines du bassin étaient exploitées alors qu’en 1995 cette exploitation passe à plus de 1 750 hm3 (Martinez et Esteve, 2000, p. 58-59).

76Dans le Manifeste du 14 juillet 2005 pour la défense du transfert Tage/Segura, manifeste qui est un condensé de la justification de la demande en eau, les forces sociales qui ont une grande influence politique (globalement les irrigants et les entrepreneurs) réclament un nouveau transfert et l’ouverture de nouveaux puits. Il n’y a aucune remise en cause des demandes et l’accroissement des ressources en eau est un droit justifié par la rentabilité économique et le haut degré de compétitivité de la région.

77En parallèle à cette exploitation des ressources hydriques, la Région de Murcie connaît un fort processus d’urbanisation, notamment au détriment de terres de cultures les plus fertiles, celles de la huerta.

Des conflits inter-régionaux réactivés en période de sécheresse

78Les demandes d’apport d’eau externes ne sont pas sans conséquences sociales et territoriales. Avec la question du transfert de l’Ebre se pose celle des conflits avec l’Aragon et la Catalogne. Cependant, l’abrogation du projet en juin 2004 et la sécheresse de 2005 ont ravivé le conflit entre la région de Murcie et celle de Castille – La Manche. L’illustre, par exemple, la multiplication des articles traitant des eaux transférées du Tage au bassin du Segura dans l’édition nationale du quotidien El País de juin 2005.

79Un article intitulé Les deux fronts du transfert témoigne de cette « guerre de l’eau » réactivée en période de sécheresse et rappelle l’idée que cette situation de « guerre » est aussi due à l’abrogation du transfert de l’Ebre :

80…La pire sécheresse en plus de 60 ans a réouvert le débat du transfert du Tage au Segura. L’ouvrage, objet de polémique, terminé en 1979 et qui a servi à développer économiquement Murcie et le Sud d’Alicante, a suscité une tension politique et territoriale (…). Castille – La Manche et Murcie intensifient leurs attaques mutuelles. Les Manchegos accusent Murcie de mal utiliser l’eau, d’irriguer plus et de construire des urbanisations et des terrains de golf sur le dos de Castille – La Manche. Les Murciens rappellent au Gouvernement qu’ils ont besoin d’eau sinon ils perdront des milliers d’hectares d’arbres fruitiers qu’il faudrait des années pour reconstruire (…). L’Exécutif de Murcie du Parti Populaire, n’a pas perdu l’occasion de rappeler au PSOE qu’il a abrogé le transfert de l’Ebre…(26/06/2005)

Les nouveaux projets de développement et les conflits intra-régionaux

81Dans la région de Murcie, aux anciens conflits entre les utilisateurs des eaux du Segura, il faut ajouter ceux qui émergent des nouveaux projets de développement. Dans certaines zones touchées par le développement de projets touristiques et l’urbanisation, des conflits naissent ou renaissent. La Coordination « Murcia no se vende », créée en mai 2005, est formée d’une trentaine d’associations, de collectifs sociaux et de différentes plates-formes locales et lutte contre la dégradation du patrimoine naturel et culturel et la spéculation urbaine. Cette Coordination organise des concentrations et des marches pour dénoncer la spéculation urbaine et faire prendre conscience à la population qu’un autre développement est possible (fig. 1).

Figure 2 : Marches et concentrations à l’appel de la Coordinadora Murcia no se vende

Source : Site internet de la Coordinadora Murcia no se vende

  • 12  Acequia : canal d’irrigation

82Certains de ces conflits réveillent des antagonismes séculaires entre les utilisateurs des eaux du bassin. Deux extraits d’article illustrent ces conflits. Le premier d’entre eux, tiré du journal El Mirador de Cieza, concerne des conflits entre des irrigants localisés dans différents lieux du bassin, entre la partie haute du Segura (Vega Alta) et la partie basse (Vega Baja). Ce conflit ici s’est déclenché après que la Confédération Hydrographique du Segura a décidé d’inspecter l’utilisation de la consommation d’eau d’une acequia12 qui irrigue 4 500 hectares dans la zone de Cieza (au nord de la région de Murcie) :

83…Isidor Ruiz, président du Comité Central des Irrigants et Utilisateurs de la Vega Alta, a été surpris par les « mesures extraordinaires de sécurité » déployées par la Délégation du Gouvernement qui, selon lui, « rappellent la dictature du prolétariat » (…). Ruiz expliqua aussi que la Confédération Hydrographique du Segura surveille « seulement ceux qui ont des compteurs mais pas ceux qui extraient l’eau en aval de Cieza, et il insista sur « l’obsession » du Commissaire des Eaux, Manuel Aldeguer, « d’amener toute l’eau qu’il peut et même plus à la Vega Baja du Segura »…(06/08/2005)

84Le deuxième extrait est tiré d’un article publié dans La Verdad de Murcia, intitulé Los pozos de la discordia. Il s’agit, dans ce cas, d’un conflit entre, d’un côté les utilisateurs agricoles et les habitants d’une localité et, de l’autre les utilisateurs agricoles et urbano-touristiques en-dehors de cette localité. Ce conflit est né de l’exploitation d’un aquifère, celui de Calasparra, au nord-ouest de la région de Murcie :

85…La dernière réserve d’eau de qualité n’est pas en vente pour les urbanisations de la Costa Blanca [la côte touristique de la province d’Alicante]. Depuis que la Confédération Hydrographique du Segura a offert la possibilité d’acheter l’eau de l’aquifère de Calasparra, la réaction a été immédiate et unanime (…). A Calasparra, les agriculteurs sont indignés par l’idée qu’un bien aussi rare soit canalisé vers des terres alicantines ou almériennes pour des regadios dont la légalité est douteuse et des urbanisations touristiques (…) « Nous ne voulons pas que soient irrigués, avec les eaux du synclinal, les cultures illégales et spéculatives de la Vega Baja. Les gens sont disposés à s’enchaîner aux puits pour l’empêcher », avertit Jess Navarro, maire de Calasparra (…) Les mobilisations (…) comptent sur l’appui significatif de la Plate-forme Sociale de l’Eau, où sont représentés les partis politiques (sauf le PP), les syndicats, les organisations agricoles et les regadios traditionnels…(12/08/2000)

86La situation de sécheresse tout comme les multiples conflits dans la région de Murcie ne risquent pas de se résorber. En effet, de nombreux projets vont à l’encontre d’une gestion rationnelle des ressources. Le gouvernement de la région de Murcie a la claire volonté d’orienter son développement économique et social vers le tourisme - il serait plus juste de parler « d’industrie du tourisme » dont les complexes hôteliers et résidentiels avec piscines et terrains de golf constituent l’élément central.

87Il y a actuellement 34 projets de nouveaux terrains de golf dans la région de Murcie, répartis dans 19 installations. Cinq de ces nouveaux projets sont déjà en construction. Dans les 14 installations restantes, le projet du complexe Marina de Cope(Lopez Aranda – Pineda Martinez) déclaré « Action d’Intérêt Régional » par le Gouvernement régional a pour objectif, entre autres, la réalisation de 11 000 logements, de 23 000 places hôtelières, de cinq terrains de golf (un de 60 hectares et les trois autres de 50 chacun) et d’une marina intérieure de 1500 places. Une illustration claire d’un développement non durable ?…

CONCLUSION

88La question de la pénurie d’eau en Espagne est-elle liée à un déficit physique ou à un déficit socio-économique ? La réponse ne peut être simple. Il est indéniable que l’Espagne est en majeure partie un pays au climat semi-aride qui connaît depuis des siècles des épisodes de sécheresse. En ce sens, la pénurie d’eau est liée à un déficit physique. Cependant, l’exemple de la Région de Murcie montre que s’ajoutent des raisons socio-économiques et médiatiques. Le développement économique de type productiviste des cinquante dernières années, qui a accru considérablement les besoins et les consommations d’eau, exacerbe la pénurie en Espagne, créant des conflits inter et intra-régionaux. Et les médias, par la diffusion d’arguments plus ou moins stéréotypés, ont propagé l’idée d’une sécheresse que l’on peut qualifier de « médiatique », induisant dans la société une sécheresse « psychologico-sociale ».

89Un autre modèle de développement, qui recevrait l’appui des medias, ne serait-il pas à envisager ? Un modèle qui diffuserait un discours mettant en évidence que l’Espagne doit utiliser le caractère semi-aride de son climat comme une richesse et non comme un handicap à son développement et qu’elle doit adopter des pratiques et des utilisations qui s’adaptent aux ressources naturelles. Un modèle plus juste socialement, économiquement et au plan environnemental.

90« La gestion de l’eau ne se ramène pas uniquement à sa dimension technique et ne dépend pas que des contraintes climatiques. Les situations de pénurie ne s’expliquent pas nécessairement par une rareté réelle de la ressource, mais bien souvent par la faiblesse des ressources sociales et organisationnelles consacrées à leur gestion, sous la forme de changement de valeurs, de définition de normes, de procédures ou de planification à long terme. » (Lasserre, 2005, p. 563).

91Je conclurai cet article en reprenant les propos de Michel Drain (2005, p. 192-193) qui, à mon sens, résument clairement la situation hydrique et la politique de gestion de l’eau en Espagne :

92« Si l’inégale répartition géographique des ressources hydriques est indéniable, le recours aux transferts [et aux grandes infrastructures hydrauliques de manière générale] afin d’y remédier n’est pas seulement motivé par une aspiration à une égalité des ressources hydriques à l’échelle nationale. Il s’y ajoute des considérations économiques (…). De nos jours, ce sont les activités liées au tourisme qui sont à l’origine des plus fortes valeurs ajoutées par l’usage de l’eau avec, notamment, la spéculation immobilière et les équipements sportifs et ludiques. Faut-il alors satisfaire des exigences qui aboutissent à la concentration sur le littoral des populations et des activités et aux dégradations du milieu qui en résultent ? »

931  Concept météorologique à référence temporelle, la sécheresse ne doit pas être confondue avec l’aridité. La sécheresse pourrait être définie comme une période prolongée de précipitations insuffisantes qui causent un déficit d'eau dans certains secteurs de l'économie d'un pays.Evidemment, la combinaison avec d'autres facteurs climatiques comme des valeurs élevées de température et de vent, et des valeurs peu élevées de l'humidité relative peuvent aggraver la sécheresse.(http://www.fao.org/​sd/​frdirect/​EIan0005.htm)

942  Concept climatique à référence spatiale (zone aride), l'aridité ne doit pas être confondue avec la sécheresse. Un climat aride est caractérisé par la faiblesse des précipitations moyennes annuelles et par le fort déficit de celles-ci par rapport à l'évapotranspiration potentielle, il est opposé à un climat humide. L'aridité a de fortes implications hydrologiques et édaphiques dont elle est indissociable. Suivant l'ampleur du déficit hydrique plusieurs degrés d'aridité peuvent être différenciés. Il est devenu classique de distinguer trois degrés dans l'aridité : les régions hyper-arides, les régions arides et les régions semi-arides.(http://webworld.unesco.org)

Haut de page

Bibliographie

AGUILERA KLINK F., 1998, Hacia una nueva economía del agua : cuestiones fundamentales, en Primero Congreso Ibérico sobre la gestión y planificación de agua « El agua a debate desde la Universidad. Por una nueva cultura del agua », 14-18 de Septiembre, Zaragoza. (Site Internet des Congrès Ibériques).

ALEDO TUR A., 1999, Desertificación y urbanización : el fracaso de la utopía, Ciudades para un futuro más sostenible, boletín n°9.

ALONSO C., 2005, Desertificación: problemática y soluciones – un proceso de degradación alarmante, Revista Ambienta, Septiembre de 2005, p. 22-26.

BERGUA A., 1998, El pluriverso del agua. Discursos, imaginarios y contratos en el conflicto del agua, en Primero Congreso Ibérico sobre la gestión y planificación de agua « El agua a debate desde la Universidad. Por una nueva cultura del agua », 14-18 de Septiembre, Zaragoza.

BLOT F., 2005, Discours et pratiques autour du “développement durable” et des “ressources en eau” – approche relationnelle appliquée aux bassins d’Adour-Garonne et du Segura, Thèse de doctorat, Université Toulouse II – Le Mirail.

CALVO F., 2001, Efectos sociales y económicos de las sequías en España, en MORALES GIL A., GIL OLCINA A., 2001, Causas y consecuencias de las sequía en España, Alicante, p. 373 – 389.

CHOLIZ M., 2003, La defensa del PHN y del trasvase del Ebro en la propaganda política: análisis de la argumentación ; (site Internet Yesano.com).

CHOLIZ M., 2001, El lenguaje y las mentiras de la propaganda, Valencia, Promolibro.

CLARIMONT S., 1999, Les conflits pour l’eau en Europe méditerranéenne : la cas du bassin de l’Ebre (Espagne), Thèse de Doctorat, Université Montpellier III – Paul Valéry.

CLARIMONT S., 2005, De la politique hydaulique à la “nouvelle culture de l’eau”, in LASSERRE F., 2005, Transferts massifs d’eau, Outils de développement ou instruments de pouvoir ?, Presses Universitaires du Québec, p. 401-417.

COMUNIDAD AUTONOMA REGION DE MURCIA, Agosto de 2004, Repercusión de la derogación del PHN, Cuenca del Segura, III Universidad Medio Ambiente, Yeste.

COSTANTINI B. et PEDREÑO CANOVAS A., 2004, El riesgo de desertificación de las tierras del sureste español como problematica pública : una aproximación a la sociología del desierto, VI Congreso Vasco de Sociología, Bilbao, 26-28 de febrero del 2004.

Déclaration Européenne pour une Nouvelle Culture de l’Eau, 18 février 2005, Madrid.

DRAIN M., 1995, Les conflits pour l’eau en Europe méditerranéenne, Espace rural, conclusion p. 236.

DRAIN M., 1998, Régulation de l’eau en milieu méditerranéen : risques et tensions, Territoires en mutation, mars 1998, 254 p.

DRAIN M., 2005, Les transferts d’eau en Espagne, in LASSERRE F., 2005, Transferts massifs d’eau, Outils de développement ou instruments de pouvoir ?, Presses Universitaires du Québec, p. 189-206.

ECOLOGISTAS EN ACCION DEL PAIS VALENCIANO, 1999, Los campos de golf en la Comunidad Valenciana. Un análisis crítico de las demandas hidricas turísticas ante la necesidad de nuevos trasvases contemplados en el PHN, Valencia.

FUNDACION NUEVA CULTURA DEL AGUA, 2005, La política oficial se aleja de la Nueva Cultura del Agua, Zaragoza.

GREENPEACE, 2005, Comentarios sobre el Informe de Sostenibilidad Ambiental de Actuaciones Urgentes del Programa AGUA en las cuencas Mediterráneas, mai 2005, Madrid.

GREENPEACE, 2005, Destrucción a toda la costa – Informe sobre la situación del litoral español, julio de 2005, Madrid, 104 p.

IGLESIAS M., 11 avril 1995, Guerras de agua. (site Internet Rebelión).

LASSERRE F., 2005, Transferts massifs d’eau, Outils de développement ou instruments de pouvoir ?, Presses Universitaires du Québec, 576 p.

Ley 10/2001, de 5 de Julio, del Plan Hidrológico Nacional, BOE n°161, viernes 6 de julio de 2001.

Ley 11/2005, de 22 de junio, por la que se modifica la Ley 10/2001, de 5 de julio del Plan Hidrológico Nacional, BOE n°149, jueves 23 de junio de 2005.

LOPEZ ARANDA D., PINEDA MARTINEZ R, Golf en la Región de Murcia – Un análisis de redes de actores, estrategias y discursos, 28 p. (site Internet Escuela Técnica Superior de Ingenieros Agrónomos de Madrid)

LOPEZ BERMUDEZ F., ALONSO SARRIA F., 2001, Aridez y sequías en la Cuenca del Segura, en MORALES GIL A., GIL OLCINA A., 2001, Causas y consecuencias de las sequía en España, Alicante, pp187 – 207.

LOPEZ BERMUDEZ F, 2004, España ante la amenaza de la desertificación, Asociación de Geógrafos Españoles. (Site Internet AGE).

MARTINEZ GIL F.-J., 2000, Los trasvases en las políticas españolas, in Segundo Congreso Ibérico sobre la gestión y planificación de agua « una cita europea con la nueva cultura del agua. La directiva marco. Perspectivas en Portugal y España », 9 – 12 de Noviembre de 2000, Oporto, 9 p. (Site des Congrès Ibériques).

MARTINEZ J., 2000, Los trasvases entre cuencas : una forma polémica de gestión del agua, in Segundo Congreso Ibérico sobre la gestión y planificación de agua « una cita europea con la nueva cultura del agua. La directiva marco. Perspectivas en Portugal y España, 9 –12 de Noviembre de 2000, Oporto. (Site des Congrès Ibériques).

MARTINEZ J. et ESTEVE M., 2000, El regadío en la cuenca del Segura y sus efectos ambientales y sociales, en ECOLOGISTAS EN ACCION REGION MURCIANA, Gestión alternativa del agua en la cuenca del Segura, Murcia, p. 53-71.

MAURY A., 1990, L’eau dans les pays méditerranéens de l’Europe communautaire: Espagne, France, Italie, Grèce, Centre Interuniversitaire d’Etudes Mediterranéennes, Poitiers, 363 p.

MMA, 2004, Programa Actuaciones para la Gestión y Utilización del Agua, Madrid (site Internet du Ministère de l’Environnement espagnol).

MMA (a), 2005, Informe de Sostenibilidad Ambiental del Programa AGUA, Madrid, 482 p.

MMA (b), 2005, Informe sobre la política de gestión de la sequía desarrollada por el Gobierno – Diagnôstico de la situación a 9 de septiembre de 2005, Madrid.

MORALES GIL A.,OLICINA CANTOS J., RICO AMOROS A., 1999, Diferentes percepciones de la sequía en España: adaptación, catastrofismo e intentos de corrección, Revista Investigaciones de Geografía, n°22, Julio-Diciembre de 1999, p. 1-46.

MORALES GIL A., GIL OLCINA A., 2001, Causas y consecuencias de las sequía en España, Alicante, 574 p.

MORAL ITUARTE L., 1998, L’état de la politique hydraulique en Espagne, Revue Hérodote, n°91, p. 118- 139.

OBSERVATORIO DE LA SOSTENIBILIDAD EN ESPANA, 2005, Sostenibilidad en España, Informe de Primavera de 2005, Madrid, 285 p.

OLCINA CANTOS, 2001, Causas de las sequías en España. Aspectos climaticos y geograficos de un fenomeno natural, en MORALES GIL, A – GIL OLCINA, A, 2001, Causas y consecuencias de las sequía en España, Alicante, pp 49 – 111;

PENAS V., 14 juin 2005, Sequía: “sobresalto” natural del clima, El Correo;

PRAT N., 6 mai 2005, La sequía no es una maldición, El Periódico;

RICO AMOROS, 2001, Actuaciones frente a las sequías en España, en MORALES GIL, A – GIL OLCINA A., 2001, Causas y consecuencias de las sequía en España, Alicante, p. 389 – 421.

RUBIO J, La amenaza de la desertificación en su contexto europeo, Centro de invesitgaciones sobre la desertificación, Universidad de Valencia, 19 p.

RUBIO J, 2005, Desertificación: una larga lucha en la percepción de una grave amenaza ambiental, Revista Ambienta, Septiembre de 2005, p. 26-31.

SAHUQUILLA A., PEREZ ZABALETA A., CANDELA L. et HERNANDEZ S., 2004, Informe sobre la tramitación como proyecto de ley del real-decreto ley 2/2004, de 18 de junio, Madrid.

TOHARIA CORTES M., 2001, Las sequías en los medios de comunicación, en MORALES GIL A., GIL OLCINA A., 2001, Causas y consecuencias de las sequía en España, Alicante, p. 487- 493.

WWF, 2003, Desarrollo en la aridez. La incompatibilidad del Trasvase del Ebro con el desarrollo sostenible en el Levante, Madrid, 29 p.

ZAPATERO,J.-L., 2004, Discours d’investiture du 15 avril 2004 au Congès des Députés, Madrid.

SITES INTERNET CONSULTÉS

http://habitat.aq.upm.es/boletin/n9/aaale.html

http://hispagua.cedex.es

http://ine.es

http://www.age.es

http://www.insee.fr

http://www.mma.es/agua/pdf/programa.pdf

http://www.rebelion.org

http://www.us.es/ciberico.html

http://www.waternunc.org

http://www.fao.org

http://webworld.unesco.org

http://murcia-no-se-vende.blogspot.com/

http://www.cig.ensmp.fr

Haut de page

Notes

3  La pénurie désigne l’insuffisance de l'offre d'eau, en quantité et/ou en qualité, par rapport à la demande, entraînant une insatisfaction de celle-ci.

4  La désertification est la dégradation de la terre dans des zones arides, semi-arides et arides semi-humides. Les variations climatiques, la déforestation, le surpâturage, et les mauvaises pratiques d'irrigation peuvent détruire la fertilité du sol. (http://www.fao.org/desertification/default.asp?lang=fr)

5  Puits de sécheresse : puits utilisés lors de périodes de sécheresse afin de répondre aux demandes en eau.

6  Ley 10/2001, de 5 de Julio, del Plan Hidrológico Nacional.

7  Real Decreto Ley 2/2004, de 18 de junio et Ley 11/2005, de 22 de junio, por la que se modifica la Ley 10/2001, de 5 de julio del Plan Hidrológico Nacional.

8  Pacte de l’Eau : Pacte signé en 1992 par tous les partis politiques de l’Aragon pour réguler les eaux du bassin de l’Ebre. Ce pacte prévoyait la construction d’une multitude de barrages.

9  Cristina Narbona est ministre de l’Environnement

10  José Luis Alonso est président de la Confédération Hydrographique de l’Ebre

11  Le forum citoyen de la région de Murcie est une association civile née en février 2001 avec pour objectif de promouvoir le débat public, la participation citoyenne et de proposer des solutions concrètes aux problèmes politiques, économiques, sociaux et culturels de la région ; de lutter pour le respect des droits humains des personnes qui résident dans la région et de collaborer activement avec les organisations sociales, politiques et syndicales.

12  Acequia : canal d’irrigation

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie François, « La pénurie d’eau en Espagne : un déficit physique ou socio-économique ? », Géocarrefour, vol. 81/1 | 2006, 25-35.

Référence électronique

Marie François, « La pénurie d’eau en Espagne : un déficit physique ou socio-économique ? », Géocarrefour [En ligne], vol. 81/1 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2009, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/1730 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.1730

Haut de page

Auteur

Marie François

Doctorante en géographie, Centre de Recherche sur les Espaces et Sociétés (CRESO – UMR CNRS 6590), Université de Caen.
Sous les directions de Robert Herin (Université de CAEN) et Francisco Javier Martinez GIL (Université de SARAGOSSE)
ATER Université de Caen Basse-Normandie
CRESO – UMR CNRS 6590
Université de Caen
Esplanade de la paix
14000 CAEN
E.mail : marie.francois@unicaen.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals